Grumman F-11 Tiger

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir F-11 et Tiger.
Pix.gif Grumman F-11 Tiger Su-27 silhouette.svg
F11f grumman tiger.jpg
Quatre F11F-1 de l´escadron de chasse VF-21 Mach Busters.

Constructeur Drapeau : États-Unis Grumman
Rôle Avion de chasse
Statut retiré du service
Premier vol 30 juillet 1954
Mise en service 1957
Date de retrait 1969
Nombre construits 199
Équipage
1 pilote
Motorisation
Moteur Wright J65-W-18 (en)
Nombre 1
Type Turboréacteur avec postcombustion
Poussée unitaire 32,9 kN (46,7 kN avec postcombustion)
Dimensions
F-11F-1 3sd NAN9-73 PNG.png
Envergure 9,6 m
Longueur 14,3 m
Hauteur 4,0 m
Surface alaire 23,0 m2
Masses
À vide 6 500 kg
Avec armement 9 650 kg
Maximale 10 900 kg
Performances
Vitesse maximale 1 200 km/h (Mach 0,98)
Plafond 12 800 m
Vitesse ascensionnelle 1 563 m/min
Rayon d'action 2 050 km
Charge alaire 420 kg/m2
Rapport poussée/poids 0,49
Armement
Interne 4 canons Colt Mk 12 (en) de 20 mm
Externe 4 points d'attache sous les ailes pour des missiles air-air ou des réservoirs de carburant

Le Grumman F-11 Tiger est un avion de chasse monoplace, embarqué à bord des porte-avions de la marine américaine à la fin des années 1950. Ce fut le premier avion supersonique à entrer en service au sein de l'US Navy, où sa carrière opérationnelle réelle a été très courte (4 ans seulement). Il a en fait été surtout utilisé pour l'entraînement, ainsi que par la patrouille acrobatique des Blue Angels.

Conception[modifier | modifier le code]

Le F-11 Tiger[modifier | modifier le code]

L'équipe des Blue Angels F11F-1 c. 1958

Le Grumman F-11 Tiger est issu d'un projet lancé sur fonds propres par la société Grumman en 1952. L'idée initiale était de modifier le F9F-6/7 Cougar pour lui permettre de dépasser Mach 1, mais les études aboutirent vite à un avion complètement différent. En 1953, le projet fut présenté à l'US Navy qui passa commande de 2 prototypes, désignés XF9F-9 comme s'il s'agissait d'une version du Cougar.

Le premier prototype décolla le 30 juillet 1954 et, bien qu'il ne soit alors équipé que d'un réacteur sans post-combustion, il atteignit pratiquement le mur du son. Il fallut attendre quelques mois pour disposer du réacteur définitif et pour que le second prototype puisse voler à une vitesse supersonique en palier.

En 1955, l'US Navy redésigna l'avion F11F-1 Tiger. Les essais depuis un porte-avions commencèrent l'année suivante et entraînèrent un complément de modifications sur la cellule : allongement du nez, augmentation de la capacité des réservoirs, etc. Les premiers avions de série furent néanmoins livrés sans ces modifications, à partir de 1957. Plus de 450 exemplaires avaient été initialement commandés.

Malheureusement pour Grumman, le F-8 Crusader entrait en service au même moment. Moins rapide en altitude que ce dernier d'environ 500 km/h, et avec une vitesse ascensionnelle et un rayon d'action inférieurs (sans parler de son réacteur moins fiable), le Tiger ne supportait pas la comparaison. Le projet fut donc arrêté en 1959 avec seulement 199 appareils livrés, et retirés du service opérationnel en 1961. Le Tiger fut néanmoins utilisé comme avion d'entrainement jusqu'en 1967 et, surtout, par la patrouille acrobatique des Blue Angels pendant 12 ans (1957-1969).

Le F11F-1F Super Tiger[modifier | modifier le code]

Un prototype F11F-1F Super Tiger, avec le moteur General Electric J79-GE-3A, 1956.

En 1955, Grumman proposa une version F11F-2, bientôt rebaptisée F11F-1F Super Tiger, équipée d'un réacteur General Electric J79 nettement plus puissant entraînant des modifications aérodynamiques. Un premier prototype fit son vol inaugural le 26 mai 1956 puis, un an plus tard après d'autres modifications, dépassa Mach 2 et atteignit une altitude de 25 000 mètres. L'avion fut néanmoins jugé trop lourd pour ses porte-avions par l'US Navy. Grumman proposa alors le Super Tiger à l'export, sous la désignation d'usine G-98-J-11, avec un réacteur General Electric J-79-GE-7 encore plus puissant (7 060 kgp). Il ne décrocha cependant aucun marché car le F-104 Starfighter lui fut à chaque fois préféré.

Désignation[modifier | modifier le code]

En septembre 1962, conformément au nouveau système Tri-Service de nomenclature des aéronefs militaires américains, le F11F-1 fut redésigné F-11A. À ce moment-là, les seuls Tigers encore mis en œuvre étaient ceux des unités d'entraînement et ceux des Blue Angels, la patrouille acrobatique de la Navy. Certaines sources prétendent que, de la même façon, le F11F-1F a été redésigné F-11B. Cette information semble peu fiable dans la mesure où, à cette date, les F11F-1F survivants étaient déjà hors service.

Histoire opérationnelle[modifier | modifier le code]

Un F11F-1 du VF-21 se pose sur l'USS Ranger, 1957.

Sept squadrons de l'U.S. Navy volèrent sur le F11F-1 : VF-21 et VF-33 dans la flotte Atlantique, VA-156 (redésigné VF-111 en janvier 1959), VF-24 (redésigné VF-211 en mars 1959), VF-51, VF-121 et VF-191 dans la flotte Pacifique. Le Tiger a été en service sur les porte-avions Intrepid, Hancock, Bon Homme Richard, Forrestal, et Saratoga. La carrière du F11F fut courte, quatre ans, car ses performances étaient inférieures au Vought F-8 Crusader et son moteur J65 était peu fiable. Ainsi, la Marine a annulé toutes les commandes de la version de reconnaissance F11F-1P et seulement 199 chasseurs F11F-1 (F-11A) ont été construits. L'avion a été retiré du service embarqué en 1961. Il a toutefois continué son service, dans la formation au Texas du Sud, Beeville et Kingsville, jusqu'à la fin des années 1960. Les élèves effectuaient leur formation avancée sur jet avec le F-9 Cougar, et sur la fin du programme, ils avaient un avant-goût du vol supersonique avant de passer aux chasseurs de la flotte.

Si la carrière de chasseur F-11 a été de courte durée, les Blue Angels ont volé dans ces avions de 1957 jusqu'en 1969, quand le Tiger a été remplacé par le McDonnell Douglas F-4 Phantom II.

Fait marquant[modifier | modifier le code]

Le F-11 Tigre est le premier et le seul avion à s'être abattu lui-même lors d'un tir au canon : le 21 septembre 1956, pendant un test à tir réel, le pilote Tom Attridge tira une rafale de 20 mm en léger piqué. Comme la vitesse des obus diminuait naturellement, et que l’avion continua son piqué en accélérant, l’appareil croisa la trajectoire des obus précédemment tirés, qui endommagèrent le réacteur et obligèrent Attridge à un atterrissage d’urgence. Le pilote survécut[1].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Andrade, John. U.S.Military Aircraft Designations and Serials since 1909. Hinckley, Leicestershire, UK: Midland Counties Publications, 1979. ISBN 0-904597-22-9.
  • (en) Tony Buttler, American secret projects : fighters & interceptors, 1945-1978, Hinckley, Midland,‎ 15 avril 2007, 240 p. (ISBN 978-1857802641).
  • Bowers, Peter M. United States Navy Aircraft since 1911. Annapolis, Maryland: Naval Institute Press, 1990, pp. 183–185. ISBN 0-87021-792-5.
  • (en) Francis Crosby, Fighter Aircraft, London, Lorenz Books,‎ 16 février 2002 (ISBN 978-0754809906).
  • Gunston, Bill. Fighters of the Fifties. North Branch, Minnesota: Specialty Press, 1981. ISBN 0-933424-32-9.
  • NAVAIR 00-110AF11-1: Standard Aircraft Characteristics, Navy Model F-11A Aircraft. Pax River, Maryland: Naval Air Systems, United States Navy Command.
  • Spick, Mike. "The Iron Tigers". Air International, Vol. 40, No. 6, juin 1991. pp. 313–320. ISSN 0306-5634.
  • Thruelsen, Richard. The Grumman Story. New York: Praeger Publishers, Inc., 1976. ISBN 0-275-54260-2.

Développement lié

Liens externes[modifier | modifier le code]