Chance Vought F4U Corsair

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Chance Vought F4U Corsair
{{#if:
Ancien F4U-5NL Bu#124541 argentin modifié au standard F4U-7 et aux marques françaises
Ancien F4U-5NL Bu#124541 argentin modifié au standard F4U-7 et aux marques françaises

Constructeur Drapeau : États-Unis Vought
Rôle Avion de chasse
Premier vol 29 mai 1940
Mise en service 1942
Date de retrait 1979 (Honduras)
Nombre construits 12 583
Équipage
1 pilote
Motorisation
Moteur Pratt & Whitney R-2800-8 Double Wasp
Nombre 1
Type Moteur en étoile
Puissance unitaire 2000 ch (1471 kW)
Dimensions
Envergure 12 49 m
Longueur 10 16 m
Hauteur 4 60 m
Surface alaire 29 17 m2
Masses
À vide 3 950 kg
Avec armement 5 460 kg
Performances
Vitesse maximale 685 km/h (Mach 0,55)
Plafond 11 300 m
Rayon d'action 1 630 km
Armement
Interne 6 mitrailleuses Browning M2 de 12,7 mm ou 4 canons de 20 mm
Externe 2000 kg de bombes et/ou 8 roquettes sur la 3e version de l'avion.

Le Chance Vought F4U Corsair est un avion militaire, fabriqué par les États-Unis, utilisé de la Seconde Guerre mondiale jusqu'en 1968. C'est l'un des appareils les plus connus de la Seconde Guerre mondiale, notamment grâce à la série télévisée Les Têtes brûlées. Il s'illustra essentiellement dans le Pacifique, servant à la fois au sein de l'US Navy et de l'US Marine Corps.

Conception[modifier | modifier le code]

Sa conception débuta en 1938 à la demande de l'US Navy qui voulait remplacer son chasseur embarqué, le Wildcat. Un prototype fut conçu par l'ingénieur en chef Rex Biesel en 1940, son premier vol eut lieu le 29 mai de cette année-là, mais 2 ans de recherches supplémentaires furent nécessaires pour le parfaire.

La conception du Corsair, reprenant le nom du Vought O2U Corsair, un biplan conçu dans les années 1920, était réalisée selon les critères de l'époque, excepté pour la forme de la voilure en W, dite « aile en mouette inversée », qui devait apporter des améliorations techniques. En effet, l'hélice, qui mesurait plus de 3 mètres de diamètre, contraignait à élever considérablement l'avant de l'avion, ce qui provoquait une perte importante de la visibilité. De plus, les trains d'atterrissage atteignaient des dimensions trop grandes, ceci apportant nombre de défauts. Les ingénieurs étudièrent le problème et décidèrent de doter le Corsair d'une voilure en W. Avec ce système, les trains d'atterrissage avant pouvaient être placés au point le plus bas de la voilure et voyaient leurs dimensions réduites, sans pour autant rapprocher l'hélice du sol ; le train d'atterrissage pivotait de 90° en se rétractant vers l'arrière, la roue à plat au-dessus du bas de la jambe ; des trappes masquaient alors entièrement le train, pour la première fois dans un avion de l'US Navy.

Fabrication[modifier | modifier le code]

Un F4U-1 en construction.

C'est le 30 juin 1941 que l'aéronavale américaine passa la première commande, de 584 appareils, livrables un an plus tard.

Cet avion de légende fut construit en tout à 12 583 exemplaires (12 571 en service) toutes versions confondues entre 1940 et 1952 par trois entreprises :

Cet avion fut aussi vendu à d'autres pays comme le Royaume-Uni et la Nouvelle-Zélande durant le conflit, puis à la France, l'Argentine, le Honduras et le Salvador après guerre.

Pilotage[modifier | modifier le code]

Le Corsair était surnommé durant ses premières années le « tueur d'enseignes » (ensign killer) suite aux nombreux crashes de débutants (ou de pilotes fatigués) lors d'appontages ou de décollages manqués sur porte-avions. Il a même failli se faire interdire de vol par l'armée américaine car son train d'atterrissage rebondissait et les appontages tournaient souvent au crash. En effet, les Américains, comme avec les Hellcat ou les Avenger, avaient opté pour un poser « trois-points » mais, dans le cas du Corsair, cela obligeait à le faire évoluer à une vitesse proche de celle du décrochage qui le rendait instable aux manœuvres. Si le pilote ratait les brins d'arrêt, avec la crosse d'appontage, la brusque remise des gaz, et le couple important du moteur, tendait à faire tourner l'appareil autour de l'hélice, abaissant l'aile gauche vers le pont qu'elle risquait de toucher et entraîner l'accident.

Visibilité[modifier | modifier le code]

Le fuselage était conçu autour du moteur et de l'hélice, le cockpit se trouvait en arrière des ailes pour améliorer l'équilibre de l'avion. Les pilotes américains se sont longtemps plaints de la visibilité limitée vers l'avant (aggravée par leur présentation cabrée lors de l'atterrissage), ce qui constituait un problème, et les premières versions de l'appareil avaient une raideur au niveau des trains d'atterrissage qui avait pour effet de le faire rebondir à l'appontage. Le problème fut partiellement corrigé en rallongeant la roulette de queue, diminuant de ce fait légèrement l'inclinaison de l'appareil.

Engagements[modifier | modifier le code]

Gregory Boyington, as du Squadron VMF-214

Seconde Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

Le Corsair fut principalement déployé durant les campagnes du Pacifique pour se battre contre le tout nouvel ennemi que constituait l'armée impériale japonaise à partir de 1943. Entre le 7 et le 30 avril 1945, le Corsair fut déployé à 305 appareils par l'US Navy à l'occasion de la bataille d'Okinawa, avec le soutien de 192 autres Corsair du corps des Marines. Sur 600 missions effectuées, ces unités remportèrent 124 victoires, amenant ainsi le Corsair au rang d'avion de légende et à être surnommé « Sweetheart of Okinawa ». Au total, cet avion totalisa plus de 2 140 victoires, ce qui en fait le deuxième avion le plus crédité du Pacifique (après le Grumman F6F Hellcat), et seuls 189 appareils furent abattus en combat aérien.

Bien qu'il ait aussi servi durant la Seconde Guerre mondiale en mer du Nord sous les couleurs britanniques qui furent les premiers à le mettre en œuvre depuis un porte-avions, il connaîtra la gloire dans le Pacifique où plusieurs escadrons se sont rendus célèbres, comme la VMF-214 des fameuses « Têtes brûlées » du major Gregory M. « Papy » Boyington. Même du côté nippon, le Corsair était devenu légendaire et connu sous le nom de « mort sifflante » en raison du bruit que faisait l'air sur les bords d'attaque des ailes.

Guerre de Corée[modifier | modifier le code]

1er janvier 1953 en Corée, des Corsair survolent un peloton de Marines.

Durant la guerre de Corée, le Corsair fut utilisé pour 80 % des missions d'appui au sol. Le Corsair AU-1 était une version pour l'attaque au sol produite pour cette guerre. Passant de son statut de supériorité dans les airs durant la Seconde Guerre mondiale aux missions d'appui au sol dans le conflit coréen, la « forme de goéland » des ailes fournit une caractéristique intéressante. En effet, une aile droite basse pouvait bloquer la visibilité du sol depuis le cockpit. Ainsi le pilote du Corsair, grâce à l'échancrure de l'aile, avait de meilleures références au sol. Généralement, les Corsair attaquaient avec canons, réservoirs de napalm, bombes et roquettes.

L'aéronavale française[modifier | modifier le code]

Dans le rang des unités de l'aéronavale française, grâce au Military Assistance Program (MAP), 25 AU-1 provenant de l’USMC entrèrent en service à partir du 15 janvier 1953 et furent utilisés en Indochine, les survivants retournant aux États-Unis fin 1954, ainsi 94 Corsair F4U-7 spécialement construits pour la France (79 en 1952, 15 en 1953) pendant la guerre d'Algérie ainsi que durant la crise de Suez avec l'opération Mousquetaire. Il fut ainsi le premier avion à équiper la flottille 17F.

Tous les Corsair français étaient retirés du service à la fin de 1964. Certains furent exposés dans des musées et d'autres furent acquis par des passionnés d'anciens avions de guerre[2].

Guerre de Cent Heures[modifier | modifier le code]

Les derniers combats de cet avion eurent lieu lors de la guerre de Cent Heures, plus connue sous le nom de guerre du Football, qui opposa le Honduras et le Salvador en 1968 ; on peut dire qu'ils furent fratricides, les 2 pays étant équipés de Corsair et North American P-51 Mustang.

Caractéristiques et production des variantes[modifier | modifier le code]

Modèle Variantes Rôle / Spécificité Moteur P&W Observations Production
F4U-1 XF4U-1 prototype XR-2800-2
(1 800 ch)
hélice tripale 1
F4U-1 chasseur embarqué R-2800-8
(2 000 ch)
FG-1 : fabrication Goodyear ;
F3A-1 : fabrication Brewster
Vought : 2 814
Goodyear : 2 009
Brewster : 735
F4U-1A (a) diverses améliorations R-2800-?
(2 300 ch)
verrière « bulle » ;
FG-1A : fabrication Goodyear ;
F3A-1A : fabrication Brewster
F4U-1C version canon idem   200
F4U-1D chasseur-bombardier R-2800-8W
(2 250 ch)
FG-1D : fabrication Goodyear Vought : 1 685
Goodyear : 1 997
F4U-2   chasseur de nuit R-2800-?
(2 300 ch)
32 F4U-1 + 2 F4U-1A modifiés 34 (b)
XF4U-3 XF4U-3 prototype R-2800-14C
(? ch)
hélice quadripale 2 (b)
XF4U-3B prototype R-2800-16
(? ch)
  1 (b)
F2G
(Goodyear)
XF2G-1 prototype R-4360-4
(3 000 ch)
  8 (c)
F2G-1 (d) intercepteur rapide idem repliage manuel des ailes 5
F2G-2 (d) idem idem repliage hydraulique des ailes 5
F4U-4 XF4U-4 prototype R-2800-18W
(2 000 ch)
puis
R-2800-42W
(2 100 ch)
  7 (b)
F4U-4 chasseur-bombardier R-2800-42W
(2 100 ch)
dont 2 FG-4 (Goodyear) (e) 2 052
F4U-4B version canon idem   297
F4U-4N chasseur de nuit idem   1
F4U-4P reconnaissance photographique idem   9
F4U-5 XF4U-5 prototype R-2800-32W
2 459 ch
panneaux d'ailes métalliques 3 (f)
F4U-5 chasseur-bombardier idem   223
F4U-5N chasseur de nuit idem   214
F4U-5NL chasseur de nuit dégivré idem   101
F4U-5P reconnaissance photographique idem   30
AU-1
(F4U-6)
XAU-1 prototype R-2800-83W
2 300 ch
blindage supplémentaire 1 (g)
AU-1 avion d'attaque au sol idem   111
F4U-7   chasseur multi-rôle R-2800-43W
2 100 ch
uniquement pour la France 94
Total fabriqués : 12 583 (h)

Notes :

(a) : F4U-1A (comme FG-1A et F3A-1A) est une dénomination récente, la distinction par rapport au F4U-1 n'ayant pas été faite lors de la production ;
(b) : F4U-1 et/ou -1A modifiés, déjà comptabilisés dans ces versions ;
(c) : FG-1 modifiés, déjà comptabilisés dans cette version ;
(d) : n'ont jamais servi en unité, utilisés quelque temps pour tests avant d'être rapidement vendus ;
(e) : construits mais jamais entrés en service et presque aussitôt détruits ;
(f) : F4U-4 modifiés, déjà comptabilisés dans cette version ;
(g) : F4U-? modifié, déjà comptabilisé dans cette version ;
(h) : un chiffre de 12 571 est souvent donné car ne comptabilisant que les appareils entrés en service, déduction faite de ceux mentionnés en (d) et (e) ;

Avion officiel du Connecticut[modifier | modifier le code]

FG-1D aux couleurs néo-zélandaises.

En 2005, un décret du gouverneur Jodi Rell de l'État du Connecticut a nommé le Corsair avion officiel de cet État.

Le 29 mai, date de son premier vol, a été déclaré Jour du Corsair ; il faut préciser que le Connecticut est intimement lié à cet avion, qui fut le seul appareil de combat américain à avoir été conçu dans un seul et unique État.

Galerie[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Filmographie[modifier | modifier le code]

  • Les Ailes de Légende, émission TV américaine diffusée entre autres en France sur Planète
  • Les Têtes brûlées (Baa Baa Black Sheep), série TV 1976

Liens externes[modifier | modifier le code]