Northrop B-2 Spirit

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir B-2.
Pix.gif Northrop B-2 Spirit Su-27 silhouette.svg
B-2 Spirit original.jpg
Un B-2 Spirit au-dessus de l’océan Pacifique

Constructeur Drapeau : États-Unis Northrop
Rôle Bombardier stratégique furtif
Statut En service
Premier vol 17 juillet 1989
Mise en service Avril 1997
Date de retrait Prévu pour 2058
Investissement ~ 45 milliards de dollars US en 1996
Coût unitaire ~ 2,2 milliards de dollars US en 1998
Nombre construits 21 exemplaires
Équipage
2 pilotes
Motorisation
Moteur General Electric F118-GE-100
Nombre 4
Type Turboréacteurs sans postcombustion
Poussée unitaire 77 kN
Dimensions
NORTHROP B-2-fr.png
Envergure 52.43 m
Longueur 21.03 m
Hauteur 5.18 m
Surface alaire 464.5 m2
Masses
À vide 71 700 kg
Avec armement 152 200 kg
Maximale 170 600 kg
Performances
Vitesse de croisière 870 km/h
Vitesse maximale 972 km/h (Mach 0.95)
Plafond 15 200 m
Rayon d'action 11 100 km
Charge alaire 329 kg/m2
Rapport poussée/poids 0.205
Armement
Interne 34 020 kg (limitée à 18 000 kg en pratique)
Avionique

* Commande de vol électrique

Le Northrop B-2 Spirit, également surnommé Stealth Bomber, est un avion bombardier de l’US Air Force (USAF) développé par l’avionneur américain Northrop durant la guerre froide. Avion emblématique des ailes volantes, le B-2 Spirit est l’un des plus célèbres avions furtifs actuels des États-Unis. Présenté comme le plus performant au monde dans sa catégorie, il est propulsé par quatre turboréacteurs GE F118 d’une poussée unitaire de 77 kN et dispose de deux soutes pouvant recevoir une charge maximale théorique d’environ 35 t.

Le B-2 Spirit est également l’aéronef le plus onéreux du XXe siècle avec un coût global unitaire (recherche, développement et essais inclus) estimé à 2,2 milliards de dollars US[1],[2] en 1998. C’est une des raisons pour lesquelles sa conception fut sujette à controverse au Congrès des États-Unis et parmi le Joint Chiefs of Staff. Alors que 132 exemplaires devaient initialement être construits, seuls 21 le seront, ce qui explique en partie leur coût unitaire.

Le vol inaugural du premier B-2 Spirit, le Spirit of America, se déroule le 17 juillet 1989 et le premier avion opérationnel est réceptionné par l’USAF à la fin de l’année 1993. Destiné à l’origine au bombardement stratégique à l’arme conventionnelle ou nucléaire de cibles soviétiques durant la guerre froide, le B-2 Spirit réalise finalement sa première intervention en Serbie durant la guerre du Kosovo en 1999, puis intervient lors des guerres d’Afghanistan (2001), d’Irak (2003), ainsi qu'en Libye (2011).

Fin 2006, l’USAF indique que le B-2 Spirit devrait rester en service jusqu’en 2058[3] mais lance un appel d'offres pour lui trouver un successeur en juillet 2014[4].

Contexte : le début des ailes volantes[modifier | modifier le code]

Le XB-35, lointain ancêtre du B-2 Spirit.

Dès la fin des années 1930, l’ingénieur américain Jack Northrop, fondateur de l’entreprise Northrop, est intéressé par le concept d’aile volante. En 1940, après dix ans de recherches, il expose son premier modèle, dénommé Northrop N-1M, et organise un vol d’exhibition destiné à explorer les performances possibles de cette configuration[5].

L’armée américaine, redoutant l’entrée des États-Unis dans la Seconde Guerre mondiale, s’intéresse au projet dès le début des années 1940 ; l’United States Army Air Forces (ancêtre de l’US Air Force), passe commande auprès des constructeurs aéronautiques pour un bombardier disposant d’une distance franchissable de 10 000 miles pour anticiper les problèmes que poserait la capitulation du Royaume-Uni face à l’Allemagne. Il lui faudrait alors bombarder l’Europe sous domination nazie depuis l’Amérique du Nord et frapper l’Empire du Japon depuis les bases éloignées du théâtre d’opérations du Pacifique. Northrop propose un avion fondé sur ce concept et, le 30 octobre 1941, confirme le développement du B-35.

Le XB-49, concept « révisé » du XB-35.

Fin 1942, Northrop construit le Northrop N-9M, un avion monoplace pouvant aller à 400 km/h qui sert de base pour la réalisation du XB-35, un bombardier disposant de quatre turbopropulseurs et huit hélices contrarotatives d’une envergure de 52 mètres. Cependant, le premier appareil sort d’usine seulement en 1946 en raison de problèmes de stabilité et de sortie de vrille ; de plus, l’apparition des premiers avions à réaction durant ce conflit rendit obsolète la motorisation à hélice. Onze des treize exemplaires du Northrop N-9M durent donc être modifiés en les équipant de huit turboréacteurs : il s’agit du projet XB-49 dont le premier appareil vola en 1947.

Les essais du XB-49 se révèlent néanmoins décevants, un appareil ayant été perdu et un deuxième ayant évité le crash de peu. Les points faibles de tels appareils était en effet leur comportement en décrochage, leur instabilité en vol et surtout que leurs soutes à bombes ne pouvaient pas contenir les premières générations de bombe atomique tel les Fat Man. Finalement, le Strategic Air Command nouvellement créé choisit des bombardiers avec des formes plus conventionnelles comme le B-36 Peacemaker et le Boeing B-47 Stratojet ; les XB-49 sont quant à eux ferraillés entre 1949 et 1953. La sortie du XB-49 est cependant glorieuse avec une apparition dans le film La Guerre des mondes sorti en 1953.

Origine du programme[modifier | modifier le code]

C’est lors des essais en vol du Northrop XB-49 que les militaires américains découvrent fortuitement la furtivité. En effet, à chaque fois que l’aile volante approchait de l’aérodrome constituant sa destination, sa faible surface équivalente radar faisait que les radars avaient beaucoup de mal à la détecter. Cette capacité est d’un grand intérêt pendant la guerre froide car, à partir des années 1970, la défense antiaérienne de l’URSS est si performante, que les appareils alors en service dans les forces armées des États-Unis avaient peu de chance de pénétrer à l’intérieur de son territoire. L’armée américaine ressent alors le besoin de posséder un bombardier à signature radar minimale ; l’aile volante s’impose alors comme la solution la plus efficace.

Le développement du Northrop B-2A Spirit débute ainsi à partir de 1978 avec pour mission d’attaquer les cibles stratégiques soviétiques à l’aide de bombes conventionnelles ou nucléaires. Le B-2 commence en réalité son existence dans un programme « noir », connu initialement sous le nom de « projet Senior C. J. » puis sous le nom « ATB » (Advanced Technology Bomber). Nombre de ses caractéristiques sont longtemps restées ultra-secrètes ; le Département de la Défense des États-Unis n’avait d’ailleurs jamais divulgué les paramètres exacts de masse et de vitesse, employant l’expression vague de « haut subsonique » pour les qualifier. Bombardier stratégique furtif, tout a été fait pour qu’il ait des signatures infrarouge, acoustique, électromagnétique, visuelle et radar minimes.

Le projet est caché aussi bien au public qu’aux militaires. La majorité des responsables de l’US Air Force croyaient que le bombardier Rockwell B-1B était la priorité no 1, alors que seulement une poignée d’entre-eux connaissaient l’existence du projet B-2.

Les sources suivantes ont été utilisé en autres pour les caractéristiques de l'avion : USAF Fact Sheet[6], B-2 Spirit: The Most Capable War Machine on the Planet[7], The Great Book of Modern Warplanes: B-2 Spirit[8] et Globalsecurity[9].

Conception et développement[modifier | modifier le code]

Caractéristiques[modifier | modifier le code]

Northrop s’inspire largement des conceptions d’ailes volantes précédentes, et notamment celle du YB-49 conçue durant les années 1940, pour réaliser le B-2 Spirit. L’avionneur bénéficie également du puissant soutien de Boeing – qui réalise une partie des composants structurels principaux, l’aile extérieure, le système de carburant, le système de délivrance d’armement et le train d’atterrissage[10] –, de Vought et de General Electric pour concevoir la forme unique de l’aile en « W » du B-2. Utilisant un système de conception et de fabrication 3D assistées par ordinateur, plus de 100 000 images de surfaces équivalentes radar de maquettes de B-2 et de leurs composantes ont été analysées pour évaluer leurs caractéristiques de furtivité, puis 550 000 heures d’essais en soufflerie ont été effectuées.

Angles de réflexions des ondes radar sur l’aile.

Le programme a nécessité le développement de 900 nouvelles méthodes de conception-fabrication, incluant de nouveaux matériaux composites haute température et haute résistance et surtout, des matériaux absorbants les ondes émises par les radars, des outils de découpe ultrasoniques, des outillages à commande numérique pilotés par base de données 3D et des systèmes laser de détection de criques. Un avion expérimental, le Northrop Tacit Blue, est également construit à la demande de l’USAF et de la Defense Advanced Research Projects Agency (DARPA) pour tester les technologies furtives. Le prototype vole pour la première fois en février 1982 et accumule 135 vols jusqu’en 1985 qui permirent de collecter de nombreuses données utiles à la mise au point du B-2.

Northrop est responsable de la construction de la section avant et du cockpit, Boeing de la partie centrale-avant et de la section extérieure, et Vought produit la section médiane du fuselage ainsi que les pièces en aluminium, en titane et en matériaux composites. Environ 80 % de la masse du B-2 Spirit fait usage de matériaux composites, notamment du graphite/époxyde pour la structure en nid d'abeilles – réalisée par la filiale américaine de l’entreprise Saint-Gobain – destinée à absorber les ondes radar.

Vue du cockpit et de l’entrée d’air des turboréacteurs modèle GE F118.

Le Northrop B-2 Spirit est propulsé par quatre turboréacteurs double flux General Electric F118-GE-100 sans postcombustion, dérivés de la famille F110 qui équipent les Rockwell B-1B, Grumman F-14, McDonnell Douglas F-15 et General Dynamics F-16, d’une masse à sec unitaire d’environ 1 450 kg et d’une poussée maximale de 84,5 kN[11]. Pour réduire sa signature infrarouge, les gaz d’échappement des réacteurs sont évacués par des tuyères en forme de « V » montées au-dessus et en retrait pour masquer ces sources thermiques aux détecteurs terrestres. De l’acide chlorofluorosulphonique, dérivé de l’acide sulfonique, est par ailleurs injecté dans le sillage d’échappement pour empêcher la formation de traînées de condensation. Le bord d’attaque en flèche (33°) et le bord de fuite en dent de scie piègent pour leur part les ondes radar.

D’autres contre-mesures de détection passives incluent des prises d’air incurvées en forme de « S » et des panneaux diélectriques furtifs recouvrent le radar à synthèse d’ouverture et empêchent son antenne de refléter les ondes radar tout en permettant un fonctionnement normal. Le radar est un AN/APQ-181 (en) fabriqué par Raytheon opérant originellement en bande Ku, mais sa modernisation en antennes réseau à commande de phase déplacera sa fréquence vers une bande où l’USAF sera utilisateur principal. Cette amélioration testée à partir de 2004[12], qui doit améliorer sensiblement la furtivité du B-2A tout en augmentant la puissance totale du radar, devait être opérationnel à l’origine sur toute la flotte en 2010[13] mais fin 2009, seul 9 avions en sont équipés. Le contrat pour les treize derniers avions est signé le 30 décembre 2008 pour un montant de 468 M$ pour une fin de livraison en 2012[14].

Le cockpit du B-2 Spirit présenté à Dick Cheney.

Le cockpit dispose de deux sièges éjectables Douglas/Weber ACES II s’évacuant vers le haut[15], d’une toilette chimique et d’un coin-cuisine, et offre suffisamment d’espace pour un troisième membre d’équipage ou pour « un sac de couchage pour les longues missions » selon l’USAF. Le pilote contrôle l’ordinateur de mission qui gère la désignation des cibles, ou leur redésignation en vol. La navigation et le tir de l’armement sont la responsabilité de l’officier système d’armes (WSO), assis sur le siège droit. Les deux postes d’équipage disposent de quatre écrans multifonctions couleur chacun. L’appareil est équipé d’un système quadruple de commandes de vol électriques numériques contrôlant les gouvernes de bord de fuite des ailes, combinant les fonctions d’aileron, de gouverne de profondeur et de volets qui représentent 15 % de la surface de l’aile. Un embryon d’empennage horizontal sert de compensateur de profondeur ainsi que d’amortisseur de rafales en coopération avec les ailerons.

La trappe d'accès à l'habitacle se situe sous l'appareil.

Pour recaler la position de l'objectif à la dernière minute, le B-2A active brièvement son radar à synthèse d'ouverture Raytheon APG-181 équipé de contre-mesures électroniques et possédant 21 modes de fonctionnement dont un mode de suivi de terrain éclairant une zone minimale avant de lancer son attaque. Il est équipé d'un système de guerre électronique intégrant le détecteur d'émissions radar AN/APR-50 (ZSR-63) de IBM Federals Systems dont les essais et suivis ont été effectués par le 16th Electronic Warfare Squadron de Eglin Air Force Base en Floride. En 2002 il est décidé d'accélérer le programme d'amélioration de la maintenance, de l'électronique ainsi que la capacité d'emport de nouveaux armements[16]. Un contrat est signé en 2004 pour moderniser son avionique et faire face à l'obsolescence de son informatique et de le doter d'une liaison 16[17]. En 2017, ils seront également équipé d'un système de communication à très basse fréquence nommé Common Very Low Frequency Receiver Increment 1 (CVR-1) permettant de recevoir, en autres, des messages préformés en cas de conflit nucléaire (Emergency Action Message) par le High Frequency Global Communications System[18].

Pendant leur service dans l’US Air Force qui estime leur potentiel structural à 40 000 heures de vol, la responsabilité de la maintenance des B-2 est assurée par l’Oklahoma City Air Logistics Center, de la base de Tinker[19], pour les systèmes électroniques, par le Odgen Air Logistics Center, de Hill AFB) pour le train d'atterrissage et par Northrop-Grumman, à Palmdale, pour les maintenances périodiques. Le B-2 manquant de surfaces verticales pour les marques d'identification, celles-ci sont inscrites sur les trappes du train d'atterrissage principal qui portent le code de la base, le numéro de série et, au moins sur le 88-0329, les légendes « Spirit of Missouri » et « Follow Us » (« Suivez-nous »).

Options d'armement[modifier | modifier le code]

Soute d'armement du B-2 ouverte.
Exercice de bombardement réalisé en 1994.
Une maquette de Massive Ordnance Penetrator dans la soute d'un B-2.

Le Northrop B-2 Spirit est construit autour de deux grandes soutes d'armement placées côte à côte dans la partie inférieure de sa partie centrale. Devant chaque baie, des petits volets s'abaissent pour produire des tourbillons garantissant une bonne séparation des munitions air-sol pendant le largage. Des lanceurs rotatifs dans les deux soutes peuvent recevoir une charge théorique de 34 020 kg ou 35 800 kg. Toutefois, une telle charge diminuerait fortement le rayon d'action de l'appareil, la consommation de carburant étant alors multipliée par trois[9],[1]. Elle est donc limitée en pratique à 18 144 kg et, selon la réglementation américaine de la guerre nucléaire SIOP (Single Integrated Operational Plan), aucune charge nucléaire ne doit dépasser 9 072 kg[20].

Le B-2 est capable d'emporter jusqu'à 80 bombes classiques Mk82 de 227 kg, mais il est trop précieux pour être utilisé comme simple « camion à bombes ». Un exercice impliquant le largage en une seule passe de 22 secondes de 80 bombes de 227 kg « intelligentes » JDAM guidé par GPS sur une zone étendue avec une précision de 10 mètres a lieu le 10 septembre 2003 avec succès à Hill Air Force Base, dans l'Utah[21]. Pour les missions stratégiques avec armement tiré à distance de sécurité, il emporte 16 missiles de croisières AGM-158 JASSM[22]. Son cahier des charges d'origine prévoyait qu'il pouvait emporter aussi l'AGM-129A mais ce missile ne semble pas avoir été mis en place sur le B-2 avant le retrait du service de ce type de missile en 2007, ainsi que le AGM-131 SRAM II dont le développement est arrêté en 1991[23] ou le AGM-137 TSSAM furtifs dont le programme fut stoppé en 1994[24].

Le B-2 peut également emporter 16 bombes nucléaires lisses B61 et B83 (en), soit 16 bombes conventionnelles Mk84 de 908 kg, ou 80 bombes Mk82 de 227 kg, ou 80 mines marines Mk62, ou des GBU-37 de 4 700 kg, dites « bunker buster », destructeurs de bunkers, ainsi que diverses autres munitions, telles des bombes à sous-munitions, comme la bombe MOP (Massive Ordnance Penetrator), qui pèse 13,5 t et permet de traiter des objectifs durcis. Un nombre non précisé de B-2 est capable de transporter deux de ces bombes MOP dans ses soutes latérales pour des missions de combat depuis la réception de ces munitions en septembre 2011[25] mais il est à prévoir que son autonomie sera réduite lorsqu'il sera armé de ces bombes gigantesques[26].

En 2008, le programme de modernisation suit son cours. Northrop Grumman annonce le début de l'intégration de la GBU-39 Small Diameter Bomb Incremement II. La SDB-II est une petite bombe de 125 kg qui permettra au B-2A de jouer le rôle d'avion d'attaque au sol, car cette munition pourra frapper depuis la haute altitude un objectif mobile qui a pu se déplacer entre l'instant du largage et l'arrivée de l'engin sur la cible. Il sera nécessaire de moderniser le système d'armes de l'appareil. Ainsi, les écrans multifonctions devront être capables d'afficher des données analogiques et numériques et il faudra qualifier de nouveaux modes radar air-sol.

Dans les années 2010, Northrop prévoit d'installer une interface universelle pour l'armement (UAI) destinée à réduire les coûts et le temps nécessaires pour intégrer les futures munitions guidées sur l'appareil. Cela concernera la standardisation des connexions physiques et des protocoles logiciels qui permettent la communication entre l'avion et la munition et nécessitera la mise à jour des calculateurs d'affichage et de gestion des soutes à bombes[27].

Type Désignation Nombre emporté Masse Commentaires
Bombes à chute libre
Nucléaire B61 16 320-540 kg max. 300 kt, certifiée opérationnelle en 1993
Nucléaire B83 (en) 16 1 090 kg max. 1,2 mégatonne, certifiée opérationnelle en 1993
Conventionnelle Mark 82 80 227 kg
Conventionnelle Mark 84 (en) 16 908 kg Certifiée opérationnelle en 1998
Grenade anti-sous-marine DST Mk 36 80 227 kg Bombe Mark 82 convertie en mines ou charges de profondeur
Mine marine Mark 62 80 227 kg Mine marine à capteurs sismiques et magnétiques
Bombe incendiaire M117 36 340 kg
Bombe à sous-munitions CBU-87 (en) 36 430 kg 202 projectiles formé par explosion, certifiée opérationnelle en 1998
Bombe à sous-munitions CBU-89 (en) 36 322 kg 72 mines antichars et 22 mines anti-personnelle, certifiée opérationnelle en 1998
Bombe à sous-munitions CBU-97 (en) 36 420 kg 10 BLU-108 (en) comportant chacune quatre ogives à technologie d’acquisition de cibles, certifiée opérationnelle en 1998
Bombes guidées
Guidage GPS GBU-38 JDAM 80 227 kg Certifiée opérationnelle en juillet 1997
Guidage GPS GBU-32 JDAM 16 454 kg
Guidage GPS GBU-36 8 908 kg Bombe Mk-84 (en) modifiée
Guidage GPS GBU-37 8 2 041 kg Dotée d'une charge militaire de BLU-113, certifiée opérationnelle en 1998
Guidage GPS EGBU-28 8 ~2 268 kg Basée sur la GBU-28
Guidage GPS MOP 2 13 600 kg certifiée opérationnelle en septembre 2011
Guidage laser GBU-27 Paveway III 8 1 065 kg
Guidage laser GBU-28 Paveway III 8 2 268 kg
Bombes planantes
Bombe planante GBU-39 216 192 kg Intégration débutée en 2008
Bombe planante AGM-154 JSOW (en) 16 ~475 kg Certifiée opérationnelle en 1999
Missile de croisière AGM-129 ACM 16 1 334 kg Armement prévu à l'origine, ne semble pas avoir été intégré sur le B-2, annonce du retrait programmé de ces armes mars 2007
Missile de croisière AGM-158 JASSM 16 1 020 kg Certifiée opérationnelle en 2002

Essais en vol[modifier | modifier le code]

À la surprise générale, l'USAF, en avril 1988, dévoile une vue d'artiste de l'appareil qui avait été jusque-là gardée dans le plus grand secret. Le 22 novembre 1988, le premier appareil immatriculé 82-1066 sortait de l'usine Air Force Plant 42 de Palmdale, en Californie ; Northrop avait organisé une cérémonie inaugurale et avait pris grand soin de dissimuler les principales particularités de la conception de l'aile, s'arrangeant pour que les 2 500 invités ne voient l'appareil que de l'avant et depuis le sol. Un photographe astucieux découvrit que l'on n'avait néanmoins pas interdit le survol de l'usine et a ainsi pu obtenir les premières photographies complètes de l'avion grâce à un survol rapide en Cessna.

Le vol inaugural a lieu le 17 juillet 1989 (initialement prévu en 1987), lorsque cet appareil est livré à l'USAF à la base Edwards pour commencer son programme d'essais ; le chef-pilote d'essai de Northrop, le lieutenant-colonel Bruce Hinds en poste de 1982 à 1991 est aux commandes[28]. Prévu le 15, cet événement est retardé par une défaillance du système de carburant. Il est précédé par une série d'essais rouleurs à haute vitesse avec un bref déjaugeage de la roulette de queue.

Un programme d'essais de 3 600 heures de vol est fixé, débutant avec 16 vols (67 heures) de certification et d'essais de maniabilité. Terminés à la mi-juin 1990, ces essais comprenaient également le premier ravitaillement en vol avec un KC-10A, le 8 novembre 1989. Une deuxième série d'essais débute en octobre 1990, portant principalement sur les caractéristiques furtives en grandeur réelle. On put ainsi découvrir que le B-2 furtif ne tenait pas exactement ses promesses.

Un B-2 Spirit sur le tarmac de la Andersen Air Force Base.

En juillet 1991, les défauts de furtivité sont révélés, et il fut admis qu'il pouvait être détecté par des radars au sol de détection avancée à haute puissance ; la Russie affirmait également qu'il serait vulnérable aux systèmes de missiles sol-air nouvelle génération tel le S-300PMU (SA-10/A « Grumble ») et le S-300V-9M82/83 (SA-12A/B « Gladiator »). Les vols suivants sont interrompus pour effectuer des modifications sur le 82-1066 tels un ensemble de « traitements » sur les bords d'attaque et les surfaces portantes pour réduire la signature de l'appareil dans certaines gammes de fréquences. Les essais de furtivité se sont poursuivis en 1993, pendant que le 82-1067 effectuait des essais de charge et des performances. Le troisième appareil (82-1068) effectue son premier vol le 18 juin 1991 et est le premier modèle à être intégralement équipé du nouveau système avionique incluant le radar Hughes AN/APQ-181 (en) à faible probabilité d'interception.

Le premier largage d'armes est effectué par le quatrième appareil (82-1069) qui avait pris l'air pour la première fois le 17 avril 1992. Le 4 septembre 1992, il largue une seule bombe inerte Mk84 de 908 kg. Destiné à recevoir d'autres armes et à effectuer des essais climatiques et de furtivité, le cinquième B-2 (82-1070) prend son envol le 5 octobre 1992, suivi par le 82-1071 le 2 février 1993. À la fin de cette année, le programme accumule 1 500 heures de vol. À la fin de l'année 1997, les 40 000 heures de vol qui étaient programmées sont accomplies.

Maintenance[modifier | modifier le code]

Le point noir du B-2 est le fait qu'il est difficilement déployable en raison de la fragilité de son revêtement antiradar, ce qui lui interdit de stationner à l'extérieur de ses hangars trop longtemps. Des hangars démontables pressurisés connus sous le nom de B-2 Shelter System [B2SS] Extra Large Deployable Aircraft Hangar Systems ont été créés pour surmonter cette difficulté à partir de 1999 ; ils coûtent entre 2 et 2,5 millions de dollars pièce et nécessitent 29 sorties de C-130 pour leur transport[29].

Sa maintenance courante a été longtemps impossible en dehors de son unique base de Whiteman à cause des soutiens logistiques très spécifiques qu'il nécessite et qui n'étaient disponibles que sur cette base jusqu'à la création de ces hangars démontables et la construction sur les bases de Andersen Air Force Base sur l'île de Guam dans l'océan Pacifique, de Diego Garcia dans l'océan Indien et de la base de la Royal Air Force de RAF Fairford (en) en Angleterre de bâtiments pouvant le recevoir.

Des améliorations portant sur le revêtement furtif du B-2 le rendant plus résistant à l'humidité et nécessitant une maintenance allégée, grâce notamment à un système de diagnostic des revêtements furtifs, sont actuellement en cours, ainsi début 2008 une nouvelle technique passant par la projection d'un spray de revêtement furtif séchant en moins d'une heure a permis de réduire de 64 %, pour les avions qui en ont bénéficié, le nombre d'heures de maintenance pour la furtivité[30].

Sa lourde maintenance fait qu'au maximum la moitié de la flotte de B-2 peut être utilisée au même moment en opérations. Lors de la réception des premiers avions, il fallait faire une révision générale toutes les 200 heures de vol. En 1999, ce délai a été porté à 600 heures.

En temps normal, 16 des 20 appareils restants sont censés opérationnels en permanence, les quatre autres étant en entretien ou servant à des tests. Le taux de disponibilité qui était de 54,7 % en 2010 est passé en 46,8 % en 2013 à la suite de coupes budgétaires dans le budget fédéral des États-Unis (75 % de disponibilité pour le B-52, 58 % pour le B-1B)[31].

Financement[modifier | modifier le code]

Les problèmes de performances du B-2 ne l'ont pas aidé dans sa lutte pour le financement devant le Congrès des États-Unis. Le budget initial comptait sur une flotte de 132 unités, incluant les prototypes, mais en 1991, ce nombre avait été réduit à 76. Après les six premiers avions commandés en 1982, trois autres ont pu être financés lorsque le B-2 était encore un projet « noir ». En 1989, des fonds furent débloqués pour trois autres unités, puis deux en 1990 et enfin deux autres en 1991. Le Congrès bloqua ensuite les acquisitions à ces 16 (15 pour l'USAF) appareils.

L'USAF affirma alors qu'elle ne pouvait garantir une capacité opérationnelle efficace avec moins de vingt appareils. Ainsi en 1993 fut approuvé le financement de cinq B-2 supplémentaires. Cette autorisation du financement était assortie de la condition que les problèmes de furtivité soient résolus pour que la production puisse débuter. Le coût par avion (prêt au vol) était alors de 2 220 millions de dollars.

En 1987, les estimations initiales du programme pour 75 avions s'élevaient à un total de 64 700 millions de dollars américains ; en 1996, le US General Accounting Office estime que le coût du programme avec les 21 appareils construit est de 44,785 milliards de dollars (valeur en 1996). Il n'est pas impossible que certaines parties du budget colossal du B-2 aient été consacrées à d'autres projets secrets.

Coût du programme en dollars courants en 1996
Développement (en M$) Série (en M$)
Part Northrop 21 217 Prix des avions 13 969
Moteurs (GE) 569 Coûts fixes 1 718
Armements 125 Rechanges 1 488
Simulateurs de vol 561 Équipements, entraînement 1 653
Préparation de mission 338 Rétrofit 162
Essais officiels 793 Maintenance 513
Autres dépenses 580 Maintenance logiciels 353
Divers 446 Bâtiments et divers 299
Total R&D 24 629 Total acquisitions 20 155
Source : Air et Cosmos no 1586, 8 novembre 1996

Le maintien en condition des 21 appareils et leur modernisation coûte en moyenne près de 700 millions de dollars par an. Chacun des engins vaut entre deux et trois fois sa masse en or.

Une étude du Center for Defense Information (en) sur le coût de l’heure de vol des avions de l'USAF déclare les chiffres suivant pour le B-2[32] :

Coût de l’heure de vol entre 2001 et 2010
Année 2001 2002 2003 2004 2005 2006 2007 2008 2009 2010
Coût 85 897 $ 81 627 $ 71 078 $ 89 401 $ 100 937 $ 86 402 $ 88 767 $ 135 214 $ 135 756 $ 135 182 $

Engagement[modifier | modifier le code]

Carrière opérationnelle[modifier | modifier le code]

Au-dessus de Whiteman Air Force Base, le siège de la 509th Bomb Wing.

Les 19 appareils opérationnels dépendent du 509th Bomb Wing, l'escadre qui a effectuée les deux bombardements nucléaires sur le Japon en 1945, basé à Whiteman Air Force Base dans l'État du Missouri ; cette unité est passée sous le giron du Global Strike Command en avril 2010[33]. Celui-ci se compose de deux escadrilles, les 325th et 393 rd Bomb squadron. Un B-2 au minimum est constamment en Californie pour servir de banc d'essais. Depuis 2009, le 131st Bomb Wing (en) de la Missouri Air National Guard opère avec les avions du 509th.

Le premier bombardier opérationnel est le Spirit of Missouri, réceptionné sur la base de Whiteman le 17 décembre 1993, le 90e anniversaire du premier vol des frères Wright. L'escadre est quant à elle opérationnelle après la livraison de ces 20 avions en avril 1997. L'USAF annonce que des missions de 50 heures sont possibles, avec toutefois une bonne préparation et plusieurs ravitaillements en vol, ce qui veut dire que ces appareils peuvent frapper n'importe quel point de la planète. Les pilotes de B-2 volent sur des avions d'entraînement supersoniques T-38 Talon pour maintenir les heures de vol nécessaires pour répondre à leurs exigences de mission.

Opérations de combat[modifier | modifier le code]

De bas en haut : un B-2 accompagné par un B-1B et un B-52.
La base aérienne libyenne de Ghardabiya après le bombardement des B-2 le 20 mars 2011.

Son baptême du feu a lieu durant la guerre du Kosovo où sur les 21 appareils, un pool de 9 participe à l'opération Allied Force, et un maximum de 6 simultanément. Ils auraient d'ailleurs à cette occasion été détectés et suivis pendant leur mission par le radar trans-horizon français Nostradamus implanté près de Dreux[34]. Le 24 mars 1999, deux B-2 lâchèrent leurs bombes sur des cibles yougoslaves au cours d'une mission de 31 heures.

Après 11 semaines d'opérations, ils effectuèrent un total de 49 sorties en décollant et atterrissant de leur base de Whiteman sans escale pour des missions de 28 à 32 heures, 45 largages de bombes JDAM guidées par GPS dont ce fut la première utilisation au combat répartis en 609 JDAM de 2 000 livres Mk-84 (GBU-31v1), 43 JDAM de 2 000 livres BLU-109 antibunkers (GBU-31v3), et 4 GBU-37 de 4 700 livres[35], soit 11 % des munitions larguées pour moins d'un pour cent de l'ensemble des raids de bombardements aérien menés par l'OTAN. La destruction des cibles aurait atteint 80 % dès la première passe[36].

Ses cibles furent diverses : bases aériennes et terrestres, ponts, bâtiments administratifs mais cette campagne fut marquée par le bombardement de l'ambassade de la république populaire de Chine à Belgrade le 7 mai à minuit (heure locale) ; officiellement, cette bavure serait due à une erreur d'adresse, le bâtiment ayant auparavant appartenu au ministère de la défense Yougoslave[37].

Six B-2 ont participé aux trois premiers jours de l'opération Enduring Freedom, l'intervention américaine en Afghanistan fin 2001, exécutant des frappes dès les premières heures du conflit le dimanche 7 octobre 2001. Ils participèrent entre autres aux raids sur Rhino et Gecko.

Un B-2 détient le record de la plus longue sortie de combat d'un avion, dans l'histoire aérienne, la mission ayant duré 44 heures (un dirigeable Zeppelin effectua une mission de 95 h en 1917). Un B-2 décolle de Whiteman Air Force Base dans le Missouri, vole jusqu'en Afghanistan, attaque une cible. Il se pose sur la base de Diego Garcia dans l'Océan Indien pour une escale technique : réapprovisionnement en combustible et armement, changement d'équipage, les moteurs tournant au ralenti. Le B-2 retourne attaquer une cible en Afghanistan. Finalement cet avion termine sa mission en retournant à Whiteman.

La majorité des missions partirent toutefois de l'île de Diego Garcia.

Quatre B-2 ont également participé à l'opération libération de l'Irak en 2003 où ils larguèrent 583 JDAM[38].

Le 20 mars 2011, trois B-2 ont frappé une base aérienne de l'armée de l'air libyenne contrôlée par les forces pro-Kadhafi, dans le cadre de la mise en place d'une zone d'exclusion aérienne au-dessus de la Libye sous le mandat de l'Organisation des Nations unies. 45 bombes d'une tonne ont été larguées lors de cette mission d'une durée de 25 h sur cette cible située à environ 9 200 km de leur base[39].

Accidents[modifier | modifier le code]

Le Spirit of Kansas après son accident.

Le vendredi 22 février 2008 à 10 h 45 heure locale (UTC+10) (soit le samedi 23 février 2008 à h 45 UTC), un B-2 s'est écrasé pendant son décollage depuis la Andersen Air Force Base située sur l'île de Guam[40],[41]. Ses deux pilotes sont parvenus à s'éjecter de l'avion et sont sains et saufs, a annoncé le porte-parole de l'Air Combat Command[42], mais l'un d'entre eux a dû être hospitalisé tandis que la flotte de B-2 a été interdite de vol le temps d'une inspection[43]. L'appareil détruit est l'AV-12 Spirit of Kansas, n° de série 89-0127 [44]. Le coût de la perte de l'appareil est estimé par l'USAF à 1,4 milliard de dollars[45].

L'accident serait dû à une défaillance de trois capteurs due à l'humidité[46] qui ont fait que les ordinateurs de bord ont exécuté des calculs de vol inadaptés à la situation réelle ; le bord de l'aile gauche a touché la piste, l'avion s'est écrasé au sol et un grave incendie s'est déclenché[47].

Le 10 février 2010, un incendie au sol endommage très gravement l'AV-11 Spirit of Washington, numéro d'identification 88-0332 sur la Andersen Air Force Base. Après 18 mois de travaux, l'avion peut redécoller pour l'Air Force Plant 42 à Palmdale le 18 août 2011 et terminer ses réparations[48]. Il reprit du service début 2012[49].

Liste des avions[modifier | modifier le code]

Liste des bombardiers B-2
Désignation No d'identification Nom formel Nom informel Année de commande Réception par l'USAF Arrivée à Whiteman AFB Statut
AV-1 82-1066 Spirit of America Fatal Beauty 1987 17 juillet 1989 n/c En service
AV-2 82-1067 Spirit of Arizona Ship From Hell, Murphy's Law, Grave Digger n/c 19 octobre 1990 20 mars 1998 En service
AV-3 82-1068 Spirit of New York Navigator, Ghost, Afternoon Delight n/c 18 juin 1991 10 octobre 1997 En service
AV-4 82-1069 Spirit of Indiana Christine, Armageddon Express n/c 2 octobre 1992 22 mai 1999 En service
AV-5 82-1070 Spirit of Ohio Fire and Ice, Toad n/c 5 octobre 1992 18 juillet 1997 En service
AV-6 82-1071 Spirit of Mississippi Black Widow, Penguin, Arnold the Pig n/c 2 février 1993 23 mai 1998 En service
AV-7 88-0328 Spirit of Texas Pirate Ship 1987 24 août 1994 31 août 1994 En service
AV-8 88-0329 Spirit of Missouri   1987 11 décembre 1993 17 décembre 1993 En service
AV-9 88-0330 Spirit of California   1988 16 août 1994 17 août 1994 En service
AV-10 88-0331 Spirit of South Carolina   1988 29 décembre 1994 30 décembre 1994 En service
AV-11 88-0332 Spirit of Washington   1989 27 octobre 1994 30 octobre 1994 Endommagé par un incendie le 10 février 2010
Reprend le service actif début 2012
AV-12 89-0127 Spirit of Kansas   1989 16 février 1995 17 février 1995 Détruit dans un accident le 23 février 2008
AV-13 89-0128 Spirit of Nebraska   1990 26 juin 1995 28 juin 1995 En service
AV-14 89-0129 Spirit of Georgia The Dark Angel 1990 25 septembre 1995 14 novembre 1995 En service
AV-15 90-0040 Spirit of Alaska   1991 12 janvier 1995 24 janvier 1996 En service
AV-16 90-0041 Spirit of Hawaii   1991 24 décembre 1995 10 janvier 1996 En service
AV-17 92-0700 Spirit of Florida   1992 29 mars 1996 3 juillet 1996 En service
AV-18 93-1085 Spirit of Oklahoma Spirit of San Francisco 1993 13 mai 1996 15 mai 1996 En service
AV-19 93-1086 Spirit of Kitty Hawk   1993 n/c 30 août 1996 En service
AV-20 93-1087 Spirit of Pennsylvania Penny the Pig 1993 n/c 5 août 1997 En service
AV-21 93-1088 Spirit of Louisiana   1993 n/c 10 novembre 1997 En service
AV-22 – AV-165 Abandonné        
Source : Fiche de présentation de la Federation of American Scientists

Variantes[modifier | modifier le code]

Block 10[modifier | modifier le code]

Les appareils AV-7 à AV-16 furent construits suivant la configuration standard Block 10 (B-2A-NO). Cette configuration limitait le B-2 à transporter 16 bombes B83 ou Mk 84, et restreignait son utilisation à des missions de 2 à 3 appareils partant de Whiteman, mais avec l'option de regagner une autre base de l'Air Force. L'AV-12 jusqu'au AV-16 furent mis au standard Block 20 en 1996/97.

Block 20[modifier | modifier le code]

Les appareils AV-17 à AV-19 furent construits au standard Block 20. La configuration Block 20 permettait à l'appareil d'emporter 36 bombes ou 16 900 kg de bombes JDAM. En parallèle avec le JDAM, le GPS-Aided Targetting System (GATS) fut aussi installé.

Block 30[modifier | modifier le code]

L'AV-20 et l'AV-21 furent construits suivant la configuration finale, le Block 30. Ce dernier permet l'emport de 80 bombes Mk 82 de 225 kg et mines Mk 62 ou 37 Mk 117 de 340 kg. Un système de communication par satellite (Milstar) a été ajouté, et le système de planning de mission y est entièrement fonctionnel ainsi qu'une liaison 16 (Intranet militaire). De 1995 à novembre 2000, tous les B-2 ont été portés à ce niveau, y compris le prototype qui est depuis opérationnel et peut effectuer des missions de combat.

B-2C[modifier | modifier le code]

Une nouvelle version du B-2A, connue sous le nom de B-2C (conventionnel) basée étroitement sur le B-2A Block 30 a été proposée fin 2001, elle aurait de nouveaux ordinateurs et radar beaucoup moins coûteux que ceux actuels et son électronique serait remplacée par les processeurs commerciaux disponibles immédiatement. Ce plan impliquerait la production de 40 B-2C supplémentaires sur une période de 10 ans pour un coût total de 28 milliards de dollars. Il a très peu de chances de voir le jour.

Fraude du constructeur, affaires d'espionnage et problèmes de sécurité[modifier | modifier le code]

En 1985, Northrop aurait menti au gouvernement concernant les progrès de la conception du système de brouillage des ondes radar SP-3/ZSR 62 et, en conséquence, l'USAF lui a attribué un contrat de 254 millions de dollars pour le construire. Après avoir obtenu le contrat, Northrop est soupçonné d'avoir présenté des résultats concernant des équipements de contrôle et des procédures dépassés et inutiles en prétendant que ces divers circuits étaient opérationnels alors que Northrop savait que, comme pour le produit fini, ils ne l'étaient pas. Après 2 ans de financement supplémentaires, l'USAF stoppa ce projet. La société est également accusée de surfacturations diverses sur plusieurs programmes militaires. En 2005, elle paya 63 millions de dollars à la justice américaine pour que l'on abandonne les charges contre elle[50].

En 1984, un employé de Northrop, Thomas Cavanaugh (en), a été arrêté pour avoir tenté de vendre des informations classifiées à l'Union soviétique, qui, apparemment, ont été sorties clandestinement de l'usine de Pico Rivera[51]. Cavanaugh a finalement été condamné à la prison à perpétuité puis libéré sous condition en 2001.

Noshir Gowadia (en), un des principaux ingénieurs ayant conçu le B-2, notamment le système de propulsion et le système de défense contre les missiles à auto-directeurs infrarouges est arrêté en 2005. Il est accusé d'avoir livré des informations confidentielles sur celui-ci à plusieurs États (incluant l'Allemagne, la République populaire de Chine, Israël, l'Iran, l'Inde et la Suisse) à partir de 1999[52]. Il est condamné le 24 janvier 2011 à 32 ans de prison.

Le radar AESA APQ-181 prévu pour le B-2 ne peut plus être mis en œuvre tel quel car la fréquence sur laquelle il fonctionnait a été vendue par la Federal Communications Commission en 2008 par inadvertance à une société civile dirigée par un citoyen malien élevé en Russie. Le coût de modification des vingt radars pourrait approcher le milliard de dollars[53].

Culture populaire[modifier | modifier le code]

Le Northrop B-2 Spirit apparaît dans divers romans, comics, mangas, films, séries, et jeux vidéo et a inspiré la création d'une moto.

Moto furtive[modifier | modifier le code]

La Stealth Bike de Northrop Grumman exposée devant un B-2 Spirit.

Le 14 janvier 2009, pour les 20 ans du premier vol de l’appareil, Northrop Grumman dévoile une moto nommée « Stealth Bike » à Whiteman Air Force Base. L’engin reprend les formes du cockpit de l’aile volante et incorpore des pièces de titane. Conçue par l’entreprise aérospatiale, elle est construite par Orange County Choppers[54].

Romans[modifier | modifier le code]

  • Timothy Rizzi, Chasseur fantôme (Nightstalker, New York, 1992), Claude Lefranq Éditeurs, Bruxelles, 1997 (ISBN 2871533466)

Films[modifier | modifier le code]

Jeux vidéo[modifier | modifier le code]

  • Operation Stealth (1990) : Delphine Software, Amiga.
  • Act of War : direct action et Act of War : hight treason : le Northop B-2 Spirit apparaît tout au long du jeu au côté de la Faction US ARMY.
  • Call of Duty: Modern Warfare 2 (2009) : dans le mode multijoueur, possibilité de lancer une frappe, appelée « bombardement furtif », avec un B-2 indétectable par les radars ennemis.
  • Call of Duty: Modern Warfare 3 (2011) : en multijoueur, possibilité de lancer une frappe, c'est un B-2 indétectable par les radars ennemis.
  • Empire Earth : durant l'ère atomique - Moderne (époque 12), le joueur peut construire des bombardiers B-2 dans ses aéroports.
  • Empire Earth II : dans l'âge génétique (époque 14), le bombardier furtif est un B-2.
  • Rise of Nations : le développement de la prospérité mondiale permet d'obtenir des bombardiers furtifs : des B-2.
  • Command & Conquer: Generals - Heure H : La recherche « Bombardement incendiaire lourd » des États-Unis permet de larguer d'une bombe aéro-incendiaire depuis un Bombardier furtif B-2, appelé Bombardier Furtif B-3 dans le jeu ; ainsi qu'un tapis de bombe.
  • Ace Combat: Assault Horizon dans le mode solo, l'une des missions vous propulse aux commandes d'un bombardier furtif B-2 pour un raid sur la Russie.
  • Sid Meier's Civilization V : Une unité de l'ère moderne, le bombardier stratégique, est représentée par un B-2.
  • Desert operation possibilité d'acheter des B-2 pour améliorer son armée.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b (en) Federation of American Scientists, « B-2 Bomber: Cost and Operational Issues (Letter Report, 08/14/97, GAO/NSIAD-97-181). », sur fas.org (consulté le 2 octobre 2013)
  2. (en) The Federal Reserve Bank of Minneapolis, « Consumer Price Index (Estimate) 1800-2008 », sur minneapolisfed.org (consulté le 2 octobre 2013)
  3. « ? », Air et Cosmos, no 2044,‎ 15 décembre 2006
  4. Emmanuel Huberdeau, « Appel d'offre pour trouver un successeur au B-2 »,‎ 11 juillet 2014
  5. (en) E.T. Wooldridge, « N-1M: the first Northrop flying wing », sur century-of-flight.net (consulté le 2 octobre 2013)
  6. (en) « B-2 Spirit Fact Sheet », sur www.af.mil, US Air Force,‎ avril 2008
  7. Pace 1999, Appendix A
  8. Spick 2000, p. 340–341
  9. a et b (en) « Weapons of Mass Destruction (WMD): B-2 specifications », sur www.globalsecurity.org (consulté le 11 mars 2010)
  10. (en) « Boeing: B-2 Spirit », sur www.boeing.com, Boeing
  11. (en) « Model F118: Stealth and Recon », sur www.geae.com, GE Aviation (consulté le 3 avril 2010)
  12. (en) « AN/APQ-181 Radar System », sur www.raytheon.com, Raytheon
  13. (en) El Segundo, « Northrop Grumman To Continue B-2 Radar Modernization Program », sur spacedaily.com,‎ 7 mai 2003 (consulté le 3 octobre 2013)
  14. (en) « USAF Awards B-2 Radar Upgrade », Aviation Week & Space Technology,‎ 30 décembre 2008 (lire en ligne)
  15. (en) « The ACES II Seat: History », sur www.ejectionsite.com, The Ejection Site (consulté le 2 avril 2010)
  16. (en) « B-2 to receive maintenance boost », sur www.flightglobal.com,‎ 5 mars 2002
  17. (en) « Northrop Grumman Team Successfully Tests New Communications Link for B-2 Bomber That Will Improve Pilots' Ability to Share Information », sur www.irconnect.com, Northrop Grumman,‎ 31 août 2005
  18. (en) David Cenciotti, « B-2 stealth bombers upgrade to include a more direct way to get Presidential orders », sur The Aviationist,‎ 7 septembre 2013 (consulté le 15 octobre 2013)
  19. (en) « USAF Bombers Common Mission Planning System », sur www.deagel.com,‎ 6 octobre 2005
  20. (en) Hans M. Kristensen, « Obama and the Nuclear War Plan », sur www.fas.org, Federation of American Scientists,‎ février 2010 (consulté le 11 mars 2010) [PDF]
  21. (en) « U.S. Air Force B-2 Bomber Drops 80 JDAMS in Historic Test », sur www.boeing.com, Boeing,‎ 17 septembre 2003 (consulté le 12 mars 2010)
  22. (en) « Joint Air-to-Surface Standoff Missile (JASSM) », sur www.lockheedmartin.com, Lockheed Martin (consulté le 12 mars 2010)
  23. (en) Andreas Parsch, « Boeing AGM-131 SRAM II », sur www.designation-systems.net, Designation-systems,‎ 18 février 2002 (consulté le 12 mars 2010)
  24. (en) Andreas Parsch, « Northrop AGM/MGM-137 TSSAM », sur www.designation-systems.net, Designation-systems,‎ 8 octobre 2002 (consulté le 12 mars 2010)
  25. (en) Tony Capaccio, « B-2 Bomber Gets Boeing’s New 30,000-Pound Bunker-Buster Bomb », sur Lignes de défense,‎ 15 novembre 2011 (consulté le 17 novembre 2011)
  26. « ? », Air & Cosmos, no 2089,‎ 31 août 2007, p. 29
  27. Guillaume Steuer, « Le B-2 s'attaque aux cibles mobiles », Air & Cosmos, no 2112,‎ 22 février 2008
  28. (en) « 1999 HONOREES », sur Municipalité deLancaster (Californie),‎ 2006 (consulté le 3 octobre 2013)
  29. (en) « B-2 Shelter System [B2SS] Extra Large Deployable Aircraft Hangar Systems (Formerly: B-2 Shelter Program) », sur Global Security (consulté le 3 octobre 2013)
  30. Jean-Louis Promé, « L'USAF au cœur du Prompt Global Strike », Défense et Sécurité internationale, no 35,‎ mars 2008, p. 85 (ISSN 1772-788X)
  31. « Le B-2 en perte de disponibilité », Défense et Sécurité internationale, no 97,‎ novembre 2013, p. 13 (ISSN 1772-788X)
  32. (en) Stephen Trimble, « EXCLUSIVE: US Air Force combat fleet's true operational costs revealed », sur The DEW Line,‎ 26 août 2011 (consulté le 6 septembre 2011)
  33. (en) Jim Garamone, « Global Strike Command Will Stress Nuclear Mission », sur www.defenselink.mil, American Forces Press Service,‎ 7 août 2009 (consulté le 18 août 2009)
  34. « Le radar qui défie l'horizon », Le Point,‎ 20 janvier 2007
  35. (en) Barry D.Watts, « Moving forward on long-range strike », sur www.csbaonline.org, Center for Strategic and Budgetary Assessments,‎ 27 septembre 2004 (consulté le 12 mars 2010) [PDF]
  36. [PDF](en) « Analyse des performances du B-2 durant la guerre du Kosovo », sur Northrop-Grumman
  37. (en) « Performance of the B-2 bomber in the Kosovo air campaign », sur Commission des Forces armées de la Chambre des Représentants,‎ 30 juin 1999 (consulté le 3 octobre 2013)
  38. (en)[PDF]Document interne de l'USAF sur le B-2
  39. (en) Richard Hartley-parkinson, « Touchdown : B-2 stealth jets return after epic 11,500 mile journey to bomb Libyan aircraft shelters », Daily Mail,‎ 21 mars 2011 (lire en ligne)
  40. (en) « Stealth bomber crashes at Andersen AFB », Kuam News,‎ 23 février 2008 (lire en ligne)
  41. (en) « US Stealth Bomber Crashes. », sur liveleak.com,‎ 23 février 2008 (consulté le 3 octobre 2013)
  42. (en) Pilots safe in B-2 crash in Guam, USA Today, 23 février 2008
  43. Le Pentagone suspend les vols de ses bombardiers furtifs B-2, Xinhuanet, 25 février 2008
  44. (en) B-2 Crashes on Takeoff From Guam, 23 février 2008, Michael O. Lavitt, Aviation Week
  45. (en) Air Combat Command, « B-2 accident report released », sur acc.af.mil,‎ 5 juin 2008 (consulté le 3 octobre 2013)
  46. (en) B-2 Crash Caused By High Humidity, Strategy Page, 9 juin 2008
  47. (en) Joe Pappalardo, « B-2 Stealth Bomber Crash Scene Photos : Exclusive First Look », Popular Mechanics,‎ 14 juillet 2008 (lire en ligne)
  48. (en) Daryl Mayer, « Program office brings home 'wounded warrior' », sur Wright-Patterson Air Force Base,‎ 24 août 2011 (consulté le 3 octobre 2013)
  49. (en) « Accident report update », AirForces Monthly,‎ décembre 2011 ([AirForces Monthly lire en ligne])
  50. (en) United States Attorney Northern District of Illinois, « Northrop Grumman to pay U.S. $62 million to settle alleged accounting overcharges and false claims about radar jamming device for B-2 "stealth" bomber », sur http://www.dodig.mil/, Office of the Inspector General,‎ 1er mars 2005 (consulté le 3 octobre 2013)
  51. (en) AP, « No Headline », The New York Times,‎ 24 juin 1978 (lire en ligne)
  52. (en) Dossier sur Noshir Gowadia du Centre for Counterintelligence and Security Studies
  53. (en) Bandwidth Demands Crowd Military Needs, Military-Com, 19 mars 2009
  54. (en) « B-2 Stealth Bike Unveiled At Whiteman AFB », sur www.whiteman.af.mil, Whiteman Air Force Base,‎ 21 janvier 2009

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Document utilisé pour la rédaction de l’article : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

Ouvrages français[modifier | modifier le code]

  • Alain Pelletier, Les avions et engins Northrop : des origines à nos jours Minidocavia no 21, Clichy (Hauts-de-Seine), Larivière,‎ 2006 (ISBN 978-2848900780) Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • Alain Pelletier, Les ailes volantes : histoire mondiale des ailes volantes et des avions sans queue, Boulogne-Billancourt, ETAI,‎ 1999 (ISBN 978-2726884447) Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • Collectif, Alliés et Adversaires, DID Ltd, World Air Power journal, 1997 Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • Doug Richardson, Les avions furtifs, Paris, Éditions Atlas,‎ 1990 (ISBN 978-2731208153) Document utilisé pour la rédaction de l’article

Ouvrages anglais[modifier | modifier le code]

  • (en) Mike Spick, The Great Book of Modern Warplanes : B-2 Spirit, St. Paul, Minnesota, MBI Publishing Company,‎ 2000 (ISBN 978-0760308936) Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • (en) Thomas Withington, B-2A Spirit units in combat, Oxford, OX New York, NY, Osprey Pub. Ltd,‎ 2006 (ISBN 978-1841769936).
  • (en) Ole Steen Hansen, The B-2 Spirit stealth bomber, Mankato, Minn, Capstone Press,‎ 2006 (ISBN 978-0736852555)
  • (en) E Basmadjian, The B-2 Spirit, New York, Rosen Central,‎ 2003 (ISBN 978-0823938698)
  • (en) P Fittante, Spirit flight, Bend, Or, Salvo Press,‎ 2003 (ISBN 978-1930486423)
  • (en) Bill Sweetman, B-2 Spirit, Shrewsbury, Airlife Publishing,‎ 2003 (ISBN 978-1840374179)
  • (en) Steve Pace, B-2 Spirit: The Most Capable War Machine on the Planet, New York, McGraw-Hill,‎ 1999 (ISBN 978-0071344333) Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • (en) Bill Sweetman, Stealth bombers : the B-2 Spirits, Mankato, Minn, Capstone High-Interest Books,‎ 2001 (ISBN 978-0736807913)
  • (en) William Holder, Northrop Grumman B-2 Spirit : an illustrated history, Atglen, PA, Schiffer Pub,‎ 1998 (ISBN 978-0764305917)
  • (en) Jay Miller, Northrop B-2 Spirit : the history and technology of the U.S. Air Force's extraordinary stealth bomber, Leicester, U.K. North Branch, MN, Midland Pub. Specialty Press (distributors),‎ 1995 (ISBN 978-1857800395)
  • (en) James Goodall, B-2 Spirit in action - Aircraft No. 178, Carrollton, TX, Squadron/Signal Publications,‎ 2002 (ISBN 978-0897474351).

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]