Lockheed Martin F-117 Nighthawk

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Night et Hawk.
Pix.gif Lockheed-Martin F-117 Nighthawk Su-27 silhouette.svg
F-117 Nighthawk Front.jpg Vue de l'avion

Constructeur Drapeau : États-Unis Lockheed Martin
Rôle Attaque au sol
Statut Retiré du service
Premier vol 18 juin 1981
Mise en service Octobre 1983
Date de retrait Avril 2008
Coût unitaire 45 millions de dollars en 1983
Nombre construits 59
Équipage
1 pilote
Motorisation
Moteur General Electric F404-GE-F1D2
Nombre 2
Type Turboréacteurs
Poussée unitaire 47,8 kN
Dimensions
LOCKHEED F-117A NIGHT HAWK.png
Envergure 13,21 m
Longueur 20,09 m
Hauteur 3,78 m
Surface alaire 84,8 m2
Masses
À vide 13 000 kg
Avec armement 20 000 kg
Maximale 25 000 kg
Performances
Vitesse maximale 993 km/h (Mach 0,92)
Vitesse de décrochage 280 km/h
Plafond 13 710 m
Rayon d'action 2 110 km
Armement
Interne 2 bombes en soute (Mk 84, Paveway GBU-10 (en), GBU-27 (en), BLU-109B, WCMD, Mk.61)
Externe Aucun
Avionique
FLIR et DLIR de ciblage

Le Lockheed-Martin F-117 Nighthawk est un avion d'attaque au sol conçu par les États-Unis dans la seconde moitié des années 1970. C'est le premier avion militaire au monde étudié dès le départ pour avoir la signature la plus réduite possible. Il a été retiré du service le 21 avril 2008.

À cause de ses formes inhabituelles et du secret qui a entouré tant l'avion (son existence n'a été reconnue officiellement qu'en 1988) que ses missions, le F-117 a été évoqué comme source des observations d'OVNI triangulaires, en particulier durant les vagues d'ovnis américaine (1983-1997) dans la vallée de l'Hudson, belge (1989-1992) et britannique (1993).

Conception[modifier | modifier le code]

Have Blue[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Lockheed Have Blue.

Au milieu des années 1970, les bureaux d'études du constructeur aéronautique Lockheed commencent à étudier un avion furtif, se basant en partie sur les recherches menées pour réduire la signature du Lockheed A-12 Oxcart. Nommé Have Blue, le projet était protégé par un secret absolu. Deux prototypes furent construits, le premier d'entre eux faisant son vol inaugural le 1er décembre 1977.

F-117A Nighthawk[modifier | modifier le code]

Un F-117 larguant deux bombes Paveway.

Fin 1978, Lockheed obtient un contrat pour construire un avion de série reprenant la formule validée sur le Have Blue. Ce nouveau projet, toujours couvert par le secret le plus total, reçu la désignation Senior Trend. Le premier avion de présérie fit son vol inaugural le 18 juin 1981, et fut rejoint par 4 autres exemplaires en vue des essais et validations nécessaires avant la mise en service effective. Le premier avion de production fut livré en avril 1982, mais fut détruit dès son premier décollage à la suite d'un mauvais montage des commandes de vol électriques. Le pilote fut grièvement blessé.

Le F-117 reprend l'allure générale du Have Blue mais s'en différencie de plusieurs façons. D'abord, il est nettement plus grand et plus lourd. Ses moteurs sont des General Electric F404-GE-F1D2, dérivés des moteurs du F-18 mais sans post-combustion. Les deux dérives sont placées plus en arrière et inclinées vers l'extérieur (au lieu de l'intérieur), tandis que la flèche de l'aile est moins prononcée. Le pare-brise comporte un panneau central plat pour permettre l'utilisation d'un viseur tête-haute. Une soute à armement ventrale permet d'emporter 2 270 kg de charge militaire, dans la grande majorité des cas, des bombes Paveway à guidage laser. Enfin, une avionique spécifique est installée, composée notamment de deux systèmes de vision infrarouge (un FLIR vers l'avant, d'un DLIR vers le bas), d'un système de désignation à laser, et d'une centrale de navigation à inertie.

La première unité à recevoir l'avion fut le 4450th Tactical Group (en) du Tactical Air Command, installé dans une nouvelle base construite en secret dans la zone de Nellis. Pour garder le secret, les F-117 ne volaient que de nuit et l'unité était officiellement équipée de Vought A-7 Corsair II. Malgré ces précautions, des rumeurs concernant un avion secret commençaient à s'amplifier et deux accidents lors de vols d'entraînement nocturnes (voir plus loin, pertes et accidents) finirent par obliger le Pentagone à reconnaître officiellement l'existence du F-117, fin novembre 1988.

Construit à 59 exemplaires seulement, l'avion a été modernisé plusieurs fois, recevant par exemple un nouveau système de navigation et un tableau de bord avec des écrans multi-fonctions en couleurs. Au début des années 1990, le système d'expulsion des gaz des réacteurs a été entièrement revu pour améliorer sa fiabilité.

Il a été retiré du service le 21 avril 2008[1]. Il était prévu de l'utiliser jusqu'en 2018 mais les surcoûts du F-22 ont précipité sa retraite[2]. Tous les appareils existants ne seront pas stockés à Davis-Monthan AFB où vont généralement les avions retirés du service mais iront en zone militaire interdite au Tonopah Test Range (en) dans le Nevada pour éviter les fuites de matériaux sensibles toujours d'actualité sur cet appareil.

Engagements[modifier | modifier le code]

Le F-117 a été engagé lors de plusieurs opérations militaires et quasi exclusivement de nuit :

Pertes en opérations et accidents[modifier | modifier le code]

La verrière du F-117 abattu en Serbie

Un seul F-117 a été perdu au combat au cours des quatre conflits auxquels il a participé.

  • Le 20 avril 1982, lors de son vol de réception par l'US Air Force, le premier F-117A de série s'écrasa dès le décollage à la suite d'un défaut dans les commandes de vol. Le pilote n'eut pas le temps de s'éjecter et fut gravement blessé[3].
  • Le 11 juillet 1986, un F-117A percuta une montagne lors d'un vol d'entraînement nocturne à basse altitude. Le pilote fut tué[4].
  • Le 14 octobre 1987, un F-117A s'écrasa lors d'un vol d'entraînement nocturne. Le pilote fut tué[5].
  • Le 4 août 1992, un F-117A s'écrasa juste après le décollage à la suite d'un incendie à bord. Le pilote s'éjecta sans dommage[6].
  • Le 10 mai 1995, un F-117A s'écrasa lors d'un vol d'entraînement nocturne. Le pilote fut tué[7].
  • Le 14 septembre 1997, un F-117A devint incontrôlable lors d'un vol de démonstration durant un meeting aérien. Le pilote s'éjecta sans dommage, l'avion s'écrasa sur une maison et quatre personnes furent légèrement blessées[8].
  • Le 27 mars 1999, durant la guerre du Kosovo, un F-117A fut abattu par un missile anti-aérien S-125 au-dessus de la Serbie. Le pilote s'éjecta et fut récupéré sain et sauf[9]. L'opérateur de la batterie de missiles serbe avait modifié et amélioré les caractéristiques de celle-ci et disposait d'un radar plus puissant que celui d'origine qui aurait réussi à détecter l'avion, lequel volait dans de mauvaises conditions météorologique réduisant sa furtivité, à 25 km[10]. L'Otan a soupçonné l'armée de Yougoslavie d'utiliser un radar passif, appareil peu coûteux qui utilise la réflexion des ondes radio et télé ambiantes, pour guider leurs missiles[11]. Les Serbes ont donné une aile à la Russie, alors que la campagne serbe était parcourue par des agents chinois qui rachetaient aux paysans des débris de l'appareil[12].

Variantes[modifier | modifier le code]

Aucune variante du F-117 n'a été construite, mais plusieurs projets ont été envisagés :

  • Le F-117A+ équipé de nouveaux moteurs General Electric F-414 plus puissants de 35 % par rapport aux anciens, et les entrées d'air du B-2 (en forme de S). Une version destiné à la Royal Air Force aurait été équipée des moteurs EJ200 de l'Eurofighter Typhoon.
  • Le F-117B qui était allongé, avait une vitesse d'approche améliorée, et une plus grande capacité d'emport d'armement. Il pouvait tirer le missile AGM-88 HARM anti-radar.
  • Le F-117N/AF-117X qui était apte à l'emploi depuis un porte-avions. Les principales caractéristiques étaient un renfort de la structure et la rétractibilité des embouts d'ailes (pour prendre moins de place).

Problématique de la désignation F-117[modifier | modifier le code]

L'existence de l'avion n'a été reconnue par le Pentagone que fin novembre 1988, et sa désignation officielle a alors été annoncée comme étant F-117A. Par rapport à la nomenclature officielle, cette désignation est peu orthodoxe, la désignation F étant généralement réservée aux avions de chasse. L'explication serait que le F-117 a une maniabilité et une taille proche de celle d'un avion de chasse, il serait alors absurde de lui donner la désignation B des bombardiers où il serait comparé à des appareils comme le B-52.

Toutefois, le F-117 était initialement prévu pour faire des frappes préventives sur le territoire ennemi, y compris des missions anti-bombardier, rôle qui fut finalement abandonné, mais la lettre F lui resta.

Le numéro 117 ne suit pas celui des séries qui le précèdent (F-16, YF-17 et F-18). La numérotation aurait pris la suite des numéros 112 à 116, utilisés officieusement soit pour désigner les avions d'origine soviétique récupérés et testés secrètement par les États-Unis, soit pour d'autres projets secrets[13].

On retrouve les mêmes problématiques de désignation avec le F-111 Aardvark.

Problème résolu en partie en prenant en compte le déjà oublié F-4 Phantom II, qui commenca sa carrière comme F-110A "Spectre" en prenant son nom dans la lignée des « century fighters ».

Lors du renouvellement des désignations, le F-110A Spectre devint Phantom II et changea de code pour devenir F-4 (à la suite du F-3 Demon, de plus le nom de Spectre avait été attribué officiellement au Lockheed AC-130 au même moment) et seul le F-4 eu droit à ce traitement.

Aucun autre century fighter ne changea de code, ni le F-111 par exemple, ni même le F-105 Thunderchief pourtant contemporain du F-4 au Viêt Nam.

Le F-117 n'a pas, lui non plus, changé de code, essentiellement par le fait que les dénominations ultérieures étaient déjà attribuée jusqu'à F-33 lors de sa divulgation en 1988.

On peut donc considérer que le F-117 est le dernier représentant de la lignée des "Century Fighters" (chasseurs allant depuis le Super Sabre F-100 jusqu'au F-117).

Culture populaire[modifier | modifier le code]

  • NightHawk : F117A Stealth Fighter : Jeu vidéo développé par Microprose et sorti en 1991 sur PC puis sur Amiga en 1993.
  • Dans un des niveaux du jeu Jungle Strike, édité par Electronic Arts sorti en 1993 sur Megadrive et Super Nintendo l'accomplissement de plusieurs objectifs se font à bord d'un un chasseur furtif F-117.
  • Dans le jeu vidéo de stratégie Empire Earth : le joueur peut construire des chasseurs/bombardiers F-117 dans ses aéroports durant l'ère atomique - Moderne (époque 12).
  • Dans les jeux Command & Conquer: Generals & Command & Conquer: Generals - Heure H, le F-117 est utilisé par l'Armée Américaine sous la dénomination 'Chasseur Furtif'.
  • 24h chrono saison 4 épisode 16 (attaque contre Air Force One)
  • Tom Clancy's H.A.W.X. mission 15 (Bombardement sur Norfolk)
  • Tom Clancy's H.A.W.X. 2 (en) (dans aucune mission mais déverrouillable depuis les récompenses P.E.C.)
  • Heatseeker
  • Avion disponible pour le Conseil International déverrouillage au cours du jeu Ace combat 6
  • Dans le film Piège à grande vitesse (1995), deux F117 décollent d'une base militaire de l'US Air Force, l'un d'eux survole de nuit le train détourné par les terroristes.
  • Dans le film Ultime Décision (1996), utilisé en abordage "furtif" sur un avion de ligne.
  • Dans Vol d'Enfer (2006), téléfilm avec Steven Seagal, un F117 (présenté comme un nouveau prototype) intervient au début de l'intrigue, et sa furtivité s'applique également de façon littérale. C'est-à-dire qu'il devient véritablement invisible aux yeux de n'importe qui, et pas seulement sur écran radar.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) David C. and Albert C. Piccirillo Aronstein, HAVE BLUE and the F-117A, Reston, VA, AIAA, 1997 (ISBN 1-56347-245-7)
  • (en) H.W. III Crocker, Don't Tread on Me, New York, Crown Forum, 2006 (ISBN 978-1-4000-5363-6)
  • (en) David Donald, Black Jets: The Development and Operation of America's Most Secret Warplanes, Norwalk, Connecticut, AIRtime Publishing Inc., 2003 (ISBN 1-880588-67-6)
  • (en) Paul Eden (éditeur), Encyclopedia of modern military aircraft, London, Amber Books Ltd,‎ 1er juin 2006, 512 p. (ISBN 978-1904687849).
  • (en) James C Goodall, America's Stealth Fighters and Bombers: B-2, F-117, YF-22 and YF-23, St. Paul, Minnesota, Motorbooks International, 1992 (ISBN 0-87938-609-6), « The Lockheed F-117A Stealth Fighter »
  • (en) Don Logan, Lockheed F-117 Nighthawks: A Stealth Fighter Roll Call, Atglen, Pennsylvania, Schiffer Publishing, 2009 (ISBN 978-0-7643-3242-5)
  • (en) Jay Miller, Lockheed F-117 Stealth Fighter, Arlington, Texas, Aerofax Extra, 1990 (ISBN 0-942548-48-5)
  • (en) Ben Rich, Skunk Works, New York, Back Bay Books, 1994 (ISBN 0-316-74330-5)
  • (en) Doug Richardson, Stealth Warplanes, New York, Salamander Books Ltd, 2001 (ISBN 0-7603-1051-3)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Développement lié

Liens externes[modifier | modifier le code]