Douglas DC-7

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Douglas DC-7
Image illustrative de l'article Douglas DC-7

Rôle Avion de ligne
Constructeur Drapeau : États-Unis Douglas Aircraft Company
Équipage 3 à 4
Premier vol 18 mai 1953
Mise en service Novembre 1953
Premier client American Airlines
Production 338 (1953-1958)
Dimensions
Longueur 37 m
Envergure 42 m
Hauteur 10,5 m
Aire alaire 152 m²
Masse et capacité d'emport
Max. à vide 33 t
Max. au décollage 65 t
Passagers 99 à 105
Motorisation
Moteurs 4 Wright R-3350 Duplex-Cyclone (18 cylindres en double étoile)
Puissance unitaire 2 535 kW
(3 447 ch)
Puissance totale 10 140 kW
(13 788 ch)
Performances
Vitesse de croisière maximale 570 km/h
Vitesse maximale 650 km/h
Autonomie DC-7 : 7 510 km
DC-7C : 9 200 km
Plafond 7 600 m
Vitesse ascensionnelle 5,3 m/s
Charge alaire 427,6 kg/m²

Le Douglas DC-7 est un avion de ligne quadrimoteur américain construit entre 1953 et 1958. La version DC-7C est un des tout premiers avions de lignes à pouvoir traverser l'Atlantique Nord sans escale.

Historique[modifier | modifier le code]

L’origine du DC-7 est du à une demande d’American Airlines. Son président C.R Smith voulait un avion plus grand et disposant d’une meilleure autonomie que le DC-6. Il garantit une commande importante à Douglas. De plus les ventes du DC-6 stagnant à cause du Constellation, Douglas accepta ce projet.

Si la conception de base reste la même, le DC-7 emporte 30 % de plus de passagers sur des distances plus longues que son prédécesseur.

L'arrivée des avions à réaction comme le Boeing 367-80 (prototype du Boeing 707) oblige Douglas à développer rapidement un successeur, le Douglas DC-8. Le DC-7 a ainsi une carrière raccourcie, un certain nombre sont reconvertis en avion de fret (DC-7F).

338 Douglas DC-7 sont construits, dont 121 modèles DC-7C[1].

En service[modifier | modifier le code]

Le DC-7 fut mis en service le 4 novembre 1953 par American Airlines. Cette version permettait à American de réaliser les premières traversées d’une côte à l’autre des États-Unis sans escale. Une nouvelle version le DC-7B fit son premier vol le 21 avril 1955 et fut mise en service par Eastern Air Lines quatre mois plus tard [2].

En France l'Armée de l'Air a utilisé entre 1963 et 1978 trois DC-7C profondément modifiés. Appelés AMOR, pour Avion de Mesure et d'Observation au Réceptacle, ils étaient destinés au Centre d'Essais en Vol. Ils furent utilisés notamment au profit du Centre d'essais des landes. L'un d'entre eux a été versé en 1978 aux collections du Musée de l'air et de l'espace[3].

DC-7D Seven Seas[modifier | modifier le code]

L’ultime version fut le DC-7 D Seven Seas. Il fut le premier avion à pistons à traverser l’Atlantique sans escale, et fut mis en service pour la premiere fois avec Pan American Airways sur son réseau du Pacifique. Le DC-7D était un avion luxueux, puissant mais qui arriva trop tard sur le marché commercial, qui allait être dominé par les avions a réaction[4].

Versions[modifier | modifier le code]

DC-7 Mai 1953
DC-7B Avril 1955 Réservoirs supplémentaires
Peut traverser l'Atlantique Nord sur la route New York–Londres sans escale.
DC-7C Seven Seas Avril 1956 Allongé de 3 m, moteurs plus puissants
Premier avion de ligne à pouvoir traverser l'Atlantique Nord dans les deux sens sans escale.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Douglas DC-7
  2. A tale of Two Geants p 129
  3. http://www.pyperpote.tonsite.biz/pages/dc_7pag.html
  4. A tale of Two Geants p 135

Sources[modifier | modifier le code]

  • Bill Yene, McDonnell Douglas A tale of two giants, Ed Crescent Books ISBN 0-517-442876

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]