McDonnell F3H Demon

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Pix.gif McDonnell F3H Demon Su-27 silhouette.svg
F3-demon.jpg Vue de l'avion

Constructeur Drapeau : États-Unis McDonnell
Rôle Chasseur embarqué
Premier vol 7 août 1951
Mise en service 7 mars 1956
Date de retrait 1964
Équipage
1 pilote
Motorisation
Moteur Westinghouse J40-WE-22 (en)
Nombre 1
Type Turboréacteur
Poussée unitaire 64 kN
Dimensions
Envergure 10,77 m
Longueur 17,88 m
Hauteur 4,45 m
Surface alaire 41,1 m2
Masses
À vide 9 656 kg
Avec armement 14 127 kg
Maximale 17 700 kg
Performances
Vitesse maximale 1 152 km/h
Plafond 13 000 m
Vitesse ascensionnelle 4 374 m/min
Charge alaire 293 kg/m2
Rapport poussée/poids 0,46
Armement
Interne 4 canons de 20 mm
Externe 4 missiles Sparrow III ou Sidewider

Le McDonnell F3H Demon fut le premier véritable chasseur embarqué tout temps de l'US Navy. Il aurait dû être le chasseur embarqué capable de rivaliser avec les chasseurs terrestres [1]. Il fut le seul avion mono-réacteur développé par McDonnell [2].

Conception[modifier | modifier le code]

En 1949, l'US Navy cherchait déjà un remplaçant pour les F2H Banshee. Elle se tourna logiquement vers McDonnell pour lui demander de concevoir cet appareil autour du nouveau réacteur Westinghouse J40 (en) qui aurait dû offrir trois fois plus de poussée que les deux réacteurs du Banshee. Malheureusement le J-40 se révéla très en dessous de ces prévisions, ne développant qu'un tiers de la poussée initialement prévue. Pire, huit des trente cinq exemplaires construits firent l'objet d'accidents graves et les appareils restants furent cloués au sol. De plus le poids à vide et en charge ne cessant d'augmenter le J-40we fut incapable de performance acceptable. Westingouhouse proposa donc une version ameliore du J-40, le J-40WE-22. Ce dernier se révéla pire que son predecesseur, et l'US Navy entrepit de re-installer l'ancienne version du J-40 [1].

McDonnell et l'US Navy se mirent à la recherche d'un autre moteur. La meilleure alternative fut trouvée avec le Allison J71 (en) qui équipait déjà les B-66 Destroyer. Mais le montage de ce réacteur impliqua une modification des ailes et un fuselage plus large. Les nouveaux Demon avec le réacteur J71 furent dénommés F3H-2N.

Les F3H-2N connurent eux aussi des problèmes dus à la faible poussée du J71. Néanmoins l'US Navy passa commande de 239 F3H-2N.

L'armement standard était de quatre canons de 20 mm, puis quatre missiles Sparrow et plus tard Sidewider. En mission de chasse les canons étaient souvent démontés, pour gagner du poids, et seuls les missiles (en général 2 Sparrow et 2 Sidewinder) étaient conservés.

Les défaillances[modifier | modifier le code]

En dehors des problèmes de réacteurs le Démon fut aussi affecté par d’autres facteurs [3]:

  • Le démon a été le premier chasseur à avoir des surfaces de contrôle à commande hydraulique, mécanique, sans back-up. En cas de défaillance du circuit hydraulique, une pompe à air vérin hydraulique, installée juste en avant du ventre de la de l'appareil, entraînait une pompe hydraulique qui alimentait le petit système d'urgence mais uniquement hydraulique. Le système a bien fonctionné aussi longtemps que l'avion évoluait à des vitesses élevées, mais lors de vitesse plus réduite notamment lors de l’atterrissage, ce système ne fournissait pas assez d'énergie pour répondre aux besoins hydrauliques afin de contrôler l'avion.
  • Le F3H-1 rencontra beaucoup de problème au niveau des sièges éjectables, qui furent responsable d’une partie des décès sur le F3H. Les premiers sièges éjectables furent remplacés par des sièges Martin Baker plus fiables.
  • Même avec le nouveau réacteur J-71, le Démon connu des problèmes d’extinction moteur par temps de pluie ou de gel. Le problème fut corrigé notamment par la réduction de certaines aubes du réacteur, ce qui a encore réduit la poussée du J-71.


Engagements[modifier | modifier le code]

Aucun. La carrière du Demon fut écourté à la suite de 11 accidents successifs coûtant la vie à deux pilotes, l'un des accidents survenant lors d'une présentation au Président Eisenhower en 1957. Tous les F3H-1 furent cloués au sol, jusqu'à l'arrivée de la version F3H-2[4].

Faisant suite à ces accidents la majorité des pilotes décollèrent des portes-avions verrières ouvertes afin de faciliter l'éjection. Le Demon resta tout de même en première ligne jusqu'à l'arrivée en service du F4H-1 Phantom II en 1965[1]. Un total de 519 exemplaires furent construits avant que la production ne s'interrompre en 1959.

Développement ultérieur[modifier | modifier le code]

Les performances du Demon laissant à désirer, McDonnell entreprit, dans un premier temps sur fonds propre, dès l’été 1953, de développer un Super Demon (Mc Donnell Mod 98B ou F3H-3G). En 1954 l’US Navy demanda, pour un projet d’avion d’attaque embarqué, d’équiper les F3H-3G avec des réacteurs Wright J65, et le F3H-3G devint le YAH-1. Parallèlement, le Super Demon F3H-3G fut abandonné au profit du F-8 Crusader, et en 1954 le YAH-1 fut également abandonné au profit du A-4 Skyhawk.

Décidé néanmoins à produire un autre avion embarqué, McDonnell, reprit la cellule du YAH-1, retira les canons, rajouta un radar et un système d’armes incluant les nouveaux missiles Sparrow alors en développement, et dû modifier sensiblement la cellule afin d’intégrer le nouveau réacteur le General Electric J79 puis proposa son projet à la Navy.

La Navy ne sachant si l’avion devait être mono ou biplace, McDonnell construisit un exemplaire monoplace et un autre biplace. Bien que sa mission principale fût la protection de la flotte, l’US Navy demanda que l’avion garde éventuellement ses capacités d’attaques. Toutes ces modifications et nouveautés (les missiles Sparrow étant semi-encastré sous le fuselage, l'avion de chasse ayant une capacité d’attaque, premier système d’arme intégré dès la conception, plus de canons internes) en firent un nouvel appareil qui prit alors la désignation F4H-1 Phantom II[5],[6].

Variantes[modifier | modifier le code]

  • XF3H-1 : Prototype, 2 exemplaires ;
  • F3H-1N : Chasseur ;
  • F3H-1P : Version de reconnaissance, jamais construite ;
  • F3H-2 : Version d'attaque renommé F-3B en 1962 ;
  • F3H-3 : Chasseur amélioré renommé F-3C en 1962 ;
  • F3H-3G Super Demon: devient YAH-1 puis F4H-1

Modèles exposés[modifier | modifier le code]

F3H-2M :

  • 137078 - Au National Museum of Naval Aviation à Pensacola, en Floride.

F3H-2N :

  • 133566 - Sur l'USS Intrepid à New York.
  • 145221 - Au Pima Air & Space Museum de Tucson, Arizona.

Références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Enzo Angelucci et Peter M. Bowers (en), The American fighter, Sparkford, Somerset, UK, Haynes,‎ 1987 (ISBN 0-854-29635-2).
  • Dorr, Robert F. "McDonnell F3H Demon". Aeroplane, Volume 36, No. 3, March 2008, p. 58–73. London: IBC.
  • (en) Brad A. Elward et Peter Davies, US Navy F-4 Phantom II MIG killers : 1965-70 Part 1 (Osprey Combat Aircraft)., Oxford, Osprey Aviation (ISBN 978-1-841-76163-3, lire en ligne)
  • (en) Bill Gunston, Fighters of the fifties, Cambridge Cambridgeshire, P. Stephens,‎ 1981 (ISBN 0-850-59463-4).
  • "Naval Aircraft: Demon". Naval Aviation News, March 1974, p. 22–23.
  • Spick, Mike. "A Demon Possessed". Air Enthusiast, Forty-three, 1991, p. 40–49. Stamford, UK: Key Publishing. ISSN 0143-5450.

Sources[modifier | modifier le code]

  • (en) Jim Winchester, American military aircraft : a century of innovation, New York, Barnes & Noble,‎ 2005 (ISBN 978-0-760-76982-9).
  • (en) Tony Holmes, Jane's U.S. military aircraft recognition guide, New York, Collins,‎ 2007 (ISBN 978-0-061-13728-0).
  • (en) Bill Yenne et McDonnell Douglas, McDonnell Douglas : a tale of two giants, New York, Crescent Books,‎ 1985 (ISBN 0-517-44287-6).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Développement lié

FH-1 Phantom - F2H-1Banshee - F3H Demon - F4H-1 Phantom II

Articles connexes