McDonnell Douglas F-15 Eagle

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Pix.gif McDonnell Douglas F-15 Eagle Su-27 silhouette.svg
USAF F-15C fires AIM-7 Sparrow.jpg
F-15C tirant un missile air-air AIM-7 Sparrow.

Constructeur Drapeau : États-Unis McDonnell Douglas
Rôle Avion de chasse
Premier vol
Mise en service
Date de retrait Toujours en service
Nombre construits 1 300
Équipage
1 pilote
Motorisation
Moteur Pratt & Whitney F100
Nombre 2
Type Turboréacteurs avec postcombustion
Poussée unitaire 129 kN avec postcombustion
Dimensions
F-15 Eagle drawing.svg
Envergure 13,05 m
Longueur 19,43 m
Hauteur 5,63 m
Surface alaire 56,5 m2
Masses
À vide 12 700 kg
Avec armement 20 185 kg
Maximale 30 845 kg
Performances
Vitesse maximale 2 660 km/h (Mach 2,6)
Plafond 20 000 m
Vitesse ascensionnelle 15 240 m/min
Rayon d'action 1 950 km
Charge alaire 358 kg/m2
Armement
Interne 1 canon de 20mm M61A-1 (940 obus)
Externe 6 missiles AIM-7 Sparrow (puis AIM-120 AMRAAM) et 4 AIM-9 Sidewinder
Avionique
Liaison 16

Le McDonnell Douglas F-15 Eagle est un avion de chasse tout temps dit de « supériorité aérienne », conçu par les États-Unis dans les années 1970. Produit à plus de mille exemplaires, il est utilisé principalement par l'USAF mais a également été exporté vers quelques pays, dont Israël et le Japon, qui l'a construit sous licence. Une version spécialisée d'attaque au sol a également été mise au point, le F-15E Strike Eagle.

Conception[modifier | modifier le code]

F-15A et B Eagle[modifier | modifier le code]

À partir du milieu des années soixante, l'US Air Force entreprit une série d'études en vue du développement d'un nouvel avion de combat, sous la désignation F-X. Alors que l'engagement des États-Unis dans la guerre du Viêt Nam allait croissant, les limites des avions en service, et en particulier le peu d'aptitude au combat rapproché du F-4 Phantom face aux agiles Mig Nord-Vietnamiens, devenaient de plus en plus évidentes. Le développement d'une nouvelle génération de chasseurs soviétiques ne faisait qu'exacerber la nécessité pour l'USAF de disposer d'un nouvel appareil.

En , l'US Air Force limita officiellement le programme F-X au développement d'un avion de supériorité aérienne (par opposition à un appareil multirôle), dorénavant désigné F-15. Ce dernier devait être capable d'engager et de détruire non seulement des adversaires évoluant au-delà de la portée visuelle, mais aussi en combat tournoyant. L'appel d'offres officiel parut le , stipulant, entre autres, une charge alaire faible, un rapport poids-poussée élevé, un radar capable de suivre des cibles évoluant plus bas que l'appareil, un rayon d'action suffisant pour pouvoir atteindre l'Europe depuis les États-Unis, une vitesse maximale de Mach 2,5, etc. Trois constructeurs répondirent à ce programme : Fairchild, North American et McDonnell Douglas (aujourd'hui Boeing). C'est ce dernier qui fut retenu le pour développer le nouvel avion.

Le premier prototype YF-15A

Le contrat initial couvrait 20 avions de développement, répartis en 18 monoplaces (désignation F-15A) et deux biplaces (TF-15A puis F-15B). Le premier prototype monoplace (71-0280) sortit d'usine le et fit son premier vol le , le premier vol d'un F-15B ayant lieu le .

Le F-15 a un fuselage métallique semi-monocoque. Les ailes, montées en position haute sur le fuselage, ont une surface totale de 56,51 m2 qui confère au F-15 une faible charge alaire et participe ainsi à l'agilité de l'avion. Le pilote, assis sur un siège éjectable McDonnell Douglas ACES II, jouit d'une visibilité exceptionnelle. La propulsion des premières versions était assurée par deux réacteurs à double flux Pratt & Whitney F100-PW-100 de 111,2 kN de poussée avec postcombustion, alimentés par deux entrées d'air à géométrie variable. L'avion est équipé d'un radar multimode Doppler à impulsion Hughes APG-63, développé spécialement et optimisé pour le combat air-air, ainsi que d'un système de contre-mesures électroniques Northrop ALQ-135 et d'un détecteur d'alerte radar ALR-56.

Le premier F-15 livré à une unité opérationnelle fut le F-15B (71-0108) que le Président Gerald Ford accepta au nom du 555th Tactical Fighter Training Squadron au cours d'une cérémonie le . Commença alors l'entraînement des équipages. Les premiers F-15 destinés aux unités de combat furent livrés au 1st Tactical Fighter Wing du Tactical Air Command (TAC) à Langley Air Force Base, qui commença sa conversion en . Suite à la dissolution du TAC en 1992, ses équipements et personnels sont absorbés par l'Air Combat Command.

F-15C et D Eagle[modifier | modifier le code]

La version F-15C est la première version du F-15 capable d'emporter des réservoirs FAST plaqués le long du fuselage. Contrairement aux réservoirs classiques emportés sous les ailes, ces réservoirs augmentent l'autonomie sans diminuer de façon notable les performances. Ils peuvent également contenir des équipements électroniques supplémentaires à la place d'une partie du carburant. De plus, d'autres réservoirs de carburants ont été ajoutés dans les ailes et dans le fuselage. L'augmentation du poids de l'avion a entrainé un renforcement du train d'atterrissage et des freins. Enfin, les performances du radar AN/APG-63 ont été améliorées.

La version biplace correspondante est le F-15D. Le premier F-15C a fait son vol inaugural en et les livraisons ont commencé au début des années 1980. Quelque temps plus tard, le réacteur Pratt & Whitney F100-PW-100 a été remplacé par un F100-PW-220 légèrement moins puissant mais plus fiable. Ils furent les premiers chasseurs à avoir la capacité Non-Cooperative Target Recognition.

Au début des années 2000, l'USAF a doté les F-15C basés à Elmendorf AFB en Alaska d'une version modifiée du radar APG-63 dotée d'une antenne à éléments actifs, afin de tester la possibilité d'installer un radar de ce type sur les Eagle encore en service.

Faute de F-22, l'USAF a commandé des études à Boeing pour une possible prolongation de vie d'environ 170-180 F-15C qui devront rester en service au moins jusqu'en 2030, déployés sur six à sept bases américaines et utilisés par la Air National Guard. Ces avions, renommés Golden Eagle, seront profondément modernisés, porteront des missiles AIM-120D et AIM-9X et seront dotés du radar à balayage actif APG-63(V)3 et d'un nouveau capteur de recherche et poursuite infrarouge (IRST)[1].

F-15E Strike Eagle[modifier | modifier le code]

Un F-15E au-dessus de l'Irak

Le F-15E Strike Eagle est un F-15D modifié, créé en 1986 pour donner à l'appareil une capacité multirôle, et d'attaque tout temps. Cette version reprend 60 % de la cellule du F-15D, et emporte également les réservoirs FAST. Son avionique a été totalement modifiée : radar AN/APG-70 avec modes air-sol (mode à ouverture de synthèse ou SAR permettant de générer des cartes très détaillées), nacelles infrarouges Martin Marietta LANTIRN (nacelle de navigation AN/AAQ-13 et nacelle de ciblage AN/AAQ-14), postes de pilotages équipés d'écrans multifonctions.

Il est également équipé d'une nouvelle motorisation : deux General Electric F110-GE-129 ou deux Pratt & Whitney F100-PW-229 d'une poussée de deux fois 13 154 Kgp avec PC. Sa masse à vide est passée à 14 379 kg, la masse maximum à 36 741 kg et sa charge militaire à 11 113 kg. Son rayon d'action passe à 4 445 km en convoyage et 1 270 km en combat. Enfin, le F-15E est capable d'emporter deux bombes nucléaires Mk.51 ou B61.

F-15 Streak Eagle[modifier | modifier le code]

Le Streak Eagle

Le Streak Eagle (à ne pas confondre avec le Strike Eagle, surnom du F-15E) est un F-15A modifié en 1974-1975 pour battre des records de vitesse ascensionnelle, essentiellement détenus par les F-4 Phantom II et MiG-25. L'aérofrein, les volets, le radar, les systèmes électroniques et l'armement ont été supprimés pour l'alléger (gain total d'une tonne), et l'avion a été pensé pour améliorer l'aérodynamisme. Les vols s'effectuaient à partir d'une base du Dakota du Nord, en n'emportant qu'un minimum de carburant. Le Streak Eagle a battu huit records, la plupart d'entre eux ont ensuite été améliorés entre 1986 et 1988 par le Sukhoï P-42, version de record du Su-27.

  • Montée à 3 000 mètres en 27 secondes ;
  • Montée à 6 000 m en 39 secondes ;
  • Montée à 9 000 m en 48 secondes ;
  • Montée à 12 000 m en 59 secondes ;
  • Montée à 15 000 m en 77 secondes ;
  • Montée à 20 000 m en 123 secondes ;
  • Montée à 25 000 m en 161 secondes ;
  • Montée à 30 000 m en 208 secondes.

F-15 Silent Eagle[modifier | modifier le code]

Boeing a présenté en un nouveau démonstrateur de son chasseur de supériorité aérienne baptisée Silent Eagle. Celui-ci est destiné à assurer la transition entre les F-15 et les F-22. L'emport d'armes en soute, des stabilisateurs verticaux inclinés à 15°vers l'extérieur et un nouveau revêtement permettent à l'avion de se doter de capacités furtives, le radar a été amélioré et la cellule a été allégée. Les essais en vol du F-15SE ont lieu début 2010. Israël, l'Arabie Saoudite[2] et le Japon se sont déjà montrés intéressés.

Engagements[modifier | modifier le code]

Un F-15I israélien

En 2011, aucun F-15 n'a été perdu en combat aérien contre un adversaire, et les exemplaires produits ont abattu entre 101 et 103 avions ennemis. Deux ont été abattus par la DCA Irakienne durant la guerre du Golfe de 1991, un troisième le fut en Irak en 2003, plusieurs ont été perdus accidentellement en opérations en Afghanistan et un F-15E en Libye en 2011.

Le F-15 a été engagé par les États-Unis lors de l'opération Tempête du désert contre l'Irak, puis pour faire respecter l'interdiction aérienne imposée après cette guerre[3]. Les F-15C américains sont crédités de 36 victoires sans aucune perte pendant l'opération Tempête du désert. De leur côté, les F-15E ont effectué des missions d'attaque et l'un d'entre eux abattit un Mil Mi-24 avec une bombe, bien que l'intégration de la nacelle de désignation laser ne soit pas encore totalement effective à cette époque. Les F-15 américains ont également participé à la Guerre du Kosovo où ils abattirent quatre Mig-29 yougoslaves. Les F-15E participent actuellement aux opérations de la guerre d'Afghanistan depuis fin 2001 où un l'un d'entre eux abattit un drone MQ-9 Reaper hors de contrôle en 2009[4], de la guerre d'Irak depuis 2003 et de l'opération en Libye en mars 2011.

Le , des F-15C saoudiens ont abattu deux des F-4 Phantom II de l'armée de l'air iranienne. Pendant l'opération Tempête du désert en 1991, un Eagle saoudien a également obtenu 2 victoires contre des Mirage F1 irakiens en utilisant des AIM-9[5].

Les F-15 israéliens ont participé à de nombreuses opérations sur le Liban (en 1979 et 1982 notamment). L'armée de l'air israélienne affirme avoir remporté plus de 56 victoires aériennes contre des avions syriens avec le Eagle, dont plusieurs Mig-25 Foxbat. Les F-15 israéliens ont également participé à l'Opération Opéra contre la centrale d'Osirak sur le territoire irakien[6].

Un autre engagement ne fut pas guerrier mais psychologique, car le F-15 fut utilisé pour battre différents records mondiaux lors de la Guerre froide (voir ci-dessus).

Le , deux F-15C de l'US Air Force ont abattu lors de tir ami 2 UH-60 américains en Irak et le un F-15J des forces japonaises d'autodéfense fut détruit par un missile AIM-9 Sidewinder tiré par un autre F-15 japonais lors d'un exercice, le pilote ayant pu s'éjecter[7].

Tueur de satellites[modifier | modifier le code]

Lancement d'un Vought ASM-135 ASAT (en) le 13 septembre 1985 par un F-15A.

Un des rôles les plus surprenants du F-15A était la destruction de satellites. Le Tactical Air Command décide de modifier une quarantaine de F-15A/B spécialement équipés pour emporter un ASM-135 (ASAT AntiSATellite Missile) sous son point ventral[8]. L’URSS avait la possibilité de détecter un départ de fusée destinée à tuer un satellite et donc changer, si possible la position de ce dernier. Alors qu’un F-15 avec un missile ventral pouvait passer inaperçu au milieu d’autres F-15. La détection ne pouvant se faire qu’après le tir du missile laissant très peu de temps de réaction. Deux exemplaires furent modifiés.

L’avion lanceur devait effectuer une monté à 65° à Mach 1,22 sous 3,8 g d’accélération, le missile étant tiré à une altitude de 11 600 m. Il y eut cinq essais au total. Le troisième essai, fut effectué le 13 septembre 1985 en conditions réelles sur un satellite obsolète P78-1. Ce jour-là, le major Wilbert D “Doug” Pearson devient le premier (et le seul à ce jour) à abattre un satellite[9],[10]. Le programme s’arrêta en 1988 sur décision du Congrès américain, qui craignait que le développement de cette arme, ne relance une course aux armements[9].

Variantes[modifier | modifier le code]

Un F-15J de la force aérienne d'autodéfense japonaise avec son aérofrein dorsal déployé à Yokota Air Base.
Un F-15C saoudien.

Ces deux versions furent les premières de la série F-15 et sont équipés d'un radar APG-63 :

  • F-15A - Version monoplace (384 exemplaires)
  • F-15B - Version biplace (58 exemplaires)

Les deux versions suivantes ont une capacité de carburant accrue et une électronique améliorée. Elles ont été par la suite remotorisées avec des Pratt & Whitney F100-PW-220 légèrement moins puissants mais plus fiables que les F100-PW-100.

  • F-15C - Version monoplace (408 exemplaires)
  • F-15D - Version biplace (97 exemplaires)[11]

La version suivante a des capacités d'attaque tout temps :

  • F-15E - Version biplace (200 exemplaires)

Les versions suivantes sont des versions d'exportation :

  • F-15I - Version du F-15E destinée à Israël
  • F-15J/DJ - Versions du F-15C/F-15D destinées au Japon et construites sous licence par Mitsubishi
  • F-15K - Version du F-15E destinée à la Corée du Sud
  • F-15S - Version du F-15E destinée à l'Arabie saoudite
  • F-15SG - Version du F-15E destinée à Singapour
  • F-15SA - Version du F-15S destinée à l'Arabie saoudite. 84 exemplaires neufs achetés en décembre 2011, et modernisation de 70 F-15S existants.

La version suivante a intégré des éléments de furtivité :

Variantes expérimentales[modifier | modifier le code]

Les variantes suivantes ont été créées à des fins expérimentales et n'ont jamais dépassé le stade de prototype :

  • F-15S/MTD - Version à décollage et atterrissage courts du F-15 avec des moteurs à poussée vectorielle bidimensionelle et des ailes en canards (gouvernes de profondeur de F-18).
  • F-15 ACTIVE - Version du F-15S/MTD dont les moteurs sont dotés de poussée vectorielle tridimensionelle au lieu de bidimensionelle.
  • F-15 IFCS - Version du F-15 ACTIVE dont l'avionique a été améliorée.

Pays acquéreurs[modifier | modifier le code]

Il est le 3e avion de combat le plus utilisé dans le monde en 2012 avec, selon une estimation, 870 appareils en activité soit 6 % de la flotte mondiale d'avions de combat[14].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Pas de retraite à 60 ans pour le F-15 avionslegendaires.net
  2. Arabie Saoudite : Le roi veut des F-15SE pour contrer la menace iranienne, Aeroweb,
  3. F-15 Eagle in Desert Storm
  4. (en) Axeghanistan ’09: Chopper-Bombing Drone-Killer, 23/10/2009, War is Boring
  5. (en)Service of F-15 with Saudi Arabia
  6. (en)F-15 Eagle in Service with Israel
  7. (en) « F-15J », sur Global Security (consulté le 4 août 2009)
  8. (en) McDonnell Douglas F-15 Eagle The Ultimate MiG-Killer sur ausairpower.net
  9. a et b (en)airforce-magazine.com : An F-15A launches an ASM-135 ASAT missile on Sept. 13, 1985.
  10. (en)homestead : Celestial Eagle: Historic F-15 anti-satellite mission remembered
  11. En septembre 2010, l'USAF a cédé à la NASA trois F-15D démilitarisés (SN #78-0564, #78-0565 et #79-0007), dont un servira à remplacer un F-15B d'essai acquis en 1994 auprès de la Garde Nationale Aérienne de Hawaii.
  12. (en) Boeing unveils upgraded F-15 Silent Eagle with fifth-generation features , Flight International, 17 mars 2009
  13. (fr) Boeing dévoile une nouvelle version du F-15 : le Silent Eagle, Aérocontact, 18 mars 2009
  14. (en)« World Air Forces 2013 », sur Flight Global,‎ 11 décembre 2012 (consulté le 26 janvier 2013)
  15. (fr) Washington arme l'Arabie Saoudite face à l'Iran, La Tribune,
  16. (en) « Inventory Database - Aircraft Type Summary », sur AMARC Expérience,‎ 15 janvier 2014 (consulté le 27 janvier 2014)

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Martin Bowman, The encyclopedia of US military aircraft, Secaucus, N.J, Chartwell Books,‎ 1980 (ISBN 0-890-09292-3).
  • (en) Steve Davies, Boeing F-15E Strike Eagle : all weather attack aircraft, Marlborough, Wiltshire, Airlife,‎ 2003 (ISBN 1-840-37378-4).
  • (en) Steve Davies, F-15 Eagle and Strike Eagle, Shrewsbury, Airlife,‎ 2002 (ISBN 1-840-37377-6).
  • (en) Steve Davies, F-15 Eagle engaged : the world's most successful jet fighter, Oxford, Osprey,‎ 2007 (ISBN 978-1-846-03169-4).
  • (en) Paul Eden et Soph Moeng, The complete encyclopedia of world aircraft, New York, NY, Barnes & Noble Books,‎ 2002 (ISBN 0-760-73432-1).
  • (en) Michael Gething, F-15 Eagle (Modern Fighting Aircraft), New York, Arco Pub,‎ 1983 (ISBN 0-668-05902-8).
  • (en) William Green et Gordon Swanborough, The complete book of fighters : an illustrated encyclopedia of every fighter aircraft built and flown, New York, Barnes & Noble Books,‎ 1998 (ISBN 0-760-70904-1).
  • (en) Bill Gunston, American warplanes, New York, N.Y, Crescent Books Distributed by Crown,‎ 1986 (ISBN 0-517-61351-4).
  • (en) Klaus Hünecke, Modern combat aircraft design, Annapolis, Md, Naval Institute Press,‎ 1987 (ISBN 0-870-21426-8).
  • (en) Dennis R. Jenkins, F/A-18 Hornet : a Navy success story, New York, McGraw Hill,‎ 2000 (ISBN 0-071-34696-1), p. 1–8.
  • (en) Dennis R. Jenkins, McDonnell Douglas F-15 Eagle : supreme heavy-weight fighter . Hinckley, Leicester, Aerofax,‎ 1998 (ISBN 1-857-80081-8).
  • (en) Mark Lambert, Jane's all the world's aircraft, 1993-94, Coulson, Surrey, UK Alexandria, Virginia, Jane's Information Group,‎ 1993 (ISBN 0-710-61066-1).
  • (en) Jerry Scutts, Supersonic aircraft of USAF, New York, Mallard Press,‎ 1989 (ISBN 0-792-45013-2).
  • (en) Mike Spick, The great book of modern warplanes : featuring full technical descriptions and battle action from Baghdad to Belgrade, Osceola, Wis, MBI Pub. Co,‎ 2000 (ISBN 0-760-30893-4).

Autres lectures[modifier | modifier le code]

  • (en) Roy Braybrook, F-15 Eagle, London, Osprey,‎ 1991 (ISBN 1-855-32149-1).
  • (en) Paul Crickmore, McDonnell Douglas F-15 Eagle (Classic Warplanes series), New York, N.Y, Smithmark Books,‎ 1992 (ISBN 0-831-71408-5).
  • (en) Lou Drendel, Eagle (Modern Military Aircraft Series), Carrollton, TX, Squadron/Signal Publications,‎ 1992 (ISBN 0-897-47271-3).
  • (en) Lou Drendel, F-15 Eagle in action, Carrollton, Tex, distributed by Penworthy Pub. Co,‎ 1976 (ISBN 0-897-47023-0).
  • (en) Michael Gething, Modern Fighting Aircraft, F-15 Eagle, London, Salamander Books,‎ 1983 (ISBN 0-861-01182-1).
  • (en) Bert Kinzey, F-15 Eagle in detail & scale (Part 1, Series II), Fallbrook, CA, U.S.A. London, Aero Publishers Arms and Armour Press,‎ 1984 (ISBN 0-816-85028-3).
  • (en) Tyson V Rininger, F-15 Eagle at War, Minneapolis, USA, Zenith Press, 2009 (ISBN 978-0-760-33350-1).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Développement lié

Lien externe[modifier | modifier le code]