Lockheed L-10 Electra

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Lockheed L-10 Electra
Un C-36, version militaire du L-10 Electra.
Un C-36, version militaire du L-10 Electra.

Rôle Transport civil et militaire
Constructeur Drapeau : États-Unis Lockheed
Équipage 2 pilotes
Premier vol
Mise en service 1935
Production 149 exemplaires
Variantes XC-35
Dimensions
Longueur 11,8 m
Envergure 16,8 m
Hauteur 3,1 m
Aire alaire 42,6 m²
Masse et capacité d'emport
À vide 2 930 t
Max. au décollage 4 760 t
Motorisation
Moteurs 2 Pratt & Whitney R-985 Wasp Junior (9 cylindres en étoile refroidi par air)
Puissance unitaire 340 kW
(450 ch)
Puissance totale 680 kW
(900 ch)
Performances
Vitesse maximale 325 km/h
Autonomie 1 150 km
Plafond 5 900 m
Vitesse ascensionnelle 5 m/s
Charge alaire 111,7 kg/m²
Puissance massique 142 W/kg

Le Lockheed L-10 Electra est un avion de transport de passagers développé dans les années 1930. Il est désigné C-36 et C-37 comme avion de transport militaire. Une version dérivée du L-10, disposant d'une cabine pressurisée, est désignée XC-35.

Historique[modifier | modifier le code]

Certains appareils en bois de Lockheed, tels l’Orion, avaient été construits par Detroit Aircraft Corporation avec un fuselage en métal. Toutefois, l’Electra sera le premier avion de Lockheed construit entièrement en métal. Il doit sa conception bimoteur à Lloyd Stearman[1],[2] et Hall Hibbard. Le nom : Electra, est celui d’une étoile de la constellation des Pléïades. Le prototype exécuta son vol inaugural le 23 février 1934 avec Marshall Headle aux commandes[3].

Les essais en soufflerie de l’Electra se sont déroulés à l’Université du Michigan, pour la plupart sous la direction d’un étudiant, Clarence Johnson, qui suggéra d’apporter deux modifications à l’appareil : d’abord de passer à un empennage double pour la queue (ce qui deviendra un trait distinctif des avions Lockheed), et d’amincir les bossages d’aile. Ces deux recommandations furent suivies pour la fabrication de l’avion. Après avoir passé son diplôme d’ingénieur, Johnson fut embauché à plein temps par Lockheed, et deviendra le directeur du centre des prototypes de la société, baptisé familièrement les Skunk Works ; il dirigera la mise au point du Lockheed SR-71 Blackbird.

Clarence « Kelly » Johnson teste une maquette de l’Electra à simple empennage vertical dans la soufflerie de l’Université du Michigan.

Le Lockheed Electra fut l’un des premiers avions commerciaux équipé en standard de garde-boue ; jusqu’à l’Electra, seuls les appareils à train d’atterrissage fixe (non-rétractable) en avaient[4].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Lloyd Stearman », sur National Aviation Hall of Fame (consulté le 22 mai 2013)
  2. Edward H Phillips, Stearman Aircraft: A Detailed History, Specialty PressPub & Wholesalers,‎ , p. 26
  3. D'après Bill Gunston, Lockheed Aircraft: The History of Lockheed Martin (Aircraft Cutaways), Oxford (Royaume-Uni), Osprey,‎ (ISBN 978-1-85532-775-7), p. 8.
  4. « Mud Guards on Plane Wheels Protect Landing Gear », Popular Mechanics Magazine,‎ , p. 523.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]