Douglas B-66

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Pix.gif Douglas B-66 Destroyer Su-27 silhouette.svg
Douglas RB-66C Destroyer in flight (SN 54-450) over Edwards AFB Calif on Feb 19 1957 061102-F-1234P-035.jpg
Douglas RB-66 C en vol au-dessus de la base d'Edwards en Californie, en 1957

Constructeur Drapeau : États-Unis Douglas Aircraft Company
Rôle Bombardier et avion de reconnaissance
Statut Retiré du service
Premier vol 1954
Mise en service 1956
Date de retrait 1973
Coût unitaire 2,55 million de dollars
Nombre construits 294
Équipage
4 à 7
Motorisation
Moteur Allison J71-A-11 (en)
Nombre 2
Type Turboréacteurs
Poussée unitaire 45 kN
Dimensions
Envergure 22,1 m
Longueur 22,9 m
Hauteur 7,2 m
Surface alaire 72,5 m2
Masses
À vide 19 300 kg
Avec armement 26 200 kg
Maximale 38 000 kg
Performances
Vitesse maximale 1 020 km/h
Plafond 12 000 m
Vitesse ascensionnelle 25 m/min
Rayon d'action 1 500 km
Charge alaire 361,4 kg/m2
Rapport poussée/poids 0,35
Armement
Interne 2 canons de 20 mm en tourelle arrière
6 800 de bombes
Avionique
Radar APS-27 et K-5

Le Douglas B-66 Destroyer est un bombardier stratégique américain, ensuite transformé en avion de reconnaissance.

Conception[modifier | modifier le code]

L'origine du Douglas B-66 remonte à un programme de l'US Navy de s'équiper d'un bombardier stratégique lancé à partir d'un porte-avions, le Douglas A-3 Skywarrior.

L'USAF utilise ce programme pour développer le B-66 Destroyer, une version terrestre du A-3 Skywarrior, en tant que bombardier léger. À l'origine, le B-66 doit remplacer le B-26 Invader.

294 B-66 ont été construits, dont 155 RB-66B/C. Les cinq premiers exemplaires, dits de présérie, sont nommés RB-66A. Il n'y a pas de prototype construit, les premiers RB-66 n'étant que des A3D modifiés. Seuls 36 E/RB-66C sont construits. Le RB-66 sert au sein de l'USAF en tant qu'avion de reconnaissance tactique et guerre électronique.

Un total de 13 B-66 sont convertis en EB-66B.

Caractéristique[modifier | modifier le code]

Le B-66 a la même apparence que le Skywarrior, les plus grandes différences étant à l'intérieur de l'appareil surtout pour les RB/EB-66.

Le poste de pilotage est aménagé pour un seul pilote, à la manière d'un avion de chasse. Les autres membres d'équipage sont installés dans le fuselage, devant différentes consoles. La soute à bombes est supprimée et pressurisée afin de recevoir des équipements électroniques de brouillages et d'analyses radios, radars…

Engagements[modifier | modifier le code]

Au contraire de son équivalent embarqué A-3 Skywarrior, le Destroyer n'est jamais utilisé comme bombardier, bien que 73 exemplaires (B-66) soient mis en service par le Tactical Air Command. Une partie des ces appareils est par la suite modifiée en RB/EB-66.

Son premier engagement opérationnel a lieu pendant la crise des missiles de Cuba en 1962 et plus tard au Viêt Nam, et toujours dans le rôle d'appareil de reconnaissance et/ou guerre électronique.

Le , un RB-66B américain est abattu au-dessus de la République démocratique allemande. Cet appareil avait décollé de la base de Toul-Rosières en France.

Plusieurs EB-66 sont abattus pendant la guerre du Viêt Nam par des missiles SA-2.

Le un EB-66 est atteint par un missile surface-air nord-vietnamien. Le sauvetage du seul membre d'équipage survivant, le lieutenant-colonel Iceal E. Gene Hambleton, a été l'objet du film Air force - Bat 21, du nom de l'indicatif de l'appareil.

L'USAF déclenche d'énormes moyens pour récupérer à tout prix ce spécialiste du brouillage électronique et ayant eu accès à plusieurs programmes top secrets (missiles balistiques PGM-19 Jupiter, Titan I et Titan II)[1].

Tous les RB-66 sont transformés en EB-66 en 1966.

Autres versions[modifier | modifier le code]

  • WB-66 : Version de reconnaissance et recherche météorologique, 36 exemplaires construits.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Livre BAT*21 de Anderson William, 1980 (ISBN 0-553-25588-6)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sources[modifier | modifier le code]

US Military Aircraft Ed. Janes ISBN 978-0-06-113728-0