Douglas F3D Skyknight

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Douglas F3D Skyknight
{{#if:
Un F3D-2 de l'USMC
Un F3D-2 de l'USMC

Constructeur Drapeau : États-Unis Douglas Aircraft Company
Rôle Chasseur nocturne embarqué
Statut Retiré du service
Premier vol 23 mars 1948
Mise en service 1951
Date de retrait 1970
Nombre construits 265
Équipage
2
Motorisation
Moteur Westinghouse J34-WE-36
Nombre 2
Type Turboréacteurs
Poussée unitaire 15 kN
Dimensions
F3D Skyknight 3-view Greg Goebel.png
Envergure 15 24 m
Longueur 13 85 m
Hauteur 4 90 m
Surface alaire 37 m2
Masses
À vide 6 813 kg
Avec armement 9 715 kg
Maximale 12 151 kg
Performances
Vitesse maximale 852 km/h
Vitesse de décrochage 149 km/h
Plafond 11 200 m
Vitesse ascensionnelle 906 m/min
Rayon d'action 2 212 km
Charge alaire 383 kg/m2
Rapport poussée/poids 0,32
Armement
Interne 4 canons de 20 mm Hispano-Suiza M2
Externe 4 missiles air-air AIM-7 Sparrow ou 2 bombes de 900 kg

Le Douglas F3D Skyknight était un avion de chasse nocturne, embarqué à bord de porte-avions, conçu par les États-Unis à la fin des années 1940. Construit à environ 250 exemplaires, il a participé à la Guerre de Corée et sa version de guerre électronique a également servi lors de la Guerre du Viêt Nam.

Conception[modifier | modifier le code]

Un projet d'avion de chasse embarqué fut lancé en 1946 par l'US Navy. McDonnell répondit avec le F2H Banshee, Grumman avec le F9F Panther et Douglas avec le F3D Skyknight. L'US Navy ne passa commande qu'auprès de McDonnell et de Grumman. Néanmoins, l'US Marine Corps favorisa le Skyknight, et souhaitait remplacer à la fois le F4U Corsair et le F7F Tigercat. Le développement fut confié à Ed Heinemann. Le F3D était un appareil imposant construit pour pouvoir emporter les 500 kg d'équipement électronique nécessaire pour le fonctionnement de son radar de 32 km de portée[1]. Paradoxalement l’USAF fut également intéressé par le F3D car le F-89 Scorpion (son projet d’intercepteur tout temps) prenait du retard. L’USAF abandonna finalement le Skyknight au profit du F-94 Starfire.

Aucun F3D ne fut utilisé en première ligne par l'US Navy (les 28 F3D-1 perçus par l'US Navy servirent en tant qu'appareil d'entrainement et de perfectionnement), alors que la plupart des 237 F3D-2 construits prirent part au combat sous les couleurs de l'USMC pendant la Guerre de Corée.

Description[modifier | modifier le code]

Le Skyknight était propulsé par deux réacteurs Westinghouse J34-WE-22 de 13.3 kN de poussé chacun, montés dans des nacelles situées au bas du fuselage sous les ailes. Les moteurs étaient faciles d’accès pour la maintenance. L'avion était armé de quatre canons de 20 millimètres montés dans le dessous du nez, avec 200 coups par arme La capacité interne de carburant était 5,116 litres. Un réservoir supplémentaire de 568 litres ou une bombe de 450 kilogrammes pourraient être portés sous chaque aile. Le pilote et l’officier radar étaient assis côte à côte.

Engagements[modifier | modifier le code]

Le 3 novembre 1952, il fut le 1er appareil à réaction à abattre de nuit, grâce à l'utilisation de son radar, un autre avion à réaction (Yak-15).

Variantes[modifier | modifier le code]

Un EF-10B de l'US Marine Corps
  • XF3D-1 : prototypes (3 exemplaires)
  • F3D-1 / F-10A : version initiale (29 exemplaires)
  • F3D-2 / F-10B : réacteurs plus puissants et autres améliorations (237 exemplaires)
  • F3D-1M / MF-10A : version armée de missiles air-air Sparrow (12 F3D-1 modifiés)
  • F3D-2M / MF-10B : version armée de missiles air-air Sparrow (16 F3D-2 modifiés)
  • F3D-2T : version d'entraînement (5 avions modifiés)
  • F3D-2T2 / TF-10B : version d'entraînement radar (55 avions modifiés)
  • F3D-2Q / EF-10B : version de guerre électronique (10 avions modifiés ?)

Utilisateurs[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Développement lié

Références[modifier | modifier le code]


Sources[modifier | modifier le code]

  • Jim Winchester, American military aircraft : a century of innovation, New York, Barnes & Noble,‎ 2005 (ISBN 978-0-760-76982-9)
  • Bill Yenne, McDonnell Douglas : a tale of two giants, New York, Crescent Books,‎ 1985 (ISBN 0-517-44287-6)


Liens externes[modifier | modifier le code]