Douglas AD Skyraider

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Pix.gif Douglas AD Skyraider Su-27 silhouette.svg
A-1J Skyraider VA-176 Vietnam 1966.jpg
Douglas A-1J Skyraider (No 142028) du Squadron VA-176 Thunderbolts basé sur le porte avion USS Intrepid (CVS-11) en mission durant la Guerre du Viêt Nam (1966).

Constructeur Drapeau : États-Unis Douglas Aircraft Company
Rôle Avion d'attaque au sol / Appui tactique
Statut Retiré du service actif
Premier vol 18 mars 1945
Mise en service 1946
Date de retrait 1972
Nombre construits 3 180 (entre 1945 et 1957)
Équipage
1 pilote
Motorisation
Moteur Wright R-3350
Nombre 1
Type 18 cylindres en étoile sur 2 niveaux refroidis par air
Puissance unitaire 2 700 ch (1 986 kW)
Dimensions
AD-4 BuAer 3 side view.jpg
Envergure 15,24 m
Longueur 11,83 m
Hauteur 4,77 m
Surface alaire 37,16 m2
Masses
À vide 5 430 kg
Avec armement 8 180 kg
Maximale 11 340 kg
Performances
Vitesse maximale 550 km/h
Plafond 8 660 m
Rayon d'action 1 060 km
Charge alaire 220 kg/m2
Armement
Interne 4 canons de 20 mm
Externe 3 600 kg de charge (bombes, roquettes, etc.)

Le Douglas A-1 Skyraider ou AD Skyraider fut le dernier bombardier d'appui tactique mono-moteur à pistons fabriqué au monde. En effet, il est sorti à l'époque où les premiers chasseurs à réaction entrèrent pleinement dans la partie. Il n'en a pas moins montré avec succès ses capacités au combat[1].

Conception[modifier | modifier le code]

Le Skyraider fut conçu pour remplacer le SBD Dauntless à l'issue de la fin de la Seconde Guerre mondiale, mais il arriva trop tard pour y participer. Le projet fut imaginé en 1944 mais ce ne fut qu'en 1945 qu'il vit le jour. À l'origine il devait se nommer Dauntless II, mais en février 1946, il prit la dénomination de Skyraider. L'appellation AD-1 vient du fait que c'était le premier avion d'attaque de Douglas. L'AD-2 sort en 1948 portant des modifications sur le train d'atterrissage, dans le cockpit et dans le renforcement des ailes. En 1950 apparaît l'AD-3 avec de nouvelles modifications, notamment sur les hélices et dans le cockpit. Puis sort la version AD-4, c'est la version la plus construite. Les versions AD-5 en 1951, avec un plus grand espace intérieur, permettaient le transport de troupe dans sa soute. Vint ensuite l'AD-6 une version amélioré du précédent modèle, puis l'AD-7 qui fut construit jusqu'en 1958. 3 180 Skyraider ont été construits.

Variantes[modifier | modifier le code]

  • AD-1 : première version de production en série (252 exemplaires construits).
  • AD-2 : version qui se différencie de l'AD-1 par le renforcement de l'aile et l'augmentation de la capacité du réservoir de 60 litres. Le logement de train est aussi modifié et devient rectangulaire, la roue n'étant plus exposée lorsqu'elle est rétractée. Suite à des plaintes venant des pilotes, le cockpit est remanié. Tous ces changements entraînent en un gain de poids de 1 225 kg si bien que le rayon d'action est réduit malgré les 60 litres supplémentaires.
  • AD-2D : version du AD-2 servant de drone.
  • AD-2Q : version équipée de contre-mesures électroniques.
  • AD-2QU : variante avec ECM et équipement de remorquage de cibles (1 exemplaire).
  • AD-3 : version bénéficiant d'un fuselage renforcé, d'une nouvelle hélice et d'un nouveau train d'atterrissage. Le cockpit est encore remanié. Tous ces changements rajoutent encore 450 kg à l'avion.
  • AD-3N : version d'attaque de nuit du AD-3.
  • AD-3Q : version équipée de contre-mesures électroniques du AD-3.
  • AD-3QU : version remorqueur de cibles du AD-3.
  • AD-3W : version radar (airborne early warning = AEW) du AD-3 (31 ex.).
  • AD-4 : C'est la version qui sera produite en plus grand nombre (372 ex.). Équipée du nouveau moteur Wright, le R3350-26WA, plus fiable et moins gourmand, l'AD-4 reçoit un nouveau pare-brise blindé et la crosse d'appontage est renforcée. De même que pour l'AD-3, plusieurs variantes virent le jour.
  • AD-4L : AD-4 équipés du système de dégivrage.
  • AD-4N : version d'attaque de nuit avec un équipage composé d'un pilote et deux opérateurs radar. Pour cette variante, le compartiment radar remplace les aérofreins, l'accès se fait par une porte vitrée de chaque côté du fuselage et une écope située sur le dos de l'appareil assure la ventilation de l'équipement.
  • AD-4NA : durant la guerre de Corée, la Navy demanda à Douglas de retirer l'équipement radar de 100 de leurs AD-4N afin d'augmenter la charge offensive et l'addition de deux canons de 20 mm dans les ailes.
  • AD-4NL : AD-4N encore modifié avec l'adjonction de système de dégivrage. 39 appareils furent ainsi modifiés.
  • AD-4Q : version équipée de contre-mesures électroniques du AD-4.
  • AD-4W : version radar (AEW) triplace (168 ex., dont 50 pour la Royal Navy - voir ci-après).
  • AD-5 : La réponse de Douglas à la demande de la Navy pour un avion de lutte sous-marine évolué donna naissance à l'AD-5. Bien que basé sur le même appareil, l'AD-5 est très différent. En premier lieu, le fuselage est élargi pour pouvoir asseoir deux pilotes côte à côte, et est allongé de 60 cm. La dérive est agrandie de 50 %, par contre les ailes restent inchangées. Derrière les pilotes prennent place un compartiment de radar et les deux opérateurs. Le premier vol de l'AD-5 eut lieu le 17 août 1951. La Navy voyant toutes les possibilités qu'offre le compartiment arrière, du transport de troupe jusqu'au transport de blessés, en commande tout de suite 212 exemplaires.
  • AD-5N : version d'attaque de nuit du AD-5. Elle est quadriplaces: Un pilote et un navigateur assis l'un derrière l'autre, deux radaristes assis l'un à côté de l'autre dans le compartiment arrière.
  • AD-5Q : version équipée de contre-mesures électroniques du AD-5.
  • AD-5W : version radar (AEW) triplace (218 ex.).
  • AD-6 : mélange entre l'AD4-B et l'AD-5. Les renforcements faits sur l'AD-4 des ailes et du train d'atterrissage ainsi que les pylônes pour les bombes et les réservoirs supplémentaires, une canopée largable, le relevage hydraulique de la crosse d'appontage et les améliorations du cockpit de l'AD-5 se retrouvent sur l'AD-6. Cette version du Skyraider avait aussi une capacité nucléaire. Plus tard, lors de la guerre du Viêt Nam, l'AD-6 fut équipé d'un pod de contre-mesures électroniques contre les SAM nord-vietnamiens et de plaques de blindage additionnelles autour du cockpit. Aucune variante n'a été développée.
  • AD-7 : toute dernière version du Skyraider, elle est équipée du R3350-26WB et le train d'atterrissage est encore renforcé. L'installation de canons de 20 mm dans la partie relevable de l'aile ayant créé une fatigue prématurée de l'aile, celle-ci fut renforcée. L'AD-7, tout comme l'AD-6, pouvait délivrer une arme nucléaire.
  • Skyraider AEW Mk 1 : AD-4W utilisé par la Royal Navy (50 ex. sur les 168).
  • A-1D : nouveau nom des AD-4NA en 1962. Version utilisée par l'Armée de l'air en Algérie. Il pouvait emporter une grande quantité d'armement (3 600 kg).
  • A-1E : nouveau nom des AD-5 en 1962. Version multiplex, à l'origine avion d'attaque biplace mais rapidement transformable pour l'attaque de nuit. Il peut également être transformé en transport à 12 places, en ambulance à quatre civières, en cargo emportant 907 kg de fret, en avion de reconnaissance photographique ou encore utilisé à la localisation d'objectifs.
  • A-1G : nouveau nom des AD-5N en 1962.
  • A-1H : nouveau nom des AD-6 en 1962. Bombardier monoplace de jour.
  • A-1J : nouveau nom des AD-7 en 1962. Version équipée d'un moteur plus puissant et une structure renforcée pour les attaques à basse altitude. Il emportait une variété surprenante de charges. Au Viêt Nam, ces charges extérieures allaient jusqu'à 6 350 kg.
  • EA-1E : nouveau nom des AD-5W en 1962.
  • EA-1F : nouveau nom des AD-5Q en 1962.
  • UE-1E : nouveau nom des AD-5 en 1962 transformé en appareil de servitude.
  • XBT2D-1 (-/N/P/Q) : désignation des prototypes. Six exemplaires construits : 1 XBT2D-1 ; 3 XBT2D-1N ; 1 XBT2D-1P ; 1 XBT2D-1Q.

Moteurs[modifier | modifier le code]

  • Wright R-3350-24W Cyclone : AD-1(XBT2D-1), AD-1N(XBT2D-1N), AD1Q(XBT2D-1Q), XAD-1W.
  • Wright R-3350 Cyclone : AD-2, AD-2Q, AD-3, AD-3E, AD-3N, AD-3Q(AD-3QU), AD-3QU(AD-3Q), AD-3W, AD-5(A-1E), AD-5N(A-1G), AD-5Q(EA-1F), AD-5W(EA-1E), AD-6(A-1H).
  • Wright R-3350-26WA Cyclone : AD-4, AD-4B, AD-4L, AD-4N, AD-4NA(A-1D), AD-4NL, AD-4Q, AD-4W.
  • Wright R-3350-26WB Cyclone : AD-7(A-1J).

Le nom entre parenthèses est le changement de nom de certaines variantes.

Armement[modifier | modifier le code]

On peut qualifier le Skyraider de véritable camion à bombes, tellement la quantité et la diversité d'armes à emporter est impressionnante. Son armement principal composé de 4 canons de 20 mm et d'une charge offensive de 3 630 kg allant jusqu'à 6 350 kg au Viêt Nam lui conférait une large panoplie d'armes.

Ses 15 accroches extérieures permettaient d'y installer :

  • réservoirs largables de 3 000 ibs.
  • SUU-11 minigun de 7,62 mm avec 1 500 balles.
  • bombes de 2 000 livres.
  • bombe de 250 livres.
  • bombe Mk-82.
  • pod de lance-roquettes LAU-59/68 pour 7 roquettes au phosphore.
  • pod de roquettes 2.75 pouces.

Engagements[modifier | modifier le code]

Initialement conçu pour voler pendant la Seconde Guerre mondiale en tant que chasseur-bombardier embarqué, il arriva trop tard pour y participer. Son rôle était d'attaquer les porte-avions japonais. Il prit du service pendant la guerre de Corée en tant que chasseur de trains.

En 1956, l’Armée de l'Air, pour remplacer ses P.47 dans les opérations de la guerre d'Algérie, en commanda 113. Après des transformations faites par Sud Aviation, ils commencèrent à entrer en service en février 1958, l'aviation navale l'utilisa également. Ensuite ils furent à Madagascar et Djibouti. Un certain nombre furent donnés à des pays amis : Cambodge, Gabon, Tchad, R.C.A.

On s'en servit aussi lors de la guerre du Viêt Nam. Ils furent parmi les 1ers avions US à attaquer les côtes du Nord-Viêt Nam à la suite des Incidents du Golfe du Tonkin en 1964, en décollant du porte-avions USS Ticonderoga stationné au large du Viêt Nam.

Une de ses missions était d'escorter les H-3 Jolly Green Giant et leurs successeurs HH-53 Super Jolly Green Giant lors du sauvetage des pilotes parachutés en plein milieu de la jungle. Leurs surnoms affectifs étant Sandy ou Zorro.

On l'utilisa massivement pour « nettoyer » une zone, repérer puis anéantir l'ennemi avec toutes les armes disponibles. Sa relative lenteur en faisait une proie facile pour le Vietcong et les Nord-Vietnamiens, mais elle était un atout pour attaquer des cibles au sol avec précision avec ses canons de 20 mm et ses bombes. Il fut apprécié pour sa robustesse et sa capacité à encaisser de gros dégâts. En contrepartie, de nombreux A-1 furent abattus par les canons de DCA et les missiles sol-air. De fait au fur et à mesure de l'avancée du conflit, il fut cantonné au Sud-Viêt Nam dans des missions d'attaque car les défenses anti-aériennes du Nord-Viêt Nam étaient trop puissantes ( à l'exception notable des missions de sauvetages de pilotes américains tombés en territoire hostile). Il fut utilisé jusqu'à la fin de la guerre du Viêt Nam par les États-Unis puis par l'aviation sud-vietnamienne.

Pays utilisateurs[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Développement lié

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Sébastien Guillemin, Les Skyraider français, Lela Presse, coll. « Profils avions / 20 »,‎ 2012 (ISBN 978-2-914-01765-7, lien OCLC?, résumé)
  • (en) Richard Burgess et Rosario M. Rausa, US Navy A-1 Skyraider units of the Vietnam War, Oxford / New York, Osprey Publishing Limited (no 77),‎ 2009 (ISBN 978-1-846-03410-7 et 1-846-03410-8, lien LCCN?).
  • (en) Donald J. McCarthy Jr., MiG killers : a chronology of U.S. air victories in Vietnam, 1965-1973, North Branch, MN, Specialty Press,‎ 2009 (ISBN 978-1-580-07136-9, lien LCCN?)
  • "Skyraider." Model Airplane News (en), September 2008, Volume 136, Number 9; Couverture et p. 38.
  • (en) Robert Coram, Boyd : the fighter pilot who changed the art of war, New York, Back Bay Books/Little, Brown,‎ 2004 (ISBN 0-316-79688-3 et 978-0-316-79688-0, lien OCLC?)
  • (en) Chris Hobson, Vietnam air losses : United States Air Force, Navy and Marine Corps fixed-wing aircraft losses in Southeast Asia 1961-1973, Hinckley, England North Branch, MN, Midland Specialty Press,‎ 8 novembre 2001 (ISBN 1-857-80115-6 et 978-1-857-80115-6).
  • (en) Philip D. Chinnery, Air commando : fifty years of the USAF Air Commando and Special Operations forces, 1944-1994, New York, NY, St. Martin's Paperbacks,‎ 1997 (ISBN 978-0-312-95881-7 et 0-312-95881-1, lien OCLC?).
  • (en) Denehan, William, Major, USAF. [PDF]From Crickets To Dragonflies: Training And Equipping The South Vietnamese Air Force 1955-1972. Maxwell Air Force Base, Alabama: Air Command and Staff College, Air University, 1997.
  • (en) Roy A Grossnick et William J. Armstrong, United States naval aviation, 1910-1995, Washington, D.C, Naval Historical Center, Dept. of the Navy For sale by the U.S. G.P.O., Supt. of Docs,‎ 1997 (ISBN 0-160-49124-X et 978-0-160-49124-5).
  • (en) Robert Dorr et Chris Bishop, Vietnam air war debrief : The Story of the Aircraft, the Battles, and the Pilots who Fought (World Air Power Journal), London, Aerospace,‎ 1996 (ISBN 1-874-02378-6, 1-880-58822-6 et 978-1-880-58822-2 ; liens OCLC? et LCCN?).
  • (en) Andrew Faltum, The Essex aircraft carriers, Baltimore, Md, Nautical & Aviation Pub. Co. of America,‎ 1996 (ISBN 1-877-85326-7 et 978-1-877-85326-5).
  • (en)Dorr, Robert F (en). "Southeast Asian "Spad"… The Skyraider's War". Air Enthusiast, Thirty-six, May–August 1988. Bromley, UK:FineScroll. p. 1–11, 73–77,. (ISSN 0143-5450).
  • (en) Peter B Mersky, U.S. Marine Corps aviation : 1912 to the present, Annapolis, Md, Nautical & Aviation Pub. Co. of America,‎ 28 novembre 1983, 2e éd., 320 p. (ISBN 0-933-85239-8 et 978-0-933-85239-6).
  • (en) Dieter Dengler, Escape from Laos, San Rafael, Calif, Presidio Press,‎ 1979 (ISBN 0-891-41076-7, lien LCCN?).
  • (en) Richard S Drury, My secret war, Fallbrook, CA, Aero Publishers,‎ 1979 (ISBN 978-0-816-86841-4 et 0-816-86841-7).
  • (en) René J. Francillon, McDonnell Douglas aircraft since 1920, London, Putnam,‎ 1979, 721 p. (ISBN 0-370-00050-1, lien LCCN?).
  • (en) Gordon Swanborough et Peter M. Bowers, United States Navy aircraft since 1911, London, Putnam,‎ 1976, 2e éd. (ISBN 0-370-10054-9, lien LCCN?).
  • (en)United States Air Force Museum Guidebook. Wright-Patterson AFB Ohio: Air Force Museum Association, 1975.
  • (en) William Bridgeman et Jacqueline Hazard, The lonely sky, New York, Arno Press,‎ 1980 (1re éd. 1955), 316 p. (ISBN 0-405-12148-2, liens OCLC? et LCCN?).