Bell P-39 Airacobra

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Bell P-39 Airacobra
{{#if:
Un P-39 de l'USAF en vol
Un P-39 de l'USAF en vol

Constructeur Drapeau : États-Unis Bell Aircraft Corporation
Rôle Avion de chasse
Premier vol 6 avril 1938
Mise en service 1941
Date de retrait 1951 (France)
Coût unitaire 50 666 USD en 1944[1]
Nombre construits 9 584 unités (de 1940 à mai 1944)
Équipage
1 pilote
Motorisation
Moteur Allison V-1710-85
Nombre 1
Type Moteur à pistons
Puissance unitaire 1 150 ch
Dimensions
Bell P-39D Airacobra.svg
Envergure 10 36 m
Longueur 9 19 m
Hauteur 3 61 m
Surface alaire 19 79 m2
Masses
À vide 2 478 kg
Avec armement 3 402 kg
Maximale 3 969 kg
Performances
Vitesse maximale 539 km/h (Mach 0,44)
Plafond 9 784 m
Vitesse ascensionnelle 1 140 m/min
Rayon d'action 1 111 km
Armement
Interne 2 mitrailleuses Browning M2 de 12,7 mm (200 coups) (Capot moteur)
2 mitrailleuses Browning M2 de 12,7 mm (300 coups) (Ailes)
1 canon de 37 mm (30 obus) (Hélice)
Avionique
6 rocket m10 bazooka

Le P-39 Airacobra est un chasseur américain de la Seconde Guerre mondiale construit par Bell Aircraft Corporation. Cet avion de conception peu orthodoxe se distinguait par son moteur peu accessible situé au milieu du fuselage et entraînant une hélice à l'avant, par le biais d'un long arbre de transmission passant entre les jambes du pilote. Un canon de gros calibre 37 mm tirant dans l'axe au travers du réducteur avait imposé cette configuration, la place dégagée dans le nez accueillait dès lors la jambe avant du train tricycle. L'entrée dans l'habitacle à verrière panoramique par une portière d'auto évitait les acrobaties habituelles liées aux verrières coulissantes. Testé en 1939 le prototype XP-39, aux caractéristiques prometteuses en altitude avec un turbocompresseur, fit l'objet de multiples commandes. Le modèle de série considérablement alourdi et ne disposant plus de cet accessoire se révéla particulièrement décevant par son infériorité manifeste à haute altitude contre les chasseurs ennemis sur la plupart des fronts où il fut très vite engagé en appui au sol plutôt qu'en chasseur : Méditerranée, Pacifique, mais fut très apprécié en Russie en raison de ses bonnes caractéristiques aux altitudes moyennes et basses.

Engagements[modifier | modifier le code]

Usine d'assemblage de Bell Aircraft Corporation située à Buffalo, dans l'État de New York, pendant les années 1940 produisant des P-39.

Il fut utilisé pendant la Seconde Guerre mondiale avec des résultats médiocres par les Américains dans le Pacifique, puis avec une relative efficacité par les Français en Afrique du Nord et Italie (pour l'appui au sol et non la chasse) et surtout par les Soviétiques (qui reçurent la majorité de la production) qui appréciaient beaucoup sa puissance de feu en couverture à basse et moyenne altitude (5 000 m) où il savait se montrer particulièrement percutant en attaque au sol ou contre des bombardiers.

Les Britanniques en avaient commandé pour la RAF qui, en ayant équipé une escadrille, l'envoya contre la Luftwaffe. Les résultats ne furent pas spécialement mauvais mais la maintenance des appareils et les rapports des pilotes britanniques au sujet de son comportement en vol firent que l'escadrille en question fut immédiatement retirée du combat et rééquipée en Spitfires V.

Les Américains firent une expérience analogue avec les mêmes résultats. Ils ne virent dès lors aucun inconvénient à livrer le gros de la production (car l'important plan industriel de fabrication établi pour le P-39 tournait alors à plein régime) à des alliés moins regardants comme l'URSS, la France puis l'Italie de Badoglio. Les Américains ne voulurent même pas engager au combat sous leurs couleurs le P-63 Kingcobra, successeur très amélioré du P-39 qui ne combattit que sous d'autres couleurs (France, en Indochine) malgré le fait que les erreurs de jeunesse du Cobra avaient été corrigées.

Variantes[modifier | modifier le code]

XP-39 
Premier prototype, désarmé.
YP-39 
appareils de présérie avec un moteur Allison V-1710-37 (E5) de 1 090ch (12 exemplaires)
YP-39A 
Prévu avec un moteur de haute altitude Allison V-1710-31 de 1 150ch, mais finalement livré avec le même moteur que le YP-39. 1 construit.
XP-39B 
Version profilée du XP-39 basée sur les essais en soufflerie du NACA concernant la canopée et les volets de trappe du train d'atterrissage. Déplacement de la prise d'air du radiateur et du bouchon de réservoir du fuselage à la base des ailes, augmentation de la longueur de l'appareil de 34 cm, raccourcissement de l'envergure de 34 cm. Turbocompresseur remplacé par un supercompresseur et moteur Allison V-1710-37 (E5), réglé pour 4 000 m.
P-39C 
Première version de série, identique au YP-39 excepté pour le moteur V-1710-35 de 1 150ch. Armé avec un canon de 37 mm, de 2 mitrailleuses de calibre 0.50 (12,7 mm) et 2 de calibre 0.30. Les premiers avions étaient sans blindage ou réservoir auto-obstruant.(20 exemplaires)
P-45 
Désignation initialement retenue pour le P-39C
P-39D 
réservoir autoétanche (863 exemplaires)
P-39F 
hélice Aeroproducts (229 exemplaires)
P-39J 
moteur Allison V-1710-59 (25 exemplaires)
P-39K 
moteur Allison V-1710-63 (210 exemplaires)
P-39M 
moteur Allison v-1710-83 (250 exemplaires)
P-39N 
moteur Allison V-1710-85 (2 095 exemplaires)
P-39L 
hélice Curtiss (250 exemplaires)
P-39O 
avion d'attaque au sol

Autres caractéristiques[modifier | modifier le code]

Doté d'une construction originale (l'entrée dans le cockpit se fait par une porte), son moteur est situé derrière le pilote. Cette configuration offrait de nombreux avantages :

  • l'espace libéré dans le nez permet un train d'atterrissage tricycle moderne offrant une excellente visibilité au pilote et améliorant la sécurité lors des manœuvres de décollage, atterrissage et roulage au sol (les autres avions de chasse, mis à part le Messerschmitt Me 262, avaient la vue avant totalement masquée, au point que certains devaient se laisser guider par un mécanicien juché sur l'aile lors du roulage au sol…)
  • l'espace libéré dans le nez permet d'embarquer un armement puissant (canon de 37 mm tirant du milieu de l'hélice),
  • la position arrière du moteur permet de placer le centre de gravité au milieu de l'appareil offrant ainsi une excellente maniabilité cependant limitée par la tendance à partir en vrille,

L'appareil souffrait toutefois d'un manque de puissance à haute altitude car le turbo qui existait sur le prototype n'a pas été installé sur la production.

Annexes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

  • Au cinéma, le Bell P.39 Airacobra apparaît dans un des tout premiers films d'aviation de la Seconde Guerre mondiale (Air Force, de Howard Hawks) Avec cet étrange détail qu'on le filme, au départ de mission, commençant à rouler au sol... avec une hélice immobile. On devait le tirer au bout d'un câble, pour donner l'illusion d'un départ. En revanche, les séquences de décollage sont tout à fait valables, probablement tirées de la documentation générale de l'USAAF.
  • Quant à dire que le P.39 n'a pas été utilisé par l'USAAF, on peut en douter. Comme chasseur de seconde ligne, garde nationale ou protection des villes américaines (où il ne risquait guère d'être mis à l'épreuve) son passage est démontré... encore une fois par le cinéma. Dans le film de 1946 Les Plus Belles Années de notre vie de William Wyler on aperçoit, dans les dernières minutes, un champ de démolition d'avions... et on reconnait tout un alignement de P.39, déjà dégarnis de leur moteur et de leur armement, attendant le chalumeau des démolisseurs. Mais le détail intéressant, c'est que ces avions considérés comme obsolètes dès 1942, arborent, tous, l'étoile américaine de 1944 et la décoration alu. Où auraient-ils été en service, sinon sur le territoire national ?

Développement lié

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Jacek Tomalik, Bell P-39 Airacobra, collection les carnets de l'aviation, éditions drivers, Paris, 2004 (ISBN 295163577X)
  • Alain Pelletier, Bell P-39 "Airacobra", Ouest-France, 1986 (ISBN 2858828660)
  • (en) Artur Juszczak, Bell P-39 "Airacobra", Mushroom model publications, 2002 (ISBN 8391632792)
  • (en) John Stanaway, P-39 Airacobra Aces of World War 2, Osprey, Londres, 2001 (ISBN 1841762040)
  • (en) Robert Dorr, Bell P-39 Airacobra, Crowood Press, Londres, 2001 (ISBN 1861263481)
  • (en) Bert Kinzey, P-39 Airacobra: In Detail, Squadron Signal publications, Londres, 1999 (ISBN 1888974168)
  • (en) Frederick A. Johnsen, Bell P-39 - P-63 Airacobra and Kingcobra, Voyageur press, 1998 (ISBN 1580070108)

Articles connexes[modifier | modifier le code]