North American T-2 Buckeye

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir T-2 et Buckeye.
Pix.gif North American T-2 Buckeye Su-27 silhouette.svg
Greek T-2E Buckeye 1.jpg
Un T-2E grec en 2007.

Constructeur Drapeau : États-Unis North American
Rôle Avion d'entraînement
Premier vol 31 janvier 1958
Mise en service 1959
Date de retrait 2008 aux États-Unis
Nombre construits 611
Équipage
2 (1 élève, 1 moniteur)
Motorisation
Moteur General Electric J85-GE-4
Nombre 2
Type Turboréacteurs
Poussée unitaire 13,12 kN
Dimensions
Envergure 11,62 m
Longueur 11,67 m
Hauteur 4,51 m
Surface alaire 23,69 m2
Masses
À vide 3 680 kg
Carburant 2 093 kg
Maximale 5 983 kg
Performances
Vitesse maximale 852 km/h
Vitesse de décrochage 161 km/h
Plafond 13 870 m
Vitesse ascensionnelle 1 800 m/min
Armement
Interne Rocket air 537

Le North American T-2 Buckeye est un avion d'entraînement à réaction conçu par les États-Unis à la fin des années 1950. Construit à environ 600 exemplaires, il est resté en service dans l'US Navy jusqu'en 2004, alors que la Grèce continuait toujours à l'utiliser en 2009.

Conception[modifier | modifier le code]

En 1956, la division Colombus de North American remporta, face à plusieurs fabricants américains, un contrat visant à développer et à construire un avion d'entraînement à réaction pour l'US Navy.

Le premier des six avions de développement (il n'y a pas eu de prototypes), le T2J-1, effectua son premier vol le 31 janvier 1958. Il était équipé de deux réacteurs Westinghouse J34-WE-36 développant 15,2 kN. Il fut ensuite construit à 211 exemplaires renommés T-2A en 1962. Le dernier appareil sortit de l'usine en 1960.

Le 30 août 1962, le T2J-2 renommé T2-B (en fait le deuxième appareil de série) effectua son premier vol rééquipé de moteurs Pratt & Whitney J60-P-6 d'une poussée unitaire de 13,4 kN. 97 appareils sortirent d'usine.

En 1968, un T-2B fut rééquipé avec des réacteurs General Electric J85-GE-4 de 13,2 kN de poussée. Il fut nommé YT-2C et fut produit en série. 231 T-2C furent construits.

Quelques T-2B et T-2C furent modifiés en DT-2B et DT-2C destinés à la conduite de drones. Deux autres versions destinées à l'exportation furent produites : les T-2D pour le Venezuela et T-2E pour la Grèce.

Au total, environ 600 avions furent construits en cinq versions jusqu'en 1977. Aux États-Unis, les derniers entraînements sur porte-avions eurent lieu en 2003. La dernière unité de l'US Navy à utiliser encore des T-2 fut la VT-86 de la NAS Pensacola, en Floride, avant son retrait définitif du service fin 2008.

Versions[modifier | modifier le code]

  • T2J-1 ou T-2A : Première version, elle était équipée de moteur Westinghouse J34-WE-36.
  • T2J-2 ou T-2b : Version rééquipée avec des réacteurs Pratt & Whitney J60-P-6.
  • T-2C : Version propulsée par deux réacteurs General Electric J85-GE-4. Le premier appareil de série vola pour la première fois le 10 décembre 1968. La dernière livraison eut lieu en 1975. Il est encore en service dans l'US Navy.
  • T-2D : Version similaires au T-2C dont il diffère par son électronique et l'absence de dispositif d'appontage. Elle est en service dans l'armée de l'air vénézuélienne. Le dernier appareil fut livré en 1977.
  • T-2E : Vision similaire au T-2C dont il diffèrent par l'électronique et la possibilité d'embarquer de l'armement. Elle est utilisée pour l'appui-feu au sein de l'armée de l'air grecque. Le dernier appareil fut livré en 1977.

Utilisateurs[modifier | modifier le code]

[Quand ?]

Description[modifier | modifier le code]

T-2 sur le parking de la base de Pensacola

Physionomie[modifier | modifier le code]

Le T-2 est un monoplan à ailes médianes cantilever. Le profil d'aile est un NACA 64A212 modifié. Le rapport épaisseur/corde est de 12 %.

Structure[modifier | modifier le code]

Il est entièrement métallique, son aile est constitué de deux longerons. La structure du fuselage est de type semi-monocoque et est constituée de trois sections :

  • le fuselage avant comprenant la baie d'équipement et le cockpit
  • le fuselage central accueillant les moteurs, des réservoirs de carburant et le caisson central de voilure
  • l'arrière du fuselage portant l'empennage, la crosse d'appontage et les aérofreins.

Commandes de vol[modifier | modifier le code]

Il est équipé d'ailerons, d'un gouvernail de profondeur et d'aérofreins actionnés hydrauliquement. Le gouvernail de direction est lui contrôlé manuellement. Les gouvernails de profondeur et de direction sont équipés de trim.

Train d'atterrissage[modifier | modifier le code]

Le T-2 possède un train d'atterrissage tricycle équipé d'amortisseurs oléo-pneumatiques. Il est actionné hydrauliquement. Le train principal se rentre dans les ailes tandis que le train avant se rétracte dans le fuselage.

Le train principal est équipé de roues de 24" x 5,5" dont la pression est de 10,34 bars et le train avant d'une roue de 20" x 4,4" de 5,17 bars de pression .

Les freins hydrauliques sont fabriqués par Goodrich, il s'agit de monodisques refroidis par air.

Propulseurs[modifier | modifier le code]

Il est propulsé par deux turboréacteurs General Electric J85-GE-4 d'une poussée unitaire de 13,12 kN. La capacité d'emport du réservoir principal de carburant est de 1 465 litres pouvant être accrue par deux bidons externes de 386 l chacun et par les réservoirs d'ailes. La capacité maximale en carburant est de 2 616 litres.

Aménagement du cockpit[modifier | modifier le code]

L'élève et le pilote sont placés en tandem. Ils sont assis sur des sièges éjectables LS-1.

Armement[modifier | modifier le code]

Sur certaines versions, le T-2 peut recevoir un armement optionnel constitué de canons, de bombes d'entraînement, de paniers à roquettes pour un total de 290 kg. Il possède alors un point d'emport sous chaque aile.

Une autre option permet de monter quatre points d'emport en plus lui permettant de transporter une masse maximale de 1 588 kg.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) « Inventory Database - Aircraft Type Summary », sur AMARC Expérience,‎ 15 janvier 2014 (consulté le 27 janvier 2014)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Développement lié

Sources[modifier | modifier le code]

  • Jane's Handbooks
  • Pierre Gaillard, Avions et hélicoptères militaires d'aujourd'hui, Clichy, éditions Larivière, coll. « Docavia »,‎ 1er juillet 1999, 304 p. (ISBN 978-2907051248)