Gorges de la Bourne

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Gorges de la Bourne
RD 531 longeant les gorges.
RD 531 longeant les gorges.
Géographie
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Départements Isère, Drôme
Coordonnées 45° 03′ 36″ nord, 5° 25′ 38″ est
Rivière Bourne
Longueur 24 km
Profondeur 900 m
Géologie
Roches Calcaire

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Gorges de la Bourne

Les gorges de la Bourne sont un canyon au fond duquel coule la rivière Bourne. Elles relient Pont-en-Royans à Villard-de-Lans dans le massif du Vercors.

Géographie[modifier | modifier le code]

Topographie[modifier | modifier le code]

La Bourne.

La Bourne débute à Lans-en-Vercors et, en aval des gorges, se jette dans l'Isère à Saint-Nazaire-en-Royans. Elle effectue un parcours de 42 km pour 1 070 mètres de dénivelé. Tout le long de son trajet de nombreuses exsurgences viennent augmenter son débit[1]. Les principales sources sont de l'amont à l'aval : la Goule Blanche[N 1] sortie des eaux du réseau du Clot d'Aspres et d'autres cavités de Villard-de-Lans ; en rive droite la Goule Noire[N 2], [2], débouché du collecteur du réseau du Trou qui souffle ; en aval de la balme de Rencurel, en rive gauche, se trouvent les sources d'Arbois[N 3] suivies de la grotte de Bournillon[3]. L'origine de l'alimentation de ces sources est à rechercher au niveau du plateau du sud Vercors (210 km2) et la grotte de la Luire est un regard sur le réseau souterrain[4]. En face se situent les grottes de Choranche et la grotte de Gournier[5],[6],[7] dont les eaux proviennent du plateau de Presles[8] bien connu des grimpeurs pour sa falaise[9].

Géologie[modifier | modifier le code]

La Bourne naît dans le val de Lans et franchit les calcaires du Sénonien avant de s'enfoncer dans les calcaires à faciès urgonien en aval des Jarrands, jusqu'au pont de Goule Noire. En aval les marnes hauteriviennes sont atteintes jusqu'à Basse Valette. Une nouvelle barrière urgonienne est franchie avant la balme de Rencurel[10]. Après le passage dans le Sénonien, la rivière s'engage dans un étroit canyon creusé dans l'Urgonien. Les couches marneuses de l'Hauterivien sont à nouveau atteintes au lac de Choranche ainsi que les calcaires du Fontanil[11]. Une dernière traversée du calcaire urgonien et Pont-en-Royans est atteint.

Une première phase de creusement a eu lieu au Pliocène[12], il y a 3-4 millions d'années. Les gorges de la Bourne ont ensuite été creusées par l'eau de fonte du glacier de la Bourne se développant au Mindel[13] et lors d'épisodes glaciaires postérieurs (Riss II) et Würm[14].

Histoire[modifier | modifier le code]

La route des gorges a été réalisée entre 1861 et 1872[15]. Pour effectuer des travaux de sécurisation des falaises dominant la route, cette dernière peut être fermée à certaines périodes[16].

Accidents[modifier | modifier le code]

Activités[modifier | modifier le code]

Sports[modifier | modifier le code]

Porche de la grotte de Bournillon, le plus haut d'Europe[19].

Différentes activités peuvent être effectuées dans les gorges. Les grimpeurs peuvent s'intéresser à la falaise de Presles en été ou à des cascades gelées en hiver[20]. Les spéléologues ont le choix entre les différentes cavités débouchant dans la Bourne, la grotte Roche étant la plus fréquentée[21]. Les cyclistes peuvent remonter les gorges[22]. Les spécialistes du canyon peuvent descendre la cascade du Moulin-Marquis et les randonneurs se balader au-dessus des gorges. En outre, le cirque de Bournillon est un spot de BASE jump[23].

Grottes de Choranche[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Grottes de Choranche.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. La Goule Blanche a pour coordonnées 45° 04′ 02″ N, 5° 31′ 00″ E.
  2. La Goule Noire a pour coordonnées 45° 04′ 28″ N, 5° 29′ 30″ E.
  3. Les sources d'Arbois ont pour coordonnées 45° 04′ 17″ N, 5° 26′ 50″ E.

Références[modifier | modifier le code]

  1. André Bourgin, « La Bourne et ses affluents souterrains », revue de géographie alpine, vol. 29,‎ , p. 39-89 (lire en ligne).
  2. « Grotte de la Goule Noire » [PDF], sur rdbrmc-travaux.com, (consulté le 12 mai 2017).
  3. « La grotte de Bournillon », sur isere-tourisme.com (consulté le 12 mai 2017).
  4. Jean-Jacques Delannoy et Richard Maire, « Les grandes cavités alpines. Répartition et contexte hydrogéologique », revue Karstologia, vol. 3,‎ , p. 66 (lire en ligne).
  5. Alain Marbach et Michel Bugnet, Fédération française de spéléologie, « La grotte de Gournier », Scialet : bulletin du CDS de l'Isère, Grenoble, Comité départemental de spéléologie de l'Isère, no 3,‎ , p. 17-46 (ISSN 0336-0326, lire en ligne [PDF]).
  6. « Choranche » [PDF], sur parc-du-Vercors.fr, (consulté le 13 mai 2017)
  7. Patrick Degouve, « La grotte de Gournier », spélunca: revue de la Fédération française de spéléologie, no 11,‎ (lire en ligne).
  8. Keith Paterson, « Contribution à l'étude de l'hydrologie souterraine du plateau de Presles et du massif des Coulmes(Vercors) », revue de géographie alpine, vol. 49,‎ , p. 241-251 (lire en ligne).
  9. Baudoin Lismonde, Les affluents souterrains de la Bourne, Généalogie et histoire locale, coll. « Les cahiers du Peuil » (no 6), , 30 cm (ISSN 1256-6314).
  10. « Gorges de la Bourne, section supérieure, de Villard-de-Lans à Rencurel », sur geo-alp.com, (consulté le 12 mai 2017).
  11. « Gorges de la Bourne, section inférieure, de Rencurel à Choranche », sur geo-alp.com, (consulté le 12 mai 2017).
  12. Serge Caillault, Dominique Haffner, Thierry Krattinger et Jean-Jacques Delannoy, Spéléo sportive dans le Vercors-Tome 2, Aix-en-Provence, Edisud, (ISSN 0764-2520), p. 165.
  13. Claude Beaudevin, « Le Royannais et les gorges de la Bourne », sur geoglaciaire.net, (consulté le 12 mai 2017).
  14. Jean-Jacques Delannoy, Association française de karstologie, « Le Vercors: un massif de la moyenne montagne alpine », Karstologia : revue de karstologie et de spéléologie physique de la Fédération française de spéléologie et de l'Association française de karstologie, Paris, Fédération française de spéléologie, no 1,‎ 1e semestre 1984, p. 44 (ISSN 0751-7688, lire en ligne).
  15. Georges Jorré, « L'établissement des routes dans le massif du Vercors », revue de géographie alpine, vol. 9, no 2,‎ , p. 253-263 (lire en ligne).
  16. « Sécurisation des gorges de la Bourne » [PDF], sur cotita.fr (consulté le 13 mai 2017).
  17. « Eboulement sur une route du Vercors: 2 morts et 3 blessés », sur ladepeche.fr (consulté le 13 mai 2017).
  18. Les accidents de 2004 et 2007 dans les gorges de la Bourne sur le site de l'AFP
  19. Serge Caillault, Dominique Haffner, Thierry Krattinger et Jean-Jacques Delannoy, Spéléo sportive dans le Vercors-Tome 2, Aix-en-Provence, Edisud, (ISSN 0764-2520), p. 164.
  20. « Vrac cascades des gorges de la Bourne », sur montagnesdumonde.fr (consulté le 11 mai 2017).
  21. « Gorges de la Bourne: la grotte Roche », sur camptocamp.org (consulté le 11 mai 2017).
  22. « Les gorges de la Bourne à vélo vers Villard de Lans », sur topvelo.fr (consulté le 11 mai 2017).
  23. « Base jump: un homme échappe à la mort dans le Vercors », sur lyoncapitale.fr (consulté le 15 mai 2017).

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :