La Forteresse (Isère)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

La Forteresse
La Forteresse (Isère)
Église de La Forteresse en février 2019
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Isère
Arrondissement Vienne
Intercommunalité Communauté de communes Bièvre Isère
Maire
Mandat
Évelyne Collet
2020-2026
Code postal 38590
Code commune 38171
Démographie
Population
municipale
328 hab. (2018 en augmentation de 2,5 % par rapport à 2013)
Densité 36 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 17′ 44″ nord, 5° 24′ 15″ est
Altitude Min. 503 m
Max. 773 m
Superficie 9,22 km2
Type Commune rurale
Aire d'attraction Grenoble
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de la Bièvre
Législatives Septième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Auvergne-Rhône-Alpes
Voir sur la carte administrative de Auvergne-Rhône-Alpes
City locator 14.svg
La Forteresse
Géolocalisation sur la carte : Isère
Voir sur la carte topographique de l'Isère
City locator 14.svg
La Forteresse
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
La Forteresse
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
La Forteresse

La Forteresse est une commune française située dans le département de l'Isère en région Auvergne-Rhône-Alpes.

Située à mi-chemin entre la plaine de la Bièvre et la vallée de l'Isère dénommée localement Sud-Grésivaudan, la petite commune, assez isolée sur la partie orientale du plateau de Chambaran, en moyenne altitude, est rattachée à la communauté de communes Bièvre Isère.

Selon un site dédié, les habitants de la commune sont dénommés les « fortariaux ». Selon le livre Histoire des communes de l'Isère, les habitants se dénommeraient les « fortarios » (dans sa forme patoisante)[1].

Géographie[modifier | modifier le code]

Situation et description[modifier | modifier le code]

Plan de la commune

La Forteresse est positionnée dans la vallée du Rival, modeste torrent de montagne qui coule en direction de Saint-Étienne-de-Saint-Geoirs, à environ 550 mètres d'altitude.

Elle est encadrée de deux cols de moyenne altitude : le col du Châtain (684 m) qui permet de joindre Morette à Tullins, et le col de Lachard (695 m) qui permet de joindre Quincieu et Vinay.

Selon le livre Histoire des communes de l'Isère, publié chez Horvath, le petit village de « La Forteresse est située au creux d'une petite vallée, au centre d'une étoile routière à trois branches »[2].

La Forteresse se situe à 10 kilomètres de l'Aéroport de Grenoble-Alpes-Isère [3].

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

Le territoire communal s'étend sur la partie orientale du plateau de Chambaran, lequel est constitué d'une ossature en molasse miocène, recouverte en grande partie par un placage de terres argilo-limoneuses ou argilo-sableuses [4].

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Le territoire des communes de Vatilieu, Quincieu, Cras et La Forteresse forment un quadripoint au sud de cette dernière commune.

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Le torrent du Rival, seul cours d'eau notable de la commune, est un ruisseau s'écoulant dans un axe sud / nord-ouest sur le territoire communal. Le ruisseau du moulin, modeste cours d'eau au cours très irrégulier, est son affluent sur sa rive droite.

Climat[modifier | modifier le code]

La commune de La Forteresse se situe sur un plateau argileux, sillonné par quelques cours d'eau. Ce site présente donc un climat plus rude et plus frais qu'en plaine. Du fait du relief peu accentué, les masses d'air venues du nord et du sud circulent aisément. Les températures nocturnes restent assez fraîches au cœur d'un territoire à l'altitude modérée.

Voie de communication et transports[modifier | modifier le code]

Entrée de La Forteresse par la RD 154 depuis le nord

La Forteresse se présente comme un carrefour routier dans la partie orientale du plateau de Chambaran. La Forteresse est située sur la RD 154 reliant Saint-Étienne-de-Saint-Geoirs à Vinay par le col de Lachard. Une route rejoint Tullins par le col du Châtain.

La RD 73b permet de rejoindre Saint-Paul-d'Izeaux, mais aussi Saint-Michel-de-Saint-Geoirs par d'autres routes départementales. Une petite route, étroite et pentue, rejoint le village de Plan.

En revanche, elle n'est pas desservie directement par le réseau ferré : il faut rejoindre Tullins, Rives ou Vinay pour trouver une gare SNCF. C'est ici également que se situent les échangeurs autoroutiers (A48 et A49) les plus proches.

L'aéroport Grenoble-Isère, situé à Saint-Étienne-de-Saint-Geoirs, ne se situe qu'à une dizaine de kilomètres.

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

La Forteresse est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 1],[5],[6],[7].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Grenoble, dont elle est une commune de la couronne[Note 2]. Cette aire, qui regroupe 204 communes, est catégorisée dans les aires de 700 000 habitants ou plus (hors Paris)[8],[9].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (54,1 % en 2018), une proportion identique à celle de 1990 (53,9 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : forêts (46 %), zones agricoles hétérogènes (32,6 %), prairies (18,6 %), cultures permanentes (2,9 %)[10].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[11].

Morphologie urbaine[modifier | modifier le code]

Le tissu urbain de la commune se présente sous la forme d'un bourg central, de taille modeste et situé au carrefour de trois routes, ainsi que de plusieurs hameaux disséminés autour ce bourg. L'ensemble essentiellement composé de terrains agricoles et de secteurs boisés se positionne sur un plateau composé de hautes collines.

Hameaux lieux-dits et écarts[modifier | modifier le code]

Voici, ci-dessous, la liste la plus complète possible des divers hameaux, quartiers et lieux-dits résidentiels urbains comme ruraux qui composent le territoire de la commune de La Forteresse , présentés selon les références toponymiques fournies par le site géoportail de l'Institut géographique national[12].

  • le Truc
  • la Rivoire
  • la Combe
  • Nautand
  • Combe Guérin
  • Chaperon
  • Valette
  • Villefranche (bourg central)
  • Feuillant
  • les Écuelles
  • les Côtes
  • Combe Tricat
  • la Girauderie
  • la Taillat
  • Chalaman
  • Chorieux
  • Chapon
  • Revolet
  • Vernay
  • Truchet
  • Bessey
  • le Mont
  • les Blaches
  • la Mignonière
  • Combe font Jean Bleu
  • Revollet des Buyères
  • Plan des Joucles
  • le Four

Risques naturels[modifier | modifier le code]

Risques sismiques[modifier | modifier le code]

La totalité du territoire de la commune de La Forteresse est situé en zone de sismicité n°3 (sur une échelle de 1 à 5), en limite de la zone n°4, située au sud-ouest de son territoire[13].

Terminologie des zones sismiques[14]
Type de zone Niveau Définitions (bâtiment à risque normal)
Zone 3 Sismicité modérée accélération = 1,1 m/s2

Autres risques[modifier | modifier le code]

Toponymie[modifier | modifier le code]

Selon André Planck, auteur du livre L'origine du nom des communes du département de l'Isère, le nom de la Fortresse dérive du latin Fortitia « qui a abouti à la forme vulgaire Fortia, la "maison forte" et qui s'est altéré au fil du temps »[15].

Histoire[modifier | modifier le code]

Préhistoire et Antiquité[modifier | modifier le code]

Durant l'Antiquité, le bas-Dauphiné est progressivement occupée par les allobroges, un peuple gaulois dont le territoire était situé entre l'Isère, le Rhône et les Alpes du Nord. À partir de -121, ce territoire, nommé Allobrogie, est intégré dans la province romaine du Viennois avec pour capitale la cité de Vienne qui était aussi le siège de l’ancien diocèse romain de Vienne.

Du Moyen-Âge au Temps modernes[modifier | modifier le code]

Le village de La Forteresse au début du XXe siècle

Époque contemporaine[modifier | modifier le code]

La commune de La Forteresse se situait, jusqu'en 1929, dans le canton de Tullins. C'est la loi no 1721 du 17 décembre 1929 qui l'a rattachée au canton de Saint-Étienne-de-Saint-Geoirs[16].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Mairie de La Forteresse en février 2019

Administration municipale[modifier | modifier le code]

Le conseil municipal est composé de onze personnes (deux femmes et neuf hommes) dont une maire, trois adjoints au maire, une conseillère municipale déléguée et six conseillers municipaux [17].

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
2001 2008 Henry Menthaz-Berthon    
2008 En cours Évelyne Collet SE Fonctionnaire

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[18]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[19].

En 2018, la commune comptait 328 habitants[Note 3], en augmentation de 2,5 % par rapport à 2013 (Isère : +2,28 %, France hors Mayotte : +2,36 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
380400438450486459481472493
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
430448436427448457426395379
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
354323323281299279277295288
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2012
277262250245251235284291318
2017 2018 - - - - - - -
322328-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[20] puis Insee à partir de 2006[21].)
Histogramme de l'évolution démographique

Enseignement[modifier | modifier le code]

La commune dépend de l'académie de Grenoble. Il n'existe qu'une école maternelle et élémentaire située au bourg (Villefranche) avec un effectif officiel de seize élèves pour la rentrée 2018/2019[22].

Équipements sportifs et culturels[modifier | modifier le code]

Médias[modifier | modifier le code]

Presse[modifier | modifier le code]

Historiquement, le quotidien à grand tirage Le Dauphiné libéré consacre, chaque jour, y compris le dimanche, dans son édition Isère-Nord, un ou plusieurs articles à l'actualité du canton de la Bièvre dont fait partie la commune, ainsi que des informations sur les éventuelles manifestations locales, les travaux routiers, et autres événements divers à caractère local.

Cultes[modifier | modifier le code]

Culte catholique[modifier | modifier le code]

La communauté catholique et l'église de La Forteresse (propriété de la commune) dépendent de la paroisse Saint Paul de Toutes Aures, avec onze autres communes de la région. Cette paroisse est rattachée au diocèse de Grenoble-Vienne[23].

Économie[modifier | modifier le code]

Secteur agricole[modifier | modifier le code]

Secteur commercial et touristique[modifier | modifier le code]

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Maison forte médiévale de Forchieux (XIe siècle)

Château ou Maison forte de Forchieux[modifier | modifier le code]

Ce château ou plutôt une maison forte, comprenant une tour de 25 mètres de hauteur en bon état, des murs épais composés de nombreuses meurtrières, daterait des XIIe et XIIIe siècles[24].

Durant les guerres de religion, ce site fut un poste important pour les huguenots. Depuis cet endroit, un grand nombre d'entre eux rejoignirent les leurs afin de sortir vainqueurs d'une bataille contre les troupes catholiques de La Côte-Saint-André, commandée par le seigneur de Montoison[25].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Escutcheon to draw-fr.svg

La Forteresse (Isère) possède des armoiries dont l'origine et le blasonnement exact ne sont pas disponibles.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.

Références[modifier | modifier le code]

  1. https://www.habitants.fr/isere-38 Site habitants.fr, page sur le nom des habitants de communes de l'Isère], consulté le 22 février 2019
  2. Livre "Histoire des communes de l'Isère, tome 1, page 88 (ISBN 2-7171-0494-1).
  3. Site air affaires, page "Villes à proximité de Aéroport Grenoble Isère", consulté le 28 février 2019
  4. Site geoglaciaire.net les paysages galaciaires, "Origine du plateau de Chambaran", consulté le 22 février 2019
  5. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 27 mars 2021).
  6. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le 27 mars 2021).
  7. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 27 mars 2021).
  8. « Base des aires d'attraction des villes 2020. », sur insee.fr, (consulté le 27 mars 2021).
  9. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le 27 mars 2021).
  10. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statitiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le 28 avril 2021)
  11. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le 28 avril 2021). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  12. Site géoportail, page des cartes IGN
  13. Site de la préfecture de l'Isère, carte des zones de sismicité
  14. Arrêté du 22 octobre 2010 relatif à la classification et aux règles de construction parasismique applicables aux bâtiments de la classe dite « à risque normal » - Légifrance
  15. Livre "L'origine du nom des communes du département de l'Isère" par André Planck, édition L'atelier, 2006
  16. Loi distrayant la commune de la Forteresse (département de l'Isère) du canton de Tullins pour la rattacher au canton de Saint-Étienne-de-Saint-Geoirs sur Gallica, dans le Bulletin des lois de la république française - Année 1929, p. 45.
  17. Site de la mairie de la forteresse, page sur le conseil municipal, consulté le 23 février 2019
  18. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  19. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  20. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  21. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.
  22. Site du ministère de l'Éducation Nationale, page sur la Forteresse, consulté le 23 février 2019
  23. Site du docièse de Grenoble-Vienne, page sur la paroisse Saint-Paul de Toutes Aures, consultée le 23 février 2019
  24. Eric Tasset, Châteaux forts de l'Isère : Grenoble et le Nord de son arrondissement, Grenoble, éditions de Belledonne, , 741 p. (ISBN 2-911148-66-5), p. 679.
  25. Site de JC TRuffet sur les chateaux et les forteresses, maisons fortes et citadelles de France, page sur le château de Forchieux, consulté le 22 février 2019

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :