Mottier

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Mottier
Mottier
Vue sur le village du Mottier depuis Bocsozel
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Isère
Arrondissement Arrondissement de Vienne
Canton Bièvre
Intercommunalité Communauté de communes Bièvre Isère
Maire
Mandat
Bruno Detroyat
2014-2018
Code postal 38260
Code commune 38267
Démographie
Population
municipale
715 hab. (2017 en augmentation de 3,62 % par rapport à 2012)
Densité 67 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 25′ 11″ nord, 5° 19′ 04″ est
Altitude 480 m
Min. 448 m
Max. 641 m
Superficie 10,72 km2
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Isère
Voir sur la carte administrative de l'Isère
City locator 14.svg
Mottier
Géolocalisation sur la carte : Isère
Voir sur la carte topographique de l'Isère
City locator 14.svg
Mottier
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Mottier
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Mottier
Liens
Site web www.lemottier.fr

Mottier est une commune française située dans le département de l'Isère en région Auvergne-Rhône-Alpes.

Historiquement située dans la province du Dauphiné, ce village est surplombé par les ruines d'une ancienne maison forte datant du XIIe siècle et labellisées Patrimoine en Isère.

Les habitants de la commune sont dénommés les Mottiérots[1].

Géographie[modifier | modifier le code]

Situation et description[modifier | modifier le code]

Mottier est situé entre Lyon, Grenoble, Valence et Bourgoin-Jallieu, non loin de la ville de La Côte-Saint-André, principale agglomération de ce secteur.

Le village était rattaché à la communauté de communes du Pays de Bièvre-Liers jusqu'au . Elle appartient depuis 2014 à la Communauté de communes Bièvre Isère dont le siège est à Saint-Étienne-de-Saint-Geoirs.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de La Côte-Saint-André
Champier Eydoche
Nantoin La Côte-Saint-André Longechenal
La Côte-Saint-André Gillonnay Saint-Hilaire-de-la-Côte

Géologie[modifier | modifier le code]

Climat[modifier | modifier le code]

La région de La Côte-Saint-André, principale commune située à quelques kilomètres sud-ouest de Mottier présente un climat de type semi-continental[2] qui se caractérise par des précipitations plus importantes en été qu'en hiver.

Les étés sont généralement chauds et quelquefois secs mais avec des périodes orageuses en fin de période. Les hivers sont généralement assez froids et marqués par des gelées fréquentes, d'autant plus que le secteur resté très longtemps marécageux est souvent marqués par de nombreuses brumes matinales et des brouillards plus ou moins persistant durant les périodes froides.

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Voies de communication et transport[modifier | modifier le code]

La commune est située à l'écart des grands axes de circulation. L'accès routier à la commune est cependant possible par l'ancienne route nationale 85 qui relie Lyon à Grenoble, puis en empruntant la RD71d en venant de Lyon ou en arrivant par Grenoble.

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Morphologie urbaine[modifier | modifier le code]

Risques naturels[modifier | modifier le code]

Risques sismiques[modifier | modifier le code]

La totalité du territoire de la commune de Mottier est situé en zone de sismicité no 3, comme la plupart des communes de son secteur géographique[3].

Terminologie des zones sismiques[4]
Type de zone Niveau Définitions (bâtiment à risque normal)
Zone 3 Sismicité modérée accélération = 1,1 m/s2

Autres risques[modifier | modifier le code]

Toponymie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

Préhistoire et Antiquité[modifier | modifier le code]

Au début de l'Antiquité, le territoire des Allobroges s'étendait sur la plus grande partie des pays qui seront nommés plus tard la Sapaudia (ce « pays des sapins » deviendra la Savoie) et au nord de l'Isère. Les Allobroges, comme bien d'autres peuples gaulois, sont une « confédération ». En fait, les Romains donnèrent, par commodité le nom d'Allobroges à l'ensemble des peuples gaulois vivant dans la civitate (cité) de Vienne, à l'ouest et au sud de la Sapaudia.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Administration municipale[modifier | modifier le code]

La mairie.

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2001 décembre 2018 (démission)[5],[6] M. Bruno Detroyat DVD Artisan
décembre 2018[5],[6] En cours Mme Isabelle Rivard    
Les données manquantes sont à compléter.

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[7]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[8].

En 2017, la commune comptait 715 habitants[Note 1], en augmentation de 3,62 % par rapport à 2012 (Isère : +2,75 %, France hors Mayotte : +2,36 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
9999501 0921 0751 1021 2701 2401 1811 242
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 198874846847842769781753710
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
680654603532485503463420417
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2009 2014
385362357414468511596681684
2017 - - - - - - - -
715--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[9] puis Insee à partir de 2006[10].)
Histogramme de l'évolution démographique

Enseignement[modifier | modifier le code]

La commune est rattachée à l'académie de Grenoble (Zone A).

Économie[modifier | modifier le code]

Culture Locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Le château de Bocsozel[modifier | modifier le code]

Le château de Bocsozel est une ancienne maison forte, du XIIe siècle, dont les ruines se dressent au-dessus du village. Celui-ci est labellisé Patrimoine en Isère[11],[12]. Les deux tours, encore en place en 2020, ainsi que quelques éléments de rempart constituent les derniers vestiges du château.

La motte castrale est située derrière les ruines, en direction de l'ouest et accessible par une simple échelle en bois enjambant une barrière[13].

Les autres monuments[modifier | modifier le code]

L'église paroissiale

Patrimoine naturel[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2020, millésimée 2017, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2019, date de référence statistique : 1er janvier 2017.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Site habitants.fr, page sur le nom des habitants des communes de l'Isère, consulté le 23 janvier 2020
  2. Annick Auffray, Alain Brisson, Agnès Tamburini, Valérie Dziak, Véronique Maloisel, Sophie Martinoni-Lapierre, « Climat de la région Rhône-Alpes », sur rhone-alpes.developpement-durable.gouv.fr, (consulté le 23 juin 2016)
  3. Site de la préfecture de l'Isère, carte des zones de sismicité
  4. Arrêté du 22 octobre 2010 relatif à la classification et aux règles de construction parasismique applicables aux bâtiments de la classe dite « à risque normal » - Légifrance
  5. a et b « Le Mottier ; Isabelle Rivard, première femme élue maire de la commune », sur Le Dauphiné libéré, .
  6. a et b « Parc éolien dans la plaine du Liers : « Des incertitudes sur le projet » », sur Le Dauphiné libéré, .
  7. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  8. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  9. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  10. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016 et 2017.
  11. « Les labels patrimoine en Isère », sur isere-patrimoine.fr, Conseil Général de l'Isère (consulté le 4 août 2014)
  12. Eric Tasset, Châteaux forts de l'Isère : Grenoble et le Nord de son arrondissement, Grenoble, éditions de Belledonne, (ISBN 2911148665), p. 687
  13. Site chateauruine.fr, page sur le château de Bocsozel, consulté le 4 septembre 2019

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :