Vergt

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Vergt (homonymie).
Vergt
Le bourg de Vergt.
Le bourg de Vergt.
Blason de Vergt
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Nouvelle-Aquitaine
Département Dordogne
Arrondissement Périgueux
Canton Périgord central
(bureau centralisateur)
Intercommunalité Le Grand Périgueux
Maire
Mandat
Raymond Cacan
2014-2020
Code postal 24380
Code commune 24571
Démographie
Population
municipale
1 637 hab. (2014)
Densité 50 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 01′ 41″ nord, 0° 43′ 09″ est
Altitude Min. 112 m – Max. 246 m
Superficie 32,52 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Dordogne

Voir sur la carte administrative de la Dordogne
City locator 14.svg
Vergt

Géolocalisation sur la carte : Dordogne

Voir sur la carte topographique de la Dordogne
City locator 14.svg
Vergt

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Vergt

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Vergt

Vergt est une commune française située dans le département de la Dordogne, en région Nouvelle-Aquitaine.

Chef-lieu du canton de Vergt de 1790 à 2015, la commune est devenue à cette date le bureau centralisateur du canton du Périgord central.

Géographie[modifier | modifier le code]

Généralités[modifier | modifier le code]

Le Vern à Vergt.

Vergt est située géographiquement au centre de la Dordogne. Cela en fait un carrefour naturel entre les principales voies de communication du département et une situation enviable, à quinze minutes de l'A89, autoroute reliant Bordeaux à Genève, via Lyon.

Le canton vernois est un haut lieu de la culture de la fraise en France[1].

D'un climat rigoureux en hiver pour cause de situation « en cuvette », c'est justement le nombre élevé de jours de gel, qui a avantagé Vergt pour la production de la fraise.

Cette activité était une quasi-monoculture. Les tunnels recouverts de bâches plastiques transparentes s'étendaient à perte de vue, donnant parfois l'impression d'importantes étendues d'eau.

Depuis plusieurs années maintenant, les productions d'autres provenances européennes concurrencent fortement la production vernoise.

Malgré le rétrécissement du monde agricole, les survivants diversifient notablement leurs productions : primeurs, petits fruits, élevage de volailles et notamment de canards gras, mais aussi élevages bovins, etc.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Vergt
Creyssensac-et-Pissot Chalagnac Église-Neuve-de-Vergt,
Sanilhac
Grun-Bordas Vergt Salon
Saint-Maime-de-Péreyrol Saint-Amand-de-Vergt Saint-Michel-de-Villadeix

Toponymie[modifier | modifier le code]

En occitan, la commune porte le nom de Vern[2].

Histoire[modifier | modifier le code]

Plaque à la mémoire des aviateurs morts à Boirac.

Le 9 octobre 1562 a lieu la bataille de Vergt, entre les catholiques et les protestants, dans le cadre de la première guerre de religion. Blaise de Monluc, capitaine catholique, défait Symphorien de Duras et Guy de Montferrand, seigneur de Langoiran[3].

La commune est créée en 1790, et son nom fluctue d'une année à l'autre, portant alternativement les noms de Saint-Jean-de-Vergt, Vern ou Vergt[Note 1]. L'ancienne commune de Sainte-Marie-de-Vergt fusionne avec Vergt en 1824[4]. Il reste un vestige de l'église sur la place à droite avant la sortie du village vers Périgueux.

Le , sept aviateurs alliés (quatre britanniques, deux australiens et un canadien) meurent lorsque leur avion s'écrase à l'ouest de la commune, au lieu-dit Boirac[5].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Rattachements administratifs[modifier | modifier le code]

Dès 1790, la commune de Vergt est le chef-lieu du canton de Vergt qui dépend du district de Perigueux jusqu'en 1795, date de suppression des districts. En 1801, le canton est rattaché à l'arrondissement de Périgueux[4].

Dans le cadre de la réforme de 2014 définie par le décret du 21 février 2014, ce canton disparaît aux élections départementales de mars 2015[6]. La commune est alors rattachée au canton du Périgord central, dont elle devient le bureau centralisateur.

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

Fin 2001, Vergt intègre dès sa création la communauté de communes du Pays vernois dont elle est le siège. Celle-ci est dissoute le et remplacée au par la communauté de communes du Pays vernois et du terroir de la truffe dont elle est également le siège. Celle-ci est dissoute le et ses communes sont intégrées à la communauté d'agglomération Le Grand Périgueux le .

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
         
 ?  ? André Moulinier   Médecin
 ? 2002 Jean-Pierre Dechamp    
2002 mars 2008 Jean-Luc Noyer    
mars 2008 (réélu en mars 2014[7]) en cours Raymond Cacan PS Retraité de l'enseignement

Jumelages[modifier | modifier le code]

Panneau de jumelage de Vergt.

Les communes du Pays vernois sont jumelées avec la ville canadienne de Saint-Jacques de Montcalm depuis 1996[8].

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Jusqu'en 1824, les communes de Sainte-Marie-de-Vergt et de Vergt étaient indépendantes.

Démographie de Sainte-Marie-de-Vergt[modifier | modifier le code]

En 1824, la commune de Sainte-Marie-de-Vergt fusionne avec celle de Vergt.

Évolution de la population de Sainte-Marie-de-Vergt
1793 1800 1806 1821
542 525 537 566
(Source : Ldh/EHESS/Cassini[9])

Démographie de Vergt[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués à Vergt depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans (2006, 2011, 2016, etc. pour Vergt[10]). Depuis 2006, les autres dates correspondent à des estimations légales. En 2014, Vergt comptait 1 637 habitants.

           Évolution de la population de Vergt  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
700 786 843 891 1 641 1 638 1 715 1 734 1 762
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 827 1 789 1 849 1 842 1 831 1 832 1 826 1 800 1 675
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 607 1 593 1 690 1 468 1 424 1 326 1 390 1 352 1 259
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2014
1 190 1 224 1 369 1 419 1 422 1 512 1 698 1 637 1 637
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[4] puis Insee à partir de 2006[11].)
Histogramme de l'évolution démographique de Vergt

Enseignement[modifier | modifier le code]

Manifestations culturelles et festivités[modifier | modifier le code]

La tarte aux fraises géante en 2015.
  • Au mois de mai, la Fête de la fraise et des fleurs, manifestation au cours de laquelle est confectionnée une tarte aux fraises géante[12] (16e édition en 2015[13]). Après avoir envisagé de ne pas organiser cette manifestation en 2017, pour causes de normes de sécurité, ingérables selon le maire de Vergt, imposées consécutivement à l'attentat du 14 juillet 2016 à Nice[14], celle-ci devrait se tenir normalement le [15].
  • Au mois de juin, a lieu la fête de la Saint-Jean sur la place du même nom.
  • Début septembre, le comice agricole.

Économie[modifier | modifier le code]

Emploi[modifier | modifier le code]

En 2012[16], parmi la population communale comprise entre 15 et 64 ans, les actifs représentent 683 personnes, soit 42,1 % de la population municipale. Le nombre de chômeurs (85) a diminué par rapport à 2007 (99) et le taux de chômage de cette population active s'établit à 12,5 %.

Établissements[modifier | modifier le code]

Au 31 décembre 2013, la commune compte 239 établissements[17], dont 145 au niveau des commerces, transports ou services, quarante-deux relatifs au secteur administratif, à l'enseignement, à la santé ou à l'action sociale, vingt-cinq dans la construction, dix-sept dans l'agriculture, la sylviculture ou la pêche, et dix dans l'industrie[18].

Entreprises[modifier | modifier le code]

Parmi les entreprises ayant leur siège social en Dordogne, deux d'entre elles, implantées à Vergt, figurent parmi les principales du département :

  • l'Union des coopératives agricoles (commerce de gros interentreprises de fruits et légumes) se classe, tous secteurs confondus, en 40e position avec 24 244 k€, en termes de chiffre d'affaires hors taxes en 2012-2013[19], et en 20e position parmi les entreprises commerciales du département[20].
  • également dans le commerce en Dordogne, la société Trifany - Intermarché (supermarché), se classe 46e avec 13 644 k€, en termes de chiffre d'affaires hors taxes en 2012-2013[21].

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

L'église Saint-Jean.
  • L'église Saint-Jean du XIXe siècle dont le clocher porte le nom du poète Jasmin qui a contribué à la réédification de l'église.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Jean Firmin Malafaye (1815-1902), dit « le capitaine Malafaye », militaire français et bienfaiteur de la commune, est né et mort à Vergt. Une rue de Vergt porte son nom, et sur la place de l'église, un buste de bronze le représente[22].
  • Léon Faye (1899-1945), officier et résistant, est né à Vergt[23].
  • Raymond Biaussat, artiste peintre né à Vergt en 1932[24].

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Vergt Blason De gueules à la bande d'argent chargée de trois fraises renversées au naturel, accompagnée en chef d'une épée d'or garnie d'argent, et en pointe d'un arbre arraché aussi d'or.
Détails Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Voir les explications en page de discussion de l'article.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Vergt sur le site de la fraise du Périgord, consulté le 20 août 2013.
  2. Le nom occitan des communes du Périgord sur le site du Conseil général de la Dordogne, consulté le 24 avril 2014.
  3. A. Communay, Essai généalogique sur les Montferrand de Guyenne, Librairie Veuve Moquet, Bordeaux, 1889
  4. a, b et c Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  5. Bernard Vasseur, « Un hommage rendu aux sept aviateurs disparus », Sud Ouest édition Périgueux, 22 février 2017, p. 15.
  6. Légifrance, « Décret no 2014-218 du 21 février 2014 portant délimitation des cantons dans le département de la Dordogne », sur http://www.legifrance.gouv.fr/ (consulté le 6 août 2015).
  7. À Vergt, Sud Ouest édition Périgueux du 1er avril 2014, p. 20.
  8. Bernard Vasseur, « Le comité de jumelage du Pays vernois a 20 ans », Sud Ouest édition Périgueux, 14 juin 2016, p. 19.
  9. « Notice communale de Sainte-Marie-de-Vergt », sur Ldh/EHESS/Cassini (consulté le 19 juin 2013).
  10. « Calendrier de recensement », sur Insee (consulté le 24 avril 2014)
  11. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .
  12. Petit futé Mag, n°40, sept-oct 2012, p.95
  13. Bernard Vasseur, « Fête de la fraise : les animations arrêtées », Sud Ouest, édition Périgueux, 21 avril 2015, p. 17.
  14. Bernard Vasseur, « La Fête de la fraise n'aura pas lieu », Sud Ouest édition Périgueux, 9 mars 2017, p. 18.
  15. « A Vergt, la Fête de la fraise sera finalement maintenue », Sud Ouest édition Dordogne, 16 mars 2017, p. 11.
  16. Chiffres-clés - Emploi - Population active - tableaux EMP T2 et EMP T4 sur le site de l'Insee, consulté le 13 décembre 2015.
  17. « Établissement - Définition », sur Insee (consulté le 13 décembre 2015).
  18. Chiffres clés - Établissements actifs par secteur d'activité - tableau CEN T1 sur le site de l'Insee, consulté le 13 décembre 2015.
  19. « Chiffre d'affaires : les 50 premières », Sud Ouest éco édition Dordogne, 13 novembre 2014, p. 16.
  20. « Commerce : les 50 premières », Sud Ouest éco édition Dordogne, 13 novembre 2014, p. 26.
  21. « Bâtiment/Travaux publics : les 50 premières », Sud Ouest éco édition Dordogne, 13 novembre 2014, p. 36.
  22. [1]
  23. Guy Penaud, Dictionnaire biographique du Périgord, éditions Fanlac, 1999, (ISBN 2-86577-214-4), p. 380.
  24. Guy Penaud, Dictionnaire biographique du Périgord, éditions Fanlac, 1999, (ISBN 2-86577-214-4), p. 117.