Otto Hauser

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Otto Hauser
Image dans Infobox.
Otto Hauser avec le squelette de l'homme de Combe-Capelle (1909).
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 58 ans)
BerlinVoir et modifier les données sur Wikidata
Sépulture
Nationalité
Formation
Activités

Otto Hauser, né le à Wädenswil (canton de Zurich) et mort le à Berlin, est un archéologue, préhistorien et marchand d'art suisse. Il est le découvreur de sites paléolithiques renommés en Dordogne, où il a mené des fouilles de 1906 à 1914. Il a publié plusieurs ouvrages de vulgarisation scientifique sur la Préhistoire.

Biographie[modifier | modifier le code]

Jeunesse en Suisse[modifier | modifier le code]

Otto Hauser s'intéresse à l'archéologie dès sa jeunesse. De 1892 à 1894 il suit des études de lettres classiques, d'histoire et d'archéologie à l'université de Bâle ; il les poursuit à Zurich de 1894 à 1900, à la faculté de philosophie de l'Université et à l'École polytechnique fédérale. En 1897-1898, il effectue des fouilles sur le site romain de Vindonissa, où il met au jour les restes d'un amphithéâtre, mais découvre aussi une louche à vin en argent qu'il vend à Zurich en . En 1904, il ouvre un magasin d'antiquités à Munich.

Fouilles en Dordogne[modifier | modifier le code]

Au début de l'année 1906, il mène avec Louis Capitan, qu'il connaît depuis 1895, des fouilles sur le site de La Micoque aux Eyzies-de-Tayac-Sireuil (Département Dordogne)[1] ; il en publie les résultats[2], tout en montrant un sens aigu pour la commercialisation des objets paléolithiques. À partir de 1906, Hauser possède une maison près du site de la Laugerie-Haute et fouille régulièrement aux Eyzies, en organisant des équipes ; il loue 20 sites dans la zone autour des Eyzies, et indique lui-même avoir fouillé ou fait fouiller 34 sites au total[3]. Les plus connus sont :

  • Chez Pataud (fouille en 1898)
  • Laugerie-Basse (fouilles en 1898-1899 et 1907)
  • La Micoque (fouille en 1906)
  • Le Moustier, Le Ruth, Longueroche, Fongal, Combe Capelle (fouilles à partir de 1907)
Crâne de l'Homme de Combe-Capelle
  • La Souquette, Badegoule (fouille en 1910)
  • Laugerie-Haute, Thenon, La Rochette[4], La Balutie, La Faurelie (fouilles de 1910 à 1912)

En 1906, il vend un grand nombre de bifaces (appelés coins Micoque) trouvés dans les fouilles de La Micoque, à des collectionneurs[5] ainsi qu'à des musées, notamment à la Société d'histoire naturelle de Nuremberg[6].

Il est le premier à fouiller à partir de 1908 l'abri du Moustier, où l'un des fouilleurs découvre le squelette d'un jeune Néandertalien ; il lui donne le nom de Homo mousteriensis Hauseri. Parmi les découvertes les plus importantes de Hauser, figure en 1909 le squelette de l'homme de Combe Capelle dans la vallée de la Couze, qu'il nomme Homo aurignacensis Hauseri[7].

Pour financer la suite de ses recherches, Hauser vend les deux squelettes au Musée de Préhistoire et de Protohistoire de Berlin[8] ; après un séjour en Union soviétique de 1945 à 1958, ils réintègrent les collections du musée ; le crâne de l'homme de Combe-Capelle, qui n'a été formellement identifié qu'en 2001, est exposé au musée, transféré en 2009 au Neues Museum[9] ; quant au squelette du Moustier, désigné par le Moustier 1, seul le crâne existe encore, le reste ayant été détruit à la fin de la Seconde Guerre mondiale.

En 1910 le journal français Le Matin publie un article dénonçant les procédés de Hauser, notamment les ventes d'objets préhistoriques en Allemagne, présentées comme guidées par le seul profit. Les méthodes de fouille de Hauser sont critiquées par certains préhistoriens comme Denis Peyrony ou Henri Breuil[10]. En 1913, l'entrée en vigueur de la loi sur la protection des antiquités, qui interdit la vente et l'exportation des découvertes archéologiques faites en France, place Hauser dans de graves difficultés financières.

La fin de sa vie en Allemagne[modifier | modifier le code]

Lorsque éclate la Première Guerre mondiale, Otto Hauser, soupçonné d'espionnage, doit quitter le Les Eyzies-de-Tayac-Sireuil ; sa maison et ses salles de stockage sont fouillées, et 1 153 lettres saisies ; cette confiscation de l'ensemble du matériel de fouille de Hauser est confirmée en 1921 par le gouvernement français.

En 1916 Hauser obtient son doctorat à l'université d'Erlangen, avec sa thèse sur le Micoquien : Über eine neue Chronologie des mittleren Paläolithikums im Vézèretal[11] ; il est parmi les premiers à créer le terme « micoquien » pour désigner les outils lithiques de la Micoque (en 1908 l'adjectif est utilisé par Denis Peyrony : « pointes micoquiennes »[12] ; et par Hugo Obermaier : « Reduzierter lanzenspitzförmiger Faustkeil vom Typus von La Micoque or Micoquekeil » [« biface réduit de forme élancée du type de la Micoque ou biface micoquien »][13]). Henri Breuil reprend ce terme en le limitant à une autre couche stratigraphique de ce site, qui date du début de la glaciation de Würm (vers 125 000 ans avant le présent)[14].

Hauser n’effectuera plus de fouilles archéologiques ; il gagne sa vie avec des conférences, notamment à Berlin, et la publication de livres de vulgarisation scientifique. De 1925 à 1929, il vit à Weimar, puis à Berlin jusqu'à sa mort en 1932. Ses ouvrages, particulièrement Der Mensch vor 100.000 Jahren, jouissent à l'époque d'un grand succès auprès du grand public.

Tombe d'Otto Hauser au cimetière de Wilmersdorf

Otto Hauser est inhumé à Berlin au cimetière de Wilmersdorf[n 1].

Ouvrages d'Otto Hauser[modifier | modifier le code]

  • [1897] (de) Ein römisches Militärhospiz, Stäfa, éd. E. Gull,
  • [1898] (de) Das Amphitheater Vindonissa : aktenmässige Darstellung, Stäfa, E. Gull, , 15 p.
  • [1898] (de) Der Kampf um Vindonissa, Stäfa, E. Gull, , 15 p.
  • [1904] (de) Vindonissa : das Standquartier römischer Legionen, nach seinen Ausgrabungen in Wort und Bild dargestellt, Zurich, Polygraphisches Institut, , 29 p.
  • [1907] (de) Die neuesten Ausgrabungen auf La Micoque (Dordogne) und ihre Resultate für die Kenntnis der pälolithischen Kultur, Schaffhausen, Stünzi & Co, , 26 p.
  • [Klaatsch & Hauser 1909] Hermann Klaatsch et Otto Hauser, « Homo mousteriensis Hauseri: ein altdiluvialer Skelettfund im Departement Dordogne, und seine zugehorigkeit zum Neandertaltypus », Anthropologie, vol. 7,‎ , p. 287-297.
  • [Klaatsch & Hauser 1910] Hermann Klaatsch et Otto Hauser, « Homo aurienacensis Hauseri, ein palæolithischen Skelettfund aus dem unteren Aurignacien der Station Combe-Capelle bei Montferrand (Périgord) », Praehistorische Zcitschrift, vol. 1,‎ , p. 273–338.
  • [1911] Le Périgord préhistorique. Guide pour les excursions dans les vallées de la Vézère et de la Dordogne et pour l'étude de leurs stations préhistoriques, Le Bugue, éd. G. Réjou, , 20 p.
  • [1916] (de) Über eine neue Chronologie des mittleren Paläolithikums im Vézèretal: Speziell mit bezug auf meine Ausgrabungen auf la Micoque (thèse de doctorat), Erlangen, Friedrich-Alexanders-Universität, , 56 p.
  • [1916] (de) La Micoque. Die Kultur einer neuen Diluvialrasse, Leipzig, Veit & Comp, , 57 p.
  • [1917] (de) Der Mensch vor 100000 Jahren, Leipzig, Brockhaus, , 154 p.. Édition en suédois : Människan för 100,000 år sedan, Stockholm, 1918.
  • [1920] (de) Urmensch und Wilder : Eine Parallele aus Urwelttagen und Gegenwart, Berlin, Ullstein, , 183 p.. Édition en suédois : Urmänniskor och vildar, 1919 ; édition en yiddish : Urmensh un ṿilder a paralel tsṿishn der farhisṭorisher tsayṭ un der itsṭiger, 1923.
  • [1921] (de) Leben und Treiben zur Urzeit, das unsere Jugend kennen sollte, Berlin, Bong, , 285 p.
  • [1922] (de) Der Aufstieg der ältesten Kultur, Berlin, Buchhandlung Freiheit, , 22 p.
  • [1922] (de) Die Urentwicklung der Menschheit, Berlin, Buchhandlung Freiheit, , 24 p.
  • [1922] (de) Dort, wo der Menschheit Wiege stand ; eine Erzählung, Berlin, Buchhandlung Freiheit, , 157 p.
  • [1922] (de) Gebräuche der Urzeit, Berlin, Buchhandlung Freiheit, , 24 p.
  • [1922] (de) Urwelttiere, Berlin, Buchhandlung Freiheit, , 22 p.
  • [1923] (de) Was ist Urgeschichte ? Eine Vorlesung im Zyklus "Einführung in die Urgeschichte" in d. Urania in Berlin am 29. Nov. 1922, Iéna, Thüringer Verlagsanstalt, , 16 p.
  • [1924] (de) Urzeit und Völkerkunde, Iéna, Thüringer Verlagsanstalt, , 22 p.
  • [1925] (de) Ins Paradies des Urmenschen. Drei Jahrzehnte Urweltforschung, Iéna, Thüringer Verlagsanstalt, , 287 p.
  • [1925] (de) Die große zentraleuropäische Urrasse : La Micoque – Ehringsdorf – Byči skála – Předmost – Kišla Nedžimova, Langensalza, éd. J. Beltz, , 207 p.
  • [1925] (de) Urgeschichte auf Grundlage praktischer Ausgrabungen und Forschungen, Iéna, Thüringer Verlagsanstalt, , 279 p.
  • [1926] (de) Vom Urmenschen und seiner Welt zum Menschen der Gegenwart. Eine Einführung in das Verständnis der Kultur der Ur- und Vorgeschichte, Leipzig, Wachsmuth, , 70 p.
  • [1927] (de) Der Erde Eiszeit und Sintflut. Ihre Menschen, Tiere und Pflanzen, Berlin, Stilke, , 360 p.
  • [1929] (de) Neue Dokumente zur Menschheitsgeschichte, Weimar, Verlag für Urgeschichte und Menschforschung, , 332 p.
  • (de) Urwelt, Berlin, Büchergilde Gutenberg, , 190 p.

Lieux de conservation des fouilles de Hauser[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (de) Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia en allemand intitulé « Otto Hauser (Archäologe) » (voir la liste des auteurs).
  • [Bouvier 1977] J.-M. Bouvier, « Petite histoire de la Préhistoire. Le poisson, Otto Hauser et les autres », Bulletin de la Société d'études et de recherches préhistoriques Les Eyzies, no 27,‎ , p. 55-58.
  • [Brandt 1970] Karl Brandt, Otto Hauser, die Tragik eines Urgeschichtsforschers, Refo Druck & Verlag, coll. « Mannus » (no 1), .
  • [Cleyet-Merle 1990] Jean-Jacques Cleyet-Merle, « Otto Hauser », Paléo, no hors-série « Une histoire de la préhistoire en Aquitaine »,‎ , p. 72-75 (lire en ligne [sur persee]).
  • [Delluc & Delluc 1977] Brigitte Delluc et Gilles Delluc, « L'affaire de l'abri du Poisson aux Eyzies : Otto Hauser non coupable », Bulletin de la Société historique et archéologique du Périgord, vol. 124, no 1,‎ , p. 171-177 (présentation en ligne).
  • [Delluc & Delluc 2010] Brigitte Delluc et Gilles Delluc, Petites énigmes et grands mystères - Marguerittes, Léon Faye, Otto Hauser, t. 4, éd. Pilote 24, (ISBN 2912347866 et 978-2912347862, présentation en ligne), p. 80-157 (« Otto Hauser »).
  • [Drößler 1988] (de) Rudolf Drößler, Flucht aus dem Paradies. Leben, Ausgrabungen und Entdeckungen Otto Hausers, Halle, Mitteldeutscher Verlag, (ISBN 3-354-00168-2).
  • [Drößler, Drößler & Freyberg 2006] (de) Rudolf Drößler, Sigrid Drößler et Manuela Freyberg, « Der Schweizer Archäologe Otto Hauser. Seine Skelettfunde und Hypothesen zur Entwicklungsgeschichte des Menschen und seine vielfältigen Aktivitäten zur Propagierung von Urgeschichtsforschung und Evolution », Anthropologischer Anzeiger, vol. 64, no 1,‎ , p. 97-123 (résumé).
  • [Frick 2020] (en) Jens Axel Frick, « Reflections on the term Micoquian in Western and Central Europe. Change in criteria, changed deductions, change in meaning, and its significance for current research », Archaeological and Anthropological Sciences, vol. 12, no 38,‎ (lire en ligne [sur link.springer.com], consulté en ).
  • [Leuzinger 2017] Urs Leuzinger et Catherine Leuzinger-Piccand, « Une collection d'Otto Hauser émerge d'un long sommeil - Comment des objets paléolithiques du Périgord se retrouvent sur les rives du lac de Constance », dans Vocation préhistoire. Hommage à Jean-Marie Le Tensorer, Liège, Université de Liège, coll. « Études et Recherches Archéologiques de l’Université de Liège (ERAUL) » (no 148), , sur researchgate.net (ISBN 978-2-930495-34-7, lire en ligne), p. 217-227.
  • [Obermaier 1908] Hugo Obermaier, « M. Hauser et la Micoque », Revue des Études Anciennes, vol. 10, no 1,‎ , p. 85-88 (lire en ligne [sur persee]).
  • [Ullrich et al. 2005] (en) Herbert Ullrich (dir.), The Neandertal Adolescent, Le Moustier 1, New Aspects, New Results, Berlin, Staatliche Museen zu Berlin, (ISBN 3-88609-498-7).
  • [White 2006] Randall White, L'affaire de l'abri du poisson. Patrie et préhistoire, Périgueux, Éditions Fanlac, , 237 p. (ISBN 978-2-86577-253-7).
  • (en) « Otto Hauser », Online Biographical Dictionary of the History of Paleoanthropology [PDF], sur sts.vt.edu, .

Liens externes[modifier | modifier le code]


Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes
  1. Sur sa tombe est gravé : « Mein Leben gab ich der deutschen Wissenschaft. Anerkennung fand ich keine. Aber das Bewusstsein, Gutes geschafft und gewollt zu haben. 1874–1932. » (J'ai donné ma vie à la science allemande. Je n'en ai eu aucune reconnaissance. Mais je suis conscient d'avoir fait et voulu le bien).
Références
  1. [Capitan 1896] Louis Capitan, « La station acheuléenne de La Micoque (Dordogne) », Bulletins et Mémoires de la Société d'Anthropologie de Paris, t. 7, 4e série,‎ , p. 529-532 (lire en ligne [sur persee]).
  2. Hauser 1907.
  3. Hauser 1925.
  4. [Orschiedt 2002] Jörg Orschiedt, « Datation d’un vestige humain provenant de la Rochette (Saint Léon-sur-Vézère, Dordogne) par la méthode du carbone 14 en spectrométrie de masse », Paléo, no 14,‎ , p. 239-240 (lire en ligne [sur paleo.revues.org]).
  5. a et b [Züchner 2008] Christian Züchner, « Die altsteinzeitlichen Funde in der Ur- und Frühgeschichtlichen Sammlung der Universität Erlangen-Nürnberg », dans Leif Steguweit, Menschen der Eiszeit: Jäger - Handwerker - Künstler, Fürth, Praehistorika, , p. 103-104.
  6. a et b [Dirian 2008] (de) Andreas Dirian, « Die "Sammlung Neischl" der Naturhistorischen Gesellschaft Nürnberg e.V. », dans Leif Steguweit (dir.), Menschen der Eiszeit: Jäger – Handwerker – Künstler, Fürth, Praehistorika, , p. 108–115.
  7. [Hoffmann et al. 2011] (en) Almut Hoffmann, Jean-Jacques Hublin, Matthias Hüls et Thomas Terberger, « The Homo aurignaciensis hauseri from Combe-Capelle - A Mesolithic burial », Journal of Human Evolution, no 61,‎ , p. 211-214 (DOI 10.1016/j.jhevol.2011.03.001).
  8. [Hoffmann 2003] (de) Almut Hoffmann, Le Moustier und Combe Capelle. Die altsteinzeitlichen Funde des Schweitzer Archäologen Otto Hauser, Museum für Vor- und Frühgeschichte Staatliche Museen zu Berlin, coll. « Bestandskatalog » (no 9), , 197 p. (ISBN 3-88609-482-0, présentation en ligne), p. 38.
  9. [Hoffmann & Wegner 2002] (en) Almut Hoffmann et Dietrich Wegner, « The rediscovery of the Combe Capelle skull », Journal of Human Evolution, vol. 43, no 4,‎ , p. 577-581 (DOI 10.1006/jhev.2002.0588).
  10. Cleyet-Merle 1990.
  11. Hauser 1916.
  12. [Peyrony 1908] Denis Peyrony, « À propos des fouilles de La Micoque et des travaux récents parus sur ce gisement », Revue de l’École d’Anthropologie de Paris, vol. 11,‎ , p. 380–382. Cité dans Frick 2020, section « Earliest definitions ».
  13. [Obermaier 1908] Hugo Obermaier, Die Steingeräte des französischen Altpaläolithikums: Eine kritische Studie über ihre Stratigraphie und Evolution, vol. 1–2, Wien, A. Hölder, coll. « Mittheilungen der Prähistorischen Commission der Kaiserlichen Akademie der Wissenschaften », . Cité dans Frick 2020, section « Earliest definitions ».
  14. [Farizy 1995] Catherine Farizy, « Industries charentiennes à influences micoquiennes, l'exemple de l'Est de la France », Paléo,‎ , p. 173-178 (lire en ligne [sur persee]), p. 173.
  15. Hoffmann 2003.
  16. [Geer 1971] Hans Geer, Unveröffentlichte Fundkomplexe aus den Grabungen Otto Hausers in der Ur- und Frühgeschichtlichen Sammlung der Universität Erlangen-Nürnberg. Ein Beitrag zur Erforschung klassischer Stationen des Paläolithikums in Südwestfrankreich (thèse), Erlangen, .
  17. « Funde Otto Hausers in der Ur- und Frühgeschichtlichen Sammlung der Universität Erlangen »(Archive.orgWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), sur uf.uni-erlangen.de.
  18. « Wissenschaftliche Privatsammlung Otto Hauser », sur otto-hauser.de (consulté en ).