Tursac

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Tursac
Tursac
Le village de Tursac.
Blason de Tursac
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Nouvelle-Aquitaine
Département Dordogne
Arrondissement Sarlat-la-Canéda
Intercommunalité Communauté de communes de la Vallée de l'Homme
Maire
Mandat
Michel Talet
2020-2026
Code postal 24620
Code commune 24559
Démographie
Population
municipale
330 hab. (2018 en diminution de 4,9 % par rapport à 2013)
Densité 19 hab./km2
Géographie
Coordonnées 44° 58′ 12″ nord, 1° 02′ 43″ est
Altitude Min. 56 m
Max. 237 m
Superficie 17,71 km2
Unité urbaine Commune rurale
Aire d'attraction Commune hors attraction des villes
Élections
Départementales Canton de la Vallée de l'Homme
Législatives Quatrième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Nouvelle-Aquitaine
Voir sur la carte administrative de Nouvelle-Aquitaine
City locator 14.svg
Tursac
Géolocalisation sur la carte : Dordogne
Voir sur la carte topographique de la Dordogne
City locator 14.svg
Tursac
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Tursac
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Tursac
Liens
Site web tursac.jimdo.com

Tursac est une commune française située dans le département de la Dordogne, en région Nouvelle-Aquitaine.

Géographie[modifier | modifier le code]

La commune de Tursac est traversée par la Vézère et est bordée au nord-est par un de ses petits affluents, le Vimont.

Le village se trouve le long de la vallée de la Vézère à proximité des Eyzies.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

En 2019, Tursac n'est limitrophe que de trois communes. Au nord-est, elle n'est éloignée du territoire de Saint-Léon-sur-Vézère que par une vingtaine de mètres.

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Tursac est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 1],[1],[2],[3]. La commune est en outre hors attraction des villes[4],[5].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des forêts et milieux semi-naturels (70,5 % en 2018), une proportion identique à celle de 1990 (70,5 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : forêts (69,3 %), zones agricoles hétérogènes (14,6 %), terres arables (9,3 %), prairies (5,6 %), milieux à végétation arbustive et/ou herbacée (1,2 %)[6].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[Carte 1].

Prévention des risques[modifier | modifier le code]

Un plan de prévention du risque inondation (PPRI) a été approuvé en 2000 pour la Vézère — qui traverse la commune du nord au sud — à Tursac, impactant ses rives jusqu'à une largeur pouvant atteindre 400 mètres au niveau du méandre de Marzac[7],[8].

Toponymie[modifier | modifier le code]

En français comme en occitan, la commune porte le même nom[9].

Histoire[modifier | modifier le code]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Rattachements administratifs[modifier | modifier le code]

La commune de Tursac a, dès 1790, été rattachée au canton de Marquay qui dépendait du district de Sarlat jusqu'en 1795, date de suppression des districts. Lorsque ce canton est supprimé par la loi du 8 pluviôse an IX () portant sur la « réduction du nombre de justices de paix », la commune est rattachée au canton de Saint-Cyprien dépendant de l'arrondissement de Sarlat (devenu l'arrondissement de Sarlat-la-Canéda en 1965)[10].

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

En 2002, Tursac intègre la communauté de communes Terre de Cro-Magnon. Celle-ci est dissoute au et remplacée au par la communauté de communes de la Vallée de l'Homme.

Administration municipale[modifier | modifier le code]

La population de la commune étant comprise entre 100 et 499 habitants au recensement de 2017, onze conseillers municipaux ont été élus en 2020[11],[12].

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
         
avant 1981 ? Hélen Gourvat DVG  
    François Bouyssou    
mars 1983[13]
(réélu en mai 2020)
En cours Michel Talet SE[14] Retraité agricole

Juridictions[modifier | modifier le code]

Dans le domaine judiciaire, Tursac relève[15] :

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[16]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[17].

En 2018, la commune comptait 330 habitants[Note 2], en diminution de 4,9 % par rapport à 2013 (Dordogne : −0,84 %, France hors Mayotte : +2,36 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
715730667722709670694734789
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
792787770703729774743676591
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
505503485413376356339368293
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2008
242217238263316340324322319
2013 2018 - - - - - - -
347330-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[10] puis Insee à partir de 2006[18].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

Emploi[modifier | modifier le code]

En 2015[19], parmi la population communale comprise entre 15 et 64 ans, les actifs représentent 149 personnes, soit 41,9 % de la population municipale. Le nombre de chômeurs (vingt-huit) a plus que doublé par rapport à 2010 (treize) et le taux de chômage de cette population active s'établit à 18,7 %.

Établissements[modifier | modifier le code]

Au , la commune compte cinquante-deux établissements[20], dont vingt-huit au niveau des commerces, transports ou services, onze dans la construction, sept dans l'agriculture, la sylviculture ou la pêche, et six relatifs au secteur administratif, à l'enseignement, à la santé ou à l'action sociale[21].

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Patrimoine civil[modifier | modifier le code]

message galerie Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Patrimoine religieux[modifier | modifier le code]

message galerie Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Jaquemet de Reignac, seigneur le plus cruel de Reignac[38]
  • Pierre Claret de Fleurieu, (1896-1977), militaire, aviateur et entrepreneur, enterré à Tursac où il a passé une partie de son enfance.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Tursac Blason
Écartelé : aux 1er et 4e d'or au lion de gueules, aux 2e et 3e de gueules à la croix de Lorraine d'argent cantonnée en chef, à dextre, d'un croissant et à senestre d'une étoile, et en pointe, à dextre, d'une étoile et à senestre d'un croissant, le tout d'or.
Détails
Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes et cartes[modifier | modifier le code]

  • Notes
  1. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.
  • Cartes
  1. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le 18 avril 2021). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 26 mars 2021).
  2. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le 26 mars 2021).
  3. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 26 mars 2021).
  4. « Base des aires d'attraction des villes 2020. », sur insee.fr, (consulté le 26 mars 2021).
  5. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le 26 mars 2021).
  6. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statitiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le 18 avril 2021)
  7. PPR inondation - 24DDT20000029 - Tursac - Vézère, DREAL Aquitaine, consulté le 11 avril 2019.
  8. [PDF] Vallée de la Vézère – Tursac – Révision du plan de prévention du risque inondation, DREAL Aquitaine, consulté le 11 avril 2019.
  9. Le nom occitan des communes du Périgord sur le site du Conseil général de la Dordogne, consulté le 21 avril 2014.
  10. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  11. Article L2121-2 du code général des collectivités territoriales, sur Légifrance, consulté le 16 septembre 2020.
  12. Résultats des élections municipales et communautaires 2020 sur le site du ministère de l'Intérieur, consulté le 26 novembre 2020.
  13. Union départementale des maires de la Dordogne, consultée le 4 septembre 2014.
  14. « Voici vos 557 maires », édition spéciale de Sud Ouest du 3 avril 2008, p. 21.
  15. « Annuaire des juridictions d'une commune », sur le site du ministère de la Justice (consulté le 17 janvier 2021).
  16. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  17. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  18. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.
  19. Dossier complet - Commune de Tursac (24559) - Activités, emploi et chômage - tableaux EMP T2 et EMP T4 sur le site de l'Insee, consulté le 5 février 2019.
  20. « Établissement - Définition », sur Insee (consulté le 5 février 2019).
  21. Dossier complet - Commune de Tursac (24559) - Établissements actifs par secteur d'activité - tableau CEN T1 sur le site de l'Insee, consulté le 5 février 2019.
  22. « Fort de Tursac », notice no PA00083033, base Mérimée, ministère français de la Culture, consultée le 6 septembre 2020.
  23. « Gisement préhistorique de la Madeleine », notice no PA00083036, base Mérimée, ministère français de la Culture, consultée le 6 septembre 2020.
  24. « Château de Marzac », notice no PA00083031, base Mérimée, ministère français de la Culture, consultée le 6 septembre 2020.
  25. « Maison forte de Reignac », notice no PA00083042, base Mérimée, ministère français de la Culture, consultée le 6 septembre 2020.
  26. « Gisement préhistorique dit de la Maison Forte de Reignac », notice no PA00083037, base Mérimée, ministère français de la Culture, consultée le 6 septembre 2020.
  27. « Gisement préhistorique ou Abri du Facteur », notice no PA00083039, base Mérimée, ministère français de la Culture, consultée le 6 septembre 2020.
  28. « Gisement préhistorique de Liveyre », notice no PA00083035, base Mérimée, ministère français de la Culture, consultée le 6 septembre 2020.
  29. « Gisement préhistorique du Roc du Barbeau », notice no PA00083040, base Mérimée, ministère français de la Culture, consultée le 6 septembre 2020.
  30. « Gisement préhistorique du Ruth ou Abri Pages », notice no PA00083038, base Mérimée, ministère français de la Culture, consultée le 6 septembre 2020.
  31. « Gisement préhistorique dit Abri Cellier au Ruth », notice no PA00083034, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  32. [White et al. 2017] (en) Randall White, Raphaëlle Bourrillon, Romain Mensan, Amy Clark, Laurent Chiotti, Thomas Higham, Sarah Ranlett, Élise Tartar, André Morala et Marie-Cécile Soulier, « Newly discovered Aurignacian engraved blocks from Abri Cellier: History, context and dating », Quaternary International,‎ , p. 1-27 (lire en ligne [sur academia.edu]).
  33. « Grotte de La Forêt », notice no PA00083041, base Mérimée, ministère français de la Culture, consultée le 6 septembre 2020.
  34. Henri Delporte, « L'abri du Facteur à Tursac (Dordogne) - I. Étude générale, industrie et statuette », p. 1, in Gallia Préhistoire, 1968, t. XI, sur Persée.
  35. « Eglise Saint-Julien », notice no PA00083032, base Mérimée, ministère français de la Culture, consultée le 6 septembre 2020.
  36. a b et c Abbé Carles, Dictionnaire des paroisses du Périgord, éditions du Roc de Bourzac, Bayac, 2004, (réédition à l'identique de celle de 1884 : Les titulaires et patrons du diocèse de Périgueux et de Sarlat), (ISBN 2-87624-125-0), p. 130.
  37. Histoire du sanctuaire
  38. Maison forte de Reignac : le Bouc de l'Alchimiste et les esprits dans la falaise