Randonnée (VTT)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Randonnée.
Randonnée dans le sud de la France.
Vélo tout terrain sur la neige.

La pratique de la randonnée à VTT est un sport et un loisir consistant à rouler sur des chemins ou sentiers, à allure plus ou moins sportive.

Les sites de randonnée à vélo tout terrain[modifier | modifier le code]

En France, La Fédération française de cyclisme met en place des itinéraires balisés spécialement prévus pour cet usage. Il en existe pour tous les niveaux. Depuis 1991 la Fédération Française de Cyclisme a labellisé (en 2014) 186 bases dédiées à la pratique du vélo de randonnée de montagne essentiellement en France aux Antilles, en Espagne, et en Italie, mais aussi dans les Domtoms. Ces sites de randonnée de vélo tout terrain ont pour but de favoriser l'esprit de découverte, et la pratique d'une activité physique. Ils permettent de découvrir des circuits locaux (balise jaune), de grandes traversées (Balise rouge) et de parcs naturels régionaux (Balise noire).

Randonnée itinérante[modifier | modifier le code]

Plusieurs parcours de randonnées itinérantes existent en France :

Randonnée organisée[modifier | modifier le code]

Des randonnées sont spécialement organisées pour les vététistes amateurs par les clubs locaux. Les parcours les plus intéressants pouvant attirer des pratiquants venant spécialement de régions éloignées, voire d'autres pays. Le parcours est préparé et balisé (affichettes, rubalise, peinture en bombe) par le club organisateur les jours précédant la randonnée, et retirée une fois parcourus par tous les participants inscrits.

En général plusieurs distances sont proposées permettant à tout le monde de participer : les familles et pratiquants loisir sur un parcours d'une quinzaine de kilomètres évitant les difficultés techniques et les gros dénivelés, et les plus aguerris effectuant des boucles supplémentaires (pour un total de 45 à 100 km) parcourant les difficultés intéressantes du secteur (monotraces, passages techniques, montées et descentes difficiles...).

Le chronomètre est absent, mais certains participants essaient de maintenir un rythme soutenu, proche de celui qu'ils auraient s'il étaient en course, alors que d'autres (voire les mêmes suivant la forme du moment) adoptent un rythme plus ou moins tranquille.

Les clubs organisateurs prévoient en général un ou plusieurs ravitaillements en eau et nourriture adaptée sur le parcours.

Le balisage[modifier | modifier le code]

Les itinéraires balisés permanents sont constitués de panonceaux formés de deux disques et d'un triangle indiquant la direction à prendre. la couleur de ce logo varie selon le type de parcours :

  • logo jaune : petite randonnée communale (c'est généralement une boucle, sur un territoire limité);
  • logo rouge : rarement numéroté, randonnée intercommunale voire interdépartementale ou grande traversée, ce n'est pas une boucle;
  • logo marron ou foncé : il s'agit d'un site classé parc naturel, c'est très certainement une boucle.

La couleur des numéros sur la balise indique la difficulté du parcours :

  • numéro vert : parcours très facile. En général court, il est accessible aux enfants ;
  • numéro bleue : parcours facile. Plus long, jusqu'à 20 km ou quelques passages difficiles, parfois accessibles aux enfants ;
  • numéro rouge : parcours difficile. Supérieur à 20 km avec plusieurs zones ardues (dénivelé, passages techniques), nécessite une bonne forme physique et un niveau adéquat ;
  • numéro noir : parcours très difficile. Ce sont des circuits pour expérimentés, longs (35 km et plus), avec côtes et descentes à forte pente et présentant de nombreux passages techniques.

Le matériel[modifier | modifier le code]

Le matériel utilisable en randonnée va du vélo le plus basique (sans suspension, freins sur jante, cadre en acier pour un budget de 100 €) aux meilleurs vélos « all mountain » (suspensions avant et arrière, freins à disques hydrauliques, cadre en carbone pour un budget de plus de 5000 €). Le choix s'effectuant en fonction du budget, du parcours (si celui-ci est cassant, l’absence de suspension peut être difficilement supportable en termes de confort comme de capacité à garder le contrôle du vélo) et des sensations recherchées par le randonneur (certains privilégient la nervosité, et choisissent des vélos de cross country légers sans suspension arrière, alors que d'autres privilégient le confort et la facilité de pilotage grâce à la suspension arrière, au détriment du poids et du rendement du vélo).

Notes et références[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :