Thenon

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Thenon
Thenon
Le bourg de Thenon.
Blason de Thenon
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Nouvelle-Aquitaine
Département Dordogne
Arrondissement Sarlat-la-Canéda
Intercommunalité Communauté de communes du Terrassonnais en Périgord Noir Thenon Hautefort
Maire
Mandat
Jean-Luc Blanchard
2020-2026
Code postal 24210
Code commune 24550
Démographie
Population
municipale
1 260 hab. (2018 en diminution de 0,55 % par rapport à 2013)
Densité 49 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 08′ 14″ nord, 1° 04′ 15″ est
Altitude Min. 136 m
Max. 285 m
Superficie 25,92 km2
Unité urbaine Commune rurale
Aire d'attraction Commune hors attraction des villes
Élections
Départementales Canton du Haut-Périgord Noir
(bureau centralisateur)
Législatives Quatrième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Nouvelle-Aquitaine
Voir sur la carte administrative de Nouvelle-Aquitaine
City locator 14.svg
Thenon
Géolocalisation sur la carte : Dordogne
Voir sur la carte topographique de la Dordogne
City locator 14.svg
Thenon
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Thenon
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Thenon

Thenon est une commune française située dans le département de la Dordogne, en région Nouvelle-Aquitaine.

De 1790 à 2015, la commune était le chef-lieu du canton de Thenon. Depuis 2015, elle est le bureau centralisateur du canton du Haut-Périgord Noir.

Géographie[modifier | modifier le code]

Généralités[modifier | modifier le code]

L'étang du Maine alimenté par la Laurence.

À l'est du département de la Dordogne, Thenon est une commune du nord Sarladais, d'une superficie de 2 592 hectares[1], chef-lieu du canton du même nom. Elle est arrosée par la Laurence et le Manoire qui prennent leur source sur le territoire communal. Celui-ci s'étend jusqu'en bordure de la forêt Barade, connue à travers l'histoire du personnage célèbre de Jacquou le Croquant dont le roman d’Eugène Le Roy, publié en 1899, est inspiré de faits réels.

L'altitude minimale, 136 mètres, se trouve au sud-est, en amont du Moulin de Ségelard, là où la Laurence quitte la commune pour entrer sur celle d'Auriac-du-Périgord. L'altitude maximale avec 285 mètres est localisée au sud-ouest, près du lieu-dit les Brandes.

Sur les nombreux plateaux, qui entourent le bourg, poussent des châtaigniers, ormeaux (en voie de disparition), chênes et pins. Dans les champs et vallées on trouve la plupart des arbres fruitiers, et, surtout, noyers, figuiers et poiriers.

Le bourg de Thenon est situé sur une colline à une altitude de 268 mètres, au carrefour des routes départementales 67 et 6089. Il se situe, en distances orthodromiques, 11 km au nord-ouest de Montignac-Lascaux, 22 km au sud d'Excideuil, 18 km à l'ouest de Terrasson-Lavilledieu et 28 km à l'est de Périgueux.

La commune est également desservie à l'ouest par les routes départementales 31 en direction de Rouffignac-Saint-Cernin-de-Reilhac, et 68 en direction d'Ajat.

Le nord de la commune est traversé par l'autoroute A89 mais son échangeur no 17 (sortie Thenon) se situe en fait huit kilomètres plus à l'est, sur la commune de La Bachellerie.

Au niveau ferroviaire, la gare de Thenon est desservie par les trains entre Brive-la-Gaillarde et Périgueux.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Carte de Thenon et des communes avoisinantes.

Thenon est limitrophe de cinq autres communes. Au nord, son territoire est distant d'environ 550 mètres de celui de Sainte-Orse.

Communes limitrophes de Thenon
Ajat Azerat
Thenon
Fossemagne Bars Auriac-du-Périgord

Climat[modifier | modifier le code]

Le climat qui caractérise la commune est qualifié, en 2010, de « climat océanique altéré », selon la typologie des climats de la France qui compte alors huit grands types de climats en métropole[2]. En 2020, la commune ressort du même type de climat dans la classification établie par Météo-France, qui ne compte désormais, en première approche, que cinq grands types de climats en métropole. Il s’agit d’une zone de transition entre le climat océanique, le climat de montagne et le climat semi-continental. Les écarts de température entre hiver et été augmentent avec l'éloignement de la mer. La pluviométrie est plus faible qu'en bord de mer, sauf aux abords des reliefs[3].

Les paramètres climatiques qui ont permis d’établir la typologie de 2010 comportent six variables pour les températures et huit pour les précipitations, dont les valeurs correspondent aux données mensuelles sur la normale 1971-2000[4]. Les sept principales variables caractérisant la commune sont présentées dans l'encadré ci-après.

Paramètres climatiques communaux sur la période 1971-2000[2]

  • Moyenne annuelle de température : 12 °C
  • Nombre de jours avec une température inférieure à −5 °C : 3,4 j
  • Nombre de jours avec une température supérieure à 30 °C : 6,3 j
  • Amplitude thermique annuelle[Note 1] : 14,9 °C
  • Cumuls annuels de précipitation[Note 2] : 985 mm
  • Nombre de jours de précipitation en janvier : 12,4 j
  • Nombre de jours de précipitation en juillet : 7,5 j

Avec le changement climatique, ces variables ont évolué. Une étude réalisée en 2014 par la Direction générale de l'Énergie et du Climat[6] complétée par des études régionales[7] prévoit en effet que la température moyenne devrait croître et la pluviométrie moyenne baisser, avec toutefois de fortes variations régionales. Ces changements peuvent être constatés sur la station météorologique de Météo-France la plus proche, « Sarlat », sur la commune de Sarlat-la-Canéda, mise en service en 1995[8] et qui se trouve à 29 km à vol d'oiseau[9],[Note 3], où la température moyenne annuelle est de 13,2 °C et la hauteur de précipitations de 854,5 mm pour la période 1981-2010[10]. Sur la station météorologique historique la plus proche, « Brive », sur la commune de Brive-la-Gaillarde, dans le département de la Corrèze, mise en service en 1987 et à 36 km[11], la température moyenne annuelle évolue de 12,7 °C pour la période 1971-2000[12], à 12,7 °C pour 1981-2010[13], puis à 13,0 °C pour 1991-2020[14].

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Thenon est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 4],[15],[16],[17]. La commune est en outre hors attraction des villes[18],[19].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des forêts et milieux semi-naturels (49 % en 2018), néanmoins en diminution par rapport à 1990 (50,7 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : forêts (49 %), zones agricoles hétérogènes (26,3 %), prairies (21,8 %), zones urbanisées (2,9 %)[20].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[Carte 1].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Panneau d'entrée à Thenon en français et en occitan.

En occitan, la commune porte le nom de Tenon[21].

Sur la planète Mars, en , l'une des cibles d'analyses poussées effectuées sur un affleurement rocheux par l'astromobile Curiosity de la NASA, est baptisée d'après la commune[22].

Histoire[modifier | modifier le code]

Occupé depuis les temps préhistoriques, le territoire de la commune recèle plusieurs gisements paléolithiques.

C'est à l'époque gallo-romaine que le bourg se développa. Son étymologie serait issue de cette époque. Il semble que Teno soit issu d'un nom de personne gallo-romaine, Attienus ou Attenus, accompagné du suffixe -onem.

À l'époque médiévale, l'existence de la paroisse est relevée dans le cartulaire de Saint Amand dès 1185, elle constituait un castrum, position de défense délimitée à l'ouest par des « fossés » aujourd'hui comblés. Il ne subsiste que peu de vestiges de cette époque.

L'orthographe de Thenon a beaucoup varié. Ainsi, jusqu'au début du XIIIe siècle, seule Teno est usitée. Mais dès 1209, le célèbre troubadour Bertran de Born écrit Thenon.

La seigneurie de Thenon, d'abord possession des La Faye, échut par la suite à la puissante famille des Hautefort, ces liens étant renforcés par des alliances comme celle qui unit en 1237 Aymard de La Faye, fils d'Adhémar, seigneur de Thenon, à Marguerite de Born, petite fille du troubadour Bertran de Born.

Pendant la guerre de Cent Ans, Mathe de Born a épousé Hélie de Gontaud, seigneur de Badefol et Lalinde qui est alors devenu seigneur de Hautefort et a relevé le nom. Il est mort en 1396. Jean II de Hautefort a été chambellan des rois Charles VIII et Louis XII, gouverneur du Périgord et du Limousin. Il a obtenu de François Ier la création de foires à Hautefort et Thenon.

Plus tard, Jean de Hautefort fit son testament à Thenon et « fut ensevely dans l'église de Thenon devant l'autel de Sainte-Anne et de la Vierge, au tombeau de sa mère, avec des obsèques honorables selon sa qualité ».

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Rattachements administratifs et électoraux[modifier | modifier le code]

La commune de Thenon est devenue, dès 1790, le chef-lieu du canton de Thenon qui dépendait du district de Montignac jusqu'en 1795, date de suppression des districts. En 1801, le canton dépend de l'arrondissement de Périgueux[23].

Dans le cadre de la réforme de 2014 définie par le décret du , ce canton disparaît aux élections départementales de mars 2015[24]. La commune est alors rattachée électoralement au canton du Haut-Périgord Noir, dont elle est le bureau centralisateur.

En 2017, Thenon est rattachée à l'arrondissement de Sarlat-la-Canéda[25],[26].

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

Fin 2002, Thenon intègre dès sa création la communauté de communes Causses et Vézère. Celle-ci est dissoute au et remplacée au par la communauté de communes du Terrassonnais en Périgord noir Thenon Hautefort.

Administration municipale[modifier | modifier le code]

La population de la commune étant comprise entre 500 et 1 499 habitants au recensement de 2017, quinze conseillers municipaux ont été élus en 2020[27],[28].

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
         
1933 1943 Noël Teillet    
         
1946 1970 René Salon    
1971 1983 Roger Deschamps PS  
mars 1983 mai 2020 Dominique Bousquet UMP[29] Vétérinaire
Conseiller général du canton de Thenon (1982-2015)
Conseiller départemental du canton du Haut-Périgord Noir (depuis 2015)
Président de la communauté de communes du Terrassonnais en Périgord noir Thenon Hautefort (depuis 2014)
mai 2020[30] En cours Jean-Luc Blanchard [31]    

Juridictions[modifier | modifier le code]

Dans le domaine judiciaire, Thenon relève[32] :

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[33]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[34].

En 2018, la commune comptait 1 260 habitants[Note 5], en diminution de 0,55 % par rapport à 2013 (Dordogne : −0,84 %, France hors Mayotte : +1,78 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 3481 0351 2371 4441 4991 5001 5091 7521 838
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 7701 8981 8741 8521 8501 9281 9021 7981 728
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 6461 5771 6381 4141 4161 3611 3361 2561 147
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2010 2015
1 1301 0961 2531 2591 3391 2051 2731 2771 255
2018 - - - - - - - -
1 260--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[23] puis Insee à partir de 2006[35].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

Emploi[modifier | modifier le code]

En 2015[36], parmi la population communale comprise entre 15 et 64 ans, les actifs représentent 473 personnes, soit 37,7 % de la population municipale. Le nombre de chômeurs (soixante-six) a légèrement diminué par rapport à 2010 (soixante-huit) et le taux de chômage de cette population active s'établit à 14,0 %.

Établissements[modifier | modifier le code]

Au , la commune compte 162 établissements[37], dont 91 au niveau des commerces, transports ou services, trente-deux relatifs au secteur administratif, à l'enseignement, à la santé ou à l'action sociale, seize dans l'agriculture, la sylviculture ou la pêche, quatorze dans la construction, et neuf dans l'industrie[38].

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Le château : forteresse, du XIIe siècle, le château se composait d'un corps de logis, d'une tour carrée, d'un pavillon à l'est et d'un mur d'enceinte au nord avec une porte fortifiée de 40 mètres de hauteur qui fut démolie en 1872 car le passage était trop étroit. L'ensemble occupant un emplacement de 1 000 m2 environ, bordé de fossés. Il fut plusieurs fois assiégé et pris pendant la guerre de Cent Ans. Les Anglais commandés par le capitaine Houdington s'emparent de la place forte le . Ainsi, par lettres données à Orléans le , Charles VII s'adressait à l'évêque de Tulle pour remettre « en son obéissance » la place et forteresse de Thenon, « naguères prinse par les ennemis ». Libéré le , un incendie se déclara au milieu du château, brûlant parchemins et titres. Il dépendait tout d'abord de la châtellenie d'Hautefort. Ancien repaire noble : fief des La Faye, des de Born et enfin des Hautefort de Vayres. En 1760, il avait haute justice sur la ville et sur une partie d'Azerat. Aujourd'hui, il ne subsiste qu'une partie de son donjon et de ses logis du XIVe siècle.
  • L'église Saint-Martial : le clocher de l'église se situe, semble-t-il, à la place du donjon de l'ancien château. La nef, en forme de croix latine, possède un arc triomphal en plein cintre et une voûte en cul de four ainsi qu'un maître autel en marbre de Carrare datant de 1882. L'abside du XIIe siècle a été préservée.
  • La halle, récemment rénovée, abritait le marché du mardi, l'un des plus anciens de la région, qui est fréquenté depuis des siècles.
  • Le lavoir a été détruit pour créer des places de parking.
  • Au moins cinq moulins, ceux du Paradel, de Létang, du Lavaux, de la Roche et du Basty.
  • Le Jarripigier (en direction de l'étang) fut à l'époque de la route des Canons, un hameau important qui possédait sa chapelle et son cimetière. Relais de diligences au croisement de routes majeures, Bordeaux-Brive et Périgueux-Cahors, c'était probablement un lieu de péage.

message galerie Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Patrimoine naturel[modifier | modifier le code]

Au nord-ouest, une portion d'environ 2 km2 du territoire communal fait partie du causse de Thenon qui s'étend également sur six autres communes. Cette zone calcaire boisée remarquable pour sa flore spécifique est classée comme zone naturelle d'intérêt écologique, faunistique et floristique (ZNIEFF) de type 2[39],[40].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Suzanne Lacore (1875-1975), femme politique, fut institutrice stagiaire pendant six ans, de 1894 à 1900, à Thenon[41].
  • Robert Delord (1920-1944), résistant français et capitaine FFI, mort en action le au-lieu dit Bellevue.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Thenon Blason
D'azur à l'arbre au naturel accosté de deux fleurs de lys d'or[42].
Détails
Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes et cartes[modifier | modifier le code]

  • Notes
  1. L'amplitude thermique annuelle mesure la différence entre la température moyenne de juillet et celle de janvier. Cette variable est généralement reconnue comme critère de discrimination entre climats océaniques et continentaux.
  2. Une précipitation, en météorologie, est un ensemble organisé de particules d'eau liquide ou solide tombant en chute libre au sein de l'atmosphère. La quantité de précipitation atteignant une portion de surface terrestre donnée en un intervalle de temps donné est évaluée par la hauteur de précipitation, que mesurent les pluviomètres[5].
  3. La distance est calculée à vol d'oiseau entre la station météorologique proprement dite et le chef-lieu de commune.
  4. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  5. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.
  • Cartes
  1. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Thenon sur le site de l'Institut géographique national (archive), consulté le 27 juin 2012.
  2. a et b Daniel Joly, Thierry Brossard, Hervé Cardot, Jean Cavailhes, Mohamed Hilal et Pierre Wavresky, « Les types de climats en France, une construction spatiale », Cybergéo, revue européenne de géographie - European Journal of Geography, no 501,‎ (DOI https://doi.org/10.4000/cybergeo.23155, lire en ligne, consulté le )
  3. « Le climat en France métropolitaine », sur http://www.meteofrance.fr/, (consulté le )
  4. « Définition d’une normale climatologique », sur http://www.meteofrance.fr/ (consulté le )
  5. Glossaire – Précipitation, Météo-France
  6. « Le climat de la France au XXIe siècle - Volume 4 - Scénarios régionalisés : édition 2014 pour la métropole et les régions d’outre-mer », sur https://www.ecologie.gouv.fr/ (consulté le ).
  7. [PDF]« Observatoire régional sur l'agriculture et le changement climatique (oracle) Nouvelle-Aquitaine », sur nouvelle-aquitaine.chambres-agriculture.fr, (consulté le )
  8. « Station Météo-France Sarlat - métadonnées », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le )
  9. « Orthodromie entre Thenon et Sarlat-la-Canéda », sur fr.distance.to (consulté le ).
  10. « Station Météo-France Sarlat - fiche climatologique - statistiques 1981-2010 et records », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le ).
  11. « Orthodromie entre Thenon et Brive-la-Gaillarde », sur fr.distance.to (consulté le ).
  12. « Station météorologique de Brive - Normales pour la période 1971-2000 », sur https://www.infoclimat.fr/ (consulté le )
  13. « Station météorologique de Brive - Normales pour la période 1981-2010 », sur https://www.infoclimat.fr/ (consulté le )
  14. « Station météorologique de Brive - Normales pour la période 1991-2020 », sur https://www.infoclimat.fr/ (consulté le )
  15. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  16. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  17. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  18. « Base des aires d'attraction des villes 2020. », sur insee.fr, (consulté le ).
  19. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le ).
  20. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  21. Le nom occitan des communes du Périgord - Tenon sur le site du Conseil général de la Dordogne, consulté le .
  22. (en) Michelle Minitti, Sols 3069-3070: Smile!, NASA Science, Mars Exploration Program, , consulté le .
  23. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  24. Légifrance, « Décret no 2014-218 du 21 février 2014 portant délimitation des cantons dans le département de la Dordogne », sur http://www.legifrance.gouv.fr/ (consulté le ).
  25. [PDF] « Arrêté portant modification des limites territoriales des arrondissements de Bergerac, Nontron, Périgueux et Sarlat-la-Canéda du département de la Dordogne », Préfecture de la Dordogne, 30 décembre 2016.
  26. [PDF] Anciens et nouveaux arrondissements au 1er janvier 2017, Préfecture de la Dordogne, 4 janvier 2017.
  27. Article L2121-2 du code général des collectivités territoriales, sur Légifrance, consulté le 16 septembre 2020.
  28. Résultats des élections municipales et communautaires 2020 sur le site du ministère de l'Intérieur, consulté le 26 novembre 2020.
  29. « Voici vos 557 maires », édition spéciale de Sud Ouest du 3 avril 2008, p. 26.
  30. « Passage de témoin », Sud Ouest édition Dordogne/Lot-et-Garonne, , p. 15.
  31. https://reader.cafeyn.co/fr/1980758/21597798
  32. « Annuaire des juridictions d'une commune », sur le site du ministère de la Justice (consulté le ).
  33. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  34. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  35. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.
  36. Dossier complet - Commune de Thenon (24550) - Activités, emploi et chômage - tableaux EMP T2 et EMP T4 sur le site de l'Insee, consulté le 4 février 2019.
  37. « Établissement - Définition », sur Insee (consulté le ).
  38. Dossier complet - Commune de Thenon (24550) - Établissements actifs par secteur d'activité - tableau CEN T1 sur le site de l'Insee, consulté le 4 février 2019.
  39. [PDF] « Causse de Thenon »(Archive.orgWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?) sur le site de la DIREN Aquitaine, consulté le 18 octobre 2012.
  40. [PDF] « Carte de la ZNIEFF 2655 »(Archive.orgWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?) sur le site de la DIREN Aquitaine, consulté le 18 octobre 2012.
  41. Guy Penaud, Dictionnaire biographique du Périgord, p. 523-524, éditions Fanlac, 1999, (ISBN 2-86577-214-4).
  42. 24 550 - THENON, L'Armorial des villes et des villages de France, consulté le 31 octobre 2020.