Oseille

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Rumex

image illustrant la flore
Cet article est une ébauche concernant la flore.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Consultez la liste des tâches à accomplir en page de discussion.

Rumex (les oseilles), est un genre de plantes herbacées dicotylédones de la famille des Polygonacées (comprenant également notamment le sarrasin et la rhubarbe), poussant à l'état sauvage en Europe et en Asie septentrionale, ainsi qu'en Amérique du Nord, dont plusieurs espèces sont cultivées comme plantes potagères pour leurs feuilles comestibles.

Étymologie et dénominations[modifier | modifier le code]

Le nom du genre vient du latin rumex, « lance, dard », allusion aux feuilles en forme de fer de lance de certaines espèces. Le nom vernaculaire oseille est une réfection, sous la graphie ozeille (1393), de l'ancien français oiseles (fin XIe siècle), puis osile (v. 1250), issu du latin populaire acidula, féminin substantivé de l'adjectif acidulus, « aigrelet », avec un dérivé de οξυς, le nom οξαλις, oxalis, « oseille », auquel il a emprunté son o initial[1].

Le genre se divise en deux sous-genres : les rumex vrais (Eurumex) ou patiences, souvent amers et astringents du fait de leur importante teneur en tanins, et les oseilles (Acetosa, « vinaigre », et Acetosella) particulièrement riches en acides organiques[2].

Principales espèces[modifier | modifier le code]

Utilisation[modifier | modifier le code]

Les feuilles de toutes les espèces sont comestibles. Lorsqu'elles sont trop amères, on peut les cuire à deux eaux pour en éliminer les tanins. Plusieurs espèces sont cultivées, notamment Rumex acetosa, l'oseille commune ou grande oseille, et Rumex patientia, l'oseille-épinard ou patience des moines.

Elle est utilisée en cuisine (notamment pour faire une soupe). Sa saveur est acidulée. La petite oseille (Rumex acetosella) est une plante à la saveur proche, à ne pas confondre avec Oxalis acetosella, de la famille des oxalis, que certains nomment à tort petite oseille. Une fois cuisinée, l'oseille ne se conserve pas au réfrigérateur. Il convient de la consommer rapidement ou de la congeler.

La racine de Rumex permet de fabriquer un extrait qui, pulvérisé sans dilution, traite contre l'oïdium les concombres, les pommiers et la mâche.

Frotter une feuille de Rumex sur une peau piquée par les orties ou les insectes supprime les démangeaisons.

Composants chimiques notables[modifier | modifier le code]

L'oseille contient de l'acide oxalique à une teneur élevée, préjudiciable à la calcification des os, et pouvant prédisposer à la formation de calculs rénaux et/ou au niveau de l'arbre urinaire en cas d'ingestion exagérée. Elle contient également du fer en quantité importante.

Le Rumex peut produire dans le sol une ou plusieurs toxines phénoliques destinées à affaiblir, voire à tuer d'autres plantes, afin de s'assurer un espace vital propre (allélopathie).

Plante hôte[modifier | modifier le code]

Les diverses oseilles sont la plante hôte des chenilles de plusieurs papillons et en particulier les cuivrés, le Cuivré commun ou Bronzé (Lycaena phlaeas), le Cuivré mauvin (Lycaena alciphron), Lycaena clarki, le Cuivré mauve (Lycaena helloides), le Cuivré écarlate (Paleochrysophanus (Lycaena) hippothoe), le Cuivré du genêt (Lycaena thersamon), le Cuivré fuligineux Lycaena tityrus, le Cuivré de la verge-d'or (Lycaena virgaureae), mais aussi Acronicta rumicis, Agrotis clavis, Amata phegea, Amata ragazzii, Hippotion celerio, Hippotion osiris, Hyles livornica, Lacanobia oleracea, Malacosoma franconicum, Parasemia plantaginis, Phragmatobia fuliginosa, Synansphecia doryliformis doryliformis et Synansphecia doryliformis icteropus, Triodia sylvina, Zygaena exulans.

Les papillons de nuit (hétérocères) suivants (classés par famille) se nourrissent d'oseille :

Autour du mot oseille[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. François Couplan, Les plantes et leurs noms. Histoires insolite, Éditions Quae, (lire en ligne), p. 108
  2. François Couplan, Le régal végétal: plantes sauvages comestibles, Éditions Ellebore, (lire en ligne), p. 150
  3. Guide des chenilles d'Europe Delachaux et Niestlé, D.J.Carter et B.Hargreaves, 2001, (ISBN 2-603-00639-8)
  4. funet
  5. Ph. Fr. Na. Fabre d'Églantine, Rapport fait à la Convention nationale dans la séance du 3 du second mois de la seconde année de la République Française, p. 21.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Rumex acetosa
Rumex acetosa (culture)
Rumex alpinus