Barberaz

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Barberaz
Vue de Barberaz depuis le hameau de la Lésine sur les hauteurs de la commune.
Vue de Barberaz depuis le hameau de la Lésine sur les hauteurs de la commune.
Blason de Barberaz
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Savoie
Arrondissement Chambéry
Canton La Ravoire
Intercommunalité Chambéry métropole - Cœur des Bauges
Maire
Mandat
David Dubonnet
2014-2020
Code postal 73000
Code commune 73029
Démographie
Gentilé Barberaziens
Population
municipale
4 617 hab. (2014 en diminution de 0,39 % par rapport à 2009)
Densité 1 218 hab./km2
Population
aire urbaine
220 118 hab. (2013)
Géographie
Coordonnées 45° 33′ 50″ nord, 5° 56′ 56″ est
Altitude Min. 260 m
Max. 720 m
Superficie 3,79 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Savoie

Voir sur la carte administrative de Savoie
City locator 14.svg
Barberaz

Géolocalisation sur la carte : Savoie

Voir sur la carte topographique de Savoie
City locator 14.svg
Barberaz

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Barberaz

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Barberaz
Liens
Site web barberaz.net

Barberaz (prononcer Barbera[Note 1]) est une commune française située dans le département de la Savoie, en région Auvergne-Rhône-Alpes.

La commune fait partie de l'agglomération chambérienne ainsi que de Chambéry métropole - Cœur des Bauges.

Géographie[modifier | modifier le code]

Situation[modifier | modifier le code]

La commune de Barberaz se situe au sud-est de la ville de Chambéry, de laquelle elle est limitrophe. Sa superficie est de 379 hectares, répandus principalement sur le replat du bassin chambérien, avec toutefois une côte sur le versant des Charmettes sur l’extrémité nord-est du massif de la Chartreuse, induisant un dénivelé de près de 500 mètres entre son altitude minimale (260 m) et maximale (720 m).

La commune est longée au nord par la Leysse, qui coule d'est en ouest et marque la séparation avec la commune de Bassens. Elle est aussi traversée par l'Albanne du sud au nord, laquelle se jette dans la Leysse une fois parvenue sur la commune de Chambéry.

Barberaz a également la particularité d'être « coupée » de part en part par la VRU de Chambéry et la ligne de chemin de fer, ceci ayant pour effet d'excentrer certains quartiers, comme la Madeleine, du centre-ville, accessible par une unique route en souterrain. Mais c'est également le cas du Vernier ou de la Lésine, qui bien que séparés par aucune barrière naturelle ou humaine, sont situés à plus de deux kilomètres plus au sud.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Barberaz est limitrophe de sept communes, dont deux, Chambéry et la Ravoire, partageant une limite étendue avec cette-dernière, la première étant située à l'ouest et nord-ouest et la seconde à l'est et nord-est. Entre les deux, au nord, se trouve la commune de Bassens, et non loin, entre Bassens et la Ravoire, Saint-Alban-Leysse (courte limite commune d'une vingtaine de mètres). Au sud-sud-est se trouve la commune de Saint-Baldoph, Montagnole au sud-ouest et Jacob-Bellecombette à l’ouest.

Communes limitrophes de Barberaz
Chambéry Bassens Saint-Alban-Leysse
et La Ravoire
Chambéry et
Jacob-Bellecombette
Barberaz La Ravoire
Montagnole Saint-Baldoph Saint-Baldoph

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Entrée dans Barberaz sur la D 1006.

Voies routières[modifier | modifier le code]

La commune de Barberaz est traversée sur sa largeur par la nationale 201, la voie rapide urbaine (2 × 3 voies) coupant l'autoroute A43 de la Motte-Servolex à la Ravoire. La N 201 permet ainsi de joindre directement Lyon, Grenoble ou les vallées alpines. La sortie 18 est située au nord-ouest de la commune et permet notamment de joindre le massif des Bauges.

Un autre axe majeur, la D 1006 (ex-nationale 6) venant de Lyon par les Échelles et se dirigeant vers l'Italie par le col du Mont-Cenis, longe par ailleurs la Leysse au nord de la commune. Elle débouche ensuite à l'est sur la commune de la Ravoire au niveau du carrefour de la Trousse.

Transport ferroviaire[modifier | modifier le code]

Barberaz voit passer sur son territoire la ligne de la Maurienne de Culoz et Modane. Cette ligne à double voie électrifiée arrive de Chambéry par le nord-ouest et poursuit à l'est sur la Ravoire.

La gare ferroviaire la plus proche est la gare de Chambéry-Challes-les-Eaux située à moins de deux kilomètres. La gare offre des trajets directs par TGV jusqu'à Paris, ainsi que par TER pour Lyon, Grenoble, Annecy, Genève ou les vallées alpines (Tarentaise et Maurienne).

Un bus du réseau Stac à Barberaz en .
Bus[modifier | modifier le code]

La commune est desservie par cinq lignes de bus du réseau STAC, géré conjointement par Chambéry Métropole - Cœur des Bauges et Transdev Chambéry. Les lignes concernées sont :

  • la ligne   C  , qui arrive sur le territoire communal par le nord-ouest et ressort au nord-est. Elle relie La Motte-Servolex à Challes-les-Eaux via le centre-ville de Chambéry et dessert 3 arrêts dans la commune (“Buisson Rond”, “Barberaz Centre” et “Madeleine”).
  • la ligne  1 , qui longe le territoire sur une courte distance au nord. Elle relie La Motte-Servolex à Saint-Jeoire-Prieuré et dessert 2 arrêts dans la commune (“Sainte-Thérèse” et “Parpillettes”).
  • la ligne  3 , qui arrive sur le territoire communal par le nord-ouest et ressort à l’est. Elle relie le nord du parc d’activité des Landiers, à Chambéry, à Saint-Baldoph via Saint-Sulpice et dessert 4 arrêts dans la commune (“Buisson Rond”, “Barberaz Centre”, “Apremont” et “Pré”).
  • la ligne  5 , qui arrive sur le territoire communal par le nord-ouest et ressort au sud-est. Elle relie le Lycée Monge, à Chambéry, à Saint-Baldoph et dessert 7 arrêts dans la commune (“Buisson Rond”, “Barberaz Centre”, “Albanne”, “Croix de la Brune”, “Église Barberaz”, “Chambotte” et “Myosotis”).
  • la ligne  15 , qui arrive sur le territoire communal par le sud-ouest et dispose de son terminus dans la commune. Elle relie le Lycée Monge, à Chambéry, à Barberaz et dessert 4 arrêts dans la commune (“Lélia”, “Jacques”, “Gotteland” et “La Capite”).

Le dimanche et les jours fériés, seule la ligne   C   circule. Le réseau de nuit ayant été supprimé lors de la mise en place du nouveau réseau, la commune ne voit plus de bus traverser son territoire après 21 heures 12 (dernier passage de la ligne   C  ) en semaine et 19 heures 27 (dernier passage de la ligne   C  ) le dimanche.

Transport aérien[modifier | modifier le code]

L'aéroport le plus proche de la commune est l'aéroport de Chambéry - Savoie situé au nord de Chambéry à une dizaine de kilomètres de Barberaz. Un aérodrome, l'aérodrome de Chambéry - Challes-les-Eaux existe également, plus proche, à cinq kilomètres à l'est sur la commune de Challes-les-Eaux.

Toponymie[modifier | modifier le code]

En francoprovençal, le nom de la commune s'écrit Barbéro, selon la graphie de Conflans[4].

Histoire[modifier | modifier le code]

Le village de Barberaz fut fondé par une personne qui à l'époque (environ IIIe siècle) était étrangère à l'Empire romain (Chambéry était déjà le carrefour alpin de l'armée romaine). Le nom donné alors à ces personnes correspondait à notre terme actuel de "barbare". Son territoire prit ce nom avec lui et évolua jusqu'à Barberaz avec le savoyard.

Jusqu'au XVIIIe siècle, la vie s'est plutôt organisée sur la partie montagneuse, une grande partie du territoire (la plaine) étant entre autres composée de tourbe et autres marais vers les deux rivières empêchant une quelconque installation.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Les électeurs de la commune de Barberaz portent leur suffrage traditionnellement à droite sur l'échiquier politique. Cependant, les résultats récents de la première décennie du XXIe siècle montrent un changement de tendance avec une légère poussée de la gauche notamment aux élections locales avec des scores dépassant légèrement les 50 % en faveur des candidats du PS ou divers gauche. Les élections présidentielles et législatives de 2012 confirment cette poussée de la gauche.

Titre du tableau
1er score 2e score Participation
Élections municipales de 2014 50,65 % pour David Dubonnet (UMP) 49,34 % pour Jean-Pierre Coudurier (SE) 64,75 %
Élection présidentielle de 2012 53,59 % pour Nicolas Sarkozy (UMP) 46,41 % pour François Hollande (PS) 84,76 %
Élections législatives de 2012 50,42 % pour Pierre-Marie Charvoz (DVD) 49,58 % pour Béatrice Santais (PS) (élue) 60,29 %
Élections européennes de 2009 30,78 % pour Françoise Grossetête (UMP) 22,81 % pour Michèle Rivasi (EELV) 46,44 %
Élections régionales de 2010 50,22 % pour Jean-Jack Queyranne (PS) 35,82 % pour Françoise Grossetête (UMP) 53,08 %
Élections cantonales de 2011 55,29 % pour Robert Gardette (PS) 44,71 % pour Jean-Marc Léoutre (DVD 42,57 %
Élections municipales de 2008 55,15 % pour David Dubonnet (UMP) 44,85 % pour Jean Pollier (NC) 64,75 %
Référendum de 2005 relatif au traité établissant une Constitution pour l'Europe 57,01 % pour le Oui 42,99 % pour le Non 72,99 %

Administration municipale[modifier | modifier le code]

Le conseil municipal de Barberaz se compose du maire, de six adjoints, de quatre conseillers municipaux délégués et de 14 conseillers municipaux.

Voici ci-dessous le partage des sièges au sein du conseil municipal :

Groupe Président Effectif Statut
UMP - Barberaz Ensemble David Dubonnet 21 Majorité
Sans étiquette - Barberaz Avenir Jean-Pierre Coudurier 6 Opposition

Liste des maires successifs[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1959 1971 Émile Mariet   ...
    Hubert Constantin   ...
1995 mars 2001 Bertrand Matteï UDF ...
mars 2001 mars 2008 Jean Pollier UDF>NC ...
mars 2008 en cours
(au avril 2014)
David Dubonnet UMP>LR Employé

Politique environnementale[modifier | modifier le code]

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[5]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[6].

En 2014, la commune comptait 4 617 habitants[Note 2], en diminution de 0,39 % par rapport à 2009 (Savoie : +3,87 %).

          Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1822 1838 1848 1858 1861 1866
407 447 442 680 586 644 680 660 631
1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901 1906 1911
654 619 598 607 603 571 564 569 673
1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962 1968 1975
674 888 1 140 1 457 2 057 2 050 2 495 3 235 3 329
1982 1990 1999 2005 2010 2014 - - -
3 793 4 195 4 663 4 605 4 598 4 617 - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[7] puis Insee à partir de 2006[8].)
Histogramme de l'évolution démographique

Enseignement[modifier | modifier le code]

Deux écoles primaires sont présentes à Barberaz (les groupes scolaires de la Concorde et de l'Albanne). Le Lycée professionnel et privé Le Margeriaz Le pôle petite enfance 'Chantal-Mauduit', d'une capacité de 30 places accueille les enfants de 3 mois à 6 ans. Par ailleurs, il y a à Barberaz, une bibliothèque municipale, un bureau de poste, un mini-bureau de police municipale avec un(e) agent, et un city stade.

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Le château de Longeray en novembre 2016.

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Mairie[modifier | modifier le code]

La mairie de Barberaz est située dans le centre de la commune, à proximité des deux salles polyvalentes, de la galerie de la Chartreuse, où l'on trouve la poste et la bibliothèque municipale « Marguerite Chevron », ainsi que de plusieurs commerces, du commissariat, et d'une banque.

Il est à noter que le Tour de France 2010 est passé devant la mairie, le 14 juillet.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Marguerite Chevron (1818-1862), native de la commune. Poétesse savoyarde et enseignante : « Le foyer de mon cœur, ardent de poésie, / Dessèche dans mon sein la sève de la vie; / La pensée en déborde en de brûlants accords, / Et mon esprit, saisi d'indicibles transports, / Méprisant ce bas monde et ses biens éphémères, / Plane sur les hauteurs des immortelles sphères. »
  • Laurent Violet (1965-2015), comique français, chantre de l'humour noir, inhumé dans le cimetière de la commune.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Armes de Barberaz

Les armes de Barberaz se blasonnent ainsi : écartelé, au 1 d’or à une tour de sinople ouverte de sable et ajourée du champ, au 2 de sinople au léopard d’or, au 3 de sinople à une grue d’or contournée et portant sa vigilance, au 4 d’or à trois feuilles de chêne de sinople, sur le tout de gueules à la croix d'argent.

La tour représente les demeures que les nobles et les bourgeois chambériens avaient fait construire sur le coteau pour y chercher en été la nature et la fraîcheur.

Les grues cendrées vivent en groupe sous la garde d'un des leurs, la " vigilance " portant une pierre ; si celle-ci s'endort, la pierre tombe, réveillant les autres. La vigilance, c'est Sainte Madeleine qui jadis depuis la chapelle de la Maladière veillait sur toute la plaine à qui elle a donné le nom.

Le léopard symbolise le nom de la commune qui viendrait du domaine qu'aurait possédé autrefois un barbare (un étranger). Au lion de l'empire romain chrétien on pouvait ainsi opposer le léopard.

Les feuilles de chêne sont la représentation du coteau, jadis couvert de forêts de châtaigniers et de chênes. C'est là que se sont installés les premiers habitants de Barberaz, la plaine restant marécageuse pendant de longs siècles. Au cœur du blason, la croix de Savoie rappelle l'appartenance de la commune à l'ancien Duché et à l'actuel département.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Le -az final ne se prononce pas, mais indique que l'accentuation du mot va sur la première syllabe[1],[2],[3].
  2. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2017, millésimée 2014, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2016, date de référence statistique : .

Références[modifier | modifier le code]

  1. Henri Dénarié, « Berlioz ne rime pas avec myxomatose », La Voix des Allobroges,‎ (lire en ligne) (Article publié dans le numéro 13 de La Voix des Allobroges, été 2007)
  2. Jean-Baptiste Serron avec Marc Bron, « Comment bien prononcer les noms de nos communes? », L'Essor savoyard,‎ (lire en ligne).
  3. « Toponymie arpitane : les noms en -oz, -az, -ex, -ix », sur Arpitan.com - Fédération internationale de l'arpitan (consulté le 20 juillet 2016).
  4. Lexique Français - Francoprovençal du nom des communes de Savoie - Lé Kmoune in Savoué, Bruxelles, Parlement européen, , 43 p. (ISBN 978-2-7466-3902-7, lire en ligne), p. 19
    Préface de Louis Terreaux, membre de l'Académie de Savoie, publié au Parlement européen à l'initiative de la députée Malika Benarab-Attou.
  5. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  6. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  7. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  8. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013 et 2014.