Delhi

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Ne doit pas être confondu avec New Delhi.

28° 40′ N 77° 13′ E / 28.666666666667, 77.216666666667 ()

Delhi
दिल्ली / ਦਿੱਲੀ / دِلّی
Sceau
Sceau
Localisation du territoire en Inde.
Localisation du territoire en Inde.
Administration
Pays Drapeau de l'Inde Inde
Capitale New Delhi
Langue officielle Hindi
Lieutenant-gouverneur Najeeb Jung
Ministre en chef President's rule
Démographie
Population 16 787 941 hab. (2011)
Densité 11 320 hab./km2
Rang 18e rang (1.35 %)
Géographie
Superficie 1 483 km2
Rang 30e rang (0.045 %)

Delhi (hindi : दिल्ली (Dillī), ourdou : دہلی ou دلّی, pendjabi : ਦਿੱਲੀ), officiellement le territoire de la Capitale nationale de Delhi (anglais : National Capital Territory of Delhi), est le territoire de l'Inde qui abrite la capitale du pays, New Delhi.

Delhi est située dans le nord de l'Inde, sur les bords de la rivière Yamuna, et est depuis longtemps une ville importante, placée sur les routes de commerce du nord-ouest aux plaines du Gange. Elle a été la capitale historique de plusieurs empires indiens. Delhi est notamment rattachée à l'Empire moghol en 1526 après la victoire du prince Bâbur face au dernier sultan de Delhi. Les Moghols établissent leur capitale dans la partie de la ville maintenant connue comme le Vieux Delhi (Old Delhi). Elle reste capitale jusqu'en 1707 et la défaite des Moghols face aux Marathas. Au début du XXe siècle, pendant la colonisation britannique, le gouvernement britannique décide de déplacer la capitale de Calcutta, jugée trop excentrée, vers la ville de Delhi : New Delhi est ainsi construite au sud de la vieille ville et devient la capitale de l'Empire britannique des Indes en 1911. En 1947, l'Inde indépendante confirme New Delhi comme capitale du nouveau pays : New Delhi, situé au sein du territoire de la Capitale nationale, accueille les institutions du gouvernement central de la République d'Inde, y compris le Parlement.

Depuis 1991, le territoire de Delhi possède sa propre assemblée législative. Delhi se compose aujourd'hui de cinq administrations municipales (New Delhi, Delhi Est, Delhi Nord, Delhi Sud et le Cantonnement de Delhi) et compte en tout 16,7 millions d'habitants, soit la seconde agglomération indienne après Mumbai[1]. Comme beaucoup d'autres grandes villes du monde, Delhi souffre de problèmes d'urbanisation tels que la pollution, les embouteillages et la pénurie des ressources.

Le temple du Lotus, la tombe d'Humayun, Connaught Place, temple Akshardham et India Gate.

Étymologie[modifier | modifier le code]

Il existe de nombreuses légendes sur l'origine du nom « Delhi ». Selon l'une d'entre elles, il serait dérivé de « Dhillu » ou « Dilu », un roi qui a bâti la ville en 50 av. J.-C. et lui a donné son nom[2],[3],[4]. Selon une autre légende, le nom de la ville est basé sur le mot hindi/prakrit dhili, « lâche », et était utilisé par le clan Tomara en référence au pilier de fer de Delhi dont les fondations étaient faibles et avaient dû être déplacées[4] Les pièces de monnaie en circulation dans la région sous les Tomara étaient appelées « dehliwal »[5]. Enfin, selon le Bhavishya Purana, le roi Prithiviraja d'Indraprastha a fait construire un nouveau fort pour toutes les castes de son royaume et lui a donné le nom de dehali[6] .

Certains historiens pensent que le nom est dérivé de Dilli, une déformation de dehleez ou dehali, deux termes signifiant « seuil » ou « entrée », symboliques de la situation de la ville comme porte d'entrée de la plaine du Gange[7],[8]. Une autre théorie suggère que le nom original de la ville était Dhillika[9].

Les habitants de Delhi sont appelés « Dilliwalahs » ou « Delhiites »[10].

Histoire[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Histoire de Delhi.

Premiers peuplements[modifier | modifier le code]

La région de Delhi était probablement habitée dès avant le second millénaire avant Jésus-Christ et il existe des preuves d'un habitat continu depuis le VIe siècle av. J.-C.[11]. Si Delhi est assimilé à Indraprastha, la capitale légendaire des Pandava selon le Mahabharata[2], les plus anciennes traces architecturales remontent à la période maurya (env. 300 av. J.-C.) : en 1966, une inscription de l'empereur Ashoka a été découverte près Srinivaspuri.

Premières cités[modifier | modifier le code]

On suppose que le Pilier de fer de Delhi a été créé au temps de Chandragupta II (375–413) de l'Empire Gupta[12],[13].

Les restes de huit cités majeures ont été découverts à Delhi ; les cinq premières se trouvaient dans ce qui est aujourd'hui le sud de Delhi. En 736 ap. J.-C., Anangpal, de la dynastie Tomara, fonde la ville de Lal Kot. Lal Kot est conquise par les Chauhan en 1180, ils la renomment Qila Rai Pithora.

Le roi Prtithviraj Chauhan est défait en 1192 par l'envahisseur afghan Muhammad Ghûrî, dans un effort concerté de conquérir l'Inde du Nord[2]. Vers 1200, la résistance hindoue s'effondre. La domination de dynasties musulmanes sur l'Inde dure alors pendant cinq siècles.

Sultanat de Delhi[modifier | modifier le code]

Avec 72,5 m, le Qûtb Minâr est l'un des plus hauts minarets du monde[14].

Après la mort de Ghûrî en 1206, le général turc Qûtb ud-Dîn Aibak s'émancipe de la dynastie des Ghorides et devient le premier sultan de Delhi. Il démarre la construction de Qûtb Minâr et de la mosquée Quwwat-al-Islam (« puissance de l'Islam »), la première des grandes mosquées d'Inde. Qûtb ud-Dîn Aibak fait face à d'importantes rébellions hindoues et c'est son successeur Îltutmish (1211-1236) qui consolide la conquête musulmane du nord de l'Inde[2],[15].

À la dynastie des Esclaves fondée par Aibak, succèdent pendant trois cents ans d'autres dynasties turques et une afghane (les Lodi). Durant cette période, Delhi devient un centre majeur du soufisme[16].

La dynastie des Esclaves est renversée en 1290 par les Khaldjî (1290-1320). Le second Kaldjî, Alâ ud-Dîn, étend le contrôle du sultanat jusqu'au sud de la rivière Narmada, dans le Deccan. Le sultanat de Delhi atteint son expansion maximale sous le règne de Mouhammed ibn Tughlûq (1325-1351). Dans l'espoir de contrôler l'ensemble du Deccan, Mouhammed ibn Tughlûq déplace sa capitale vers Daulatabad, au centre de l'Inde. Ce faisant, il perd le contrôle du nord et est finalement obligé de retourner à Delhi. Les provinces du sud s'émancipent du contrôle de Delhi puis, sous le règne de Fîrûz Shâh Tughlûq (1351-1388), celles du nord également. En 1398, Delhi est prise et mise à sac par Tamerlan[17], qui massacre 100 000 personnes[18]. Le sultanat continue de décliner sous la dynastie des Sayyîd (1414-1451) et se réduit à la ville de Delhi et son hinterland. La dynastie des Lodi (1451-1526) permet au sultanat de reprendre le contrôle du Penjab et de la plaine du Gange mais, en 1536, Bâbur met fin au sultanat et fonde la dynastie moghole.

Empire moghol[modifier | modifier le code]

Construite en 1560, la tombe de Humayun est le premier exemple de mausolée moghol[19].

En 1526, Bâbur, un descendant de Gengis Khan et Tamerlan de la vallée de la Ferghana (aujourd'hui en Ouzbékistan, envahit l'Inde et défait le dernier sultan Lodi lors de la première bataille de Panipat. Il fonde ainsi l'Empire moghol[2] qui domine Delhi pour plus de trois siècles,

En 1553, le roi hindou Hemu accède au trône de Delhi en battant les forces mogholes d'Humayun à Agra et Delhi mais les Moghols regagnent la ville lorsqu'Akbar défait Hemu à la deuxième bataille de Panipat en 1556[20],[21],[22].

Le Fort Rouge est aujourd'hui le lieu où le Premier ministre d'Inde s'adresse à la nation à l'occasion de la fête nationale, chaque 15 août.

Au XVIIe siècle, l'empereur Shâh Jahân fait construire la ville fortifiée de Shahjahanabad (aujourd'hui, la « Vieille Delhi »), qui devient la capitale de l'empire à partir de 1638[23] et qui abrite le Fort Rouge, Chandni Chowk et la Grande Mosquée.

Après 1720, l'Empire moghol décline rapidement alors que l'Empire marathe hindou gagne en importance[24]. En 1737, les Marathes mettent à sac Delhi après leur victoire contre les Moghols à la première bataille de Delhi. En 1739, l'Empire moghol perd la bataille de Karnal et le roi perse Nâdir Châh envahit et pille Delhi, emportant de nombreux trésors dont le trône du Paon[25] A treaty signed in 1752 made Marathas the protectors of the Mughal throne in Delhi[26]. Un traité signé en 1752 fait des Marathes les protecteurs du trône moghol à Delhi[26].

En 1757, le dirigeant afghan Ahmad Shâh Durrani met à sac Delhi. Il retourne en Afghanistan en laissant derrière lui un empereur moghol fantoche. Les Marathes occupent alors de nouveau Delhi en 1758 avant d'être défaits à la troisième bataille de Panipat, alors que Delhi est de nouveau prise par Ahmad Shâh[27]. Toutefois, en 1771, le Marathe Madhava Rao Sindhia capture Delhi et y installe Shah Alam II[28].

En 1803, lors de la Seconde Guerre anglo-marathe, les forces de la Compagnie britannique des Indes orientales battent les Marathes à la bataille de Delhi[29] et Shah Alam II se place sous leur protection.

Lors de la grande rébellion de 1857, Delhi n'est reprise par la Compagnie qu'après un siège sanglant. Après la révolte, le dernier empereur moghol Muhammad Bahâdur Shâh est déchu et exilé en Birmanie par les Britanniques.

Raj britannique[modifier | modifier le code]

New Delhi, dominée par l'immense résidence du Vice-roi, est inaugurée en 1927.

À la suite de la rébellion de 1857, la Compagnie des Indes est dissoute et l'Inde passe sous le contrôle direct du gouvernement britannique en 1858. Delhi devient un district de la province du Penjab[2].

En 1911, lors du durbar de George V, le roi-empereur annonce le transfert de la capitale de l'Empire des Indes de Calcutta à Delhi[30]. Une nouvelle ville, nommée « New Delhi » à partir de 1927, est construite au sud de la vieille ville par l'architecte britannique Edwin Lutyens. Combinant les architectures britanniques et indigènes, la nouvelle capitale se veut un témoignage de la grandeur de l'Empire britannique. Elle est inaugurée le 13 février 1931.

Inde indépendante[modifier | modifier le code]

En 2010, la cérémonie d'ouverture des Jeux du Commonwealth a lieu au stade Jawaharlal Nehru.

Après l'Indépendance de l'Inde le 15 août 1947, New Delhi est réaffirmée comme capitale du nouveau pays[31].

La partition des Indes poussent des milliers de réfugiés hindous et sikhs, principalement du Penjab occidental, à fuir vers Delhi alors que de nombreux musulmans de la ville migrent vers le Pakistan.

En 1991, un amendement à la Constitution fait du territoire de Delhi le « territoire de la Capitale nationale de Delhi »[32]. Le territoire est alors doté de sa propre Assemblée législative et de son gouvernement.

En décembre 2001, puis de nouveau en octobre 2005 et septembre 2008, Delhi est victime d'attentats terroristes[33],[34].

En 2002 la première ligne du métro de Delhi entre en service.

En 2010, Delhi est l'hôte des Jeux de Commonwealth.

Géographie[modifier | modifier le code]

La région de Delhi vue par le satellite Landsat-5.

Le territoire de la Capitale nationale de Delhi couvre une superficie de 1 481 km2, dont 783 km2 sont considérés comme ruraux et 700 km2 urbains. Il est entouré des États de l'Haryana au nord, à l'ouest et au sud et de l'Uttar Pradesh à l'est. Durant la colonisation britannique, Delhi faisait partie de la province du Penjab.

La rivière Yamuna traverse la ville du nord au sud, et la majeure partie de la ville se trouve sur sa rive droite. La plaine de la Yamuna, dont le cours constitue la frontière historique entre le Penjab et l'Uttar Pradesh, offre un sol alluvial fertile mais sujet aux inondations.

L'arête de Delhi est un petit massif qui trouve son origine dans la chaîne des Aravalli et qui entoure les parties ouest, nord-est et nord-ouest de la ville. Elle atteint l'altitude de 318 m[35].

Delhi est considérée comme à risque au niveau de la dangerosité sismique, mais peu de tremblements de terre ont eu lieu dans l'histoire récente[36].

Climat[modifier | modifier le code]

Lightning strikes near India Gate, New Delhi
La foudre près d'India Gate à New Delhi.

Delhi bénéficie d'une version atypique d'un climat subtropical humide (Cwa). La saison chaude dure d'avril à juin avec une température maximale moyenne au dessus de 36 °C[37]. La mousson arrive généralement à la fin juin[38], avec une hausse de l'humidité[39] et de fortes précipitations. L'hiver est bref et doux et commence fin novembre. Les températures les plus froides ont lieu en janvier et le brouillard est alors fréquent[40]. La moyenne des températures maximales en hiver est de 23 °C.

Relevé météorologique de New Delhi - altitude : 216 m - (période 1971-1990)
Mois jan. fév. mars avril mai juin jui. août sep. oct. nov. déc. année
Température minimale moyenne (°C) 7,6 10,1 15,3 21,6 25,9 27,8 26,8 26,3 24,7 19,6 13,2 8,5 18,9
Température moyenne (°C) 14,3 16,8 22,3 28,8 32,5 33,4 30,8 30 29,5 26,3 20,8 15,7 25,1
Température maximale moyenne (°C) 21 23,5 29,2 36 39,2 38,8 34,7 33,6 34,2 33 28,3 22,9 31,2
Précipitations (mm) 19 20 15 21 25 70 237 235 113 17 9 9 790
Nombre de jours avec précipitations 1,7 2,5 2,5 2 2,8 5,5 13 12,1 5,7 1,7 0,6 1,6 51,6
Source : Le climat à New Delhi (en °C et mm, moyennes mensuelles,nbre jours pluie) Hong Kong Observatory


Démographie[modifier | modifier le code]

Le temple Akshardham, un des plus grands temples hindous au monde.

D'après le recensement de 2011, la population de Delhi s'élève à 16 753 235 habitants[1] pour une densité de 11 297 habitants/km2. Le ration de genre est de 866 femmes pour 1 000 hommes, le taux d'alphabétisme est de 86,34 %.

Après 2015, Delhi devrait être la troisième conurbation du monde, après Tokyo et Mumbai[41]. Delhi pourrait devenir la ville la plus peuplée du monde à l'horizon 2030[42].

L'hindouisme est la plus importante religion de Delhi, avec 81 % de la population. La ville compte d'importantes communautés musulmane (11,7 %), sikhe (5 %), jaïne (1,1 %), chrétienne (0,84 %) et baha'i (0,1 %)[43],[44].

La principale langue de Delhi est l'hindoustani (hindi et ourdou)[45]. Il y a une importante communauté penjabiphone.

Selon une estimation de 1999/2000, le nombre total de personnes vivant sous le seuil de pauvreté était de 1,1 million, soit 8,23 % de la population (contre 27,5 % dans toute l'Inde)[46] et 52 % des résidents de Delhi vivaient en bidonville[47].

Administration et politique[modifier | modifier le code]

Territoire de la Capitale nationale[modifier | modifier le code]

En vertu de la Constitution de l'Inde, Delhi constitue le territoire de la Capitale nationale doté, contrairement à la plupart des autres territoires du pays, d'une Assemblée législative composée de 70 membres élus tous les cinq ans.

Le pouvoir exécutif est exercé par un gouvernement composé d'un ministre en chef et de ministres. Il est responsables devant l'Assemblée législative et nommé par un lieutenant gouverneur dont le rôle est principalement honorifique.

Le territoire a toutefois moins de pouvoir qu'un État : le gouvernement de Delhi est par exemple responsable des transports mais la police reste du ressort du gouvernement central[48].

Municipalités[modifier | modifier le code]

Carte des municipalités de Delhi.

Depuis 2012, le territoire de Delhi compte cinq administrations municipales distinctes :

Avant sa division en trois corporations municipales (Est, Nord et Sud), la Corporation municipale de Delhi était l'une des plus grandes municipalités du monde, administrant plus de 11 millions de personnes[49].

Région de la Capitale nationale[modifier | modifier le code]

La Région de la Capitale nationale.

L'aire métropolitaine de Delhi, qui comprend le territoire de Delhi et les districts voisins dans les États de l'Haryana, de l'Uttar Pradesh et du Rajasthan, constitue la Région de la capitale nationale (National Capital Region ou NCR)[50].

Dans son ensemble, la NCR compte plus de 22 millions d'habitants et génère 7,5 % du PIB indien[51].

La NCR est dotée d'une Commission de Planification et est notamment chargée de développer des villes d'équilibre à la périphérie de Delhi, telles que Gurgaon, Faridabad, Noida ou Ghaziabad, afin de réduire l'explosion de la population dans la capitale.

Jumelages[modifier | modifier le code]

Delhi est jumelée avec les villes suivantes[52] :

Villes partenaires :

Régions jumelles :

Économie[modifier | modifier le code]

Connaught Place, important centre économique de la Région de la Capitale nationale.

Delhi est le centre économique le plus important de l'Inde du nord, avec un PIB de 1 578 17 milliards de roupies (6 300 milliards INR en PPP)[53]. En 2013, le revenu par habitant à Delhi était de 210 000 INR, le plus élevé d'Inde[54].

Selon l'Economic survey of Delhi (2005-2006), le secteur tertiaire contribue pour 70,95 % de la richesse du territoire, suivi par le secteur secondaire à 22,20 % et le secteur primaire à 3,85 %[55]. En plus du secteur public, les secteurs les plus importantes sont les technologies de l'information, les télécommunications, l'hôtellerie, les banques, les médias et le tourisme[56]. En 2001, les salariés des secteurs gouvernementaux ou quasi-gouvernementaux étaient620 000, contre 219 000 dans le secteur privé[57].

On compte également 1 440 000 ouvriers dans la ville[58].

La population active s'élève à 32,82 % de la population totale et s'est accrue de 52,52 % entre 1991 et 2011[57]. Le taux de chômage s'élevait à 12,57 % en 1999-2000 et 4,63 % en 2003[57].

Transport[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Transports à Delhi.
Le Delhi Bus Rapid Transit System.

Réseau routier[modifier | modifier le code]

Le réseau routier de Delhi compte 1 922,32 km par 100 km2, un des plus denses d'Inde[59]. Il est connecté au reste du pays par les routes nationales (National Highways) NH 1 (la Grand Trunk Road), NH 2, NH 8, NH 10, NH 24, NH 76, NH 79.

Le réseau routier est entretenu par les cinq municipalités, le ministère des Travaux publics et l'Autorité de développement de Delhi (Delhi Development Authority)[60].

Des voies expresses relient Delhi avec ses villes satellites de Gurgaon (Delhi-Gurgaon Expressway), Faridabad (Delhi-Faridabad Skyway), Noida et Greater Noida (Noida-Greater Noida Expressway)[61],[62].

Toutefois le développement important de la ville crée une pression importante sur ses infrastructures. En 2008, le nombre de véhicules de la région métropolitaine s'élevait à 11,2 millions[63], soit 85 voitures pour 1 000 habitants[64].

Les bus prennent en charge 60 % des transports en commun de la ville[59]. En 1998, la Cour suprême a obligé l'ensemble des véhicules de transpor public de Delhi à rouler au gaz naturel comprimé[65] : la Delhi Transport Corporation, l'entreprise publique qui gère le réseau de bus, dispose de la plus importante flotte de véhicules roulant au gaz naturel du monde[66].

Le Delhi Bus Rapid Transit System est une ligne de bus à haut niveau de service ouvert en 2010.

Métro[modifier | modifier le code]

Le métro de Delhi dessert Delhi, Gurgaon, Faridabad, Noida et Ghaziabad. Ouvert à partir de 2002, c'est le 13e réseau au monde en termes de longueur : il compte 6 lignes pour 189,63 km et 142 stations, dont 35 souterraines.

Le métro est construit et géré par la Delhi Metro Rail Corporation, une société publique appartenant conjointement au gouvernement central et à celui du territoire de Delhi.

Chemin de fer[modifier | modifier le code]

Delhi est un nœud majeur du réseau nord du Indian Railways. La ville compte cinq gares principales : New Delhi, Delhi Junction (Old Delhi), Hazrat Nizamuddin, Anand Vihar Terminal et Sarai Rohilla[59].

Il existe également un réseau de train de banlieue, le Delhi Suburban Railway[67].

Air[modifier | modifier le code]

Delhi est desservi par l'aéroport international Indira-Gandhi, situé au sud-ouest de la ville. En 2006/2007, il a accueilli plus de 23 millions de passagers[68], en faisant l'un des plus importants d'Asie du Sud.

Culture[modifier | modifier le code]

Architecture[modifier | modifier le code]

Bon nombre de la population indienne est Hindouïste. Il s'agit ici du célèbre Laxminarayan Temple de Delhi

La culture de Delhi a longtemps été influencée par sa longue histoire et le fait qu’elle soit la capitale de l’Inde. Ceci est largement illustré par les nombreux monuments dispersés dans la ville. L’Inspection Archéologique d’Inde reconnaît 175 monuments à Delhi comme patrimoine national. La vieille ville est le site où les gouverneurs moghols et les sultans turcs construisirent plusieurs merveilles architecturales comme la plus grande mosquée d’Inde : Jama Masjid et le Fort Rouge. Trois sites classés au patrimoine mondial sont situés à Delhi : il s’agit du Qûtb Minâr, un minaret en brique, du tombeau d’Humâyûn et de la Porte de l'Inde. D’autres monuments comme le Jantar Mantar (un observatoire astronomique du XVIIIe siècle), Purana Qila (une forteresse du XVIe siècle), le temple du Lotus, le temple Laxminarayan et le temple Akshardham sont des exemples d’architecture plus moderne. Certaines maisons de New Delhi, les bâtiments du gouvernement et les résidences officielles rappellent l’architecture coloniale britannique. Le tombeau de Safdarjung est un exemple de jardin de style moghol.

Festivals[modifier | modifier le code]

Lance missile Agni-II lors de la parade du Jour National de 2004

Le fait que Delhi soit associée à la capitale New Delhi a amplifié dans la ville l’importance des évènements nationaux comme le Jour National, le Jour de l’Indépendance ou Gandhi Jayanti, l’anniversaire de Gandhi qui sont célébrés avec grand enthousiasme à Delhi.
Le Jour de l’Indépendance, le 15 août, le premier ministre d’Inde s’adresse à la nation de puis le Fort Rouge. La plupart des habitants de Delhi célèbrent la journée en faisant voler des cerfs-volants, considérés comme symbole de la liberté. La parade du Jour National (Hindi : Gantantra Divas) qui a lieu le 26 janvier depuis 1950 est l’occasion pour l’état de montrer sa puissance militaire.
Les festivals religieux sont nombreux : Diwali (festival de la lumière), Durgā pūjā, Holî (festival des couleurs ou équinoxe de printemps), Lohri, Maha Shivaratri, Eid ul-Fitr, Eid ul-Adha et Buddha Jayanti. Le Qûtb festival est un évènement culturel durant lequel des musiciens et danseurs de toute l’Inde sont sur scène toute la nuit devant le célèbre Qûtb Minâr. D’autres évènements comme le festival de cerf-volant, le festival international de la mangue (festival de deux jours existant depuis 1987) et Vasant Panchami (festival de l’été) sont tenus chaque année à Delhi.

Gastronomie[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Cuisine indienne.

La cuisine Pendjabi et les délices laissés par les moghols comme les kebabs et les biryanis sont populaires à Delhi. En raison de sa population cosmopolite, presque toutes les spécialités culinaires de l’Inde sont disponibles à Delhi ; les cuisines Rajasthani, Maharashtrian, Bengali, Hyderabadi ainsi que les spécialités du sud de l’Inde comme les idlis, sambar et dosa. Les spécialités locales sont plutôt les Chaat et le Dahi-Papri. Plusieurs restaurants proposent de la cuisine internationale, en particulier italienne et chinoise.

Marchés traditionnels[modifier | modifier le code]

marché traditionnel à Delhi

Historiquement, Delhi est toujours resté un centre de commerce important du nord de l’Inde. L’ancienne partie de la ville garde encore des traces de la riche période moghole que l’on peut remarquer en déambulant dans les ruelles de la vieille ville parmi les nombreux bazars.
Dans les vieux marchés de l’ancienne ville, on peut trouver toute une gamme éclectique de produits divers et variés : des mangues cuites à l’huile aux divers pickles (condiment à base de légumes et épices macérés dans du vinaigre) en passant par les décoctions d’herbes de toutes les couleurs et les bijoux en argent. On y trouve aussi des vêtements de noce, du tissu, des épices et des pâtisseries. Certains des vieux havelis majestueux (sorte de petit palais résidentiel) sont toujours dans la vieille ville. Chandni Chowk, un marché vieux de trois siècles, est un des endroits les plus populaires pour faire des achats, en particulier pour les bijoux et les saris.
De l’artisanat de Delhi, on peut noter le Zardozi, une broderie faite avec du fil d’or ainsi que le Meenakari, le travail des émaux. Dilli Haat, Hauz Khas et Pragati Maidan proposent une variété d’artisanat traditionnel indien. Cependant, on dit que la ville perd de sa propre identité et que son héritage socio-culturel se transforme en un mélange indéfini de cultures, en raison de l’immigration massive des indiens de tout le pays.

Éducation[modifier | modifier le code]

institut indien de technologie de Delhi

Les écoles et les établissements d'études supérieures de Delhi sont administrés par la Direction de l'Éducation, le gouvernement du territoire de Delhi, ou des organismes privés. En 2004–2005, il y avait 2 515 écoles primaires, 635 écoles moyennes, 504 collèges et 1 208 lycées à Delhi. La même année, les établissements d'enseignement supérieur de la ville comptaient 165 écoles, parmi lesquelles cinq écoles de sciences médicales et huit écoles de technologies, cinq universités: l'université de Delhi, l'université Jawaharlal Nehru, l'université Guru Gobind Singh Indraprastha, l'université Jamia Millia Islamia et l'université nationale publique Indira Gandhi ainsi que 9 autres établissements considérés comme des universités.

Les écoles privées de Delhi - qui utilisent l'anglais ou le hindi comme langue d'instruction - sont affiliées à un de deux corps d'administration : le certificat indien des études secondaires (ICSE) ou le conseil central pour les études secondaire (CBSE). En 2004-2005, environ 1,53 million d'élèves étaient inscrits dans les écoles primaires, 0,82 million dans les collèges et 0,67 million dans les lycées de Delhi. La population féminine étudiante représente 49 % des inscriptions. En 2004, le gouvernement de Delhi a dépensé entre 1,58 % et 1,95 % de son produit intérieur brut pour l'éducation.

Le système éducatif indien suit un schéma 10+2+3+2 contrairement au système français 5+4+3+3+2. Après avoir fini la phase de 10 ans qui correspond à notre niveau de seconde en France, les étudiants choisissent d'orienter leurs études pour les deux années qui suivent (qui correspondent à la première et à la terminale dans le modèle français). Ces deux années sont dispensées dans des universités juniors ou dans certaines écoles supérieures. Les spécialisations sont: lettres, commerce, sciences et l'enseignement professionnel qui reste en retrait. Ceux qui choisissent de continuer préparent alors une licence en université ou une licence professionnelle dans les domaines du droit, de la médecine ou des technologies. Les instituts de renom qui dispensent des études supérieures à Delhi sont : l'institut indien de sciences médicales, l'institut indien de technologies de Delhi, l'institut indien de commerce extérieur, l'école des sciences économiques de Delhi, l'école de commerce Shri Ram, l'école pour femmes Shri Ram, l'institut de technologies Netaji Subhas, l'école d'ingénierie de Delhi et l'école St Stephen.

Médias[modifier | modifier le code]

Télévision[modifier | modifier le code]

En tant que capitale de l'Inde, New Delhi est le centre du reportage politique ainsi que des émissions de télévision régulières des sessions du parlement indien. Beaucoup d'agences de médias nationales, comme l'entreprise d'état Press Trust of India, sont basées dans la ville. Les chaînes de télévision disponibles dans la ville incluent deux canaux terrestres libres offerts par Doordarshan, et plusieurs canaux câblés en hindi, anglais et langues régionales offerts par différents opérateurs.
La télévision par satellite voit son nombre d'abonnés croître rapidement dans la ville.

Presse écrite[modifier | modifier le code]

La presse écrite garde sa place dominante pour les nouvelles populaires. Au cours de l'année 2004-2005, 1029 journaux dans 13 langues ont été publiés dans la ville, dont près de la moitié (492) en hindi comme le Dainik Hindustan, le Punjab Kesri, le Dainik Jagran, le Dainik Bhaskar et le Navbharat Times. Parmi les journaux en anglais The Hindustan Times, avec plus d'un million d'exemplaires quotidiens est le quotidien le plus distribué. Les autres principaux journaux en anglais sont l'Indian Express, le Times of India, The Hindu, The Pioner et l'Asian Age.

Radio[modifier | modifier le code]

La radio est un des médias de masse les moins populaires à Delhi bien que la radio FM ait gagné du terrain depuis l'inauguration de plusieurs nouveaux canaux de FM en 2006. Un certain nombre de stations radio publiques et privées émettent à Delhi parmi lesquelles nous pouvons citer Radio Mirchi, Gyan Vani Radio City et AIR (All India Radio).

Sports[modifier | modifier le code]

Comme dans le reste de l'Inde, le cricket est un sport populaire à Delhi. Il y a plusieurs terrains de cricket (ou maidans) dispersés dans la ville comme le stade Feroz Shah Kotla, un des plus anciens terrains de cricket en Inde où ont lieu les rencontres internationales de cricket. L'équipe de cricket de Delhi représente la ville dans le trophée Ranji, un championnat national de première division joué entre différentes villes et états d'Inde. D'autres sports tels que le hockey sur gazon, le football, le tennis, golf, badminton, natation, karting et tennis de table sont également populaires dans la ville.

Les équipements sportifs à Delhi incluent le stade Jawharlal Nehru et le stade d'intérieur Indira Gandhi. Dans le passé, Delhi a accueilli plusieurs événements sportifs nationaux et internationaux, tels que les premiers et neuvièmes Jeux Panasiatiques. Dans les prochaines années la ville accueillera les Jeux du Commonwealth de 2010, projetés pour être le plus grand événement sportif jamais tenu dans la ville.

Galerie photographique[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Primary Census Abstract, Census of India 2011, consulté le 24 septembre 2013.
  2. a, b, c, d, e et f [PDF] « Chapter 1: Introduction », Economic Survey of Delhi, 2005–2006, Planning Department, Government of National Capital Territory of Delhi (consulté en 21 décembre 2011), p. 1–7
  3. (en) S.R. Bakshi, Delhi Through Ages, Whispering Eye Bangdat,‎ 1995 (ISBN 978-81-7488-138-0), p. 2
  4. a et b (en) George Smith, The Geography of British India, Political & Physical, J. Murray,‎ 1882 (lire en ligne), p. 216–217
  5. « Our Pasts II, History Textbook for Class VII », NCERT (consulté le 6 juillet 2007)
  6. Delhi City The Imperial Gazetteer of India, 1909, v. 11, p. 236..
  7. A Dictionary of Urdu, Classical Hindi, and English. Dsal.uchicago.edu. Retrieved 24 October 2011.
  8. Richard J. Cohen, « An Early Attestation of the Toponym Dhilli », Journal of the American Oriental Society, vol. 109, no 4,‎ October–December 1989, p. 513–519 (DOI 10.2307/604073, JSTOR 604073)
  9. Ian Austin, Thhakur Nahar Singh Jasol, « Chauhans (Cahamanas, Cauhans) », The Mewar Encyclopedia, mewarindia.com (consulté en 22 décembre 2006)
  10. « Why developers charge a premium for upper storeys in Delhi/NCR region », Economic Times,‎ 5 août 2011 (lire en ligne)
  11. (en) Catherine B Asher, City Walls, Cambridge University Press,‎ 2000 (ISBN 978-0-521-65221-6, lire en ligne), « Chapter 9:Delhi walled: Changing Boundaries », p. 247–281
  12. Balasubramaniam, R. 2002
  13. (en) Arnold Silcock; alt=The black coloured Iron pillar against the sky, Wrought iron and its decorative use: with 241 illustrations, Mineola, N.Y, Dover,‎ reprinted 2003 (ISBN 978-0-486-42326-5), p. 4
  14. « Under threat: The Magnificent Minaret of Jam », The New Courier No 1, UNESCO,‎ octobre 2002 (consulté le 3 mai 2006)
  15. [PDF] « India: Qutb Minar and its Monuments, Delhi », State of Conservation of the World Heritage Properties in the Asia-Pacific Region: : Summaries of Periodic Reports 2003 by property, Section II, UNESCO World Heritage Centre (consulté en 22 décembre 2006), p. 71–72
  16. (en) Travel Delhi, India, History section, Google books (lire en ligne), p. 10
  17. « The Islamic World to 1600: The Mongol Invasions (The Timurid Empire) », Ucalgary.ca (consulté le 7 septembre 2009)
  18. "Genocide: a history". W. D. Rubinstein (2004). p.28. ISBN 978-0-582-50601-5
  19. (en) Andrew Petersen, Dictionary of Islamic Architecture, Routledge,‎ 1999 (ISBN 978-0-415-21332-5, lire en ligne)
  20. Akbar the Great, Srivastva, A.L.Vol.1 pages 24–26
  21. Himu-a forgotten Hindu Hero," Bhartiya Vidya Bhawan, p100
  22. Kar, L.Colonel H.C."Military History of India"' Calcutta 1980, p 283
  23. (en) Travel Delhi, India, Google Books (lire en ligne), p. 12
  24. (en) Amelia Thomas, Rajasthan, Delhi and Agra, Lonely Planet (ISBN 978-1-74104-690-8)
  25. « Iran in the Age of the Raj », Avalanchepress.com (consulté le 11 mars 2011)
  26. a et b (en) Stewart Gordon, The Marathas 1600–1818, Volume 2, Cambridge University Press, 1993 (ISBN 978-0-521-26883-7)
  27. http://articles.timesofindia.indiatimes.com/2011-12-17/pune/30528210_1_third-battle-pandurang-balkawade-sadashivrao-bhau
  28. http://books.google.co.in/books?id=7xbzoJ5wFG4C&pg=PA159&lpg=PA159&dq=mahadji+sindhia+puppet+ruler&source=bl&ots=7Rt-55AZcJ&sig=2LaS-ULJ8xbd9wkvO0slJRYtTKI&hl=en&sa=X&ei=_jbwUcCbOYb7rAfJzYHwAg&ved=0CFoQ6AEwBQ#v=onepage&q=mahadji%20sindhia%20puppet%20ruler&f=false
  29. (en) Shail Mayaram, Against history, against state: counterperspectives from the margins Cultures of history, Columbia University Press, 2003 (ISBN 978-0-231-12731-8)
  30. Erreur de référence : Balise <ref> incorrecte ; aucun texte n’a été fourni pour les références nommées cal_to_del.
  31. (en) Travel Delhi, Google books (lire en ligne), p. 8
  32. « THE CONSTITUTION (SIXTY-NINTH AMENDMENT) ACT, 1991 », Government of India, National Informatics Centre, Ministry of Communications and Information Technology, Government of India (consulté le 8 janvier 2007)
  33. « India and Pakistan: Who will strike first? », Economist,‎ 20 décembre 2001 (lire en ligne)
  34. Rahul Tripathi, « Serial blasts rock Delhi; 30 dead, 90 injured-India-The Times of India », Timesofindia.indiatimes.com,‎ 14 septembre 2008 (lire en ligne)
  35. [PDF] Madan Mohan, « GIS-Based Spatial Information Integration, Modeling and Digital Mapping: A New Blend of Tool for Geospatial Environmental Health Analysis for Delhi Ridge », Spatial Information for Health Monitoring and Population Management, FIG XXII International Congress,‎ avril 2002 (consulté en 3 février 2007), p. p5
  36. [PDF] « Hazard profiles of Indian districts », National Capacity Building Project in Disaster Management, UNDP (consulté en 23 août 2006)
  37. « Average weather for New Delhi, India », http://weatherspark.com (consulté le 2 juillet 2013)
  38. Vinson Kurian, « Monsoon reaches Delhi two days ahead of schedule », The Hindu Business Line,‎ 28 juin 2005 (lire en ligne)
  39. « Climate of Delhi », http://delhitrip.in (consulté le 17 mai 2012)
  40. « Fog continues to disrupt flights, trains », The Hindu, Chennai, India,‎ 7 janvier 2005 (lire en ligne)
  41. [PDF] « World Urbanization Prospects The 2003 Revision », United Nations (consulté le 29 avril 2006), p. p7
  42. (en)World Urbanization Prospects, the 2014 Revision
  43. Census 2001
  44. « Indian Census », Censusindia.gov.in (consulté le 7 septembre 2009)
  45. « Hindi », Omniglot (consulté le 14 juin 2012)
  46. [PDF] « Chapter 21: Poverty Line in Delhi », Economic Survey of Delhi, 2005–2006, Planning Department, Government of National Capital Territory of Delhi (consulté en 21 décembre 2006), p. 227–231
  47. IANS, « News : 52 per cent of Delhi lives in slums without basic services », The Hindu, Chennai, India,‎ 17 décembre 2009 (lire en ligne)
  48. « Police and the Constitution », The Hindu,‎ 20 novembre 2001 (lire en ligne)
  49. Cities having population 1 lakh and above. Census of India 2011. The Registrar General & Census Commissioner, India. Consulté le 20 octobre 2011.
  50. NCR
  51. [1]
  52. « Delhi to London, it's a sister act », India Times,‎ 7 juillet 2002 (lire en ligne)
  53. « Government of NCT of Delhi », Indian Government (consulté le 14 juin 2012)
  54. http://www.delhi.gov.in/wps/wcm/connect/cdae30804f9d52d88385c7fb6b929e93/newpaper+clip.PDF?MOD=AJPERES&lmod=-1585547974&CACHEID=cdae30804f9d52d88385c7fb6b929e93
  55. [PDF] « Chapter 2: State Income », Economic Survey of Delhi, 2005–06, Planning Department, Government of National Capital Territory of Delhi, p. 8–16
  56. « Industries in Delhi », Mapsofindia.com (consulté le 7 septembre 2009)
  57. a, b et c [PDF] « Chapter 5: Employment and Unemployment », Economic Survey of Delhi, 2005–06, Planning Department, Government of National Capital Territory of Delhi, p. 59–65
  58. [PDF] « Chapter 9: Industrial Development », Economic Survey of Delhi, 2005–06, Planning Department, Government of National Capital Territory of Delhi, p. 94–107
  59. a, b et c [PDF] « Chapter 12: Transport », Economic Survey of Delhi, 2005–2006, Planning Department, Government of National Capital Territory of Delhi (consulté en 21 décembre 2006), p. 130–146
  60. I.Prasada Rao, Dr. P.K. Kanchan, Dr. P.K. Nanda, « GIS Based Maintenance Management System (GMMS) For Major Roads of Delhi », Map India 2006: Transportation, GISdevelopment.net (consulté le 14 janvier 2007)
  61. « Noida: An idea that has worked », The Times of India,‎ 4 juin 2003 (lire en ligne)
  62. « DND Flyway », DND Flyway (consulté le 17 mai 2012)
  63. « Traffic snarl snaps 42 Cr man-hour from Delhi, NCR workers at iGovernment », Igovernment.in (consulté le 3 novembre 2008)
  64. « Every 12th Delhiite owns a car - Automobiles-Auto-News By Industry-News-The Economic Times », Economictimes.indiatimes.com,‎ 2 janvier 2008 (lire en ligne)
  65. [PDF] Armin Rosencranz, Michael Jackson, « Introduction », The Delhi Pollution Case: The Supreme Court of India and the Limits of Judicial Power, indlaw.com (consulté le 14 janvier 2007), p. 3
  66. « Citizen Charter », Delhi Transport Corporation (consulté en 21 décembre 2006)
  67. « Changing Delhi map makes Ring Railway redundant », Indian Express,‎ 22 février 2011 (lire en ligne)
  68. « Delhi – Indira Gandhi International Airport (DEL) information », Essential Travel Ltd., UK. (consulté le 29 avril 2006)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]