Gbadolite

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Gbadolite (homonymie).
Ville de Gbadolite
Administration
Pays Drapeau de la République démocratique du Congo République démocratique du Congo
Communes Gbadolite, Molegbe,
Nganza
Province Équateur
Future province Nord-Ubangi
Députés
de la ville
1
Maire M. Achille Guda Kwangbo
Démographie
Population 42 647 hab. (2004)
Densité 3 808 hab./km2
Géographie
Coordonnées 4° 14′ 42″ N 20° 54′ 51″ E / 4.244902, 20.9141064° 14′ 42″ Nord 20° 54′ 51″ Est / 4.244902, 20.914106  
Superficie 1 120 ha = 11,2 km2
Divers
Langue nationale Lingala
Langue officielle français
Localisation

Géolocalisation sur la carte : République démocratique du Congo

Voir la carte administrative de République démocratique du Congo
City locator 14.svg
Ville de Gbadolite

Géolocalisation sur la carte : République démocratique du Congo

Voir la carte topographique de République démocratique du Congo
City locator 14.svg
Ville de Gbadolite

Gbadolite (prononcé [ɡ͡badolite]) est une ville du nord de la province de l'Équateur, en République démocratique du Congo. Elle est située en pleine forêt tropicale, à une douzaine de kilomètres au sud des rives de l'Oubangi. Gbado, comme on l'appelle parfois, s'étend sur 11,2 km2.

Gbadolite possède un aéroport (code AITA : BDT).

Histoire[modifier | modifier le code]

Gbadolite était la ville d'origine du président et dictateur du Zaïre, Mobutu Sese Seko. Mobutu s'assura que les habitants de Gbadolite puissent jouir de privilèges que n'avait généralement pas le reste du pays, dont l'électricité. Les routes de la région étaient parmi les mieux entretenues du pays.

En 1967, Gbadolite est un hameau, comptant à peine quelques cases. Mobutu transforma Gbadolite en une ville luxueuse souvent surnommée le « Versailles de la jungle ». Il fit construire un barrage et une centrale hydroélectrique sur la rivière Ubangi, un aéroport international qui pouvait accueillir le Concorde, et trois palais immenses. Les habitants de la ville se trouvèrent particulièrement privilégiés, notamment pour trouver de l'emploi, généralement en tant que personnel de maison.

Deux palais furent élevés à Kawele, à quelque distance de Gbadolite. L'un était composé d'un ensemble de pagodes chinoises (4° 14′ 42″ N 20° 54′ 51″ E / 4.2449021, 20.9141064), et l'autre de résidences modernes, et étaient généralement dévolus à l'habitat pour Mobutu (4° 14′ 05″ N 20° 54′ 15″ E / 4.2346573, 20.9040803) et ses invités. Une troisième résidence, le « palais des Bambous » fut construit à l'est de ville (4° 17′ 21″ N 21° 01′ 12″ E / 4.2890679, 21.0201073). Les trois palais de Gbadolite étaient quant à eux réservés pour un usage de fonction ou protocolaire.

Quand Laurent-Désiré Kabila évinça Mobutu du pouvoir en 1997, Gbabolite fut pillée et le contenu des palais emporté. Ceux-ci sont désormais envahis par la végétation.

En 1998, le groupe rebelle MLC (Mouvement de Libération du Congo), supporté par l'Ouganda et dirigé par Jean-Pierre Bemba, prit Gbadolite aux forces gouvernementales de Kabila, et en fit son quartier général.

Références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]