Karlovy Vary

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Karlsbad.
Karlovy Vary
Blason de Karlovy Vary
Héraldique
Drapeau de Karlovy Vary
Drapeau
Image illustrative de l'article Karlovy Vary
Administration
Pays Drapeau de la République tchèque République tchèque
Région Flag of Karlovy Vary Region.svg Karlovy Vary
District Karlovy Vary
Maire Ing. Werner Hauptmann
Code postal 360 01
Indicatif téléphonique international +(420)
Démographie
Population 53 737 hab. (2011)
Densité 909 hab./km2
Géographie
Coordonnées 50° 13′ 56″ N 12° 52′ 17″ E / 50.2322052, 12.871276550° 13′ 56″ Nord 12° 52′ 17″ Est / 50.2322052, 12.8712765  
Altitude 447 m
Superficie 5 910 ha = 59,10 km2
Localisation
Localisation de Karlovy Vary

Géolocalisation sur la carte : République tchèque

Voir la carte administrative de République tchèque
City locator 14.svg
Karlovy Vary

Géolocalisation sur la carte : République tchèque

Voir la carte topographique de République tchèque
City locator 14.svg
Karlovy Vary
Liens
Site web www.mmkv.cz

Karlovy Vary (écouter) (en allemand : Karlsbad) est une ville et une station thermale située dans la partie occidentale de la République tchèque. La ville doit son nom à Charles IV, qui a visité le lieu dans les années 1370. Elle est historiquement célèbre pour ses sources d'eau chaude (12 sources principales et environ 300 secondaires), la plus grande et la plus chaude (73 °C) étant Vřídlo (der Sprudel en allemand) et pour sa rivière à eau chaude, la Teplá qui se jette dans l'Ohře à cet endroit.

La ville est peut-être mieux connue aujourd'hui pour son festival de cinéma international. Karlovy Vary est aussi l'endroit où la fameuse liqueur Karlovarská Becherovka est produite et mise en bouteille.

Histoire[modifier | modifier le code]

La légende de la ville raconte que le roi de Bohême et empereur Charles IV du Saint-Empire chassait un cerf dans la grande forêt des alentours. Étant acculé au bord d'une falaise, l'animal choisit de sauter dans le vide pour échapper aux chasseurs. À l'endroit où il fit son ultime bond, jaillit une source thermale. Le roi s'aperçut ainsi de la richesse de la vallée et décida d'y fonder une ville.

Charles IV accorda une charte à la ville le 14 août 1370 laquelle prit à cette date le nom même de ce souverain. On utilisa d'abord les sources thermales pour les établissements de bain, puis au XVIe siècle pour débiter une eau minérale. Les premières concessions de sources furent consignées par écrit en 1522.

Le 9 mai 1582, la ville fut inondée par une crue de la rivière Teplá, puis le 13 août 1604, elle disparut presque entièrement dans un incendie. Largement endommagée au cours de la Guerre de Trente Ans, la ville ne se reconstruisit que très lentement. En 1707, l'empereur Joseph Ier lui accorda tous les privilèges d'une « ville d'empire ». Les droits sur les bains furent institués à l'occasion de la visite du tsar Pierre Ier de Russie en 1711 et 1712. La première institution municipale de cure thermale fut édifiée cette même année 1711. Un nouvel incendie en 1759 détruisit à nouveau près de la moitié de la ville. L'intérêt des cures thermales fut établi scientifiquement par les travaux du Dr. David Becher, auteur d'un traité sur l'institution des bains de Karlsbad où il montrait l'intérêt des sels minéraux dans l'eau thermale. L'état autrichien introduisit en 1795 un impôt particulier sur les cures thermales (Kurtaxe), afin d'accélérer la reconstruction de la ville.

La ville de Karlsbad s'acquit une triste réputation à l'occasion de la Conférence de Karlsbad en 1819, conclue entre le chancelier autrichien Metternich et les États de la Confédération germanique : les clauses des décrets de Karlsbad passés entre les signataires portaient sur la censure de la presse et la répression des manifestations libérales, vivaces dans des pays qui se relevaient d'une guerre de libération contre la France.

Le thermalisme permit à la ville de prendre enfin son envol. Le nombre de visiteurs passa de 134 familles en 1756 à 26 000 curistes à la fin du XIXe siècle. C'est alors un lieu mondain international, Clemenceau s'y rendant par exemple chaque année. En 1911, ce chiffre était de 71 000. C’est de cette époque dorée que date la plupart des bâtiments significatifs de la ville tels la colonnade dite de la « source du moulin » conçue par l’architecte Josef Zítek qui avait déjà réalisé le théâtre national de Prague ou bien encore le Grandhotel Pupp, une époque marquée également par la présence de nombreux visiteurs russes qui firent bâtir une église sur le modèle de la cathédrale Saint-Basile de Moscou.

La Grande guerre mit brutalement fin au tourisme, crise qui perdura jusqu’à la chute de l’empire austro-hongrois en 1918. Peuplée majoritairement d’Allemands, Karlovy Vary et sa région fut rattachée à la nouvelle Tchécoslovaquie par le Traité de Saint-Germain. Ce qui entraîna des troubles entre les populations allemande et tchèque. Le 4 mars 1919, une manifestation allemande se termina par la mort de six Allemands, tués par les troupes tchèques. Cet affrontement larvé entre les communautés ne s’acheva que par l’annexion en 1938 de la région des Sudètes par l’Allemagne nazie et ensuite par l’expulsion en 1945 de la majorité de la population germanophone.

À la libération, Karlovy Vary reprit son statut de ville de villégiature, devenant le centre de récréation de la nomenklatura communiste. L’activité thermale reprit ainsi toute l’année et en 1968 fut organisé pour la première fois le festival du film de Karlovy Vary.

Économie[modifier | modifier le code]

La ville compte 51 537 habitants (recensement de 2005) répartis sur 59,10 km2.

2007-KarlovyVary-053-wide.jpg

Station thermale[modifier | modifier le code]

Une fontaine de la Mlýnská kolonáda

Karlovy Vary est une ville d'eaux qui compte de nombreux hôtels pour accueillir les curistes et les festivaliers lors du Festival international du film de Karlovy Vary au début juillet, dont le plus fameux, le Grand Hotel Pupp.

Les thermes comprennent une piscine à ciel ouvert, dont l'eau chaude provient naturellement de la source. Il est ainsi possible en hiver de se baigner au chaud devant la neige qui orne les bords de la piscine.

Le Dr David Becher a notoirement participé à la modernisation de l'activité thermale de la ville (il décède en 1792). Elle devient le rendez-vous mondain de la Mittel Europa au XIXe siècle et début du XXe siècle.

Les sources de la ville sont embouteillées et les eaux minérales de Karlovy Vary (dont la Mattoni qui abreuvait autrefois la cour de l'empereur d'Autriche-Hongrie) sont consommées dans toute la République tchèque.

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Verrerie[modifier | modifier le code]

Vue aérienne de Karlovy Vary

La célèbre cristallerie Moser y est implantée.

Porcelaine[modifier | modifier le code]

Karlovy Vary est également célèbre pour sa porcelaine au dessin bleu cobalt sur fond blanc et, en particulier, l'usage typique du motif de l'oignon (cibule en tchèque).

Agro-alimentaire[modifier | modifier le code]

La célèbre boisson créée par Jan Becher, la liqueur Karlovarská Becherovka a récemment été acquise par le groupe Pernod Ricard.

Carlobalnéens célèbres[modifier | modifier le code]

Vue sur les hôtels de Tržiště

Visiteurs célèbres[modifier | modifier le code]

Rue Láženská

Liens externes[modifier | modifier le code]

Église russe de Karlovy Vary

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]