Karachi

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d’aide sur l’homonymie Pour l’article homophone, voir Karashi.
Karachi
Blason de Karachi
Héraldique
Image illustrative de l'article Karachi
Administration
Pays Drapeau du Pakistan Pakistan
Province Sind
Maire Lala Fazal-ur-Rehman
Code postal 021
Démographie
Population 21 142 625 hab. (rec. 2011[1])
Densité 5 995 hab./km2
Géographie
Coordonnées 24° 51′ N 67° 00′ E / 24.85, 6724° 51′ Nord 67° 00′ Est / 24.85, 67  
Superficie 352 700 ha = 3 527 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Pakistan

Voir sur la carte Pakistan administrative
City locator 14.svg
Karachi
Liens
Site web www.karachicity.gov.pk

Karachi, ourdou کراچي, est la plus grande ville du Pakistan, et la capitale économique et financière du pays. C'est la capitale de la province du Sind et est le plus grand centre de population avec plus de 20 millions d'habitants. Elle est considérée comme l'une des plus grandes villes du monde. Elle est située sur la côte est de la mer d'Arabie et au nord-ouest de l'Indus. Les habitants sont les Karachiites ou Karachiotes.

Karachi est le principal port du Pakistan, concentrant plus de la moitié du commerce international du pays.

Karachi est considéré comme la ville la plus cosmopolite du Pakistan. Elle a été en effet sujet à une forte immigration, et représente toutes les ethnies et les langues du pays.

Histoire[modifier | modifier le code]

Des avions de la RAF à l'aéroport de Karachi pendant la Seconde Guerre mondiale.

Le territoire occupé maintenant par Karachi est à l'origine un groupe de petits villages comprenant Kalachi-jo-Kun et le fort de Manora. Toute histoire de Karachi antérieure au XIXe siècle est quasi-inexistante bien que selon certaines légendes, elle soit la ville appelée « Krokola » de laquelle partit l'un des amiraux de Alexandre le Grand à la fin de ses conquêtes.

L'histoire officielle et répertoriée de Karachi commence avec l'arrivée des Britanniques au début du XIXe siècle. En 1839, un vaisseau appartenant à la « Royal Navy » tire sur le fort de Manora et obtient la capitulation immédiate de cette ville comptant alors 14 000 habitants. Quelques années plus tard, Karachi devient la capitale du Sind à la place de la ville historique de Hyderabad du fait de son port que les britanniques décident de développer en alternative à Calcutta.

Sous l'occupation britannique, Karachi se développe en même temps que son port. En 1876 le futur fondateur du Pakistan, Muhammad Ali Jinnah, naît dans cette ville et y sera plus tard enterré.

En 1889, Karachi se dote du second plus grand marché aux légumes du monde après Bombay et, dix ans plus tard, le volume des exportations de blé et de coton à partir de Karachi dépasse celui des exportations de Bombay, sa grande rivale. La ville possède alors un réseau ferroviaire, des églises, des rues pavées, des cours et de nombreux centres commerciaux. Beaucoup de ces bâtiments sont construits dans le plus pur style britannique et contrastent avec le gothique « Mughal » de Lahore. Plusieurs de ces vieux bâtiments sont désormais des destinations intéressantes pour les touristes.

Avec le XXe siècle, Karachi commence à se développer de façon plus diverse avec l'arrivée de travailleurs provenant de tout le Sud de l'Asie et plus généralement de l'ensemble de l'empire britannique.

Durant la Première Guerre mondiale, Karachi, « l’épicerie de l’Inde », sert de base-arrière pour l’approvisionnement des troupes de l'empire britannique ; lors de la Seconde, elle devient un atelier naval pour les navires alliés endommagés dont environ un millier y sont réparés entre 1942 et 1945.

En 1947, Karachi est élevée au rang de capitale de la nouvelle nation du Pakistan. À cette époque, c'est seulement une ville de 425 000 habitants, 2,8 millions de tonnes de fret transitent annuellement par son port et sa croissance s'accélère. Bien que la capitale soit plus tard transférée à Rawalpindi puis à Islamabad (1959), Karachi reste le centre économique du Pakistan contribuant à une large partie du PIB de la nation. En 1958, ces exportations s’élevent à 4 millions de tonnes.

Ces dernières décennies, Karachi continue de s'agrandir, dépassant la barre des 10 millions d'habitants. C'est une ville où se côtoient tous les milieux allant des quartiers chics de Clifton et de la Défense aux nombreux « ghettos » où vivent les nombreux migrants à la recherche d'opportunités. Karachi est touchée par la criminalité comme toutes les grandes villes et connaît elle aussi les conflits ethniques qui secouent le Pakistan. Elle est même depuis les années 1980, un des épicentres de ces conflits et continue à assister à la violence religieuse entre sunnites et chiites[2].

Géographie[modifier | modifier le code]

Le Parc Held at Qasim à Karachi.

Karachi se trouve au nord ouest du delta de l'Indus mais de nombreuses autres rivières traversent la ville. Les alentours de Karachi sont relativement plats même s'il y a quelques collines aux frontières de la ville vers l'intérieur du pays. La partie sud de la ville s'étend le long de la côte de l'Océan Indien et abrite de nombreuses plages. Karachi bénéficie d'un climat chaud et côtier.

Karachi vit sous un climat semi-aride, seuls les mois de juillet et août ont une pluviométrie conséquente. Les étés sont torrides, les hivers sont très doux.

Relevé météorologique de Karachi
Mois jan. fév. mars avril mai juin jui. août sep. oct. nov. déc. année
Température moyenne (°C) 18 20 25 28 31 31 30 29 29 28 24 20 26
Précipitations (mm) 7 10 10 3 0 10 90 58 27 2 3 5 231
Ce tableau est sujet à caution car il ne cite pas ses sources.

Source du relevé: http://www.worldclimate.com/cgi-bin/data.pl?ref=N24E067+2100+41780W

Démographie[modifier | modifier le code]

Démographie de Karachi.

La population serait de 21 millions d'habitants. Étant donné que la ville comptait en 1947 seulement 400 000 habitants, on peut dire que sa croissance a été très rapide. Après le recensement de 1998 qui montrait une population d'environ 9,9 millions d'habitants, en 2010, la population était estimée à 13 205 339 habitants[3]. D'autres estimations parlent de 18 millions d'habitants au maximum. Le recensement effectué en 2011 montre une population de 21 142 625 habitants[1], soit une augmentation de 114 % par rapport à 1998, et très largement au-dessus des estimations. Karachi a accueilli un très grand nombre de peuples. Étant la capitale de la province du Sind, de nombreux Sindhis y vivent mais il y a aussi beaucoup de Mohajirs, ce qui a causé des conflits ethniques par le passé. Tous les autres groupes ethniques du Pakistan se trouvent aussi à Karachi, en particulier ceux du Balouchistan qui n'est pas loin de Karachi. Un grand nombre de réfugiés Afghans y ont aussi élu domicile. Karachi compte aussi beaucoup d'immigrants du Bangladesh, parfois estimés jusqu'à plus d'un million. Enfin Karachi est aussi le pays d'accueil de migrants venant d'aussi loin que l'Afrique, ce qui donne une des villes les plus multiculturelles du Pakistan.

Problèmes sociaux[modifier | modifier le code]

Étant donné sa forte croissance, Karachi doit faire face aux problèmes que rencontrent la plupart des grandes métropoles en développement : surpopulation, surentassement, problèmes pour le trafic automobile, criminalité. Karachi connaît en prime de nombreux conflits ethniques. Un autre problème particulièrement important est l'énorme disparité entre riches et pauvres. Ainsi tandis que les mieux aisés vivent dans des conditions similaires à leurs semblables occidentaux, les habitants des plus défavorisés de la ville connaissent les conditions de vie des peuples les plus pauvres du monde.

Criminalité endémique et conflits[modifier | modifier le code]

Un stade de cricket à Karachi.

Conflits politico-ethniques[modifier | modifier le code]

Articles détaillés : Criminalité à Karachi et Politique à Karachi.

Terrorisme islamiste[modifier | modifier le code]

L'immense taille de Karachi a aussi attiré des terroristes qui s'y sont installés et des attaques y ont été menées par des groupes militants rattachés à Al-Qaida contre des étrangers. De nombreux terroristes y ont été arrêtés comme Ramzi Binalshibh, capturé le 11 septembre 2002, il était trésorier de l'organisation Al-Qaida et est actuellement emprisonné à Guantanamo. Abdul Ghani Baradar, un important commandant taliban, a également été arrêté à Karachi en février 2010, lors d'une opération des principaux services secrets pakistanais aidés par la CIA.

La ville serait devenue la base arrière des talibans au Pakistan, qui se servent de cette ville pour recruter de nouveaux combattants et se cacher parmi la population. Cependant, ils n'ont pas choisi de déstabiliser la ville par des attentats terroristes, ces derniers étant relativement rares dans la ville.

L'attentat-suicide du 8 mai 2002 a lieu à Karachi et tue 14 personnes dont 11 français. Depuis juin 2009, la justice française étudie le lien entre cet événement et la vente de sous-marins français au Pakistan, après avoir d'abord privilégié la piste islamiste. La justice pakistanaise avait également privilégié la piste islamiste, et avait condamné à mort les principaux suspects, avant de les acquitter en appel.

Le 12 mai 2007, la ville a dû faire face à d'importantes manifestations qui ont très vite dégénéré en émeutes meurtrières causant la mort d'au moins 30 personnes et près de 200 blessés. Les violences ont éclaté en marge d'une visite organisée par un juge suprême suspendu par le régime du président Pervez Musharraf. Cette violence a montré à une très grande majorité de la population l'incapacité des autorités à prendre le dessus sur la situation. Le 18 octobre 2007, alors que Benazir Bhutto rentre au Pakistan après un exil de 9 ans, un attentat la visant fait près de 150 morts à Karachi, c'est l'attentat le plus meurtrier de l'histoire du pays. Après l'assassinat de Benazir Bhutto le 27 décembre 2007, d'importants troubles éclatent dans la ville.

Une grève générale a paralysé la ville le 13 juin 2009, après la mort du mufti sunnite modéré et anti-taliban Sarfraz Ahmed Naeemi, tué dans un attentat-suicide à Lahore. Naeemi avait critiqué les attentats-suicides des talibans et soutenait l'offensive contre ces derniers dans le nord-ouest du pays[4],[5]. Après l'attentat du 28 décembre 2009 contre la minorité chiite et les violences qui s'ensuivent, une nouvelle grève générale est organisée.

Politique[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Politique à Karachi.

La ville est la capitale de la province du Sind, et accueille donc l'Assemblée provinciale du Sind. À Karachi, le parti politique le plus puissant est de loin le Muttahida Qaumi Movement (MQM). Aux dernières élections législatives de février 2008, le MQM a réuni 69,3 % des voix dans la ville (contre 7,4 % au niveau national) marginalisant tous les autres partis politiques, à l'exception du Parti du peuple pakistanais, qui avait réalisé 24,4 % des voix[6]. Sur les vingt circonscriptions représentant Karachi à l'Assemblée nationale 17 ont été remportées par le MQM et 3 par le PPP[6].

Parti Voix  % Candidats fédéraux Députés fédéraux élus Candidats provinciaux Députés provinciaux élus
Muttahida Qaumi Movement 2 172 918 69,28 % 20 17 42 34
Parti du peuple pakistanais 766 723 24,45 % 20 3 42 6
Ligue musulmane du Pakistan (N) 79 721 2,54 % 10 0 25 0
Parti national Awami 38 957 1,24 % 6 0 14 2
Jamiat Ulema-e-Islam (F) 21 481 0,68 % 10 0 27 0
Ligue musulmane du Pakistan (Q) 3 575 0,11 % 3 0 4 0
Sunni Tehreek 848 0,03 % 5 0 13 0
Autres partis 2 080 0,07 % 7 0 14 0
Indépendants 49 955 1,59 % 79 0 167 0
Votes invalides 35 619
Total votes exprimés (participation : 49,54 %) 3 171 877 100 % 160 20 348 42

Économie[modifier | modifier le code]

Une route de Karachi.

Karachi est la capitale économique et financière du Pakistan. C'est aussi le plus grand centre de transaction boursière du Pakistan : le Karachi Stock Exchange. Actuellement, le port de Karachi est le seul port important du Pakistan permettant l'accès à tous types de bateaux. C'est donc le point central pour toutes les activités de transport maritime. Pour réduire cette dépendance à un seul port, le gouvernement pakistanais agrandit le port à Gwadar. Il y a aussi des projets en cours pour construire par exemple une autoroute reliant Karachi au reste du pays. Pour l'instant, la seule autoroute existante relie Islamabad à Lahore et il va falloir attendre un certain temps avant qu'elle n'atteigne Karachi. Par ailleurs, l'aéroport de Karachi, l'aéroport international Jinnah, est le plus grand aéroport du Pakistan.

Sher Shah est l'un des principaux marchés d'occasion de matériel obsolète. Ici, les ordinateurs, les téléphones et tous les autres objets électroniques non utilisables sont compactés sous forme de cubes. Ces derniers sont ensuite laissés le long des routes et des rivières, menaçant ainsi l'environnement. Des planches affichées à l'extérieur d'une clinique de rue de Karachi montrent les maladies qu'encourent les recycleurs : brûlures provoquées par le mercure, lésions du système respiratoire causées par le plomb, malformations fœtales dues à l'acide chlorhydrique. Selon les scientifiques, à partir du moment où les ouvriers travaillent dans ces décharges, leur espérance de vie n'excède pas dix ans[7].

Tous les matins dans le port de Karachi, des cargos entiers déversent sur les docks des milliers d'ordinateurs, téléphones, photocopieuses, scanners et tablettes numériques[8].

La rivière Lyari, située à proximité d'un dépotoir, n'est plus qu'un égout à ciel ouvert[9].

Culture[modifier | modifier le code]

Le musée du Mohatta Palais.

Culturellement, Karachi est la ville la plus cosmopolite du Pakistan. Elle accueille aussi bien des peuples de tous les horizons que des entreprises du monde entier, y compris les chaînes de restauration rapide américaines et autres. Il y existe une grande palette d'hôtels comprenant aussi de nombreux hôtels occidentaux. Karachi est aussi un des rares endroits au Pakistan à offrir des opportunités aux femmes et il n'est pas surprenant d'y voir une femme conduisant un taxi ou exerçant un métier généralement réservé aux hommes.

Monuments célèbres[modifier | modifier le code]

Le monument le plus célèbre de la ville de Karachi est sans doute le Mausolée de Muhammad Ali Jinnah. D'autres lieux à voir sont : le Masjid E Tooba, Frere Hall, Clifton Beach, le musée Mohatta, le musée de la Pakistan Air Force, Wazir Mansion, etc.

Archevêché[modifier | modifier le code]

Un cimetière chrétien.

Jumelages[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b (en) Sindh population surges by 81.5 pc, households by 83.9 pc
  2. (fr) Karachi : Violences et globalisation dans une ville-monde, Laurent Gayer, Raisons politiques 3/2004 (no 15), p. 37-51
  3. (en) Karāchi, World Gazetteer. Consulté le 9 juin 2009
  4. Mubasher Bukhari, Anti-Taliban cleric killed in Pakistan blast, Reuters sur Canada.com, 12 juin 2009
  5. Paul Alexander, « Backers mourn cleric; Taliban claim fatal attacks », Associated Press, 13 juin 2009 [lire en ligne]
  6. a et b (en) Résultats détaillés des élections de 2008 dans les circonscriptions, Commission électorale du Pakistan
  7. GEO no 404 d'octobre 2012 p. 66 et 67
  8. GEO no 404 d'octobre 2012 p. 69
  9. GEO no 404 d'octobre 2012 p. 70

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]