Lund (Suède)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Lund.
Lund
La cathédrale de Lund
La cathédrale de Lund
Administration
Pays Drapeau de la Suède Suède
Province historique Scanie
Comté Scanie
Commune Lund
Paroisse Helgeand, Norra Nöbbelöv, Sankt Hans, Sankt Peter Kloster, Stora Råby, Östra Torn, etc.
Statut de ville 990
Démographie
Population 82 800 hab. (2010)
Densité 3 216 hab./km2
Géographie
Coordonnées 55° 42′ N 13° 12′ E / 55.7, 13.255° 42′ Nord 13° 12′ Est / 55.7, 13.2  
Superficie 2 575 ha = 25,75 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Suède

Voir sur la carte administrative de Suède
City locator 14.svg
Lund

Géolocalisation sur la carte : Scanie

Voir la carte administrative de la zone Scanie
City locator 14.svg
Lund

Géolocalisation sur la carte : Scanie

Voir la carte topographique de la zone Scanie
City locator 14.svg
Lund
vignette

Lund est une ville située au sud-ouest de la Scanie, à l'extrême sud de la Suède. La ville est la 11e ville la plus peuplée de Suède, comptant 82 800 habitants en 2010, et 108 947 habitants (2010) en comptant le reste de la commune[1]. Elle fait partie de la région de l'Öresund, qui inclut Malmö et Copenhague et est une des régions les plus dynamiques d'Europe.

La ville fut fondée aux alentours de 990 alors que la Scanie appartenait au Danemark. Cependant, des fouilles réalisées à Uppåkra laissent penser que la ville est peut-être un millénaire plus ancienne, et aurait été déplacée à son emplacement actuel en 990. Dès sa fondation, elle est devenue une ville commerçante majeure puis en 1103, le centre de la chrétienté de la Scandinavie. Elle perdit cependant cette importance économique de première ordre avec la concurrence de sa voisine Malmö à la fin du Moyen Âge. La réforme au début du XVIe siècle vint achever ce travail, et, lorsqu'en 1658, la Scanie devient suédoise, Lund n'est plus qu'une petite ville de province. Lund retrouvera sa grandeur à partir du XVIIIe siècle grâce au développement de son université, fondée en 1666.

L'université marque encore le quotidien de la ville. Ainsi, elle est devenue la plus grande institution d'enseignement supérieure et de recherche de Scandinavie, faisant de Lund une véritable ville étudiante. De plus, sa présence a attiré l'implantation de nombreuses industries de hautes technologies, qui forment la base de l'économie de la ville. La ville est aussi reconnue comme une ville touristique importante, grâce à son héritage historique qu'elle a su préserver, et en particulier la cathédrale de Lund située au cœur de la ville.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Deux théories existent sur l'origine du nom Lund. La première est que le nom fut donné par le roi en référence à Londres en Grande-Bretagne, en latin Londinium. En effet, les clercs ont latinisé Lund en Londinum Gothorum (Londinum des goths), en y ajoutant un suffixe latin -inum[2]. Cette théorie est aussi liée aux dires d'Adam de Brême selon lesquelles le roi Knut II de Danemark souhaitait faire de Lund l'équivalent danois de Londres[LM 1].

En réalité, le terme viendrait plutôt du vieux norrois lundr, signifiant « bois, forêt », commun dans la toponymie scandinave, du Danelaw et de la Normandie (cf. la Londe, -lon, -ron)[3]. Il désignerait un bois sacré païen, et était probablement le nom de la prédécesseur de Lund, sur le site de l'actuel Uppåkra[4].

Géographie[modifier | modifier le code]

Lund

Localisation[modifier | modifier le code]

Lund est située en Scanie, à l'extrême sud de la Suède, à moins de 10 kilomètres des plages du détroit d'Öresund. La ville est ainsi relativement éloignée des principales villes suédoises, à environ 261 kilomètres de Göteborg, 606 km de Stockholm et 1 240 km d'Umeå[5]. En revanche, elle est située à une vingtaine de kilomètres seulement de Malmö, troisième plus grande ville de Suède, à moins de 40 km de Copenhague, capitale danoise et à 57 km de Helsingborg[5]. Ainsi, Lund est située au cœur de la région de l'Öresund, une région transnationale qui doit son existence à la création du pont de l'Öresund. Cette région, qui inclut la région Hovedstaden (région capitale) et Zélande-du-Nord du côté danois et la Scanie du côté suédois, regroupait 3 732 000 habitants en 2010[6]. Elle est considérée comme une des régions les plus dynamiques d'Europe[7].

Rose des vents Landskrona Kävlinge Eslöv Rose des vents
Lomma N Södra Sandby
O    Lund    E
S
Burlöv, Malmö Staffanstorp Dalby

Géologie[modifier | modifier le code]

Le parc St Hans backar

Lund est située sur la plaine de Lund, qui comme la plupart de la Scanie est une plaine sédimentaire, principalement composée de sédiments argileux déposés au cours des glaciations[8]. Cette géologie très différente du reste du pays[8], fait de la région une des plus fertiles de Suède, et donc la plus importante région agricole du pays[9]. Lund est aussi situé à l'extrémité ouest du horst de Romeleåsen, dont la formation est dû aux failles de la zone de Tornquist[10]. Ces failles, orientées NO-SE, ont provoqués le soulèvement de certaines zones, dont Romeleåsen, mais aussi Söderåsen et Linderödsåsen[10], qui culminent à une centaine de mètres dans cette région autrement relativement plate[8].

Topographie[modifier | modifier le code]

La ville est bordée au sud par la rivière Höje å, se jetant dans l'Öresund au niveau de Lomma. Bien que petite, certains historiens pensent que la rivière était utilisée pour la navigation durant l'âge Viking, ce qui est cependant critiqué par d'autres[LM 2]. L'altitude de la ville est alors de 8 m au-dessus du niveau de la mer. La ville s'élève ensuite graduellement en allant vers le nord-est, étant adossée sur le horst de Romeleåsen. Un des points les plus hauts de la ville est dans le parc S:t Hans backar, au nord, avec 86 m, mais cette élévation est en réalité artificielle, le parc étant une ancienne décharge reconvertie[11]. Le plus haut point naturel de la ville est en fait plus à l'est, dans le quartier Östra Torn, sur le site du château d'eau nya vattentorn, près des bureaux de l'entreprise Ericsson, culminant à 87 m[12]. Le centre-ville est situé à une altitude intermédiaire, à environ une quarantaine de mètres au-dessus de la mer.

Climat[modifier | modifier le code]

Lund, comme la majeure partie du sud de la Suède, a un climat océanique. Malgré sa latitude, le climat est relativement doux, principalement grâce au Gulf Stream. Les étés sont chauds, avec une température moyenne allant de 13 à 20 °C, et les hivers sont plutôt froids, avec des températures allant de -1 à °C. Les chutes de neige se produisent occasionnellement entre décembre et mars, mais la couverture neigeuse se maintient rarement longtemps, et certains hivers sont même presque dépourvus de neige[13].

Du fait de la latitude, les journées durent jusqu'à 17h en été, contre seulement 7h en hiver.

Relevé météorologique de Malmö
Mois jan. fév. mars avril mai juin jui. août sep. oct. nov. déc. année
Température minimale moyenne (°C) −2,7 −3,5 −0,5 2,1 6,9 10,4 12,5 12,3 9,2 6,6 2,7 −0,8 4,6
Température maximale moyenne (°C) 0,8 0,6 4,2 9,5 15,4 18,2 20,2 20 15,9 11,4 6,2 2,7 10,4
Précipitations (mm) 61 37 57 32 39 69 70 71 69 72 74 73 721
Source : Météo France:Monde meteofrance


Histoire[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Histoire de Lund.

Uppåkra[modifier | modifier le code]

Reconstitution du temple d'Uppåkra
Article détaillé : Uppåkra.

En 1934, lors de la construction d'une ferme dans le village d'Uppåkra, à environ 5 kilomètres au sud de Lund, des objets datés d'environ 400 après Jésus-Christ furent découverts[14]. Des fouilles plus approfondies ont été réalisées à partir des années 1990, et ont montré que l'actuel Uppåkra fut le site d'une occupation continue entre Ier siècle av. J.-C., et le Xe siècle[14]. Ce village était probablement une place centrale de la Scanie et même de tout le Danemark à partir du Ve siècle[15].

De nombreux éléments montrent que ce village d'Uppåkra était probablement le prédécesseur de Lund. Premièrement, la ville de Lund fut fondée précisément à la fin de la période d'occupation d'Uppåkra. Mais aussi, le rôle central que possédait Uppåkra à cette époque a été repris par la ville de Lund ; en particulier, le marché « Tre högar marknad » (le marché des trois tumulus), qui avait lieu tous les ans à Lund mais que l'on sait d'origine plus ancienne, avait probablement commencé à Uppåkra, dont deux tumulus (Storehög et Lillehög) sont connus[14]. Il est même possible que le nom Lund soit celui de l'ancien village d'Uppåkra. En effet, alors que le nom Uppåkra n'apparaît que tardivement (1085 dans une lettre de donation à Lund), le nom Lund apparaît dans la saga d'Egill, fils de Grímr le Chauve, censée se dérouler avant la fondation de l'actuel Lund[LM 3]. De plus, le nom Lund se réfère à un bois sacré païen, ce qui convient mieux à l'ancienne ville païenne d'Uppåkra qu'à la ville catholique de Lund[4].

Quoi qu'il en soit, la présence d'Uppåkra fut un élément important pour la fondation de Lund à son emplacement actuel, car le réseau routier et la population de l'ancienne ville favorisaient l'établissement de la nouvelle[14].

Moyen Âge[modifier | modifier le code]

Lund autour de l'an 1000, on distingue la monnaie (Myntverket) au nord-ouest

La ville fut fondée à son emplacement actuel aux alentours de 990, probablement à la suite d'une initiative du roi Sven Ier de Danemark[4]. Le commerce devint rapidement une activité prépondérante dans la ville. En particulier, durant tout le Moyen Âge, la ville accueillait au printemps le marché Tre högar marknad, qui attirait probablement des gens de toute la Scanie à Lund[LM 4]. Mais cette position commerçante fut encore renforcée lorsque le roi Knut II de Danemark installa dans la ville une monnaie, probablement en hiver 1019-1020[LM 1], bien que des pièces avaient probablement déjà été frappées autour de l'an 995, sous le règne de Sven 1er[16]. La fabrique de Lund devint alors la plus importante de tout le Danemark: ainsi, alors que le pays comptait 9 fabriques, un tiers de toute la monnaie frappée au Danemark l'était à Lund[LM 5]. Le roi installa aussi dans la ville peu après sa fondation une résidence (Kungsgården)[LM 6]. En effet, à cette époque, le Danemark n'avait pas de véritable capitale; à la place, le roi était itinérant, et avait des résidences dans les villes les plus importantes, permettant d'accueillir lui et sa cour[LM 7]. Tout ceci tend à montrer que Lund était probablement la ville la plus importante du royaume à cette époque.

Lund a été dès sa fondation une ville chrétienne. Une église en bois a été datée du début des années 990, au niveau de la rue Kattesund, à l'emplacement du musée Drottens Kyrkoruin, justifiant l'époque présumée de la fondation de la ville[17]. Le Danemark faisait à cette époque, comme toute la scandinavie, partie de l'archidiocèse de Hambourg-Brême, qui avait été chargé d'évangéliser la région[LM 8]. Cependant, le Danemark voyait d'un mauvais œil ceci, car il y voyait une menace contre son indépendance[LM 8]. Le roi Sven II de Danemark tenta en 1054 d'obtenir la création d'un archidiocèse du Danemark auprès du pape Léon IX[LM 9]. Bien que le pape n'était pas hostile à cette idée, l'archevêque Adalbert de Brême s'y opposa fermement, et l'archidiocèse ne fut pas créé[LM 9]. En 1060, Sven II divisa les trois diocèses qui composait alors le Danemark (Fionie, Seeland et Scanie)[LM 10] en dix, de façon à mieux justifier la formation de l'archidiocèse[LM 9]. Lund devient alors un évêché, tout comme sa voisine Dalby[LM 10]. En 1085, au plus tard, fut consacrée l'autel d'une première cathédrale à Lund[LM 11], à l'emplacement de l'actuelle[LM 12]. En cette même année fut fondée Katedralskolan[18], qui devint ainsi l'école la plus ancienne des pays nordiques. Le fait pour Lund de devenir un évêché signifia une croissance en importance de la ville comparée aux autres villes importantes de la région, comme Helsingborg ou Ystad[LM 13].

La cathédrale de Lund avant sa rénovation par Helgo Zettervall

En 1103, Éric Ier de Danemark profite d'un pèlerinage à Rome pour demander au pape Pascal II non plus la fondation d'un archidiocèse du Danemark, mais d'un l'archidiocèse scandinave[LM 9]. Cette fois-ci, le pape accepta et l'année suivante, l'évêque de Lund Ascer est fait archévêque[LM 9]. À partir de l'établissement de Lund comme archevêché, la vie religieuse devint au centre de l'histoire de la ville, et les archevêques de Lund prirent rapidement une importance proche de celle du souverain lui-même. En 1145, l'actuelle cathédrale de Lund fut consacrée par Eskil, cette cathédrale n'avait aucun équivalent dans les pays nordiques[LM 14]. Le nombre de bâtiments religieux augmenta très rapidement, pour atteindre 27[19] en 1238[LM 15].

En 1134, Éric II fit construire autour de la ville un mur (Stadsvallen), dont certaines sections sont encore visibles aujourd'hui[20]. Il s'agissait alors probablement d'une palissade, mais qui fut améliorée au XIVe siècle par l'ajout d'un fossé[LM 16]. Le mur était percé de 4 portes, suivant les 4 points cardinaux[LM 16].

Jusqu'à la fin du XIIe siècle, le Landsting (un Thing ou assemblée régionale) de Scanie se tenait à Arendala, à quelques kilomètres à l'ouest du centre de Lund[LM 17]. Lund était probablement un point d'arrêt important avant de rejoindre l'assemblée, mais il n'était à l'époque pas question de déplacer l'assemblée à Lund, cette dernière étant une place royale[LM 17]. Cependant, probablement grâce la croissance de l'église, le pouvoir royal de Lund ne semblait plus suffisamment dissuasif, et le Landsting fut transféré à Lund[LM 17]. Lund est alors devenu le centre décisionnel de la Scanie, elle-même une des plus importantes régions du royaume danois.

Le commerce, initié par la fondation de la monnaie, continua à croître durant le XIIe-XIVe siècle. Une des principales raisons à cela était les privilèges de la ville. En effet, à cette époque, seuls les citoyens des villes avaient le droit de faire du commerce, ainsi que de pratiquer l'artisanat. Un élément principal du commerce à cette époque était le hareng, qui était pêché en abondance en Scanie[LM 18]. Celui-ci était alors exporté, en particulier vers les villes du nord de l'Allemagne, et la puissante ligue hanséatique[LM 18]. Malgré l'absence de contact direct de Lund avec la mer, la ville était à cette époque la capitale danoise du commerce avec l'étranger[LM 19]. En particulier, de nombreux marchés se tenaient dans la ville. Ceci entraîna une importante population étrangère, et en particulier allemande, dans la ville de Lund[LM 20]. Assez rapidement, selon le modèle de l'époque, les commerçants et artisans s'organisèrent en guildes dont en particulier des guildes de Saint-Knud[LM 21]. À cette période (XIIIe-XIVe siècle), la population de la ville atteignait probablement environ 3 000 habitants, ce qui est relativement important pour l'époque, en particulier en Scandinavie[LM 22].

Lund finit cependant au XIVe siècle par se faire dépasser en importance par sa voisine Malmö, qui s'est fortement développée économiquement grâce au commerce avec la ligue hanséatique. Ceci fut encore accentué dans les années 1440 lorsque le roi transfère à Malmö la monnaie de Lund[LM 23]. Le 28 septembre 1448, Christian Ier de Danemark fut désigné roi du Danemark à Lund, mais la même année, la Suède désigna Charles VIII de Suède comme roi[LM 23]. Christian entra alors en conflit contre la Suède en 1451, mais en février 1452, Charles riposta en attaquant la Scanie[LM 23]. Avec une armée, qui aurait une taille de 64 000 hommes, il envahit la région avec comme objectif de la mettre à feu et à cendre. Il commença par détruire Helsingborg, puis se rendit à Landskrona où il proposa aux habitants de Scanie et à l'archeveché de le rejoindre[LM 24]. Landskrona accepta, mais aucune autre réponse n'arriva. L'armée se dirigea alors vers Lund, brûlant Borgeby au passage, et arriva à destination le 18 février[LM 24]. La bataille s'engagea alors, en particulier dans Lundagård, près de la cathédrale[LM 25]. L'archévêque de Lund Tuve Nielsen et son armée parvinrent à mettre en echec l'armée suédoise, mais celle-ci, dans sa retraite mit feu à la ville[LM 25]. Cette bataille est l'une des plus destructrices qu'ait subit la ville de Lund, qui fut presque entièrement détruite, seules la cathédrale et quelques maisons en pierre furent encore debout après cette attaque[LM 26].

XVIe et XVIIe siècles : déclin[modifier | modifier le code]

La réforme protestante[modifier | modifier le code]

Depuis le XIVe siècle, Lund avait perdu son importance économique de premier ordre au profit de Malmö. C'était donc à partir de cette époque l'église qui assurait l'importance de Lund, y compris dans la vie économique[NT 1]. Cependant, les idées de la réforme protestante commencèrent à atteindre le Danemark. En parallèle, celui-ci fut secoué par des problèmes. En effet, la noblesse et le haut clergé entrèrent en conflit contre le roi, et le forcèrent à s'exiler en 1523, le remplaçant par Frédéric Ier de Danemark. Les paysans et bourgeois n'étaient pas en accord avec le nouveau roi, préférant Christian II[NT 2]. Ils menèrent alors une rébellion sous la direction de Søren Norby[NT 2]. Cependant, le 28 avril 1525, l'armée du roi décida de contrer, et attaqua les forces rebelles, que l'on estime à 8 000 hommes, situées à Lund[NT 3]. Cette bataille résulta en un véritable massacre, au moins 1 500 paysans ayant été tués[NT 3]. La rébellion fut ainsi réprimée.

Frédéric Ier de Danemark ainsi conforté se convertir au luthéranisme, et à Malmö, la réforme protestante commença à s'installer, avec, à partir de 1527, des offices protestants[NT 4]. Les hommes d'église de Lund tentèrent de s'opposer, mais la position de l'archevêque était considérablement affaiblie par le fait que le pape n'avait pas voulu confirmer son statut d'archévêque. Le luthéranisme s'imposa finalement avec l'arrivée de Christian III de Danemark au pouvoir en 1536, qui proclama la réforme au Danemark[NT 5]. Ceci affaiblit considérablement la position de Lund. Ainsi, tous les biens de l'église furent confisqués par la couronne[NT 6]. Toutes les églises de Lund furent détruites l'année qui suivit, excepté celle du cloître St Pierre[NT 7]. Les pierres de ces églises étaient récupérées pour fortifier le château de Malmö[NT 7]. Tous les domaines confisqués à l'église furent rassemblés en un comté nommé Lundagårds län, puisque son siège était le jardin Lundagård, qui entoure la cathédrale, passé aussi sous le contrôle du roi avec la réforme[NT 6]. Ce comté passa sous le comté de Landskrona entre 1559 et 1576, puis sous le comté de Malmöhus[NT 6]. Pour accueillir le roi lors de ses visites, un nouveau bâtiment fut construit à partir de 1578 dans Lundagård, nommé Kungshuset[NT 6].

Une période de conflits[modifier | modifier le code]

Lund était dorénavant une ville pauvre et insignifiante à l'échelle du pays[NT 8], et ceci allait empirer. En effet le années qui suivirent furent marquées par de nombreux conflits. Ainsi, en 1563, la guerre nordique de Sept Ans éclate, et Lund fut alors, comme beaucoup d'autres villes, écrasée sous des taxes de plus en plus lourdes, et dut même nourrir l'armée stationnée dans la ville[NT 9]. La fin de la guerre en 1570 ne signifia pas la fin des levées de taxes, et Lund avait de grandes difficultés à rassembler les sommes demandées[NT 10]. Pour ne rien aider, la peste s'abattit sur le Danemark autour des années 1600[NT 10].

La période sans conflit qui suivit permit à Lund de se développer quelque peu, mais de nouveau la guerre reprit. En 1644, une armée suédoise de 10 000 hommes menée par Gustaf Horn s'attaqua à la Scanie dans le cadre de la guerre de Trente Ans[NT 11]. L'attaque commença à Helsingborg, mais les troupes continuèrent et arrivèrent à Lund le 29 février 1644[NT 11]. L'armée suédoise resta ainsi dans la ville plusieurs mois, y établissant ses quartiers[NT 11]. Du fait de l'absence de véritable défense à Lund, tous les habitants de Lund ayant quelque possessions avaient déjà fui[NT 11]. L'armée suédoise renforça alors le "mur" médiéval stadsvallen[NT 12]. La ville voisine de Malmö résista à l'armée suédoise, et en 1645, le traité de Brömsebro fut signé marquant la fin du conflit[NT 13]. L'armée suédoise quitta alors Lund, mais laissa la ville dans un état déplorable, presque entièrement démolie[NT 14]. La guerre éclata de nouveau en 1657, ce qui aboutit le 26 février 1658 à la signature par le Danemark du traité de Roskilde, par lequel il cède la Scanie à la Suède[NT 15]. Lund est maintenant suédoise.

La bataille de Lund

Mais le Danemark ne comptait pas laisser la Scanie à la Suède sans se battre. Ainsi, le 29 juin 1676, le Danemark arrive à Helsingborg, et commence l'invasion de la Scanie[NT 16]. Lund se rendit alors sans bataille, les troupes danoises étant accueillies dans la liesse par les habitants[NT 16]. Rapidement, toute la Scanie tomba, exceptée une fois de plus la ville fortifiée de Malmö[NT 16]. Lund, à proximité, est alors occupée par l'armée, et la fournit en ravitaillement[NT 17]. Mais la Suède mena sa contre-offensive, et le 4 décembre 1676, les deux armées se retrouvèrent face à face juste au nord de Lund[NT 18]. La bataille qui s'ensuivit, connue sous le nom bataille de Lund fut la plus sanglante jamais menée sur le sol scandinave[NT 18]. Elle dura 25 heures, et sur près de 20 000 combattants en présence, environ 8 000 moururent, dont 3 000 Suédois[NT 18]. Cette bataille s'acheva sur une victoire suédoise et les Suédois finirent par reconquérir la Scanie[NT 19]. Cependant, lors d'une nouvelle attaque, Lund retourna entre les mains des Danois[NT 19]. Mais le 4 août 1678, l'armée danoise capitule à Kristianstad, marquant la victoire définitive de la Suède[NT 20]. La ville de Lund est alors abandonnée par l'armée danoise, qui par dépit la met en flamme[NT 20]. Plus de la moitié de la ville est détruite[NT 20]. Le traité de paix de Lund fut finalement signé, dans la cathédrale, sous l'arbitrage du français Isaac de Pas de Feuquières, dans la nuit du 26 au 27 septembre 1679[NT 21].

Pour aider la ville à se reconstruire, le roi consent une exemption de taxe de quatre ans pour tous ceux qui reconstruisent des bâtiments[NT 22]. Les maisons était alors souvent reconstruites avec des colombages[NT 23].

Entre 1700 et 1721, la Suède fut impliquée dans un important conflit, nommé la grande guerre du Nord[NT 24]. Le front se situait dans un premier temps loin de la Scanie, et n'influença que très peu la vie à Lund, mais le Danemark décida ensuite de se joindre au conflit dans l'espoir de reconquérir la Scanie[NT 25]. L'armée attaqua de nouveau près d'Helsingborg le 2 novembre 1709, et arriva à Lund le 1er décembre, qui se rendit de nouveau sans combat[NT 25]. Lund servit une fois de plus de quartier général danois dans l'optique d'une attaque de Malmö, mais celle-ci n'eut finalement pas lieu, et les Danois furent repoussés le 5 mars par l'armée suédoise menée par Magnus Stenbock[NT 26]. La ville fut malheureusement une fois de plus touchée par un incendie, mais cette fois accidentel, en 1711[NT 26]. L'hôtel de ville et les archives qu'il contenait furent en partie détruits[NT 26]. Les malheurs continuèrent avec l'arrivée de la peste, qui sema la mort à Lund entre août 1712 et février 1713[NT 27]. Dans la menace d'une nouvelle invasion par le Danemark, le roi Charles XII de Suède décida de s'installer à Lund en 1716[NT 28]. Lund devint ainsi pendant un temps une sorte de capitale de la Suède. Cette présence eut un effet très bénéfique sur l'activité artisanale et marchande de la ville[NT 29]. Le roi resta de façon quasi ininterrompue à Lund jusqu'au 11 juin 1718[NT 29].

La création de l'université[modifier | modifier le code]

Bâtiment de l'université

Le 16 mars 1658, le roi Charles X Gustave de Suède visita Lund. Durant cette visite, le roi discuta avec l'évêque de Lund Peder Winstrup à propos de la création d'une université à Lund, afin de suédifier la région[NT 30]. Lund fut donc choisie en 1666 pour accueillir la nouvelle université nommée Regia Academia Carolinæ[NT 30]. L'université fut inaugurée le 28 janvier 1668 en grande pompe[NT 31]. Elle était divisée en 4 facultés : la faculté de théologie, la faculté de droit, la faculté de médecine et la faculté de philosophie[NT 32]. L'université n'avait pas de locaux propres, et utilisait donc la cathédrale, ainsi que l'église du cloitre saint Pierre et le bâtiment Liberiet[NT 33]. La Suède n'ayant pas assez de professeurs disponibles, ce fut principalement des professeurs danois qui furent employés[NT 33], mais la direction de l'université était assurée par des suédois[NT 34]. Parmi les professeurs notables, citons Samuel von Pufendorf, nommé professeur droit naturel[NT 33].

L'université n'était considérée que comme une université de seconde zone, comparée à l'université d'Uppsala et n'avait alors que très peu d'étudiants[NT 35]. L'université dut fermer durant la guerre de Scanie[21]. À sa reprise, son rôle dans la "suédification" fut nettement accentué, les habitants s'étant montré en faveur du Danemark durant le conflit[NT 36]. Le roi Charles XI de Suède donna à l'université de nouvelles sources de revenus, ayant lui-même utilisé les propriétés de l'université pour soutenir l'armée en guerre[NT 37]. En particulier, il confia Lundagård et Kungshuset à l'université, celle-ci ayant ainsi ses premiers bâtiments propres[NT 37]. Ces nouveaux revenus permirent à l'université d'employer de nouveaux professeurs, et par la même occasion, le nombre d'élève augmenta[NT 38]. L'activité de l'université fut cependant interrompue de nouveau durant la peste de 1712, la plupart des professeurs et élèves ayant fui la ville.

Le renouveau[modifier | modifier le code]

Développement de l'université[modifier | modifier le code]

L'ère de la Liberté en 1721 n'eut pas de grandes conséquences pour Lund, qui ne jouait pas de rôle majeur dans la Suède de l'époque. Cependant, à la fin du XVIIIe siècle, Lund retrouva de son éclat, avec l'université comme moteur et le début du XIXe siècle est considéré comme un âge d'or, avec Esaias Tegnér, Carl Adolph Agardh, Pehr Henrik Ling et d'autres qui vivaient et travaillaient dans la ville.

La révolution industrielle[modifier | modifier le code]

Lund dans les années 1850

En 1856, une ligne de chemin de fer fut construite de Malmö à Lund, prolongées les années suivantes vers le nord. Ceci donna naissance à la Révolution industrielle en Suède. Mais, la plupart des industries se sont installées à Malmö. Ceci, conjugué à la domination de l'université, des services médicaux et de l'église, a contribué à la faible industrialisation de Lund.

L'université, elle, continuait son développement. Plusieurs bâtiments furent construits, principalement au nord du Lundagård, dont le bâtiment principal, et l'hôpital universitaire de Lund. Le nombre d'étudiants atteint environ 1 000 en 1900.

La croissance[modifier | modifier le code]

Ce n'est qu'après la Seconde Guerre mondiale que Lund commença vraiment à croître. En 1950, la ville compte 40 000 habitants, cinquante ans plus tard, elle en compte plus du double. De nombreux quartiers comme Norra Fäladen, Östra Torn et Klostergården, l'école Lunds Tekniska Högskola et plusieurs routes importantes sont construits. La ville qui avait jusque là conservée son caractère médiéval le perd finalement en grande partie. Un projet de construction d'une autoroute de 42 m de large en plein centre ville fut même proposé. Il fut finalement abandonné, mais de nombreux bâtiments avaient déjà été détruits. Ceci amena Lund à réfléchir à la planification urbaine, ce qui conduisit à ce que de nombreuses artères du centre ville deviennent piétonnes.

En 1983, le premier parc scientifique de Scandinavie, Ideon, fut construit sur les terres, alors agricoles, au nord ouest de la ville.

Vie économique[modifier | modifier le code]

"La ville des idées"[modifier | modifier le code]

Usine Tetra Pak à Lund

La présence de l'université de Lund a fait de Lund une ville d'innovation, et son économie est en grande partie portée par l'innovation, ce qui explique son motto "La ville des idées" (en suédois "Idéernas stad")[22]. Ainsi, la ville peut se vanter d'avoir été le lieux d'invention de plusieurs objets ou techniques utilisées mondialement, telles que la technique de Goutte à la demande des imprimantes jet d'encre[23], le poumon d'acier[24], etc ...

Plusieurs de ces inventions ont donné lieu à la formation d'entreprises, qui marquent de nos jours la vie économique de la ville. Un exemple de ceci est la fondation de Tetra Pak en 1951, basée sur le développement du premier emballage en carton pour conserver le lait[25]. Par la suite, l'entreprise se développa, continuant sa politique d'innovation, avec en particulier, en 1961 le carton aseptique pour conserver le lait plusieurs mois sans réfrigération[26]. De nos jours, l'entreprise a toujours son siège social à Lund, et emploie 20 000 personnes dans 150 pays, et ont fabriqué 137 milliards d'emballages en 2007[26]. Une autre entreprise importante fondée à Lund sur une innovation est Gambro. L'entreprise est basée sur le développement de la première machine de dialyse fonctionnelle au monde par Nils Alwall, du département de physiologie de l'université de Lund, en 1946[27]. À l'issue de la rencontre en 1964 de Nils avec l'industriel Holger Crafoord, l'entreprise "Gamla Brogatans Sjukvårdsaffär Aktiebolag" (société de fournitures médicales rue du vieux pont) abrégée Gambro fut fondée à Lund[28]. Tout comme Tetra Pak, l'entreprise a grandi, et est maintenant présente dans plus de 100 pays, où elle emploie environ 8 000 personnes[29].

Sony Ericsson à Lund

Outre ces entreprises fondées à Lund, plusieurs autres entreprises ont décidé d'installer à Lund leur centre de développement, voire le siège social, pour profiter du climat d'innovation de la ville. C'est en particulier le cas de Sony Ericsson et ST-Ericsson. C'est dans ce centre que fut par exemple créé en 1998 la technologie bluetooth (nommée d'après le roi Harald Ier de Danemark), en partie due à un ancien étudiant de la faculté d'ingénierie de l'université de Lund[30]. Ce fut aussi le cas de la compagnie pharmaceutique AstraZeneca présente à Lund depuis les années 1960[31]. Cependant, l'entreprise décida de déplacer en 2010-2011 le centre de recherche de Lund vers Mölndal[31]. Enfin, citons l'entreprise Alfa Laval, qui déplaça sa section échangeur de chaleur et son siège social à Lund en 1939[32].

Afin de faciliter la création et le développement d'industries technologiques, et de favoriser les échanges avec l'université, fut créé en 1983, par le comté de Scanie, la commune de Lund et l'université de Lund, le technopole Ideon, devenant ainsi le premier technopole de Suède[33]. Initialement, le technolopole s'est constituée autour de 5 entreprises, dont Ericsson, mais maintenant, et malgré le départ d'Ericsson, il y en a 260, qui emploient en tout 2 500 personnes[33]. Les principales technologies représentées à Ideon sont les biotechnologies et technologies de l'information et de la communication[34].

Emplois[modifier | modifier le code]

La vie économique de Lund est principalement dominée par la santé, l'enseignement et la recherche. Ainsi, les principaux employeurs de la commune de Lund sont le comté (« Region Skåne », responsable du système de santé), la commune (responsable en particulier de l'enseignement excepté enseignement supérieur) et l'université, avec respectivement 9300, 8800 et 6200 employés en 2008[35]. En ce qui concerne les entreprises privées, les entreprises citées précédemment dominent le paysage, avec en particulier Tetra Pak, employant 3 500 personnes, Sony Ericsson et ST Ericsson employant respectivement 3 000 et 1 400 personnes, Alfa Laval avec 1 180 employés et Gambro avec 900 employés[35]. AstraZeneca, qui n'avait pas encore fermé en 2008, comptait alors 950 personnes[35]. La manufacture et le commerce, bien que représentant une importante proportion des emplois de Lund sont peu représentés comparés à la moyenne nationale[36].

Le taux de chômage de la commune est nettement inférieur à la moyenne du pays, se situant en 2008 à 2,4 % contre 6,1 % pour le reste du pays[37]. Ce taux est identique chez les 18-24 ans dans la ville[37].

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

En 2010, Lund est la 11e plus grande ville de Suède avec 82 800 habitants, répartis sur 25,75 km2, soit une densité de 3 215 hab/km2[38], ce qui en fait une des localités les plus densément peuplées de Suède[39], mais correspond à une faible densité selon les standards français[40]. La ville fait partie de la commune de Lund, comptant, en 2010, 109 147 habitants[41]. La commune est elle-même inclut dans l'entité Grand Malmö (Stor-Malmö), une des trois aires urbaines suédoises[42], peuplée en 2010 de 647 292 habitants[41].

Le taux de croissance de la population sur l'ensemble de la commune est de 1,7 % en 2009, principalement dû au solde migratoire de 1 176 contre 640 pour l'accroissement naturel[36].

Évolution de la population de Lund à partir de 1570
1570 1610 1650 1690 1730 1770 1810 1850 1890 1930 1950
817 1 145 1 535 1 251 1 530 2 078 3 100 6 709 15 023 24 520 34 039
1960 1965 1970 1975 1980 1990 1995 2000 2005 2010 -
39 568 45 043 52 359 55 047 55 130 62 909 71 450 73 840 76 188 82 800 -
(Sources : [43],[44])


Structure de la population[modifier | modifier le code]

Du fait de la présence de l'université, la ville de Lund possède une population jeune. Par exemple, la moyenne d'âge des hommes était en 2010 de 36,7 ans, ce qui faisait de Lund la cinquième commune la plus jeune de Suède[45].

Pyramide des âges de la commune de Lund en 2009[46].
Hommes Classe d’âge Femmes
209 
90 et plus
600 
1 332 
80-89
2 235 
2 608 
70-79
3 288 
5 394 
60-69
5 771 
5 996 
50-59
6 467 
6 596 
40-49
6 565 
7 698 
30-39
7 116 
12 362 
20-29
11 273 
6 011 
10-19
5 690 
6 195 
0-9
5 741 

En 2007, près de 8 % de la ville de Lund est de nationalité étrangère, à comparer à la moyenne nationale de 5,4 %[47]. La plupart sont européens, et en particulier d'autres pays nordiques, mais les citoyens d'Asie représente aussi une proportion importante[47]. La répartition dans la ville est assez inhomogène, des quartiers comme Norra Fäladen ou Möllevången ayant une proportion d'étrangers supérieure à 10 % alors que Järnåkra/Nilstorp a une proportion inférieure à 5 %[47].

Enseignement[modifier | modifier le code]

Katedralskolan

Le niveau d'éducation de Lund est l'un des plus élevés de Suède, avec en 2008, près de la moitié de la population de 25 à 64 ans au niveau au moins Bac+3, contre une moyenne nationale de 22 %[48].

Primaire et secondaire[modifier | modifier le code]

La ville de Lund compte quatre établissements d'enseignement secondaire (gymnasieskola) communaux et 12 indépendants, qui rassemblent 5 600 élèves dont 55 % venant des communes voisines[49]. Le plus connu d'entre eux est Katedralskolan, initialement une école cathédrale fondée en 1085[18], et ainsi plus vieille école de Scandinavie. L'école était initialement située à côté de la cathédrale, mais elle acquérait en 1837 ses propres locaux, incluant le bâtiment Karl XII-huset (construit au XVIe siècle, lieu de résidence du roi Charles XII de Suède entre 1716 et 1718), considéré comme l'un des plus prestigieux bâtiment de Lund à cette époque[18].

Enseignement supérieur[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Université de Lund.

L'enseignement supérieur à Lund est assurée par l'université de Lund, et ses différentes sous-organisations, telles que Lunds Tekniska Högskola. L'université tient une place prépondérante dans la ville. Environ 46 000 étudiants étudient à l'université[50], même si une partie est située dans les campus d'Helsingborg et de Malmö. L'université est la deuxième plus ancienne de Suède (après celle d'Uppsala), fondée en 1666 comme moyen de suédifier la Scanie, anciennement danoise[51]. De nos jours, c'est encore une des plus prestigieuses université de Suède, classée parmi les 100 meilleures mondiales par divers classements[52].

Santé[modifier | modifier le code]

Le vårdcentral St Lars, au sud de Lund

Le système de santé à Lund, comme dans le reste de la Suède repose principalement sur les vårdcentral, centres de soins locaux, et les hôpitaux pour les plus grosses interventions, et en particulier celles qui nécessite alitement.

L'hôpital universitaire de Lund, fondé en 1768[53] est l'un des plus anciens hôpitaux de Suède, et l'un des plus importants de la Scanie. En 2008, il employait environ 7 700 employés, comptait 980 lits et avait un budget total de 5,9 milliards de couronnes suédoises (soit plus de 600 millions d'euros) dont 15 millions de couronnes consacrées à la recherche[54]. Le bâtiment principal est l'un des plus hauts de Lund, avec 12 étages.

L'hôpital fut le pionnier dans l'utilisation de l'échographie, lorsqu'en 1953, Inge Edler, au département de cardiologie et Carl Hellmuth Hertz, fils du prix nobel Gustav Ludwig Hertz, étudiant en physique nucléaire à l'université de Lund, effectuèrent la première échographie du cœur[55].

Sport[modifier | modifier le code]

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Morphologie urbaine[modifier | modifier le code]

Quartiers[modifier | modifier le code]

Quartiers de Lund

Lund est divisé administrativement en 14 quartiers. La population indiquée est celle à la date du 31 décembre 2008[56]:

  • Centrala staden (13 782 hab.) : ce quartier correspond essentiellement à la ville délimitée par l'ancien mur (indiqué en pointillés sur la carte). C'est encore le quartier le plus peuplé de la ville.
  • Möllevången (2 208 hab.)
  • Norra Fäladen (11 927 hab.)
  • Tuna (3 945 hab.)
  • Östra Torn/Mårtens Fälad (9 121 hab.)
  • Linero (5 792 hab.)
  • Järnåkra/Nilstorp (5 726 hab.)
  • Klostergården (5 245 hab.)
  • Väster (10 652 hab.)
  • Värpinge (2 136 hab.)
  • Kobjer (1 711 hab.)
  • Gunnesbo (3 812 hab.)
  • Nöbbelöv (3 514 hab.)
  • Vallkärratorn/Stångby (1 407 hab.)
  • Torns glesbygd (1 411 hab.)

Espace verts[modifier | modifier le code]

Lundagård, avec Kungshuset à gauche

Le plus ancien parc de la ville est Lundagård, situé en plein centre-ville, près de la cathédrale de Lund. Il a pour origine un jardin gérés par les évêques de Lund au Moyen Âge, mais qui fut transféré à la couronne lors de la réforme, qui y construit alors Kungshuset (la maison du roi)[57]. Ce bâtiment devint ensuite le bâtiment principal de l'université de Lund[57]. Le jardin tel qu'il apparaît actuellement est principalement dû aux travaux de Carl Hårleman entre 1730 et 1749[58].

Un grand nombre de parcs de la ville datent du XIXe siècle. En effet, historiquement, la ville avait un caractère de village rural, avec beaucoup de jardins, mais au cours du XVIIIe siècle, la densité de la ville s'est fortement accrue, et les jardins furent rapidement remplacés par des bâtiments résidentiels et industriels[59]. En réaction à ceci, durant le siècle suivant, les parcs et espaces verts passent au centre de la politique d'urbanisme de la ville[59]. C'est à cette époque que le mur d'enceinte qui entourait jusque là Lundagård fut abattu[58], et lorsque le mur qui entourait alors la ville fut presque intégralement abattu pour permettre l'extension de la ville, il est remplacé par des grands boulevards bordés d'arbres, et les nouveaux quartiers font la part belle aux parcs[59]. Le parc de la ville (Stadsparken) fut établie par la société du parc (Parkbolaget) en 1860, au sud-ouest de la ville, traversée par une des seules parties encore debout de l'ancien mur, puis en 1879, le jardin botanique de Lund fut transféré à l'est de la ville[59].

Dans la première moitié du XXe siècle, l'accroissement du nombre de parcs suivit la croissance de la ville, et les terrains de jeux firent leur apparitions[59]. Après la Seconde Guerre mondiale, et en particulier avec le programme million, la distinction entre zone bâtie et parcs devint plus floue, des espaces verts s'intercalant entre chaque immeuble[59]. Quelques grands parcs firent cependant leur apparition dont en particulier Sankt Hans backar (les collines de Sankt Hans), au nord de la ville[59].

Projets[modifier | modifier le code]

Le plus important projet de construction dans la ville est appelé Lund North East. Il s'agit d'un important projet d'aménagement de 100 hectares dans la zone autour de Brunnshög, au nord-est de Lund[60]. Le quartier se développera autour de la future ESS (source européenne de spallation) et du synchrotron MAX-lab IV[60], qui constitueront les plus importants instruments de recherche de Suède[61]. Le projet prévoit la construction progressive de 3 000 logements et de plusieurs entreprises et organisations permettant d'employer plus de 20 000 personnes d'ici à 2025[62].

Transports[modifier | modifier le code]

Transport urbain[modifier | modifier le code]

Réseau routier[modifier | modifier le code]

Carte de Lund, on distingue nettement que les principales voies entourent le centre de la ville sans le franchir

Le réseau routier au sein de la ville reflète les changements au cours du temps des idées d'urbanisation ainsi que le fait que peu de travaux ont abouti comme ils étaient prévus.

Il y eut assez peu de modifications du réseau routier dans la vieille ville, les principaux développements se faisant en périphérie. Un des rares exemples d'une "percée de la rue" fut la rue Kyrkogatan, près de la cathédrale en 1702[63]. Avant la création de la rue, le trafic nord-sud était détourné à l'ouest[63]. Le gouvernement suédois voulait une ville avec un réseau en grille régulière, mais ces plans n'ont jamais été réalisé à part cette unique rue, et Lund conserva son agencement médiéval[64]. Ainsi, traverser la ville dans le sens nord-sud devint bien plus facile que dans le sens est-ouest.

Pour faire face à l'augmentation de trafic, fut construit en 1934, au sud de la ville, la double-voie Södra Ringen. Avec l'expansion de la ville, cette route fait maintenant partie de la ville, mais initialement, elle était au-delà de ses frontières. De même, lorsque la route Autostradan (devenue par la suite la E22) fut construite, elle se situait en dehors de la ville, et ne fut absorbée que par la suite. La construction continua à l'extérieur de la ville avec la Norra Ringen, au nord de la ville, mais les écologistes s'opposèrent à une extension à l'est.

Durant les années 1960, il fut proposé de créer une route importante traversant le centre ville dans le sens est-ouest (nommé Genombrottet)[64]. Mais le plan fut finalement refusé, et le mouvement fut même inverse, le réseau de rues de la ville devenant protégé[64]. De nombreuses rues du centre ville furent alors interdites au trafic. Ainsi en 1971, Stora Södergatan fut fermé au voitures, et en 1985, une nouvelle étude conduit à la fermeture de plusieurs autres rues[64]. Le principal problème de circulation en centre ville se situe sur la rue Bangatan, qui longe la gare, où les nombreux taxis et autobus se mêlent aux voitures dans de longs embouteillages[65]. La création dans les années 1990 de la Västra Stationtorget, à l'ouest de la gare ne produit pas le désengorgement espéré[65].

Vélo[modifier | modifier le code]

Le vélo est l'un des moyens de transport les plus importants de Lund. Environ 22 000 cyclistes traversent chaque jour le centre-ville[66], et 45 % de la population utilise le vélo pour se rendre à leur travail[67]. Ainsi, en dix ans, il n'y a pas eu d'augmentation de trafic automobile[67].

Le nombre important d'étudiant est une des raisons de cet engouement, mais pas seulement. Depuis les années 1960, la politique des transports à Lund a changé, privilégiant largement le vélo à la voiture. Ainsi par exemple, entre 1998 et 2010, la commune a investi 80 million de couronnes (soit environ 9 million d'euros) pour favoriser le transport à vélo, que cela soit la création de nouvelles pistes cyclables, l'amélioration des pistes existantes, la création de parkings à vélos[68]... Ainsi, la ville comptait en 2009 160 km de pistes cyclables et 5 000 places de parking à vélo[67], dont un parking surveillé (Lundahoj) près de la gare depuis 1996.

Bus[modifier | modifier le code]

Un bus près de Botulfplatsen à Lund

Contrairement à la plupart des autres villes de Suède, la ville de Lund est gestionnaire de son système de bus, et peut choisir quelle entreprise va exploiter ses lignes.

Lund reçut ses premiers bus en 1927, construits par Tidaholms Bruk et gérés par l'entreprise Stadsomnibussarna i Lund. Il n'y avait alors qu'une seule ligne. En 1933, Stadsomnibussarna i Lund fait faillite, et le trafic est repris par Andersson och Mårtensson. En 1939, trois lignes sont exploitées dans la ville. En 1940, du fait du rationnement pendant la Seconde Guerre mondiale, seul un bus circule dans Lund. En 1941, le réseau est acheté par AB Linjebuss. Le trafic reprit en 1946, avec deux nouvelles lignes, et pour la première fois des numéros de bus. En 1950, les bus prennent leur couleur bleue, qu'ils garderont jusqu'aux années 1990.

Dans les années 1960, le réseau s'étend, pour faire face à l'extension de la ville. En 1967, avec le changement de sens de conduite en Suède, l'arrêt central de Lund passe de Stortorget (la grande place) à Botulfsplatsen. En 1987, deux bus de nuit sont mis en place. Devant leur succès, d'autres sont créés. Ces lignes sont remplacées en 2003 par des simples extensions des horaires des lignes de jour. En 1994 Swebus prend en charge le trafic, puis en 1998, c'est de nouveau Linjebuss, qui appartient maintenant à Veolia Transport, et en 1999, ce fut le tour d'Arriva. Avec l'arrivée d'Arriva, les bus furent remplacés par des bus au gaz naturel. En 2003 fut ouverte la ligne Lundalänken, entre la gare centrale de Lund, l'hôpital universitaire de Lund, LTH, Ideon et Brunnshög (où se situe les bureaux de recherche et développement de Sony Ericsson).

En 2005, les principales lignes furent prises en charge par Bergkvarabuss. Dans le même temps, la coopération avec le réseau régional Skånetrafiken fut renforcée, amenant à l'achat de Mercedes-Benz Citaro, mieux adapté aux personnes handicapées de couleur verte, comme les autres villes de Scanie et le changement du nom du réseau en Lund Stadsbuss, similaire au noms des autres réseaux urbains de Scanie. Enfin, le système de tickets fut uniformisé avec le reste de la région.

De nos jours, il y a environ 400 arrêts à Lund[69], les plus importants en termes de desserte étant Botulfsplatsen, la gare centrale, et l'hôpital. Le trafic urbain est pris en charge par les bus verts, assurant 7,1 millions de trajets en 2009[69]. Tous les bus fonctionnent au gaz naturel[69].

Tramway[modifier | modifier le code]

L'idée d'un tramway à Lund est née en 1905[70]. L'idée initiale était un réseau comprenant trois lignes, totalisant 3,6 km. L'idée fut modifiée pour ne comprendre que 2 lignes, mais pour une longueur cette fois ci de 5,6 km. Cependant l'idée ne fut jamais mise en place, pour des raisons financières[70].

Cependant, en 2009, l'idée d'une ligne de tramway a été relancée. Lors de la création de la ligne de bus Lundalänken, reliant la gare centrale aux principaux lieux de travail de Lund (l'hôpital universitaire de Lund, Ideon, ...), sa possible future transformation en ligne de tramway fut prise en compte[70]. Depuis, le trafic sur cette ligne a fortement augmenté, et avec le développement de Lund North East, incluant l'European Spallation Source, il est prévu qu'il augmente encore[71]. L'objectif actuel est de convertir cette ligne de bus en ligne de tram d'ici 2014[71].

Transport extérieur[modifier | modifier le code]

Transport routier[modifier | modifier le code]

Lund a de tout temps été un point important dans les communications de la région.

La première autoroute de Suède, devenue par la suite la E22, fut construite en 1953, entre Malmö et Lund. Lund est aussi connectée aux routes principales de la région, par exemple à la E6/E20 par la Riksväg 16, et à l'E65 par la Länsväg 108.

Le trafic de bus régional est effectué par les bus jaunes, assurant dans les environs de Lund 7,5 millions de trajet en 2009[72]. Les trains, les bus régionaux et les bus urbains utilisent le même système de tarification par zone, et il n'est, ainsi, pas nécessaire de changer de ticket entre les différents modes de transport en Scanie et même au Danemark avec les Øresundståg (trains de l'Øresund).

Chemins de fer[modifier | modifier le code]

La gare centrale de Lund

Le chemin de fer entre Malmö et Lund, premier chemin de fer en Suède, a été inaugurée le 1er décembre 1856, et prolongée ensuite pour devenir la Södra stambanan (Malmö-Stockholm)[73]. D'autres lignes se sont ensuite développées: Lund-Staffanstorp-Klågerup-Svedala-Trelleborg en 1875[74], Lund-Kävlinge en 1886[75], qui s'est étendue par la suite pour devenir la Västkustbanan (Lund-Göteborg), Lund-Bjärred en 1901[76] et Lund-Södra Sandby-Revingeby-Harlösa en 1906.

De nos jours, plusieurs de ces lignes sont fermées. La ligne Lund-Harlösa fut arrêtée en 1964, et les voies furent retirées. La section Lund-Södra Sandby est maintenant reconvertie en piste cyclable. La ligne Lund-Kävlinge, fréquemment utilisée par les étudiants pour aller se baigner, fut fermée en 1939. Enfin, la ligne Lund-Trelleborg fut fermée en 1965, mais est toujours utilisée par Tetra Pak pour le transport de marchandises.

Malgré ces fermetures, Lund reste un nœud ferroviaire. En effet, c'est au niveau de Lund que les deux grandes lignes Västkustbanan et Södra stambanan se séparent, ce qui signifie que l'on peut rejoindre les trois plus grandes villes de Suède sans correspondances. De plus, depuis l'ouverture de l'Øresundsbron, les trains Øresundståg relient les principales villes de Scanie, incluant Lund, à Copenhague et Helsingør.

La gare principale de Lund est situé dans le centre de la ville, et voit transiter chaque jour 25 000 personnes[77], soit l'équivalent du tiers de la population de la ville. Il y avait trois autres gares dans la ville: Lunds västra, Lunds östra et Lunds södra, dont seule la dernière existe toujours bien qu'elle ne soit plus desservie. Dans le reste de la municipalité, se trouvent les gares de Gunnesbo et Stångby desservies par les trains locaux. Il y avait auparavant aussi une station à Dalby et à Veberöd, toutes deux sur la ligne Malmö-Staffanstorp-Dalby-Veberöd-Sjöbo-Tomelilla-Simrishamn.

Aéroports[modifier | modifier le code]

Jusqu'en 2008, il existait un petit aérodrome, situé à 2,5 km au sud de Lund (Hasslanda Flygfält). Il fut créé en 1964 et était réservé aux avions privés[78]. Une zone industrielle sera créée à la place[78].

Lund est située à 26 km de l'aéroport de Malmö, principalement utilisé pour les vols domestiques, mais aussi par certaines compagnie aérienne à bas prix. Cet aéroport figure parmi les cinq plus importants de Suède en termes de trafic, avec 1 527 220 passagers en 2009[79]. Enfin, depuis l'ouverture du pont de l'Öresund, la ville est à moins de une heure de train de l'Aéroport de Copenhague, qui est le plus important aéroport des pays nordiques[80].

Culture et patrimoine[modifier | modifier le code]

Patrimoine architectural[modifier | modifier le code]

La cathédrale de Lund[modifier | modifier le code]

La cathédrale de Lund

Beaucoup d'églises et d'abbayes furent bâties lorsque Lund était le siège de l'archevêché, aux XIIe et XIIIe siècles. Il y eut jusqu'à vingt-sept églises[81], mais beaucoup d'entre elles furent détruites lorsque la Réforme arriva en Suède en 1536.

La cathédrale de Lund échappa cependant à la destruction, même si certains objets lui furent subtilisés. Bien que sa date de construction ne soit pas connue avec certitude, elle se situe probablement au début du XIIe. Elle fut construite en grès, prélevé dans une carrière située à Höör[82], à quelques kilomètres de là, selon un style principalement roman lombard et de la région du Rhin[83]. Le maître-autel de la crypte fut consacré en 1123. La cathédrale et le maître-autel furent consacrés à saint Laurent le 1er septembre 1145 par l'archevêque Eskil.

La cathédrale subit plusieurs rénovations importantes, modifiant son aspect. Entre 1510 et 1524, l'artiste allemand Adam van Düren ajouta à l'édifice de nombreuses sculptures en pierre, et construisit un sarcophage pour l'archevêque Birger Gunnersen[84]. Mais c'est à la fin du XIXe siècle que la cathédrale prit son aspect actuel, grâce à la rénovation majeure menée par Helgo Zettervall, qui affecta particulièrement la façade ouest, ainsi que les tours qui furent entièrement reconstruites.

L'église contient plusieurs éléments artistiques, dont une grande partie provient du Moyen Âge. Ainsi, dans les années 1370, des stalles gothiques furent installées dans le chœur. En 1398, un retable en bois gothique fut placé dans la chapelle principale. Autour de l'année 1424, une horloge astronomique fut installé dans la nef. La crypte, en grande partie inchangée depuis sa consécration, contient aussi une originalité : deux de ses piliers relatent l'histoire de Finn le géant, fondateur légendaire de la cathédrale.

Avec 700 000 visiteurs en 2008, la cathédrale est la principale attraction touristique de la ville de Lund, et un des 20 sites les plus visités de Suède[85].

Moyen Âge[modifier | modifier le code]

Le caractère médiéval de Lund est facilement repérable à travers les rues et les ruelles de son centre ville, restées identiques pendant les siècles. Pendant les années 1960, il était prévu de construire une autoroute à travers le centre-ville. En conséquence, en 1958, quelques maisons du centre-ville furent détruites. L'opinion prit toutefois un autre tour quelques années plus tard, et en 1968, une loi fut votée contre ce projet, et Lund échappa à la destinée de Klarakvarteren à Stockholm.

Outre la cathédrale de Lund, déjà évoquée, certains bâtiments médiévaux existent encore. Ils se caractérisent par une architecture assez similaire, typique de l'architecture danoise de l'époque. Les principaux exemples sont Sankt Peters Klosters kyrka, une église construite au XIVe siècle, Krognoshuset édifié XIVe siècle[86], faisant probablement à l'époque partie d'un grand bâtiment dont la cour intérieure comprenait l'intégralité de l'actuelle place Mårtenstorget[87], Liberiet, construit aux alentours du XVe siècle ayant abrité pendant une certaine période la bibliothèque universitaire de Lund[88], et Stäket, datant du XVIe siècle[86], abritant de nos jours un restaurant.

Les XVIe et XVIIe siècles furent une période de déclin à Lund, et peu de bâtiments notables furent construits à cette époque. On peut cependant citer Kungshuset à Lundagård, construit pour le roi Frédéric II de Danemark entre 1578 et 1584[57] et le bâtiment Charles XII de Katedralskolan[86]. Certaines maisons à colombage furent aussi construites à cette époque, dont Wickmanska gården[86], ravagé par un incendie en 2002, mais reconstruite dans le même style, est l'une des plus connues.

XVIIIe et XIXe siècles[modifier | modifier le code]

Les XVIIIe et XIXe siècles furent une période de renouveau pour Lund, en particulier entraîné par le développement de son université. De nombreux bâtiments furent ainsi construits, et la majorité des bâtiments du centre-ville datent de cette période.

L'université étant un des moteurs de cette expansion, son patrimoine immobilier s'est considérablement accru. L'université ne possédait presque que Kungshuset, mais l'augmentation de son nombre d'étudiant lui impose l'obtention de nouveaux bâtiments. Une bonne partie de ces bâtiments ont comme architecte Helgo Zettervall, qui venait de rénover la cathédrale, parmi lesquels, on peut citer le bâtiment principal, Palaestra et Odeum, Gamla kirurgen[89].

Mais bien d'autres bâtiments universitaires furent construits durant cette période, par divers architectes. Notons en particulier l'AF-Borgen, centre de la vie étudiante, la bibliothèque universitaire de Lund (en réalité en 1907), et bien d'autres.

Mais l'université ne fut pas la seule à profiter de cette expansion. De nombreux bâtiments furent construits à cette époque, souvent à plusieurs étages, tels que la gare centrale de Lund, le Grand Hôtel de Lund, le bâtiment principal de Katedralskolan, l'église de Tous-les-Saints, et de nombreux autres. C'est aussi à cette époque que les petites rues pavillonnaires du centre de Lund prirent leur visage actuel. Bien que ne comprenant pas d'imposant monuments, elles possèdent un charme particulier, qui incite à les parcourir, en particulier dans le quartier Kulturkvadranten, à proximité de Kulturen.

Vie culturelle[modifier | modifier le code]

Musées[modifier | modifier le code]

Maison pauvre du Småland du début du XXe siècle, dans le musée Kulturen

Lund possède plusieurs musées, dont le plus visité, avec environ 100 000 visiteurs par an[90], est Kulturen. Ouvert au public en 1892, c'est l'un des plus anciens musée de plein-air au monde, et le deuxième plus ancien de Suède après Skansen, à Stockholm[91]. Le concept du musée est de préserver l'habitat, les outils, vêtements et autres reliques du mode de vie populaire suédois du XVIe au XXe siècle. Le musée contient plusieurs sites, dont le principal est au centre de Lund, près de Lundagård contenant une exposition couverte Metropolis. Lund au Moyen Âge, contenant plusieurs objets issus de fouilles archéologiques effectuées à Lund, et le musée de plein-air contenant une trentaine de bâtiments diverses[91], dont l'aspect extérieur ainsi que l'aménagement intérieur illustre le mode de vie de différentes classes sociales à différentes époques en Suède. Ces bâtiments sont originaires de toute la Suède, et ont été démontés de leur emplacement d'origine, puis remontés à l'identique sur le site du musée[91].

Mais le musée administre d'autres sites à Lund, tels que le musée Tegnér, dans l'ancienne maison du poète et écrivain Esaias Tegnér[92], l'épicerie Hökeriet datant de 1855[93] et le musée Drottens Kyrkoruin contenant les ruines d'une ancienne église en pierre datant d'environ 1050[17]. Enfin, le site possède le site Kulturens Östarp, une ancienne ferme de Scanie, qui fut laissé dans son site d'origine, et non déplacée à Lund comme les autres.

Le département de zoologie, abritant le musée zoologique

Hormis Kulturen, la plupart des musées de Lund appartiennent à l'université de Lund. En particulier, trois d'entre eux ont pour origine le cabinet de curiosités créé par Kilian Stobaeus et donné à l'université de Lund en 1735[94]. Le musée comprenait une collection d'animaux de toute sorte, gastéropodes, insectes, objets géologiques, ethnographiques, archéologiques[95]... Cette collection était entreposée à Kungshuset, dans le Lundagård. La collection s'étant accrue, elle fut divisée en 1805 entre trois musées: le musée historique de Lund, le musée zoologique de Lund et le musée botanique de Lund[94]. Chacun de ces musées s'est ensuite agrandi séparément. Le musée historique reçu en particulier de nombreux objets, issus de fouilles à Uppåkra, tandis que le musée zoologique recevait de nombreuses collections privées, dont en particulier celles de ses prestigieux directeurs, parmi lesquels on peut citer Anders Jahan Retzius et Sven Nilsson, qui, tout comme Kilian Stobaeus, ont donné leur noms au différents étages du musée[95].

L'université possède aussi un musée unique en son genre: le musée des esquisses. Il fut fondée en 1934 par Ragnar Josephson, professeur d'histoire de l'art de l'université de Lund, avec comme but de montrer le chemin entre l'idée de l'artiste et l'œuvre achevée[96]. Il ouvrit au public pour la première fois en 1941 et depuis sa collection s'est accrue, avec des 30 000 esquisses[96] de tout genre (sculpture, peinture...) provenant d'artistes de toute nationalité, dont plusieurs artistes français, comme Fernand Léger, Henri Matisse, Pierre Puvis de Chavannes, Maurice Denis[97]...

Théâtre[modifier | modifier le code]

Lunds Stadsteater

Lund possède plusieurs salles de théâtre. La principale d'entre elle est Lunds Stadsteater, située en centre ville. Elle peut accueillir 491 personnes, dont 81 en balcon[98]. À proximité, sur Stortorget se situe Lilla teatern (le petit théâtre), pouvant accueillir environ 100 personnes[99]. L'association commença en 1933, comme un théâtre étudiant Lunds Studentteater, initialement dans le bâtiment AF-Borgen, sur Lundagård[100]. Autour de 1960, le théâtre se divisa, une partie prenant le nom Lilla teatern, tandis que la seconde conserva le nom Lunds Studentteater. Ce premier théâtre déménagea plusieurs fois, et s'installa en 1990 dans le bâtiment actuel, donné par la municipalité[99]. Lunds Studentteater existe encore, et est toujours dans le bâtiment AF-Borgen. Enfin, toujours en centre ville, se trouve Månteatern, fondé en 1986[101].

Comme toutes les villes étudiantes de Suède, Lund a une longue tradition de spex, et le groupe Lundaspexarna, est même l'un des groupes de spex les plus connus. Le groupe a été fondé en 1886, et compte actuellement une centaine d'étudiants, effectuant deux représentations par an dans le bâtiment AF-Borgen[102].

Personnalités liées à la ville[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  • (sv) Ragnar Blomqvist, Lunds historia, t. 1, medeltiden, Lund, Gleerups,‎ 1951
  1. a et b p33
  2. p14
  3. p9-10
  4. p21
  5. p28-29
  6. p30
  7. p264
  8. a et b p51
  9. a, b, c, d et e p67
  10. a et b p52
  11. p81
  12. p60
  13. p54
  14. p84
  15. p109
  16. a et b p261-262
  17. a, b et c p266
  18. a et b p292
  19. p290
  20. p293
  21. p287
  22. p324-325
  23. a, b et c p. 144
  24. a et b p146
  25. a et b p. 147
  26. p148
  • (sv) Ragnar Blomqvist, Lunds historia, t. 2, Nyare tiden, Lund, Gleerups,‎ 1978 (ISBN 91-40-04391-6)
  1. p5
  2. a et b p21
  3. a et b p22
  4. p. 23
  5. p26
  6. a, b, c et d p35-36
  7. a et b p43
  8. p112
  9. p115-117
  10. a et b p120
  11. a, b, c et d p121
  12. p137
  13. p122
  14. p123
  15. p126
  16. a, b et c p150
  17. p151
  18. a, b et c p153
  19. a et b p155
  20. a, b et c p156
  21. p157-158
  22. p. 163
  23. p. 169
  24. p. 191-192
  25. a et b p. 195-196
  26. a, b et c p. 197
  27. p. 198-199
  28. p. 202
  29. a et b p. 206
  30. a et b p140
  31. p142
  32. p. 141
  33. a, b et c p144
  34. p142
  35. p147
  36. p. 180
  37. a et b p. 185
  38. p. 186
  • Autres
  1. (sv) « Folkmängd i riket, län och kommuner 30 juni 2010 och befolkningsförändringar 1 januari - 30 juni 2010 », sur Bureau central des statistiques suédoises (consulté le 2 avril 2011)
  2. (en) Adrian Room, Placenames of the World: Origins and Meanings of the Names for 6, 600 Countries, Cities, Territories, Natural Features and Historic Sites, McFarland & Co Inc; 2nd Revised edition edition,‎ décembre 2005
  3. (fr) Auguste Longnon, Les noms de lieu de la France; leur origine, leur signification, leurs transformations,‎ 1920 (lire en ligne), p. 287
  4. a, b et c (en) « Uppåkra & Lund », sur Uppåkra (consulté le 31 décembre 2010)
  5. a et b (sv) « Lund Avståndstabell », sur Avståndstabell (consulté le 23 mars 2011)
  6. (en) « Population », sur Tendens Øresund (consulté le 8 décembre 2010)
  7. (en) « What is the Øresund Region? », sur Øresundsregionen (consulté le 8 décembre 2010)
  8. a, b et c (en)Lars Bärring, Peter Jönsson, Jan O. Mattsson et Richard Åhman, « Wind erosion on arable land in Scania, Sweden and the relation to the wind climate—a review », CATENA,‎ 2003 (lire en ligne)
  9. (sv) « Skördar », sur Institut suédois des statistiques (consulté le 27 novembre 2010)
  10. a et b (en)M. Erlström, S. A. Thomas, N. Deeks, et U. Sivhe, « Structure and tectonic evolution of the Tornquist Zone and adjacent sedimentary basins in Scania and the southern Baltic Sea area », Tectonophysics,‎ 1997 (lire en ligne)
  11. (sv) « S:t Hans backar och park », sur Lunds kommun (consulté le 23 mars 2011)
  12. (sv)« Här ska gröna Lund växa fram », Sydsvenskan,‎ 2010 (lire en ligne)
  13. (sv) « Snö », sur SMHI (consulté le 8 avril 2011)
  14. a, b, c et d (sv) Birgitta Hårdh, Lars Larsson, Uppåkra - Lund före Lund, Lund : Föreningen Gamla Lund,‎ 2007
  15. (en) « Uppåkra settlement », sur Uppåkra (consulté le 9 avril 2010)
  16. (sv) K. Arne Blom, Claes Wahlöö et Birgitta Odén, Lund - metropol : Lund under tusen år, P.-H. Ohlsson,‎ 2003
  17. a et b (sv) « Drottens Kyrkoruin », sur Kulturen (consulté le 8 décembre 2010)
  18. a, b et c (sv) « Katedralskolan – En mini-historik av Örjan Paulin », sur Lunds kommun (consulté le 12 avril 2011)
  19. (sv) « Lunds historia », sur Lunds kommun (consulté le 17 avril 2011)
  20. (sv) « Stadsvallen », sur Kulturportal Lund (consulté le 17 avril 2011)
  21. (sv) « Lunds universitet », sur Terra Scaniæ (consulté le 22 mai 2011)
  22. (sv) « Idéernas Lund », sur Lunds kommun (consulté le 10 avril 2011)
  23. (en) Adrian Thomas,Arpan K. Banerjee,Uwe Busch, Classic papers in modern diagnostic radiology (lire en ligne), p. 171-172
  24. (fr) « Historique de la ventilation non invasive », sur Journées d'enseignement post-universitaire (consulté le 10 avril 2011)
  25. (en) « Our history - text version », sur Tetra Pak (consulté le 10 avril 2011)
  26. a et b (fr) « L'histoire de Tetra Pak », sur Tetra Pak (consulté le 10 avril 2011)
  27. (en) « Nils Alwall, the artificial kidney and Gambro », sur Faculté de médecine de l'université de Lund (consulté le 10 avril 2011)
  28. (fr) « L'histoire de Gambro », sur Gambro (consulté le 10 avril 2011)
  29. (fr) « Gambro en bref », sur Gambro (consulté le 10 avril 2011)
  30. (en) « The history of bluetooth », sur Ericsson (consulté le 10 avril 2011)
  31. a et b (sv) « Lund », sur Astra Zeneca (consulté le 10 avril 2011)
  32. (fr) « 125 ans au service de l'innovation », sur Alfa Laval (consulté le 10 avril 2011)
  33. a et b (en) « History », sur Ideon (consulté le 10 avril 2011)
  34. (en) « Facts », sur Ideon (consulté le 10 avril 2011)
  35. a, b et c (sv) « Näringslivsfakta », sur Lunds kommun (consulté le 1 mai 2011)
  36. a et b (sv) « Lund 2010 kommunfakta », sur Lunds kommun (consulté le 23 décembre 2010)
  37. a et b (sv) « Lund i siffror », sur Lunds kommun (consulté le 1 mai 2011)
  38. (sv) « Tätorter 2010 », sur Bureau central des statistiques de Suède (consulté le 25 juin 2011)
  39. (sv) « Tätorternas landareal, folkmängd och invånare per km2 2000 och 2005 », sur Bureau central des statistiques de Suède (consulté le 20 novembre 2010)
  40. (fr) « Classement des villes par densité », sur Toutes les villes (consulté le 1 avril 2011)
  41. a et b (sv) « Tabeller över Sveriges befolkning 2009 », sur Bureau central des statistiques de Suède (consulté le 22 mai 2011)
  42. (sv) « Storstadsområden med ingående kommuner i alfabetisk ordning », sur Bureau central des statistiques de Suède (consulté le 22 avril 2011)
  43. (sv) « Lunds befolkningsutveckling 1570-1995 », sur Historiska institutionen Stockholm Universitet (consulté le 29 décembre 2010)
  44. (sv) « Tätorter 1960-2005 », sur Statistiska centralbyrån (consulté le 29 décembre 2010)
  45. (sv) « Kommuner med högst och lägst medelålder, 31 december 2010 jämfört med 31 december 2009 », sur Statistiska centralbyrån (consulté le 22 mai 2011)
  46. (sv) « Tabeller över Sveriges befolkning 2009, Län, storstadsområden, riksområden och landskap », sur Statistiska centralbyrån (consulté le 29 décembre 2010)
  47. a, b et c (sv) « Utländska medborgare i Lunds kommun den 31 december 2006 », sur Lunds kommun (consulté le 22 mai 2011)
  48. (sv) « Befolkningens utbildning 2008 », sur Statistiska centralbyrån (consulté le 1 mai 2011)
  49. (sv) « Välkommen till gymnasieskolorna i Lund! », sur Lunds kommun
  50. (en) « Rankings facts and figures », sur Université de Lund (consulté le 8 avril 2011)
  51. (en) « A brief history », sur Université de Lund (consulté le 8 avril 2011)
  52. (en) « Lund University », sur Top Universities (consulté le 8 avril 2011)
  53. (sv) « Sjukhusets historia », sur Skånes universitetssjukhus (consulté le 29 décembre 2010)
  54. (sv) « Sjukhuset i siffror », sur Skånes universitetssjukhus (consulté le 29 décembre 2010)
  55. (en) « Inge Edler and Carl Hertz, history of ultrasonography », sur Obstetric ultrasound (consulté le 10 avril 2011)
  56. (sv) « Välfärdsbeskrivning Lunds kommun 2008 », sur Lunds kommun (consulté le 8 avril 2011)
  57. a, b et c (sv) « Kungshuset i Lundagård », sur Kultur portal Lund (consulté le 26 mars 2011)
  58. a et b (sv) « Lundagård med Universitetsplatsen, Tegnérsplatsen och Krafts torg », sur Lunds kommun (consulté le 26 mars 2011)
  59. a, b, c, d, e, f et g (sv) « Parkernas historia », sur Lunds kommun (consulté le 8 avril 2011)
  60. a et b (en) « Lund NE », sur Lund North East (consulté le 1 mai 2011)
  61. (en) « MAX IV and ESS », sur Université de Lund (consulté le 1 mai 2011)
  62. (sv) « Tidplan - Milstolpar », sur Lunds kommun (consulté le 1 mai 2011)
  63. a et b (sv) « Kyrkogatan, Lund », sur Kulturen (consulté le 22 mai 2011)
  64. a, b, c et d (en)(sv) « http://www.tft.lth.se/fileadmin/tft/dok/publ/5000/Thesis128CWscr.pdf », sur Lund Tekniska Högskolan (consulté le 22 mai 2011)
  65. a et b (sv)« Ingen lösning i sikte på stans värsta trafikpropp », Sydsvenskan,‎ 2005 (lire en ligne)
  66. (sv) « Lundacyklisten i siffror », sur Lunds kommun (consulté le 29 novembre 2010)
  67. a, b et c (en) « The city where bicycles dominate », sur BBC News,‎ 3 décembre 2009 (consulté le 29 novembre 2010)
  68. (sv) « Cyklist », sur Lunds kommun (consulté le 29 novembre 2010)
  69. a, b et c (sv) « Om Lunds stadsbuss », sur Lunds kommun (consulté le 24 novembre 2010)
  70. a, b et c (sv) « Spårvägsplaner i Lund », sur PG's world (consulté le 23 Novembre 2010)
  71. a et b (sv) « Spårvagn 2014? », sur Lunds kommun (consulté le 23 novembre 2010)
  72. (sv) « Resandeutveckling 2008 - 2009 », sur Skånetrafiken (consulté le 24 novembre 2010)
  73. (sv) « Malmö-Nässjö-Mjölby-Norrköping-Katrineholm », sur Järnväg (consulté le 17 avril 2011)
  74. (sv) « MTJ, Malmö - Trelleborgs Järnväg », sur Historiskt om svenska järnvägar (consulté le 17 avril 2011)
  75. (sv) « Förändringar år 1886 », sur Historiskt om svenska järnvägar (consulté le 17 avril 2011)
  76. (sv) « Lund - Bjärreds Järnväg, LBJ », sur Historiskt om svenska järnvägar (consulté le 17 avril 2011)
  77. (sv)« Lunds station blir säkrare med bredare plattformar », Sydsvenskan,‎ 20 novembre 2008 (lire en ligne)
  78. a et b (sv) « Slutlandat i Lund », sur Aeroklubben (consulté le 17 avril 2011)
  79. (en) « Annual Report 2009 », sur Luftfartsverket (consulté le 17 avril 2011)
  80. (en) « Copenhagen airport facts », sur Copenhagen Airport (consulté le 17 avril 2011)
  81. (sv) « Kyrkor och kyrkogårdar », sur Svenska Kyrkan (consulté le 2 décembre 2010)
  82. (sv) « En kyrka i ständig förändring », sur Lunds domkyrkan (consulté le 7 Novembre 2010)
  83. (fr)Ernest Wrangel et Marcel Dieulafoy, « La cathédrale de Lund », Comptes-rendus des séances de l'année - Académie des inscriptions et belles-lettres,‎ 1913, p. 317-326
  84. (sv) « Nordens främsta romanska katedral », sur Svenska kyrkan (consulté le 7 novembre 2010)
  85. (sv) « Fakta om turistnäringen », sur Visit sweden (consulté le 18 janvier 2011)
  86. a, b, c et d « Byggnadsminnen i Skåne län », sur Länsstyrelsen (consulté le 2 décembre 2010)
  87. (sv) « Krognoshuset », sur Konstföreningen AURA (consulté le 2 décembre 2010)
  88. (sv) « 1600-Talet », sur Universitetsbiblioteket (consulté le 30 novembre 2010)
  89. (sv) « Zettervall », sur Nordisk Familjebok (consulté le 2 décembre 2010)
  90. (sv) « Museer & Konsthallar 2008 », sur Kulturrådet (consulté le 8 décembre 2010)
  91. a, b et c (fr) « Bienvenue au Kulturen in Lund », sur Kulturen (consulté le 8 décembre 2010)
  92. (sv) « Tegnérmuseet », sur Kulturen (consulté le 8 décembre 2010)
  93. (sv) « Hökeriet », sur Kulturen (consulté le 8 décembre 2010)
  94. a et b (sv) « Historik », sur Lunds Universitets Historiska Museum (consulté le 5 décembre 2010)
  95. a et b (sv) « Zoologiska museets historia », sur Zoologiska museets i Lund vänner (consulté le 5 décembre 2010)
  96. a et b (en) « A short history of the museum of sketches », sur Skissernas museum (consulté le 8 décembre 2010)
  97. (en) « Permanent exhibitions », sur kissernas museum (consulté le 8 décembre 2010)
  98. (sv) « Lunds Stadsteater », sur Öresundsregionen (consulté le 22 décembre 2010)
  99. a et b (sv) « Vad är Lilla teatern? », sur Lilla teatern (consulté le 22 décembre 2010)
  100. (sv) « Lilla teaterns historia - ett axplock », sur Lilla teatern (consulté le 22 décembre 2010)
  101. (sv) « Månteatern - Historik », sur Månteatern (consulté le 22 décembre 2010)
  102. (sv) « Om Lundaspexarna », sur Lundaspexerna (consulté le 22 décembre 2010)

Sur les autres projets Wikimedia :