Potosí

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Potosí (homonymie).
Potosí
Blason de Potosí
Héraldique
Drapeau de Potosí
Drapeau
Image illustrative de l'article Potosí
Administration
Pays Drapeau de la Bolivie Bolivie
Département Flag of potosi.svg Potosí
Province Tomás Frías
Maire René Joaquino
Démographie
Gentilé Potosinos/as
Population 164 480 hab. (2007)
Densité 1 391 hab./km2
Géographie
Coordonnées 19° 35′ 00″ S 65° 45′ 00″ O / -19.5833, -65.7519° 35′ 00″ Sud 65° 45′ 00″ Ouest / -19.5833, -65.75  
Altitude 4 070 m
Superficie 11 821,8 ha = 118,218 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Bolivie

Voir sur la carte Bolivie administrative
City locator 14.svg
Potosí

Potosí est une ville de Bolivie et la capitale du département de Potosí. Son nom vient du quechua Potojsi qui signifie « tonnerre ». Elle se trouve à une altitude de 4 070 m et comptait environ 164 480 habitants en 2007. C'est une des villes les plus hautes du monde, construite au pied du Cerro Rico (« Montagne riche »), une montagne de minerai d'argent qui domine la ville de ses 4 824 m.

La vieille ville fait partie de la liste du patrimoine mondial de l'UNESCO.

Histoire[modifier | modifier le code]

Potosí est fondée en 1545 pour exploiter la mine proche. Durant près de 60 ans, l'Europe va bénéficier d'un métal précieux qu'exploitait l'État espagnol : l'argent extrait de la montagne dans des quantités colossales alimente les caisses de la couronne espagnole qui le dilapidera à son tour en faste et en dépenses de luxe aux profit des artisans européens au détriment de la production locale[1]. Paradoxalement l'Espagne sortit ruinée des dépenses fastueuses de la monarchie des Habsbourg, tandis que les conditions dans le reste de l'Europe furent propices au développement industriel[2]. Colbert écrit à cette époque : « Plus un État fait de commerce avec l'Espagne, plus il possède d'argent »[3].

Manuel Rivera-Ortiz: Veuve des mines, Potosí, 2004

Encore aujourd'hui, l'expression vale un Potosí (« cela vaut un Potosí » — citation du Don Quichotte) — s'emploie en espagnol à peu près avec le même sens que l'expression française « c'est le Pérou », dont l'origine historique est la même ; Potosí appartenant originalement à la région du Haut-Pérou.

La Casa de la Moneda, où était frappé l'argent de Potosí
Pièces en argent d'une valeur de 8 reales, frappés à Potosí
Le Cerro Rico, en exploitation depuis la fondation de Potosí

L'argent était extrait par le travail forcé des Indiens, institué par Francisco de Toledo au travers d'une transformation de l'institution inca de la mita. La ville devient rapidement la ville la plus peuplée d'Amérique derrière Mexico, avec au moins 200 000 habitants. Cependant, des millions d'Indiens meurent à cause de problèmes respiratoires dus à la poussière dans les mines ou encore lorsqu'ils restent bloqués dans celles-ci après un éboulement. On dit que la quantité d'argent extraite des mines de Potosi suffirait à construire un pont au-dessus de l'Atlantique pour relier Potosì à la péninsule Ibérique, mais les ossements de mineurs morts dans des accidents y suffiraient également.

Après 1800, l'argent se fait rare, et l'étain devient la première ressource. La ville entame son déclin économique. Aujourd'hui, bien que déclarées épuisées, les mines sont toujours exploitées artisanalement par les habitants, dans des conditions de sécurité toujours désastreuses pour les mineurs.

Au cours de la Guerre d'indépendance, (1809-1825), Potosí est particulièrement convoitée. La ville passe à plusieurs reprises des mains des Royalistes à celles des Patriotes. Les excès de la Première armée auxiliaire argentine, sous le commandement de Castelli, conduisent à un fort désir d'indépendance et focalisent de forts ressentiments à l'égard de l'Argentine. Au cours de cette occupation, il y a de nombreuses exactions et une grande anarchie, à tel point que Potosí en devient indéfendable.

Lorsque arrive la Seconde armée auxiliaire, celle-ci est chaleureusement reçue et son commandant, Belgrano, fait beaucoup pour remédier aux blessures occasionnées par Castelli. Quand son armée doit se retirer, Belgrano prend la décision calculée de détruire la Casa de Moneda. Comme les habitants refusent de l'évacuer, l'explosion devrait se traduire par une hécatombe. Cependant le désastre est évité, non pas par l'Argentine qui était déjà en fuite, mais par les habitants qui ont éteint la mèche.

Les relations tissées par Belgrano sont balayées d'un seul coup. Deux autres expéditions parties d'Argentine s'empareront de Potosí.

Climat[modifier | modifier le code]

Le climat est sec une grande partie de l'année. La ville reçoit environ 350 mm d'eau par an, dont 85 % se produisent de décembre à mars, pendant l'été austral [4]. Ce sont souvent des pluies orageuses, en fin de journée, mais il peut arriver que certaines journées soient entièremnent pluvieuses. La pluie se produit par vent d'est ou de nord est en général. Les vents d'ouest apportent un temps sec mais plus frais.

L'été, la température peut atteindre 22 °C, mais redescend à 12 °C dès le soir. L'hiver, les écarts thermiques sont plus grands, les maxima ne changent pas beaucoup, mais les minima peuvent passer en dessous de 0 °C.

Communication[modifier | modifier le code]

Une route relie la ville à Sucre, capitale administrative du pays, en trois bonnes heures de trajet. Une autre route conduit vers La Paz ou Cochabamba, via Oruro — une bonne nuit de trajet. Une très belle route est en construction de Potosi à Villazon (frontiere avec l'Argentine). Fin 2011, cette route est quasiment terminée, il ne manquait qu'une cinquantaine de kilomètres à goudronner sur un longueur de 350 kilomètres. Un chemin de fer dont l'usage reste à confirmer rejoint le Chili ainsi que la capitale. L'aéroport n'est plus utilisé aux dernières nouvelles.

Tourisme[modifier | modifier le code]

Entrée d'une mine sur le Cerro Rico
Église de San Lorenzo, sur la Plaza de Armas de Potosí
El Cerro Rico

Potosi fut aux XVIe et XVIIe siècles la ville la plus peuplée d'Amérique (si l'on prend en compte la population des mines), et est restée la seconde plus belle ville du pays, après Sucre.

La Casa de la Moneda, témoin des atrocités commises par les Espagnols durant les XVIe et XVIIe siècles siècles, est un édifice impressionnant au passé chargé. L'éprouvant travail du métal était assuré pour l'essentiel par des esclaves venus d'Afrique, tandis que les mines étaient exploitées par des autochtones, peut-être encore plus à plaindre tant leur espérance de vie était réduite.

Les rues piétonnes, les maisons coloniales aux couleurs vives, les balcons en bois, tout ici montre un riche passé. La cathédrale, située en plein centre-ville, est magnifique. La place principale invite au repos.

Potosí et le Cerro Rico

On peut difficilement faire l'impasse sur la visite des mines du Cerro Rico, pourtant fortement à déconseiller aux personnes claustrophobes ou facilement épuisées par la raréfaction de l'oxygène. En raison de l'activité tellurique, la température à l'intérieur atteint allègrement 30 °C, et l'atmosphère y est difficilement respirable.

Les visites sont organisées par des agences en partenariat avec des coopératives de mineurs, chaque agence rétrocédant à la coopérative une part du prix payé par les touristes. La visite de la mine dure en moyenne 2 heures. Les touristes arpentent les galeries et rencontrent des mineurs ici et là. Outre la visite de la mine à proprement parler, il est courant qu'un passage au marché des mineurs et dans une usine de traitement des minerais soit compris dans la visite[5][réf. insuffisante].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Eduardo Galeano, Les veines ouvertes de l'Amérique latine, Pocket, 1971, p. 41.
  2. Eduardo Galeano, Les veines ouvertes de l'Amérique latine, Pocket, 1971, p. 37.
  3. cité in Eduardo Galeano, Les veines ouvertes de l'Amérique latine, Pocket, 1971, p. 38.
  4. pluviométrie et température à Potosi
  5. http://www.voyageenameriquelatine.fr/mine-potosi-bolivie/
Panorama de la ville de Potosí, avec le Cerro Rico au centre droit.