Trophée Andros

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Andros (homonymie).
Le Trophée Andros à Serre Chevalier en 2005

Le Trophée Andros est une série de courses automobiles et motocyclistes sur glace qui se tient chaque hiver depuis 1990. Malgré quelques incursions à l'étranger (en Andorre, ainsi qu'à Sherbrooke au Québec pour le Challenge sur glace Michelin Canada-Québec), il s'agit d'un championnat essentiellement français.

Historique[modifier | modifier le code]

Fiat Stilo (prototype avec transmission intégrale 4x4) durant le Trophée Andros 2005/2006.

L'idée d'un challenge national de conduite sur glace est émise dès janvier 1972 à Serre Chevalier par le président de la fédération française du sport automobile Bernard Consten, mais l'année suivante ne voit pas cette suggestion se concrétiser[1].

La naissance du Trophée Andros tient en 1985 à la rencontre entre l'ancien pilote Max Mamers (champion de France de rallycross en 1982 et 1983 sur Matra Murena, et 5e à Serre-Chevalier en 1987) et le président de la société Andros, Frédéric Gervoson. Tous deux, passionnés de rugby mais également d'automobile, décident de mettre sur pied une série hivernale de courses sur glace disputées dans les stations de ski françaises.

La première épreuve du Trophée Andros a lieu le 27 janvier 1990 à la quatorzième Ronde Hivernale de Serre Chevalier, et donne le coup d'envoi d'un petit championnat de quatre épreuves. Au fil des ans, le Trophée gagne en notoriété, et le calendrier du championnat se densifie, allant même jusqu'à s'offrir des incursions dans des lieux plus atypiques, comme au Stade de France où la super-finale du Trophée s'est courue 7 fois (1999, 2000, 2001, 2004, 2005, 2008 et 2011). Cette dernière épreuve est hors championnat.

Compétitions[modifier | modifier le code]

Le Trophée Andros se décline en plusieurs championnats.

Championnat Élite[modifier | modifier le code]

Il s'agit du championnat d'origine, celui dans lequel sont engagés les meilleures équipes et les pilotes les plus huppés, issus des horizons les plus divers. On y trouve des pilotes issus du rallye, du rallycross, des courses de côte, mais également du circuit, qu'il s'agisse des épreuves de tourisme (citons Yvan Muller, qui a dominé la discipline pendant près de dix ans) ou de la monoplace (tels Alain Prost ou Olivier Panis). Alain Prost a remporté ce championnat en 2007, 2008 et 2012.

Chaque manche du championnat se compose de deux courses complètes (essais, qualifications et finales). La « Super finale », disputée au Stade de France, ne compte pas pour le championnat et correspond à un show de démonstration.

Les automobiles employées sont propulsées par des moteurs six-cylindres de 3 L développant 340 ch. Ce sont des quatre roues motrices et directrices.

Ce championnat comprend trois sous catégories :

Règlement[modifier | modifier le code]

Les courses Élite se déroulent en trois phases[2] :

  • Une séance d'essais où chaque pilote est autorisé à effectuer trois tours maximum ;
  • Les séances qualificatives où quatre pilotes effectuent en même temps quatre tours chronométrés. Le temps cumulé de ces quatre tours sert de base au résultat des qualifications. Chaque pilote effectue deux séances qualificatives, seul le meilleur des deux temps étant conservé. Les résultats de cette phase permettent d'attribuer 80 % des points d'une manche du championnat ainsi que de déterminer les grilles de départ des finales ;
  • Les finales se disputent sur dix tours en peloton de dix pilotes. Ils permettent d'attribuer 20 % des points d'une manche du championnat. Les vingt meilleurs pilotes des séances qualificatives se disputent les deux finales Élite Sup. Au-delà les pilotes participent à des finales Élite.
    Au maximum, un pilote pourra remporter 80 points par course, 60 pour les qualifications et 20 pour la finale.

Des handicaps de poids sont attribués aux pilotes ayant réalisé un podium lors de la course précédente. Ainsi, le vainqueur d'une course est pénalisé de 60 kg pour la course suivante, le second de 40 kg et le troisième de 20 kg. Le pilote ayant remporté le précédent Trophée Andros dispose d'un « Lest Trophée » supplémentaire de 20 kg (ou 40 kg s'il a remporté le Trophée Andros plus d'une fois). Ce handicap est allégé de 10 kg après chaque course où le pilote ne figure pas sur le podium.

Ce règlement sportif des épreuves n'est pas simple mais est étudié pour donner aux spectateurs un maximum de courses spectaculaires et à enjeux.

Pilot Bike[modifier | modifier le code]

La « Pilot Bike », introduit dans le Trophée Andros en 1996, est un championnat réservé aux pilotes moto. Il est inscrit au calendrier de la Fédération française de motocyclisme (FFM) et de la Fédération internationale de motocyclisme (FIM).

Les motos utilisées sont à une roue motrice et doivent être commercialisées en France. Elles ont une cylindrée de 125 à 300 cm³ pour les 2-temps et de 125 à 450 cm³ pour les 4-temps. Elles sont équipées de pneus Continental.

Sprint Car et Trophée Andros Féminin[modifier | modifier le code]

Le championnat Sprint-Car utilise des buggys de 600 cm³. Il distingue deux catégories : le Sprint-Car (Pilotes B) et le Trophée Andros Féminin (Pilotes A).

En 2002, les organisateurs ont créé un championnat réservé aux femmes, et destiné à favoriser l'émergence d'entre elles dans les catégories supérieures du Trophée. Le Trophée Andros féminin se dispute au volant de buggys munis de moteur 600 cm³.

Le Trophée Féminin n'est plus décerné depuis 2010.

Trophée Andros Électrique et Trophée Andros Académie[modifier | modifier le code]

Deux nouveaux trophées apparaissent en 2010, le premier est un des tout premier championnat automobile ouvert aux voitures électriques sur la base d'une formule unique utilisant des voitures conçues et développées par Exagon Engineering[3],[4]. L'Andros Académie est un trophée destiné aux jeunes futurs pilotes et a vu la victoire de Damien Crépeau pour la première édition.

Palmarès[modifier | modifier le code]

Trophée Andros Elite[modifier | modifier le code]

Saison Champion
Nom Voiture Equipe
1990 Drapeau : France Éric Arpin Peugeot 205 Turbo 16 Pays inconnu
1991 Drapeau : France Maurice Chomat Citroën AX Sport Pays inconnu
1992 Drapeau : France Dany Snobeck Mercedes 190 16S Pays inconnu
1993 Drapeau : France Dany Snobeck Mercedes 190 16S Pays inconnu
1994 Drapeau : France François Chauche Mega Pays inconnu
1995 Drapeau : France François Chatriot Opel Astra Pays inconnu
1996 Drapeau : France Yvan Muller BMW 318i Compact Pays inconnu
1997 Drapeau : France Yvan Muller BMW 318i Compact Pays inconnu
1998 Drapeau : France Yvan Muller Opel Tigra Pays inconnu
1999 Drapeau : France Yvan Muller Opel Tigra Pays inconnu
2000 Drapeau : France Yvan Muller Opel Astra Pays inconnu
2001 Drapeau : France Yvan Muller Opel Astra Pays inconnu
2002 Drapeau : France Yvan Muller Opel Astra Pays inconnu
2003 Drapeau : France Marcel Tarrès Citroën Xsara Pays inconnu
2004 Drapeau : France Yvan Muller Kia Rio Drapeau : France Drapeau : Corée du Sud Team Kia
2005 Drapeau : France Yvan Muller Kia Rio Drapeau : France Drapeau : Corée du Sud Team Kia
2006 Drapeau : France Yvan Muller Kia Rio Drapeau : France Drapeau : Corée du Sud Team Kia
2007 Drapeau : France Alain Prost Toyota Auris Drapeau : France Drapeau : Japon Team Toyota France
2008 Drapeau : France Alain Prost Toyota Auris Drapeau : France Drapeau : Japon Team Toyota France
2009 Drapeau : France Jean-Philippe Dayraut Škoda Fabia Drapeau : France Drapeau : République tchèque Škoda Racing Team
2010 Drapeau : France Jean-Philippe Dayraut Škoda Fabia Drapeau : France Saintéloc Racing
2011 Drapeau : France Jean-Philippe Dayraut BMW Série 1 Drapeau : France Saintéloc Racing
2012 Drapeau : France Alain Prost Dacia Lodgy Drapeau : France Drapeau : Roumanie Team Dacia
2013 Drapeau : France Jean-Philippe Dayraut Mini Countryman Drapeau : France Saintéloc Racing
2014 Drapeau : France Jean-Philippe Dayraut Mini Countryman Drapeau : France Saintéloc Racing

Classement des pilotes, catégorie classique, par nombre de victoires sur le trophée Andros[modifier | modifier le code]

Mis à jour après la manche Super-Besse 2013.
# Pilote Victoires
1 Yvan Muller 48
2 Jean-Philippe Dayraut 40
3 Alain Prost 36
4 Marcel Tarrès 17
5 Franck Lagorce 11
6 Dany Snobeck 9
7 François Chatriot 8
8 Olivier Panis 6
9 François Chauche 6
10 Bertrand Balas 6


(nb : Bertrand Balas, 3e du trophée en 1990, 1992 et 2007, a participé à toutes les éditions de l'épreuve, entre 1990 et 2013[5])

Les sites du Trophée Andros[modifier | modifier le code]

Mis à jour après la manche Super-Besse 2013.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. 1971-2013, 40 ans de magie de la glisse… !, éditions du Circuit de Serre Chevalier, 2012, p.19.
  2. Élite : comment ça marche tropheeandros.com
  3. L'Andros Car 03 - Evo 2
  4. Trophée Andros Électrique
  5. Article de Patrick Louis Trophée Andros. Jean-Philippe Dayraut reprend un peu de glace, La Dépêche du Midi, le 28 novembre 2013

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]