Tétraédrite

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Tétraédrite
Catégorie II : sulfures et sulfosels[1]
Tétraédrite - Huaron Pérou (23x15cm)

Tétraédrite - Huaron Pérou (23x15cm)
Général
Classe de Strunz
Classe de Dana
Formule brute (Cu,Fe)12Sb4S13
Identification
Masse formulaire 1 643,31 uma
Couleur gris acier ; noir de fer
Classe cristalline et groupe d'espace Hexakistétraédrique - I\bar{4}3m
Système cristallin Cubique
Réseau de Bravais Centré I
Macle Macle sur {111}
Clivage aucun
Cassure irrégulière ; subconchoïdale
Habitus En cristaux tétraédrique (111), souvent massive
Échelle de Mohs de 3,00 à 3,50
Trait Noir; brun; rouge sombre
Éclat Métallique brillant
Propriétés optiques
Transparence opaque
Propriétés chimiques
Densité 4,97
Solubilité Attaqué par l'acide nitrique avec précipitation d'antimoine
Propriétés physiques
Magnétisme aucun
Radioactivité aucune
Unités du SI & CNTP, sauf indication contraire.

La tétraédrite est une espèce minérale composée d'antimoniosulfure naturel de cuivre, cubique, exploité comme minerai de cuivre. (Impuretés : Hg;Ni;Te;Sn;Bi;Pb;As). Forme une série avec la tennantite (pôle à arsenic à la place de l’antimoine) et une série avec la freibergite.

Inventeur et étymologie[modifier | modifier le code]

Décrite par Wilhelm Karl Ritter von Haidinger en 1845. Le nom dérive du grec "Tetraedron" = pyramide, en allusion à la forme des cristaux.

Cristallographie[modifier | modifier le code]

  • Paramètres de la maille conventionnelle : a = 10,33 Å, Z = 2; V = 1 102,30 Å3
  • Densité calculée = 4,95

Gîtologie[modifier | modifier le code]

La tétraédrite est un minéral primaire accessoire des gites hydrothermaux.

Gisements remarquables[modifier | modifier le code]

  • En France, dans plusieurs gisements des Vosges, des Alpes (La Taillat, La Mure, St Pierre d’Allevard en Isère), du Massif Central (mine de Branal, Pontgibaud dans le Puy de Dôme), du Sud (Pioch Farrus (Cabrières) dans l’Hérault).

Les plus grands cristaux connus pour ce minéral ont été extrais de la mine d'Irazein (Bonac-Irazein) dans l'Ariège[2]. Le plus grand (environ 20 cm) est gravé au nom du mineur avec la date de découverte[3].

  • Dans le monde : Campionne (Italie), Burbach (Allemagne), Altaï de minerai (Kazakhstan), Morococha (Pérou) et Bingham (Utah, États-Unis).

Variété[modifier | modifier le code]

 Schwartzite -  Kirchheimbolanden Allemagne (10x6cm)
Schwartzite - Kirchheimbolanden Allemagne (10x6cm)
  • coppite: variété de tétraédrite ferrifère pour 13 % de ce métal, dédié à P. Coppi propriétaire de mine en Toscane au XIXe siècle, par les minéralogistes Italiens Bechi et Antonio D'Achiardi en 1873.
  • frigidite : variété nickélifère de tétraédrite, de formule (Cu,Ni)3SbS3. Décrite par Antonio D'Achiardi en 1881, dans la mine de Frigido, Massa, Massa-Carrara, Toscane, Italie[4].
  • schwartzite[5], variété mercurifère de tétraédrite (pour plus de 17 % de mercure) décrite par Johann August Friedrich Breithaupt en 1816 à partir d'échantillons de Schwaz, Brixlegg, vallée de Inn, Nord du Tyrol, Autriche. De formule idéale (Cu,Hg)12Sb4S13. À noter que c'est le terme schwartzite qui est le

plus usuel, alors que Breithaupt l'avait décrit sous le nom de schwatzite plus conforme au topotype.

Synonyme pour la schwartzite

  • cuivre gris mercurifère
  • hermésite [6]
  • mercurian tetrahedrite
  • schwazite (Breithaupt)

Synonymie[modifier | modifier le code]

Il existe pour cette espèce de nombreux synonymes[7]

  • aftonite (M.L Swanberg) ou aphothonite[8]
  • clinohédrite (Breithaupt)
  • cuivre gris (terme commun avec la tennantite)
  • fahlite (terme commun avec la tennantite)
  • falkenhaynite(Scharizer (1890) Dédié au comte J. Falkenhayn Ministre de l'agriculture d'Autriche
  • fieldite (Kenngott 1855),
  • népaulite (Piddington 1854) [9]
  • panabase (François Sulpice Beudant 1832)[10]
  • spiessglanzerz
  • studérite (Fellenberg, 1864) Dédiée Bernhard Studer
  • stylotypite.
  • Tetrahedrite : terme anglo-saxon qui est celui retenu par l'IMA.

Galerie[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. La classification des minéraux choisie est celle de Strunz, à l'exception des polymorphes de la silice, qui sont classés parmi les silicates.
  2. MNHN : Monocristal (13x13cm)
  3. [Gol D. (1998), La tétraédrite d'Irazein, Ariège, France, Le Règne Minéral, n°23, pp: 15-24]
  4. D'Achiardi (1881), Att. soc. tosc.: 172.
  5. Cours de minéralogie Par Albert Auguste Cochon de Lapparent 1908
  6. Traité de métallogénie: gîtes minéraux et métallifères, gisements ..., Volume 3 Par Louis Launay 1913
  7. « Index alphabétique de nomenclature minéralogique » BRGM
  8. Dictionnaire de géologie et de métallurgie de M. Landrin Paris 1856
  9. Journal of the Asiatic Society of Bengal, Volume 23, Numéros 1-4 Par James Sykes Gamble,Asiatic Society of Bengal P.170 1855
  10. François Sulpice Beudant, Traité élémentaire de minéralogie, Deuxième édition, Tome 4, Paris 1832