Theys

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Theys
Image illustrative de l'article Theys
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Rhône-Alpes
Département Isère
Arrondissement Grenoble
Canton Goncelin
Intercommunalité Communauté de communes du Pays du Grésivaudan
Maire
Mandat
Régine Millet
2014-2020
Code postal 38570
Code commune 38504
Démographie
Gentilé Tarins
Population
municipale
1 994 hab. (2011)
Densité 55 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 18′ 04″ N 5° 59′ 52″ E / 45.301111, 5.997778 ()45° 18′ 04″ Nord 5° 59′ 52″ Est / 45.301111, 5.997778 ()  
Altitude Min. 320 m – Max. 2 124 m
Superficie 36 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Isère

Voir sur la carte administrative d'Isère
City locator 14.svg
Theys

Géolocalisation sur la carte : Isère

Voir sur la carte topographique d'Isère
City locator 14.svg
Theys

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Theys

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Theys

Theys est une commune française[1] située dans le département de l'Isère, en région Rhône-Alpes. La commune fait partie de l'aire urbaine de Grenoble.

Ses habitants sont appelés les Tarins (Tarines) .

Géographie[modifier | modifier le code]

La station de ski des 7 laux se trouve en partie sur la commune.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Goncelin[2] La Ferrière[3] Rose des vents
Tencin[2] N
O    Theys    E
S
La Pierre[2] et Hurtières[3] Pipay[3]

Histoire[modifier | modifier le code]

Possession du comte de Genève au XIVe siècle, puis mainmise de Charles VI.

L'histoire économique de Theys a été longtemps liée à l'exploitation d'un minerai de fer de très bonne qualité. Cette exploitation sera faite tout d'abord au profit de l'ordre des Chartreux. Après le départ des religieux, d'autres sidérurgistes utiliseront le minerai des montagnes de Theys :

« On commence par gravir la montagne des Ramiettes - de Theys à la Ferrière - où se trouvent endroits des fosses d'où on extrait du minerai de fer et des fours qui servent à griller le même minerai dont on remplit des sacs de cuir, ces sacs sont ensuite transportés à dos de mulets au haut fourneau de Brignoud appartenant à M. Gourju, maitre de forges[4] »

.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1983 en cours Léon Boucher-Bert-Peillard[5] UMP  
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 1 994 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 763 1 928 1 969 2 230 2 301 2 285 2 395 2 518 2 445
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
2 276 2 316 2 376 2 294 2 252 2 110 2 096 1 916 1 933
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 800 1 623 1 604 1 362 1 385 1 340 1 302 1 257 1 204
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2006 2010
1 227 1 257 1 114 1 200 1 321 1 572 1 811 1 855 1 992
2011 - - - - - - - -
1 994 - - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[6] puis Insee à partir de 2004[7].)
Histogramme de l'évolution démographique


Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Château de Theys : édifié sur le site d'un château du XIe siècle, il est érigé par les comtes de Genève entre 1280 et 1330. Il est classé au titre des monuments historiques depuis 1993[8].
  • Ruines du château d'Herculais à l'ouest (donjon).

Patrimoine naturel[modifier | modifier le code]

  • Le bassin, utile aux villageois lors des coupures d'eau.

la commune comprend trois ZNIEFF de type I

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Luis Paret y Alcázar, grand peintre espagnol du XVIIIe siècle, descend d'une famille originaire de Theys. Son père, Paul Paret y est notamment né en 1724.
  • Pierre Pouchot, d'une vieille famille de Theys, est un officier français célèbre pour avoir été le dernier défenseur de Fort Niagara (1759) au Canada. Il est l'auteur de " Mémoires sur la guerre d'Amérique septentrionale"
  • Docteur Prosper Antoine Payerne (1806-1886). Pionnier de l’aventure sous-marine.
Balcon de Belledonne: Theys, Coteau de l'Adret et Massif de la Chartreuse depuis le Crêt Luisard et le Grand Rocher.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Theys, sur le site le-gresivaudan.fr
  2. a, b et c Dans la vallée
  3. a, b et c Dans la montagne
  4. Jules Taulier "Excursion aux Sept-Laus" in Revue des Alpes 1858
  5. Le Conseil Municipal, sur le site theys.fr, consulté le 18 decembre 2012
  6. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  7. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2005, 2006, 2010, 2011
  8. « Château », base Mérimée, ministère français de la Culture.
  9. ZNIEFF 820031894 - Marais et pelouse du coteau de l’Adret, sur le site inpn.mnhn.fr - 2007
  10. ZNIEFF 820031903 - Tourbières des Sept-Laux et du Crêt Luisard, sur le site inpn.mnhn.fr - 2007
  11. ZNIEFF 820031886 - Pelouses de Malatret, sur le site inpn.mnhn.fr, consulté le 29 décembre 2012