La Garde (Isère)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Lagarde.
La Garde
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Rhône-Alpes
Département Isère
Arrondissement Grenoble
Canton Le Bourg-d'Oisans
Intercommunalité Communauté de communes de l'Oisans
Maire
Mandat
Pierre Gandit
2014-2020
Code postal 38520
Code commune 38177
Démographie
Population
municipale
116 hab. (2011)
Densité 13 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 04′ 11″ N 6° 02′ 48″ E / 45.0697222222, 6.04666666667 ()45° 04′ 11″ Nord 6° 02′ 48″ Est / 45.0697222222, 6.04666666667 ()  
Altitude 982 m (min. : 715 m) (max. : 1 750 m)
Superficie 9,09 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Isère

Voir sur la carte administrative d'Isère
City locator 14.svg
La Garde

Géolocalisation sur la carte : Isère

Voir sur la carte topographique d'Isère
City locator 14.svg
La Garde

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
La Garde

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
La Garde

La Garde est une commune française située dans le département de l'Isère en région Rhône-Alpes. Ses habitants sont appelés les Gardillons et les Gardillonnes.

Géographie[modifier | modifier le code]

Lieux-dits et écarts[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Garde (La) Blason D'or à un chevron de gueules, accompagné en chef à dextre d'un bâton de pèlerin d'azur, à senestre d'une épée haute du même, et en pointe d'un dauphin d'azur, crêté, barbé, loré, peautré et oreillé de gueules ; au chef aussi d'azur chargé d'une clef d'or en fasce[1].
Détails Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1800 1803 Jean PELLISSIER Sans étiquette  
1805 1826 Georges CHALVIN Sans étiquette  
1828 1841 Jean VIEUX Sans étiquette  
1842 1848 Pierre CHALVIN Sans étiquette  
1848 1855 Jacques VIEUX-COMBE Sans étiquette  
1855 1870 Laurent EMIEUX Sans étiquette  
1870 1884 François CHOUVIN Sans étiquette  
1884 1884 Pierre PELLISSIER Sans étiquette  
1884 1886 Jean-Baptiste CHOUVIN Sans étiquette  
1888 1892 Jean André Calixte CHALVIN Sans étiquette  
1892 1907 Louis-Frédéric VIEUX Sans étiquette Gendarme
1907 1908 Pierre GRAND Sans étiquette  
1908 1912 Jules VIEUX-PERNON Sans étiquette  
1912 1925 Emmanuel VIEUX Sans étiquette Aubergiste
1925 1929 Telsy Prosper SONNIER Sans étiquette  
1929 1945 Emmanuel VIEUX Sans étiquette Aubergiste
1945 1965 Marcel PELLISSIER Sans étiquette Charpentier menuisier
1965 1969 Roger VEYSSEYRE Sans étiquette Cadre des Postes et Télécommunications
1969 1971 Gilbert BARUSSAUD Sans étiquette  
1971 1983 Georges VIEUX-COMBE Sans étiquette  
1983 1995 Bernard THEBAULT Sans étiquette Enseignant
1995 2014 Pierre GANDIT Sans étiquette Employé du secteur bancaire
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 116 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
476 401 420 424 428 379 383 418 384
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
377 342 300 313 325 318 302 271 299
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
263 251 244 225 188 172 193 148 139
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2006 2009
112 82 72 64 52 66 90 94 112
2011 - - - - - - - -
116 - - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[2] puis Insee à partir de 2004[3].)
Histogramme de l'évolution démographique


Monuments[modifier | modifier le code]

Patrimoine religieux[modifier | modifier le code]

Patrimoine civil[modifier | modifier le code]

Un projet vise à installer un petit barrage avec dérivation de l’eau au dessus du pont à trois arches sur la Sarenne, donc au nord du Rosai, hameau de La Garde. La conduite serait entièrement souterraine pour ne pas enlaidir l’environnement.Le maire l’a demandé comme préalable en 2003. La chute est très importante puisque la centrale est au Bourg d’Oisans, dans les locaux de celle qui existe depuis 1892 sur l'eau de la cascade. Ce projet s’inscrit dans ceux déjà à l’étude dès le début des années 1920 et qui n’ont jamais vu le jour, mais cette fois avec un tout petit barrage. La Commune de La Garde, avec ce projet d’énergie renouvelable, verrait ses ressources fiscales doubler, ce qui permettrait d’augmenter les équipements et donc le bien-être des gardillons. Un dossier complet est en Mairie et vous pouvez bien entendu le consulter. Un beau projet d’énergie renouvelable.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Laurent I Allemand, prieur de La Garde-en-Oisans, devient Évêque de Grenoble en 1484
  • Jaap REUTEN, prêtre à l'origine de l'édification de l'église Notre-Dame-des-Neiges à l'Alpe-d'Huez, repose au cimetière de La Garde-en-Oisans.

Jumelages[modifier | modifier le code]

Aucun jumelage

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Site de la commune de La Garde
  2. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  3. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2004, 2006, 2009, 2011

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :