Autrans

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Autrans
Vue de la commune de loin.
Vue de la commune de loin.
Blason de Autrans
Héraldique
Autrans
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Rhône-Alpes
Département Isère
Arrondissement Grenoble
Canton Villard-de-Lans
Intercommunalité Communauté de communes du massif du Vercors
Maire
Mandat
Thierry Gamot
2014-2020
Code postal 38880
Code commune 38021
Démographie
Gentilé Autranais
Population
municipale
1 640 hab. (2011)
Densité 37 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 10′ 33″ N 5° 32′ 34″ E / 45.1758333333, 5.54277777778 ()45° 10′ 33″ Nord 5° 32′ 34″ Est / 45.1758333333, 5.54277777778 ()  
Altitude Min. 1 005 m – Max. 1 711 m
Superficie 44 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Isère

Voir sur la carte administrative d'Isère
City locator 14.svg
Autrans

Géolocalisation sur la carte : Isère

Voir sur la carte topographique d'Isère
City locator 14.svg
Autrans

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Autrans

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Autrans
Liens
Site web www.autrans.fr

Autrans est une commune française située, géographiquement dans le massif du Vercors, administrativement dans le département de l'Isère en région Rhône-Alpes et, autrefois rattachée à l'ancienne province du Dauphiné.

Le territoire du village d'Autrans est situé dans massif du Vercors septentrional, également connu sous le vocable des « Quatre-Montagnes » ou du « Val de Lans »[1]. Ce secteur est la zone du massif la plus développée économiquement et démographiquement. Elle est bien desservie par un réseau routier qui la relie à la vallée de l'Isère et aux grandes métropoles de la Région (Grenoble, Valence).

Ses habitants se dénomment les autranais et les autranaises.

Géographie[modifier | modifier le code]

Situation[modifier | modifier le code]

Autrans est un village du massif du Vercors. Le territoire d'Autrans fait partie du parc naturel régional du Vercors.

Le bourg, située dans une grande clairière, et l'ensemble de ses hameaux, occupe le val de Méaudre, drainé par un affluent de la Bourne, le Méaudret. Le territoire de la commune est encadré par de nombreuses montagnes de moyenne altitude dont les sommets ne dépassent pas 1 800 m, la Sure, le bec d'Orient, le sommet de Plénouze, la Molière[2].

Hameaux de la commune[modifier | modifier le code]

  • L'Achard
  • Les Ronins
  • Les Prud'hommes
  • Villeneuve
  • Eybertière
  • Le Bourg du-dessus
  • Les Eperouses
  • Le Bourg du dessous
  • Le Bouchet
  • Le Truc
  • Andrevière
  • Les Gonnets
  • Les Tranchants
  • Les Vernes
  • Les Gaillards
  • Le Mollaret
  • Le Tonkin
  • Les Franques
  • Payenat
  • Écharlière

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Montaud Montaud / Veurey-Voroize Noyarey Rose des vents
la Rivière
Saint-Gervais
N Engins
O    Autrans    E
S
Rencurel Méaudre Lans-en-Vercors

Autrans est situé[3] à environ 35 km de Grenoble.

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Communications et Transports[modifier | modifier le code]

Réseau routier[modifier | modifier le code]

La commune est desservie par la route départementale 531, par la route départementale 106 qui relie Méaudre à Autrans, en provenance du Sud (Royans, Valence, Diois) et par la route départementale 531, puis 106 qui relie Autrans à Sassenage, en provenance de l'est (Grenoble, Grésivaudan).

Les D531 et D106 traversent le Vercors et sont les moyens d'accès à Autrans, depuis la Vallée du Rhône (Valence), comme depuis la vallée du Grésivaudan (Grenoble).

La route départementale 218 qui reliait autrefois Saint-Quentin-sur-Isère à Autrans est aujourd'hui fermée au tunnel du Mortier suite à un éboulement qui en 1992 emporte une portion de la route en aval du tunnel au-dessus de Montaud.

Transport routier[modifier | modifier le code]

Autocars Transisère (transporteur VFD), au dépôt de la maison du conseil général de Villard-de-Lans.
Autocars Transisère (transporteur VFD)

La commune est desservie par :

  • la ligne 5120 qui relie Lans-en-Vercors et Villard-de-Lans à Autrans (le village) et Méaudre (la place)[4].
  • une navette assurant l'hiver la liaison entre Autrans centre et les Domaines skiables alpin et fond.

Projets de transport alternatif[modifier | modifier le code]

À noter le lancement d'une éventuelle étude sur un nouveau moyen transport pour le plateau, le téléphérique qui pourrait relier Lans-en-Vercors avec l'agglomération grenobloise au niveau du territoire de la ville de Fontaine[5]. Une étude a été proposée par la Métro (Communauté d'agglomération Grenoble Alpes Métropole), mais le projet actuel fait l'objet d'une certaine controverse[6]

Transport ferroviaire[modifier | modifier le code]

La gare ferroviaire la plus proche est la gare de Grenoble qui est située à 36 km de la commune.

Transport aérien[modifier | modifier le code]

L'aéroport le plus proche est l'aéroport de Grenoble-Isère situé à environ 72 km. Il est possible det rejoindre cet aéroport par le car Transisère en transitant par la gare routière de Grenoble.

L'aéroport de Lyon-Saint-Exupéry et son hub régional, quatrième aéroport français est, lui aussi, relié par une ligne de car (mise en place avec le concours du conseil régional de Rhône-Alpes), avec la gare routière de Grenoble, est situé à 110 km.

Sentiers de randonnées[modifier | modifier le code]

Le territoire communal est traversé par :

Histoire[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason Autrans.svg

Taillé: au premier burelé d’argent et d’azur de 10 pièces, brochant sur le tout un lion de gueule, armé, lampassé et couronné d’or, au deuxième d'azur au cristal de neige argent.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Son nom serait un dérivé du nom du village de Lans (village le plus ancien du plateau) et serait à l'origine de oultre-Lans c'est-à-dire au-delà du village de Lans, qui au cours des temps se serait transformé en Autrans.

Historique[modifier | modifier le code]

Les tremplins vus de loin.
Les tremplins vus de loin.
  • Les jeux olympiques de 1968 à Grenoble (ils furent les premiers à être diffusés à la télévision) :
    • le ski de fond, de biathlon, de saut (tremplin de 90 m) et de combiné nordique (saut et fond). Pour beaucoup de Français ces images de ski nordique à Autrans ont été une révélation. Cela devait marquer le début du développement du ski de fond en France et partout en Europe ;
    • les tremplins des Jeux Olympiques d'hiver de Grenoble 1968. Ces tremplins, toujours en activité, représentent une longue tradition locale de saut à skis (premiers concours de ski en 1911). Aujourd'hui, les tremplins de 90 m, 56 m et 20 m sont équipés pour être utilisés hiver comme été et accueillent de nombreuses compétitions nationales et internationales. Vous trouverez une table d'orientation au sommet du tremplin de 90 m.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1977 1983 Gilbert Michel    
1983 2008 Jean Faure UMP Sénateur (1983-2011)
2008 2014 Gabriel Tatin [7] DVG 1er Vice-Président du Parc - Délégué de Autrans
2014   Thierry Gamot UMP  
Les données manquantes sont à compléter.

Services publics[modifier | modifier le code]

La commune dispose des services suivants :

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 1 640 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 001 1 100 1 103 1 047 1 107 1 117 1 181 1 219 1 290
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 201 1 204 1 173 1 118 1 092 1 071 999 1 000 961
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
946 926 901 801 808 890 857 1 114 1 359
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2008 2011
980 988 1 330 1 370 1 406 1 541 1 663 1 681 1 640
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[9] puis Insee à partir de 2004[10].)
Histogramme de l'évolution démographique


Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

La population de la commune est relativement âgée. Le taux de personnes d'un âge supérieur à 60 ans (22,8 %) est en effet supérieur au taux national (21,6 %) et au taux départemental (19,5 %). Contrairement aux répartitions nationale et départementale, la population masculine de la commune est supérieure à la population féminine (51,7 % contre 48,4 % au niveau national et 49,2 % au niveau départemental).

La répartition de la population de la commune par tranches d'âge est, en 2007, la suivante :

  • 51,7 % d’hommes (0 à 14 ans = 20,3 %, 15 à 29 ans = 17,5 %, 30 à 44 ans = 18,7 %, 45 à 59 ans = 21,2 %, plus de 60 ans = 22,3 %) ;
  • 48,3 % de femmes (0 à 14 ans = 19,3 %, 15 à 29 ans = 14,2 %, 30 à 44 ans = 19,7 %, 45 à 59 ans = 23,5 %, plus de 60 ans = 23,3 %).
Pyramide des âges à Autrans en 2007 en pourcentage[11]
Hommes Classe d’âge Femmes
0,3 
90  ans ou +
0,9 
7,8 
75 à 89 ans
8,1 
14,2 
60 à 74 ans
14,3 
21,2 
45 à 59 ans
23,5 
18,7 
30 à 44 ans
19,7 
17,5 
15 à 29 ans
14,2 
20,3 
0 à 14 ans
19,3 
Pyramide des âges du département de l'Isère en 2007 en pourcentage[12]
Hommes Classe d’âge Femmes
0,3 
90  ans ou +
0,9 
5,2 
75 à 89 ans
7,9 
12,0 
60 à 74 ans
12,7 
19,6 
45 à 59 ans
19,6 
21,8 
30 à 44 ans
21,0 
20,7 
15 à 29 ans
19,2 
20,4 
0 à 14 ans
18,6 

Culture et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Patrimoine naturel[modifier | modifier le code]

Espaces verts/fleurissement[modifier | modifier le code]

En 2014, la commune de Autrans a été récompensée par le « ‪Concours des villes et villages fleuris‬ » avec « une fleur »[14]. Les années passées la commune était classée « 2 fleurs ».

Sports[modifier | modifier le code]

Sports d'hiver[modifier | modifier le code]

  • Domaine skiable alpin, grand domaine de la Sure, petit domaine du Claret, ski nocturne, excellent parc débutant.
  • Domaine skiable nordique « Autrans », ski de fond, raquette, capitale française nordique.

Économie[modifier | modifier le code]

  • Économie essentiellement touristique.

Le tourisme du début du siècle à Autrans était axé essentiellement sur le climatisme, ainsi la station accueillait de nombreux enfants qui avaient des problèmes de santé et plus particulièrement respiratoires.

Tourisme lié aux sports d'hiver.

Agriculture[modifier | modifier le code]

  • Au début des années 1900, Autrans comptait près de 130 exploitations agricoles. Aujourd'hui, 17 exploitations agricoles dont 13 exploitations laitières se partagent le territoire d'Autrans. La production laitière du Vercors est transformée en Bleu du Vercors-Sassenage AOC, en Col Vert, Brique, Saint Marcellin. Autrans compte aussi des exploitations bovines pour la viande et une exploitation produisant des pigeons qui se retrouvent dans les assiettes des plus grands restaurants. Tous les ans, le 1er weekend de mai, l'opération « Prenez la clé des champs » permet de visiter les fermes du plateau du Vercors et de découvrir leur production.
  • Économie forestière

Enseignement[modifier | modifier le code]

La commune possède[15] :

Équipements sportifs[modifier | modifier le code]

Le domaine de Gève[modifier | modifier le code]

  • Le plateau de Gève, situé à 1 300 m d'altitude a fait la réputation internationale d'Autrans. Situé au nord du Massif du Vercors, les conditions d'enneigement restent exceptionnelles. Ce domaine est accessible en voiture et en navettes gratuites pour tous les possesseurs d'un forfait ski de fond valable sur la station d'Autrans[16].

Culture et Patrimoine[modifier | modifier le code]

Patrimoine architectural[modifier | modifier le code]

L'église romane.
L'église romane.
  • Église romane :

Elle est située au centre du village, sur une butte afin que tous les Autranais puissent la voir. Seul le clocher peut prétendre être du Moyen Âge (XIIe et XIIIe siècles), sa flèche de pierre daterait des XVIIe et XVIIIe siècles, le chœur et la nef du bâtiment sont de 1875.

Patrimoine archéologique[modifier | modifier le code]

Le territoire d'Autrans abrite trois sites : la motte castrale dite du château et deux maisons fortes, le hameau dit de Malatan et La Tour. De ces trois sites ne subsistent que les buttes dites castrale sur lesquelles et que l'on aperçoit, aujourd'hui encore, dans le paysage[17].

  • La Motte du château

Ce site est situé à environ 1 km à l'est de l'église d'Autrans sur un vallum morainique. Un bâtiment en torchis était situé su ce motte aux environs du XIe siècle.

  • Malatan

Ce site est situé à environ à 300 m au sud-est du site précédent et correspond à une ancienne Maison forte, datant probablement duXIVe siècle.

  • La Tour

Ce site est situé à environ 200 m au nord du hameau d'Andrevières et les fouilles ont permis d'identifier les restes d'une tour ronde datant vraisemblablement du XIIe siècle.

Patrimoine forestier[modifier | modifier le code]

Patrimoine souterrain[modifier | modifier le code]

  • La grotte de la Ture

La grotte de la Ture se situe près du hameau de Naves. Elle est utilisée aujourd’hui pour l'initiation à la spéléologie ou pour la simple découverte d'un monde souterrain car son parcours reste assez simple[18].

Événements sportifs[modifier | modifier le code]

  • La Foulée blanche

Chaque année, depuis 1979, au mois de janvier, le village d'Autrans accueille la Foulée blanche, course de ski de fond à laquelle participent près de 5 000 sportifs ou amateurs[19].

Article détaillé : Foulée blanche.

Événements culturels[modifier | modifier le code]

  • Les Rencontres Internet d'Autrans

Événement annuel dédié à l'appréhension de l'Internet de demain, les Rencontres d'Autrans, initiées en 1997, se déroulent chaque année, au mois de janvier.

Article détaillé : Rencontres internet d'Autrans.

Jumelages[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Léonce-Émile Durand-Savoyat, ancien maire d'Autrans, député et sénateur de l'Isère.
  • De très nombreuses Autranaises et Autranais ont été membres des différentes équipes de France de ski et ont remporté nombre de titres nationaux.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Site de Gallica : Ouvrage sur les montagnes dauphinoises
  2. carte du domaine d'Autrans
  3. La distance entre la commune et : la préfecture, le chef-lieu d'arrondissement et le chef-lieu du canton avec Mappy.fr.
  4. [PDF] Horaire des lignes 5120 et 5130, sur le site transisere.fr
  5. Page sur le téléphérique dans le Dauphiné Libéré
  6. Conseil municipal : passe d’armes sur le transport par câble, sur le site ledauphine.com
  7. Résultats des élections municipales de mars 2008 sur le site officiel de la préfecture de l'Isère.
  8. Annuaire des centres d'entretiens routiers sur le site du conseil général de l'Isère.
  9. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  10. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2008, 2011
  11. « Évolution et structure de la population à Autrans en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 23 juillet 2011).
  12. « Résultats du recensement de la population de l'Isère en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 23 juillet 2011).
  13. Découvrez les Espaces Naturels Sensibles de l'Isère, www.isere.fr, p. 27 (consulté le 22 juillet 2014)
  14. « Les villes et villages fleuris », sur le site officiel du « ‪Concours des villes et villages fleuris‬ » (consulté le 20 juillet 2014).
  15. Site officiel de l'académie de Grenoble.
  16. Site de l'OT d'Autrans sur le ski de fond
  17. Site de Isère Patrimoine sur Autrans
  18. Site du PNV sur la grotte de La Ture
  19. Site de la foulée blanche

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]