Languidic

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Languidic
La fontaine de Saint-Urlo.
La fontaine de Saint-Urlo.
Blason de Languidic
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bretagne
Département Morbihan
Arrondissement Lorient
Canton Hennebont
Intercommunalité Lorient Agglomération
Maire
Mandat
Patricia Kerjouan
2014-2020
Code postal 56440
Code commune 56101
Démographie
Gentilé Languidicien
Population
municipale
7 409 hab. (2012)
Densité 68 hab./km2
Population
aire urbaine
184 853 hab.
Géographie
Coordonnées 47° 50′ 03″ N 3° 09′ 24″ O / 47.8341666667, -3.1566666666747° 50′ 03″ Nord 3° 09′ 24″ Ouest / 47.8341666667, -3.15666666667  
Altitude Min. 7 m – Max. 126 m
Superficie 109,08 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Morbihan

Voir sur la carte administrative du Morbihan
City locator 14.svg
Languidic

Géolocalisation sur la carte : Morbihan

Voir sur la carte topographique du Morbihan
City locator 14.svg
Languidic

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Languidic

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Languidic
Liens
Site web Site officiel de la ville de Languidic

Languidic [lɑ̃ɡidik] (Langedig en breton) est une commune française située dans le département du Morbihan, en région Bretagne. Languidic est, avec une superficie de 10 908 hectares, la commune la plus étendue du Morbihan et la troisième de Bretagne derrière Scaër dans le Finistère et Paimpont en Ille-et-Vilaine.

Sommaire

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation de Languidic sur une carte des communes du Morbihan.

Localisation et communes limitrophes[modifier | modifier le code]

La commune de Languidic se trouve au sud-ouest du département du Morbihan, dans le pays de Lorient. À vol d'oiseau, elle se situe à 35,4 km au nord-ouest de Vannes[1], préfecture du département, 29,6 km au sud-ouest de Pontivy[2] et 18,5 km au nord-est de Lorient[3], sous-préfectures, ainsi qu'à 9,7 km au nord-est de Hennebont[4], chef-lieu de canton.

La commune se situe à l'extrême est de la communauté d'agglomération de Lorient Agglomération, sur la rive gauche du Blavet qui longe le territoire sur 18 km au nord et à l'ouest[M 1].

Languidic est limitrophe de 10 autres communes (5 communes de Lorient Agglomération, 2 de la communauté de communes de Blavet Bellevue Océan, 2 de Auray Quiberon Terre Atlantique et 1 de Baud Communauté).

Communes limitrophes de Languidic
Lanvaudan Quistinic Baud
Inzinzac-Lochrist, Hennebont Languidic Baud
Kervignac, Brandérion Nostang, Landévant Pluvigner

Géologie[modifier | modifier le code]

La commune de Languidic est située sur le cisaillement sud-armoricain, une structure tectonique vieille de 300 millions d'années qui s'étend de la mer d'Iroise (Pointe du Raz) jusqu'au Limousin et qui se subdivise en plusieurs branches orientées WNW-ESE et NW-SE. Le 30 septembre 2002, à 8 heures 44, heure française, un séisme dont l'épicentre était situé à l'ouest de la commune, à une profondeur de 10 km, fut ressenti dans toute la Bretagne et jusque dans les confins de la Mayenne. De magnitude 5,5 sur l'échelle de Richter, il n'occasionna que peu de dégâts. Il fut suivi 3 heures plus tard d'une réplique de plus faible intensité[5].

Hydrologie[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une image pour l'agrandir, ou survolez-la pour afficher sa légende.


L'ensemble de la commune est structuré par un réseau hydrographique très ramifié[M 1].

Languidic se situe dans deux bassins versants[M 2]. Le premier, celui du Blavet, englobe le nord et l'ouest de la commune, soit environ un tiers de son territoire. Il se compose d'une vingtaine de sous-bassins versants[M 3]. Parmi les affluents du Blavet, on compte en particulier l'Ével[6], délimitant la commune au nord-nord-est, et ses affluents les ruisseaux du Resto[7] et du Pont Pala[8], ce dernier délimitant la commune à l'est. Le Blavet est régulé sur le territoire de Languidic par six écluses[9],[M 1],[Note 1] : l'écluse de Minazen (point kilométrique 39,6), de Manerven (PK 44,88), du Rudet (PK 47,488), de Trébihan (PK 50,39), de Kerousse (vers PK 51) et l'écluse de Quellenec (PK 51,953), toutes construites lors de la canalisation du fleuve à partir du Premier Empire.

Le reste de la commune, soit environ les deux tiers, appartient au bassin versant de la ria d'Étel[M 4]. De nombreux ruisseaux y prennent leur source, parmi lesquels le ruisseau du Rion et ses affluents, se jetant dans le ruisseau du Roc'h, le ruisseau du Moulin de Leschamps (ou Les Champs), celui du Pont de Suliern et celui de Er Hoch Velin[M 1]. L'omniprésence de l'eau sur le territoire languidicien a permis le développement d'activités économiques spécifiques, tels l'implantation d'une dizaine de moulins hydrauliques[M 5],[M 6] aujourd'hui en ruines ou transformés en habitation.

Les ressources d'eaux souterraines sont également nombreuses sur la commune. On recense sur le territoire au moins 7 fontaines, d'usage domestique ou religieux, et 27 puits ayant un intérêt historique[M 5],[M 6]. Le puits de la place Général-de-Gaulle a disparu ; une fontaine, inaugurée en 2011, témoigne aujourd'hui de son existence[10]. En outre, un captage souterrain à Dézinio assure à la commune 25 % de son alimentation en eau[M 1].

Climat[modifier | modifier le code]

La situation géographie de Languidic soumet la commune à un climat tempéré océanique. Les amplitudes thermiques sont plutôt faibles, caractérisées par des étés frais et des hivers doux. La pluviométrie est assez équilibrée, mais des déficits hydriques ne sont pas à exclure selon les années, en période estivale notamment. On constate toutefois une dégradation des conditions climatiques depuis le littoral vers l’intérieur des terres. Cela se manifeste par une atténuation des vents, des hivers un peu plus froids avec des gelées plus persistantes dans certaines zones exposées, des précipitations moyennes annuelles moindre que dans le reste du Morbihan, des orages d’été plus ou moins violents[M 7].

Ci-dessous les données météorologiques pour la station de Lorient Lann-Bihoué, situé à 18,5 km au sud-ouest de Languidic. La comparaison des tableaux ci-dessous semble mettre en évidence une certaine élévation du niveau des températures (minimale et maximale).

Relevé météorologique de Lorient Lann-Bihoué (42 m), période 1961-1990
Mois jan. fév. mars avril mai juin jui. août sep. oct. nov. déc. année
Température minimale moyenne (°C) 3,2 3,3 4,1 5,8 8,4 11 12,9 12,7 11,4 8,9 5,6 4,1 7,6
Température moyenne (°C) 6 6,3 7,8 9,7 12,5 15,4 17,4 17,2 15,6 12,6 8,8 6,9 11,4
Température maximale moyenne (°C) 8,9 9,4 11,4 13,7 16,6 19,7 22 21,7 19,9 16,4 12 9,7 15,1
Ensoleillement (h) 76,6 103,4 148 200,9 227,2 248,9 270,2 243,9 190,6 143,3 93,4 73,2 2 019,6
Précipitations (mm) 106,5 87,7 78,9 56,5 69,4 52,1 44,2 44,4 69,4 84,7 91,9 109,8 895,5
Source : Infoclimat
Relevée météorologique Lorient Lann-Bihoué (42 m), période 1981-2010
Mois jan. fév. mars avril mai juin jui. août sep. oct. nov. déc. année
Température minimale moyenne (°C) 3,6 3,3 4,8 6,1 9,3 11,7 13,5 13,3 11,5 9,3 6 4 8,1
Température maximale moyenne (°C) 9,5 10 12,4 14,5 17,9 20,7 22,6 22,6 20,6 16,7 12,7 10 15,9
Source : Météo Bretagne
Températures minimales et maximales records (°C) à la station de Lorient Lann-Bihoué
Mois Jan Fév Mar Avr Mai Jui Jui Aou Sep Oct Nov Déc
maximales 16,8 17,6 23,3 27,1 29,8 35,9 34,9 37,5 30,6 27 19,5 16,4
date      27/01/2003 14/02/1998 30/03/1965 23/04/1984 25/05/2012 30/06/1976 18/07/2006 10/08/2003 05/09/1991 01/10/1997 13/11/1989 03/12/1953
minimales -13,1 -11,0 -7,4 -4,2 -1,1 1,6 3,4 4,1 1,0 -2 -5,0 -8,7
date      20/01/1963 03/02/1956 03/03/1965 12/04/1986 03/05/1967 11/06/1955 08/07/1954 14/08/1956 11/09/1972 29/10/1997 20/11/1971 25/12/1962
Source : Météo Bretagne

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Liaisons aériennes[modifier | modifier le code]

À une demi-heure de trajet routier du bourg de Languidic[11], l'aéroport de Lorient-Bretagne-Sud (code AITA : LRT • code OACI : LFRH) assure des liaisons régulières avec Paris-Orly, Lyon-Saint-Exupéry et, à partir du 4 avril 2015, Porto. D'autres dessertes, saisonnières ou occasionnelles, sont disponibles tel que Southampton pendant l'été[12].

Infrastructures routières[modifier | modifier le code]

En raison de son étendue, Languidic possède un important réseau routier[13] dont une infime partie est à la charge de l'État et du département. La voie express RN24, reliant Rennes à Lorient, traverse Languidic du nord-est au sud-ouest sur environ 15 km[M 8], partageant la commune en deux moitiés grossièrement égales. En outre, 5 routes départementales permettent de rejoindre les communes environnantes, formant sur 50 km un réseau en étoile[M 8] :

  • la départementale D102, sur un axe nord-ouest/sud-est, reliant Plouay à Sainte-Anne-d'Auray et dont une ramification rejoint la départementale D765 ;
  • la départementale D158, sur un axe nord-est/sud-ouest, reliant Gâvres au village de Pont-Augan en Languidic ;
  • la départementale D189, à l'est, qui rejoint la départementale D4 ;
  • la départementale D724 qui suit l'axe de la voie express ;
  • la départementale D765 qui dessert le village de Tréauray à l'extrême sud.

Enfin, les voies communales relient l'ensemble des hameaux et villages de la commune. Composées de routes, de chemins ruraux et d'exploitation, elles représentent environ 350 km[M 8].

Transports en commun[modifier | modifier le code]

Deux lignes de chemin de fer traversent la commune de Languidic. À l'extrême nord-est, la ligne ferroviaire de Auray à Pontivy, qui comptait comme arrêt la gare de Baud, n'est plus utilisée pour le transport des voyageurs, mais uniquement pour des trains de fret[14]. L'association PARB'ER essaie de faire revivre la ligne en organisant quelques circulations à bord des trains touristiques « Train Blavet Océan »[15]. Située à l'extrême sud, la ligne de Savenay à Landerneau franchit le territoire sur moins d'un kilomètre, à proximité du hameau de Kerjouan Ninez[M 8]. Les habitants peuvent se rendre à la gare d'Hennebont[16] ou aux haltes ferroviaires de Brandérion[17] et de Landévant[18] pour emprunter un train du réseau TER Bretagne.

Languidic est desservie par la ligne 17 du réseau TIM[19]. Depuis son adhésion en 1999 à la communauté d'agglomération de Cap Lorient (renommée aujourd'hui en Lorient Agglomération)[20], plusieurs lignes d'autobus du réseau CTRL ont été créées[21] :

  • la ligne 42 et 42d qui relie quotidiennement le village de Kergonan en Languidic au quartier du Ter de Lorient, en passant par Hennebont, Caudan et Lanester ;
  • la ligne 43 qui relie quotidiennement le village de Tréauray en Languidic au centre d'Hennebont, en passant par Brandérion.

C'est ajouté en 2014 la ligne 46 qui relie du lundi au samedi le village de Kergonan au bourg de Quistinic. Des dessertes de hameaux ou des lignes scolaires, nommées Services de Proximité (SP), complètent l'offre[22].

Pistes cyclables et liaisons douces[modifier | modifier le code]

Le réseau cyclable est encore en développement[M 9]. En 2007, un espace partagé sécurisé, pour piétons et cyclistes, a été réalisé entre le lieu-dit Saint-Germain en Languidic et Kerpotence en Hennebont[23],[M 10]. Un second tronçon a été inauguré en mai 2013 entre l'entrée de l'EHPAD du Marégo et le lieu-dit Brambouët[M 11]. À terme, les communes d'Hennebont et Languidic pourront être accessible en vélo ou à pied[M 10].

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Lieux-dits, écarts et quartiers[modifier | modifier le code]

Languidic est une vaste commune composée d'environ 360 hameaux et villages[M 12]. Au centre de celle-ci se trouve le bourg, implanté au sud de la RN 24 autour de l'église Saint-Pierre, tandis qu'au nord s'est développé le secteur de Lanveur[M 13]. Des lotissements successifs ont agrandi l'aire urbaine par l'ouest, l'est et le sud ; on peut citer ceux de Guillerme, de Kercadic et de la Châtaigneraie par exemple. Sur les plus de 7000 habitants, près de 3000 réside dans le bourg[M 12]. Il existe également deux gros villages : Tréauray au sud, à 10 minutes du centre en trajet routier[24], et Kergonan au nord-est, à 8 minutes[25]. Ces sites présentent un caractère urbain proche de celui du bourg[M 13]. Le reste de la population est disséminé à travers les nombreux hameaux de la commune. Ces derniers sont de taille plus ou moins variable, cela peut aller d'une simple ferme à un ensemble de bâtiments plus important.

Morphologie urbaine[modifier | modifier le code]

Logement[modifier | modifier le code]

Risques naturels[modifier | modifier le code]

Toponymie[modifier | modifier le code]

Languidic est mentionnée pour la première fois en 1160 dans une charte de Conan IV (qui confirme les possessions des chevaliers de Saint-Jean-de-Jérusalem)[26] sous la forme Lann Kintic. Le nom a varié au fil des siècles : Landgendic en 1264, Languindic et Languendic en 1310, Languedic en 1450, Languédic en 1464, 1481 et 1536, Lenguidic en 1477[27]. Bien que l'étymologie de Languidic reste encore aujourd'hui incertaine, le nom peut s'analyser sur la base de deux éléments : lan, signifiant « territoire », « lieu sacré » ou « ermitage », et Kintic, désignant une personne[27]. Il s'agit vraisemblablement de saint Cenydd (en) (francisé en Kinig ou Kinède), ermite né en Armorique et mort le 1er août 526[28].

Histoire[modifier | modifier le code]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

La commune de Languidic est rattachée administrativement à l'arrondissement de Lorient. Depuis le redécoupage, elle est l'une des six communes composant le canton d'Hennebont et fait aussi partie de la sixième circonscription du Morbihan.

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

L'électorat languidicien est assez versatile quant à ses choix politiques. Aux élections présidentielles, les électeurs semblent favoriser les candidats de gauche, à une courte majorité. Par contre, aux élections législatives, ce sont les candidats de droite qui arrivent généralement en tête, avec également une courte avance mais élus directement au premier tour. Les élections européennes et régionales sont moins facile à analyser, elles suivent toutefois la tendance nationale sauf lors des élections régionales de 2004. Aux élections municipales, les candidats de droite sont toujours sortis vainqueurs dès le premier tour. La participation reste plutôt stable lors de scrutins d'intérêt majeur telles que les élections présidentielles et municipales. On remarque cependant un effritement de la participation lors des élections régionales avec une baise de près de 15 points.

Élections présidentielles, résultats des seconds tours[modifier | modifier le code]

Élections législatives, résultats des premiers et seconds tours[modifier | modifier le code]

En 2002 et 2007, Jacques Le Nay est élu au premier tour. Pour ces années-là, seuls les scores au dessus de 10 % sont indiqués.

Élections européennes, résultats des deux meilleurs scores[modifier | modifier le code]

Élections régionales, résultats des seconds tours[modifier | modifier le code]

Élections cantonales, résultats des seconds tours[modifier | modifier le code]

Élections municipales, résultats des premiers tours[modifier | modifier le code]

Depuis 2001, le maire a toujours été élu au premier tour.

Référendums[modifier | modifier le code]

Administration locale[modifier | modifier le code]

Le nombre d'habitants au dernier recensement étant compris entre 5 000 et 9 999, le nombre de membres du conseil municipal est de 29[31].

Conseil municipal de Languidic (mandat 2014-2020)[MI 17].
Liste Tendance Président Effectif Statut
« Languidic avec vous » DVD Patricia Kerjouan 23 Majorité
« Languidic osons l'avenir » DVG Claude Le Boursico 4 Opposition
« Languidic alternative : tous ensemble » DVG Mbaye Dione 2 Opposition

Jusqu'en 1999[20], Languidic ne faisait partie d’aucune intercommunalité à fiscalité propre. Le 13 décembre 1999, la commune a rejoint la communauté d'agglomération Lorient agglomération qui regroupe aujourd'hui 25 communes. Elle lui a transféré de nombreuses compétences : le développement économique, l’aménagement du territoire, l’équilibre social de l’habitat, la politique de la ville, la protection et mise en valeur de l'environnement et du cadre de vie, la gestion des équipements culturels, sportifs, de la voirie, des parcs de stationnements, de l'eau potable et de l'assainissement[32],[M 14]. La commune est représentée au conseil communautaire par 2 élus, le maire et son premier adjoint, le premier étant aussi 8e vice-président, chargé des ressources humaines et de l'organisation interne[33]. Ces derniers siègent dans divers structures opérationnelles du pays de Lorient : l'Agence d'urbanisme, de développement économique et technopole de pays de Lorient (AudéLor), l'Association Musiques d'aujourd'hui au pays de Lorient (MAPL), la société d'économie mixte XSEA[34], le syndicat mixte pour le schéma de cohérence territoriale du pays de Lorient, le syndicat mixte du haras national d'Hennebont, le syndicat mixte de la vallée du Blavet[35], le syndicat mixte de la Ria d'Etel et le syndicat mixte du Bassin du Scorff[M 14].

Depuis 2011, la municipalité dispose aussi d'un conseil municipal des enfants[36].

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs[37]
Période Identité Étiquette Qualité
1790 1791 Yves Le Rouzo    
1791 1793 Louis Le Gal    
1793 1795 Mathieu Le Serrec   Tué dans une embuscade le 15 ventôse an III
1795 1800  ?    
1800 1814 Joseph Le Bouedec    
1814 1832 Jean Jego    
1832 1848 Thomas du Bouetiez    
1848 1848 Pierre Le Mancq    
1848 1852 Vincent Perron    
1852 1869 Édouard de Bellecherre    
1869 1879 Nicolas Mousset    
1876 1891 Joseph Le Creff    
1891 1919 Alexandre de Kerret    
1919 1953 Joseph Guillerme UDR Cultivateur[38]
1953 1956 Louis Nicol   Garagiste
1956 1977 Lucien Bigoin    
1977 1985 Jo Huitel   Décède en cours de mandat[39]
1985 2014 Maurice Olliéro RPR puis UMP puis DVD Instituteur puis retraité
2014 en cours Patricia Kerjouan DVD Cadre de santé en retraite
Les données manquantes sont à compléter.

Instances judiciaires et administratives[modifier | modifier le code]

Languidic relève de la Cour administrative d'appel de Nantes, de la Cour d'appel de Rennes, de la Cour d'assises de Vannes, du tribunal administratif de Rennes. Le conseil de prud'hommes, le tribunal d'instance, le tribunal de commerce, le tribunal de grande instance, le tribunal paritaire des baux ruraux et le tribunal pour enfants sont quant à eux tous situés à Lorient[40].

Une brigade territoriale de proximité de la gendarmerie nationale est implantée sur la commune[MI 18], tout comme un centre de secours[41]. Elle dispose également d'un policier municipal[M 15] et d'un bureau de poste[42].

Politique environnementale[modifier | modifier le code]

Eau et assainissement[modifier | modifier le code]

Depuis le 1er janvier 2012, la gestion de l'eau et de l'assainissement est devenue une compétence de Lorient Agglomération[M 16]. Auparavant, la compétence de l'eau potable était gérée par la société STGS en délégation de service public[M 17]. Une partie de l'alimentation en eau de la population de Languidic est issue du captage de Dézinio, situé au hameau du même nom. L'installation est composée d'un puits de 30m3/h, de deux forages de 15m3/h chacun et d'une usine de traitement physico-chimique simple, mise en service en 2005[M 17]. Le reste de l'eau est importé auprès d'autres communes, principalement Baud et Hennebont. En 2011, trois gros consommateurs se démarquent des 3098 abonnés : l'entreprise Nutrea (14 846 m3), l'entreprise Socalys (206 975 m3) et la commune pour l’arrosage des terrains de foot (7 379 m3). Pour la même année, un habitant a consommé 171 l/j.

Évolution du volume d'eau produit à la station de Dézinio (en m3)[43],[M 17]
Année 2007 2008 2009 2010 2011
Volume produit 170 582 189 014 201 717 205 545 177 223

En 2002, le volume d'eau produit s'élevait à 74.037 m3[44].

L'assainissement était également géré par la commune de Languidic jusqu'au 31 décembre 2011[M 17]. Le traitement des eaux usées est assuré par trois stations d'épuration : le bourg est raccordé à la station de Coët Megan, le village de Tréauray po trois bassins de lagunages, enfin le village de Kergonan est raccordé à la station d'épuration privée de Socalys[M 17].

Traitement des déchets[modifier | modifier le code]

Au sein de Lorient Agglomération, Languidic participe au programme de traitement des déchets ménagers depuis 2002[M 18]. Une collecte hebdomadaire ou bimensuelle des ordures ménagères, des emballages ménagers et des biodéchets est assurée[45]. Des conteneurs pour le verre et les journaux-revues-magazines sont disposés sur plusieurs sites du territoire communal. Les habitants de Languidic peuvent également se procurer des bacs pour le compostage de leurs déchets végétaux[M 19]. En outre, l'une des treize déchetteries de l'agglomération est implantée sur la commune, dans la zone d'activité de Lanveur[46].

Finances locales[modifier | modifier le code]

Jumelages[modifier | modifier le code]

Languidic est jumelée avec :

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Les habitants de Languidic sont appelés les Languidiciens[47].

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

En 2012, la commune comptait 7 409 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 2],[Note 3].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
6 012 6 076 5 842 6 029 6 064 6 420 6 105 6 293 6 358
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
6 222 6 382 6 483 6 094 6 433 6 745 6 920 7 122 7 498
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
7 741 7 815 7 865 7 919 8 045 8 012 7 803 8 262 5 763
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2012
5 547 5 326 5 223 5 847 6 350 6 489 7 076 7 309 7 409
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[48] puis Insee à partir de 2004[49].)
Histogramme de l'évolution démographique


Après une forte progression, Languidic perd près d'un tiers de sa population au lendemain de la Seconde Guerre mondiale. L'exode rural se poursuit jusqu'en 1975. Dès lors, la tendance se renverse et sous l'effet d'un solde migratoire excédentaire, la population augmente. Cet accroissement est également dû au solde naturel positif, comme le montrent les données du tableau ci-dessous, sous les effets conjoints d'un taux de natalité stable et d'un taux de mortalité fortement en baisse.

Soldes de variation annuelle de la population de Languidic
exprimés en pourcentages[In 1]
1968 - 1975 1975 - 1982 1982 - 1990 1990 - 1999 1999 - 2006 2006 - 2010
Taux de variation annuel de la population - 0.3 + 1.6 + 1.0 + 0.2 + 1.2 + 0.7
Solde naturel + 0,2 + 0,2 + 0,3 + 0,2 + 0,4 + 0,4
Solde migratoire - 0.5 + 1.4 + 0.7 + 0.0 + 0,8 + 0,2

Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

La pyramide des âges établie pour Languidic en 2011 est sensiblement différente de celle établie pour l’ensemble du département, avec une présence relativement supérieure de résidents compris dans les catégories d’âges de moins de quinze ans et de trente à cinquante-neuf ans et corollairement une présence nettement inférieure de population de plus de soixante ans et de quinze à vingt-neuf ans. La proximité avec l'agglomération de Lorient expliquent pour partie cette situation.

Pyramide des âges à Languidic en 2011 en pourcentages[In 2].
Hommes Classe d’âge Femmes
0,3 
90 ans ou +
0,6 
6,0 
75 à 89 ans
9,0 
13,4 
60 à 74 ans
14,7 
22,7 
45 à 59 ans
20,8 
21,3 
30 à 44 ans
21,4 
15,2 
15 à 29 ans
12,9 
21,2 
0 à 14 ans
20,5 
Pyramide des âges du Morbihan en 2011 en pourcentages[In 3].
Hommes Classe d’âge Femmes
0,4 
90 ans ou +
1,3 
7,4 
75 à 89 ans
11,7 
16,0 
60 à 74 ans
17,1 
21,1 
45 à 59 ans
20,3 
19,4,3 
30 à 44 ans
18,2 
16,6 
15 à 29 ans
14,4 
19,0 
0 à 14 ans
16,9 

Enseignement[modifier | modifier le code]

La commune de Languidic est rattachée à l'académie de Rennes. Cette académie fait partie de la zone B pour son calendrier de vacances scolaires.

Elle dispose de trois écoles primaires et d'un collège[50]. Au bourg, l'école publique Georges-Brassens et l'école privée Notre-Dame-des-Fleurs se composent respectivement de 12 classes (10 monolingues et 2 bilingues)[51] et 18 classes (13 monolingues, 5 bilingues)[52]. La troisième école se situe au village de Kergonan et accueille 107 élèves en 2014[53]. Le collège privé Saint-Aubin, au bourg, est construit en 1887[54]. Tenu par des religieux jusqu'en 1993, c'était à l'origine une école de garçon avec internat (aujourd'hui aménagé en centre de documentation et d’information). L'effectif scolaire total s'élève à 1178 élèves à la rentrée 2011[M 20].

Les lycées les plus proches se situent à Hennebont et Kervignac. Hennebont propose l'accès à quatre lycées dont deux d'enseignement général, l'un privé, l'autre public, et deux d'enseignement professionnel publics. À Kervignac, il s'agit d'un lycée d'enseignement agricole privé.

Vie culturelle et associative[modifier | modifier le code]

Santé[modifier | modifier le code]

La commune dispose de six médecins généralistes, de trois chirurgiens-dentistes, de trois cabinets d'infirmiers, de trois kinésithérapeutes, d'un podologue, de trois orthophonistes, de deux ostéopathes, d'une psychologue et de deux pharmacies[M 21].

Les habitants de Languidic ont également accès au centre hospitalier de Bretagne Sud — hôpital du Scorff à Lorient et centre de réadaptation et de gériatrie à Hennebont — ainsi qu'à plusieurs cliniques dans les alentours.

Sports[modifier | modifier le code]

La commune de Languidic dispose de plusieurs infrastructures permettant la pratique sportive. Le complexe Lucien Buigoin, au bourg, se compose d'un gymnase, d'une salle de musculation, de danse et de karaté, d'un stade et de trois terrains de football dont un stabilisé[55]. La salle multisport Julien Le Mancq est implanté juste à côté, avec le dojo et les deux courts de tennis extérieurs[56]. Le complexe de Kergonan, situé au village du même nom, se compose de deux salles et du stade Jo Huitel[57]. Plusieurs boulodromes sont disséminés sur le territoire communal. Une carrière, dans la zone de Lanveur, accueille régulièrement des concours de saut d'obstacles.

Une trentaine d'associations assurent l'encadrement de la pratique sportive en club dans la commune[M 22].

Médias[modifier | modifier le code]

Cultes[modifier | modifier le code]

Économie[modifier | modifier le code]

Revenus de la population et fiscalité[modifier | modifier le code]

Emploi[modifier | modifier le code]

Entreprises et commerces[modifier | modifier le code]

Agriculture[modifier | modifier le code]

Artisanat et industrie[modifier | modifier le code]

Activités de service[modifier | modifier le code]

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Vestiges préhistoriques et antiques[modifier | modifier le code]

  • Les alignements mégalithiques et tumulus du « Grand Resto » ou de « Lann-Venet »[58] (époque néolithique), encore appelés menhirs de « Kersolan »[59] ou « soldats de Saint Cornély »[60]. Il s'agit de trois alignements de menhirs qui comprennent respectivement 29, 69 et 43 pierres[M 23]. Ce site, probablement un vestige d'un ensemble plus vaste[61], est classé MH depuis 1967[62] ;
  • Plusieurs allées couvertes et menhirs isolés[M 23],[63],[64],[65],[66],[67] dont les plus remarquables sont le menhir de Kerdoret[68] et celui de Kerdanué[69]. Les premières fouilles entrepris sur certains sites les ont gravement endommagés[M 23],[70],[M 24] ;
  • Plusieurs stèles gauloises et lec'hs, christianisés ou utilisés comme borne milliaire[M 23],[71],[72],[73],[74] ;
  • La voie romaine qui relie Vannes à Quimper et qui passe par la commune de Languidic[M 23].

Patrimoine religieux[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une image pour l'agrandir, ou survolez-la pour afficher sa légende.


  • L'église Saint-Pierre (1876-1879), de l'architecte Maignen[M 23], remplace deux édifices plus anciens[M 25],[64]. L'édifice abrite l'une des rares cloches de la région antérieures à la Révolution ; « Kolas » (ou Nicolas) date en effet de 1783 et n'a pas été fondue car elle servait pour les sonneries civiles[75]. Le calice en argent et la ciboire en étain, respectivement du XVIIe siècle et XVIIIe siècle, sont classés MH[76],[77]. En 1933, un calvaire est construit sur la place Général-de-Gaulle[M 25].
  • La commune compte encore aujourd'hui 14 chapelles :
    • au bourg, la chapelle Notre-Dame-des-Fleurs, du XVe siècle (commencée en 1451 puis restaurée au XVIIIe siècle et XIXe siècle), dans le style du gothique flamboyant[M 26],[64]. Elle est édifiée par Guillaume de Kerouallan, seigneur de Kerallan, Kerlevec et Saint-Offac[M 23]. Elle est classée MH depuis 1922[78]. Un calvaire, datant du XVIIe siècle, se dresse à l'entrée[79] ;
    • à Kergohanne, la chapelle Saint-Jacques (XVIIe siècle-XVIIIe siècle) avec son calvaire (1745)[M 27],[80]. La chapelle abrite la statue en bois polychrome de saint Isidore (datant du XIXe siècle et classée MH[81]). C'est une étape du pèlerinage de Saint-Jacques-de-Compostelle[M 23]. Une fontaine à dévotion se trouve non loin, aménagée près d'un grand bassin, sans doute un lavoir[82] ;
    • à Kergonan, la chapelle Saint-Luc (années 1970) reconstruite après que la précédente chapelle ait été frappée d'alignement[M 23],[M 28] ;
    • à Kernec, la chapelle Notre-Dame-de-Becquerel et Saint-Maur (XVIe siècle-XVIIe siècle)[M 29], remarquable pour ses éléments extérieurs sculptés[M 23]. Elle héberge trois statues en bois polychrome représentant saint Michel terrassant le dragon (datant du XVIe siècle et classée MH en 1983[83]), Notre-Dame de Becquerel et un Christ en croix (toutes les deux du XVIIe siècle). Les vitraux datent de 1879. À 500 mètres se trouve une fontaine à dévotion datant de 1772 ;
    • à Kervréhan, la chapelle Notre-Dame-du-Bon-Secours (1806) et sa fontaine en bordure de la route de Pluvigner[M 23],[M 30] ;
    • à Lambézégan, la chapelle Notre-Dame-des-Grâces (XVIIe siècle-XVIIIe siècle)[M 23],[M 31] ;
    • à Penhouët, la chapelle Saint-Trémeur (1898)[M 23], également dédiée à saint Cornély et saint Georges, et son calvaire (XIXe siècle)[84]. Elle abrite la statue en bois polychrome représentant saint Georges terrassant le dragon (datant du XVIe siècle et classée MH en 1981[85],[86]). En contrebas, se trouve une fontaine sur laquelle sont sculptés les trois saints[M 32] ;
    • à Saint-Donatien, la chapelle Saint-Donatien (XVIe siècle, reconstruite en XVIIIe siècle), remarquable pour son décor de crosses et crossettes animalières[M 23]. Sa fontaine date de 1778 et un if, trois fois centenaire, accueille les fidèles à l'entrée[M 33]. La chapelle héberge une statue en bois polychrome Ecce homo (datant du XVIIe siècle et classée MH[87]) ;
    • à Saint-Étienne, la chapelle Saint-Étienne (XVIIe siècle)[M 23] hébergeant deux statues en bois polychrome datées du XVIIe siècle et classées MH dont celle de saint Étienne[88] et sa fontaine à dévotion[M 34] ;
    • à Saint-Jean, la chapelle Saint-Jean (citée dès 1160, l'actuel édifice date du XVIIe siècle)[M 23],[M 35] ;
    • à Saint-Nicolas, la chapelle Saint-Nicolas (XVIIIe siècle)[M 36] et sa stèle appelée stèle du Diable à l'entrée[89]. Reconstruite, certains éléments peuvent dater du Moyen Âge[M 23]. Sa fontaine à dévotion daterait du XVIIe siècle[90];
    • à Tréauray, la chapelle Saint-Abibon (XVe siècle-XVIIe siècle)[M 23]. Le vitrail dit de la Crucifixion, datant de 1588[91], et six statues anciennes, sont classés MH[M 37] ;
    • la chapelle Saint-Urlo (XVIIe siècle-XXe siècle), appartenant à l’Évêché[M 23],[M 38]. Elle héberge de nombreux objets classés MH : un retable lambris représentant des paysages de dévotion et un ange ainsi que trois statues en bois polychrome représentant saint Urlo, saint Isidore et sainte Anne enceinte (tous quatre datant du XVIIIe siècle-XIXe siècle)[92],[93],[94],[95]. Une fontaine à dévotion, réputée soignée la goutte et les rhumatismes, se situe en contrebas[96] ;
    • la chapelle Saint-Germain, tombant actuellement en ruines[M 23],[M 39].
  • Plusieurs croix monumentales et croix de chemin en granite[M 23].

Patrimoine architectural[modifier | modifier le code]

  • Les restes d'une motte castrale moyenâgeuse située près de la fontaine de Kernec et qui fut originellement confondue avec un tumulus néolithique[97],[98] ;
  • Au bourg, maison dont la façade du XVe siècle est classée MH[99] ;
  • Plusieurs châteaux subsistent[M 5],[M 6] :
    • le château de Kerrous (XIXe siècle) ;
    • le château du Quellenec (XVe siècle-XVIIIe siècle) ;
    • le château de La Forest (XVIIe ‑ XIXe siècles) qui a peut-être appartenu au duc Jean Ier de Bretagne[LEI 2].
  • Nombreux manoirs, maisons à toit de chaume et fermes recensés dans l'inventaire général du patrimoine culturel[100] ;
  • Présence importante du petit patrimoine : fontaines, puits, lavoirs, fours à pain, etc[M 5],[M 6].

Mémorial[modifier | modifier le code]

Statue de l'an 2000

Curiosités[modifier | modifier le code]

  • La tombe de Marie-Thérèse-Perrine-Joséphine Hersart de la Villemarqué, fille du philologue Théodore Hersart de La Villemarqué[101] ;
  • Au cimetière, gisant de Pierre Guillozo, ancien curé de Languidic[102] ;
  • La statue de l'an 2000 au hameau de Saint-Donatien[103].

Patrimoine naturel[modifier | modifier le code]

Languidic dispose de nombreux espaces protégés dont 2 000 hectares de zones boisées (soit un taux de boisement de 26 %)[M 40] et 1 200 hectares de zones humides (soit environ 11 % du territoire)[M 1]. Autrefois menacées, ces dernières sont depuis les années 2000 au centre d'un programme local de préservation[104]. En outre, la commune compte une zone naturelle d'intérêt écologique, faunistique et floristique de type 1 : le bois du Pont-Neuf et de Quellenec dans lequel 100 taxons ont été recensés[105], notamment le bouscarle de Cetti[M 41]. Cette ZNIEFF de plus de 200 hectares fait partie de la vallée du Blavet, un secteur qui accueille une végétation variée et une riche faune : mammifères sauvages, oiseaux nicheurs et rapaces. En hiver, on peut y rencontrer d’autres espèces comme le héron cendré, le grand cormoran, le colvert ou la mouette rieuse. Les eaux du Blavet sont poissonneuses ; poissons blancs d'eau douce (sandres, carpes, brochets, perches, gardons, brèmes) cohabitent avec truites de mer, anguilles et saumons de l’Atlantique adultes selon les saisons[M 40]. La lande tourbeuse de Kergurune, aussi ZNIEFF de type 1, a été déclassée[M 41].

Langue bretonne[modifier | modifier le code]

À la rentrée 2013, 200 élèves étaient scolarisés dans les filières bilingues publiques et catholiques[106].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason ville fr Languidic (Morbihan).svg

Les armoiries de Languidic se blasonnent ainsi :

D’azur au chevron d’hermine accompagné en chef de deux étoiles et en pointe d’une fleur de pommier feuillée, le tout d’or.
Devise « Bleuein ha frehein » (« Fleurir et fructifier »).

Le blason, conçu par l'abbée Marquer et H. Martin, date de 1963[107]. La fleur représente la fructification (comme l'atteste le sens de Bleuein en breton) et fait écho à la chapelle Notre-Dame-des-Fleurs. Le chevron d'hermine renvoie naturellement à la Bretagne.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Un oubli s'est glissé dans la liste des écluses rédigée par le site des canaux de Bretagne (première référence). Comme le rappelle le rapport de présentation du Plan Local d'Urbanisme (seconde référence), six écluses se trouvent sur la commune de Languidic. La négligence vient sans doute que l'écluse omise possède le même nom que celle d'Inzinzac-Lochrist.
  2. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  3. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant à l'année 2006, première population légale publiée calculée conformément aux concepts définis dans le décret no 2003-485 du 5 juin 2003, et les années correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et aux années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

Insee[modifier | modifier le code]

La référence est notée « In » dans le texte.

Site du ministère de l'Intérieur[modifier | modifier le code]

La référence est notée « MI » dans le texte.

  1. « Résultats de l'élection présidentielle 2002 » (consulté le 19 février 2015).
  2. « Résultats des élections présidentielles 2007 » (consulté le 19 février 2015).
  3. « Résultats des élections présidentielles 2012 » (consulté le 19 février 2015).
  4. « Résultats des élections législatives 2002 » (consulté le 19 février 2015).
  5. « Résultats des élections législatives 2007 » (consulté le 19 février 2015).
  6. « Résultats des élections législatives 2012 » (consulté le 19 février 2015).
  7. « Résultats des élections européennes 2004 » (consulté le 19 février 2015).
  8. « Résultats des élections européennes 2009 » (consulté le 19 février 2015).
  9. « Résultats des élections européennes 2014 » (consulté le 19 février 2015).
  10. « Résultats des élections régionales 2004 » (consulté le 19 février 2015).
  11. « Résultats des élections régionales 2010 » (consulté le 19 février 2015).
  12. « Résultats des élections cantonales 2008 » (consulté le 19 février 2015).
  13. « Résultats des élections municipales 2001 » [xls] (consulté le 19 février 2015).
  14. « Résultats des élections municipales 2008 » (consulté le 19 février 2015).
  15. « Résultats des élections municipales 2014 » (consulté le 19 février 2015).
  16. « Référendum du 29 mai 2005 » (consulté le 19 février 2015).
  17. « Résultats de l'élection municipale 2014 » (consulté le 19 février 2015).
  18. « Brigade territoriale de proximité de gendarmerie de Languidic » (consulté le 20 février 2015).

Site de la mairie[modifier | modifier le code]

La référence est notée « M » dans le texte.

  1. a, b, c, d, e et f « Rapport de présentation du Plan Local d'Urbanisme : environnement physique » [PDF] (consulté le 17 février 2015), p. 59-63.
  2. « Plan de zonage d’assainissement des eaux pluviales – découpage en bassins versants » [PDF] (consulté le 17 février 2015).
  3. « Zonage d'assainissement pluvial » [PDF] (consulté le 17 février 2015), p. 9.
  4. « Plan de zonage d’assainissement des eaux pluviales – découpage en bassins versants » [PDF] (consulté le 17 février 2015).
  5. a, b, c et d « Plan paysage et petit patrimoine Nord » [PDF] (consulté le 17 février 2015).
  6. a, b, c et d « Plan paysage et petit patrimoine Sud » [PDF] (consulté le 17 février 2015).
  7. « Rapport de présentation du Plan Local d'Urbanisme : climatologie » [PDF] (consulté le 17 février 2015), p. 79.
  8. a, b, c et d « Rapport de présentation du Plan Local d'Urbanisme : déplacements et infrastructures » [PDF] (consulté le 17 février 2015), p. 40-46.
  9. « Orientation d'Aménagement et de Programmation » [PDF] (consulté le 18 février 2015), p. 27.
  10. a et b Bulletin municipal (no 60),‎ (lire en ligne [PDF]).
  11. Bulletin municipal (no 61),‎ (lire en ligne [PDF]).
  12. a et b « Rapport de présentation du Plan Local d'Urbanisme : entités paysagères » [PDF] (consulté le 18 février 2015), p. 68- 78.
  13. a et b « Rapport de présentation du Plan Local d'Urbanisme : organisation et morphologie du territoire » [PDF] (consulté le 18 février 2015), p. 14-16.
  14. a et b Bulletin municipal (no 63),‎ (lire en ligne [PDF]).
  15. « Les services municipaux » (consulté le 20 février 2015).
  16. « Eau et assainissement » (consulté le 20 février 2015).
  17. a, b, c, d et e « Rapport de présentation du Plan Local d'Urbanisme : les ressources naturelles et leur gestion » [PDF] (consulté le 20 février 2015), p. 80-89.
  18. « Rapport de présentation du Plan Local d'Urbanisme : équipements et services » [PDF] (consulté le 21 février 2015), p. 47-50.
  19. « Trier ses déchets » (consulté le 21 février 2015).
  20. « Rapport de présentation du Plan Local d'Urbanisme : démographie » (consulté le 24 février 2015).
  21. « Santé - Urgence » (consulté le 25 février 2015).
  22. « Associations sportives » (consulté le 26 février 2015).
  23. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j, k, l, m, n, o, p, q, r, s, t et u « Rapport de présentation du Plan Local d'Urbanisme : le patrimoine archéologique, architectural et culturel » [PDF] (consulté le 21 février 2015), p. 90-95.
  24. « Sites mégalithiques » (consulté le 23 février 2015).
  25. a et b Bulletin municipal (no 56),‎ .
  26. « Chapelle Notre-Dame-des-Fleurs » (consulté le 21 février 2015).
  27. « Chapelle de Kergohanne » (consulté le 4 février 2015).
  28. « Chapelle Saint-Luc » (consulté le 4 février 2015).
  29. « Chapelle de Kernec » (consulté le 21 février 2015).
  30. « Chapelle de Kervréhan » (consulté le 4 février 2015).
  31. « Chapelle de Lambézégan » (consulté le 21 février 2014).
  32. « Chapelle de Penhoët » (consulté le 21 février 2015).
  33. « Chapelle Saint-Donatien » (consulté le 21 février 2015).
  34. « Chapelle Saint-Etienne » (consulté le 21 février 2015).
  35. « Chapelle Saint-Jean » (consulté le 21 février 2015).
  36. « Chapelle Saint-Nicolas » (consulté le 4 février 2015).
  37. « Chapelle de Tréauray » (consulté le 21 février 2015).
  38. « Chapelle Saint-Urlo » (consulté le 21 février 2015).
  39. « Chapelle Saint-Germain » (consulté le 21 février 2015).
  40. a et b « Rapport de présentation du Plan Local d'Urbanisme : grandes formations végétales et continuités biologiques » [PDF] (consulté le 22 février 2015), p. 64-68.
  41. a et b « Rapport de présentation du Plan Local d'Urbanisme : les espaces naturels préservés de la commune » [PDF] (consulté le 22 février 2015), p. 89-90.

Ouvrages[modifier | modifier le code]

  • Languidic en images (pré. Maurice Olliéro), Languidic, un siècle en images : 1900-2000, H.L.B. Services, novembre 2003, 141 p. La référence est notée « LEI » dans le texte.
  1. a et b p. 16.
  2. p. 43.
  • Xavier Dubois, Languidic au fil des siècles, éditions Maury, 2007 (ISBN 978-2-9533281-0-3). la référence est notée « XB » dans le texte.

Autres sources[modifier | modifier le code]

  1. « Orthodromie entre "Languidic" et "Vannes" », sur le site lion1906 de Lionel Delvarre (consulté le 14 février 2015)
  2. « Orthodromie entre "Languidic" et "Pontivy" », sur le site lion1906 de Lionel Delvarre (consulté le 14 février 2015).
  3. « Orthodromie entre "Languidic" et "Lorient" », sur le site lion1906 de Lionel Delvarre (consulté le 14 février 2015).
  4. « Orthodromie entre "Languidic" et "Hennebont" », sur le site lion1906 de Lionel Delvarre (consulté le 14 février 2015).
  5. CEA sciences de la vie et de la terre: [1]
  6. Sandre, « Fiche cours d'eau - l'Evel (J56-0300) » (consulté le 15 février 2015).
  7. Sandre, « Fiche cours d'eau - le Resto (J5635300) » (consulté le 15 février 2015).
  8. Sandre, « Fiche cours d'eau - le Pont Raia (J5635100) » (consulté le 15 février 2015).
  9. « Écluses du Blavet », sur Canaux de Bretagne (consulté le 15 février 2015)
  10. « Fontaine. Le projet définitivement validé », Le Télégramme,‎ (lire en ligne)
  11. « Calcul d'itinéraire Languidic / Aéroport de Lorient-Bretagne-Sud », sur le site Via Michelin (consulté le 17 février 2015).
  12. « Cartes des destinations », sur le site de l'aéroport de Lorient-Bretagne-Sud (consulté le 17 février 2015).
  13. « Carte topographique de Languidic », sur Géoportail (consulté le 17 février 2015)
  14. « Pluvigner patrimoines. A la découverte de l'ancienne gare », Le Télégramme,‎ (lire en ligne)
  15. « Site officiel de l'association PARB'ER » (consulté le 17 février 2015)
  16. « Gare d'Hennebont », sur le site SNCF TER Bretagne (consulté le 17 février 2015)
  17. « Halte ferroviaire Brandérion », sur le site SNCF TER Bretagne (consulté le 17 février 2015)
  18. « Halte ferroviare Landévant », sur le site SNCF TER Bretagne (consulté le 17 février 2015)
  19. « Carte des lignes », sur le site du conseil général du Morbihan (consulté le 17 février 2015)
  20. a et b « Les 25 communes », sur le site officiel de Lorient Agglomération (consulté le 17 février 2015)
  21. « Plan des lignes en semaine » [PDF], sur le site de la CTRL (consulté le 17 février 2015)
  22. « Fiche des Services de Proximité », sur le site de la CTRL (consulté le 17 février 2015)
  23. « Le chemin piétonnier de Kerblayo sur les rails », Le Télégramme,‎ (lire en ligne)
  24. « Calcul d'itinéraire Languidic Bourg / Tréauray », sur le sire Via Michelin (consulté le 18 février 2015).
  25. « Calcul d'itinéraire Languidic bourg / Kergonan », sur le site Via Michelin (consulté le 18 février 2015).
  26. Bulletin paroissial de Languidic [« Parrez Lanngedig »], Hennebont, Imp. Ch. Normand,‎ (lire en ligne), p. 9-11
  27. a et b Bulletin paroissial de Languidic [« Parrez Lanngedig »], Hennebont, Imp. Ch. Normand,‎ (lire en ligne), p. 10-11
  28. Bulletin paroissial de Languidic [« Parrez Lanngedig »], Hennebont, Imp. Ch. Normand,‎ (lire en ligne), p. 10-11
  29. « Résultats des élections municipales 2001 », sur le site de Ouest-France (consulté le 19 février 2015)
  30. « Résultats du référendum de 2000 », sur le site Politiquemania (consulté le 19 février 2015)
  31. art L. 2121-2 du code général des collectivités territoriales
  32. « Les compétences », sur le site officiel de Lorient Agglomération (consulté le 19 février 2015)
  33. « La conseil communautaire », sur le site officiel de Lorient Agglomération (consulté le 19 février 2015)
  34. « Les actionnaires », sur le site officiel de XSEA (consulté le 19 février 2015)
  35. « Les élus », sur le site officiel du syndicat mixte de la vallée du Blavet (consulté le 19 février 2015)
  36. « Des élèves élus au conseil municipal des enfants », Ouest-France,‎ (lire en ligne)
  37. « Fiche sur Languidic », sur le site InfoBretagne (consulté le 19 février 2015)
  38. Christophe Rivière, « v », Annales de Bretagne et des Pays de l’Ouest, no 113-2,‎ , p. 135-184 (lire en ligne)
  39. « Émotion, humour et anecdotes aux derniers voeux du maire », Ouest-France,‎ (lire en ligne)
  40. « Liste des juridictions compétentes pour Languidic », sur le site du ministère de la Justice (consulté le 20 février 2015)
  41. « CIS Languidic », sur le site du SDIS du Morbihan (consulté le 20 février 2015)
  42. « Bureau postal de Languidic », sur le site de La Poste (consulté le 20 février 2015)
  43. « Conseil. Des travaux sur les réseaux d'eaux usées », Le Télégramme,‎ (lire en ligne)
  44. « L'eau et le centre de loisirs au menu du conseil municipal », Le Télégramme,‎ (lire en ligne)
  45. « Connaître ses jours de collecte », sur le site Lorient Agglomération (consulté le 21 février 2015)
  46. « Déchèterie de Languidic », sur le site Lorient Agglomération (consulté le 21 février 2015)
  47. « Gentilé de Languidic », sur le site Habitants.fr (consulté le 24 février 2015)
  48. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  49. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2011, 2012.
  50. « Languidic : écoles et collège », sur le site de l'Education nationale (consulté le 24 février 2015)
  51. « Présentation de l'école », sur le site de l'école Georges-Brassens (consulté le 24 février 2015)
  52. « Présentation de notre établissement », sur le site de lécole privée Notre-Dame-des-Fleurs (consulté le 24 février 2015)
  53. « École Jules-Verne. La rentrée pour 107 élèves », Le Télégramme,‎ (lire en ligne)
  54. « Historique », sur le site du collège Saint-Aubin (consulté le 24 février 2015)
  55. « Recensement des équipements sportifs, espaces et sites de pratiques - Complexe Lucien Bigoin », sur le site du ministère de la Ville, de la Jeunesse et des Sports (consulté le 25 février 2015)
  56. « Recensement des équipements sportifs, espaces et sites de pratiques - Complexe Jean Le Mancq », sur le site du ministère de la Ville, de la Jeunesse et des Sports (consulté le 25 février 2015)
  57. « Recensement des équipements sportifs, espaces et sites de pratique - Complexe de Kergonan », sur le site du ministère de la Ville, de la Jeunesse et des Sports (consulté le 25 février 2015)
  58. A. Martin, « Alignement et tumulus du Grand Resto en Languidic », Revue archéologique,‎ , p. 102 (ISSN 00350737, lire en ligne).
  59. Gabriel Le Cam, op. cit., p. 35-36.
  60. « Menhirs de Kersolan, commune de Languidic », sur le site Mégalithes bretons (consulté le 21 février 2015).
  61. « Alignement - Languidic », sur le site Topic Topos (consulté le 21 février 2015).
  62. « Notice no PA00091343 », base Mérimée, ministère français de la Culture.
  63. A. Martin, « Le tumulus à dolmen de Kermaric en Languidic (Morbihan) », Bulletin de la Société archéologique du Finistère,‎ , p. 88-97 (ISSN 02496763, lire en ligne).
  64. a, b et c Louis Rosenzweig, Répertoire archéologique du département du Morbihan, Imprimerie impériale,‎ (lire en ligne), p. 30-33.
  65. « Les mégalithes de Languidic », sur le site Mégalithiques du Morbihan (consulté le 21 février 2015).
  66. « Sites recensés sur Languidic », sur le site Mégalithiques du monde (consulté le 21 février 2015).
  67. Gabriel Le Cam, op. cit., p. 37-39.
  68. « Menhir de Kerdoret, commune de Languidic », sur le site Mégalithes bretons (consulté le 21 février 2015).
  69. « Menhir de Kerdanue, commune de Languidic », sur le site Mégalithes bretons (consulté le 21 février 2015).
  70. A. Martin, « Un menhir et une table de dolmen à cupules en Languidic (Morbihan) », Bulletin de la Société archéologique du Finistère,‎ , p. 314-317 (ISSN 02496763, lire en ligne).
  71. « Stèle de Kernec », sur le site Topic Topos (consulté le 21 février 2015).
  72. « Lec'h de la chapelle de Tréauray », sur le site Topic Topos (consulté le 21 février 2015).
  73. « Stèle de Kervréhan », sur le site Topic Topos (consulté le 21 février 2015).
  74. « Lec'h de Saint-Éléran », sur le site Topic Topos (consulté le 21 février 2015).
  75. « Cloches de l'église Saint-Pierre », sur le site de la paroisse de Languidic (consulté le 21 février 2015)
  76. « Calice », base Palissy, ministère français de la Culture
  77. « Ciboire », base Palissy, ministère français de la Culture
  78. « Notice no PA00091344 », base Mérimée, ministère français de la Culture.
  79. « Calvaire de Notre-Dame-des-Fleurs », sur le site Topic Topos (consulté le 21 février 2015)
  80. « Calvaire de la chapelle Saint-Jacques », sur Topic Topos (consulté le 4 février 2015)
  81. « Statue : saint Isidore », base Palissy, ministère français de la Culture
  82. « Fontaine de dévotion de la chapelle Saint-Jacques », sur le site Topic Topos (consulté le 21 février 2015)
  83. « Groupe sculpté : saint Michel et le dragon », base Palissy, ministère français de la Culture.
  84. « Calvaire de la chapelle Saint-Trémour », sur Topic Topos (consulté le 4 février 2015)
  85. « Groupe de Saint-Georges », sur Topic Topos (consulté le 4 février 2015)
  86. « Groupe sculpté : saint Georges terrassant le dragon », base Palissy, ministère français de la Culture
  87. « Statue : Ecce Homo », base Palissy, ministère français de la Culture
  88. « Statue : saint Etienne », base Palissy, ministère français de la Culture
  89. « Stèle du diable de la chapelle Saint-Nicolas », sur Topic Topos (consulté le 4 février 2015)
  90. « Fontaine de dévotion de la chapelle Saint-Nicolas », sur le site Topic Topos (consulté le 21 février 2015)
  91. « Verrière : la Crucifixion », base Palissy, ministère français de la Culture
  92. « Retable (retable-lambris) », base Palissy, ministère français de la Culture
  93. « Statue : saint Urlo », base Palissy, ministère français de la Culture
  94. « Statue : saint Isidore », base Palissy, ministère français de la Culture
  95. « Statue : sainte femme », base Palissy, ministère français de la Culture
  96. « Fontaine de dévotion de la chapelle Saint-Urlo »
  97. Un village côtier du XIIe siècle : Penn-er-Malo en Guidel in Archéologie médiévale tome 5, éditions CRAHM, 1975, p. 74
  98. A. Martin, « Exploration de la butte de Kernec en Languidic (Morbihan) », Revue archéologique,‎ , p. 97-107 (ISSN 00350737, lire en ligne)
  99. « Notice no PA00091345 », base Mérimée, ministère français de la Culture.
  100. « Patrimoine recensé à Languidic », sur le site du Ministère de la Culture et de la Communication (consulté le 21 février 2015)
  101. « Quelques illustrations de la lignée Hersart de la Villemarqué », sur le site de Thierry Prouvost (consulté le 21 février 2015)
  102. « Gisant de Messire Pierre Guillozo », sur le site Topic Topos (consulté le 21 février 2015)
  103. « La statue du quartier de Saint-Donatien repeinte », Ouest-France,‎ (lire en ligne)
  104. Charte pour l'environnement et le développement durable du pays de Lorient : Programme d’actions de Cap l’Orient (Communauté d’Agglomération du Pays de Lorient) 2002-2006 (lire en ligne [PDF])
  105. « ZNIEFF 530006031 - Bois du Pont-Neuf et de Quelennec », sur le site de l'inventaire national du patrimoine naturel (consulté le 22 février 2015)
  106. Sifroù distro-skol ar c'helenn divyezhek e 2013 rapport sur le site de l'Office de la langue bretonne.
  107. « La mairie décorée des armoiries languidiciennes », Ouest-France,‎ (lire en ligne)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Agence d'urbanisme, de développement économique et technopole de pays de Lorient (AudéLor), Atlas du pays de Lorient, 2009, 133 p. (ISBN 978-2-7466-1010-1)
  • Gabriel Le Cam (pré. Yves Coppens), Le guide des mégalithiques du Morbihan, Coop Breizh, 1999, 270 p. (ISBN 2-84346-038-7)
  • Languidic en images (pré. Maurice Olliéro), Languidic, un siècle en images : 1900-2000, H.L.B. Services, novembre 2003, 141 p.
  • Languidic en images, « Les activités agroalimentaires de Languidic », dans Patricia Drénou (dir.), L'activité industrielle et commerciale dans le pays de Lorient, Lorient, Archives municipales de Lorient, 2011 (ISBN 978-2-9507474-8-8), p. 82-90
  • Xavier Dubois, Languidic au fil des siècles, éditions Maury, 2007 (ISBN 978-2-9533281-0-3)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]