Languidic

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Languidic
La fontaine de Saint-Urlo.
La fontaine de Saint-Urlo.
Blason de Languidic
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bretagne
Département Morbihan
Arrondissement Lorient
Canton Hennebont
Intercommunalité Communauté d'agglomération du pays de Lorient
Maire
Mandat
Patricia Kerjouan
2014-2020
Code postal 56440
Code commune 56101
Démographie
Gentilé Languidicien
Population
municipale
7 309 hab. (2011)
Densité 67 hab./km2
Population
aire urbaine
184 853 hab.
Géographie
Coordonnées 47° 50′ 03″ N 3° 09′ 24″ O / 47.8341666667, -3.15666666667 ()47° 50′ 03″ Nord 3° 09′ 24″ Ouest / 47.8341666667, -3.15666666667 ()  
Altitude Min. 7 m – Max. 126 m
Superficie 109,08 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Morbihan

Voir sur la carte administrative du Morbihan
City locator 14.svg
Languidic

Géolocalisation sur la carte : Morbihan

Voir sur la carte topographique du Morbihan
City locator 14.svg
Languidic

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Languidic

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Languidic
Liens
Site web Site officiel de la ville de Languidic

Languidic [lɑ̃ɡidik] est une commune française située dans le département du Morbihan, en région Bretagne.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation de Languidic sur une carte des communes du Morbihan.

Languidic est, avec une superficie de 10 908 hectares, la commune la plus étendue du Morbihan et la troisième de Bretagne derrière Scaër dans le Finistère et Paimpont en Ille-et-Vilaine. Elle est délimitée au nord et à l'ouest par le Blavet qui longe le territoire communal.

Géologie[modifier | modifier le code]

La commune de Languidic est située sur le cisaillement sud-armoricain, une structure tectonique vieille de 300 millions d'années qui s'étend de la mer d'Iroise (Pointe du Raz) jusqu'au Limousin et qui se subdivise en plusieurs branches orientées WNW-ESE et NW-SE. Le 30 septembre 2002, à 8 heures 44, heure française, un séisme dont l'épicentre était situé à l'ouest de la commune, à une profondeur de 10 km, fut ressenti dans toute la Bretagne et jusque dans les confins de la Mayenne. De magnitude 5,5 sur l'échelle de Richter, il n'occasionna que peu de dégâts. Il fut suivi 3 heures plus tard d'une réplique de plus faible intensité[1].

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

La voie express RN24 traverse la commune de part en part. La ligne ferroviaire de Auray à Pontivy qui traverse le territoire de la commune et y comptait un arrêt, la gare de Baud, n'est plus utilisée pour le transport des voyageurs, mais uniquement pour des trains de fret[2].

Lieux-dits[modifier | modifier le code]

La commune regroupe de nombreux lieux-dits faisant historiquement partie de la paroisse de Languidic : Berloc'h, Brambouët, Coët Colay, Croasty, Dénizio, Faouët er Lèh, Kerallan, Kerbrient, Kerdanué, Kerdoret, Kerentestec, Kerfalhun, Kergallo, Kergal Pasco, Kergo, Kergohann, Kergolvé, Kergrain, Kerguic, Kerguyonvarch,Kerhabono, Kerhollo, Kergonan, Kerjean, Kerlavarec, Kerlivio, Kergollaire, Kernec, Kerollo, Kerpache, Kerscoul, Kersquer, Kervidel, Kervrehan, Kerzhero, Lann Menhir, Lann Vréhan, Lanveur, Le Bot, Le Grand Resto, Le Petit Resto, Lezergu, Loc'h Malo, Mané Chelaude, Mané Trévédec, Penhoët, Peulen, Pont er Pach, Saint-Donatien, Saint-Étienne, Saint-Jean, Saint-Nicolas, Trescoët, Villeneuve-Saint-Maur

Histoire[modifier | modifier le code]

Languidic trouve son origine dans l'ermitage de saint Cynedd qui avant de venir en Armorique au VIe siècle, fonda un prieuré à Llangennith (en gallois : Llangenydd) en Bretagne insulaire.

Son nom vient du brittonique Counodagos et signifie « Bon Seigneur »[réf. nécessaire]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Jumelages[modifier | modifier le code]

Languidic est jumelée avec :

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 7 309 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
6 012 6 076 5 842 6 029 6 064 6 420 6 105 6 293 6 358
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
6 222 6 382 6 483 6 094 6 433 6 745 6 920 7 122 7 498
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
7 741 7 815 7 865 7 919 8 045 8 012 7 803 8 262 5 763
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 -
5 547 5 326 5 223 5 847 6 350 6 489 7 076 7 309 -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[4] puis Insee à partir de 2004[5])
Histogramme de l'évolution démographique


Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • La voie romaine qui relie Vannes à Quimper et qui passe par la commune de Languidic.
  • Les alignements mégalithiques de « Grand Resto » ou de « Lan-Uened » (époque néolithique), encore appelés menhirs de « Kersolan » ou « soldats de Saint Cornély ». Il s'agit de trois alignements de menhirs qui comprennent respectivement 29, 69 et 43 pierres.
  • Les restes d'une motte castrale moyenâgeuse située près de la fontaine de Kernec et qui fut originellement confondue avec un tumulus néolithique[6].
  • Nombreuses chapelles sur la commune :
    • au bourg, chapelle Notre-Dame-des-Fleurs, du XVe siècle (commencée en 1451), dans le style du gothique flamboyant[7]. Elle est classée MH ;
    • à Kernec la chapelle Notre-Dame-de-Becquerel ou Saint-Maur[8] (XVIe siècle) hébergeant trois statues en bois polychrome représentant saint Michel terrassant le dragon (datant du XVIe siècle et classée MH en 1983[9]), Notre-Dame de Becquerel et un Christ en croix (toutes les deux du XVIIe siècle). Les vitraux datent de 1879. À 500 mètres se trouve une fontaine à dévotion datant de 1772 ;
    • à Kergohanne la chapelle Saint-Jacques (XIXe siècle) ;
    • à Kervréhan la chapelle Notre-Dame-du-bon secours (1806) ;
    • à Lambézégan la chapelle Notre-Dame-de-Grâce[10] (XVIIe siècle).
    • à Tréauray, la chapelle Saint-Abibon[11] (XVIe siècle) ;
    • à Saint-Jean, la chapelle Saint-Jean[12] (citée dès 1160, l'actuel édifice date du XVIIe siècle) ;
    • à Saint-Étienne, la chapelle Saint-Étienne[13] (XVIIe siècle-XVIIIe siècle) ;
    • à Saint-Donatien, la chapelle Saint-Donatien[14] (XVIe siècle-XVIIIe siècle) et sa fontaine datant de 1778 ;
    • la chapelle Saint-Urlo (XVIe siècle) ;
  • Château de Kerrous (XIXe siècle)
  • Château du Quellenec (XVe siècle-XVIIIe siècle)
  • Château de La Forest (XVIIe ‑ XIXe siècles)
  • Au bourg, maison du XVe siècle
  • Important patrimoine rural

Langue bretonne[modifier | modifier le code]

À la rentrée 2013, 200 élèves étaient scolarisés dans les filières bilingues publiques et catholiques[15].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mars 1989 en cours Maurice Olliéro RPR puis UMP puis Divers droite[3] Instituteur puis retraité
mars 2014 en cours Patricia Kerjouan Divers Droite }
Blason ville fr Languidic (Morbihan).svg

Les armoiries de Languidic se blasonnent ainsi :

D’azur au chevron d’hermine accompagné en chef de deux étoiles et en pointe d’une fleur de pommier feuillée, le tout d’or.
Devise « Bleuein ha frehein » (« Fleurir et fructifier »).
Conc. Abbé Marquer et H. Martin.

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. CEA sciences de la vie et de la terre: [1]
  2. Site Le Télégramme, Pluvigner patrimoine : A la découverte de l'ancienne gare, article de presse du 7 mai 2010 lire en ligne (consulté le 11 août 2010).
  3. Languidic passionnément avec Maurice Olliéro, résultat des élections municipales de 2008 sur le site de Ouest-France
  4. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  5. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2011
  6. Un village côtier du XIIe siècle : Penn-er-Malo en Guidel in Archéologie médiévale tome 5, éditions CRAHM, 1975, p.74
  7. chapelle Notre-Dame des Fleurs sur le site de la commune de Languidic.
  8. chapelle de Kernec sur le site de la commune de Languidic.
  9. « Notice no PM56000468 », base Palissy, ministère français de la Culture.
  10. chapelle Notre-Dame-de-Grâce sur le site de la commune de Languidic.
  11. chapelle Saint-Abibon sur le site de la commune de Languidic.
  12. chapelle Saint-Jean sur le site de la commune de Languidic.
  13. chapelle Saint-Étienne sur le site de la commune de Languidic.
  14. chapelle Saint-Donatien sur le site de la commune de Languidic.
  15. Sifroù distro-skol ar c'helenn divyezhek e 2013 rapport sur le site de l'Office de la langue bretonne.