Guy Hascoët

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Hascoët.
Guy Hascoët
Guy Hascoët en 2010.
Guy Hascoët en 2010.
Fonctions
Secrétaire d'État à l'Économie solidaire
Président Jacques Chirac
Gouvernement Lionel Jospin
Député de la 7e circonscription du Nord
Législature XIe
Prédécesseur Michel Ghysel
Successeur Francis Vercamer
Biographie
Date de naissance (54 ans)
Lieu de naissance Le Mans (Sarthe)
Nationalité Française
Parti politique Les Verts, EELV
Profession Technicien supérieur de l'environnement

Guy Hascoët, né le au Mans (Sarthe), est un homme politique français. Membre des Verts, il a été député du Nord de 1997 à 2000 puis secrétaire d'État à l'économie solidaire dans le gouvernement Lionel Jospin de 2000 à 2002. En 2010, il est élu conseiller régional de Bretagne, en tant que tête de liste régionale Europe Écologie.

Biographie[modifier | modifier le code]

Il fut l'un des principaux négociateurs de l'accord entre les Verts et le Parti socialiste de la région Nord-Pas de Calais qui en 1992 devait donner aux Verts leur première présidente de région en la personne de Marie-Christine Blandin, dont il devint vice-président.

En 1997, il devient député du Nord, et, en , il entre au gouvernement de Lionel Jospin pour devenir Secrétaire d'État à l'économie solidaire, c'est-à-dire s'occupant des associations, des coopératives et des mutuelles. Ce poste nouvelle créé n'est pas renouvelé dans les gouvernements suivants. Son arrivée est l'occasion pour Lionel Jospin de trouver un allié dans la minorité la plus remuante des Verts[réf. nécessaire] qui de plus avait pris ses distances lors de l'affaire de l'Erika avec Dominique Voynet.

Lors de l'assemblée fédérale des Verts à Reims de fin 2004, il tente sans succès de devenir secrétaire national du mouvement, le scénario de collège exécutif où il était secrétaire national fut le premier à être rejeté par le CNIR.

Il quitte alors les Verts et se consacre, en Bretagne essentiellement, à son activité de consultant en matière de développement durable.

En 2009, il s'implique dans la campagne d'Europe Écologie. Le 7 novembre 2009, il est choisi par les membres d'Europe Écologie Bretagne, rassemblement d'Europe Écologie et du parti autonomiste Union démocratique bretonne (UDB), pour mener la liste constituée par ce mouvement lors des élections régionales de 2010. Lors du premier tour, le 14 mars 2010, la liste qu’il mène obtient 12,21 % des suffrages, un résultat en deçà de ses espérances qui lui permet cependant de pouvoir se qualifier pour le deuxième tour[1]. Entre les deux tours, Jean-Yves Le Drian, tête de liste PS et président sortant propose un scénario de fusion des deux listes de gauche. La proportionnelle n'y étant pas respectée selon Europe Écologie Bretagne, Guy Hascoët reconduit donc sa liste Europe Écologie au deuxième tour ; c’est la seule région française où un accord n’aura pas été trouvé[2]. Au deuxième tour, sa liste obtient 17,37 % des suffrages et 11 élus au conseil régional de Bretagne[3]. Il retrouve ainsi un mandat électoral dix ans après avoir abandonné son siège de député.

Mandats[modifier | modifier le code]

Député
Conseiller régional
Conseiller municipal
  • 1989 -1995 : conseiller municipal de Lille

Fonctions ministérielles[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Bretagne - La gauche à l'épreuve de l'union pour battre l'UMP », sur lepoint.fr,‎ 15 mars 2010 (consulté le 21 mars 2010)
  2. Nathalie Bougeard, « Bretagne : les écologistes refusent l'«hégémonie» du PS », Le Figaro,‎ 19 mars 2010 (lire en ligne)
  3. « Bretagne. Zoom sur le nouveau conseil régional », Ouest-France,‎ 21 mars 2010 (lire en ligne)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]