Josselin de Rohan

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Rohan.
Josselin de Rohan
Josselin de Rohan en campagne.
Josselin de Rohan en campagne.
Fonctions
Président du groupe UMP au Sénat
20022008
Prédécesseur Création du groupe
Successeur Henri de Raincourt
Président du conseil régional de Bretagne
19982004
Prédécesseur Yvon Bourges
Successeur Jean-Yves Le Drian
Sénateur du Morbihan
3 octobre 19831er octobre 2011
Élection 25 septembre 1983
Réélection 27 septembre 1992
23 septembre 2001
Conseiller général du canton de Josselin
19821998
Prédécesseur Yves du Halgouët
Successeur Joseph Samson
Maire de Josselin
19652001
Prédécesseur Aristide Delebecque
Successeur Joseph Seveno
Biographie
Nom de naissance Josselin Charles Louis Jean Marie de Rohan-Chabot
Date de naissance 5 juin 1938 (76 ans)
Lieu de naissance Suresnes (Seine)
Nationalité Française
Parti politique RPR (1983-2002)
UMP (depuis 2002)
Père Alain Louis Auguste Marie de Rohan-Chabot
Mère Hélène de Liencourt
Conjoint Antoinette Boegner
Enfant(s) Alain Louis Marc
Anne-Louise Claire Marie
Olivia Hélène Odilie Marie
Profession Administrateur civil

Josselin Charles Louis Jean Marie de Rohan-Chabot, 14e duc de Rohan, plus connu sous le nom de Josselin de Rohan, né le 5 juin 1938 à Suresnes (Seine, aujourd'hui dans les Hauts-de-Seine), est un homme politique français, administrateur civil de profession. Il est le chef de l'une des plus prestigieuses et anciennes familles aristocratiques françaises et bretonnes (Maison de Rohan).

Biographie[modifier | modifier le code]

Josselin de Rohan-Chabot est le fils aîné d'Alain de Rohan-Chabot et d'Hélène de Liencourt. Issu de l'ENA (promotion Stendhal avec Ernest-Antoine Seillière, Jean-Pierre Chevènement, Lionel Jospin, Jacques Toubon…). Il est, encore aujourd'hui, membre du conseil d'administration de l’École Nationale d'Administration. À sa sortie, il entame une carrière de haut fonctionnaire durant quinze ans. Il sera notamment chargé de mission chez le Garde des Sceaux, Louis Joxe, en 1968, puis sous-directeur de la flotte de commerce à la marine marchande avant d'entrer dans le privé chez Elf Aquitaine.

Proche de Jacques Chirac avec lequel il entretient une sincère amitié depuis que celui-ci l'épaula durant sa préparation à l'ENA, il devient sénateur du Morbihan le 25 septembre 1983 (réélu les 27 septembre 1992 et 23 septembre 2001).

Il a par ailleurs été maire de Josselin (élu à 27 ans) de 1965 à 2000 et Conseiller général du canton de Josselin de 1982 à 1998.

Président du groupe RPR de 1993 à 2002, il est ensuite président du groupe UMP au Sénat de décembre 2002[1] à janvier 2008, date à laquelle il déclare que pour lui, « l'heure de la relève est arrivée », en précisant qu’il songeait depuis « quelque temps à passer la main »[2], laissant ainsi Henri de Raincourt lui succéder. Le 16 janvier 2008, suite au décès de Serge Vinçon, il a cependant été élu président de la commission des Affaires étrangères du Sénat[3], et réélu de justesse le 8 octobre 2008[4].

Sans l'avoir particulièrement recherché, Jacques Chirac le charge de conduire la liste d'union RPR-UDF aux élections régionales de mars 1998 en Bretagne, dans le cadre d'un accord avec son rival vitéen, Pierre Méhaignerie (UDF). Succédant à Yvon Bourges (RPR), il est élu président du conseil régional de Bretagne - à la tête d'une majorité relative - le 20 mars 1998. Bien que soutenu par Pierre Méhaignerie pour sa seconde candidature - ce dernier présida son comité de soutien - sa liste a été nettement battue par celle conduite par Jean-Yves Le Drian (PS), le 28 mars 2004[5].

Président de la fédération départementale de l'UMP du Morbihan (de 2002 à 2007), Josselin de Rohan s'est résolu à soutenir le candidat de son parti Nicolas Sarkozy, avec lequel il entretenait des relations difficiles depuis 1995, lors de l'élection présidentielle de 2007. Il critiquera ouvertement par la suite sa stratégie d'ouverture à gauche, ses projets de réforme institutionnelle et sa posture présidentielle visant notamment à affaiblir la fonction de Premier-ministre.

En raison de son âge, il décide de mettre un terme à sa carrière politique et de ne pas se représenter aux élections sénatoriales du 25 septembre 2011.

Passionné de chevaux, il a été membre du Conseil supérieur du cheval et président des courses hippiques de Josselin de 1964 à 2014.

Anciens mandats[modifier | modifier le code]

Filiation[modifier | modifier le code]

Josselin de Rohan-Chabot est issu de la branche de Rohan-Chabot : en ligne féminine de la maison de Rohan et, en ligne masculine, de la maison de Chabot, seigneurs, barons et comtes de Jarnac qui, au XVIIe siècle, en s'alliant à la maison de Rohan par le mariage d'Henri de Chabot et de Marguerite de Rohan, héritière de la branche aînée et petite-fille de Sully, a pris le nom de Rohan-Chabot. Et ce malgré l'opposition de la branche cadette de Rohan-Guéméné, devenue depuis branche aînée des Rohan.

Il ne faut donc pas confondre les Rohan-Chabot avec les Rohan-Guéméné (plus précisément la branche de Rohan-Rochefort) qui sont installés en Autriche depuis la Restauration.

Mariage et descendance[modifier | modifier le code]

Josselin de Rohan-Chabot a épousé, le 17 novembre 1973 à Crécy-la-Chapelle, Antoinette Boegner (née en 1946), fille de Jean-Marc Boegner et petite-fille du pasteur Marc Boegner[6].

  • Alain Louis Marc de Rohan-Chabot, prince de Léon (né le 15 octobre 1975), gérant de Tarquinia Films[7],[8]
  • Anne-Louise Claire Marie de Rohan-Chabot (née le 16 octobre 1979),
  • Olivia Hélène Odilie Marie de Rohan-Chabot (née le 21 novembre 1986).

Armoiries[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Armorial de la famille Rohan.
Blason Blasonnement :
Écartelé : de gueules à neuf macles d'or, posés 3, 3, 3 (qui est de Rohan), et d'or à trois chabots de gueules, 2 et 1 (qui est de Chabot).

Annexes[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]