Guidel

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Guidel
La commune de Guidel à l'embouchure de la Laïta.
La commune de Guidel à l'embouchure de la Laïta.
Blason de Guidel
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bretagne
Département Morbihan
Arrondissement Lorient
Canton Pont-Scorff
Intercommunalité communauté d'agglomération du pays de Lorient
Maire
Mandat
François Aubertin
2014-2020
Code postal 56520
Code commune 56078
Démographie
Gentilé Guidélois, Guidéloise
Population
municipale
10 260 hab. (2011)
Densité 196 hab./km2
Population
aire urbaine
184 853 hab.
Géographie
Coordonnées 47° 47′ 29″ N 3° 29′ 14″ O / 47.7913888889, -3.4872222222247° 47′ 29″ Nord 3° 29′ 14″ Ouest / 47.7913888889, -3.48722222222  
Altitude Min. 0 m – Max. 70 m
Superficie 52,29 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Morbihan

Voir sur la carte administrative du Morbihan
City locator 14.svg
Guidel

Géolocalisation sur la carte : Morbihan

Voir sur la carte topographique du Morbihan
City locator 14.svg
Guidel

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Guidel

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Guidel
Liens
Site web Site officiel de la commune

Guidel [ɡidɛl] est une commune française, située dans le département du Morbihan (région Bretagne), en bordure de l'océan Atlantique, limitée à l'ouest par la Laïta qui marque la frontière avec le Finistère.

Station balnéaire de la côte des mégalithes, son littoral comporte plusieurs plages sableuses.

Historiquement, Guidel fait partie du pays vannetais et du Kemenet-Héboé. Elle est actuellement comprise dans le pays de Lorient, et fait partie de Lorient Agglomération.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation de Guidel sur une carte des communes du Morbihan.

Guidel est une commune située à l'extrémité sud-ouest du Morbihan. Elle est bordée à l'ouest par la Laïta et au sud par l'océan Atlantique.

Le littoral est constitué de longues plages :

  • plages de Guidel Plages,
  • plage du Loc'h,
  • plage du Fort-bloqué.

Ces plages sont séparées par des zones rocheuses avec des falaises peu élevées.

  • Spot de surf : les plages de Guidel sont un des dix sites bretons les plus favorables au surf.

Le bourg de Guidel est situé à l'intérieur des terres, au centre de cette vaste commune.

La partie de la commune située à l'embouchure de la Laïta est appelée Guidel-Plages (anciennement le Bas-Pouldu).

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Clohars-Carnoët (Finistère) Quimperlé (Finistère) Gestel Rose des vents
Clohars-Carnoët (Finistère) N Quéven
O    Guidel    E
S
Océan Atlantique Océan Atlantique, Plœmeur Plœmeur

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom breton de la commune est Gwidel (prononcé [ˈɟɥidəl]).

Histoire[modifier | modifier le code]

Blasonnement[modifier | modifier le code]

Blason ville fr Guidel (Morbihan).svg

Les armoiries de Guidel se blasonnent ainsi :

Écartelé : au un d’azur à la Chapelle Notre-Dame de Pitié d’or issant de la partition, au deux de gueules à neuf mâcles d’or, trois, trois et trois, au trois fascé d’argent et de gueules de sept pièces, au quatre d’azur à la nef de sable équipée et flammées d’argent, la voile chargée de trois mouchetures d’hermine de sable, voguant sur une tierce ondée et abaissée d’argent.
Devise : « Leal ha fidel berped » (« Loyal et fidèle toujours »). Conc. S. Gauthier.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1995 (en cours) François Aubertin RPR puis UMP puis MoDem  
1983 1995 André Kerihuel CDS  
  1983 Louis Le Montagner CNIP Député, sénateur
Les données manquantes sont à compléter.

François Aubertin l'actuel maire était RPR en 1995 est ensuite devenu UMP puis MoDem. Pour les élections régionales de 2010, il soutient la candidature de Bernadette Malgorn de la majorité présidentielle.Pour les municipales 2014 il est soutenu par l'UMP et l'UDI.

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 10 260 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements des communes de plus de 10 000 habitants ont lieu chaque année à la suite d'une enquête par sondage, contrairement aux autres communes qui ont un recensement réel tous les cinq ans[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
3 243 3 226 3 515 3 675 4 015 3 920 3 895 4 018 4 044
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
3 974 4 003 4 112 3 970 4 094 4 257 4 306 4 429 4 366
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
4 296 4 332 4 321 4 029 4 057 3 825 3 676 3 536 3 656
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2006 2009
3 409 3 367 4 163 6 071 8 241 9 156 9 682 9 877 10 174
2011 - - - - - - - -
10 260 - - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[1] puis Insee à partir de 2004[2].)
Histogramme de l'évolution démographique


Économie[modifier | modifier le code]

Langue bretonne[modifier | modifier le code]

L’adhésion à la charte Ya d'ar brezhoneg a été votée par le Conseil municipal le 27 mars 2007.

À la rentrée 2013, 91 élèves étaient scolarisés dans la filière bilingue publique (soit 7,7 % des enfants de la commune inscrits dans le primaire)[3].

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

La ville de Guidel possède une multitude de monuments[4], tels le tumulus de Kerméné, la chapelle Saint-Mathieu ou le fort du Loch, ainsi que de vestiges de la seconde Guerre mondiale.

Monuments historiques[modifier | modifier le code]

La chapelle Saint-Mathieu de Guidel située à Saint-Mathieu inscrite depuis 1934[5].

Le fort du Loch situé au sud de Guidel-Plages et inscrit depuis 1960[6].

Patrimoine préhistorique[modifier | modifier le code]

Le tumulus de Kerméné
  • Tumulus de Kerméné (fin du IIIe millénaire av. J.-C.)
  • Tumulus Er-Voudenn du Cruguel (entre 1700 à 1300 avant notre ère)
  • Dolmen de Lan-Er-Dy ou de Ty-Lorriganed (La maison des Lutins), près de Lesvariel
  • Dolmen de Locmiquel-Méné (partiellement détruit)
  • Dolmen de Cautus ou de Cautres (déplacé au jardin de la Mairie, dans les années 1960)
  • Dolmen de Kerrouarch (actuellement à Lann-Bihoué)
  • Menhir de Park-Menhir (détruit en 1948, vestige transformé en monument commémoratif, actuellement à Kerruisseau en Pont-Scorff)
  • Menhir de Kerdudal ou des Cinq-Chemins (transformé en monument commémoratif, actuellement aux Cinq-Chemins)
  • Menhir Er Herine, à Guidel-Plages (authenticité douteuse)
  • Menhir de la Chapelle Saint-Fiacre
  • Longues pierres de Stanco, de la Sauldraye, et de Saint-Fiacre (disparue)
  • Stèle néolithique christianisée de Scubidan
  • Sites archéologiques de Kergal et de Kerhar (entre 900 à 700 avant notre ère)
  • Site archéologique de Locmaria (Âge du fer, soit entre 300 et 100 avant notre ère)

Patrimoine religieux[modifier | modifier le code]

Le territoire de la commune compte actuellement l'église paroissiale et sept chapelles qui ont donné son nom à un festival de musique classique et de jazz qui se tient au mois de juillet (anciennement appelé Festival des 7 Chapelles, aujourd'hui Festival Polignac). Le territoire de la commune a compté jusqu'à douze chapelles, comme en témoigne certains toponymes : la chapelle Saint-Évêque au hameau de Cosquer-Saint-Évêque, par exemple.

Église paroissiale
  • Église Saint-Pierre et Saint-Paul (XIXe siècle, partiellement reconstruite après la Seconde Guerre mondiale)
Sept chapelles
  • Chapelle Saint-Mathieu (XVe siècle, porte inscrite monument historique)
  • Chapelle Notre-Dame de la Pitié (XIXe siècle)
  • Chapelle Saint-Fiacre (XVe siècle)
  • Chapelle Saint-Michel (XIXe siècle)
  • Chapelle de Locmaria (XVIIe siècle)
  • Chapelle de la Madeleine (XIXe siècle)
  • Chapelle Saint-Laurent (XVIe siècle)
Autres monuments
  • Calvaire de Precar (XIXe siècle)

Patrimoine civil et militaire[modifier | modifier le code]

  • Manoir de Kerizouët (XVe siècle)
  • Manoir de Kermartin (style Renaissance)
  • Moulin à Marée de Beg-Nenez (XVIIIe siècle)
  • Chaumière de Manecohal (XVIIIe siècle)
  • Fort du Loch (XVIIIe siècle)
  • Lavoir du bourg (XIXe siècle)
  • Château de Kerbastic (XIXe et XXe siècles)
  • On peut apercevoir sur la côte guidéloise des blockhaus - vestiges du mur de l'Atlantique - dont certains ne se sont découverts qu'après la tempête de 2000.
  • Mémorial du combat des Cinq Chemins, du 21 juin 1940 (Menhir de Kerdudal)

Patrimoine naturel[modifier | modifier le code]

Embouchure de la Laïta à Guidel Plages

Réserve naturelle régionale des Étangs du petit et du grand Loc'h

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Jumelages[modifier | modifier le code]

Guidel est jumelée avec :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Histoire et patrimoine
  • Comité historique de Quéven et Association Histoire et patrimoine de Guidel, 1944-1945 entre Scorff et Laïta : Gestel, Guidel, Quéven dans la poche de Lorient, Le Faouët, Liv'éditions, coll. « Mémoire du pays de Lorient »,‎ 2005, 155 p. (ISBN 2-8449-7073-7)
  • Pierre-Roland Giot, « Le Tumulus de Kermené en Guidel (Morbihan) : fouilles de 1957-1958 », Annales de Bretagne, vol. 66, no 1,‎ 1959, p. 5-30 (lire en ligne)
  • Abbé Euzenot, « Guidel et ses antiquités : bibliographie - présentation », Bulletin archéologique de l'Association bretonne, Rennes « Congrès d'Auray, 21e session, août 1878 »,‎ 1879, p. 191-192 (bibliogr.) et 193-230 (lire en ligne)
  • Marcel Gozzi et Isabelle Thieblemont. "La Laïta" Liv'Éditions 2014.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Monuments historiques, bâtiments et objets artistiques