Ploemeur

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Ne pas confondre avec la commune de Plomeur (Finistère).
Ploemeur
La mairie.
La mairie.
Blason de Ploemeur
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bretagne
Département Morbihan
Arrondissement Lorient
Canton Ploemeur (chef-lieu)
Intercommunalité Lorient Agglomération
Maire
Mandat
Ronan Loas
2014-2020
Code postal 56270
Code commune 56162
Démographie
Gentilé Ploemeurois
Population
municipale
17 747 hab. (2011)
Densité 447 hab./km2
Population
aire urbaine
184 853 hab.
Géographie
Coordonnées 47° 44′ 14″ N 3° 25′ 34″ O / 47.7372, -3.4261 ()47° 44′ 14″ Nord 3° 25′ 34″ Ouest / 47.7372, -3.4261 ()  
Altitude Min. -1 m – Max. 55 m
Superficie 39,72 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Morbihan

Voir sur la carte administrative du Morbihan
City locator 14.svg
Ploemeur

Géolocalisation sur la carte : Morbihan

Voir sur la carte topographique du Morbihan
City locator 14.svg
Ploemeur

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Ploemeur

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Ploemeur
Liens
Site web www.ploemeur.com

Ploemeur [plømœʁ] (également graphiée Plœmeur), est une commune du département du Morbihan, dans la région Bretagne, en France. Historiquement, elle faisait partie du Pays vannetais et du Kemenet-Héboé.

Géographie[modifier | modifier le code]

Géologie[modifier | modifier le code]

La ville est située sur un massif leucogranitique d'âge carbonifère connu sous le nom de « granite de Ploemeur ». Celui-ci s'étant mis en place suite au contexte de collision tectonique ayant permis l'érection de la chaîne hercynienne en Europe.

Un gisement de kaolin est exploité depuis sa découverte en 1904 et jusqu'à maintenant. Le filon de kaolin est visible depuis la route départementale D152 (dite route côtière) d'où l'on aperçoit les térils.

Localisation[modifier | modifier le code]

Ploemeur est une commune du littoral atlantique limitrophe de quatre villes : Lorient, Larmor-Plage, Guidel et Quéven.

Au large se trouve l'île de Groix à trois milles nautiques du continent.

Communes limitrophes de Ploemeur
Guidel Quéven Lorient
Océan Atlantique Ploemeur Lorient
Océan Atlantique Océan Atlantique, Groix Larmor-Plage

Ploemeur compte 17 km de littoral. Sur cette étendue se trouvent plusieurs plages, et cela sans compter plusieurs criques.

Voici les 7 plus grandes plages de la commune citées d'ouest en est[1] :

  • Plage du Fort Bloqué (plage de 1 900 m de long qui s'étend en grande partie sur la commune de Guidel)
  • Plage des Kaolins (500 m)
  • Plage du Courégant (250 m)
  • Plage de Port Blanc à Kerroc'h (100 m)
  • Plage du Pérello (200 m)
  • Plage de l'Anse du Stole à Lomener (600 m)
  • Plage de Kerpape (300 m)

Les criques principales :

  • Le petit Pérello
  • Port Fontaine à Lomener

La ville comprend de nombreux lieux-dits dont les principaux sont les suivants :

  • Le Fort Bloqué
  • Le Courégant
  • Kerroc'h
  • Lomener

Toponymie[modifier | modifier le code]

Origine[modifier | modifier le code]

Ploemeur vient du breton Ploue(v) Meur, qui signifie « grande paroisse ». Pendant longtemps Ploemeur était en effet l'une des communes les plus vastes du diocèse de Vannes avant de céder une partie de ses terres (Lorient fut détaché en 1709, Keryado fut détaché 1901, puis rattaché à Lorient en 1947 et enfin Larmor-Plage devint une commune indépendante en 1925). La ville était surnommée «la paroisse aux trente chapelles» selon la tradition.

Graphie[modifier | modifier le code]

On retrouve dans les textes anciens différentes graphies (du plus ancien au plus récent)[2] :

  • Pleumeur (texte de 1641) ;
  • Plemeur (texte vers 1696), même parfois Plemer ;
  • Plœmeur (texte de 1811) ;
  • Parfois aussi Ploëmeur, et parfois o e collé avec tréma ;
  • Ploemeur (texte 1938).

La prononciation est « PLEMEUR » donc il faut mettre le O et E collé pour retrouver cette prononciation dans l'écriture moderne. On a d'ailleurs un « PLOMEUR » dans le Finistère qui se prononce bien avec le « O ». Les variateurs de la graphie sont souvent dues à la difficulté de faire le Œ collé. Dans les actes notariés écrits à la main, on retrouve bien la graphie « Plœmeur » (texte de 1811). Dans les actes plus récents et dactylographiés le O E collé n'était probablement pas faisable tout au moins en majuscule avec les machines à écrire (texte de 1938). Dans les actes faits ou documents rédigés avec un ordinateur, il est possible de faire le O E collé, mais il faut faire une manipulation et les personnes ne le font pas toujours d'où les deux graphies : Plœmeur et Ploemeur. La graphie officielle est « Ploemeur »[Note 1] mais la bonne graphie devrait être « Plœmeur ».

Histoire[modifier | modifier le code]

Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (janvier 2014). Pour l'améliorer, ajouter en note des références vérifiables ou les modèles {{Référence nécessaire}} ou {{Référence souhaitée}} sur les passages nécessitant une source.

Plusieurs monuments datant du néolithique (il y a 6 000 ans) témoignent d'une activité voici plusieurs millénaires sur les terres de la commune actuelle. Cependant il ne reste que peu de menhirs, dolmens et tumulus de nos jours encore intacts. La disparition, ou destruction, de ces vestiges s'explique par l'émergence de l'activité agricole, l'exploitation des carrières de kaolin entre autres.

Il ne reste pas non plus de trace des époques gauloises hormis depuis le ciel, ce qui permet de déceler d'anciennes limites d'habitations ou de corps de fermes.

Sainte Ninnoc (Ninnocha entre autres variantes) est originaire de l'actuel Pays de Galles. Elle débarqua en Armorique au Ve siècle sur un « vaisseau de pierre », parmi sept autres navires, pour rejoindre une partie de sa famille. Sainte Ninnoc reçut du roi Erich, fils d'Aldrien, les terres nécessaires à son implantation près d'un étang. Il ne reste que le nom du village et de l'étang de Lannénec ainsi que la fontaine Sainte-Ninnoc[3], ultime vestige de cette période. Sainte Ninnoc est ainsi l'abbesse fondatrice du double monastère de Lannénec (en 456 et 458) et de la paroisse de Ploemeur. L'un des monastères était pour les hommes, l'autre pour les femmes. Il s'agit du premier monastère féminin d'Armorique.

Des raids vikings eurent lieu au Xe siècle. Les monastères furent incendiés.

Démographie[modifier | modifier le code]

Ploemeur cède en 1901 Keryado (rattaché à Lorient en 1947) et en 1925 Larmor-Plage. Il s'agit de la quatrième ville du Morbihan.

En 2011, la commune comptait 17 747 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements des communes de plus de 10 000 habitants ont lieu chaque année à la suite d'une enquête par sondage, contrairement aux autres communes qui ont un recensement réel tous les cinq ans[Note 2],[Note 3].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
5 546 4 590 5 636 5 984 6 029 6 792 6 993 7 840 8 413
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
8 655 9 219 9 997 10 037 10 600 10 840 11 845 12 413 13 105
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
9 713 9 371 10 166 9 582 7 571 8 039 9 547 7 299 6 268
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 -
6 404 7 089 9 565 13 455 17 637 18 304 18 455 17 747 -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[4] puis Insee à partir de 2004[5])
Histogramme de l'évolution démographique


Politique[modifier | modifier le code]

Listes des maires successifs[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs[6]
Période Identité Étiquette Qualité
octobre 1945 septembre 1954 Jean Falquerho    
octobre 1955 mars 1959 Jean Le Hunsec    
mars 1959 novembre 1967 Yves Guyonvarc'h    
novembre 1967 mars 1983 Louis Lessart    
mars 1983 juin 1995 Michel Godard UDF Député
juin 1995 mars 2014 Loïc Le Meur PS Economiste
mars 2014 en cours Ronan Loas UMP Directeur financier
Les données manquantes sont à compléter.

Décisions politiques[modifier | modifier le code]

  • Dans le cadre de jumelages, Ploemeur, Fermoy (Irlande) et Nowa Deba (Pologne) ont signé en 2001 une convention de jumelage tripartite (charte européenne) afin de développer une réflexion sur les échanges interculturels.
  • L’adhésion à la charte Ya d’ar brezhoneg pour la langue bretonne a été votée par le Conseil municipal le 18 avril 2006.

Expérimentation[modifier | modifier le code]

Ploemeur a fait l'objet en 2010 d'un travail de cartographie des lieux de vie, aussi appelés sociotopes, dans le cadre d'un travail universitaire, en lien avec l'Agence d'urbanisme du Pays de Lorient[7]. Ce travail devait alimenter le SCOT du Pays de Lorient, ainsi que le plan local d'urbanisme de la commune.

Économie[modifier | modifier le code]

  • Un sanatorium héliomarin fut créé au lieu-dit Kerpape en 1920. Le sanatorium est devenu le Centre mutualiste de rééducation et de réadaptation fonctionnelles de Kerpape en 1965. Le centre accueille des patients adultes et enfants nécessitant des soins de rééducation et de réadaptation.
  • Un important gisement de kaolin est découvert en 1904 et exploité depuis.
  • L'aéroport de Lorient Bretagne Sud se trouve sur la commune de Ploemeur. Il comprend un aéroport civil, un aéroport militaire et un aéroclub.
  • La clinique du Ter, à la frontière de Lorient, regroupe plus de 300 personnes qui y travaillent et possède 189 lits et postes d'hospitalisation conventionnelle et ambulatoire.
  • L'établissement de santé « Le Divit », établissement de santé privé d'intérêt collectif de 122 lits (soins de suite et de réadaptation, soins palliatifs, résidence pour personnes âgées dépendantes).
  • Loïc Féry, président du FC Lorient, a choisi d'installer le futur grand centre d'entraînement du club de foot à Kerlir. Les travaux sont estimés à 10 millions d'euros.
  • Océanis est un complexe regroupant une piscine (3 bassins, toboggan, sauna et hammam), des salles de réunions ainsi qu'une salle de spectacles et concerts.
  • De par sa situation géographique proche de Lorient et ayant une ouverture sur la mer, le tourisme tient une place importante dans la commune. On peut trouver sur la commune 7 campings, des hôtels et plusieurs restaurants.

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Beaucoup de ces lieux et monuments sont référencés sur le site de la ville de Ploemeur[8].

Monuments historiques[modifier | modifier le code]

La commune compte quatre monuments historiques :

  • La chapelle Sainte-Anne, édifiée aux XVIe siècle et XVIIe siècle par le seigneur du Ter. Elle servit de lieu de réunion pour le premier conseil municipal en 1790. Elle a été inscrite par arrêté du 15 janvier 1944[9].
  • La croix de Kervegan, datée de 1613, a été inscrite par arrêté du 7 mai 1937[10].
  • La croix en schiste de Kerduellic semble dater du début de l'ère chrétienne. Elle a été inscrite par arrêté du 25 septembre 1928[11].
  • La croix en granit de Kerduellic, voisine de la précédente, a été inscrite par arrêté du 25 septembre 1928[12].
Monument Adresse Coordonnées Notice Protection Date Illustration
Chapelle Sainte-Anne de Ploemeur et son calvaire Rue Sainte-Anne
Rue Saint-Deron
47° 44′ 13″ Nord
       3° 25′ 27″ Ouest
/ 47.736944, -3.424056 (Chapelle Sainte-Anne de Ploemeur)
« PA00091487 » Inscrit 1944
Chapelle Sainte-Anne de Ploemeur
Croix de chemin en schiste de Kerduellic Kerduellic (ou Kerduélic) 47° 44′ 18″ Nord
       3° 26′ 37″ Ouest
/ 47.738429, -3.443624 (Croix de Kerduélic)
« PA00091489 » Inscrit 1928
Croix de Kerduélic
Croix de chemin en granit de Kerduellic Kerduellic (ou Kerduélic) 47° 44′ 18″ Nord
       3° 26′ 37″ Ouest
/ 47.738443, -3.443538 (Croix de Kerduélic)
« PA00091488 » Inscrit 1928
Croix de Kerduélic
Croix de Kervegan Kerduellic (ou Kerduélic) 47° 44′ 19″ Nord
       3° 26′ 49″ Ouest
/ 47.738611, -3.446806 (Croix de Kervegan)
« PA00091490 » Inscrit 1937
Croix de Kervegan

Patrimoine mégalithique[modifier | modifier le code]

  • Menhir (Saint-Maudé)
  • Dolmen de Cruguellic
  • Menhir du Courégant
  • Dolmen ruiné de Caudric
  • Menhir du Talud
  • Menhirs couchés du Guermeur
  • Vestige de Tumulus à Kerroc'h
  • Menhir de Kerroc'h (Néolithique)
  • Dolmen Ar Roc'h Penher (Néolithique, sépulture collective)
  • Allée couverte de Laudé (Fin du Néolithique)
  • Tumulus ruiné du Runelen à Saint-Jude
  • Tumulus ruiné de Porz Fetih à Saint-Jude
  • Tumulus du Tuchenn Pol, site de Lann Porz Menech Village de Kerham (3 tumulus du Néolithique et un monument circulaire de l'âge du fer)

Patrimoine religieux[modifier | modifier le code]

  • Église Saint-Pierre-es-liens (XIIe siècle) appelée généralement église Saint-Pierre
  • Ancien presbytère (XVe siècle, puis XVIIIe siècle et XIXe siècle ), ce lieu sert actuellement de locaux à la médiathèque de Ploemeur, le nouveau presbytère se situant à moins de 100 m dans la rue de Kervam.
  • Chapelle Saint-Thual à Kerdroual (chapelle privée du XVe siècle)
  • Chapelle Sainte-Anne (XVIe siècle)
  • Chapelle Saint-Simon et Saint-Jude (XVIe siècle)
  • Chapelle Saint-Léonard (XVIe siècle)
  • Chapelle Saint-Maudé (XVIIe siècle)
  • Chapelle Notre-Dame de la Garde à Lomener occupe les locaux d'une ancienne conserverie désaffectée en 1920. Cependant une chapelle dédiée à saint Hilaire a dû exister vers le XVe siècle.
  • De nombreux calvaires

Autres monuments[modifier | modifier le code]

  • Château de Soye (XVIIIe siècle, Stanislas Dupuy de Lôme y naîtra en 1816) et son parc arboré à l'architecture XVIIIe (potager, alignements remarquables, lavoirs, puits, orangerie XIXe, talus protégés).
  • L'Aérium de Soye, dite « ORANGERIE » (1926). 1er bâtiment construit en France pour les besoins d'une école de plein-air.
  • Les baraques 253 et 253bis Cité de Soye (1945), constructions-type légère et provisoire ayant servi au logement des populations sinistrées d'après la 2nde guerre mondiale.
  • Château du Ter (site actuel du collège Notre Dame Jean-Paul II et ancien collège du Ter)
  • Ancien fort de Keragan dit Fort-Bloqué
  • La ville compte de nombreux blockhaus et vestiges du mur de l'Atlantique, témoins de la seconde guerre mondiale.

Divers[modifier | modifier le code]

  • Depuis 2006 Ploemeur est inscrit dans la liste des 206 villes de France de l'Unicef « Villes amies des enfants[13] » grâce à ses actions tournées vers la jeunesse : service enfance et jeunesse, maison des jeunes, maison de la petite enfance...
  • Bagad de Lann-Bihoué
  • Le bagad de Ploemeur « Sonerien Plañvour » a été créé en 1997 sous l'initiative de la mairie et du centre Amzer Nevez.
  • Le centre Amzer Nevez est un centre régional de culture bretonne et celtique. Il se situe sur la colline de Soye.
  • Le Golf de Ploemeur Océan est l'un des neuf parcours de golf du Morbihan. Construit en 1990, ce 18 trous offre une vue imprenable sur la mer et l'île de Groix. Le village de Kerham est situé en plein milieu du parcours. Le site Internet Where2Golf.com le classe en tant que parcours de référence parmi six autres parcours bretons.
  • La prison de Lorient, tout comme l'aéroport, est également située sur la commune de Ploemeur.
  • La ville a accueilli le tournage de certaines scènes du livre VI de la série Kaamelott[14] sur ses plages.
  • La ville a également accueilli pour certaines scènes, le tournage du film 17 filles.

Parcs et balades aménagées[modifier | modifier le code]

Tempête au Courégant à Ploemeur

Voici une liste non exhaustive :

  • L'étang du Ter est situé sur trois communes, Ploemeur, Lorient et Larmor-Plage. Il se décompose en deux étangs : l'étang Saint-Mathurin se trouvant sur la commune de Ploemeur et l'étang de Kermelo sur les communes de Lorient et Larmor-Plage. Les deux étangs sont séparés par une digue.
  • Le parc de Kerihuer accessible par la route du Mourillon ou par Saint-Maudé à pied.
  • Le chemin de la mer est un circuit de 13 km reliant le centre de Ploemeur au bord de mer.
  • La GR 34 longe les 17 km de côte Ploemeuroise.

Jumelages[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la communes[modifier | modifier le code]

Personnalités nées à Ploemeur
Autres personnalités

Blasonnement[modifier | modifier le code]

Blason ville fr Ploemeur (Morbihan).svg

Les armoiries de Ploemeur se blasonnent ainsi :

D’azur au navire d’or, habillé et pavillonné du même, voguant sur une mer d’argent –au chef d’argent chargé de trois mouchetures d’hermine de sable.

Principaux événements sportifs[modifier | modifier le code]

Photographies de Lomener[modifier | modifier le code]

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Les cahiers du pays de Ploemeur, revue annuelle du comité d'histoire du pays de Ploemeur, depuis 1990
  • Patrick Huchet, Yann Lukas et Maryvonne Moy, Histoire du pays de Ploemeur, Quimper et Ploemeur, Palantines et Ville de Ploemeur,‎ 2000, 140 p. (ISBN 2-911434-10-2)
  • Comité d'histoire du pays de Ploemeur, Le canton de Ploemeur, Saint-Cyr-sur-Loire, Alan Sutton,‎ 2011, 128 p. (ISBN 978-2-8138-0267-5)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Le nom officiel dans le code officiel géographique est « Ploemeur », [lire en ligne]
  2. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  3. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]