Willys MB

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Willys MB / Ford GPW
Willys MB

Marque Willys-Overland et Ford
Années de production 1941-1945
Production 640 000 standard et 8 690 autres exemplaires
Classe 4x4 militaire
Poids et performances
Poids à vide 1 040 kg
Dimensions
Longueur 3 330 mm
Largeur 1 575 mm
Hauteur 1 930 mm
Chronologie des modèles
Précédent Marmon-Herrington Willys M38 Suivant

La Willys MB, plus connue sous son surnom de « Jeep », est un véhicule tout-terrain léger conçu en 1940 et sorti d'usine en 1941 sur un cahier des charges de l'armée américaine.

La Willys MB est presque identique à la Ford GPW et a été fabriquée de l'année 1941 jusqu'à l'année 1945. Elle est considérée comme un des emblèmes de la Seconde Guerre mondiale. Après-guerre, la Willys MB a évolué en Jeep CJ, « CJ » pour une abréviation de « Civilian Jeep » (« Jeep civile » en français), et a été reconnue comme un symbole d'aventure.

Histoire[modifier | modifier le code]

Ford Marmon-Herrington 1/2 tonne 4x4, parfois appelé le « grand-père de la Jeep ».

Même si on avait assisté à une mécanisation à grande échelle des forces militaires durant la Première Guerre mondiale, conflit pendant lequel l'armée américaine avait déjà utilisé des camions 4x4 fournis par la Four Wheel Drive Auto Co. (en) (FWD), le département de la Guerre, à l'aube de la Seconde Guerre mondiale, cherche encore un véhicule de reconnaissance léger pouvant circuler à travers champs.

Alors que des tensions s'installent partout dans le monde à la fin des années 1930, l'armée américaine appelle les constructeurs à faire des propositions pour remplacer ses véhicules légers déjà en service mais vieillissants, la plupart sont des motos et side-cars, mais il y a aussi des Ford T. Plusieurs prototypes sont alors présentés aux officiels de l'armée, comme des 4x4 Ford Marmon-Herrington en 1937, des Roadsters Austin d'American Bantam (en) en 1938. Mais un cahier des charges ne sera présenté à 135 entreprises de l'automobile que le 11 juillet 1940 sous la référence TM 9-803, lequel précise les besoins pour un « [...] véhicule à usage général pouvant servir au transport de personnel ou de marchandises, adaptable pour la reconnaissance et le commandement, à quatre roues motrices et pouvant porter 1/4 de tonne US [227 kg]. »

Les origines du mot « jeep »[modifier | modifier le code]

Plusieurs explications sont avancées quant à l'origine du nom « Jeep »[1], qui se prononce « djiyp » en anglais.

Il est traditionnellement admis que ce nom fait référence au projet initial proposé par Bantam (en) puis finalement développé par la Ford Motor Company sous le nom de code de « Ford GP-W ». « GP » signifierait soit « General Purpose » (« usage général », ou « voiture à tout faire »), soit « Government Purposes » (« usage gouvernemental »). Le mot « jeep » pourrait donc venir de cet acronyme « GP », prononcé en anglais « djipi ». Cette étymologie, que l'on retrouve dans tous les dictionnaires français, est pourtant controversée[2], R. Lee Ermey, dans sa série télévisée Mail Call, précise que le véhicule a été conçu pour des usages très particuliers, et non généraux (General Purpose), et que par ailleurs, les GI conducteurs du véhicule, à l'origine du surnom, n'avaient sans doute pas eu connaissance de cette dénomination officielle de GP-W donnée dans les bureaux d'étude. Ermey et d'autres avancent que le nom de jeep provient d'une bande dessinée des années 1930, Popeye d'E.C. Segar, où apparaît en mars 1936 un animal imaginaire du nom d'Eugene the jeep (appelé Pilou-Pilou en français)[1]. « Jeep » est alors une onomatopée habituellement utilisée par les dessinateurs pour imiter le cri d'un oisillon. Habile et possédant des facultés extraordinaires, ce petit animal de la jungle est capable de se sortir de situations difficiles. Ce surnom de « jeep » serait alors attribué au véhicule en raison de ses caractéristiques exceptionnelles.

Par ailleurs, le major E.P. Hogan, qui écrivit dès mars 1941 sur la Jeep pour la revue militaire Quartermaster Review, indique que le mot « jeep » désignait déjà pour les mécanos, lors de la Première Guerre mondiale, tout nouvel engin motorisé reçu pour évaluation[3]. Aussi, dans les années 1930 et au tout début des années 1940, on rencontre plusieurs fois ce mot « jeep », notamment dans la presse. Il peut alors désigner une personne inexpérimentée, voire idiote[4], une recrue ou un novice[5], un gadget technologique[6] ou un véhicule militaire[7].

L'acronyme « Just Enough Essential Parts » (« juste assez de pièces essentielles ») est une autre explication possible. La première série de ces véhicules a été conçue pour être la plus simple et la moins chère possible : la voiture était minimaliste, sans aucun confort, et bâtie pour une courte durée de service. Toutefois, cet acronyme a tout aussi bien pu être donné à l'usage, par les GI, après les premières apparitions sur le terrain d'un véhicule déjà appelé « jeep ».

La marque « Jeep » a été déposée en juin 1950 par Willys-Overland[8].

Production[modifier | modifier le code]

Ces GI's de la 1re division d'infanterie intégrés à la 1re armée en progression vers Frauwullesheim, en Rhénanie du Nord, le 28 février 1945, croisent une colonne de jeeps Willys MB. Avec le Victory Program, 640 000 jeeps seront construites.
Modèle Année(s) Production
Bantam pilot 1940 1
Bantam Mk II / BRC-60 1940 70
Ford Pygmy 1940 1
Ford Budd 1940 1
Willys Quad 1940 2
Bantam BRC-40 1941 2 605
Ford GP 1941 4 456
Willys MA 1941 1 553
Willys MB 1942–1945 361 339
(335 531 + 25 808 slats[9])
Ford GPW 1942–1945 277 896
Total durant la Seconde Guerre mondiale 1940–1945 647 925
Autres
Ford GPA Seep 1942–1943 12 778
Après-guerre
Willys M38 (MC) 1950–1952 61 423
Willys M38A1 (MD) 1952–1957 101 488
Willys M606 (CJ-3B) 1953–1968  ?
Willys M170 1954–1964 6 500

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b (en) Jeep - Dave Wilton, Wordorigins.org, 12 juillet 2006
  2. (en) How the jeep got its name... - Ray Cowdery, USM Books, 2007
  3. (en) What does ‘jeep’ mean? - 42FordGPW, 18 septembre 2008
  4. (en) « He’s been all over the country, popping sodas here and there, but with all that practice he’s still a jeep. »The Saturday Evening Post du 16 juillet 1938
  5. (en) « The chow line stretched from the processing building to the mess hall, where the jeeps eat their first meal in the army. » — Jimmy Cannon, Nobody Asked Me, 1941
  6. (en) « In television parlance a jeep is a demonstration unit which consists of an electric camera connected by wire to a tele-receiving set. »The New York Times du 23 juillet 1939
  7. (en) « Take a ride in one of the tanks and you’ll see why the men of the brigade call them hell buggies, wombats, jeep wagons or man-killers ! »The New York Times du 31 juillet 1938
  8. (en) Steve Statham, Jeep Color History, MotorBooks International,‎ 1999 (lire en ligne), p. 27
  9. Ces modèles étaient dotés d'une lourde grille de radiateur, appelée « slat grille », avant que la calandre ne soit emboutie avec ses neuf ouvertures verticales.

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]