Base sous-marine de Lorient

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Base sous-marine de Lorient
Image illustrative de l'article Base sous-marine de Lorient
La base sous-marine de Lorient en 2006.

Lieu Lorient (Bretagne, France)
Type d’ouvrage Base de sous-marins
Construction 1941
Architecte Organisation Todt
Matériaux utilisés Béton armé, béton, granit
Hauteur 25 mètres
Utilisation Base sous-marine, stockage, réparation
Appartient à Municipalité de Lorient
Contrôlé par Drapeau de la France France
Guerres et batailles Seconde Guerre mondiale
Protection Patrimoine XXe s. (2000)[1]
Coordonnées 47° 43′ 45″ N 3° 22′ 13″ O / 47.72917, -3.3702847° 43′ 45″ Nord 3° 22′ 13″ Ouest / 47.72917, -3.37028  

Géolocalisation sur la carte : Lorient

(Voir situation sur carte : Lorient)
Base sous-marine de Lorient

Géolocalisation sur la carte : Bretagne

(Voir situation sur carte : Bretagne)
Base sous-marine de Lorient

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Base sous-marine de Lorient

La base sous-marine de Lorient, ou encore base de sous-marins de Keroman, est un complexe de bunkers de la Seconde Guerre mondiale, situé à Lorient (Bretagne, France). Elle occupe l'extrémité de la presqu'île de Keroman, dans la rade de Lorient et donne sur le golfe de Gascogne. Elle prend le nom de base de sous-marins ingénieur général Stosskopf en 1946.

Construite entre 1941 et 1944 par l'Allemagne nazie pendant l'Occupation, elle est alors destinée à abriter les 2e et 10e flottilles de U-boote de la Kriegsmarine, tout en s'inscrivant dans le dispositif du mur de l'Atlantique. Sa présence est la cause de la destruction de la ville de Lorient par les aviations britannique et américaine en janvier et février 1943, puis de la reddition tardive de la poche de Lorient le 10 mai 1945.

La base sous-marine est récupérée par la Marine nationale après le conflit et sera utilisée jusqu'en 1997 comme base de sous-marins. Géré par la Marine dans le cadre du développement du programme de SNLE français, et pour la création de constructions navales à base de matériaux composites, le site est consacré depuis lors à des activités civiles dont le pôle d'activité est centré sur le domaine maritime.

Depuis la fin des années 1990, le site est reconverti en un pôle nautique spécialisé dans la plaisance et la course au large. Il accueille par ailleurs un centre d'affaires tourné vers le monde maritime, un musée aménagé dans le sous-marin Flore, ainsi que la Cité de la voile Éric Tabarly.

Le complexe est composé de trois bunkers, Keroman I, II et III, de deux Dom-Bunkers situés dans l'espace du port de pêche de Keroman, ainsi que d'un bunker situé à Lanester, sur les rives du Scorff. Le tout a nécessité le travail de 15 000 personnes et le coulage de près d'un million de mètres cubes de béton. Les trois bunkers de Keroman comptent entre cinq et sept alvéoles destinés à accueillir des U-boote, couverts par des toits d'une dizaine de mètres d'épaisseur.

Histoire[modifier | modifier le code]

La situation de Lorient avant la Seconde Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

Article connexe : Histoire de Lorient.
Keroman en construction en 1920, avec le bâtiment de la glacière visible.

La ville de Lorient se développe avec l'implantation de la Compagnie française des Indes orientales en 1666, et ses ports connaissent plusieurs modernisations successives. L'arsenal est équipé d'une cale couverte et d'une forme de radoub en 1825, cette dernière étant agrandie et accompagnée d'une seconde forme de radoub en 1862. À la même époque sort des chantiers la première frégate intégralement cuirassée, La Couronne[2]. Dans les années 1920, l'ingénieur Henri Verrière développe l'actuel port de pêche de Keroman et le dote d'un équipement moderne[3]. Le slipway est ainsi inauguré en 1927[4]. Henri Verrière prévoit de prolonger ce port vers la presqu'île de Keroman en y construisant de nouveaux quais, ainsi que des usines de transformation du poisson[3].

La ville recouvre son statut de préfecture maritime par un décret du 20 mai 1939, et dispose avant le début de la guerre d'une garnison de près de 5 600 marins et d'un arsenal militaire employant quelque 5 000 ouvriers, pour une population de l'agglomération de 60 000 habitants[2]. La ville de Lorient sert de base de repli face à l'avancée allemande en juin 1940. L'or des banques nationales belges et polonaises est évacué par son port les 17 et 18 juin 1940. Le même jour, l'amiral François Darlan, alors replié à Bordeaux, ordonne aux forces locales de résister à l'avancée allemande[5]. Le vice-amiral Penfentenyo, qui est responsable de la ville, applique la politique de la terre brûlée : les cuves de mazout des ports de la ville sont incendiées, les munitions sont noyées dans la rade et les portes des bassins de radoub de l'arsenal sont dynamitées. Le 21 juin 1940, les troupes allemandes, qui se sont regroupées à Quimperlé, attaquent Guidel. La ville de Lorient tombe le même jour[6].

Utilisation par l'Allemagne nazie[modifier | modifier le code]

Le choix de Keroman[modifier | modifier le code]

Le U-123 à quai devant les anciens locaux de la Compagnie française des Indes orientales

Au début du mois de juin 1940, le contre-amiral Karl Dönitz, alors commandant supérieur des sous-marins de la Kriegsmarine, envoie des officiers de son état-major inspecter les ports de la côte française pouvant servir de base pour ses sous-marins. L'armistice est signé le 22 juin[7] et il se rend à Lorient le 23 juin 1940[6]. Il décide d'établir son quartier général ainsi que la 2e flottille de U-boote dans la ville de Lorient le 28 juin 1940[8] : cette dernière est dotée d'installations modernes, est reliée par voie ferrée et est moins exposée aux frappes britanniques que Brest[9]. Dönitz s'installe le 16 octobre 1940 dans une villa du quartier de Kernével à Larmor-Plage, face à la presqu'île de Keroman[10] et le ministre de la guerre allemand, l'amiral Erich Raeder, visite la ville le 8 août 1940[11].

Des ouvriers allemands quittent la base de Wilhelmshaven dès la fin juin pour rejoindre Lorient et effectuent des réparations sur place à partir du 2 août. La rade est inspectée pour contrer le risque de mines magnétiques et le port est déclaré ouvert le 6 juillet[9]. Un premier U-boot, le U-30, arrive pour faire un ravitaillement le jour suivant[8]. Des travaux de remise en état des infrastructures portuaires sont entrepris et certaines, comme le slipway du port de pêche, sont renforcées pour permettre leur utilisation par des sous-marins. En septembre, 17 sous-marins viennent ravitailler dans la ville, puis 40 le mois suivant[10]. À partir de novembre 1940, le bassin no 2, réparé, est utilisé pour le carénage de ceux-ci[11].

Une première attaque de 12 bombardiers britanniques atteint Lorient les 22 et 23 août 1940[12]. Les bombardements touchent régulièrement la région jusqu'en juillet 1941. Plusieurs mesures de défense passive sont alors prises par l'occupant et Dönitz rencontre Hitler le 28 octobre 1940 dans les environs de Paris pour lui demander la construction de trois bases à Lorient, Brest et Saint-Nazaire[13]. Le 7 novembre 1940, Hitler ordonne la construction de bunkers de protection pour sous-marins sur la côte Atlantique et une première réunion sur ce sujet a lieu à Lorient en présence de Fritz Todt les 15 et 16 du même mois[14]. Finalement, Hitler approuve le plan de construction le 23 décembre 1940[15].

Construction de la base[modifier | modifier le code]

Implantations dans la rade de Lorient
City locator 14.svg
City locator 14.svg
City locator 14.svg
City locator 3.svg
City locator 3.svg
City locator 5.svg
City locator 3.svg Dom-Bunker du slipway
City locator 14.svg Bunkers de Keroman
City locator 5.svg Bunker du Scorff

Le site de la presqu'île de Keroman est choisi pour accueillir la future base. La construction est confiée à l'ingénieur en chef Triebel qui a déjà travaillé sur la base de Heligoland. Triebel prévoit dans un premier temps de creuser la presqu'île pour créer un canal qui relierait les alvéoles des bunkers, celles-ci fonctionnant comme des bassins à flot. Mais les sondages du sous-sol sont volontairement faussés par des Lorientais de manière à faire croire que ce projet nécessiterait des travaux de percement important. Un second projet est alors conçu, structuré autour d'un slipway, les sous-marins étant mis au sec dans les alvéoles. Il est retenu par Hitler et les travaux débutent en janvier 1941[16].

Les premiers travaux sont lancés à Lorient en janvier 1941, et dès mai 1941, deux Dom-Bunkers[n 1] sont inaugurés autour du slipway du port de pêche[17]. La construction de la base de Keroman I est commencée en février 1941 et celle de Keroman II trois mois plus tard, en mai. Keroman I est inauguré le 1er septembre 1941, et Keroman II en décembre de la même année[18]. À Lanester, un bunker pouvant accueillir deux U-boote est construit à partir de novembre 1940[19] et inauguré le 1er octobre 1941[20].

Moyens matériels et humains[modifier | modifier le code]

La construction de la base nécessite le travail de près de 15 000 personnes ; jusqu'à 10 000 de plus travaillent dans la région pour l'édification d'autres structures du mur de l'Atlantique. L'historien Sönke Neitzel recense ainsi en avril 1942 : 5 780 Français employés comme ouvriers sur le chantier[21], 3 178 Allemands[15], 1 467 Néerlandais, 1 296 Belges, 501 Espagnols, 89 Italiens, ainsi que 90 étrangers venant d'autres pays. À ceux-ci s'ajoutent les ouvriers employés par les entreprises sous-traitantes[21].

Dans un premier temps, les ouvriers sont attirés par des salaires élevés, supérieurs de plus de 50 % à ceux proposés aux manœuvres agricoles dans le Morbihan. Néanmoins, leur nombre restant insuffisant, les Allemands doivent demander à l'administration française de procéder à des réquisitions[22] dès février 1941. Celles-ci restent sans effet, le nombre de prisonniers de guerre étant assez élevé (environ 20 % des agriculteurs de la région) et le recrutement devant s'effectuer loin de la région[23]. La loi instaurant le service du travail obligatoire le 16 février 1943 fournit à l'Organisation Todt de Lorient jusqu'à 22 285 travailleurs, dont les deux tiers travaillent sur le site de Kéroman[24].

Des hébergements sont mis en place dès décembre 1940, et prennent la forme de baraquements en bois disséminés dans un rayon de 15 km autour du site de construction. Les camps de prisonniers du Morbihan sont vidés et reconvertis à partir du mois de mars 1941[22]. L'Organisation Todt prend aussi en charge les loisirs de ceux-ci en ouvrant un cinéma-salle de spectacle ou en gérant des maisons closes[23].

Près d'un million de mètres cubes de béton sont utilisés pour construire la forteresse, ce qui représente près du quart du béton travaillé en France pour l'effort militaire allemand. 60 000 wagons de matériel sont acheminés sur le site, ainsi que 40 000 m3 de bois de coffrage. Plusieurs lignes de chemin de fer doivent être construites pour acheminer le sable nécessaire au coulage du béton : jusqu'à l'embouchure de la Laïta à l'ouest, et jusqu'à la rivière d'Étel à l'est[25]. Une gare supplémentaire est ouverte à une dizaine de kilomètres du site, près d'Auray, pour stocker le matériel[24]. Le gravier provient, lui, de la Penthièvre, extrait dans la presqu'île de Quiberon[25].

Bombardement du chantier et Résistance[modifier | modifier le code]
La base en construction en 1942

Le chantier est touché par plusieurs bombardements alliés. Ceux-ci sont cependant d'ampleur limitée, les Alliés visant en priorité Brest, où mouillent le croiseur lourd Admiral Hipper, à partir de fin décembre 1940, et les croiseurs Scharnhorst et Gneisenau, à partir de fin mars 1941. En janvier 1941, Lorient est la cible de trois raids de cinq bombardiers chacun. Quatre raids suivent entre les 15 et 22 mars 1941, totalisant plus de 110 bombardiers. En mai, deux raids d'un total de 10 appareils touchent la ville, suivis en juillet d'une attaque totalisant 47 appareils et d'une autre dans la nuit du 23 au 24 novembre 1941 totalisant 53 appareils. À cette date, le bunker du Scorff ainsi que ceux de Keroman I et II sont entrés en service. À ces raids s'ajoutent ceux d'appareils détournés de leurs cibles initiales : 20 bombardiers attaquent la ville en avril 1941, détournés de Brest, et quatre autres en septembre 1941 détournés du Havre[12]. Les dégâts sont avant tout humains : 80 ouvriers meurent lors d'un bombardement britannique dans la nuit du 16 au 17 mai 1941, 48 autres lors du bombardement américain du 21 octobre 1942[15] et 10 de plus lors du bombardement du 18 novembre 1942[24].

La Résistance se développe aussi sur le chantier et autour de celui-ci. Des relevés géologiques sont truqués pour ralentir les travaux dès décembre 1940[16]. Les plans de la base sont communiqués à Londres dès décembre 1941 par un ingénieur de l'arsenal, Alphonse Tanguy[12]. Le directeur adjoint de l'arsenal, Jacques Stosskopf, communique aux Alliés les mouvements des U-boote[26]. Dans l'enceinte de l'arsenal, 18 actions sont officiellement recensées de décembre 1940 à janvier 1944. Dans la ville et ses environs, les sabotages se multiplient à partir de juillet 1943, de même que des actes de résistance passive comme des manifestations[26]. Le bordel de l'Organisation Todt est attaqué à l'explosif le 8 décembre 1942[24].

Extension de la base[modifier | modifier le code]

La taille insuffisante des deux premiers bunkers de Keroman ne permet par d'accueillir certains U-boote comme les type IX D et type X B qui sont trop longs pour ces installations, ou encore les type XXI qui sont trop hauts pour celles-ci[18]. La décision est donc prise de construire un troisième bunker, Keroman III, lors de la visite de Fritz Todt à Lorient le 10 mars 1941. Les travaux commencent en octobre 1941 et le bâtiment est opérationnel en février 1943[27]. La base est agrandie au cours de l'année 1943 par l'ajout d'un espace de stockage sur sa partie gauche[28] et sur sa partie arrière par l'ajout d'un espace de 14 m de large sur 163 m de long. Trois bunkers de défense rapprochée sont rajoutés à la même date au rez-de-chaussée, ainsi que trois abris de flak sur son toit. Deux navires, le croiseur Strasbourg et le Crapaud, sont coulés en 1944 face à ses entrées pour éviter les lancements de torpilles aériennes[29].

Rommel en visite des installations du mur de l'Atlantique à Lorient en février 1944

La construction du mur de l'Atlantique débute à partir de 1942. L'Opération Chariot menée par les Alliés sur la base sous-marine de Saint-Nazaire le 28 mars 1942 démontre alors que ce type d'installation reste exposé aux offensives terrestres[30] : la défense de la région de Lorient est revue. Le périmètre de défense s'étend sur une bande de 24 km à l'intérieur des terres et intègre par ailleurs la base d'aéronautique navale de Lann-Bihoué[31]. Près de 400 blockhaus, nids de mitrailleuses, ou encore tours de guet sont construits entre l'embouchure de la Laïta et celle de la rivière d'Étel[32].

La mise en service des U-boote type XXI nécessite la création de nouveaux bunkers en raison de leur hauteur. La base de Lorient est la seule sur la façade Atlantique à les accueillir ; la construction de nouvelles installations, Keroman IVa et Keroman IVb, est lancée durant l'été 1943 pour accueillir 24 de ces U-boote. Ces nouveaux bunkers doivent se situer dans le prolongement de Keroman I et II et doivent eux aussi être utilisés pour le stockage à sec des submersibles ; Keroman IVa étant de plus doté d'un alvéole en eau et d'un espace de protection du slipway[33]. La construction de Keroman IVa est toutefois ralentie par le manque de matériaux et de main-d'œuvre et doit même être stoppée le 24 avril 1944[34] ; seuls les murs de deux alvéoles et celui faisant l'interface avec Keroman I sont achevés[33]. D'autre part, la construction de Keroman IVb ne va pas plus loin que des travaux de creusement des fondations et de début de coffrage de quelques murs d'alvéoles[34].

Le retour à la France[modifier | modifier le code]

La base après-guerre[modifier | modifier le code]

Implantation de Keroman I, II, et III, du projet Keroman IV ainsi que des dom-bunkers dans la rade de Lorient.
Plaque commémorative apposée en 1946 en l'honneur de Jacques Stosskopf

La poche de Lorient se rend le 10 mai 1945 au terme d'un siège de neuf mois et les forces françaises récupèrent la base dans un parfait état de marche[35]. Le gouvernement provisoire y établit le 19 mai 1945 un « centre de sous-marins » et une note prescrit à la base d'être prête à ouvrir deux chantiers de réparation de sous-marins à partir du 1er août[36]. L'état-major de la marine nationale visite la base à la mi-octobre de la même année et, le 24 octobre, est créée la base militaire de Kéroman, constituée définitivement le 5 décembre. Le 6 juillet 1946, la base prend le nom de « Jacques Stosskopf »[30].

En avril 1946, cinq U-boote sont attachés à la base de Lorient et servent, à la fin de la même année, à la création de la « deuxième escadrille de sous-marins[37] ». Celle-ci est cependant dissoute à la fin de l'année 1948 et les sous-marins sont réaffectés à Toulon[38]. En 1953, la base retrouve son affectation première et, le 1er janvier 1958, la deuxième escadrille de sous-marins est reconstituée[39]. Les marins sont hébergés dans un premier temps dans la caserne protégée de Keroman II, avant que, de 1957 à 1973, soient ouverts le long des rives du Ter plusieurs casernements ainsi que d'autres infrastructures de vie[40].

Au début des années 1970, l'état-major français décide de remplacer progressivement ses sous-marins d'attaque classiques par des sous-marins nucléaires d'attaque, jusqu'au début du XXIe siècle. La base de Lorient ne disposant pas de site de traitement des combustibles nucléaires, la fermeture de celle-ci est alors prévue pour le début des années 2000[41].

L'annonce de la dissolution de la deuxième escadrille intervient le 27 mai 1993 et prévoit la fermeture de la base de Keroman dans un délai de deux ans[42]. Les quatre classe Agosta de Lorient sont réaffectés à Brest et quittent définitivement leur ancien port d'attache le 1er juillet 1995[43]. La Sirène est le dernier sous-marin à passer dans les chantiers et quitte le site le 11 février 1997 pour Toulon[44].

La base aujourd'hui[modifier | modifier le code]

Le désengagement de la Marine intervient dans un contexte économique difficile pour la région de Lorient, à un moment où le port de pêche connaît une baisse importante de ses tonnages à partir de la fin des années 1980, et où la Direction des constructions navales (DCN) restructure ses activités[45]. C'est dans ce contexte que l'agglomération de Lorient doit penser la reconversion des 25 ha du site, dont six occupés par les bunkers[3]. Plusieurs études sont lancées à partir de 1992, et les résultats sont rendus publics jusqu'en 1997. En 1999, un projet final est adopté[46].

Les bunkers sont conservés en raison de leur valeur patrimoniale et du coût de leur destruction, estimé à 31 millions d'euros. Il est décidé de constituer au sein de son espace un centre sur « l'homme et la mer au XXIe siècle » structuré en cinq pôles : course au large, stratégies navales, prévention des risques en mer, archéologie sous-marine, et pêche et aquaculture[46]. Des travaux sont réalisés sur le site à partir de 2001 avec une première enveloppe de 45 millions d'euros[47].

Utilisation[modifier | modifier le code]

Seconde Guerre Mondiale[modifier | modifier le code]

Kriegsmarine[modifier | modifier le code]

La 2e flottille de U-boote est établie à partir du 28 juin 1940[8]. Elle est rejointe par la 10e flottille de U-boote à partir de janvier 1942[48]. À ces navires, il faut ajouter les nombreux sous-marins ayant fait une escale à Lorient au cours de leur mission. C'est notamment le cas du U-333, commandé par Ali Cremer, le 13 juin 1944[49]. La base est utilisée jusqu'au 5 septembre 1944, date de départ du dernier U-boot, le U-155, pour la Norvège[50]. Au total, 168 U-boote ont été affectés à Keroman pendant la guerre[51], dont les sept U-boote ayant le plus lourd tableau de chasse[52]. Sur ces 168 engins submersibles allemands, 135 ont été coulés pendant le conflit soit 80 % des flottilles[51].

Face à la base de Keroman, à Larmor-Plage, l'état-major de la direction des opérations de la force sous-marine allemande s'établit à partir du 11 novembre 1940 dans les villas de « Kerlilon », de « Margaret » et de « Kerozen ». Le poste de commandement sert à faire la liaison entre les U-boote, de manière à donner la localisation d'un convoi allié et à organiser une attaque « en meute » sur celui-ci[53].

Les U-boote sont engagés dans la Bataille de l'Atlantique menée contre les Alliés. Keroman sert par ailleurs de point de départ d'opérations particulières, comme l'Opération Paukenschlag, menée au large de New York en janvier 1942[54], ou dans les opérations d'attaque de bateaux alliés pendant la bataille de Normandie[55]. Plusieurs U-boote sont par ailleurs déployés sans succès pour porter secours au Bismarck lorsque celui-ci est pris en chasse par la marine britannique en 1941. Le U-74 parvient à sauver trois marins allemands après le naufrage de ce navire et ils sont débarqués à Lorient par la suite[56].

La base est aussi utilisée pour les opérations de réparation et d'entretien des U-boote. Sur les 1 149 grands carénages effectués par la Kriegsmarine dans les ports français de l'Atlantique, 500 sont réalisés à Lorient[57].

Marine impériale japonaise[modifier | modifier le code]

Équipage du I-29, en 1943

La base de Keroman sert également à trois reprises de port d'escale pour les sous-marins de la Marine impériale japonaise, alors alliée de l'Allemagne nazie, entre août 1942[58] et 1944 : le I-30, le I-8, et le I-29[59].

Ils servent à apporter des matériaux stratégiques comme du tungstène ou du caoutchouc, ainsi que des médicaments comme de la quinine, ou même des plans d'armement. Les équipages sont utilisés à des fins de propagande, sont reçus par Hitler ou bien vont se distraire à Paris. Ils rapportent au Japon des plans d'armement et des ingénieurs allemands, ainsi que des machines Enigma[60].

Sur les trois sous-marins ayant relié Keroman, seul le I-8 parvient à rentrer sain et sauf au Japon en décembre 1943[59].

Cible des Alliés[modifier | modifier le code]

Destruction de la ville[modifier | modifier le code]

Les pertes causées aux convois alliés par les « loups gris » de Dönitz lors de la bataille de l'Atlantique les obligent à réagir. Un raid américain est lancé sur la base le 12 octobre 1942 pour tester la solidité des bunkers et les dégâts infligés restent minimes. Churchill ordonne alors le 14 janvier 1943 de détruire les villes entourant ces bases, de manière à limiter leur approvisionnement[61]. Lorient est désignée comme la cible prioritaire, et la ville est rasée par plus de 4 000 tonnes de bombes entre le 14 janvier et le 17 février 1943. Seules les bases de Keroman sont intactes[62], alors que dans la ville où a été donné l'ordre d'évacuation le 3 février, 3 500 immeubles sont détruits ; on dénombre 230 morts[63].

La durée moyenne d'immobilisation des sous-marins entre deux missions à Keroman augmente de 30 % entre novembre 1942 et avril 1943[64]. Le tonnage détruit par ceux-ci dans l'Atlantique baisse de 17 100 tonnes par U-boot en janvier 1943 à 8 500 tonnes en mai 1943[65].

Détail des bombardements de janvier-février 1943[66]
Date Nationalité Nombre d'appareils tonnes de bombes nombre de bombes incendiaires
14 janvier 1943 Royal Air Force 99 73,6 83 548
15 janvier 1943 Royal Air Force 132 140,4 87 163
23 janvier 1943 US Air Force 36
23 janvier 1943 Royal Air Force 47
26 janvier 1943 Royal Air Force 136 80 56 687
29 janvier 1943 Royal Air Force 130 50,7
4 février 1943 Royal Air Force 120 90,6 63 376
7 février 1943 Royal Air Force 296 254,1
13 février 1943 Royal Air Force 422 524,3 26 168
16 février 1943 Royal Air Force 360 461,9 230 916
Poche de Lorient[modifier | modifier le code]
Soldats allemands capturés au nord de Lorient fin août 1944
Article détaillé : Poche de Lorient.

La Bretagne commence à être libérée par les Alliés dès août 1944 et la ville de Brest se rend mi-septembre. Le coût humain pour les Alliés s'élève à plus de 10 000 soldats blessés ou tués. Les villes de Lorient et de Saint-Nazaire n'ont plus la même priorité stratégique et l'US Army n'y dénombre que 32 morts jusqu'à la fin du conflit[35].

Les premiers G.I.s arrivent au nord des défenses de la ville le 7 août. La veille, la RAF a tenté sans succès de détruire un toit d'un des bunkers de Keroman en y lâchant une bombe de six tonnes[67]. Dans la poche, quelque 25 000 soldats organisent leur défense. Les bunkers de Keroman sont réaménagés en hébergements et la base d'aéronautique navale de Lann-Bihoué continue d'assurer la liaison avec l'Allemagne jusqu'au 8 août 1944[68]. La poche de Lorient résiste pendant neuf mois aux attaques[35] et la reddition n'est obtenue que le 10 mai 1945[69].

Après-guerre[modifier | modifier le code]

Marine nationale[modifier | modifier le code]

La marine nationale française utilise le site de 1945 à 1995. Un maximum de 10 sous-marins et de 2 000 marins y est affecté pendant cette période[70]. La base est utilisée dans un premier temps pour des missions de formation et des missions anti-sous-marines, dans le cadre de l'appartenance de la France à l'OTAN[37]. Au début des années 1960, le développement de la propulsion nucléaire et celui des sous-marin nucléaire lanceur d'engins (SNLE) dans la Marine nationale redéfinit l'importance des sous-marins. La base de Keroman se voit affecter, à partir de 1968 et pour trois ans, le prototype Gymnote qui a la charge de l'expérimentation du lancement de missiles à têtes nucléaires[71]. Elle sert à la formation des futurs équipages de SNLE[41], de sous-mariniers étrangers, mais aussi pour l'entraînement de commando et de nageurs de combat, ou pour des opérations de renseignements[72].

Les premiers sous-marins français sont affectés à la base en avril 1946 et sont constitués de prises de guerre : le Roland Morillot, le Blaison, le Bouan, le Millé et le Laubie, tous d'anciens U-boote[37]. Suivent les décennies suivantes les classe Narval qui sont affectés à Keroman à partir de juin 1958[73] et les classe Daphné à partir de 1964[74]. Quatre classe Agosta sont affectés à la base à partir de 1984[41] pour remplacer les classe Narval, en fin de vie[75]. La base dispose alors, à la fin des années 1980, de quatre classe Narval et de trois classe Daphné[76].

La Marine nationale développe les constructions de la base à partir des années 1950. Des hébergements pour les marins sont construits sur le site, de même que des bâtiments pour l'état-major et pour des services généraux[76]. Les bunkers sont aussi réaménagés. Keroman I accueille des services de santé à partir de l'été 1955 et est ainsi équipé d'un caisson hyperbare ; il dispose aussi d'un « centre d'entraînement à la guerre sous-marine », comprenant une salle simulant un central d'opération. Keroman II accueille lui le centre des opérations et de transmission, ainsi que des bureaux militaires et administratifs[40]. La marine utilise enfin plusieurs plus petits bunkers appelés « Jaguar » pour le stockage de ses torpilles ; ceux-ci sont détruits au débuts des années 1990[77].

Direction des constructions navales[modifier | modifier le code]

La direction des constructions navales occupe le site de 1945 à 1997 pour des opérations de maintenance ou de modernisation de la flotte de sous-marins. Un maximum de 900 personnes y est employé au plus fort de l'activité et un total de 95 navires est traité dans le cadre de grands carénages ou de refontes[78].

Le bunker de Keroman I sert pour les installations électriques du site ainsi que pour le stockage d'eau et de carburant, et le slipway continue à être utilisé pour son usage initial[79]. Dans le milieu des années 1970, les alvéoles 1 à 3 sont aménagées pour recevoir un atelier dédié aux matériaux composites,et une dizaine de chasseurs de mines y est construite, de même que des équipements pour d'autres navires[80]. Keroman II est lui réaménagé complètement pour y recevoir des ateliers, chaque alvéole accueillant un atelier spécialisé différent[81]. Keroman III concentre les deux chaînes de carénage, l'alvéole « F » étant réutilisée dès la fin de la guerre et l'alvéole « G » étant remise en fonction en 1958[81]. La DCN construit par ailleurs plusieurs bâtiments sur le site pour accueillir le travail ou la restauration de ses équipes[77].

Reconversions civiles[modifier | modifier le code]

La Cité de la voile Éric Tabarly alors en construction

Un pôle nautique est constitué à partir de 1997 avec l'installation dans le bunker de Keroman II de la société Plastimo, spécialisée dans l'accastillage[82]. À partir de 2001, des travaux supplémentaires sont entrepris afin de permettre le réaménagement de Keroman I et d'y édifier des hangars destinés à la préparation de multicoques de compétition[47]. La Cité de la voile Éric Tabarly est érigée en 2005 à partir d'un budget de 18 millions d'euros[83].

Le site est utilisé pour plusieurs courses nautiques ou pour la préparation de celles-ci. Le défi français de la Coupe de l'America (2001) se prépare ainsi à Lorient[82]. Lorient est par ailleurs désignée pour accueillir des étapes de la Volvo Ocean Race de 2012[84].

Réalisé avec un budget de 10 millions d'euros, le centre d'affaires « Celtic Submarine », tourné vers la mer et composé de deux bâtiments, ouvre en octobre 2010 ; la première tranche représente 9 000 m2 de bureaux[85] pour environ 400 emplois[86]. La construction d'un troisième bâtiment est lancée à la fin des travaux de cette première tranche[87].

Le patrimoine laissé est exploité à partir de 1999 par l'ouverture dans la tour Davis d'un musée[88]. Le 1er mai 2010, il est agrandi pour permettre de visiter l'un des anciens sous-marins de la base, le Flore[89].

Architecture[modifier | modifier le code]

Dom-Bunkers (bunkers-cathédrales)[modifier | modifier le code]

Les deux Dom-Bunkers sont construits autour du slipway du port de pêche à partir de février 1941 par la société Carl Brand de Düren et, à l'époque, le projet prévoit la construction d'un total de six bunkers de ce type, disposés en étoile. Ils sont réalisés en six tronçons et mesurent 81 m de long pour 16 m de large et 25 m de haut. Les murs ont une épaisseur de 1,5 m et leurs toitures ont un profil en ogive, de manière à réduire l'effet des bombes[14].

Conçus à l'origine pour accueillir les U-boote lors de leurs réparations après leur montée sur le slipway, ils s'avèrent peu pratiques à l'usage et sont reconvertis en ateliers, puis en entrepôts[14].

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Bunker du Scorff[modifier | modifier le code]

Vue du bunker du Scorff depuis l'enclos du port à Lorient.

Le bunker du Scorff est le premier construit. Après des hésitations, il est décidé de l'implanter à Lanester, à côté de l'arsenal, de manière à disposer des moyens techniques de celui-ci[14]. En raison de l'envasement du lieu d'implantation, une technique de construction sur pilotis est adoptée, utilisant 2 557 pieux d'acier de 20 m de long[90].

Il est inauguré en octobre 1941, après avoir été équipé le mois précédent d'un poste de DCA. Son emplacement dans une portion de la rivière qui sédimente en permanence réduit assez rapidement son utilisation par l'Occupant. Sa construction sur pilotis rend aussi impossible le renforcement de son toit, la structure ne pouvant supporter aucun supplément de poids[90].

Keroman I[modifier | modifier le code]

Le bunker Keroman I, qui mesure 120 m de long pour 85 m de large, compte cinq alvéoles et un slipway (plan incliné) couvert. Il est achevé en septembre 1941 après sept mois de travaux[91]. Sa toiture est constituée initialement d'une structure de béton armé de 3,50 m, composée d'un assemblage de poutrelles fabriquées en Allemagne par la firme Dortmunder-Union. Un ferraillage de 49 kg de fer par mètre cube est ajouté au moment du coulage du béton. Trois emplacements de DCA y sont par ailleurs adjoints[18] et des blocs de granite sont ajoutés pour le protéger des bombardements[91]. Il est agrandi en 1942 par l'ajout sur sa partie arrière d'une section technique de 81,7 m de long pour 23 m de large destinée à accueillir des générateurs électriques[92] et par l'adjonction d'une tour d'entraînement équipée d'une cuve de 7 m permettant aux sous-mariniers de simuler des manœuvres d'évacuation[93].

Il est utilisé dès l'origine pour abriter jusqu'à cinq U-boote dans ses alvéoles (places numérotées de K1 à K5), ainsi que le chariot servant à transporter ces submersibles d'un alvéole à l'autre[91]. Chaque alvéole est équipé d'au moins un pont roulant mobile muni de grues d'une à trois tonnes[94]. Le bunker est équipé d'un système de slipway présentant une pente de 10 %[95], dont le chariot pouvait effectuer une opération de mise à sec ou de mise en eau en 46 à 60 minutes vers ou depuis les alvéoles de Keroman I ou II. Au total, le slipway comportait 12 chariots mécaniques et un pont translateur (ou pont transporteur) se déplaçant sur huit rails disposés transversalement sur l'esplanade reliant Keroman I et II[96].

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Keroman II[modifier | modifier le code]

Keroman II mesure 120 m de long pour 138 m de large et compte sept alvéoles. Il est achevé en décembre 1941[91]. Sa toiture présente les mêmes caractéristiques que celle de Keroman I[18], à l'exception des emplacements de DCA. Il est agrandi en 1942 par l'ajout, sur sa partie arrière, d'une partie technique de 57,42 m de long pour 24 m de large destinée à accueillir des transformateurs électriques[92].

Ce bunker abrite jusqu'à sept U-boote (places numérotées de K6 à K12), ainsi que le chariot de transfert des submersibles d'un bunker à l'autre[91]. Ses alvéoles disposent du même équipement que ceux de Keroman I, mais il est équipé d'une grue d'une tonne placée à l'extérieur pour l'entretien des périscopes[94].

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Keroman III[modifier | modifier le code]

Keroman III mesure 138 m de long pour 170 m de large et compte sept alvéoles[91] : deux d'une longueur de 95 m, trois d'une longueur de 98,5 m, et deux d'une longueur de 84 m[97]. Commencé en octobre 1941, le nouveau bunker est achevé en janvier 1943[91]. Son toit a initialement une épaisseur de 3,80 m avant d'être épaissi de 2 m en juillet 1943[27]. Il est le seul des trois bunkers à avoir un toit équipé d'une structure de type « Fangrost » destinée à faire exploser les bombes avant qu'elles n'atteignent la dalle de couverture[91], portant l'épaisseur totale à près de 9,4 m[27]. Le bunker est agrandi à partir de la mi-1943 par la construction, sur sa partie gauche, d'un espace de stockage de 20,73 m de large pour 153 m de long[28] et sur sa partie arrière par un espace de 14 m de large pour 163 m de long. Trois bunkers de défense sont ajoutés au rez-de-chaussée, ainsi que trois emplacements servant à accueillir des pièces de DCA sur son toit[29].

Keroman III, qui abrite jusqu'à 13 U-boote (places numérotées de K13 à K24), est le seul des trois bunkers à bénéficier de bassins à flot[91]. Toutes les places sont initialement équipées de grues de 5 t pour les opérations d'entretien ; les places K23 et K24 sont de plus pourvues de grues de 30 t pour les opérations de démontage des moteurs Diesel[98].

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Sources[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Le nom de « Dom-Bunkers » vient de la forme de ceux-ci, ressemblant à une nef de cathédrale. L'appellation de « Bunker Cathédrale » est aussi utilisée par certains auteurs pour les désigner

Références[modifier | modifier le code]

  1. La base de sous-marins, ville de Lorient, consulté sur www.lorient.fr le 26 septembre 2013
  2. a et b Louis Chaumeil, « Abrégé d'histoire de Lorient de la fondation (1666) à nos jours (1939) », Annales de Bretagne, t. 46, no 1-2,‎ 1939, p. 66-87 (lire en ligne)
  3. a, b et c Christophe Cérino et Yann Lukas 2003, p. 112
  4. Luc Braeuer 2008, p. 12
  5. Christophe Cérino et Yann Lukas 2003, p. 12
  6. a et b Christophe Cérino et Yann Lukas 2003, p. 14
  7. Luc Braeuer 2008, p. 4
  8. a, b et c Christophe Cérino et Yann Lukas 2003, p. 15
  9. a et b Luc Braeuer 2008, p. 5
  10. a et b Christophe Cérino et Yann Lukas 2003, p. 18
  11. a et b Christophe Cérino et Yann Lukas 2003, p. 17
  12. a, b et c Luc Braeuer 2008, p. 49
  13. Luc Braeuer 2008, p. 9
  14. a, b, c et d Christophe Cérino et Yann Lukas 2003, p. 24
  15. a, b et c Luc Braeuer 2008, p. 10
  16. a et b Christophe Cérino et Yann Lukas 2003, p. 27
  17. Luc Braeuer 2008, p. 16
  18. a, b, c et d Luc Braeuer 2008, p. 29
  19. Luc Braeuer 2008, p. 17
  20. Luc Braeuer 2008, p. 19
  21. a et b Christophe Cérino et Yann Lukas 2003, p. 28
  22. a et b Christophe Cérino et Yann Lukas 2003, p. 30
  23. a et b Christophe Cérino et Yann Lukas 2003, p. 31
  24. a, b, c et d Luc Braeuer 2008, p. 11
  25. a et b Christophe Cérino et Yann Lukas 2003, p. 32
  26. a et b Luc Braeuer 2008, p. 47
  27. a, b et c Luc Braeuer 2008, p. 36
  28. a et b Luc Braeuer 2008, p. 42
  29. a et b Luc Braeuer 2008, p. 43
  30. a et b Louis Bourget-Maurice et Josyane Grand Colas 1997, p. 91
  31. Christophe Cérino et Yann Lukas 2003, p. 40
  32. Christophe Cérino et Yann Lukas 2003, p. 41
  33. a et b Luc Braeuer 2008, p. 54
  34. a et b Luc Braeuer 2008, p. 56
  35. a, b et c Christophe Cérino et Yann Lukas 2003, p. 56
  36. Louis Bourget-Maurice et Josyane Grand Colas 1997, p. 90
  37. a, b et c Christophe Cérino et Yann Lukas 2003, p. 63
  38. Louis Bourget-Maurice et Josyane Grand Colas 1997, p. 94
  39. Louis Bourget-Maurice et Josyane Grand Colas 1997, p. 96
  40. a et b Christophe Cérino et Yann Lukas 2003, p. 78
  41. a, b et c Christophe Cérino et Yann Lukas 2003, p. 66
  42. Christophe Cérino et Yann Lukas 2003, p. 110
  43. Louis Bourget-Maurice et Josyane Grand Colas 1997, p. 116
  44. Louis Bourget-Maurice et Josyane Grand Colas 1997, p. 119
  45. Anne-Claire Loaëc, « Lorient, Cap sur la mer », Bretons, no 65,‎ mai 2011, p. 48-53
  46. a et b Christophe Cérino et Yann Lukas 2003, p. 117
  47. a et b Christophe Cérino et Yann Lukas 2003, p. 120
  48. (de) « 10.Unterseebootsflottille », sur uboatnet.de (consulté le 1er juin 2011)
  49. Busch, R & Roll, H-J.: German U-boat Commanders of World War II: A Biographical Dictionary, Naval Institute Press, 1999.
  50. Luc Braeuer 2008, p. 58
  51. a et b Christophe Cérino et Yann Lukas 2003, p. 44
  52. Christophe Cérino et Yann Lukas 2003, p. 42
  53. Luc Braeuer 2009, p. 68
  54. Louis Bourget-Maurice et Josyane Grand Colas 1997, p. 42
  55. Louis Bourget-Maurice et Josyane Grand Colas 1997, p. 82
  56. Luc Braeuer 2009, p. 106-121
  57. Louis Bourget-Maurice et Josyane Grand Colas 1997, p. 65
  58. Louis Bourget-Maurice et Josyane Grand Colas 1997, p. 78
  59. a et b Christophe Cérino et Yann Lukas 2003, p. 46
  60. (en) Bob Hackett et Sander Kingsepp, « HIJMS Submarine I-30: Tabular Record of Movement », Combined Fleet,‎ 2001-2003 (lire en ligne)
  61. Christophe Cérino et Yann Lukas 2003, p. 47
  62. Christophe Cérino et Yann Lukas 2003, p. 50
  63. Louis Bourget-Maurice et Josyane Grand Colas 1997, p. 79
  64. Christophe Cérino et Yann Lukas 2003, p. 52
  65. Christophe Cérino et Yann Lukas 2003, p. 54
  66. Luc Braeuer 2008, p. 51
  67. Louis Bourget-Maurice et Josyane Grand Colas 1997, p. 83
  68. Louis Bourget-Maurice et Josyane Grand Colas 1997, p. 84
  69. Louis Bourget-Maurice et Josyane Grand Colas 1997, p. 86
  70. Christophe Cérino et Yann Lukas 2003, p. 60
  71. Christophe Cérino et Yann Lukas 2003, p. 65
  72. Christophe Cérino et Yann Lukas 2003, p. 64
  73. Christophe Cérino et Yann Lukas 2003, p. 68
  74. Christophe Cérino et Yann Lukas 2003, p. 70
  75. Christophe Cérino et Yann Lukas 2003, p. 73
  76. a et b Christophe Cérino et Yann Lukas 2003, p. 76
  77. a et b Christophe Cérino et Yann Lukas 2003, p. 92
  78. Christophe Cérino et Yann Lukas 2003, p. 93
  79. Christophe Cérino et Yann Lukas 2003, p. 88
  80. Christophe Cérino et Yann Lukas 2003, p. 90
  81. a et b Christophe Cérino et Yann Lukas 2003, p. 91
  82. a et b Christophe Cérino et Yann Lukas 2003, p. 121
  83. Daniel Gilles, « La Cité de la voile, un hommage à Éric Tabarly », Le Point,‎ 17 mai 2008 (lire en ligne)
  84. Philippe Eliès, « Volvo Ocean Race. Lorient sera ville-escale », Le Télégramme,‎ 27 février 2010 (lire en ligne)
  85. « Celtic Submarine. Vaisseau amiral de Keroman », Le Journal des Entreprises, Éditions Morbihan,‎ 4 décembre 2009 (lire en ligne)
  86. Laurent Marc, « Keroman. Celtic Submarine fait surface », Le Télégramme, Édition Lorient,‎ 1er septembre 2009 (lire en ligne)
  87. Patrick Guigueno, « Celtic submarine 3 en vue à la base de Keroman », Ouest-France,‎ 27 décembre 2010 (lire en ligne)
  88. Anaïs Gerbaud, « Tour Davis. Christophe Cerino : « Il y a un musée sous la mer » », Le Télégramme, Édition Lorient,‎ 25 juillet 2010 (lire en ligne)
  89. Rédaction (dossier), « Plongez au cœur du Flore, sous-marin et musée », Ouest-France,‎ lundi 1er février 2010 (lire en ligne)
  90. a et b Christophe Cérino et Yann Lukas 2003, p. 25
  91. a, b, c, d, e, f, g, h et i Guillaume Lécuillier, « Festung Lorient : Base de sous-marins de Keroman », Inventaire général du patrimoine culturel,‎ 2005 (consulté le 3 juin 2011)
  92. a et b Luc Braeuer 2008, p. 33
  93. Luc Braeuer 2008, p. 35
  94. a et b Luc Braeuer 2008, p. 30
  95. Luc Braeuer 2008, p. 24
  96. Luc Braeuer 2008, p. 27
  97. Luc Braeuer 2008, p. 38
  98. Luc Braeuer 2008, p. 37

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Document utilisé pour la rédaction de l’article : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

  • Sur la base de Keroman
    • Louis Bourget-Maurice et Josyane Grand Colas, Et la tanière devient village : La base de sous-marins de Lorient-Kéroman (1940-1997), Éditions du Quantième,‎ 1997, 156 p. (ISBN 2951194811)Document utilisé pour la rédaction de l’article
    • Christophe Cérino et Yann Lukas, Keroman : base de sous-marin, 1940-2003, Plomelin, Éditions Palantines,‎ 2003, 127 p. (ISBN 2-911434-34-X)Document utilisé pour la rédaction de l’article
    • Luc Braeuer, La base de sous-marins de Lorient, Le Pouliguen, Liv'Édition,‎ 2008, 64 p. (ISBN 978-2-9525651-20[à vérifier : ISBN invalide])Document utilisé pour la rédaction de l’article
    • Luc Braeuer, U-boote ! Lorient juin 40-juin 41 : le premier âge d'or, Le Pouliguen, Liv'Édition,‎ 2009, 153 p. (ISBN 978-2-9525651-34)Document utilisé pour la rédaction de l’article
    • Luc Braeuer, U-Boote ! Lorient, juillet 41-juillet 42 : Cap sur les côtes américaines, Le Pouliguen, Liv'Édition,‎ 2010, 172 p. (ISBN 978-2844971777)
    • Luc Braeuer, U-Boote : Lorient, la base des as, Paris, Zéphyr éditions, coll. « Combat » (no 2),‎ novembre 2011, 88 p. (ISBN 978-2-36118-037-9)
  • Sur les bases de U-boote de la Seconde Guerre Mondiale
    • (en) Randolph Bradham, Hitler's U-boat fortresses, Westport, Praeger Press,‎ 2003, 207 p. (ISBN 0-275-98133-9, lire en ligne)
    • (en) Gordon Williamson et Ian Palmer, U-Boat Bases and Bunkers 1941-45, Oxford, Osprey Publishing,‎ 2003, 67 p. (ISBN 1-84176-256-2[à vérifier : ISBN invalide], lire en ligne)
  • Sur les U-Boote pendant la Seconde Guerre Mondiale
    • (en) Lawrence Paterson, Black Flag : The Surrender of Germany's U-Boat Forces, Minneapolis, Zenith Press,‎ 2009, 197 p. (ISBN 978-0-7603-3754-7, lire en ligne)
    • (en) Gordon Williamson, Wolf Pack : The Story of the U-Boat in World War II, Oxford, Osprey Publishing,‎ 2005, 273 p. (ISBN 1-84603-141-9, lire en ligne)
    • Jean-Paul Pallud, U-Boote : Les loups de la Kriegsmarine, Paris, Zéphyr éditions, coll. « Combat » (no 1),‎ mars 2011, 88 p. (ISBN 978-2-36118-021-8)

Documentaires télévisés[modifier | modifier le code]

  • Les abris sous-marins : 3e épisode de la série Nazi Mégastructures, sur National Geographic.

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Cet article est reconnu comme « article de qualité » depuis sa version du 28 août 2011 (comparer avec la version actuelle).
Pour toute information complémentaire, consulter sa page de discussion et le vote l'ayant promu.