Warriors de Golden State

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Warriors de Golden State
Logo du club
Généralités
Nom(s) précédent(s) Philadelphia Warriors
1946–1962
San Francisco Warriors
1962–1971
Golden State Warriors
1971– Aujourd'hui
Date de fondation 1946
Couleurs bleu et or
Salle Oracle Arena
(19 596 places)
Siège Flag of Oakland, California.svg Oakland
Drapeau de la Californie Californie
Drapeau des États-Unis États-Unis
Championnat actuel NBA
Manager Bob Myers
Entraîneur Steve Kerr

Les Warriors de Golden State (en anglais : Golden State Warriors, « les guerriers de l’État doré ») sont une franchise californienne de basket-ball de la NBA basé à Oakland dans la région de la baie de San Francisco.

Historique de la franchise[modifier | modifier le code]

Les Warriors de Philadelphie furent parmi les premières franchises de la BAA. En 1962, ils déménagèrent et devinrent les « San Francisco Warriors ». En 1970, ils changèrent de nouveau leur nom en « Warriors de Golden State » et furent accueillis par la ville d'Oakland. Golden State (État doré) est un surnom pour la Californie.

Les débuts (1946-1955)[modifier | modifier le code]

Lors de leurs premières saisons, les Warriors sont emmenés par la superstar Joe Fulks qui leur permet de gagner le premier titre de l'histoire de la BAA en 1947 même si c'est Howie Dallmar qui marqua le panier de la victoire lors du match 5 des finales face aux Chicago Stags. Lors de la saison suivante ils arrivent encore en finale grâce à une excellente saison de Joe Fulks mais cette fois-ci ils perdent face aux Washington Capitols. Jusqu'en 1952, les Warriors se font éliminer en demi-finale de conférence malgré l'arrivée de Paul Arizin en 1950. Avec le départ d'Arizin en 1952 et Joe Fulks qui est sur le déclin, les Warriors ne se qualifient pas pour les playoffs de 1952 à 1955 malgré un très bon Neil Johnston (23,1 points et 13,4 rebonds de 1952 à 1955) mais il est trop esseulé. Joe Fulks prend sa retraite en 1954 en même temps que le premier entraîneur de la franchise, Edward Gottlieb.

L'ère Arizin-Johnston (1955-1959)[modifier | modifier le code]

Arizin fait son retour aux sein des Warriors pour la saison 1955-1956. Il est emmené par un très bon Neil Johnston et grâce à ce duo, les Warriors gagnent le championnat face aux Fort Wayne Pistons en finale. Ce duo emmène les Warriors encore deux fois en playoffs jusqu'à la retraite de Johnston en 1959.

La rivalité avec Boston (1959-1965)[modifier | modifier le code]

En 1959, les Warriors sélectionnent Wilt Chamberlain au repêchage. Il ramène les Warriors en playoffs après une excellente saison de rookie (37 points et 27 rebonds) et il est bien épaulé par Paul Arizin (22 points et 8 rebonds). En playoffs, après avoir éliminé Syracuse au 1er tour, commencent une des plus grandes rivalités de la ligue entre Wilt Chamberlain des Warriors et Bill Russell des Celtics dont le pivot bostonien sort souvent vainqueur. Boston élimine Philadelphie, 4 match à 2. L'année suivante, les Warriors (toujours emmenés par le duo Paul Arizin-Wilt Chamberlain) terminent 2e de la conférence Est derrière Boston. Cependant, en playoffs, Syracuse prend sa revanche sur les Warriors en les éliminant 3 matchs à 0. Pour la saison 1961-1962, Wilt Chamberlain réalise la meilleure saison de sa carrière avec plus de 50 points par matches, ce qui n'empêcha pas les Warriors de perdre une fois de plus face à Boston (4-3). Avec la retraite de Paul Arizin pour la saison 1962-1963 les Warriors ne se qualifient pas en playoffs. En 1963-1964, ils atteignent les finales NBA mais ils perdent une 3e fois face aux Celtics (4-1). L'année suivante ils manquent une 2e fois en 3 ans les playoffs. En 1965, les Warriors envoient Chamberlain aux Philadelphie Sixers.

L'ère Nate Thurmond (1965-1972)[modifier | modifier le code]

Après le départ de Chamberlain, les Warriors sélectionnent Rick Barry à la draft. Rick Barry et Nate Thurmond (qui a évolué dans l'ombre de Chamberlain pendant deux saisons) forment un duo jeune et prometteur. Ils emmènent même les Warriors en finale en 1967 mais perdent face aux Sixers de Chamberlain. Mais pour la saison 1967-1968, Rick Barry part en ABA (ligue rivale de la NBA). Cependant, Nate Thurmond qui est bien épaulé par Jeff Mullins continue d'emmener les Warriors en playoffs, pendant plusieurs saisons, mais sans jamais atteindre les finales.

Le retour de Barry (1972-1978)[modifier | modifier le code]

Dès son retour en NBA, Barry marque 22 points de moyennes et les Warriors vont en finale de la conférence Ouest. En 1973-1974, les Warriors manquent les playoffs malgré un bon bilan (44v - 38d). En 1974-1975, Nate Thurmond est parti à Chicago, mais avec un très bon Rick Barry (30 pts de moyenne), les Warriors vont chercher le titre en battant en 7 matchs l'équipe de son ancien coéquipier (Nate Thurmond), les Bulls puis en finale les Warriors balaye les Bullets pour gagner le titre. Barry est élu MVP des finales. Après ce titre, Barry reste encore trois saisons chez les Warriors et les emmène encore deux fois en playoffs. De 1977 à 1986 les Warriors ne se qualifient pas pour les playoffs.

Une équipe gâchée par les blessures (1989-1997)[modifier | modifier le code]

En draftant Chris Mullin en 1985, Mitch Richmond en 1988 et Tim Hardaway en 1989 les Warriors ont construit une des meilleures équipes offensive de la ligue. Lors de la saison 1990-1991, les trois joueurs des Warriors ont tourné à plus de 22 points de moyennes chacun, on les surnomme le « run TMC ». Mais cette équipe manque de défense. Donc Mitch Richmond est transféré contre Billy Owens en 1992. En draftant Latrell Sprewell en 1992 puis Chris Webber en 1993 et en ajoutant Tim Hardaway, Chris Mullin et Billy Owens les Warriors auraient pu devenir une excellente équipe mais elle fut gâchée à cause des blessures.

  • En 1992, Chris Mullin manque la moitié de la saison, Hardaway une dizaine de matchs et Billy Owens n'en joue que 37.
  • En 1993, Hardway manque la saison entière et Chris Mullin une trentaine de matchs mais l'équipe arrive quand même à se qualifier pour les playoffs.
  • En 1994, les Warriors échangent Billy Owens et Chris Webber. Sprewell manque une dizaine de matchs, Hardaway une vingtaine et Mullin n'en joue que 25.
  • En 1995, Mullin et Hardaway ne jouent qu'une cinquantaine de matchs.

Hardaway est échangé en 1996, Mullin en 1997 et Sprewell en 1998 pour avoir tenté d'étrangler son entraîneur. Puis de 1994 à 2007, les Warriors ne se qualifient pas en playoffs.

L'incroyable saison[modifier | modifier le code]

En 2006-2007, l'équipe de Baron Davis finit la saison en trombe (10 victoires d'affilée) et se qualifie pour les séries éliminatoires. Les Warriors éliminent à la surprise générale la meilleure franchise de la saison régulière, les Mavericks de Dallas, dans ce qui reste comme l'accomplissement de la technique run and gun de l'entraîneur emblématique Don Nelson, qui connaissait bien l'équipe de Dallas pour l'avoir entraînée la saison précédente. Le match 6 de cette série reste dans les annales du club de par la prestation (victoire à l'Oracle Arena 111-86), l'ambiance dans l'Oracle Arena (record d'affluence pour un match NBA de la salle), le 7/8 à 3 points de Stephen Jackson ou l'incroyable prestation du meneur Baron Davis (20 points, 10 rebonds) alors qu'il est blessé) mais aussi la défense (le MVP 2007 Dirk Nowitzki contenu à 8 points à 2/13).

En 2007 pour le retour en play-offs

En demi-finale, les Warriors affrontent l'Utah Jazz emmené par son talentueux meneur Deron Williams. Le style très défensif du Jazz et la EnergySolutions Arena, l'une des salles réputée les plus chaudes de la NBA ont raison des Warriors lors du Match 1. Le Match 2 se veut plus serré : les Warriors profitent de la pénurie de meneur de jeu (Deron Williams limité par les fautes, Dee Brown blessé dans un choc avec Mehmet Okur et Derek Fisher qui n'arriva à la salle qu'au cours du 3e quart-temps car il était au chevet de sa fille subissant une opération chirurgicale) mais gaspillent 3 points d'avance à 16 secondes du terme (Mickaël Piétrus manque deux lancers francs tandis que Baron Davis n'en met qu'un sur deux) et voient le Jazz revenir sur eux grâce à deux paniers de Mehmet Okur puis Deron Williams à deux secondes de la sonnerie. Ils perdent alors ce match 2 en prolongation, le tir de la victoire étant attribué à Derek Fisher, pourtant arrivé à la salle en cours de match, qui donne 6 points d'avance à son équipe à une minute du terme. Si le retour à l'Oracle Arena est bénéfique pour l'équipe (victoire aisée 125-105 avec le record de tir à trois points réussi en une mi-temps en playoff (11) et un énorme dunk de Baron Davis sur l'un des meilleurs défenseurs de la ligue, Andreï Kirilenko. Néanmoins, la victoire du Jazz à Golden State lors du Game 4 est décisive et les Warriors sont éliminés des playoff lors du Game 5 à Salt Lake City.

La saison suivante est marquée par une concurrence historique entre les 9 premiers de la conférence Ouest qui terminent tous à près de 50 victoires. Ce sont les Warriors qui ratent les play-offs, ne gagnant que 4 de leurs 10 derniers matchs (dont des défaites face aux Mavericks et aux Nuggets, qui disputaient également les dernières places qualificatives).

Les années Monta Ellis (2008-2011)[modifier | modifier le code]

À la fin de la saison 2007-2008, Baron Davis quitte les Warriors et retourne dans sa ville natale en rejoignant les Clippers de Los Angeles. Pour compenser cette perte, les dirigeants signent notamment Corey Maggette et Ronny Turiaf et re-signent Monta Ellis et Andris Biedriņš avec des contrats sur le long terme. La saison suivante fut décevante, l'équipe termina avec un bilan de 29 victoires pour 53 défaites. La blessure puis la suspension de Ellis dû à un accident de scooter, son contrat ne l'autorisait pas à utiliser ce type de véhicule, fut forcément une des raisons principales à cette nouvelle saison ratée.

Monta Ellis en 2011

Durant l'intersaison 2009, le contrat du GM Chris Mullin ne fut pas prolongé et son assistant Larry Riley prit sa place. Ce dernier commença par un bon choix en draftant Stephen Curry à la septième place de la draft 2009.

Après neufs matchs, Stephen Jackson et Acie Law furent transférés aux Charlotte Bobcats contre Raja Bell et Vladimir Radmanovic. L'arrivée du talentueux Curry ne changea cependant pas les mauvais résultats des Warriors. Bien que ce dernier fut choisi dans la NBA Rookie First Team, le bilan de l'équipe ne fut gère mieux avec un déplorable bilan de 26-56. Cette saison, encore une fois meurtrie par les blessures était à oublier.

Lors de la draft 2010, les dirigeants choisissent Ekpe Udoh en sixième position. Durant cet intersaison, le nouveau logo ainsi que les nouveaux maillots de l'équipe furent introduits. Cet été fut également marqué par le trade envoyant Ronny Turiaf, Anthony Randolph et Kelenna Azubuike aux New York Knicks en échange du All-Star David Lee qui arrive pour renforcer une raquette bien fébrile avec un contrat de 6 ans et 80 millions de dollars. Les Warriors récupérèrent également Dorell Wright, ailier shooteur, poussé dehors par le Miami Heat suite à l'arrivée de LeBron James. Le 15 juillet, le propriétaire décide de vendre l'équipe à Peter Guber et son partenaire Joe Lacob pour 450 millions de dollars. Toutes ces nouveautés, ajoutées à l'arrivée d'un nouveau entraîneur, Keith Smart avaient de quoi donner de l'espoir aux supporters des Warriors. En effet, avec un trident composé de Monta Ellis, Stephen Curry et David Lee l'équipe de la baie d'Oakland peut enfin envisager sérieusement un retour en Play-Off. Malheureusement, malgré une dizaine de victoire en plus par rapport à la saison précédente, les Warriors terminèrent encore dans le bas du classement. Durant cette saison, Dorell Wright est le joueur ayant marqué le plus de trois-points avec 194. À la fin de cette saison, l'entraîneur Smart est remplacé par Mark Jackson.

Le renouveau des Warriors (depuis 2012)[modifier | modifier le code]

La saison 2011-2012 est marqué par le lock-out, période durant laquelle l'encadrement ne peut communiquer avec ses joueurs, ce qui empêche le nouvel entraîneur Jackson de développer ces systèmes durant le camp d'entraînement et les matchs de pré-saison. Les six premières semaines de matchs sont supprimés et la saison est raccourcie à 66 matchs. Ajouté à de nombreuses blessures des joueurs importants, notamment de Stephen Curry, ces conditions spéciales sont néfastes à l'équipe qui termine avec un bilan de 23 victoires pour 43 défaites. Cependant les bonnes performances du rookie et arrière Klay Thompson sont encourageantes. Le nouveau GM, Bob Myers transfère Monta Ellis et le sophomore Ekpe Udoh aux Milwaukee Bucks contre Andrew Bogut et Stephen Jackson, ce dernier fut directement envoyé aux San Antonio Spurs contre Richard Jefferson. Cet échange est le déclencheur du renouveau des Warriors.

Le transfert de Ellis a permis l'évolution de David Lee et surtout du prometteur Stephen Curry, qui furent tous deux nommés cocapitaines. Klay Thompson profita également de cet échange pour se trouver une place dans le cinq majeur. Le 11 juillet, le nouveau GM continua les bons choix en récupérant Jarrett Jack dans un transfert à trois équipes incluant les New Orleans Hornets et les Philadelphie Sixers qui reçoivent Dorell Wright. L'intérieur Carl Landry rejoint également l'équipe plus tard durant l'été. Lors de la draft 2012, les Warriors possèdent quatre choix dont deux dans chaque tour, ils sélectionnent Harrison Barnes en 7e position, Festus Ezeli en 30e, Draymond Green en 35e et Ognjen Kuzmić en 52e position. Souvent critiqué pour leurs choix durant les drafts, les dirigeants des Warriors sont cette fois ci acclamés par les fans puisqu'ils réussissent à renforcer leur poste 3 avec l'un des meilleurs ailiers de cette draft, réputés pour le manque de défense & de rebonds de cette équipe, Festus Ezeli semblait également être le meilleur choix, de plus pouvoir drafter Green en 35e semblait improbable.

Stephen Curry, symbole du nouveau visage des Warriors

Une nouvelle phase de reconstruction semble alors commencer autour de l'axe Curry-Thompson-Barnes après la signature d'un contrat de 4 ans et 44 millions de dollars de Stephen Curry.

La saison 2012-2013 fut très attendue par les supporters, à la fois prometteuse et risquée avec le départ d'Ellis, elle ne commença guère de la manière attendue avec la blessure de Brandon Rush au bout du second match de la saison, cette blessure le laissait hors des parquets pour la saison entière. Quelques semaines plus tard, le pivot Andrew Bogut fut également blessé au pied pour une durée indéterminée. Cependant, les bonnes performances offensives du duo Curry-Lee portèrent les Warriors à 20 victoires avant même leurs trentième matchs pour la première fois depuis 1992. Le 19 avril 2013, après une victoire face aux Minnesota Timberwolves, les Warriors se qualifièrent pour les Playoffs NBA pour la deuxième fois en 19 ans. L'équipe finit la saison avec un bilan positif de 47-35 et la sixième place de la conférence Ouest. Durant cette saison, Stephen Curry à battu le record de trois-points en une saison avec 272 paniers marqués. Également, pour la première fois depuis Latrell Sprewell en 1997, un joueur des Warriors fut nommé All-Star en la personne de David Lee.

Pour le premier tour des playoffs, les Warriors surprirent beaucoup de monde en se débarrassant des Denver Nuggets en six matchs et ce, malgré la blessure de David Lee durant le premier match. Golden State affronte ensuite les San Antonio Spurs dans une série très disputée, durant laquelle le rookie Harrison Barnes s'est montré au grand public en compilant 17.3 points et 7.3 rebonds de moyenne. Cependant, dans cette série très tactique, les Spurs et leur défense très solide prirent le dessus en remportant la série 4 victoires à 2. En effet, après un premier match de folie durant lequel Stephen Curry compila 44 points et 11 passes décisives, les spécialistes défensifs des Spurs tels que Danny Green ou Kawhi Leonard furent chargés de défendre Curry avec intensité. Chose qu'ils réussirent puisque l'adresse du meneur chuta durant les matchs suivants.

Durant l'été 2013, pour le premier tournoi au nouveau format de la Summer League, les Warriors portés par Draymond Green et Kent Bazemore se sont hissés jusqu'en finale face aux Phoenix Suns, après une victoire 91-77, les Warriors devinrent les premiers champions de cette summer league, Ian Clark (33 points), remporta le titre de MVP de cette finale.

Effectif actuel[modifier | modifier le code]

Logo des Warriors de Philadelphie
Warriors de Golden State
Effectif actuel
Entraîneur : Steve Kerr Drapeau des États-Unis
Arrière, Meneur 19 Drapeau du Brésil Leandro Barbosa Brésil
Ailier 40 Drapeau des États-Unis Harrison Barnes North Carolina
Pivot 12 Drapeau de l'Australie Andrew Bogut Utah
Meneur 30 Drapeau des États-Unis Stephen Curry (C) Davidson
Pivot 31 Drapeau du Nigeria Festus Ezeli Vanderbilt
Ailier, Ailier fort 23 Drapeau des États-Unis Draymond Green Michigan State
Arrière, Ailier 7 Drapeau des États-Unis Justin Holiday Washington
Arrière, Ailier 9 Drapeau des États-Unis Andre Iguodala Arizona
Pivot 1 Drapeau de la Bosnie-Herzégovine Ognjen Kuzmić Serbie
Ailier fort 10 Drapeau des États-Unis David Lee (C) Florida
Arrière, Meneur 34 Drapeau des États-Unis Shaun Livingston Injured Peoria Central HS
Arrière, Ailier 4 Drapeau des États-Unis Brandon Rush Kansas
Ailier fort 5 Drapeau des États-Unis Marreese Speights Florida
Arrière 11 Drapeau des États-Unis Klay Thompson Washington State
(C) - Capitaine (AL) - Agent libre (R) - Rookie (ou Recrue) - Injured Blessé

Meilleurs marqueurs de l'histoire de la franchise[modifier | modifier le code]

Logo de 1997 à 2010
Place Nom du joueur Pays Points
1er Wilt Chamberlain 1959 - 1965 Drapeau des États-Unis États-Unis 17 783
2e Rick Barry 1965 - 1967 / 1972 - 1978 Drapeau des États-Unis États-Unis 16 447
3e Paul Arizin 1950 - 1962 Drapeau des États-Unis États-Unis 16 266
4e Chris Mullin 1985 - 1997 / 2000 - 2001 Drapeau des États-Unis États-Unis 16 235
5e Nate Thurmond 1963 - 1974 Drapeau des États-Unis États-Unis 13 191
6e Jeff Mullins 1966 - 1976 Drapeau des États-Unis États-Unis 12 547
7e Purvis Short 1978 - 1987 Drapeau des États-Unis États-Unis 11 894
8e Neil Johnston 1951 - 1959 Drapeau des États-Unis États-Unis 10 023
9e Joe Barry Carroll 1980 - 1983 / 1985 - 1987 Drapeau des États-Unis États-Unis 9 996
10e Tim Hardaway 1989 - 1996 Drapeau des États-Unis États-Unis 8 337
Dernière mise à jour : le 2 décembre 2014
En gras : Joueurs évoluant toujours dans la franchise

Records[modifier | modifier le code]

Les records individuels pour la franchise sont[1] :

Mise à jour le 6 avril 2014.

Palmarès[modifier | modifier le code]

Anciens joueurs de la franchise[modifier | modifier le code]

Anciens entraîneurs de la franchise[modifier | modifier le code]

Maillots retirés[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en)« Golden State Warriors Career Leaders », sur basketball-reference.com (consulté le 28 avril 2013)

Liens externes[modifier | modifier le code]