Nets de Brooklyn

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Brooklyn Nets
Logo du club
Généralités
Nom(s) précédent(s) New Jersey Americans
1967–1968
New York Nets
1968–1977
New Jersey Nets
1977–2012
Brooklyn Nets
depuis 2012
Date de fondation 1967
Couleurs Noir, blanc et argent
Salle Barclays Center
(18 103 places)
Siège Flag of New York City.svg Brooklyn,
Drapeau de l'État de New York New York
Drapeau des États-Unis États-Unis
Président Mikhail Prokhorov
Manager Billy King
Entraîneur Jason Kidd

Les Nets de Brooklyn (Brooklyn Nets, « les filets de Brooklyn » en anglais) sont une franchise de basket-ball de la NBA. L'équipe est basée dans l'arrondissement de Brooklyn à New York.

Historique de la franchise[modifier | modifier le code]

En ABA[modifier | modifier le code]

La création de la franchise en 1967 résulte du désir de l'ABA de s'implanter dans le centre médiatique du pays, et d'acquérir ainsi de la légitimité. Incapable de trouver un gymnase, la franchise s'implante tant bien que mal dans le New Jersey, à Teaneck, et devient les New Jersey Americans. En dépit d'une saison correcte (36 victoires pour 42 défaites), l'affluence est ridicule, la franchise réunit rarement 1000 fans dans ses tribunes. La franchise est à égalité avec les Kentucky Colonels pour la dernière place qualificative des play-offs. Un match est alors planifié pour départager les deux équipes. Malheureusement, la salle de Teaneck est déjà réservée pour un autre événement. Le propriétaire, Arthur Brown, trouve finalement un stade à Long Island. Mais quand les équipes se présentent pour le match, le terrain s'avère être impraticable : le parquet est mal installé, des écrous ne sont pas vissés. Les Colonels refusent de jouer le match. George Mikan, commissionnaire de l'ABA, tranche et déclare le match forfait.

La franchise déménage la saison suivante à Long Island, dans le même gymnase où l'équipe a fait forfait, et devient les Nets de New York, nom choisi en référence aux deux autres équipes professionnelles de la ville : les Mets (baseball) et les Jets (NFL).

Logo 1969-1977

Durant la draft, la franchise a la possibilité de recruter le phénomène issu de l'université d'UCLA, Lew Alcindor. Mais les Bucks de Milwaukee, l'équipe de la ligue concurrente, la NBA sont également sur le coup. Alcindor affirme qu'il ira au plus offrant, et il signe finalement aux Bucks, qui ont fait une meilleure offre que les Nets. Les résultats de la franchise sont décevants, 23 joueurs portent le maillot de l'équipe dans la saison à travers dix transferts. L'équipe ne remporte finalement que 17 victoires et se retrouve dernière de la ligue. À la fin de la saison, Arthur Brown revend l'équipe à Roy Boe. L'équipe déménage à nouveau, dans une nouvelle ville de Long Island plus proche de Manhattan : Hempstead. Le choix s'avère judicieux, le nouvel emplacement triple l'audience de la franchise. Les Nets signent Bill Melchionni, des Sixers de Philadelphie. Il finit la saison meilleur passeur de la ligue, tandis que Levern Tart mène l'équipe aux points. L'équipe est de nouveau compétitive et remporte 39 matchs, gagnant pour la première fois une place en play-offs.

À l'intersaison les Nets enregistrent l'arrivée de Rick Barry. La superstar rend l'équipe compétitive. Bien que manquant 25 matchs durant la saison à la suite d'une blessure au genou, Barry est le second meilleur marqueur de la ligue. Bill Melchionni est quant à lui le meilleur passeur de l'ABA. Le rookie Billy Paultz fait une saison correcte avec 11 rebonds de moyenne et 52 % de réussite aux tirs. Avec un bilan de 40 victoires pour 44 défaites, l'équipe affronte en playoffs les Squires de Virginie et sont éliminés après 6 manches disputées.

L'équipe s'améliore encore en 1971-72, enregistre 44 victoires en saison régulière, et se fraie un chemin jusqu'en finales ABA face aux Pacers de l'Indiana. Les Pacers remportent finalement le titre en six manches.

La saison suivante, Barry reçoit un ordre de justice de retourner en NBA. Sans sa star, l'équipe s'effondre et est battue au premier tour des play-offs. Mais l'intersaison est favorable à la franchise qui récupère la plus grande star de la ligue, Julius Erving. Le cinq majeur est très jeune, le plus âgé, Billy Paultz, ayant 25 ans. Le nouvel entraîneur, Kevin Loughery, mène l'équipe à un bilan de 55 victoires, sous l'égide d'Erving, meilleur marqueur et MVP de la ligue. Les Nets se baladent en play-offs et remportent le titre en 5 manches. Ce succès rend les Nets encore plus populaires que les Knicks de New York de la NBA.

Le seul changement à l'intersaison 1975 est l'arrivée de l'ancienne star des Knicks, Dave DeBusschere, en tant que general manager. La saison est du même niveau que la précédente, mais à la surprise générale les Nets sont battus au premier tour par les Spirits de St. Louis, une équipe qui a un bilan de 32 victoires pour 52 défaites durant la saison régulière. De nombreux joueurs sont alors échangés pour reconstruire la franchise autour d'Erving. DeBusschere quitte les Nets pour devenir commissionnaire de la ligue. Les transferts s'avèrent payants et l'équipe retrouve les finales face aux Nuggets de Denver. Erving, inarrêtable, offre un second titre à New York. Les Nets deviennent la dernière franchise championne en ABA, à la suite de la fusion avec la NBA durant l'été. L'entrée en NBA coûte 8 millions de dollars aux Nets : 3 millions sont versés à la NBA, et 5 millions aux Knicks, comme compensation pour permettre aux Nets d'être concurrents dans la même ville.

En NBA[modifier | modifier le code]

1976 à 1980 - Débuts en NBA et retour à New Jersey[modifier | modifier le code]

Les New York Nets entrent en NBA comme de sérieux prétendants, position renforcée par la signature de Nate Archibald. Mais une dispute au sujet du salaire éclate entre Julius Erving et le propriétaire Roy Boe, ce dernier vendant finalement Erving aux Sixers pour 3 millions de dollars. Tous les espoirs des Nets s'envolent en janvier, quand Archibald se fracture le pied. L'équipe enregistre le plus mauvais bilan et est la pire attaque de la NBA. Durant l'intersaison, Boe déménage la franchise dans le New Jersey. Sportivement l'équipe change peu et est toujours la plus mauvaise de la ligue. Néanmoins, le rookie Bernard King, avec 24 points de moyenne, est une satisfaction.

En 1978 Boe vend finalement la franchise. Avec le duo offensif Bernard King et John Williamson, en plus de George Johnson en défense (second aux contres dans la ligue) et Edward Jordan (second meilleur intercepteur de la ligue) ; la franchise engrange 13 victoires supplémentaires par rapport à la saison précédente, et se qualifie pour la première fois en play-offs depuis son arrivée en NBA. Bien qu'éliminés au premier tour, les Nets se félicitent d'avoir terminé devant leurs rivaux New Yorkais.

La sélection à la draft 1979 de Calvin Natt pousse les Nets à transférer Bernard King au Utah Jazz. Mais Natt, pourtant auteur d'une bonne demi-saison, est transféré en février contre Maurice Lucas à Portland. L'équipe achève la saison avec 34 victoires, et les différents transferts semblent avoir évité tant bien que mal le naufrage.

Les années 1980[modifier | modifier le code]

Derniers de la ligue l'année suivante, Larry Brown arrive à la tête de la franchise pour la saison 1981-82. Brown a remporté à trois reprises le titre de meilleur entraîneur de l'année en ABA. Il rénove de fond en comble la franchise. Buck Williams est nommé rookie de l'année. Les changements sont spectaculaires : la franchise, avec 44 victoires, enregistre 20 victoires de plus que la saison précédente. Mais certainement par manque d'expérience, ils sont balayés par Washington au premier tour des play-offs.

L'année suivante, avec les arrivées de Micheal Ray Richardson et de Darryl Dawkins (qui bat tous les records en termes de fautes commises et d'expulsions), l'équipe établit le record de son histoire avec 49 victoires. Mais à deux semaines de la fin de la saison régulière, Larry Brown démissionne et part entraîner l'université de Kansas. L'équipe s'effondre face aux Knicks au premier tour des play-offs.

La franchise est reconduite avec un effectif similaire et un nouvel entraîneur, Stan Albeck. Darryl Dawkins effectue une belle saison, bien que toujours handicapé par les fautes, tout comme Buck Williams et Otis Birdsong (qui participe au All-Star Game). Micheal Ray Richardson manque la moitié de la saison, confronté à des problèmes de drogue. Après avoir battu les champions en titre, les Sixers de Philadelphie, au premier tour, la franchise est battue au second tour par les Bucks de Milwaukee.

En 1984-85, les nombreuses blessures gâchent la saison du club qui est éliminé au premier tour des play-offs. L'année suivante est relativement similaire, Micheal Ray Richardson établit une première dans la ligue en étant banni pour usage de drogue, après avoir été contrôlé positif une troisième fois. Les blessures sont toujours à l'origine des problèmes du club en 1986-87 : Darryl Dawkins doit mettre à terme à sa carrière en pleine saison, Otis Birdsong est forfait pour le reste de la saison après seulement sept matchs. Les Nets finissent à égalité avec les Knicks pour la dernière place de la division. La série noire continue en 1987-88, et atteint même Buck Williams qui manque les premiers matchs de sa carrière en six ans.

La saison suivante, avec trois entraîneurs se succédant pendant la saison (dont Willis Reed), l'équipe termine avant-dernière de la ligue avec 19 victoires. L'année suivante, 1988-89, l'équipe ne remporte que 26 matchs et ne laisse la dernière place de la division qu'aux Hornets de Charlotte, qui ont l'excuse d'être dans leur première année de leur existence !

Les années 1990[modifier | modifier le code]

Les Nets transfèrent durant l'intersaison Buck Williams à Portland contre Sam Bowie, un pivot ayant souffert de nombreuses blessures, et le douzième choix de la draft avec lequel ils sélectionnent Mookie Blaylock. Blaylock réalise une saison honnête mais manque 32 matchs sur blessure. La saison est un fiasco, avec seulement 17 victoires, les Nets réalisent un pire bilan que les expansion teams Orlando et Minnesota. Ce résultat offre néanmoins le premier choix de la draft 1990 avec lequel ils choisissent Derrick Coleman. Dražen Petrović et Reggie Theus viennent renforcer l'effectif.

Coleman remporte le titre de NBA Rookie of the Year (meilleur débutant) 1991. Les Nets sont un peu meilleurs avec 26 victoires, et glanent un nouveau haut choix de draft. Ils sélectionnent cette fois un meneur, Kenny Anderson. À cause d'une dispute sur la négociation des salaires, Anderson ne rejoint l'équipe qu'en cours de saison. Après 17 défaites en 25 matchs, l'équipe se ressaisit, et se qualifie pour les play-offs avec un bilan final de 39 victoires. Ils remportent même un match de play-offs face aux Cavaliers, le premier depuis huit ans (1984). L'équipe est jeune et séduisante, avec Petrović qui mène l'équipe aux points. Mais l'entraîneur, Bill Fitch, est critiqué pour titulariser Mookie Blaylock devant Kenny Anderson. Il est remplacé par Chuck Daly, qui transfère rapidement Mookie Blaylock à Atlanta. Daly rend l'équipe victorieuse, mais la blessure d'Anderson en février réduit le bilan à 43 victoires. Arrivés en play-offs sans leurs intérieurs (également blessés), les Nets sont impuissants face aux Cavs, en dépit de l'excellente performance de Coleman (27 points et 13 rebonds de moyenne). Un mois après la fin des play-offs, Petrović meurt dans un accident de voiture en Allemagne. L'équipe perd d'une façon tragique son meilleur marqueur.

Mais la saison 1993-94, se termine avec 45 victoires, le deuxième meilleur bilan de la franchise en NBA. Les Nets sont éliminés par leurs voisins new yorkais, en route pour les finales NBA. Chuck Daly abandonne à la fin de la saison son rôle d'entraîneur à Butch Beard.

L'équipe s'effondre à cause des blessures et des problèmes disciplinaires. Beard ne peut faire mieux que 30 victoires pour la saison 1994-95. L'année 1995-96 est une année de transition, où Derrick Coleman et Kenny Anderson, deux joueurs aux caractères difficiles, sont transférés. Exaspérés, les Nets n'obtiennent que Kendall Gill comme joueur substantiel en échange de leurs deux stars. Mais le départ du duo permet à des seconds couteaux d'éclater, comme Armon Gilliam, Chris Childs et Jayson Williams, qui s'affirme comme l'un des meilleurs rebondeurs de la ligue, avec 10 rebonds par match. Avec le géant Shawn Bradley (2m28), les Nets mènent la ligue aux rebonds. Mais l'absence de talent est fatale à l'équipe qui ne remporte que 30 matchs. L'entraîneur Butch Beard est remplacé par John Calipari à l'intersaison.

L'apport de Calipari ne se fait pas sentir dans les résultats de la franchise. En dépit de l'apport satisfaisant du rookie Kerry Kittles, et de l'explosion de Jayson Williams et de Kendall Gill, les Nets ne rempotent que 26 victoires. La mi-saison est marquée par l'un des plus gros transferts de l'histoire de la NBA en termes de nombre de joueurs inclus, neuf joueurs au total font partie du transfert avec les Mavericks de Dallas. Les Nets récupèrent Sam Cassell dans cet échange.

L'année suivante, sous l'impulsion de Jayson Williams qui est sélectionné au All-Star Game, les Nets participent aux play-offs pour la première fois depuis quatre ans, pour être éliminés au premier tour contre les Bulls de Chicago.

La saison 1998-99 démarre sur un bilan catastrophique de trois victoires en 20 matchs. Calipari est remplacé par Don Casey et en mars, le meneur Sam Cassell, est échangé dans un transfert impliquant trois équipes contre Stephon Marbury, l'enfant terrible de New York. Le reste de la saison, un peu meilleur, ne permet pas aux Nets d'accéder aux play-offs dans une saison raccourcie par la grève des joueurs.

En 1999-2000, un nouveau départ catastrophique (deux victoires en 17 matchs, pire démarrage de l'histoire de la franchise), prive les Nets de playoffs avec 31 victoires au terme de la saison. Néanmoins, une surprise attend les Nets à l'intersaison: le club remporte le premier choix de draft à la loterie, alors qu'elle n'avait statistiquement que 4,4 % de l'obtenir. Ce choix est utilisé pour sélectionner Kenyon Martin.

Byron Scott prend les commandes de la franchise la saison suivante, mais les blessures de joueurs-clés empêchent les Nets de jouer à leur juste valeur. Kenyon Martin est néanmoins un apport très satisfaisant, tandis que Stephon Marbury enregistre sa première sélection au All-Star Game. La saison se termine sur 26 victoires.

Les années 2000[modifier | modifier le code]

Les Finales NBA perdues (2002-2003)[modifier | modifier le code]

Logo 1998-2012

Durant l'été 2000-2001, Stephon Marbury est échangé aux Suns de Phoenix contre Jason Kidd. Cet échange va radicalement changer le visage de la franchise. Joueur collectif, il met en valeur ses coéquipiers qui brillent. L'équipe gagne 52 matchs, et est la meilleure équipe d'une Conférence Est très affaiblie par rapport à la Conférence Ouest. Les Nets se fraient un chemin jusqu'en finale pour affronter les Lakers de Los Angeles. Le rapport de force est trop flagrant, et les Nets, comme s'ils étaient déjà satisfaits d'avoir atteint ce niveau, sont battus en quatre manches par l'équipe de Kobe Bryant et Shaquille O'Neal.

L'équipe atteint de nouveau les finales l'année suivante, pour affronter les San Antonio Spurs. Ils perdent cette fois-ci en 6 manches.

En 2003-04, les Nets font un pari risqué en signant Alonzo Mourning, dont la santé est chancelante à cause d'un problème de rein. Après 12 matchs, Mourning se voit obligé d'arrêter pour subir une transplantation. Dans le courant de la saison, une dispute entre Jason Kidd et Byron Scott pousse ce dernier à démissionner. Il est remplacé par son assistant, Lawrence Frank, qui remporte les 13 premiers matchs de sa carrière d'entraîneur. La saison s'achève avec 47 victoires pour 35 défaites et le titre de la Division. Après avoir battu les Knicks au premier tour, les Nets sont battus au bout de la septième manche contre les futurs champions en titre, les Pistons de Detroit.

L’Ère Kidd-Carter (2004-2007)[modifier | modifier le code]

En 2004, la franchise est vendue à Bruce Ratner, qui annonce sa volonté de déménager les Nets à Brooklyn. Il montre immédiatement sa volonté de réduire les dépenses en transférant Kenyon Martin et Kerry Kittles contre des seconds tours de draft. Et l'équipe signe en contrepartie des joueurs de seconde zone, provoquant un effondrement sur le plan sportif. Jason Kidd fait part de son mécontentement et laisse entendre qu'il veut partir. Après un départ médiocre dans la saison, la franchise fait un revirement incohérent en transférant Alonzo Mourning, Eric Williams, Aaron Williams et deux seconds tours de draft contre Vince Carter et son contrat de plus de 50 millions de dollars. Mais si l'équipe présente un trio d'arrières (Kidd-Jefferson-Carter) séduisant, elle est complètement dépeuplée dans le secteur intérieur malgré la bonne saison du rookie serbe Nenad Krstic au poste de pivot. La présence de Carter dans les rangs permet néanmoins à l'équipe de se qualifier in extremis pour les play-offs lors de la dernière journée de la saison régulière, avec 42 victoires pour 40 défaites. Les Nets sont éliminés en quatre manches lors du premier tour par le Heat de Miami.

Durant l'intersaison, les Nets recrutent l'agent libre Jeff McInnis pour densifier le banc en compagnie de Lamond Murray et Scott Padgett. Sur le point de faire signer Shareef Abdur-Rahim, l’ailier All-Star de Portland, les Nets décident finalement de renoncer au transfert pour se rabattre sur Marc Jackson de Philadelphie. Ce dernier est échangé en février 2006 contre Bostjan Nachbar en provenance des Hornets.

Après un mois de novembre moyen, New Jersey remporte 10 matches pour 4 défaites en décembre dans le sillage d’un Carter au sommet de son art. Auteur d’un mois de janvier décevant, la franchise a remis la marche avant à l’approche des play-offs avec une série de 14 victoires consécutives compilées entre mars et avril (nouveau record de la franchise et record de l'année en NBA). Le bilan final de 49 victoires pour 33 défaites offre aux Nets le titre de la division Atlantique et le droit d'affronter les Pacers de l'Indiana au premier tour des play-offs. La série est difficile contre la franchise de l'Indiana mais l'équipe de Vince Carter l'emporte finalement 4 victoires à 2. Le tour suivant s'annonce beaucoup plus difficile et, en effet, le Heat de Miami élimine sèchement les Nets 4-1.

Beaucoup d'observateurs pensaient que la franchise gagnerait facilement le titre de champion dans la division Atlantic, voir dans la Conférence Est, lors de la saison 2006-2007 mais celle-ci est mal entamée puis se termine sur une bonne note. Les Nets ont terminé la saison sur un bilan moyen de 41 victoires pour 41 défaites et laissé le titre de champion de division aux surprenants Raptors de Toronto. Les pertes sur blessure, en début de saison de Nenad Krstic et l'absence de Richard Jefferson pendant deux mois ont contribué à ce bilan mitigé. Cependant le retour au début du mois de mars de Richard Jefferson permet aux Nets de gagner 10 de leurs 13 derniers matchs et de se qualifier pour les playoffs in extremis en terminant à la sixième place de la Conférence Est. En play-offs les Nets rencontrent les Raptors de Toronto au premier tour et prennent leur revanche sur la saison en remportant la série 4 victoires à 2. En demi-finale de conférence les coéquipiers de Vince Carter sont opposés aux futurs finalistes NBA, les Cavaliers de Cleveland de LeBron James qui remportent la série en 6 matchs.

À l'intersaison, les Nets recrutent le rookie Sean Williams avec leur 17e choix de draft, l'équipe perd Mikki Moore qui a réalisé la meilleure saison de sa carrière en tant que remplaçant de Krstic avec le meilleur taux de réussite aux shoots de la saison NBA avec 60,9 %. Pour compenser ce départ et se renforcer à l'intérieur Jamaal Magloire, All-Star en 2003-2004 est recruté.

Le départ des stars (2008-2009)[modifier | modifier le code]

Les Nets terminent la saison 2007-2008 sur le bilan négatif de 34-48. Les blessures de Vince Carter et de Nenad Krstic dès le début de la saison viennent perturber les premiers résultats. Malgré quelques coups d'éclat, les Nets vivent une saison cauchemardesque. L'équipe enchaine 9 défaites à la suite en janvier, Jason Kidd demande à être transféré peu de temps plus tard et pour la première fois en sept ans l'équipe ne se qualifie pas pour les plays-offs. Cependant on peut noter quelques notes positives, l'émergence de jeunes joueurs comme Josh Boone et Sean Williams qui deviennent des contributeurs majeurs de l'équipe, Marcus Williams confirme également sa bonne saison de rookie. Richard Jefferson termine 9e meilleur marqueur de la ligue avec une moyenne de 22,7 points par match. Vince Carter s'affirme comme le leader des Nets et est un des trois seuls joueurs, avec Kobe Bryant et LeBron James, à marquer 20 points, 5 rebonds et 5 passes par match.

Le président Rod Thorn promet d'apporter des modifications à l'intersaison, et confirme Lawrence Frank au poste d'entraineur tout en affirmant qu'"une saison comme cela ne se reproduise jamais".

Le 26 juin 2008, Richard Jefferson est échangé aux Bucks de Milwaukee contre Yi Jianlian et Bobby Simmons. Le départ de Jefferson ainsi que celui de Jason Kidd plus tôt dans l'année marque le début d'une nouvelle ère dans le Garden State.

Lors de la draft NBA 2008, les Nets sélectionnent Brook Lopez à la dixième place, Ryan Anderson en 21e position et au deuxième tour Chris Douglas-Roberts (40e position). Lors de la saison 2008-2009, les Nets font une saison moyenne avec un bilan de 34 victoires pour 48 défaites, insuffisant pour se qualifier pour les playoffs.

Malgré le recrutement de Terrence Williams lors de la Draft NBA 2009, les Nets font une saison catastrophique avec un bilan de 12 victoires pour 70 défaites et terminent bon dernier de la NBA.

La fin des Nets du New Jersey (2010-2012)[modifier | modifier le code]

Au cours de la saison 2010-11 les Nets quittent l'Izod Center pour s’installer au Prudential Center, l'équipe abandonnant ainsi East Rutherford pour Newark. Sur le plan sportif, la franchise échange Devin Harris et Derrick Favors contre le meneur All-Stars Deron Williams. Ce dernier bat le record de nombre de passes décisives en 3 matchs avec un nouveau club avec 15,7 passes par matches de moyenne (47 passes décisives). Lors de la saison suivante, pour la dernière saison dans le New Jersey, les résultats sont toujours aussi décevants. Seule la période du marché des transferts a agité la franchise ; en effet les Nets étaient l'un des prétendants sérieux pour l'arrivée du pivot star Dwight Howard. Cependant, Howard décida de rester au moins une saison de plus à Orlando. Le 23 avril 2012, est le dernier match à domicile de la franchise sous le nom des Nets, ce match se terminant par une défaite face aux Sixers. La franchise rate les playoffs pour la cinquième année consécutive. Après 35 saisons dans le New Jersey, les Nets deviennent officiellement les Brooklyn Nets le 30 avril 2012.

Les Nets de Brooklyn[modifier | modifier le code]

Retour à New York : déménagement à Brooklyn[modifier | modifier le code]

Les Nets déménagent pour Brooklyn (New York) le 30 avril 2012. La franchise jouera dans la toute nouvelle salle du Barclays Center. Le propriétaire de la franchise, Mikhail Prokhorov, a affirmé que l'équipe changerait son nom une fois installée à Brooklyn[1]. Le rappeur Jay-Z, qui est également actionnaire minoritaire, annonce que la franchise s’appellera les Nets de Brooklyn.

La quartier de Brooklyn retrouve une équipe de sport professionnel après le départ de l'équipe de baseball des Dodgers de Brooklyn en 1957. Avec le retour de la franchise à New York, la « grosse pomme » et Los Angeles sont les deux seules villes à avoir deux équipes NBA. Pour marquer leur retour, les Nets changent d'identité visuelle, avec un nouveau logo et de nouvelles couleurs.

Le 27 décembre 2012, l'entraîneur des Nets de Brooklyn, Avery Johnson est limogé par le propriétaire de la franchise, le milliardaire russe Mikhail Prokhorov, malgré un bilan équilibré de 14 victoires pour 14 défaites, mais surtout 10 défaites lors des treize derniers matchs. L'intérim devrait être assuré par P.J. Carlesimo[2].

Effectif actuel[modifier | modifier le code]

  1. Nets de Brooklyn
    Effectif actuel
Entraîneur : Jason Kidd
Ailier 6 Drapeau des États-Unis Alan Anderson Michigan State
Ailier fort 0 Drapeau des États-Unis Andray Blatche South Kent Prep
Ailier fort, Pivot 2 Drapeau des États-Unis Kevin Garnett Farragut Academy HS
Arrière 7 Drapeau des États-Unis Joe Johnson Arkansas
Ailier 47 Drapeau de la Russie Andreï Kirilenko Russie
Meneur 14 Drapeau des États-Unis Shaun Livingston Peorial Central HS
Pivot 11 Drapeau des États-Unis Brook Lopez Injured Stanford
Ailier, Arrière 34 Drapeau des États-Unis Paul Pierce Kansas
Ailier fort, Pivot 1 Drapeau des États-Unis Mason Plumlee (R) Duke
Arrière 10 Drapeau des États-Unis Marcus Thornton Louisiana State
Ailier fort 33 Drapeau de la Bosnie-Herzégovine Mirza Teletovic Caja Laboral
Meneur 8 Drapeau des États-Unis Deron Williams (C) Illinois
(C) - Capitaine (AL) - Agent libre (R) - Rookie (ou Recrue) - Injured Blessé (Injured)

Meilleurs marqueurs de l'histoire de la franchise[modifier | modifier le code]

Meilleurs marqueurs de la franchise[3]
Place Nom du joueur Pays Points
1er Buck Williams Drapeau des États-Unis États-Unis 10 440
2e Vince Carter Drapeau des États-Unis États-Unis 8 834
3e Richard Jefferson Drapeau des États-Unis États-Unis 8 507
4e Jason Kidd Drapeau des États-Unis États-Unis 7 373
5e John Williamson Drapeau des États-Unis États-Unis 7 202
6e Julius Erving Drapeau des États-Unis États-Unis 7 104
7e Kerry Kittles Drapeau des États-Unis États-Unis 7 096
8e Derrick Coleman Drapeau des États-Unis États-Unis 6 930
9e Chris Morris Drapeau des États-Unis États-Unis 6 762
10e Mike Gminski Drapeau des États-Unis États-Unis 6 415
Dernière mise à jour : le 20 avril 2013
En gras : Joueurs évoluant toujours dans la franchise

Records de la franchise[modifier | modifier le code]

Les records individuels pour la franchise sont[3] :

  • Meilleur marqueur : Buck Williams (10 040 points).
  • Meilleur passeur : Jason Kidd (4 620 passes décisives).
  • Meilleur rebondeur : Buck Williams (7 576 rebonds).
  • Meilleur contreur : George Johnson (863 contres).
  • Meilleur intercepteur : Jason Kidd (950 interceptions).
  • Matchs joués : Buck Williams (635 matchs joués).

Dernière mise à jour: le 20 avril 2013.

Palmarès[modifier | modifier le code]

Joueurs emblématiques[modifier | modifier le code]

Joueurs du Basketball Hall of Fame[modifier | modifier le code]

Quatre joueurs ayant porté le maillot des Nets ont été introduit au Basketball Hall of Fame. Ces quatre joueurs sont, par ordre d'introduction :

  • Rick Barry, introduit en 1987, joue avec les Nets en ABA[4],
  • Nate Archibald, introduit en 1991, joue une saison avec les Nets, 1976-1977, la dernière à Long Island[5],
  • Julius Erving, introduit en 1993, joue avec les Nets en ABA[6],
  • Dražen Petrović, introduit à titre posthume en 2002, joue 3 saisons avec les Nets avant de périr dans un accident après les Playoffs 1993[7].

Maillots retirés[modifier | modifier le code]

Six personnalités de la franchise ont eu leur maillot retiré [8] :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) « New Jersey Nets WILL change name! », sur The Brooklyn Paper,‎ 12 août 2010
  2. « Avery Johnson remercié », sur L'Équipe,‎ 27 décembre 2012 (consulté le 27 décembre 2012)
  3. a et b (en) « Brooklyn Nets Career Leaders », sur basketball-reference.com (consulté le 20 avril 2013)
  4. (en) « Richard F. "Rick" Barry », sur hoophall.com (consulté le 7 juillet 2011)
  5. (en) « Nathaniel "Nate" Archibald », sur hoophall.com (consulté le 7 juillet 2011)
  6. (en) « Julius W. Erving », sur hoophall.com (consulté le 7 juillet 2011)
  7. (en) « Drazen Petrovic », sur hoophall.com (consulté le 7 juillet 2011)
  8. (en) « Brooklyn Nets Uniform Numbers », sur basketball-reference.com
  9. (en) Ohm Youngmisuk, « Nets retire Jason Kidd's No. 5 jersey », sur espn.go.com,‎ 18 octobre 2013

Liens externes[modifier | modifier le code]