Rudy Fernández

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Rudy Fernández Portail du basket-ball
Rudy Fernandez Eurobasket 2011.jpg
Fiche d’identité
Nom complet Rodolfo Fernández Farrés
Nationalité Drapeau de l'Espagne Espagne
Naissance (29 ans)
Palma de Majorque
Taille 1,95 m (6 5)
Poids 85 kg (187 lb)
Surnom Rudy Airlines
Situation en club
Club actuel Real Madrid
Numéro 5
Poste arrière ou ailier
Draft NBA
Année 2007
Position 24e
Franchise Suns de Phoenix
Carrière professionnelle *
Saison Club Moy. pts
2003-2004
2004-2005
2005-2006
2006-2007
2007-2008
2008-2009
2009-2010
2010-2011
2011
2011-2012
2012-2013
2013-2014
Joventut Badalona
Joventut Badalona
Joventut Badalona
Joventut Badalona
Joventut Badalona
Trail Blazers de Portland
Trail Blazers de Portland
Trail Blazers de Portland
Real Madrid
Nuggets de Denver
Real Madrid
Real Madrid
11,1
10,9
14,6
16,3
21,2
10,4
8,1
8,6
19,6
8,6
13,2[1]
-
Sélection en équipe nationale **
depuis 2004 Drapeau : Espagne Espagne

* Points marqués dans chaque club comptant pour le championnat
national et les compétitions nationales et continentales.
** Points marqués pour l’équipe nationale en match officiel.

Rodolfo Fernández Farrés (né le 4 avril 1985 à Palma de Majorque), plus connu sous le nom de Rudy Fernández, est un joueur de basket-ball espagnol, évoluant au poste de second arrière dans l'équipe du Real Madrid en Liga ACB. Il est détenteur d'un titre mondial et de deux titres européens à son palmarès. Il remporte également deux médailles d'argent aux Jeux olympiques de 2008 et ceux de 2012.

Il est le petit frère de Marta Fernández, également internationale espagnole de basket-ball.

Biographie[modifier | modifier le code]

Europe[modifier | modifier le code]

Rudy Fernández sous les couleurs de Badalone
Rudy Fernández sous les couleurs de Badalone

Rejoignant le club de Badalone à l'âge de 14 ans, il fait ses débuts en Liga ACB avec ce dernier club à l'âge de 17 ans. C'est l'arrivée de l'entraîneur Aíto qui lui offre sa véritable place au sein de l'effectif.

La première saison d'Aíto au club voit celui-ci atteindre la finale de la Coupe du Roi. Fernández, avec 15,7 points, 5,7 rebonds et 2,7 passes de moyenne sur les trois matchs de la phase finale qui se déroule à Valence, se voit décerner le titre de MVP. Il devient ainsi le plus jeune MVP de l'histoire de la Coupe du Roi, devançant Pau Gasol et Chris Moradel[2].

En 2006, il obtient son premier trophée en remportant l'Eurocup FIBA, face au club russe de BC Khimki Moscou. Ce titre s'accompagne du titre de MVP pour Fernández.

Lors de la saison 2006-07, il obtient la possibilité de se frotter aux meilleurs joueurs du continent en disputant l'Euroligue. Ses performances au sein de celle-ci, qui viennent confirmer ses performances avec la sélection nationale lors du Championnat du monde 2006 au Japon, lui valent d'être choisi par la Fédération internationale de basket-ball amateur, (FIBA), le , comme meilleur jeune joueur européen de l'année 2006, succédant à ce palmarès au grec Níkos Zísis[3].

En 2007, il est sélectionné en 24e position lors de la Draft NBA par les Suns de Phoenix, qui transfèrent aussitôt ses droits à la franchise de Portland[4].

Il décide de rester à Badalone, désireux de prouver qu'il est devenu le meilleur joueur de la Liga ACB. Toutefois, afin de ne pas se fermer les possibilités de rejoindre la National Basketball Association (NBA), il repousse les offres de l'autre club catalan, le FC Barcelone qui lui aurait un contrat plus intéressant financièrement mais des restrictions plus importantes.

Avec Badalone, il remporte un premier trophée pour la saison 2007-08 en remportant la Coupe du Roi, terminant pour la deuxième MVP de la compétition. Lors de la finale face au Tau Vitoria, il réussit ainsi 32 points[5], [6].

Puis lors de la phase finale de la Coupe ULEB 2008 qui se déroule à Turin sous la forme d'un Final 8, il conduit de nouveau son club à la victoire, face à un autre club espagnol, Girona. Il est de nouveau élu meilleur joueur de la phase finale[7].

Il échoue toutefois dans sa tentative à remporter le titre de MVP de la Liga ACB, le titre étant remporté par le joueur de CB Girona Marc Gasol[8], les deux joueurs dominant la saison avec cinq titres de joueur du mois pour Gasol contre deux à Fernández - seul le premier mois de compétition échouant à l'un de ses deux joueurs. Tous deux font partie du cinq majeur de la compétition dont le seul non espagnol est le Brésilien Marcelinho Huertas, les deux autres joueurs étant Ricky Rubio et Felipe Reyes. La Joventut, deuxième de la phase régulière, s'incline en demi-finale des playoffs face au FC Barcelone.

NBA[modifier | modifier le code]

Joueur au lancer franc, le ballon au dessus de sa tête.
Rudy Fernández sous le maillot des Traiblazers.

En 2008, Rudy Fernández rejoint la franchise NBA des Trailblazers de Portland[4]. Pour sa première année en NBA, il évolue au côté du Français Nicolas Batum, mais également au côté de quelques grands noms tel que Brandon Roy ou Greg Oden. À mi-saison, le rookie tourne à environ 11,0 points par match, 2,1 passes décisives et 3,1 rebonds en 26 minutes de jeu en moyenne. En janvier 2009, Rudy est sélectionné après un vote sur le site officiel de la NBA comme représentant rookie au Slam Dunk Contest[9]. Il termine finalement quatrième de ce concours remporté par Nate Robinson. Lors du match opposant les rookies aux Sophomores (deuxième saison en NBA), rencontre remportée 122 à 116 par les joueurs de deuxième année, il inscrit 14 points, capte 4 rebonds et délivre 3 passes en 22 minutes 17[10]. Rudy Fernández termine sa saison régulière avec des moyennes de 10,4 points, 2,7 rebonds, 2 passes en 25 minutes 6[11]. Il établit un nouveau record de tirs à trois points réussi, 159, battant le record précédant de 158 de Kerry Kittles qui date de la saison 1995-1996[12]. Il figure dans la NBA All-Rookie Second Team où figure également son compatriote Marc Gasol[13]. Il dispute sa première série de playoffs face aux Rockets de Houston : ceux-ci se qualifient pour le tour suivant en s'imposant quatre à deux. Il présente des moyennes de 7,5 points, 2,8 rebonds et 1 passe en 27 minutes[11]. Sa meilleure performance est de 17 points, 3 passes et 2 interceptions lors de la troisième rencontre, perdue 86 à 63.

Avant le début de la saison suivante, la franchise de Portland annonce qu'elle lève l'option sur la troisième saison de Fernández - dans le même temps, la franchise annonce la même chose pour le Français Nicolas Batum et Jerryd Bayless la levée de l'option sur la quatrième année de Greg Oden[14]. Sa seconde saison est légèrement moins bonne sur le plan statistique : il perd un peu plus de deux minutes et ses statistiques sont de 8,1 points, 2,6 rebonds, 2 passes, et 1 interceptions[11]. Les blazers se qualifient de nouveau pour les playoffs mais s'inclinent de nouveau au premier tour, face aux Suns de Phoenix sur le score de quatre à deux. La meilleure performance de Fernández est 16 points et ses moyennes sur la série sont de 6,8 points, 1,7 rebonds, 1,3 passes en 19 minutes 8[11].

Mécontent de son temps de jeu et la place qui lui ait attribué - il ne figure que deux fois dans le cinq majeur lors des 62 rencontres de phase régulière qu'il dispute - il alimente les rumeurs lors de l'intersaison 2010, demandant à faire l'objet d'un transfert où même d'être libéré de son contrat pour retourner en Europe[15]. Il est d'ailleurs sanctionné d'une amende de 25 000 dollars pour déclarations publiques préjudiciables à la NBA[16]. Fernández reste finalement à Portland où il dispute sa troisième saison dans la ligue américaine. Celle-ci est sensiblement identique à celle de la saison précédente en termes de statistiques : il est titulaire à trois reprises sur les 78 rencontres de la saison régulière et présente des moyennes de 8,6 points, 2,2 rebonds et 2,5 passes en 23 minutes 3[11]. Il établit un nouveau record de points en carrière avec 26 points. Portland affronte les Mavericks de Dallas lors du premier tour des playoffs mais de comme les deux saisons précédentes, la série s'arrête lors du troisième match. Rudy Fernández n'apporte que peu de solution à son équipe depuis le banc : ses statistiques s'effondrent par rapport à la saison régulière avec 2,8 points, 2,0 rebonds et 0,8 passe en 13 minutes 5[11].

Le 23 juin 2011, Rudy Fernández quitte Portland pour rejoindre les Mavericks de Dallas dans un échange qui voit également Andre Miller rejoindre les Nuggets de Denver, Raymond Felton quittant ceux-ci pour Portland, le no 26 de la draft, Jordan Hamilton passant lui de Dallas à Portland[17]. Le 20 septembre 2011, en raison du lock-out en NBA, il s'engage avec le Real Madrid jusqu'à la fin de cette grève[18]. Lors de l'annonce de la fin du lock-out, il annonce son désir de rester au Real[19]. Quelques jours plus tard, les Mavericks annoncent son transfert, avec Corey Brewer pour les Nuggets de Denver[20]. Avec ce club, il présente sensiblement les mêmes statistiques que la saison précédente avec 8,6 points, 1,8 rebond, 2,1 passes et 1 interception en 22 minutes 9. Il dispute 31 rencontres, dont une en tant que titulaire, avant de se blesser lors d'une rencontre contre Dallas, cette blessure nécessitant une opération du dos[21]. Début juillet, Denver décide de ne pas faire de Rudy Fernández un unrestricted free agent ce qui lui permet d'envisager de rejoindre l'Espagne comme c'est son souhait[22].

Retour en Europe[modifier | modifier le code]

À l'été 2012, il revient jouer en Europe au Real Madrid. Fernández est nommé co-MVP des 3e et 7e journées de la phase régulière de l'Euroligue de basket-ball 2012-2013, MVP de la 6e journée du Top 16 et de la première journée des quarts de finale[23],[24],[25],[26]. Fernández est nommé dans le meilleur cinq de la compétition[27] mais le Real échoue en finale de l'Euroligue face à l'Olympiakós. Dans les compétitions espagnoles, il remporte tout d'abord la Supercoupe d'Espagne, remportant le titre de MVP[28], puis la Liga Endesa face à Barcelone lors de l'ultime manche de la finale. Il figure dans le premier cinq de la liga Endesa[29].

Fernández est nommé meilleur joueur de la 3e journée du Top 16 de l'Euroligue en janvier 2014 avec une évaluation de 30 (24 points à 4 sur 7 à deux points et 4 sur 6 à trois points, ainsi que 5 rebonds et 3 passes décisives) lors d'une victoire du Real face au Bayern Munich[30]. Il est aussi nommé meilleur joueur de la 11e journée du Top 16 avec une évaluation de 33 dans une victoire face au CSKA Moscou. Il marque 28 points à 5 sur 9 à deux points et 4 sur 7 à trois points, prend 4 rebonds et fait 3 passes décisives et 4 interceptions[31].

Sélection espagnole[modifier | modifier le code]

Fernández a connu toutes les sélections de jeunes espagnoles, avant de rejoindre la sélection nationale en 2004, disputant sa première rencontre face à la Croatie le 27 juillet[32]. Il fait partie du groupe qui participe aux Jeux olympiques 2004 d'Athènes. L'année suivante, la sélection espagnole échoue en demi-finale face à l'Allemagne de Dirk Nowitzki, puis lors du match pour la médaille de bronze face à la France.

Pour le mondial 2006 au Japon, il apporte une contribution importante, 9,1 points par matchs, à la victoire finale de la sélection ibérique.

La compétition internationale suivante est primordiale pour le basket-ball espagnol : le championnat d'Europe se dispute en effet en Espagne et la sélection a la lourde responsabilité de remporter le titre européen. L'Espagne échoue en finale face à la Russie. Lors de cette compétition, Fernández apporte 9,9 points, 2 rebonds et 1,4 passes en 20 minutes.

Alex Mumbru, levant la main au premier plan, et Rudy Fernández, au second plan, lors des jeux de Pékin
Alex Mumbru, levant la main au premier plan, et Rudy Fernández, au second plan, lors des jeux de Pékin.

Fernández fait de nouveau partie de l'équipe sélectionnée pour défendre les couleurs espagnoles lors des Jeux olympiques 2008 de Pékin. Lors des derniers matchs de la compétition, en demi-finale face à la Lituanie - remportée sur le score de 91 à 86 - puis lors de la finale - perdue face à la sélection américaine sur le score de 118 à 107, il présente des statistiques de 18 points et 4 rebonds puis de 22 points, 2 rebonds et 2 passes. En finale, où il se fait remarquer par un dunk spectaculaire au-dessus de Dwight Howard[33], il est le meilleur marqueur espagnol avec 22 points malgré un temps de jeu limité à 18 minutes en raison du nombre de fautes. Sur l'ensemble de la compétition, ses moyennes sont de 13,1 points, 3,5 rebonds et 2,1 passes. Il est le deuxième marqueur - derrière Pau Gasol - et le deuxième passeur - derrière Ricky Rubio - de son équipe[34].

Lors de la compétition suivante, le championnat d'Europe 2009, Rudy Fernández occupe de nouveau une position importante au sein de la sélection espagnole : il est de nouveau le second marqueur - 9,9 contre 18,8 à Pau Gasol - et passeur - 1,4 derrière les 2,2 passes de Gasol - de son équipe[35]. Il est également récompensé par une nomination dans le meilleur cinq de la compétition aux côtés de Pau Gasol, du Serbe Miloš Teodosić, du Slovène Erazem Lorbek et du Grec Vasílios Spanoúlis[36]. Après un début de compétition ponctué de deux défaites - contre la Serbie au premier tour et la Turquie au second - l'Espagne remporte aisément ses rencontres de la phase finale : 20 points face à la France, 18 contre la Grèce et 22 en finale contre la Serbie.

L'Espagne, malgré l'absence de Pau Gasol, qui a préféré s'abstenir de compétition - figure parmi les prétendantes à sa succession lors du mondial 2010 en Turquie. Elle s'incline à deux reprises lors du premier tour, puis, après avoir éliminé la Grèce en huitième de finale, s'incline face à la Serbie en quart de finale sur un tir à trois points de Miloš Teodosić. L'Espagne termine finalement sixième d'une compétition où Fernández inscrit 15,6 points, capte 6 rebonds et délivre 1,7 passe[37].

Rudy Fernández voit sa préparation pour le championnat d'Europe 2011 perturbée par une blessure au coude occasionnée lors d'un match contre la Slovénie[38],[39]. Lors de l'Euro, l'Espagne débute par quatre victoires, Fernández s'avérant particulièrement efficace en défense lors de la rencontre face à la Grande-Bretagne en limitant Luol Deng à 17 points mais avec un 4 sur 12 aux tirs[40]. Elle subit ensuite deux défaites, face à la Turquie puis l'Allemagne, avant de s'imposer nettement face à la Serbie et la France. Lors de la phase finale, elle s'impose 86 à 64 face à la Slovénie puis 92 à 80 face à la Macédoine. L'Espagne gagne la finale face à la France sur le score de 98 à 85, remportant ainsi un deuxième titre consécutif, fait qui n'avait plus été réalisé depuis la victoire de la 1997 par la Yougoslavie[41]. Fernández réalise 14 points, 4 rebonds et 1 passe lors de cette rencontre. Il se distingue surtout par une faute importante sur Tony Parker en première mi-temps[41]. Sur l'ensemble de la compétition, il inscrit 8,2 points, capte 3,4 rebonds, délivre 3 passes, réussit 1,5 interception en 25 minutes 4[42].

Une blessure au dos en mars, qui nécessite une intervention chirurgicale, semble mettre un terme aux ambitions de Rudy Fernández de disputer les Jeux olympiques de Londres[43]. Toutefois, en juin, il est bien présent dans la liste des sélectionnés par le sélectionneur Sergio Scariolo[44]. Le mauvais rapport qu'il entretient avec l'équipe de France se prolonge lors du match de préparation entre les deux équipes : il est expulsé avec Mickael Gelabale en raison d'échange de coups[45]. L'Espagne, qui est le principal adversaire désigné pour les Américains, perd le quatrième match de poule, face à la Russie sur le score de 77 à 74[46]. Lors du match suivant, les Espagnols perdent face au Brésil 88 à 82, avec un 31 à 16 concédé sur le dernier quart-temps, cette défaite les opposant aux Français en quart de finale, mais surtout leur permet de ne pas affronter les Américains avant la finale[47],[48]. Rudy Fernández ne dispute que 19 minutes lors de cette rencontre, alors qu'il joue près de 30 minutes depuis le troisième match, ne marque aucun point, capte 1 rebond et délivre 2 passes[49]. Lors du quart de finale, Les Espagnols se défont des Français sur le score de 66 à 59[50]. Fernández joue 30 minutes, pour des statistiques de 9 points, avec 3 sur 4 à deux points mais 0 sur 5 à trois points, 4 rebonds et 3 passes[50]. Après avoir pris sa revanche face à la Russie en demi-finale, victoire 67 à 59[51], l'Espagne affronte en finale les États-Unis. Parvenant longtemps à rester au contact, 83 à 82 en faveur des Américains après le troisième quart-temps, les Espagnols s'inclinent finalement 107 à 100, Fernández inscrivant 14 points, captant 6 rebonds, 1 passe, mais 5 fautes, principalement pour arrêter les contre-attaques américaines[52].

Avec l'absence de nombreux joueurs majeurs, Pau Gasol, Juan Carlos Navarro, Serge Ibaka et Felipe Reyes, Rudy Fernández est le capitaine de la Roja qui a l'ambition de remporter un troisième titre consécutif lors du championnat d'Europe 2013[53]. Comme lors des dernières compétitions, l'Espagne perd lors du premier tour, 78 à 69 face à la Slovénie, Fernández marquant 5 points, 1 sur 4 aux tirs, et prenant 4 rebonds[54]. Malgré 20 points, à 7 sur 12 dont 2 sur 5 à trois points, 1 rebond, 4 passes en 33 minutes de Fernández, l'Espagne s'incline lors de la première rencontre du second tour face à la Grèce[55]. L'Espagne termine quatrième de son groupe après une victoire face à la Finlande puis une défaite face à l'Italie, deux rencontres où Fernández marque 6 puis 4 points. En quart de finale, elle s'impose aisément face à la Serbie, 90 à 60, les statistiques de Fernández sur la rencontre étant de 19 points, 4 rebonds et 1 passe[56]. L'équipe d'Espagne est de nouveau confrontée dans une rencontre décisive face à la France. Mais, cette fois, ce sont les Français qui s'imposent 75 à 72 après prolongation[57]. Les Espagnols remportent la médaille de bronze en s'imposant 92 à 66 face à la Croatie avec 8 points, 4 rebonds et 3 passes de Fernández[58].

Style de jeu[modifier | modifier le code]

Son jeu est caractérisé par sa capacité extraordinaire de saut, qu'il accompagne avec une habilités dans ses mains, lui permettant de bien dunker. Il est ainsi sélectionné pour le concours de dunk de la NBA de 2009. Cette sélection est obtenue par l'intermédiaire d'un vote des fans pour accompagner les trois autres joueurs sélectionnés par la NBA : Nate Robinson, Dwight Howard et Rudy Gay, finalement remplacé par J. R. Smith en raison d'une blessure[59]. Rudy Fernández termine quatrième, Nate Robinson étant designé vainqueur à la suite d'un vote des fans par SMS.

Clubs[modifier | modifier le code]

Palmarès[modifier | modifier le code]

Club[modifier | modifier le code]

Compétitions internationales[modifier | modifier le code]

Compétitions nationales[modifier | modifier le code]

Sélection nationale[modifier | modifier le code]

l'équipe d'Espagne, championne du monde 2006, posant deant les journalistes
l'Espagne, championne du monde 2006

Distinctions personnelles[modifier | modifier le code]

Rudy Fernández remporte de nombreuses distinctions individuelles au cours de sa carrière. Avec les sélections nationales espagnoles, il est nommé dans le cinq du Championnat d'Europe 2009[36].

Il est aussi récompensé lorsqu'il évolue avec ses clubs. Sous le maillot de la Joventut, il est récompensé en obtenant les titres de MVP de la Coupe du Roi lors des éditions de 2004 et 2008[60]. Il termine à deux reprises dans le cinq majeur de la Liga, en 2007, 2008[61]. Il est également récompensé lors de compétitions européennes avec le titre de meilleur joueur de la finale de l'Eurocoupe en 2006. Cette même année, il est désigné meilleur jeune joueur européen de l'année 2006[62],[63]. Il est ensuite désigné meilleur joueur du Final 8 de la Coupe ULEB 2008.

Lors de son passage en NBA, il est sélectionné dans la NBA All-Rookie Second Team en 2009[13].

Revenu en Europe pour évoluer avec le Real Madrid, il figure dans le premier cinq de l'Euroligue en 2013[27]. Dans les compétitions espagnoles, il est d'abord désigné MVP de la Supercoupe d'Espagne 2012-2013[28] puis, en fin de saison, il termine pour la troisième fois de sa carrière dans le premier cinq de la ligue espagnole, devenue la liga Endesa[29].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (es) « Statistiques de Rudy Fernández en Liga ACB »
  2. Rudy et Richy, Basketnews du 31 janvier 2008 [réf. insuffisante]
  3. (en) « Rudy Tops The Polls », sur fibaeurope.com,‎ 18 janvier 2007 (consulté le 18 juin 2011)
  4. a et b (en) « Trail Blazers to sign Spanish guard Fernandez », sur abs-cbnnews.com,‎ 2 juillet 2008
  5. « Basket, Copa del Rey, Badalone l’emporte », sur sport24.com,‎ 11 février 2008 (consulté le 18 juin 2011)
  6. (es) « Rudy Fernández, 'MVP' de la Copa del Rey de Vitoria », sur as.com (consulté le 18 juin 2011)
  7. (en) « Rudy Fernandez, An MVP in more ways than one », sur euroleague.net (consulté le 18 juin 2011)
  8. (es) « Marc Gasol, MVP de la temporada », sur elmundo.es,‎ 12 mai 2008 (consulté le 19 juin 2011)
  9. « Fernandez jeune premier », sur lequipe.fr, l'Équipe,‎ 19 janvier 2009 (consulté le 18 juin 2011)
  10. (en) « T-Mobile Rookie Challenge & Youth Jam : Rookies 116-122 Sohpomores », sur nba.com (consulté le 18 juin 2011)
  11. a, b, c, d, e et f (en) « Rudy Fernandez », sur basketball-reference.com (consulté le 18 juin 2011)
  12. (en) « Rudy Fernandez Break NBA Rookie 3pt Record », sur www.sportando.net,‎ 16 avril 2009 (consulté le 18 juin 2011)
  13. a et b (en) « Rose, Mayo earn unanimous selections », sur sports.espn.go.com,‎ 30 avril 2009 (consulté le 18 juin 2011)
  14. (en) « Trail Blazers Exercise Options On Oden, Fernandez, Batum, Bayless », sur nba.com (consulté le 18 juin 2011)
  15. (en) Jesse (Max) Price, « Rudy Fernandez wants Portland to release him, return to Europe », sur examiner.com,‎ 20 juillet 2010 (consulté le 18 juin 2011)
  16. (en) Chris Sheridan, « Blazers' Rudy Fernandez fined by NBA », sur sports.espn.go.com,‎ 20 août 2010 (consulté le 18 juin 2011)
  17. (en) « Mavs trade picks for Rudy Fernandez », sur sports.espn.go.com,‎ 24 juin 2011 (consulté le 26 septembre 2011)
  18. « Basket: Rudy Fernandez au Real Madrid pendant le lock-out », sur lexpress.fr,‎ 20 septembre 209 (consulté le 2 octobre 2013)
  19. Syra Sylla, « Rudy Fernandez de retour en Espagne ? », sur basketsession.com,‎ 13 décembre 2011
  20. (en) Marc Stein, « Mavs deal 2 to Nuggets for pick », sur espn.go.com,‎ 13 décembre 2011
  21. (en) « Nuggets' Rudy Fernandez out for year after back surgery », sur cbc.ca,‎ 30 mars 2012
  22. (en) Matt Moore, « Rudy Fernandez ends time in NBA, signs with Real Madrid », sur cbssports.com,‎ 4 juillet 2013
  23. (en) « Week 3 bwin co-MVPs: Rudy Fernandez, Real Madrid and Fernando San Emeterio, Caja Laboral Vitoria  », Euroligue,‎ 27 octobre 2012
  24. (en) « bwin co-MVPs for Week 7: Rudy Fernandez of Real Madrid and Ante Tomic of FC Barcelona Regal  », Euroligue,‎ 27 octobre 2012
  25. (en) « Top 16, Week 6 bwin MVP: Rudy Fernandez of Real Madrid », Euroligue,‎ 2 février 2013
  26. (en) « Playoffs Game 1 bwin MVP: Rudy Fernandez, Real Madrid », Euroligue,‎ 11 avril 2013
  27. a et b (en) « 2012-13 All-Euroleague First and Second Teams announced », Euroligue,‎ 6 mai 2013
  28. a, b et c Emmanuel Laurin, « Supercoupe : le Real Madrid remporte le premier Clasico de l’année », sur basketusa.com,‎ 23 septembre 2012>
  29. a et b (es) « Mejor Quinteto de la Liga Endesa 2012-13 », sur acb.com
  30. (en) « Top 16, Round 3 bwin MVP: Rudy Fernandez, Real Madrid », Euroligue,‎ 18 janvier 2014
  31. (en) « Top 16, Round 11 bwin MVP: Rudy Fernandez, Real Madrid », Euroligue,‎
  32. (es) « Rudy Fernández », sur acb.com
  33. « Les USA reprennent leur Graal », sur eurosport.fr,‎ 24 août 2008 (consulté le 19 juin 2011)
  34. (en) « 2006 FIBA World Championship - 5 - Rudy Fernandez », sur fiba.com (consulté le 18 juin 2011)
  35. (en) « 2007 EuroBasket - 5 - Rudy Fernandez », sur fiba.com (consulté le 18 juin 2011)
  36. a et b « L'Espagne s'adjuge l'Eurobasket », sur tsr.ch,‎ 21 septembre 2009 (consulté le 18 juin 2011)
  37. (en) « 2010 FIBA World Championship 5 - Rudy Fernandez » (consulté le 19 juin 2011)
  38. « Rudy Fernandez blessé au coude », sur basketeurope.com,‎ 22 août 2011
  39. (es) « Ricky Rubio se ejercita con el grupo y Rudy Fernández lo hará en un par de días », sur mas.laopiniondemalaga.es
  40. « Eurobasket: Espagne et Serbie toujours invaincues », sur rfi.fr,‎ 2 septembre 2011
  41. a et b Christophe Remise, « L'Espagne était trop forte pour les Bleus de Tony Parker », sur lefigaro.fr,‎ 19 septembre 2011
  42. (en) « EuroBasket - Final Round 2011 (Spain) - Rudy Fernandez (Spain)  », sur eurobasket2011.com
  43. Barbara Youinou, « Rudy Fernandez absent pour les JO ? », sur basketactu.com,‎ 22 mars 2012
  44. Jérôme Knoepffler, « JO de Londres : Rudy Fernandez sélectionné avec les frères Gasol et Serge Ibaka », sur basketusa.com,‎ 19 juin 2012
  45. « VIDEO - Basket : Gelabale suspendu après son altercation avec Fernandez ? », sur rtl.fr,‎ 16 juillet 2012
  46. « La Russie surprend l'Espagne ! », sur lequipe.fr,‎ 4 août 2012
  47. « L'Espagne n'en voulait pas », sur lequipe.fr,‎ 7 août 2012
  48. (es) Iñako Díaz-Guerra, « España evita a Estados Unidos pero no las sospechas »,‎ 7 août 2012
  49. (en) « 2012 Olympic Men - 5 - Rudy Fernandez », sur turkey2010.fiba.com
  50. a et b (en) « JO - Basket : la France éliminée par l'Espagne en quarts de finale », sur leparisien.fr,‎ 8 août 2012
  51. Christophe Remise, « L’Espagne refait le coup ! », sur sport24.com,‎ 10 août 2012
  52. « La Team USA imbattable », sur lejdd.fr,‎ 12 août 2012
  53. Yann Ohnona, « C'est toujours la ÑBA », sur lequipe.fr,‎ 26 août 2013
  54. Yann Ohnona, « Basket Euro L'Espagne garde le sourire », sur lequipe.fr,‎ 7 septembre 2013
  55. Syra Sylla, « Euro : La Grèce reste en vie », sur basketactu.com,‎ 12 septembre 2013
  56. Syra Sylla, « Euro : Le rouleau compresseur espagnol étouffe la Serbie », sur basketsession.com,‎ 18 septembre 2013
  57. « Les Bleus revenus de l'enfer », sur lequipe.fr,‎ 20 septembre 2013
  58. Romain Fougeron, « Euro : L’Espagne arrache la médaille de bronze », sur basketsession.com,‎ 22 septembre 2013
  59. (en) Ben Golliver, « Rudy in the Slam Dunk Contest  », sur blazersedge.com,‎ 19 janvier 2009 (consulté le 30 septembre 2011)
  60. (es) « Todos los MVPs de la Copa del Rey », sur acb.com
  61. (es) « Todos los Quinteto Ideal de la temporada », sur acb.com
  62. (en) « Rudy Fernandez », sur sportsillustrated.cnn.com
  63. (en) « Fernandez Honoured Before Spain Win », sur fibaeurope.com,‎ 29 août 2007

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :