Knicks de New York

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Knicks de New York
Logo du club
Généralités
Nom(s) précédent(s) New York Knicks
1946–Aujourd'hui
Date de fondation 1946
Couleurs Orange et bleu
Salle Madison Square Garden
(19 763 places)
Siège Flag of New York City.svg New York,
Drapeau de l'État de New York New York,
Drapeau des États-Unis États-Unis
Championnat actuel NBA
Manager Steven Mills
Entraîneur Derek Fisher
Palmarès
National[1] 1970, 1973

Créée en 1946, Les Knicks de New York (New York Knicks en anglais) sont une franchise de basket-ball NBA qui évolue à domicile au Madison Square Garden. L'équipe fait partie du holding Cablevision.

Origine du nom[modifier | modifier le code]

Le nom de la franchise, Knicks, est la contraction de Knickerbockers, d'après Father Knickerbocker, symbole populaire de la ville de New York issu d'un livre de Washington Irving, et qui était présent sur le premier logo du club[2]. Le terme Knickerbocker est fortement attaché à la ville de New York et désigne également les plus anciennes familles de la ville, qui descendraient des premiers colons hollandais. Le nom des Knickerbockers de New York avait déjà été utilisé par l'une des premières équipes organisées de baseball, fondée en 1845.

Historique de la franchise[modifier | modifier le code]

Les Knicks sont fondés en 1946 à New York, avec 10 autres franchises, à la création de la BAA (qui deviendra la NBA 3 ans plus tard). De ces franchises originelles, les Knicks sont avec les Celtics de Boston la seule franchise à n’avoir jamais déménagé. Le Madison Square Garden, souvent occupé par les matchs de basket universitaire et de hockey sur glace, poussent les Knicks à jouer la plupart de leurs matchs à domicile au 69th Regiment Armory. Durant les premières saisons, les Knicks ne disputent pas le titre NBA en dépit de résultats corrects. On peut néanmoins noter la performance de Carl Braun, alors rookie en 1947-48, qui marque 47 points face à Providence. Cette performance devient alors le record de points marqués par un rookie en un match. Ce record est maintenant détenu par Wilt Chamberlain avec 58 points[3].

Avant la saison 1949-50, la fusion de la BAA avec la NBL donne naissance à la NBA.

1950-1967 : des débuts difficiles[modifier | modifier le code]

Pour la saison 1950-51, les Knicks font signer le premier joueur noir américain de la ligue : Nathaniel Clifton. Sans Braun, parti faire son service militaire, et en dépit d’un bilan de 36 victoires pour 30 défaites à la fin de la saison régulière, les Knicks parviennent jusqu’en finales NBA face aux Royals de Rochester. Les Royals remportent les trois premières manches, mais les Knicks se ressaisissent et gagnent les trois suivantes, poussant la série à un septième match décisif. Lors de ce match, le score est de 75 partout à 40 secondes de la fin. Bob Davies, joueur des Royals, marque alors deux lancers-francs. Les règles de l’époque jouaient la balle en entre-deux après un lancer-franc. Les Royals récupèrent le ballon et le conservent jusqu’à la fin du match pour remporter finalement le titre sur un score de 79 à 75. Les deux saisons suivantes, les Knicks atteignent de nouveau les finales NBA, grâce à des joueurs tels que Harry Gallatin, Dick McGuire et Carl Braun, pour perdre à chaque fois contre les Lakers de Minneapolis.

Durant la saison 1953-54, Harry « The Horse » Gallatin prend 33 rebonds face aux Pistons de Fort Wayne. Seul Willis Reed égalera ce record de la franchise en 1971. Les Knicks terminent cette saison avec 44 victoires pour 28 défaites mais n’arrivent pas à atteindre les finales. Cette saison amorce un déclin long de dix ans. Jusqu’en 1958-59 les Knicks atteignent à chaque reprise les playoffs, sans jamais accéder aux finales. Mais au fil des années le bilan annuel s’érode. Durant la saison 1959-60, les Knicks ne remportent que 27 victoires et ne vont pas en playoffs pour la première fois de leur existence. Paradoxalement, les Knicks établissent leur record historique en marquant 117 points de moyenne par match. Cette saison, face à Syracuse, Richard Guerin, auteur de 57 points, devient le premier joueur des Knicks à marquer plus de 50 points dans un match. Mais la défense new-yorkaise est désastreuse, avec près de 120 points de moyenne encaissés par match. Le 24 janvier, les Hawks de Saint-Louis marquent 155 points face aux Knicks (record de points encaissés par la franchise). L’année suivante, les Knicks ne remportent que 21 victoires, plus faible record de la franchise. Les années suivantes ne sont guère plus reluisantes. Le 2 mars 1962, Wilt Chamberlain des Warriors de Philadelphie marque 100 points face aux Knicks, record encore aujourd’hui en vigueur. La sélection de Willis Reed à la draft 1964 va enfin permettre aux Knicks de décoller. Son impact est immédiat : le pivot est élu rookie de l’année et les Knicks remportent pour la première fois en 5 ans plus de 30 victoires en saison régulière. Le bilan de 31 victoires pour 49 défaites ne permet certes pas à New York de rallier les play-offs, mais les Knicks semblent enfin être sur la bonne voie. Deux ans plus tard, en 1966-67, les Knicks retrouvent les play-offs, emmenés par Willis Reed (nommé dans la All NBA Second Team) et Dick Van Arsdale.

1967-1973 : l’ascension jusqu’aux titres[modifier | modifier le code]

Joueur de face sautant en l'air avec un bras levé, un autre étant de dos face à lui.
Bill Bradley

À la mi-saison 1967-68 l’entraîneur Dick McGuire est remplacé par William « Red » Holzman. L’impact est spectaculaire : alors à 15-22 les Knicks terminent la saison avec un 28-17 sur la seconde partie de la saison. Avec 43 victoires au total, les Knicks réalisent leur première saison à plus de 50 % de victoires depuis 9 ans. À la fin de la saison régulière, Phil Jackson est nommé dans la All Rookie team.

Le succès continue la saison suivante avec 54 victoires synonyme d’une troisième place dans l’Eastern Division. Le 19 décembre ils échangent Walt Bellamy contre Dave DeBusschere. New York chute en playoffs face à Boston. Mais l’ascension des Knicks est amorcée.

En 1969-70 les Knicks remportent 60 victoires grâce à une défense de fer et à un jeu très collectif. Willis Reed est nommé MVP, Red Holzman entraîneur de l’année. New York arrive sans encombres jusqu’en finales NBA, où ils affrontent les Lakers de Los Angeles de Jerry West et Wilt Chamberlain. La série est très disputée et va jusqu’à la septième manche décisive. Willis Reed, blessé lors du cinquième match est considéré comme indisponible pour le reste des finales. Mais il prend finalement part à la septième manche pour donner le souffle nécessaire à son équipe. New York remporte le match et le premier titre de son histoire, Reed est élu MVP des finales.

L’équipe des Knicks est redoutable entre Walt Frazier, Willis Reed, Dick Barnett, Dave DeBusschere et Bill Bradley : ces quatre joueurs auront leurs maillots retirés aux Knicks. Les Knicks chutent cependant en finales de conférences face aux Bullets de Baltimore, lors de la dernière manche, à domicile, avec seulement 2 points d’écart. Les Bullets avaient remporté 10 matchs de moins que les Knicks lors de la saison régulière.

Au début de la saison 1971-72 les Knicks acquièrent Earl « The Pearl » Monroe. Son jeu spectaculaire séduit le public du Madison Square Garden. Shooteur accompli, il enregistre une moyenne de 16 points sur sa carrière à New York, avant d’avoir son maillot retiré et d’entrer au Hall of Fame à la fin des années 1980. La défense solide des Knicks leur permet d’atteindre les finales NBA face aux Lakers de Los Angeles. Bien qu’ayant remporté la première rencontre, New York s’effondre et laisse passer les quatre manches suivantes et par la même occasion le titre.

Les Knicks prennent leur revanche en 1972-73 : ils retournent en finales face aux Lakers et remportent la série en perdant le premier match mais en remportant les quatre manches suivantes. Malheureusement, les saisons suivant le titre ne seront pas aussi victorieuses.

1973-1985 : le déclin[modifier | modifier le code]

En 1973-74, les Knicks sont battus par les Celtics de Boston en finales de Conférence. La saison suivante, New York, avec 40 victoires en saison régulière, est sous la barre des 50 % pour la première fois en 8 ans. Les deux saisons suivantes sont exactement du même ordre.

L’entraîneur Red Holzman est remplacé au début de la saison 1977-78 par Willis Reed : l’équipe repasse juste la barre des 50 % en saison régulière avec 43 victoires. Cette saison est la seule saison complète effectuée par Bob McAdoo au sein des Knicks, arrivé de Buffalo la saison passée, et transféré à Boston dans le courant de la saison suivante. Durant cette saison, McAdoo marque plus de 26 points de moyenne. Seul Richard Guerin avait fait mieux au début des années 1960. Durant l’intersaison, les Knicks sélectionnent Micheal Ray Richardson avec le quatrième choix de la draft (repêchage).

L'année 1978-79 commence mal, et les Knicks limogent Willis Reed pour faire revenir Red Holzman. L’équipe ne finit qu’avec 31 victoires. Pour la première fois dans l’histoire des Knicks, aucun joueur ne participe au All-Star Game.

En 1979-80 l’équipe s’améliore légèrement et achève la saison régulière sur un bilan de 39 victoires. Michael Ray Richardson mène alors la ligue aux passes décisives et aux interceptions. À la fin de cette saison, le pivot Bill Cartwright est nommé dans la All Rookie Team en compagnie de Larry Bird et Magic Johnson. L’équipe semble revigorée et remporte 50 matchs durant la saison 1980-81. Mais l’illusion ne dure qu’un an et les Knicks retombent à 33 victoires en 1981-82. Red Holzman prend alors sa retraite.

Il est remplacé par Hubie Brown qui mène la franchise à 44 victoires pour 38 défaites en 1982-83. En séries éliminatoires, les Knicks passent un tour avant d’être éliminés par les futurs champions, les Sixers de Philadelphie.

Bernard King arrive durant l'intersaison 1983 en provenance de Golden State, en échange de Richardson. Avec 26,3 points de moyenne (cinquième en NBA), il est nommé dans la All-NBA First Team tandis que les Knicks remportent 47 matchs. Le premier tour des play-offs face aux Detroit Pistons est mémorable, la série s’achevant au terme d’une prolongation lors du cinquième match décisif. King enregistre une moyenne de 42 points sur ces 5 matchs.

En 1984-85, Bernard King devient le premier Knicks à mener la ligue aux points. Mais sa carrière prend un tournant dramatique quand il se blesse le genou droit en mars. Les ligaments déchirés, King part en rééducation pendant 2 ans. Cet évènement est fatal à New York qui perd douze matchs d’affilée après la blessure de King. Les Knicks ne remportent que 24 victoires cette saison. Cette fin de saison catastrophique a néanmoins un avantage : elle offre aux Knicks le premier choix de la draft (repêchage) 1985, avec lequel ils sélectionnent le pivot Patrick Ewing.

1985-1991 : Patrick Ewing, le nouveau leader des Knicks[modifier | modifier le code]

Joueur s’apprêtant à tirer, les deux mains en l'air tenant le ballon.
Pat Ewing en 1995

Bien que manquant 32 matchs durant sa première saison, Ewing est nommé rookie de l’année, avec 20 points et 9 rebonds de moyenne. Les Knicks stagnent toujours à 23 victoires. Derrière Patrick Ewing, il n’y a aucun joueur dominant à New York, bien que 7 joueurs ont une moyenne supérieure à 10 points par match. La saison 1986-87 n’est guère mieux, avec 24 victoires. Ewing manque encore 19 matchs.

C’est l’arrivée de Rick Pitino pour la saison 1987-88 qui va enfin faire bouger les choses : New York remporte 14 matchs de plus que la saison précédente. Avec seulement 38 victoires, ils arrachent même une place en playoffs. Mark Jackson est nommé rookie de l’année, avec 10,6 passes décisives par match. Jackson devient par la même occasion le rookie le plus bas drafté (en 18e position) de l’histoire de la ligue à avoir remporté ce titre.

Les bons résultats continuent en 1988-89 avec un record de 26 victoires consécutives à domicile. La saison s’achève sur 52 victoires pour 30 défaites, soit le meilleur ratio depuis l’année du titre de 1973. Mais New York est battu dès le second tour des playoffs par les Bulls de Jordan.

Les Knicks veulent faire venir quelqu’un de puissant pour soutenir Ewing dans la raquette : ils trouvent la solution avec Charles Oakley, transfuge de Chicago en échange de Bill Cartwright. Mais le départ de Rick Pitino pour l’université de Kentucky (remplacé par Stu Jackson) ralentit la progression de l’équipe. New York finit la saison régulière avec 45 victoires, emmené par les 28,6 points de moyenne d’Ewing.

En playoffs face à Boston, les Knicks deviennent la troisième équipe de l’histoire de la ligue à gagner la série après avoir perdu les deux premiers match. L’aventure s’achève contre Detroit au tour suivant.

Rien ne s’améliore en 1990-91, les Knicks finissent avec 39 victoires. Le remplacement de Stu Jackson par John McLeod pendant la saison n’est pas le déclencheur espéré.

1991-1995 : l’ère Riley[modifier | modifier le code]

Pour la saison 1991-92, le nouveau président du club Dave Checkets s’offre un entraîneur de grand standing : Pat Riley, trois fois champion avec les Lakers durant les années 1980, n’a jamais remporté moins de 50 victoires en saison régulière en tant qu’entraîneur.

La méthode de Riley porte ses fruits : les Knicks remportent 51 matchs. En plus d’Ewing, Riley peut compter sur John Starks, arrivé la saison dernière, et qui est maintenant le second meilleur marqueur de l’équipe. Starks devient le chouchou des fans grâce à son parcours atypique : il galère plusieurs années dans les ligues mineures avant de trouver sa place en NBA. Cette saison est également la première pour Anthony Mason au sein des Knicks, qui comme Starks deviendra un favori des fans et modèlera l’image des Knicks durant les années 1990. La saison des Knicks s’achève au septième match du second tour des playoffs face aux futurs champions : les Chicago Bulls.

Avant le démarrage de la saison 1992-93, Mark Jackson est transféré aux Clippers de Los Angeles dans un échange à trois équipes contre Charles Smith et Doc Rivers. Cette saison est excellente : les Knicks remportent 60 matchs, soit la meilleure saison de leur histoire, et font figure de sérieux prétendants au titre. Riley remporte le titre d’entraîneur de l’année. En finales de Conférence, les Knicks remportent les deux premiers matchs de la série face à Chicago. Mais les Bulls de Jordan remportent les quatre matchs suivants.

Le départ en retraite de Jordan durant l’été 1993 fait des Knicks l’un des favoris pour la saison 1993-94.

En décembre le meneur Doc Rivers se blesse au genou pour la saison, mais les Knicks font venir Derek Harper en provenance de Dallas pour le remplacer, en échange de Tony Campbell.

Avec une défense de fer, n’accordant que 91,5 points en moyenne aux adversaires (le quatrième plus faible total depuis l’instauration de l’horloge à 24 secondes), les Knicks remportent 57 victoires.

En 1993-94, Patrick Ewing, Charles Oakley et John Starks (pour la première fois de sa carrière) sont nommés au All-Star Game de Minneapolis.

Le parcours en play-offs est tumultueux : au premier tour les Knicks battent les voisins du New Jersey en 4 matchs avant de retrouver les Bulls au deuxième tour, qu’ils battent en 7 matchs. Les finales de Conférence se joueront également jusqu’à la septième manche décisive, que les Knicks remportent face aux Pacers de Reggie Miller sur une claquette dunk de P.Ewing. En finales, Les Knicks rencontrent les Houston Rockets. La série est très disputée mais finalement remportée par Houston au terme d’un septième match très compétitif. John Starks est notamment contré à deux reprises à la fin du match par Hakeem Olajuwon, qui empêche New York de prendre l’avantage dans ce match. Starks avait été contré a la dernière seconde du sixième match par Olajuwon, alors qu'il tentait le tir pour le titre (il demandera par la suite à Ewing s'il était démarqué et Ewing lui dira qu'il était complètement ouvert).

En 1994-95, les Knicks finissent seconds de la Conférence Est derrière le Magic d'Orlando, avec 55 victoires. Durant les play-offs, New York affronte Indiana. Le premier match de la série est mémorable, sûrement le plus grand moment de la rivalité Knicks / Pacers, le premier rôle revenant à Reggie Miller, le bourreau des Knicks. Alors que New York a une avance de 6 points à la fin du match, Reggie Miller marque 8 points dans les 16 dernières secondes du match, sous les yeux ébahis du public du Madison Square Garden. La série va jusqu’à la septième manche décisive, où Patrick Ewing manque un lay up susceptible de faire revenir les Knicks à égalité dans les dernières secondes du match. Si la défense porte les Knicks en saison régulière, la difficulté à marquer en play-offs est fatale pour les Knicks.

Pat Riley prend cette défaite très amèrement, et démissionne le lendemain des finales NBA pour rejoindre en catimini le Heat de Miami. Don Nelson, l’ancien entraîneur des Warriors de Golden State, reprend les rênes de l’équipe.

1995-1998 : toujours placés, jamais gagnants[modifier | modifier le code]

Logo durant la période de 1995 à 2011

La saison 1995-96 est mouvementée par certains transferts : Charles Smith, Herb Williams et Doug Christie quittent l’équipe. Mais l’entente entre Nelson et certains joueurs tend l’atmosphère du club, Nelson quitte le club en mars. Il est remplacé par Jeff Van Gundy, assistant de longue date à New York.

Patrick Ewing est toujours le meilleur marqueur de l’équipe, bien secondé par Anthony Mason, qui avec 42 minutes par match est le joueur qui joue le plus par match dans la ligue. Plus surprenant, Mason, ailier fort, est le meilleur passeur de l’équipe avec 4,2 passes décisives par match. La saison des Knicks se termine en play-offs face aux inarrêtables futurs champions, les Bulls de Jordan.

Durant l’intersaison, Anthony Mason est échangé aux Hornets de Charlotte contre Larry Johnson. Allan Houston rejoint également les Knicks en tant qu’agent libre, avec un contrat aussi extravaguant qu’encombrant de 56 millions de dollars sur six ans. L’arrivée de Chris Childs et Buck Williams complète une équipe qui gagne dix matchs de plus que la saison précédente, avec 57 victoires pour 25 défaites, soit le troisième meilleur résultat de l’histoire de la franchise, pour la première saison complète en tant qu’entraîneur de Van Gundy. John Starks est élu meilleur sixième homme de la ligue.

Après avoir battu les Hornets au premier tour des play-offs, les Knicks prennent une avance de trois victoires à une face au Heat de Miami durant le second tour. Mais lors du cinquième match, une bagarre éclate entraînant la suspension de quatre joueurs New Yorkais. Le Heat remporte les trois manches suivantes et s’adjuge la série.

Les chances de succès pour la saison 1997-98 sont grandement remises en cause quand Patrick Ewing se blesse le poignet gauche à la fin décembre, mettant un terme à sa saison. Mais là où tout le monde s’attendait à un écroulement de l’équipe, Allan Houston et Larry Johnson haussent leurs niveaux de jeu pour conduire les Knicks à un bilan respectable de 43 victoires, assurant une septième place qualificative pour les play-offs, pour affronter le Heat de Miami au premier tour. Déjouant tous les pronostics, les Knicks éliminent leurs rivaux, prenant au passage leur revanche sur la saison passée. Mais le retour d’Ewing ne permet pas à New York de passer le second tour face aux Pacers de l'Indiana.

1998-1999 : l’incroyable saison[modifier | modifier le code]

L’intersaison 1998 est marqué par deux transferts majeurs : le talentueux Latrell Sprewell, indésirable à Golden State après avoir tenté d’étrangler son entraîneur la saison passée, arrive en échange de John Starks. Le vieillissant Charles Oakley est quant à lui échangé contre Marcus Camby, un jeune intérieur longiligne et prometteur mais fragilisé par les blessures.

Durant la saison 1998-99 raccourcie par la grève des joueurs, les Knicks se qualifient de justesse pour les play-offs avec un bilan final de 27 victoires pour 23 défaites. Les analystes donnent peu de chances aux Knicks face au premier de la Conférence Est, le Heat de Miami.

Mais à la surprise générale, la série va jusqu’au cinquième match, remporté grâce à un exploit d’Allan Houston qui marque d'un tir en extension dans les 4 dernières secondes du match, ne laissant que 0.8 secondes au Heat pour tenter un dernier tir que Porter ne rentrera pas.

Le second tour, face aux Hawks d'Atlanta, n’est qu’à un sens : les Knicks balayent les Hawks en quatre manches, pour retrouver les Pacers de l'Indiana en finales de Conférence.

Les chances des Knicks sont encore plus amoindries quand Ewing doit mettre un terme à sa saison lors du second match des finales des Conférences, à cause d’un tendon d’achille partiellement déchiré. Les Knicks mènent la série deux manches à un grâce à une action à 4 points (panier à 3 pts plus la faute) de Larry Johnson dans les derniers instants du match. Les Knicks s’imposent finalement en six manches, pour accéder aux finales NBA face aux Spurs de San Antonio.

Sans Patrick Ewing, et avec un Larry Johnson limité par une blessure au genou, les Knicks sont battus en cinq manches par les Spurs menés par le duo d’intérieurs Duncan-Robinson.

La saison des Knicks n’en reste pas moins fantastique, New York a réussi l’incroyable performance d’être la première équipe classée huitième en playoffs à atteindre les finales NBA.

1999-2003 : l’après Ewing[modifier | modifier le code]

En 1999-2000, malgré l’apport limité de Patrick Ewing qui ne joue que 60 matchs, les Knicks remportent 50 victoires, synonyme de deuxième place dans la Conférence Est. Après avoir rapidement disposé de Toronto au premier tour, New York affronte pour la quatrième année consécutive le Heat de Miami, qu’ils éliminent en sept manches. Mais les Knicks ne retourneront pas en finales NBA, battus par les Pacers en six manches lors des finales de Conférence.

Durant l’été 2000, l’emblématique Patrick Ewing est transféré dans un échange à quatre équipes aux SuperSonics de Seattle. Plutôt que de laisser Ewing prendre sa retraite à New York, le General Manager Scott Layden a préféré échanger Ewing, dans sa dernière année de contrat, pour récupérer quelques joueurs en échange. Mais aucun des trois joueurs (Glen Rice, Luc Longley et Travis Knight) obtenus n’aura un impact significatif à New York.

Pour leur première saison en seize ans sans Patrick Ewing, les Knicks remportent 48 victoires. Mais pour la première fois en dix ans ils ne dépassent pas le premier tour des play-offs, en étant battus en cinq manches par les jeunes Raptors de Vince Carter.

La saison 2001-02 débute difficilement, et Van Gundy démissionne après dix-neuf matchs alors que l’équipe a un bilan de dix victoires pour neuf défaites. Don Chaney est alors nommé entraîneur. Les résultats sont catastrophiques et New York manque les playoffs pour la première fois en quinze ans. Marcus Camby, qui a manqué la majeure partie de la saison sur blessure, est transféré aux Nuggets de Denver contre Antonio McDyess.

La malchance s’en mêle, et McDyess, auteur d’une présaison très prometteuse, se blesse dans le dernier match de préparation et doit manquer la saison complète. Le départ catastrophique en saison pénalise la franchise dans la course aux play-offs, qui ne finit qu’avec 37 victoires pour 45 défaites. De nombreux fans demandent la tête de Layden, qu’ils considèrent comme responsable de la débandade actuelle. Durant l’intersaison 2003, Sprewell est transféré dans un échange à trois équipes à Minnesota, New York récupère Keith Van Horn.

2003-2008 : la prise de pouvoir d'Isiah Thomas[modifier | modifier le code]

La saison 2003-04 démarre presque aussi mal que la saison précédente. Layden est finalement débarqué et Isiah Thomas est nommé General Manager. Thomas a déjà été le General Manager des Raptors lors de leur arrivée en NBA. Thomas remodèle alors entièrement l’équipe, avec notamment McDyess qui est échangé à Phoenix contre Stephon Marbury. Thomas met également un nouvel entraîneur à la tête de l’équipe : le légendaire Lenny Wilkens, l’entraîneur avec le plus grand nombre de victoires de l’histoire de la NBA, qui a lui-même grandi à New York. Thomas continue les transferts en échangeant Van Horn aux Bucks de Milwaukee contre Tim Thomas et en acquérant Nazr Mohammed en provenance d’Atlanta. Qualifiés surprise pour les playoffs, les Knicks sont rapidement balayés par leurs voisins du New Jersey.

À l’intersaison 2004, les Knicks signent Jamal Crawford, pour former un trio d’arrière intéressant avec Allan Houston et Stephon Marbury. L’effectif est néanmoins surchargé de joueurs surpayés avec des longs contrats, et Isiah Thomas ne semble pas inverser la tendance en échangeant le jeune Nazr Mohammed aux Spurs contre le vieillissant Malik Rose qui a encore un contrat long de quatre ans.

Les mauvais résultats poussent Lenny Wilkens à démissionner, et Herb Williams, l’entraîneur intérimaire jusqu’à la fin de la saison, ne permet pas à l’équipe de s’améliorer. Les Knicks manquent les playoffs pour la troisième fois en quatre ans.

En juillet 2005, Larry Brown, New Yorkais d'origine, devient le 22e entraîneur des Knicks. Il est nommé à la suite de son titre de champion NBA avec les Pistons de Detroit en 2004 et du doublé manqué d'une manche la saison suivante. Alors qu’Allan Houston, trop gêné par sa blessure au genou, annonce sa retraite sportive, Isiah Thomas se lance dans une vaste opération de renouvellement de l’effectif. La draft 2005 est l’occasion de choisir Channing Frye (en huitième position) et David Lee (30e). Kurt Thomas est envoyé à Phoenix en échange de Quentin Richardson et des droits de Nate Robinson drafté par les Suns en 21e position. Isiah Thomas échange également trois joueurs (Tim Thomas, Michael Sweetney et Jermaine Jackson) plus leur premier choix de draft 2006 contre le prometteur pivot des Bulls, Eddy Curry. Si en termes de talent les Knicks semblent gagnants, le pari est risqué, Curry ayant souffert de battements du cœur irréguliers lors des playoffs précédents. Les Bulls ont préféré se séparer de leur pivot plutôt que de prendre le risque d'un contrat à long terme.

Après un départ difficile, les Knicks explosent en vol durant le mois de décembre 2005 qu’ils terminent avec deux victoires pour douze défaites. Auteur d’un mois de janvier plus équilibré, la franchise réalise un mois de février cauchemardesque avec onze défaites au compteur. Antonio Davis est alors échangé contre Jalen Rose des Toronto Raptors.

Lors du All-Star Game, Nate Robinson remporte le concours de dunks et Quentin Richardson atteint les finales du concours de tirs à 3 points.

Juste avant la clôture des transferts, Steve Francis l’arrière All-Star du Magic d'Orlando en mauvais termes avec sa franchise et désireux de changer d'équipe arrive en échange d’Anfernee Hardaway (dont le contrat expire en fin de saison) et Trevor Ariza. En attendant, les Knicks se retrouvent avec deux meneurs très peu complémentaires et une masse salariale s’élevant à plus de 120 millions de dollars ce qui constitue un record. La franchise termine la saison 2005-2006 sur un bilan de 23 victoires pour 59 défaites, soit son plus mauvais résultat depuis 1986. Dernier de la Conférence Est et de la ligue, les Knicks ne participent bien entendu pas aux play-offs. Ces résultats décevants coûtent finalement sa place à Larry Brown au profit d'Isiah Thomas[4], ce dernier cumulant pour la saison 2006-07 les fonctions d'entraîneur et de manager général.

Le 16 décembre 2006, lors de la rencontre opposant les Knicks de New York aux Nuggets de Denver au Madison Square Garden une bagarre générale éclate alors qu'il restait moins de deux minutes de jeu et que le sort de la partie était déjà joué (119 à 100 pour Denver). L'altercation commence à la suite d'une faute grossière de Mardy Collins sur J. R. Smith parti en contre-attaque, les deux joueurs en viennent aux mains, puis le reste des joueurs, Nate Robinson et J. R. Smith se battent même dans les tribunes. La tension retombe après l'intervention de la sécurité et de certains joueurs qui tentent de calmer les esprits, c'est alors que Carmelo Anthony assène un coup de poing au visage de Mardy Collins, son coéquipier Jared Jeffries tente de faire justice lui-même mais les joueurs et sécurité l'en empêche évitant que la situation ne dégénère. Certains médias accusent l'entraîneur des Knicks Isiah Thomas d'avoir demandé à ses joueurs de durcir la fin de match car les Nuggets ont conservé leur cinq majeur jusqu'à la fin pour humilier son équipe.[réf. nécessaire] Finalement dix joueurs sont expulsés par les arbitres, cette affaire rappelle une autre rixe entre Ron Artest et Ben Wallace. À l'époque Artest avait été suspendu pour le reste de la saison. Quelques jours plus tard la NBA sanctionne Carmelo Anthony de 15 matchs de suspension, Nate Robison et J. R. Smith de 10 matchs, ainsi que 6 et 4 respectivement pour Mardy Collins et Jared Jeffries.

Le soir de la draft 2007 les Knicks de New York échangèrent Steve Francis et Channing Frye contre Fred Jones, Zach Randolph, Dan Dickau et un second tour de draft des Trail Blazers de Portland. Les Knicks se débarrassent ainsi du contrat très gênant de Steve Francis, mais récupèrent un contrat tout aussi gênant avec Zach Randolph qui possède même un contrat plus long.

Malgré cette acquisition, la saison des New Yorkais est encore plus catastrophique que la précédente, il terminent à la 14e place de la conférence Est avec un bilan plus que décevant de 23 victoires pour 59 défaites. Dans cet élan de médiocrité, seuls quelques joueurs de l'équipe émergent : Jamal Crawford, auteur de sa meilleure saison statistique, David Lee et Nate Robinson, continuant leur progression et le rookie Wilson Chandler, auteur de belles performances en fin de saison. Durant le mois d'avril, Isiah Thomas est consécutivement démis de ses fonctions de président des opérations basket, puis d'entraîneur. Il reste malgré tout dans l'équipe technique.

2008-2010 : l'après Isiah Thomas[modifier | modifier le code]

Isiah Thomas parti, c'est Donnie Walsh, ancien GM des Pacers de l'Indiana, qui prend la tête des opérations basket des Knicks. En mai 2008, c'est Mike D'Antoni, désireux de quitter les Suns de Phoenix, qui est engagé en tant qu'entraîneur[5].

À la recherche d'un meneur lors de la draft, le duo Walsh-d'Antoni sélectionne finalement Danilo Gallinari, jeune ailier italien de 19 ans. À l'annonce du nom du joueur, certains fans se mirent à le huer, sans doute à cause du fait qu'ils ne le connaissaient pas, ou peu, et qu'ils s'attendaient à la sélection d'un meneur.

Durant l'intersaison, Donnie Walsh annonce clairement son intention de prendre son temps vis-à-vis des transferts, c'est ainsi que durant l'été Les Knicks ne recrutent que les meneurs agents-libre Chris Duhon et Anthony Roberson, et obtiennent Patrick Ewing Jr. des Rockets de Houston, le fils de Patrick Ewing, contre les droits de Frédéric Weis, drafté au premier tour en 1999.

Après un début laborieux, les Knicks reprennent du poil de la bête au début du mois de décembre 2009 et restent en course pour les play-off. Mais c'est finalement loupé. Les Knicks finissent la saison avec encore une fois un bilan négatif. Cependant, il a pu être constaté quelques progressions dans l'effectif. Tout d'abord David Lee, même s'il est annoncé partant, a confirmé qu'il était bien le leader de son équipe, Danilo Gallinari, lui a explosé en finissant la saison avec 15,3 points par match, Bill Walker a lui montré qu'il pouvait bien aider l'équipe et le jeune Toney Douglas, finit la saison avec une moyenne de 8,2 points par match. New York possède donc déjà une bonne ossature de jeunes prometteurs. Reste à savoir qui restera, qui partira et qui signera.

Après 2010 : l’ère Carmelo Anthony[modifier | modifier le code]

Amar'e Stoudemire s'engagera avec New York lors de la saison 2010-2011.
Carmelo Anthony signera aux Knicks en 2011.

À défaut d'avoir réussi à attirer le MVP LeBron James, les Knicks signent Amar'e Stoudemire, un des agents libres les plus côtés de l'intersaison 2010. Ils engagent aussi le meneur Raymond Felton et le pivot français Ronny Turiaf[6]. Ils doivent cependant laisser partir David Lee à Golden State. Les Knicks possèdent désormais une équipe jeune et talentueuse, qui se bat pour une qualification en playoffs. Mais, leur appétit continue, en février 2011, après des mois de négociations et de rumeurs, les Knicks obtiennent Carmelo Anthony et Chauncey Billups dans un échange à trois équipes (New York, Denver et Minnesota) et treize joueurs (records nba égalé). Dans ce transfert, les Knicks perdent certes beaucoup de jeunes joueurs et/ou talentueux (Wilson Chandler, Danilo Gallinari, Raymond Felton et Timofeï Mozgov, tous partis à Denver), mais ils récupèrent aussi deux joueurs multiples All-Star (Chauncey Billups et Carmelo Anthony, qui arrivent de Denver) et ils se débarrassent aussi du gros contrat d'Eddy Curry (parti à Minnesota), signé à l'époque d'Isiah Thomas (2003-2008). Après cette arrivée, il y aura plusieurs rumeurs concernant l'arrivée éventuelle de Chris Paul pour former un 'Big Three (avec Amare Stoudemire et Carmelo Anthony) mais il partira aux Clippers de Los Angeles durant l'intersaison 2011. À la fin de la saison, les Knicks se qualifient pour les playoffs pour la première fois depuis 2004. Mais durant les playoffs, ils doivent cependant faire face aux blessures de leurs joueurs majeurs et subissent un sweep par les Celtics de Boston au premier tour.

Au premier tour de la Draft NBA 2011 avec le 17e pick les Knicks sélectionnent le meneur des Yellow Jackets de Georgia Tech, Iman Shumpert. La saison NBA 2011-2012 ne démarre que le 25 décembre 2011 pour cause d'une grève générale appelée: Lock-out. Pendant cette période les Knicks vont se séparer du meneur Chauncey Billups et du Français Ronny Turiaf pour acquérir le meneur Baron Davis et l'intérieur tenant du titre Tyson Chandler.

Malgré une série de sept victoires en milieu de saison (du 4 au 15 février) grâce à la révélation de Jeremy Lin, Mike D'Antoni démissionne le 14 mars 2012 pour divergence sportive après une série de six défaites et il est remplacé par son adjoint Mike Woodson. Les Knicks retrouveront les playoffs mais ils seront battue en 5 matchs par les futurs champions, le Heat de Miami. La complémentarité et l'entente sur le terrain des deux superstars (Amare Stoudemire et Carmelo Anthony) est remis en cause.

Palmarès[modifier | modifier le code]

Effectif actuel[modifier | modifier le code]

Knicks de New York
Effectif actuel
Entraîneur: Derek Fisher
Ailier 4 Drapeau des États-Unis Quincy Acy Baylor
Pivot 45 Drapeau des États-Unis Cole Aldrich Kansas
Ailier 7 Drapeau des États-Unis Carmelo Anthony (C) Syracuse
Ailier fort 77 Drapeau de l'Italie Andrea Bargnani Italie
Meneur 3 Drapeau de l'Espagne José Calderón Espagne
Pivot 11 Drapeau d'Haïti Drapeau du Canada Samuel Dalembert Seton Hall
Ailier 17 Drapeau des États-Unis Cleanthony Early (R) Wichita
Arrière 5 Drapeau des États-Unis Tim Hardaway, Jr. Michigan
Arrière 0 Drapeau des États-Unis Shane Larkin Miami
Meneur 9 Drapeau de l’Argentine Pablo Prigioni Argentine
Arrière 21 Drapeau des États-Unis Iman Shumpert Georgia Tech
Ailier, Arrière 8 Drapeau des États-Unis J. R. Smith Saint Benedict's PS
Ailier fort, Pivot 14 Drapeau des États-Unis Jason Smith Colorado
Ailier fort, Pivot 1 Drapeau des États-Unis Amar'e Stoudemire (C) Cypress Creek High School
Ailier 6 Drapeau des États-Unis Travis Wear (R) UCLA
(C) - Capitaine (AL) - Agent libre (R) - Rookie (ou Recrue) - Injured Blessé

Personnalités de la franchise[modifier | modifier le code]

Joueurs[modifier | modifier le code]

Trophées individuels[modifier | modifier le code]

Photo en noir et blanc d'un joueur en train de tenter un tir de la main gauche.
Willis Reed en 1972.

Un seul joueur remporte le trophée de meilleur joueur de la ligue, NBA Most Valuable Player, Willis Reed, lors de la saison 1969-1970[7], saison où les Knicks remportent le titre NBA à l'issue de Finales NBA disputées en sept manches. Reed, bien qu'absent lors de la sixième rencontre et très handicapé lors de l'ultime match, remporte également le titre de de meilleur joueur des finales, National Basketball Association Finals Most Valuable Player Award. Il remporte ce dernier titre une deuxième fois, lors de la victoire des Knicks en cinq manches, de nouveau face aux Lakers de Los Angeles[8]. Willis Reed remporte un troisième trophée lors de la saion 1969-1970 : il est désigné meilleur joueur, All-Star Game Most Valuable Player, du NBA All-Star Game 1979.

Portrait, légèrement de profil, d'un homme en costume.
Patrick Ewing

Trois joueurs des Knicks obtiennent le titre de meilleur débutant de l'année, NBA Rookie of the Year : Willis Reed en 1965, Patrick Ewing en 1986 et Mark Jackson en 1988[9]. À ce titre, ils figurent dans le premier cinq des débutant[10]. Les autres joueurs des Knicks à obtenir cette dernière récompense sont Art Heyman en 1964, Jim Barnes en 1965, Howard Komives en 1965, Dick Van Arsdale en 1966, Cazzie Russell en 1967, Walt Frazier en 1968, Phil Jackson en 1968, Bill Cartwright en 1980, Darrell Walker en 1984, Channing Frye en 2006, Landry Fields en 2011 et Iman Shumpert en 2012[10]. Rod Strickland est lui désigné dans le deuxième cinq en 1989[10].

Harry Gallatin, en 1954, Walt Frazier en 1970, 1972, 1974, 1975, Willis Reed en 1970, Bernard King en 1984, 1985 et Patrick Ewing en 1990 sont le seuls joueurs des Knicks à figurer au sein du premier cinq de la NBA, All-NBA First Team[11]. D'autres joueurs sont désignés dans les deux autres meilleurs cinq NBA : Carl Braun en 1948, 1954, Dick McGuire en 1951, Harry Gallatin en 1955, Richie Guerin en 1959, 1960, 1962, Willis Reed en 1967, 1968, 1969, 1971, Dave DeBusschere en 1969, Walt Frazier en 1971, 1973, Patrick Ewing en 1988, 1989, 1991, 1992, 1993, 1997, Amar'e Stoudemire en 2011 et Carmelo Anthony en 2013 figurent dans le deuxième cinq NBA[11]. Carmelo Anthony et Tyson Chandler sont tous les deux présent dans le troisième cinq NBA 2012[11].

Tyson Chandler est désigné meilleur défenseur de la ligue, NBA Defensive Player of the Year en 2012. Il ne figure toutefois pas dans le premier cinq défensif de cette saison, terminant dans le deuxième cinq[Notes 1]. Il obtient une place au sein de celui-ci la saison suivante. Les autres joueurs figurant dans un meilleur cinq défensif sont Dave DeBusschere en 1969, 1970, 1971, 1972, 1973, 1974, Walt Frazier en 1969, 1970, 1971, 1972, 1973, 1974, 1975, Willis Reed en 1970, Micheal Ray Richardson en 1981 et Charles Oakley en 1994. Patrick Ewing en 1988, 1989, 1992, John Starks en 1993, Charles Oakley en 1998 et donc Tyson Chandler en 2012 figurent dans le deuxième cinq[12].

Trois joueurs obtiennent le titre de NBA Sixth Man of the Year, meilleur sixième homme de la saison : Anthony Mason en 1995, John Starks en 1997, J. R. Smith en 2013[13].

Maillots retirés[14]
Numéro Nom du joueur Date
10 Walt Frazier 15 décembre 1979
12 Dick Barnett 10 mars 1990
15[Notes 2] Earl Monroe 1er mars 1986
15[Notes 2] Dick McGuire 14 mars 1992
19 Willis Reed 21 octobre 1976
22 Dave DeBusschere 24 mars 1981
24 Bill Bradley 18 février 1984
33 Patrick Ewing 28 février 2003
613 Red Holzman 10 mars 1990

Huit joueurs se sont vu honorés par la franchise en voyant leur Maillot retiré[15]. Une neuvième personnalité des Knicks se voit ainsi honorer par un numéro retiré : Red Holzman se voit attribué un numéro 613 pour ses 613 victoires en tant qu’entraîneur avec les Knicks.

Quinze joueurs des Knicks sont honorés par une introduction au sein du Basketball Hall of Fame : Tom Gola, joueur des Knicks de 1962 à 1966, est le premier d'entre eux, en 1976. Suivent ensuite Jerry Lucas en 1980, Bill Bradley, Slater Martin et Willis Reed en 1982, Dave DeBusschere en 1983, Walt Frazier en 1987, Earl Monroe en 1990, Harry Gallatin en 1991, Dick McGuire en 1993, Bob McAdoo en 2000, Patrick Ewing en 2008, Richie Guerin et Bernard King en 2013[16].

De nombreux joueurs obtiennent des sélections pour le NBA All-Star Game alors qu'ils évoluent sous le maillot des Knicks : Carmelo Anthony, Vince Boryla, Bill Bradley, Carl Braun, Bill Cartwright, Tyson Chandler, Len Chappell, Nathaniel Clifton, Dave DeBusschere, Patrick Ewing, Walt Frazier, Harry Gallatin, Tom Gola, Johnny Green, Richie Guerin, Allan Houston, Mark Jackson, Bernard King, David Lee, Bob McAdoo, Dick McGuire, Earl Monroe, Willie Naulls, Charles Oakley, Willis Reed, Micheal Ray Richardson, Kenny Sears, Latrell Sprewell, John Starks, Amar'e Stoudemire, Max Zaslofsky[17]. Parmi ceux-ci, Patrick Ewing est le joueur qui compte le plus de sélections avec onze, devant Harry Gallatin, Walt Frazier, et Willis Reed, sept sélections chacun.

Statistiques[modifier | modifier le code]

Meilleurs marqueurs de l'Histoire de la franchise
Place Nom du joueur Pays Points
1er Patrick Ewing 1985 - 2000 Drapeau des États-Unis États-Unis 23 665
2e Walt Frazier 1967 - 1977 Drapeau des États-Unis États-Unis 14 617
3e Willis Reed 1964 - 1974 Drapeau des États-Unis États-Unis 12 183
4e Allan Houston 1996 - 2005 Drapeau des États-Unis États-Unis 11 165
5e Carl Braun 1947 - 1950 / 1952 - 1961 Drapeau des États-Unis États-Unis 10 449
6e Richie Guerin 1956 - 1963 Drapeau des États-Unis États-Unis 10 392
7e Earl Monroe 1971 - 1980 Drapeau des États-Unis États-Unis 9 679
8e Dick Barnett 1965 - 1973 Drapeau des États-Unis États-Unis 9 442
9e Bill Bradley 1966 - 1977 Drapeau des États-Unis États-Unis 9 217
10e Bill Cartwright 1979 - 1988 Drapeau des États-Unis États-Unis 9 006
Dernière mise à jour : le 2 décembre 2014
En gras : Joueurs évoluant toujours dans la franchise

Patrick Ewing est le joueur disputant le plus de rencontres de saison régulière avec 1 039, ce qui le place également en tête du classement des minutes disputées avec 37 586. Il devance Walt Frazier, 759 rencontres, Bill Bradley, 742, Carl Braun, 740, Phil Jackson, 732. Grâce à sa fidélité à sa franchise, Ewing domine de nombreuses statistiques : il est le joueur qui totalise le plus de points avec 23 665, de rebonds, 10 759, dont 8 191 défensifs et 2 568 offensifs, uniquement devancé dans cette dernière catégorie par Charles Oakley. Il domine également le total des contres avec 2 758 et d'interceptions, 1 061. Il possède également les records de statistiques plus négatives : il est le joueur concédant le plus de pertes de balles avec 3 321 et possédant le plus de fautes personnelles avec 3 676. Ewing domine les classements du nombre de tirs tentés, 18 224, et réussis, 2 758, et des lancer-francs, tant tentés 6 904 que réussis avec 5 126.

Au classement des points, Ewing domine Walt Frazier, Willis Reed, Allan Houston et Carl Braun. Pour le classement des rebonds, il devance Willis Reed, Charles Oakley, Harry Gallatin et Willie Naulls. Pour les contres, ses suivants sont Bill Cartwright, Marvin Webster, Kurt Thomas et Marcus Camby. Pour les interceptions, Ewing occupe la tête devant Charles Oakley, Micheal Ray Richardson, Ray Williams et Charlie Ward. Le classement du nombre de passes est dominé par Walt Fraier avec 4 791, devant Mark Jackson, Dick McGuire, Carl Braun et Richie Guerin.

Records individuels[18]
Statistique Nom du joueur Nombre
Meilleur marqueur Patrick Ewing 23 665 points
Meilleur passeurs Walt Frazier 4 791 passes décisives
Meilleur rebondeur Patrick Ewing 10 759 rebonds
Meilleur contreur Patrick Ewing 2 758 contres
Meilleur intercepteur Patrick Ewing 1 061 interceptions
Matchs joués Patrick Ewing 1 039 matchs joués
Dernière mise à jour : le le 20 avril 2013
* Joueur jouant toujours dans la franchise.

Bob McAdoo est le joueur possédant la meilleure moyenne de points marqués avec les Knicks avec 26,7. Deux joueurs de l'effectif de la saison 2013-2014 figurent également dans le top 5 avec Carmelo Anthony et Amar'e Stoudemire, les deux autres membres de ce top 5 étant Bernard King avec 26,5 et Pat Ewing avec 22,8. Walt Bellamy possède la meilleure moyenne pour les rebonds avec 13,3, Willis Reed 12,9, Harry Gallatin, 12,1, Bob McAdoo 12,0 et Willie Naulls 11,7. Mark Jackson est le meilleur passeur avec 8,0, devant Micheal Ray Richardson, 7,1, Raymond Felton, 7,0, Stephon Marbury 7,0 et Chris Duhon 6,5. Patrick Ewing est le meilleur contreur avec 2,7 et Micheal Ray Richardson le meilleur intercepteur avec 2,6.

Pour les performances sur une saison, la meilleure moyenne sur une saison pour les points est l’œuvre de Bernard King lors de la saison 1984-1985 avec 32,9. Pour les rebonds, la meilleure moyenne est détenue par Walt Bellamy avec 16,0 en 1965-1966. La meilleure saison à la passe est l’œuvre de Mark Jackson avec 10,6 en 1987-1988, Micheal Ray Richardson détenant le record avec 3,2 interceptions en 1979-1980 et Patrick Ewing celui des contres avec 4,0 en 1989-1999. Le plus grand nombre de points réussis sur une saison est de 2 347, par Patrick Ewing en 1989-1990. Willis Reed, avec 1 191 rebonds en 1968-1969, Mark Jackson, 868 passes en 1987-1988, Micheal Ray Richardson, 265 interceptions en 1979-1980 et Patrick Ewing, 327 contres en 1989-1990 sont les autres détenteurs des meilleurs totaux sur une seule saison.

Deux joueurs remportent le titre de meilleur marqueur de la ligue : Bernard King lors de la saison 1984-1985 et Carmelo Anthony en 2012-2013.

Entraîneurs[modifier | modifier le code]

Vingt-cinq entraîneurs ont dirigé les Knicks au cours de leur histoire[19]. Deux obtiennent le titre de NBA Coach of the Year lors d'une saison où ils dirigent les Knicks : Red Holzman lors de la saison 1972-1973 où les Knicks remportent le titre NBA face aux Lakers de Los Angeles après avoir terminé deuxième de la division Atlantique, et Pat Riley en 1992-1993, saison où les Knicks terminent avec le meilleur bilan de la ligue avec les Suns de Phoenix avant de s'incliner en finale de conférence face aux Bulls de Chicago[20]. Riley est l'entraîneur avec le meilleur pourcentage de victoires en saison régulière avec 68 %[19]. Holzman est l'entraîneur comptant le plus de matchs dirigés, gagnés et perdus en saison régulière et en playoffs, ainsi que le meilleur pourcentage de victoires en playoffs avec 55,7 % devant Riley, 55,6 %[19]. Deux autres entraîneurs connaissent un pourcentage de victoires positif en playoffs, Jeff Van Gundy et Joe Lapchick[19].


Entraîneurs des Knicks
Numéro Nom Période
1 Neil Cohalan 1947-1947
2 Joe Lapchick 1948-1956
3 Vince Boryla 1956-1958
4 Andrew Levane 1959-1960
5 Carl Braun 1960-1961
6 Eddie Donovan 1962-1965
7 Harry Gallatin 1965-1966
8 Dick McGuire 1966-1968
9 Red Holzman 1968-1982
10 Willis Reed 1978-1979
11 Hubie Brown 1983-1987
12 Bob Hill 1987-1987
13 Rick Pitino 1988-1989
Numéro Nom Période
14 Stu Jackson 1990-1991
15 John MacLeod 1991-1991
16 Pat Riley 1992-1995
17 Jeff Van Gundy 1996-2002
18 Don Nelson 1996-1996
19 Don Chaney 2002-2004
20 Herb Williams 2004-2005
21 Lenny Wilkens 2004-2005
22 Larry Brown 2006-2006
23 Isiah Thomas 2007-2008
24 Mike D'Antoni 2009-2012
25 Mike Woodson 2012-2014
26 Derek Fisher 2014-

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Les votants désignant le titre de meilleur défenseur, NBA Defensive Player of the Year, et le premier cinq défensif, NBA All-Defensive Team : le premier titre est désigné par un panel de journaliste. Le second est désigné par un vote des entraîneurs des franchises.
  2. a et b Le numéro 15 est retiré à deux reprises, en 1986 pour Earl Monroe et en 1992 pour Dick McGuire.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Seuls les principaux titres en compétitions officielles sont indiqués ici.
  2. (en) Why Knickerbockers? sur NBA.com
  3. (en) Rookie records sur NBA.com
  4. (fr) Lequipe.fr, « Larry Brown licencié »,‎ 22 juin 2006 (consulté le 4 mai 2010)
  5. (fr) Lequipe.fr, « Mike D'Antoni nouveau coach »,‎ 10 mai 2008 (consulté le 4 mai 2010)
  6. « Turiaf chez les Knicks (officiel) », L'Equipe,‎ 10 juillet 2010 (consulté le 11 juillet 2010)
  7. (en) « NBA & ABA Most Valuable Player Award Winners », sur basketball-reference.com
  8. (en) « NBA & ABA Finals Most Valuable Player Award Winners », sur basketball-reference.com
  9. (en) « NBA & ABA Rookie of the Year Award Winners », sur basketball-reference.com
  10. a, b et c (en) « NBA & ABA All-Rookie Teams », sur basketball-reference.com
  11. a, b et c (en) « All-NBA & All-ABA Teams », sur basketball-reference.com
  12. (en) « NBA & ABA All-Defensive Teams », sur basketball-reference.com
  13. (en) « NBA & ABA Sixth Man of the Year Award Winners », sur basketball-reference.com
  14. (en) « New York Knicks - Retired or Honored Numbers », sur basketball-reference.com
  15. (en) « New York Knicks - Retired or Honored Numbers », sur basketball-reference.com
  16. (en) « New York Knicks Hall of Famers », sur basketball-reference.com
  17. (en) « New York Knicks All-Star Game Selections », sur basketball-reference.com
  18. (en)« New York Knicks Career Leaders », sur basketball-reference.com (consulté le 28 avril 2013)
  19. a, b, c et d (en) « New York Knicks Coaches », sur basketball-reference.com
  20. (en) « NBA & ABA Coach of the Year Award Winners », sur basketball-reference.com

Liens externes[modifier | modifier le code]