Ricky Rubio

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Rubio.
Ricky Rubio Portail du basket-ball
20140101 Ricky Rubio.JPG
Fiche d’identité
Nom complet Ricard Rubio Vives
Nationalité Drapeau de l'Espagne Espagne
Naissance 21 octobre 1990 (23 ans)
El Masnou, Espagne
Taille 1,92 m (6 4)[1], 1,93 m (6 4)
Poids 82 kg (180 lb)
Surnom La Pistola, Tricky Rubio
Situation en club
Club actuel Drapeau des États-Unis Timberwolves du Minnesota
Numéro 9
Poste Meneur
Draft NBA
Année 2009
Position 5e
Franchise Timberwolves du Minnesota
Carrière professionnelle *
Saison Club Moy. pts
2005-2006
2006-2007
2007-2008
2008-2009
2009-2010
2010-2011
2011-2012
2012-2013
2013-2014
Joventut Badalona
Joventut Badalona
Joventut Badalona
Joventut Badalona
FC Barcelone
FC Barcelone
Timberwolves du Minnesota
Timberwolves du Minnesota
Timberwolves du Minnesota
02,6
04,5
10,2
09,8
06,4
04,8
10,6
10,7
09,5
Sélection en équipe nationale **
2006- Drapeau : Espagne Espagne

* Points marqués dans chaque club comptant pour le championnat
national et les compétitions nationales et continentales.
** Points marqués pour l’équipe nationale en match officiel.

Ricard Rubio Vives, plus connu sous le nom de Ricky Rubio, est un joueur professionnel espagnol de basket-ball né le 21 octobre 1990 à El Masnou, près de Barcelone. À 14 ans, Rubio est le plus jeune joueur à entrer en jeu dans l'histoire de la Liga ACB.

Sélectionné en cinquième position lors de la draft NBA 2009 par les Timberwolves du Minnesota, et après de nombreuses discussions, il se déclare pas encore suffisamment mûr pour rejoindre la ligue nord-américaine. Il rejoint le club du FC Barcelone qui rachète le contrat que Rubio avait signé plus tôt dans la saison avec son club DKV Joventut. Durant la saison 2009-2010, il participe à la seconde victoire du FC Barcelone en Euroligue. Il rejoint les Timberwolves pour la saison 2011-2012.

Avec la sélection espagnole, il est double champion d'Europe et finaliste des Jeux olympiques de 2008.

Biographie[modifier | modifier le code]

Carrière en Espagne[modifier | modifier le code]

Ricky Rubio, de face et de plain-pied.
Ricky Rubio avec le maillot de Joventut Badalone.

Rubio joue son premier match en Liga ACB avec la Joventut Badalona le 15 octobre 2005[2]. Il est le plus jeune joueur à entrer en jeu en Liga (à 14 ans et 11 mois)[3]. L'équipe remporte l'Eurocoupe face au BC Khimki Moscou lors de la saison 2005-2006.

Rubio finit la saison 2006-2007 à la place de meilleur intercepteur de la Liga ACB et remporte le trophée de meilleur jeune. Le 24 octobre 2006, Rubio joue sa première rencontre en Euroleague face au Panathinaïkos d'Athènes. Il est alors remplaçant du meneur titulaire Elmer Bennett. Pendant sa première saison en Euroleague, Rubio fait 2,8 passes décisives de moyenne par rencontre et est le meilleur intercepteur de la saison (3,5 interceptions) en seulement 18 minutes de jeu par rencontre[4].

En 2008, la Joventut remporte la coupe ULEB face au CB Girona. En Liga ACB, Rubio est titulaire et en 23 minutes de jeu, il marque 10,5 points et donne 4 passes décisives en moyenne[5]. Il est nommé meilleur meneur de la Liga ACB pour la saison 2007-2008.

vue éloignée de Rubio, seul, proche du centre du terrain.
Ricky Rubio avec le maillot du FC Barcelone.

Le 20 avril 2009, Rubio annonce qu'il se présente à la draft NBA 2009. Considéré comme l'un des possibles premiers choix de la draft, il est finalement choisi en cinquième position par les Timberwolves du Minnesota[6]. Le règlement de la NBA stipule qu'un club NBA ne peut débourser plus de 500 000 dollars[7] pour acheter le contrat d'un rookie ce qui pose problème car le contrat de Rubio avec la Joventut met une clause libératoire à 6 millions d'euros. Malgré l'annonce d'un accord entre le club NBA et la Joventut, ce dernier club annonce que le joueur, se sentant le besoin de mûrir davantage, rejoint le club espagnol du FC Barcelone. Le 1er septembre 2009, il signe un contrat de six ans, avec une clause libératoire pour pouvoir partir en NBA à l'issue de la saison 2010-2011, avec le Barça[8]. Ce dernier club présente alors une ligne arrière composée de Juan Carlos Navarro, revenu depuis la saison précédente d'une saison passée en NBA, et Ricky Rubio. Cette doublette participe grandement à une saison européenne ponctuée d'une victoire lors du Final Four (tournoi à 4) de l'Euroligue. Rubio est honoré à titre individuel par une élection au titre de meilleur joueur de la dixième journée, en compagnie du Lituanien Ramūnas Šiškauskas[9]. Toutefois, le club catalan échoue en finale de la Liga ACB face au Tau Vitoria qui l'emporte en trois manches sèches. Il est également honoré en Espagne en terminant dans le cinq idéal de la ligue, équipe dominée par Barcelone avec également la présence de Navarro et Erazem Lorbek, les deux autres joueurs étant Carlos Suárez et Tiago Splitter[10].

Lors de la saison 2010-2011, les statistiques de Rubio stagnent : malgré un temps de jeu en hausse, 23 minutes 29 contre 19 minutes 85, sa moyenne de points passe de 6,59 en 2010 à 5,29 à 2011, de 4,38 à 4,41 pour les passes ; la moyenne de rebonds progresse de 2,62 à 3,34[11]. En Euroligue cette stagnation est également présente : 6,5 points, 3,5 passes, 3,2 rebonds en 2010-2011[12] contre 6,8 points, 4,1 passes et 2,9 la saison précédente[13] malgré un temps de jeu augmenté de près de deux minutes. Barcelone remporte cependant la coupe d'Espagne mais échoue en quart-de-finale de l'Euroligue face au futur vainqueur, le Panathinaïkos. Il remporte son premier titre de champion d'Espagne après une victoire de Barcelone sur Bilbao sur le score de trois à zéro. En juin 2011, Rubio annonce qu'il va jouer aux Timberwolves du Minnesota lors de la saison 2011-2012[14].

Débuts en NBA[modifier | modifier le code]

Avec en moyenne 7,6 passes décisives, Ricky Rubio est, après huit matches, le 10e passeur de la NBA. Il égale le record de 14 passes décisives délivrées dans un de ses huit premiers matchs, record que seul Ernie DiGregorio des Braves de Buffalo en 1973, Bryan Warrick des Bullets de Washington en 1982 et Greg Grant des Suns de Phoenix en 1989 avaient réalisé[15]. Il termine son premier mois de compétition en NBA en obtenant le titre de meilleur débutant du mois de janvier de la conférence Ouest, NBA Western Conference rookie of the month, grâce à des statistiques de 11,4 points, 8,9 passes et 2,24 interceptions[16].

Le 9 mars 2012, dans un match face aux Lakers de Los Angeles, Rubio se tord le ligament croisé antérieur du genou gauche. Cette blessure nécessite une opération chirurgicale qui empêchera Rubio de rejouer lors de la saison 2011-2012 ainsi que de participer aux Jeux olympiques de Londres avec l'équipe d'Espagne[17].

Malgré cette blessure, il termine deuxième derrière Kyrie Irving du vote déterminant le NBA Rookie of the Year avec 170 points, Irving en totalisant 952[18]. Les deux hommes font partie des meilleurs débutants, NBA All-Rookie Team, en compagnie de Kenneth Faried, Klay Thompson. Trois joueurs se partagent la dernière place : Brandon Knight, Kawhi Leonard, Iman Shumpert[19].

Ricky Rubio revient à la compétition en décembre 2012 après sa blessure au genou gauche. Il dispute le Rising Stars Challenge, match opposant des joueurs de première ou deuxième année en NBA et disputé dans le cadre du NBA All-Star week-end. Il inscrit cinq points et délivre dix passes, partageant la meilleure performance de la rencontre dans cette dernière catégorie statistique avec Isaiah Thomas[20]. Un peu plus tard dans la saison, il réalise son premier triple-double en NBA avec 21 points, 12 passes et 13 rebonds lors d'une victoire 107 à 83 sur les Spurs de San Antonio[21]. Il termine la saison avec des statistiques sensiblement identiques à sa première année avec 10,7 points, 4,0 rebonds et 7,3 passes, malgré un temps de jeu un peu diminué avec 29,7 contre 34,2 minutes la saison précédente[22].

Lors du début de la saison 2013-2014, il réussit son deuxième triple-double en NBA avec 12 points, 14 passes et 10 rebonds, auxquels il ajoute également 5 interceptions, lors d'une victoire 113 à 90 face aux Lakers de Los Angeles au Staples Center[23]. Il réussit un deuxième triple-double, face à Dallas, 22 points, 10 rebonds et 15 passes. Rubio dispute l'ensemble des rencontres de la saison régulière de son équipe dans le cinq de départ, pour des statistiques de 10,8 points, 4,2 rebonds, 8,2 passes et 2,2 interceptions, cette dernière moyenne le plaçant au deuxième rang de la ligue. Il est également au quatrième rang de la ligue à la moyenne des passes. Ses 191 interceptions constituent le meilleur total de la saison et ses 704 passes le deuxième.

Carrière en équipe nationale[modifier | modifier le code]

Après avoir disputé le Championnat d'Europe des 16 ans et moins en 2005, compétition où l'Espagne termine troisième et Rubio termine avec des statistiques de 11,4 points, 6,8 rebonds et 2,9 passes décisives, troisième de la compétition[24], il mène l'année suivante sa sélection au titre de champion d'Europe des moins de 16 ans. Durant le tournoi (sans compter la finale), Rubio réalise deux triple-double dont un quadruple-double, 19 points, 10 rebonds, 13 passes et 11 interceptions en demi-finale[25]. En finale, une victoire 110-106 en double prolongation contre la Russie, il marque 51 points (dont un trois points à la fin du temps réglementaire qui permet à l'Espagne d'égaliser), prend 24 rebonds, fait 12 passes et 7 interceptions. Rubio est le meilleur marqueur, rebondeur, passeur et intercepteur du tournoi et est donc élu meilleur joueur du tournoi.

Rubio joue pour l'équipe des moins de 18 ans en 2007. Il joue en moyenne 28 minutes par match et marque 19,1 points, prend 5 rebonds, donne 4,8 passes et décisives et vole 4 balles par rencontre. L'équipe d'Espagne finit à la 5e place.

En 2008, il est sélectionné par le nouvel entraîneur de l'équipe d'Espagne, Aíto García Reneses, pour participer aux jeux olympiques de Pékin. Il réalise un tournoi moyen[26] et joue la finale contre l'équipe des États-Unis, devenant ainsi le plus jeune joueur à jouer une finale olympique. L'Espagne est battue en finale par les États-Unis 118-107.

En septembre 2009, il fait partie de l'équipe qui remporte le championnat d'Europe. Il joue en moyenne 22,7 minutes par rencontre, marquant 5,9 points et faisant 3,9 passes décisives[27].

Rubio, les deux bras en l'air, tentant de contrer un tir de son adversaire.
Rubio défendant sur Aleksandar Rašić lors du championnat d'Europe 2011.

Rubio participe au championnat du monde 2010. L'Espagne termine à la sixième place en étant éliminée en quart de finale par la Serbie, et en perdant contre l'Argentine lors du match pour la cinquième place. Rubio termine la compétitions avec 4,4 points, 3,1 rebonds et 5,1 passes décisives en 22 minutes.

Le retour en sélection de José Manuel Calderón lors du championnat d'Europe 2011 prive Rubio d'une place dans le cinq de départ. Il n'obtient qu'un temps de jeu de 15 minutes 5 - son coéquipier de Barcelone Víctor Sada étant également très utilisé sur le poste de meneur avec 7 minutes 8 - qu'il met à profit pour inscrire 1,5 points, à 40 % aux tirs mais un très faible 6,7 % à trois points avec une réussite sur quinze tirs tentés[28]. Il ajoute 2,5 rebonds, 2,1 passes, 0,8 balle perdue et 1,4 interception, se classant au quatorzième rang dans cette dernière statistique. L'Espagne, avec une seule défaite sur l'ensemble de la compétition lors d'un match du premier tour contre la Turquie, remporte son deuxième titre européen consécutif en battant en finale la France sur le score de 98 à 85[29].

Absent lors des Jeux olympiques de Londres en raison de sa blessure au genou, il se déclare dès mars 2013 candidat pour représenter les couleurs espagnoles lors du championnat d'Europe disputé en Slovénie[30]. Malgré l'absence de quelques joueurs majeurs, Pau Gasol, Juan Carlos Navarro, Serge Ibaka, et Felipe Reyes, il estime que la Roja sera compétitive et disputera la finale[31]. Malgré une défaite contre l'équipe hôte lors du premier tour, puis deux défaites lors du tour suivant, l'Espagne se qualifie en quatrième position de son groupe, se voyant ainsi confrontée à la Serbie, première de l'autre groupe, lors des quarts de finale. Lors de cette rencontre, les Espagnols l'emportent nettement, 90 à 60[32], avec 5 points, 6 rebonds et 6 passes, 4 interceptions en 19 minutes de Rubio. Les Espagnols rencontrent ensuite les Français en demi-finale. Dominés lors de la première mi-temps, les Français s'imposent finalement sur le score de 75 à 72 après prolongation[33]. Rubio concède son plus mauvais match de la compétition avec 2 points, 2 rebonds, 1 passe, 2 interceptions mais également 4 pertes de balles en 15 minutes. L'Espagne remporte ensuite la médaille de bronze en s'imposant face à la Croatie. Sur l'ensemble de la compétition, ses statistiques sont de 7,2 points, 2,8 rebonds, 3,4 passes, septième passeur du championnat, 1,4 interception, deuxième du classement dans cette catégorie statistique, en 20 minutes 7[34].

Type de jeu[modifier | modifier le code]

Parmi ses qualités : sa défense, avec ses capacités d'interception élevées, son calme sous la pression, sa maturité sur le terrain[4] et son jeu de passe qui rappelle Magic Johnson[5],[35]. D'autres le comparent à Pete Maravich[36].

Palmarès[modifier | modifier le code]

En club[modifier | modifier le code]

En sélection[modifier | modifier le code]

Avec l'Espagne :

En catégorie junior :

  • médaille d'or, Europe Médaille d'or au Championnat d'Europe des moins de 16 ans en 2006.

Distinctions personnelles[modifier | modifier le code]

  • Meilleur joueur du championnat d'Europe des moins de 16 ans (2006).
  • Plus jeune joueur à être élu meilleur jeune joueur européen (à 17 ans et 3 mois) par la FIBA Europe en 2008.
  • Nommé meilleur jeune joueur européen trois années consécutives par la FIBA Europe pour les années 2007, 2008 et 2009[37].
  • Meilleur jeune joueur de la Liga ACB en 2006-2007.
  • Meilleur meneur de la Liga ACB et membre de l'équipe-type en 2007-2008[38].
  • Meilleur défenseur de la saison 2008-2009 de la Liga ACB.
  • Membre de l'équipe-type de la saison 2009-2010 de la Liga ACB[10].
  • Nommé Rising Star Trophy Winner de l'Euroligue 2009-2010[39].
  • Sélection au Rising Stars Challenge dans l'équipe de Shaquille O'Neal au NBA All-Star Game 2012 à Orlando[40].
  • Rookie du mois de décembre 2011-janvier 2012 pour la Conférence Ouest[41].
  • Joueur ayant réalisé le plus grand nombre d'interceptions lors de la saison 2013-2014 (190)[42].

Statistiques[modifier | modifier le code]

Statistiques en liga ACB[modifier | modifier le code]

Saison régulière de Liga ACB [43]
Année Équipe Matches Min. 2 pts 3 pts L-F Rebonds Pd Int BP Ctr Points
J Tit. T R  % T R  % T R  % O D T T PPM
2005-2006 Badalone 10 1 79 11 4 36 % 4 3 75 % 14 8 57 % 5 7 12 9 9 10 1 25 2,5
2006-2007 Badalone 33 1 637 57 29 51 % 57 16 28 % 77 51 66 % 33 55 88 76 76 42 1 157 4,8
2007-2008 Badalone 34 15 795 150 66 44 % 101 29 29 % 170 137 81 % 35 74 109 137 74 70 0 356 10,5
2008-2009 Badalone 22 12 500 99 38 38 % 53 23 43 % 93 75 81 % 16 42 58 135 48 66 2 220 10
2009-2010 Barcelone 34 32 675 73 33 45 % 90 36 40 % 65 50 77 % 17 72 89 150 67 62 2 224 6,6
2010-2011 Barcelone 34 31 792 98 37 38 % 74 20 27 % 61 46 75 % 21 93 114 149 59 71 1 180 5,3
Total en carrière 167 92 3478 488 207 42 % 379 127 34 % 480 367 76 % 127 343 470 656 333 321 7 1162 7
Playoffs de Liga ACB[43]
Année Équipe Matches Min. 2 pts 3 pts L-F Rebonds Pd Int BP Ctr Points
J Tit. T R  % T R  % T R  % O D T T PPM
2005-2006 Badalone 4 0 31 2 1 50 % 2 1 50 % 6 6 100 % 1 2 3 1 5 2 0 11 2,7
2006-2007 Badalone 10 1 189 21 9 43 % 9 1 11 % 17 14 82 % 8 16 24 16 7 9 1 35 3,5
2007-2008 Badalone 5 1 110 25 9 36 % 16 2 13 % 24 17 71 % 6 13 19 17 5 7 0 41 8,2
2008-2009 Badalone 3 2 66 11 5 45 % 7 2 29 % 10 8 80 % 3 7 10 11 7 11 1 24 8
2009-2010 Barcelone 8 8 182 28 12 43 % 22 5 23 % 8 6 75 % 6 20 26 29 13 14 1 45 5,6
2010-2011 Barcelone 8 0 123 11 3 27 % 11 2 18 % 9 8 89 % 4 18 22 22 9 8 2 20 2,5
Total en carrière 38 12 701 98 38 39 % 67 14 21 % 74 59 80 % 28 76 104 96 46 51 5 176 4,6

Statistiques en NBA[modifier | modifier le code]

Saison régulière en NBA[22]
Année Équipe Matches Min. 2 pts 3 pts L-F Rebonds Pd Int BP Ctr Points
J Tit. T R  % T R  % T R  % O D T T PPM
2011–12 Minnesota 41 31 34,2 139 389 35,7 % 32 94 34,0 % 126 157 80,3 % 21 150 171 336 91 131 8 436 10,6
2012–13 Minnesota 57 47 29,7 185 514 36,0 % 27 92 29,3 % 211 264 79,9 % 44 185 229 418 137 172 5 608 10,7
2013–14 Minnesota 82 82 32,2 255 670 38,1 % 44 133 33,1 % 227 283 80,2 % 61 281 342 704 191 221 11 781 9,5
Total en carrière 180 160 31,8 579 1 573 36,8 % 103 319 32,3 % 564 704 80,1 % 126 616 742 1 458 419 524 24 1 825 10,1

Records personnels sur une rencontre de NBA[modifier | modifier le code]

Les records personnels de Ricky Rubio, officiellement recensés par la NBA sont les suivants[44] :

Ricky Rubio en janvier 2012.
Type statistique Saison régulière
Record Adversaire Date
Points en un match 25 Trail Blazers de Portland 8 février 2014
Paniers marqués en un match 10 Spurs de San Antonio 8 avril 2014
Paniers tentés en un match 19 Trail Blazers de Portland 8 février 2014
Paniers à 3 points réussis 5 @ Bucks de Milwaukee 3 avril 2013
Paniers à 3 points tentés 6 @ Bucks de Milwaukee 3 avril 2013
Lancers francs réussis 12 Jazz de l'Utah 13 février 2013
Lancers francs tentés 13 Jazz de l'Utah 13 février 2013
Rebonds offensifs 4 Clippers de Los Angeles 5 mars 2012
Rebonds défensifs 12 Spurs de San Antonio 12 mars 2013
Rebonds totaux 13 Spurs de San Antonio 12 mars 2013
Passes décisives 17 Pacers de l'Indiana 19 février 2014
Interceptions 8 @ Bucks de Milwaukee 3 avril 2013
Contres 2 2 fois
Balles perdues 8 @ Bucks de Milwaukee 3 avril 2013
Minutes jouées 49 @ Mavericks de Dallas 19 mars 2014

Salaires[modifier | modifier le code]

Année Equipe Salaire
2011-2012* Timberwolves du Minnesota 3 480 120 $
2012-2013 Timberwolves du Minnesota 3 741 120 $
2013-2014 Timberwolves du Minnesota 4 002 120 $
Total Gains 11 223 360 $
2014-2015 Timberwolves du Minnesota 4 002 120 $
2015-2016 Timberwolves du Minnesota 5 070 686 $

Note : * En 2011, le salaire moyen d'un joueur évoluant en NBA est de 5 150 000 $[45].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (es) Euroleague
  2. (es) « Ricky Rubio establece un nuevo récord al debutar en la ACB con catorce años », sur libertaddigital.com
  3. (en) « Biographie sur le site du FC Barcelona », sur fcbarcelona.com
  4. a et b (en) « Sweet 16: Joventut's Rubio steals the show », sur euroleague.net,‎ 13 février 2007.
  5. a et b (en) « NBA types will have their eyes on Spanish phenom Rubio at Olympics », sur ESPN,‎ 8 août 2008.
  6. « Les résultats du premier tour », sur Lequipe.fr, L'Équipe,‎ 26 juin 2009 (consulté le 3 mai 2010)
  7. « Rubio ne veut plus jouer à Badalone », sur Lequipe.fr, L'Équipe,‎ 23 juillet 2009.
  8. (en) « Ricky Rubio signs for six seasons », sur www.fcbarcelona.cat,‎ 1er septembre 2009 (consulté le 19 juillet 2010)
  9. (en) « Week 10 co-MVPs: Rubio, Siskauskas », sur euroleague.net,‎ 15 janvier 2010 (consulté le 3 janvier 2012)
  10. a et b (es) « El Barcelona también domina el 'Quinteto Ideal ACB' », sur www.rtvcyl.es,‎ 14 mai 2010 (consulté le 19 juillet 2010)
  11. (es) « Historial estadístico - Rubio, Ricky », sur acb.com (consulté le 3 janvier 2012)
  12. (en) « Euroleague 2010-11 Rubio, Ricky », sur euroleague.net (consulté le 3 janvier 2012)
  13. (en) « Euroleague 2009-10 Rubio, Ricky », sur euroleague.net (consulté le 3 janvier 2012)
  14. « Rubio franchit le pas », sur lefigaro.fr,‎ 2 juin 2011.
  15. (en) « Daily Dime », sur ESPN,‎ 9 janvier 2012
  16. (en) « Rubio Named West Conf. Rookie Of The Month », sur minnesota.cbslocal.com,‎ 1 février 2012 (consulté le 3 juin 2012)
  17. (en) « Timberwolves guard Ricky Rubio out for season », sur USA Today,‎ 11 mars 2012
  18. (en) « Kyrie Irving wins rookie of year », sur espn.go.com,‎ 15 mai 2012 (consulté le 3 juin 2012)
  19. (en) « NBA & ABA All-Rookie Teams », sur basketball-reference.com (consulté le 3 juin 2012)
  20. (en) « Team Shaq at Team Chuck », sur nba.com
  21. « Rubio, c'est brillant », sur lequipe.fr,‎ 13 mars 2013
  22. a et b (en) « Ricky Rubio », sur basketball-reference.com (consulté le 31 mai 2012)
  23. (en) « Ricky Rubio has triple-double as Wolves lash Lakers, end skid vs. club », sur scores.espn.go.com,‎ 10 novembre 2013
  24. (en) « 2005 U16 European Championship Men: DIVISION A - Ricky Rubio », sur archive.fiba.com
  25. (en) « 2005 U16 European Championship Men: DIVISION A - Ricky Rubio », sur archive.fiba.com
  26. (en) « Rubio debuts for Spain; Argentina loses », ESPN,‎ 10 août 2008
  27. « Statistiques à l'Euro Basket 2009 », sur eurobasket2009.org
  28. (en) « Eurobasket Lithuania 2011 - Ricky Rubio », sur eurobasket2011.com (consulté le 9 octobre 2011)
  29. « La France s’incline face à l’Espagne en finale de l’Eurobasket », sur basket.blog.lemonde.fr,‎ 18 septembre 2011
  30. Edwin Malboeuf, « Ricky Rubio confiant pour l’Euro cet été », sur basketsession.com,‎ 18 mars 2013
  31. Syra Sylla, « Ricky Rubio : « L’Espagne ira en finale » », sur basketsession.com,‎ 8 juillet 2013
  32. Syra Sylla, « Ricky Rubio : « On a montré ce dont on était capable » », sur basketsession.com,‎ 18 septembre 2013
  33. Christophe Remise, « Les Bleus l'ont fait ! », sur lefigaro.fr,‎ 20 septembre 2013
  34. (en) « EuroBasket - Final Round 2013 - Ricky Rubio (Spain) », sur eurobasket2013.org
  35. (en) « Draft Watch: Rubio's hot, Collison's not », ESPN,‎ 22 septembre 2008
  36. (en) « LA PISTOLA », ESPN,‎ août 2008
  37. (en) « Third time's a charm for Rubio », sur www.fibaeurope.com,‎ 10 février 2010 (consulté le 17 février 2010)
  38. (es) « Ricky entra en el 'Quinteto Ideal ACB' con sólo 17 años », sur marca.com,‎ 6 mai 2008 (consulté le 19 juillet 2010)
  39. (en) « All-Euroleague team 2009-10 », sur www.euroleague.net (consulté le 19 juillet 2010)
  40. « All-Star Week-End : Jeremy Lin sera bien au match entre rookies et sophomores ! », sur Basketusa.com,‎ 17 février 2012.
  41. (en) « Irving, Rubio take Rookie of the Month honors for January », sur NBA.com,‎ 1 février 2012 (consulté le 14 février 2012)
  42. (en) « NBA Player Steals Statistics - 2013-14 », ESPN
  43. a et b (es) « Estadísticas ACB Rubio, Ricky », sur acb.com (consulté le 2 juin 2012)
  44. (en) « Ricky Rubio : Career Stats and Totals », sur nba.com (consulté le 16 avril 2014)
  45. (en) « Salaires moyen NBA », sur basketusa.com (consulté en 2012)

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :