Mouvements d'opposition au port du masque et aux mesures de confinement ou de restrictions des libertés durant la pandémie de Covid-19

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Mouvements d'opposition au port du masque et aux mesures de confinement ou de restrictions des libertés durant la pandémie de Covid-19

Informations
Date Depuis
Localisation Drapeau de l'Allemagne Allemagne
Drapeau de la Belgique Belgique
Drapeau du Brésil Brésil
Drapeau du Canada Canada
Drapeau de l'Espagne Espagne
Drapeau des États-Unis États-Unis
Drapeau de la France France
Drapeau de l'Irlande Irlande
Drapeau du Royaume-Uni Royaume-Uni
Drapeau de la Suisse Suisse
Caractéristiques
Revendications Faire lever l'obligation du port du masque pour les enfants et pour les adultes
Types de manifestations Manifestations, pétitions, grèves, recours, désobéissance civile

Manifestation contres les mesures sanitaires à Kiel.

Différents mouvements d'opposition au port du masque et aux mesures de confinement ou de restrictions des libertés durant la pandémie de Covid-19 ont vu le jour dans divers pays du monde.

Ces mouvements s'opposent à l'obligation du port de masque au profit d'une simple distanciation physique et de l’hygiène des mains pour réduire la transmissibilité épidémique de la Covid-19 et des virus en général ou sont coronasceptiques.

Ils s'organisent autour d'actions variées : manifestations, pétitions, grèves, recours en justice ou désobéissance civile.

Contexte[modifier | modifier le code]

Le port du masque pendant la pandémie de Covid-19 a été recommandé par divers organismes de santé publique avec des débats pour savoir dans quelles conditions ces masques doivent être portés. Les masques ont fait l'objet de pénuries avant de devenir obligatoires dans certains territoires.

Les arguments d'opposition au port du masque sont différents selon les pays. Pour la défense des droits fondamentaux et adeptes de la réinformation, les masques remettent en question la légitimité de certains pouvoirs en place. Un parallèle est tiré avec la ligue anti-masque de San Francisco lors de la pandémie de grippe espagnole de 1918[1].

Arguments critiques[modifier | modifier le code]

Au niveau médical[modifier | modifier le code]

En août 2020, le Dr Martin Blachier, spécialiste en épidémiologie, estime que le masque en extérieur est un « principe de précaution inutile »[2].

Effets indésirables[modifier | modifier le code]

Des effets indésirables ont pu être constatés par le Dr Brigitte Milpied, dermatologue au CHU de Bordeaux, pour les personnes contraintes de les porter sur de longues périodes. Durant une interview publiée sur le site du journal Sciences et Avenir, elle précise qu'au-delà de six heures, la peau de la personne masquée peut souffrir[3].

Handicap et vulnérabilité

Des personnes souffrant de handicap ont demandé qu'un masque adapté (visière faciale ou masque transparent) soit distribué ou commercialisé afin de pouvoir continuer à communiquer (l'usage de la LSV oblige également l'utilisation des lèvres[4]). Le gouvernement français a répondu à cette demande en favorisant leurs productions[5]. Si pour les autres personnes, la visière faciale ne garantit pas la même protection que le masque, elle permet de protéger des projections (postillons, crachats) et plus particulièrement les yeux[6].

Désocialisation

L'ethnologue Anne Monjaret, enseignante à l’école des hautes études en sciences sociales et chercheuse au CNRS précise, quant à elle, que le masque entraînerait une forme de perte de l'intimité. Le sociologue David Le Breton précise même qu'il défigure le lien social : « Nous perdons notre singularité, mais aussi une partie du plaisir de se regarder »[7].

Au niveau professionnel[modifier | modifier le code]

Le , un communiqué, émis auprès de l'AFP par la CPME (Confédération des petites et moyennes entreprises), explique que ce syndicat patronal est opposé à un durcissement des règles sur le port du masque dans les entreprises dans ces termes :

«  Imposer le port du masque de manière systématique et en toutes circonstances dans toutes les entreprises semblerait à l'heure actuelle excessif.  »

Le texte évoque l'exemple du salarié seul dans un bureau et d'exiger à celui-ci qu'il doive porter un masque a peu de sens et que c'est difficilement applicable[8].

Au niveau des transports[modifier | modifier le code]

Les associations de conducteurs de deux roues-motorisés s'opposent au port du masque car la buée créée sur la visière du masque crée de la dangerosité en altérant la visibilité[9].

Au niveau scolaire[modifier | modifier le code]

En France, Jean-Paul Brighelli[10], de même que des collectifs de parents[11],[12],[13], dénoncent les dégâts causés par l'obligation faite aux enfants (6 - 10 ans) de porter un masque à l'école , à partir de septembre 2020.

Cas de la Suède[modifier | modifier le code]

L'épidémiologiste suédois Anders Tegnell.

Au , la Suède est l'un des derniers pays d’Europe à ne pas obliger, ni même conseiller à sa population de porter un masque pour se protéger contre la Covid-19. Selon l'épidémiologiste suédois Anders Tegnell, à l'origine de cette stratégie, le masque de protection ne remplirait qu'une fonction symbolique et son efficacité n'est scientifiquement pas prouvée. Il déclare cependant : « J’ai hâte que la preuve arrive »[14].

Au , ce pays qui refuse toujours le confinement et ne recommande pas le port du masque, n’impose aucune nouvelle mesure contre le coronavirus, ce qui ne l'empêche pas de présenter un des taux de contamination les plus faibles, et il n'est plus critiqué par les dirigeants des autres pays, comme au début de l’épidémie[15].

Au 19 Juillet 2021, le nombre de décès covid cumulés par million d'habitants de la Suède est dans la moyenne européenne[16].

Au niveau politique[modifier | modifier le code]

Emmanuel Hirsch, professeur d'éthique médicale à l'université Paris-Saclay, considère que le refus du port du masque n'est pas lié à une négligence, mais à un discrédit vis-à-vis de l'autorité publique et de l'État. Pour lui, il s'agit d'un acte politique qui conteste la gouvernance de la crise sanitaire. En particulier, ce professeur n'est pas convaincu que la systématisation du port du masque aide à la responsabilisation individuelle. Il lui préfère un dialogue avec la société civile[17].

Ségolène Royal, ancienne candidate à la fonction présidentielle, bien que non opposée ouvertement aux recommandations concernant le port du masque, a précisé dans une interview parue sur le site du journal Le Point, le [18] qu'il ne fallait pas aller « [...] par la crainte d'éventuels procès en inaction, vers une tyrannie hygiéniste », en se référant principalement au philosophe Bernard-Henri Lévy, auteur d'un livre sur ce sujet (Le virus qui rend fou, édité chez Grasset). L'ancienne ministre de l’Environnement ajoute également, au sujet de la politique sanitaire menée en France : « Quant à cette communication qui consiste à donner tous les jours le nombre de cas positifs, il faut la revoir très sérieusement. C'est une stratégie volontaire et malsaine pour faire peur aux gens, afin qu'ils se replient sur eux-mêmes. »

Jean-Luc Mélenchon, à l'occasion d'un déplacement près de Lille fin août, déclare que le gouvernement a « créé la pagaille » avec les masques[19].

Étude sociologique[modifier | modifier le code]

Du au , un lien est créé par la fondation fondation politique française Jean-Jaurès vers un questionnaire hébergé sur une plateforme dédiée a été posté à intervalles réguliers sur les pages des différents groupes du réseau social Facebook s'opposant ouvertement au port du masque[20].

Les membres de ces différents groupes répondent à ce questionnaire afin de faire connaitre les raisons de leur refus de porter le masque. Les différentes réponses permettent de définir quatre grandes raisons :

  • l'inutilité du masque ;
  • la dangerosité du masque ;
  • l'épidémie est terminée (ou n'a jamais existé) ;
  • le masque serait obligatoire pour asservir la population.

Dans le monde[modifier | modifier le code]

Allemagne[modifier | modifier le code]

Manifestation contre le masque et la vaccination obligatoire (Imfpflicht) à Berlin le 1er août 2020.

Le , 250 personnes répondent à l'appel de Michael Ballweg, chef d'entreprise, demeurant à Stuttgart et organisateur de ce genre de rassemblements au sein du mouvement Querdenken (« Penser différemment ») afin de défendre les droits fondamentaux contre des mesures comme le port du masque obligatoire ou le confinement.

Le , le mouvement réussit à rassembler environ 15 000 personnes à 20 000 personnes à Berlin, laquelle comprenaient des banderoles s'opposant au port du masque et à la vaccination obligatoire[21].

Le ministre de l'Intérieur Horst Seehofer, membre de l'Union chrétienne-sociale en Bavière (CSU), a voulu se montrer conciliant vis-à-vis des manifestants à leur égard en déclarant, lors d'une interview[22] :

« Bien sûr, il y a toujours des opinions différentes lorsqu'il s'agit d'empiètements sur les droits fondamentaux et de restrictions à la liberté. Mais tout d'abord, c'est normal et ensuite, à mon avis, ce n'est pas la majorité. »

Le , jusqu'à 38 000 personnes participent à une manifestation berlinoise initiée par Michael Ballweg, qui consiste à « prendre Berlin d'assaut » selon les médias sociaux et à « prendre les armes » selon la police sous le slogan « Fête de la liberté et de la paix ». Une des actions prévues consistait à faire le siège du Bundestag. La manifestation a été interdite dans un premier temps avant que le tribunal administratif ne l'autorise à condition que les organisateurs fassent respecter une distance minimale entre les manifestants, sans imposer pour autant le port du masque[23]. Les organisateurs ayant échoué dans la mise en œuvre des mesures de distanciation physique[24], les autorités ont pris la décision de dissoudre la manifestation[25]. Le même jour, plusieurs centaines de manifestants forcent les barrières de sécurité et le barrage policier pour tenter de pénétrer le palais du Reichstag[26].

Depuis l'été 2020, des rave parties secrètes, rassemblant parfois plusieurs milliers de personnes, sont organisées en réaction aux interdictions dues aux mesures de confinement[27].

Début octobre, un millier de personnes manifestent aux abords du lac de Constance, en maintenant une distance d'1,50 m[28].

Le week-end entre le 31 juillet et le , les autorités de Berlin ont interdit à des dizaines de milliers de manifestants contre le confinement des frontières de manifester, ce que ceux-ci ont fait ; les juges du tribunal administratif de la capitale allemande avaient refusé d'autoriser 13 manifestations, dont certaines avaient été organisées par le mouvement anti-confinement Querdenken.

Le groupe des Querdenken, est le principal mouvement anti-confinement en Allemagne. Il est surveillé par les services de renseignement du pays, qui craignent ses liens avec des groupes d'extrême droite et d'extrémistes. Ils affirment que la Covid-19 et les lois fédérales et régionales visant à enrayer la propagation du virus portent atteinte aux libertés des citoyens[29].Au sein de ce mouvement, Bodo Schiffmann est considéré comme l'une des figures de proue coronasceptique[30].

Les organisateurs ont déclaré que 22 500 personnes s'étaient inscrites pour participer à l'un des rassemblements[29].

Les fonctionnaires du tribunal ont déclaré que les manifestations étaient interdites par crainte d'une augmentation des infections à coronavirus provoquées par le variant delta[29].

Autriche[modifier | modifier le code]

Fin janvier 2021, environ 5 000 personnes ont bravé l'interdiction de défiler à Vienne pour protester contre un couvre-feu et un confinement visant à freiner la propagation de nouveaux variants du Covid-19[31].

La marche était organisée par le parti d'extrême droite FPOe, et de nombreux participants ont ignoré les réglementations gouvernementales sur le port de masques et la nécessité de respecter une distance minimale entre eux[31].

Des militants néonazis auraient fait partie de la foule, qui a refusé de se disperser et a bloqué la circulation lorsqu'elle a commencé à se diriger vers le Parlement national. La police est intervenue et a arrêté certains manifestants[31].

Belgique[modifier | modifier le code]

Le , la Région de Bruxelles-Capitale décide de rendre obligatoire le port du masque par l'ensemble des citoyens dans l'ensemble de l'espace public (squares, voirie, ainsi que les espaces forestiers de la ville)[32]. À la suite de cette décision, de nombreux virologues estiment que ce port généralisé du masque dans la ville pourrait susciter une perte d'adhésion au sein de la population. L'épidémiologiste et professeur de santé publique belge Yves Coppieters précise[33] :

« Il fallait le maintenir dans les lieux publics très fréquentés. Si l'on promène seul son chien dans un parc, porter le masque n'a aucun sens. En revanche, c'est utile dans un parc bondé où les gens piquent-niquent à moins d'1,50 m des uns des autres. »

Une association dénommée « asbl Viruswaanzin » (folie virale) organise une manifestation contre cette mesure sanitaire le 16 août à Bruxelles. Le groupe veut aussi réclamer la démission du virologue belge Marc Van Ranst à l'origine de la décision d'imposer le port du masque à toute la population[34].

La police de Bruxelles a déclaré le 31 janvier 2021 qu'elle avait arrêté des dizaines de personnes pour tenter d'empêcher deux manifestations interdites contre les mesures visant à freiner la propagation du coronavirus. « Nous sommes au-dessus de 200 personnes arrêtées en ce moment », principalement autour des gares de la capitale belge, a déclaré un porte-parole de la police[31].

Pays-Bas[modifier | modifier le code]

Les Pays-Bas, voisins de la Belgique, ont été secoués par des émeutes anti-couvre-feu au cours de la dernière semaine de janvier 2021. Mais les manifestants ont adopté une approche différente dimanche à Apeldoorn, sous le cri de ralliement « boire un café ensemble »[31].

Environ 400 personnes se sont dispersées pacifiquement dans la ville du centre des Pays-Bas après s'être rassemblées pour une manifestation autorisée dans un centre communautaire[31].

La police a ouvert le feu sur les manifestants lors des émeutes qui ont éclaté dans le centre-ville de Rotterdam autour d'une manifestation contre les restrictions liées au COVID-19, tard dans la nuit du 19 au 20 novembre. Le maire de la ville néerlandaise a parlé d'une "orgie de violence"[35].

La police a déclaré que deux émeutiers ont été hospitalisés après avoir été touchés par des balles et des enquêtes étaient en cours pour établir s'ils ont été visés par la police[35]

Les agents ont arrêté 51 personnes, dont environ la moitié étaient des mineurs, a indiqué la police le 20 novembre. Un policier a été hospitalisé pour une blessure à la jambe subie lors des émeutes, un autre a été soigné par le personnel ambulancier et de nombreux autres ont subi des blessures mineures[35].

Hongrie[modifier | modifier le code]

La police a dispersé des manifestants lors d'une manifestation organisée le 31 janvier 2021 à Budapest, au cours de laquelle des travailleurs du secteur de l'hôtellerie en difficulté ont invoqué la désobéissance civile et une révision des restrictions de fermeture[31].

Les organisateurs de la manifestation, qui s'est déroulée sur une place centrale de la capitale hongroise, ont appelé les restaurateurs à enfreindre les règles de la pandémie en ouvrant leur établissement aux clients lundi, au mépris des mesures strictes de lutte contre la pandémie qui limitent les restaurants et les cafés au service de plats à emporter[31].

La manifestation s'est déroulée parallèlement aux appels de plus en plus nombreux lancés par le secteur hôtelier hongrois en faveur d'une action gouvernementale, alors que le confinement du pays, qui a débuté le 11 novembre 2020, approchait trois mois. Le gouvernement hongrois a insisté sur le fait que seule une vaccination massive de la population pouvait mettre fin au confinement[31].

Brésil[modifier | modifier le code]

Le président de la République fédérative du Brésil Jair Bolsonaro est l'un des rares chefs d'État à s'opposer ouvertement au port du masque. À de nombreuses reprises, il tente de réduire les obligations liées au port du masque dans tous les établissements dépendant du gouvernement fédéral[36].

Canada[modifier | modifier le code]

Parmi les personnalités les plus en vue de l'opposition au Canada, on peut citer Maxime Bernier[37], Denis Rancourt.

Québec[modifier | modifier le code]

Des manifestations antimasques ont lieu dans différentes villes. La toute première se tient à Saint-Georges, en Beauce dans la région de Chaudière-Appalaches le . 500 personnes y participent[38].

Il y a par la suite une manifestation dans la ville de Québec le [39]. Elle sera suivie d'une manifestation à Montréal deux semaines plus tard, le [40] oú des milliers de Québécois défilent à Québec et Montréal contre la "dictature sanitaire" avec comme icone l'actrice Lucie Laurier[41].

Une deuxième manifestation aura lieu à Montréal le [42], et une deuxième à Québec le [43]. Une manifestation se tient également dans la ville de Saguenay le [44].

Le , une troisième manifestation antimasque a lieu à Montréal. Il s'agit de la plus importante manifestation de ce type au Québec, avec près de 10 000 manifestants[45]. Des milliers de personnes y participent, dont plusieurs portent des pancartes pro-Trump et pro-QAnon, en plus de drapeaux du Québec et des États-Unis[46].

Des personnalités émergent lors de ces manifestations. Lucie Laurier, déjà connue en tant que comédienne et sceptique affichée de la sévérité de la Covid-19[47], prend la parole à des nombreuses manifestations. D'autres personnes comme Éric Duhaime[43], Josée Turmel[43] et Frédéric Pitre[39],[44] sont également à l'avant-plan de ces manifestations.

Parmi les coronasceptiques les plus influents, on compte les vidéastes web Alexis Cossette-Trudel[48] et Jean-Jacques Crèvecoeur, citoyen belge ayant émigré au Québec[49].

Espagne[modifier | modifier le code]

Le , des milliers de personnes, pour la plupart des partisans du parti politique Vox, ont participé à des manifestations à Madrid et dans les capitales régionales du pays au sujet du confinement et de son impact sur l'économie espagnole. Les manifestants ont conduit des voitures en convois pour appliquer la distanciation sociale, avec la manifestation de Madrid dirigée par un bus contenant le chef Vox Santiago Abascal. Abascal a appelé le gouvernement de Pedro Sánchez à démissionner pour avoir manipulé le virus[50].

Le , des milliers de personnes ont manifesté dans toute la Communauté de Madrid pour demander la démission du gouvernement régional de Isabel Díaz Ayuso, après l'annonce de cette dernière deux jours plus tôt, un verrouillage partiel affectant 850 000 personnes vivant dans les zones les plus pauvres de la région, qualifié de « ségrégationniste » et encourageant « la stigmatisation, l'exclusion et la discrimination territoriale »[51]. Les manifestations sont survenues au milieu des critiques croissantes de la gestion du virus par Ayuso comme « inefficace » et du fait que son gouvernement de coalition a « pataugé » dans sa tentative de s'opposer au gouvernement de Sánchez, alors que la région est devenue la zone la plus durement touchée dans toute l'Europe dans la deuxième vague de la pandémie avec de nombreux quartiers avoisinant ou dépassant 1 000 cas pour 100 000 habitants[52].

France[modifier | modifier le code]

Juillet 2021, manifestation contre la proposition de généralisation du passe sanitaire en France.

Début 2021, le chef de parti politique Florian Philippot a appellé les Français à brûler leurs masques[53]. Parmi les figures importantes du coronascepticisme français, on compte les vidéastes web Silvano Trotta[54], Thierry Casasnovas[49], Salim Laïbi[55] et le webjournal FranceSoir[54].

Le philosophe et psychanalyste, Michel Rosenzweig, estime que « vivre masqué en permanence dans les espaces clos et à l’extérieur alors que ce virus circule à bas bruit est un non-sens total »[56] et Bernard-Henri Lévy pointe dans le port du masque obligatoire une « grande peur des bien-portants »[57].

Fin août 2020, juste avant la seconde vague, le professeur Jean-François Toussaint estime qu'il n'y a pas de raison d'être inquiet d'une reprise possible de la pandémie et critique la décision du gouvernement français de rendre le port du masque obligatoire à l'extérieur, lors d'un entretien sur la radio RFI[58].

Suisse[modifier | modifier le code]

Le 11 juin 2020, le député au Conseil cantonal de Zurich Urs Hahn est exclu de son parti, les Verts, pour s'être opposé à la thèse de la gravité de la pandémie[59]. Le 12 septembre 2020, une manifestation contre les masques, les mesures de confinement ou les mensonges supposés des médias réunit un millier de personnes à Genève à la place des nations, devant les Nations unies[60],[61]. Les 3 figures majeures d'opposition coronasceptiques en Suisse romande sont les vidéastes web Chloé Frammery, Ema Krusi et Christian Tal Schaller[62] ainsi que Jean-Dominique Michel qui a en plus eu une grande résonance en France[63]. Les coronasceptiques et les opposants aux mesures de lutte contre la propagation du Covid-19 occupent de plus en plus l'Office fédéral de la police (Fedpol). Les menaces contre les fonctionnaires fédéraux sont en augmentation[64]. Le conseiller national (député) Yves Nidegger s'est opposé en janvier 2021 à la "dictature sanitaire"[65]. À Liestal, 8 000 personnes ont manifesté le 20 mars 2021 contre les mesures anti-Covid en vigueur tandis qu’à Berne la police a stoppé une manifestation pour les mêmes causes[66]. À la suite de ces manifestations, le mouvement #NoLiestal se lève sur les réseaux digitaux à fin de dénoncer et contrer les initiatives d'agglomération des coronasceptiques en Suisse[67]

Australie[modifier | modifier le code]

La police a plaqué plusieurs hommes au sol et arrêté 14 personnes après qu'une manifestation contre le confinement et la vaccination se déroulait dans Melbourne avec environ 150 personnes, le 29 mai 2021[68].

Le 21 août 2021, des scènes violentes ont éclaté tout au long d'une manifestation contre le confinement à Melbourne, alors que plus de 4 000 manifestants ont affronté la police qui a fait usage de gaz lacrymogène, de gaz poivré et de balles en caoutchouc, alors que des manifestations de moindre ampleur à Sydney, Brisbane et Cairns avaient lieu. Certaines protestants ont brandi le drapeau Eureka[69].

Controverse[modifier | modifier le code]

Selon la radio française RFI, ce mouvement contre les masques a été lancé par des groupes « habitués du complotisme et des fausses nouvelles »[70].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Thomas Andrei, « L'«Anti-Mask League», une révolte contre le masque qui remonte à la grippe espagnole », Slate,‎ (lire en ligne, consulté le )
  2. Adrien Bossard, « Le masque en extérieur, "un principe de précaution inutile" selon l'épidémiologiste parisien Martin Blachier », France Bleu,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  3. Site sciencesetavenir.fr, article de Cécile Coumau "Port du masque : comment gérer les effets indésirables", consulté le 16 août 2020
  4. Site informations.handicap.fr, page "Masque: frein à la communication et pas que pour les sourds", consulté le 14 août 2020.
  5. Site lci.fr, article "Covid-19 : conçu pour aider les malentendants, le masque transparent est-il aussi efficace ?", consulté le 14 août 2020.
  6. Site journaldesfemmes.fr, article "Visière de protection au coronavirus : peut-elle remplacer le masque ?", consulté le 16 août 2020.
  7. Site la-croix.com, article d'Emmanuelle Lucas "Les anti-masques, ces Français qui veulent rester « libres »", consulté le 16 août 2020
  8. Site bfmtv.com, article "Coronavirus: La CPME opposée au port du masque systématique en entreprise", consulté le 14 août 2020.
  9. https://www.lefigaro.fr/actualite-france/les-motards-vent-debout-contre-le-masque-20200902
  10. « Jean-Paul Brighelli : "Comment peut-on enseigner avec un masque?" », Le Figaro, 27 août 2020
  11. « Coronavirus : un collectif de parents sarthois veut déposer un recours contre le port du masque à l'école », France bleu, 1 mars 2021
  12. « Coronavirus : Les parents opposés au masque à l'école ne désarment pas », 20 minutes, 12 mars 2021
  13. « Saint-Girons : le mouvement "Enfance et Liberté" contre le port du masque à l'école prend de l’ampleur », LA DEPECHE,, 10 janvier 2021
  14. Site courrierinternational.com, article de Dagens Nyheter, "Covid-19.Pour la Suède, rien ne prouve que le port du masque généralisé soit efficace", consulté le 16 août 2020
  15. Site lefigaro.fr, article "Covid-19: la Suède impassible face à la deuxième vague", consulté le 1er octobre 2020.
  16. Our world in data
  17. Le refus du port du masque, une défaite politique, Par Emmanuel Hirsch, professeur d’éthique médicale, université Paris-Sud–Paris-Saclay, Libération, 7 août 2020
  18. « Ségolène Royal : « Ne sombrons pas dans la tyrannie hygiéniste ! » », Le Point, .
  19. « Pour Jean-Luc Mélenchon, le gouvernement a « créé la pagaille » avec les masques », sur Europe 1, .
  20. Site jean-jaures.org, page "Bas les masques !, sociologie des militants anti-masques", consulté le 12 septembre 2020.
  21. Site courrierinternational.com, article "Manifestations anti-masques en Allemagne : qui sont les organisateurs ?", consulté le 13 août 2020.
  22. Site lunion.fr, article "Allemagne : 15 000 «anti-masques» manifestent pour s’opposer aux mesures contre le Covid-19", consulté le 15 août 2020
  23. Hélène Kohl à Berlin, avec AFP, édité par Séverine Mermilliod, « Manifestation anti-masques en Allemagne : selon la police, "un cap a été franchi" », sur europe1.fr, (consulté le ).
  24. « Vidéos. Allemagne : 18 000 contestataires "anticorona" à Berlin, la police interrompt la manifestation », sur sudouest.fr, (consulté le ).
  25. La Croix, avec AFP, « A Berlin, une manifestation anti-masques dispersée par la police », La Croix,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  26. Le Monde avec AFP, « Le gouvernement allemand dénonce des dérapages « inacceptables » après la manifestation « anticorona » à Berlin », Le Monde,‎ (lire en ligne Accès libre, consulté le ).
  27. (en-GB) Deutsche Welle (www.dw.com), « Berlin parties as pandemic threatens to return | DW | 28.07.2020 », sur DW.COM (consulté le )
  28. https://www.sudouest.fr/2020/10/04/coronavirus-une-manifestation-anti-masque-reunit-plusieurs-milliers-de-personnes-en-allemagne-7922010-10997.php
  29. a b et c (en-GB) Deutsche Welle (www.dw.com), « COVID: Berlin court bans anti-lockdown protests | DW | 31.07.2021 », sur DW.COM (consulté le )
  30. - searched-praxis-von-lateral-thinking-wortfuehrer-in-sinsheim-a-5e24206a-9b73-4065-955f-4e113b4da3e1 "La police a recherché la pratique de la" pensée latérale "-Wortführer Bodo Schiffmann". Dans : Spiegel-Online , 28 octobre 2020. Consulté le 27 décembre 2020.
  31. a b c d e f g h et i (en) « Hundreds arrested at anti-lockdown protests in Brussels, Budapest and Vienna », sur the Guardian, (consulté le )
  32. Arthur Sente, « Masque obligatoire à Bruxelles: les raisons de la décision politique », Le Soir,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  33. Site lecho.be article "Yves Coppieters: "En l'obligeant à Bruxelles, on ouvre une porte aux mouvements anti-masques", consulté le 15 août 2020
  34. « Coronavirus : une manifestation contre les mesures sanitaires annoncée dimanche prochain à Bruxelles », sur rtbf.be (consulté le ).
  35. a b et c (en) The Associated Press, « Dutch police open fire on rioters in demonstration against COVID restrictions », NPR,‎ (lire en ligne, consulté le )
  36. Site 20muinutes.fr, article "Brésil: Le port du masque encore assoupli par Jair Bolsonaro", consulté le 13 août 2020.
  37. https://www.journaldequebec.com/2021/04/25/participation-a-une-manifestation-anti-covid-maxime-bernier-recoit-une-contravention-1
  38. Mayssa Ferah, « Manifestation en Beauce contre le port du masque », sur Le Soleil, (consulté le )
  39. a et b Léa Harvey, « Manifestation contre le port du masque à Québec: «un signe de soumission» », sur Le Soleil, (consulté le )
  40. Jacaudrey Charbonneau, « Une manifestation à saveur politique contre le port du masque à Montréal », sur Radio-Canada, (consulté le )
  41. « Au Québec, les antimasques dénoncent une dictature sanitaire », Le Monde,‎ (lire en ligne).
  42. Camille Lalancette, « Une seconde manifestation antimasques à Montréal », sur Le Journal de Montréal, (consulté le )
  43. a b et c Arnaud Koenig-Soutière, « Une autre manif antimasque à Québec », sur Le Journal de Québec, (consulté le )
  44. a et b Agence QMI, « Port du masque: plusieurs centaines de personnes réclament le droit de choisir à Saguenay », sur Journal de Québec, (consulté le )
  45. « Les visages des antimasques », sur Le Journal de Montréal, (consulté le )
  46. Stéphane Parent, « Manifestation antimasque à Montréal alors que les cas de COVID-19 bondissent », sur Radio-Canada International, (consulté le )
  47. Audrée Laurin, « Lucie Laurier remet en doute la vaccination contre la COVID-19 », sur hollywoodpq.com, (consulté le )
  48. https://ici.radio-canada.ca/nouvelle/1703497/non-autorites-fraude-statistique
  49. a et b « Coronavirus: comment fonctionne la théorie du complot du belge Jean-Jacques Crevecoeur », sur rtbf.be.
  50. « Coronavirus: Anti-lockdown car protest draws thousands », sur BBC,
  51. « Protests in Madrid over coronavirus lockdown measures », The Guardian,‎ (lire en ligne, consulté le )
  52. « Lockdown measures and rising anger in Madrid as Covid-19 takes hold again », The Guardian,‎ (lire en ligne, consulté le )
  53. https://www.valeursactuelles.com/politique/video-florian-philippot-appelle-les-francais-bruler-leurs-masques-128051
  54. a et b « France-Soir le nouveau repaire des Covid-sceptiques », Le Monde,‎ (lire en ligne).
  55. « Coronavirus: antimasques, antirestrictions, qui sont les figures des opposants à la dictature sanitaire », Le Monde,‎ (lire en ligne).
  56. « Michel Rosenzweig. Le masque et la vie ? », Tribune juive, 29 juillet 2020.
  57. « Bernard-Henri Lévy : « La grande peur des bien-portants » ».
  58. « Jean-François Toussaint : Il n'y a pas d'argument scientifique qui recommande le port du masque en extérieur », sur Radio France internationale, .
  59. https://www.nzz.ch/zuerich/urs-hans-gruene-in-zuerich-distanzieren-sich-von-ihrem-kantonsrat-ld.1555960?reduced=true
  60. https://www.letemps.ch/suisse/un-millier-dantimasques-manifestent-geneve
  61. https://www.rts.ch/info/regions/geneve/11598989-un-rassemblement-antimasque-reunit-1000-personnes-a-geneve.html
  62. https://www.letemps.ch/suisse/complotistes-senflamment-autour-coronavirus
  63. https://paris-match.ch/jean-dominique-michel-et-covid-19-le-moment-de-prendre-des-risques/
  64. « En Suisse, les « coronasceptiques » occupent de plus en plus la police », sur rts.ch, (consulté le ).
  65. http://www.lemanbleu.ch/fr/News/Yves-Nidegger-souhaite-reconstruire-Geneve-en-ruine.html
  66. « Manifestations anti-mesures sanitaires à Liestal et à Berne », sur www.msn.com (consulté le )
  67. « Forum (vidéo) - Le mouvement #NoLiestal, la contre-offensive face aux coronasceptiques - Play RTS » (consulté le )
  68. (en) Ashleigh McMillan, Michael Fowler, « Police tackle, arrest protesters at Melbourne anti-vaccination rally », sur The Age, (consulté le )
  69. (en) « Police pepper-spray unmasked protesters in Melbourne », sur The West Australian, (consulté le )
  70. « France: sur fond de théories complotistes, le mouvement «anti-masque» se propage », sur RFI, (consulté le )

Articles connexes[modifier | modifier le code]