Thierry Casasnovas

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Thierry Casasnovas
Vidéaste Web
Informations
Genre Conseils en santé et en nutrition
Naissance (45 ans)
Pyrénées-Orientales, France
Nationalité Français
Vidéos populaires Soignez définitivement l'arthrose en 30 min
Un jus pour « maigrir », c'est un jus pour éliminer
Aloe vera , la plante « miraculeuse »
Nombre d'abonnés 310 000 (avril 2019)
Chaîne Regenere / Thierry Casasnovas

Thierry Casasnovas, né le dans les Pyrénées-Orientales en France, est un vidéaste adepte notamment du crudivorisme et du jeûne. Il est l'auteur très suivi de plusieurs centaines de vidéos diffusées sur YouTube dans lesquelles il donne des conseils en santé et en nutrition en se fondant en partie sur son expérience personnelle. Il organise également des stages et vend divers objets et produits, en particulier des extracteurs de jus.

En raison, selon de nombreux spécialistes de la nutrition contactés par un journaliste de Rue89, de l'inexactitude de certains conseils et des dangers potentiels qui les accompagnent, ainsi que, selon un ancien partenaire, des revenus très importants qu'il tirerait de son activité par le biais de son association Régénère, il est régulièrement décrit comme un « gourou » aux dérives sectaires, ce dont il se défend. Il est suivi depuis août 2012 par la MIVILUDES, une mission interministérielle chargée de prévenir les dérives sectaires.

Biographie[modifier | modifier le code]

Thierry Casasnovas affirme qu'il a été gravement malade entre 2001 et 2007, souffrant d'hépatite C, de tuberculose avancée, de pancréatite aiguë[1], d'infection à la salmonelle, de dépression, et qu'il a connu plusieurs arrêts cardiaques. « Considéré comme un cas désespéré pour la médecine conventionnelle » selon ses dires[2], il aurait vu dans l'alimentation crue « sa dernière chance »[3]. Il s'en serait sorti notamment grâce à la consommation de grandes quantités de viande crue et de fruits, auxquelles se sont ensuite ajoutés des légumes crus. Il déclare qu'après quelques mois, il a pu remarcher, et qu'au bout d'un an de ce régime, il était rétabli[4],[2],[5].

En 2014, L'Obs qualifie Thierry Casasnovas de « star du « manger cru » sur YouTube malgré son discours douteux »[6], et pour 20 minutes, il est devenu en quelques années « le chef de file du crudivorisme, cette tendance à ne manger que des aliments crus pour recouvrer ou rester en bonne santé, selon lui »[3]. Dans un article de décembre 2017, L'Express estime que la chaîne Youtube de Thierry Casasnovas est « l'une des plus populaires dans le domaine » avec 165 800 abonnés, 1 063 vidéos et 45 millions de vues[7]. En janvier 2018, dans un article intitulé « YouTube, vitrine des charlatans ? », l'Union nationale des associations de défense des familles et de l'individu (UNADFI) considère que Thierry Casasnovas est devenu une « véritable référence santé sur YouTube »[8].

Formation[modifier | modifier le code]

Thierry Casasnovas affirme s'être formé en autodidacte grâce à Internet, puis être parti aux États-unis suivre deux formations au sein de l'institut Bernard Jensen et de l'école de Robert Morse, deux écoles américaines de naturopathie[2]. D'après L'Obs, il est possible de voir dans une vidéo de Thierry Casasnovas que sa bibliothèque comporte des publications proches de la théorie hygiéniste d’Herbert Shelton[9]. Selon L'Obs, Thierry Casasnovas « aime lancer pêle-mêle de nombreux termes techniques qui donnent l’impression d’un très grand savoir scientifique »[9], et Romain Scotto, journaliste à 20 minutes, affirme que Thierry Casasnovas « ne possède pas de formation scientifique »[10].

Crédo diététique[modifier | modifier le code]

Thierry Casasnovas propose de consommer « majoritairement des fruits et légumes, majoritairement crus »[9].

Selon L'Obs, Thierry Casasnovas estime que la totalité des pathologies humaines découlent de l'alimentation et des conditions de vie, que ce soit le cancer ou la sclérose en plaques en passant par l’obésité et la dépression. Les maladies seraient le symptôme de la présence en sur-nombre de « toxines » et produits acides dans le corps, et le remède serait de consommer des fruits et des légumes crus, afin de détoxifier et désacidifier le corps. L'assimilation de ces fruits et légumes serait optimisée s'ils sont consommés sous forme de jus[9].

Thierry Casasnovas affirme qu'« on vit une époque de perversion totale ». Il considère que l'espèce humaine mange actuellement tout au long de sa vie des aliments qui ne sont pas faits pour elle. Il juge par exemple que le lait est un « poison pour le corps humain ». Il déclare que manger « majoritairement des fruits et des légumes, majoritairement crus », est « ce qui a été prévu pour nous ». Il propose de ne pas faire de traitement en fonction de symptômes, mais de pratiquer un seul traitement : la « régénération des organes »[9].

D'après Jean-Michel Lecerf, chef du service nutrition de l'Institut Pasteur de Lille, cité par L'Obs, l'acidité dont parle Thierry Casanovas fait référence à l'équilibre acido-basique du sang, qui est un élément effectivement très important. Mais selon Jean-Michel Lecerf seul le cas extrême d'une alimentation essentiellement carnée et sans aucun fruit et légume peut conduire à un léger déséquilibre, tandis que manger « uniquement des fruits et légumes, c'est n'importe quoi, c'est de l'antinutrition »[9].

Concernant son projet de vendre des extracteurs de jus et des machines d'irrigation colonique dans le monde entier, Thierry Casasnovas déclare : « Pour moi c’est un projet formidable qui peut changer la face du monde, parce que si on change la flore intestinale des gens, si on nettoie les intestins, c’est tout le psychisme qui va changer et je vois là un outil de transformation radical de l’état du monde actuel par un changement individuel de l’état de notre cerveau, de notre réel cerveau »[6].

Thierry Casasnovas déclare que « le cancer, c’est rien de très grave ». Il préconise de manger des fruits et des légumes, « parce que c’est la nourriture qui est faite pour toi », de prendre du temps pour se reposer, et d'arrêter de se « surstimuler ». Il déclare : « Il s’agit juste, quand tu as des cellules cancéreuses, d’arrêter de les nourrir uniquement avec des produits toxiques ». Selon L'Obs, il propose de renoncer à la chimiothérapie, affirmant que la chimiothérapie « ajoute de la toxicité à la toxicité de notre corps »[9].

Activité commerciale[modifier | modifier le code]

Thierry Casasnovas dit ne toucher sur l'activité de son association qu'« une petite commission [...] qui permet de vivre »[6]. Il affirme également ne pas toucher de revenus publicitaires des vidéos postées sur YouTube, « pour des raisons éthiques »[2].

Nicolas Wailer, un ancien partenaire et directeur du Groupe Altra, dit avoir été chargé de l'aspect commercial de l'activité de Thierry Casasnovas qui ne souhaitait pas « apparaître comme quelqu’un dans le commerce », et indique que les produits en vente lui rapporteraient plusieurs centaines de milliers d'euros[6]. Il fournit des documents montrant que les ventes des produits, notamment les extracteurs de jus, ont rapporté « plus de 210 000 euros de commissions à l'association pour les seuls cinq mois de février à mai 2014 » et que, pour le mois de septembre 2014, 893 extracteurs ont été vendus, rapportant une commission à l'association de « 40 000 euros » pour ce seul mois[6]. D'après L'Obs, un extracteur de jus vendu sur le site de Thierry Casasnovas coûte environ 300 euros[9], pour un coût d'achat en Corée d'environ 150 euros, avec une commission pour l'association « d’au moins 36 euros nets »[6].

Polémiques et accusations[modifier | modifier le code]

Efficacité et dangerosité des conseils[modifier | modifier le code]

Pour Thierry Casasnovas, « l’alimentation moderne est la source des maladies »[3]. L'UNADFI considère que Thierry Casasnovas invite ses abonnés à une alimentation « crudivoriste » pour « traiter des pathologies aussi diverses que le diabète ou la dépression », et que ses conseils font partie d'une « offre charlatanesque » sur YouTube[8]. L'Obs déclare que les préceptes de Thierry Casasnovas sont « considérés comme fumeux par les nombreux spécialistes de la nutrition » que le journal a contactés[9].

D'après 20 minutes, la mouvance crudivoriste à laquelle appartient Thierry Casasnovas s'appuie sur le fait que lorsqu'on chauffe les aliments, à partir d'une certaine température, « les minéraux, vitamines ou enzymes nécessaires à l’organisme peuvent être altérés »[10].

Selon L'Obs, les conseils de Thierry Casasnovas séduisent de très nombreux internautes. Dans les commentaires écrits sous ses vidéos, dont certaines ont plus de 100 000 vues, de nombreuses personnes témoignent se sentir mieux grâce à ses conseils. Pour expliquer pourquoi ceux qui suivent les conseils de Thierry Casasnovas se sentent mieux, L'Obs cite Laurent Chevalier, nutritionniste au CHRU de Montpellier, qui déclare : Thierry Casasnovas « dit qu'il faut se reposer plus, diminuer le café le tabac et l'alcool, manger plus de fruits et légumes et moins de produits transformés. C'est du bon sens et en suivant ces conseils, on se sent forcement bien au bout de quelques jours, surtout si jusque-là, on mangeait mal. Mais, à long terme, il faut un équilibre avec notamment certains féculents, sinon on risque d'avoir des excès, par exemple de certains sucres difficiles à digérer, et bien sûr des carences ». L'Obs affirme aussi qu'il est possible, « en cherchant bien », de trouver des témoignages de personnes qui ont eu des problèmes de santé ou des problèmes familiaux après avoir suivi les conseils de Thierry Casasnovas. L'Obs cite Elodie, une blogueuse qui estime de manière générale que de nombreuses personnes quittent les mouvements alternatifs « en silence », car elles sont devenues des « pestiférées » « honteuses » après avoir connu l'échec avec les pratiques alimentaires concernées[9].

Accusations de dérives sectaires[modifier | modifier le code]

En raison, selon « de nombreux spécialistes de la nutrition » contactés par un journaliste de Rue89[9], de l'inexactitude de certains conseils et des dangers potentiels qui les accompagnent, notamment en ce qui concerne les moyens de guérir d'un cancer, ainsi que, selon un ancien partenaire[6], des revenus très importants qu'il tirerait de son activité par le biais de son association Régénère, il est régulièrement décrit comme un « gourou »[1] aux dérives sectaires[7],[3],[9], ce dont il se défend[2].

D'après L'Obs, Thierry Casasnovas utilise des « méthodes clairement sectaires », notamment en misant sur la peur, « pour vous convaincre d’acheter ses produits » et regarder ses vidéos. Il communique sur « les légitimes inquiétudes alimentaires du moment autour de la viande, du gluten, des additifs et des pesticides »[9].

La Mission interministérielle de vigilance et de lutte contre les dérives sectaires (MIVILUDES) dit suivre ses vidéos à partir d'août 2012[9],[2], et le qualifie de « dérapeute », c’est-à-dire un thérapeute qui dérape[2]. Serge Blisko, président de la MIVILUDES, affirme que Thierry Casasnovas est bien connu dans le service, et qu'ils ont reçu « des dizaines et des dizaines de messages à son propos, de gens surpris, en colère, ou parfois qui ont été abusés ». D'après Serge Blisko, la surveillance de Thierry Casasnovas a conduit à « une procédure d’interdiction de vendre par lui-même des plantes aromatiques, après un signalement au conseil national de l’Ordre des pharmaciens ». Mais Serge Blisko affirme qu'il lui serait difficile de faire interdire la publication de vidéos par Thierry Casasnovas, et estime être dans « un combat à armes inégales, inconsciemment aidé par ceux qui les regardent ». La MIVILUDES n’a rien déposé devant le procureur de la République parce qu’elle n'a « pas envie d’avoir un non lieu »[9].

Serge Blisko déclare : Thierry Casasnovas a « une véritable emprise mentale sur ses abonnés. Certains se sont laissés embobiner. Ils étaient fragilisés et prêts à tout pour éviter la chimiothérapie ou une chirurgie invalidante. Ils ont tenté les jus à la place. Heureusement, jusqu'à présent, nous n'avons pas eu connaissance de cas dramatique »[7].

Selon une ancienne participante d'un stage de naturopathie organisé par Régénère interrogée par Rue89, « il y avait même comme des séances de prières, subtilement il trouvait le moyen de faire passer un message religieux. Ce n'était pas du tout l'idée du stage, ce n'était pas prévu [...] J'ai pensé qu'il s'apparentait à un gourou, et que ses activités étaient sectaires »[11].

Dans De viandard à végane: Pour que vivent les animaux, témoignant de l'évolution de ses propres choix nutritionnels, le journaliste Bruno Blum affirme que « quelques médias en ligne essaient de discréditer » l'approche de l'alimentation crue de Thierry Casasnovas « en parlant de compte en banque Paypal et de dons occultes présumés ». Il juge, de plus, que « quels que soient les griefs malveillants qu'on lui adresse, son expérience personnelle est incontestablement édifiante »[12].

En novembre 2014, Rue89 publie un article sur Thierry Casasnovas, et reçoit ensuite de très nombreux messages de personnes témoignant « de la dérive d'un de leurs proches après le visionnage des vidéos de Thierry Casasnovas ». Le vidéaste demande à publier un droit de réponse, dans lequel il se défend notamment d'être une personne qui tirerait « un bénéfice financier en profitant de la faiblesse d’une autre personne », et affirme n'être pas cité une seule fois dans les rapports de la MIVILUDES[2]. À la fin de ce droit de réponse publié par Rue89, le journal se félicite que depuis la publication de ses enquêtes sur le vidéaste, ce dernier met des messages en ligne pour appeler à la prudence les internautes qui visionnent ses vidéos[2]. Selon Le Soir, sur son site, Thierry Casasnovas « se prémunit d’emblée contre toute attaque pour exercice illégal de la médecine avec un grand placard revendiquant la liberté d’expression et rappelant que la consultation de son site ne remplace en aucune façon une consultation médicale »[1].

Filmograhie[modifier | modifier le code]

  • Thierry Casasnovas est intervenant dans le film documentaire Régénération réalisé par Alex Ferrini et sorti en 2018.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b et c « La «raw food» ou le plaisir de manger tout cru », Le Soir Plus,‎ (lire en ligne, consulté le 1er septembre 2018)
  2. a b c d e f g h et i Thierry Casasnovas, « Droit de réponse de Thierry Casasnovas », L'Obs, .
  3. a b c et d Romain Scotto, « Thierry Casasnovas: « L’alimentation moderne est la source des maladies » », 20 minutes, .
  4. Thierry Casasnovas, « Redevenir responsable de ses choix de vie et les assumer vraiment ! », sur www.cheminement.com, Revue Cheminement, .
  5. Thierry Casasnovas (Regenere), « Mon chemin, un parcours individuel avant tout - www.regenere.org », (consulté le 1er septembre 2018).
  6. a b c d e f et g Thibaut Schepman, « La très juteuse générosité du gourou du « manger cru » Thierry Casasnovas », L'Obs.
  7. a b et c « Jus de légume contre cancer: sur YouTube, l'info santé est cuisinée sauce intox », L'Expansion,‎ (lire en ligne, consulté le 1er septembre 2018)
  8. a et b UNADFI, « YouTube, vitrine des charlatans ? », (consulté le 1er septembre 2018).
  9. a b c d e f g h i j k l m n et o Thibaut Schepman, « Thierry Casasnovas, le gourou du « tout cru », vous attend tranquille sur YouTube », L'Obs, .
  10. a et b Romain Scotto, « Alimentation: Manger sans cuire les aliments, ils y ont cru », 20 minutes, .
  11. Juliette Montilly, « Orthorexie : quand l'envie de manger sainement devient une maladie », L'Obs, .
  12. Bruno Blum, De viandard à végane: Pour que vivent les animaux, Mama Editions, (ISBN 9782845941601, lire en ligne)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]