Vauthiermont

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Vauthiermont
Vauthiermont
La mairie-école.
Blason de Vauthiermont
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bourgogne-Franche-Comté
Département Territoire de Belfort
Arrondissement Belfort
Intercommunalité Grand Belfort
Maire
Mandat
Alexandre Mancanet
2020-2026
Code postal 90150
Code commune 90100
Démographie
Population
municipale
204 hab. (2018 en diminution de 11,3 % par rapport à 2013)
Densité 43 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 41′ 09″ nord, 7° 02′ 00″ est
Altitude Min. 354 m
Max. 412 m
Superficie 4,74 km2
Type Commune rurale
Aire d'attraction Belfort
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Grandvillars
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Bourgogne-Franche-Comté
Voir sur la carte administrative de Bourgogne-Franche-Comté
City locator 14.svg
Vauthiermont
Géolocalisation sur la carte : Territoire de Belfort
Voir sur la carte topographique du Territoire de Belfort
City locator 14.svg
Vauthiermont
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Vauthiermont
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Vauthiermont
Liens
Site web www.vauthiermont.fr

Vauthiermont est une commune française située dans le département du Territoire de Belfort en région Bourgogne-Franche-Comté.

Géographie[modifier | modifier le code]

Sur les 460 ha de territoire communal, 136 sont constitués de forêt. Une partie du village se situe sur la ligne du partage des eaux, entre Méditerranée et Mer du Nord.

Située à la limite du Haut-Rhin, Vauthiermont est bordée au nord par la commune d'Angeot, à l'est par Bellemagny et Saint-Cosme en Alsace, au sud par Reppe, et à l'ouest par Larivière et Fontaine.

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Vauthiermont est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 1],[1],[2],[3].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Belfort, dont elle est une commune de la couronne[Note 2]. Cette aire, qui regroupe 91 communes, est catégorisée dans les aires de 50 000 à moins de 200 000 habitants[4],[5].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (66,1 % en 2018), une proportion identique à celle de 1990 (65,6 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : terres arables (52,1 %), forêts (28,6 %), prairies (14 %), zones urbanisées (5,3 %)[6].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[7].

Toponymie[modifier | modifier le code]

  • Waldarses (796), Waltersberg (1576)[8], Walterspergh (1579), Vauthiermont (1655), Vauthiermont (1793).
  • En allemand : Walthersberg[9].

Histoire[modifier | modifier le code]

Les origines

Étymologiquement, Vauthiermont apparait sous le nom germanique de Walthenberg. Vauthiermont dérive de Vauthier, seigneur forestier (Waldherr), ce qui s'explique aisément par le fait que la forêt est très présente sur le territoire communal. En outre, Vauthiermont se situe sur une hauteur qui domine les villages alentour, ce qui justifie le suffixe "mont".

Les textes attestent de l'antiquité du village, qui aurait pris naissance pendant l'époque mérovingienne.

C'est ainsi qu'une décision du concile de Nicée en 325, a établi les évêchés de la période romaine dans les limites même des circonscriptions administratives et les évènements qui survinrent depuis cette époque n'en modifièrent presque jamais l'étendue. C'est ainsi que l'immuabilité des circonscriptions diocésaines permet de dire que Vauthiermont faisait partie du Pays des Raurarques pendant la domination romaine.

Avant 1870

La première mention du nom de la localité se trouve dans un acte de donation, rédigé en allemand, en faveur de l'abbaye de Murbach, signé en 796. En effet, l'abbaye de Murbach alors régie par Charlemagne, étendit sa puissance par l'acquisition de nouveaux domaines et de donations de biens, situés dans divers villages dont Vauthiermont, hameau qui portait alors le nom de Walthenberg.

Au XIIe siècle, le village dépendait de la mairie, prévôté et paroisse d'Angeot. En 1441, Vauthiermont possédait une chapelle dédiée à saint Georges, qui était desservie en 1590 par le curé de Saint-Cosme. Ce n'est qu'en 1771 qu'elle est érigée en paroisse autonome. Une nouvelle église, consacrée à saint Antoine, est alors construite.

Au XIVe siècle, on apprend par les textes qu'il existe des droits à Angeot, Vauthiermont, et Novillars qui dépendent alors de la seigneurie de Rougemont-le-Château. En 1363, ces droits sont inféodés à un noble d'Angeot. On suppose alors que cette région a été détachée de la seigneurie de Rougemont-le-Château au moment de l'engagement de cette dernière aux Hasbourg-Laufenbourg vers 1360. Ainsi Vauthiermont appartient à la prévôté d'Angeot. Au XVe Vauthiermont faisait partie du fief d'Angeot. Angeot avait des droits sur les habitants et les biens de Vauthiermont. La destinée de Vauthiermont se retrouve liée pour près d'un siècle avec Angeot. Un des héritages de ce rapprochement entre les deux villages est le blason de Vauthiemont très largement inspiré de celui d'Angeot, puisque le blason d'Angeot représente deux lions noirs qui se font face sur un fond argenté, alors que sur celui de Vautiermont le fond est noir et les lions sont argentés.

En 1441 Vauthiermont relève de la paroisse de Saint-Côsme qui appartient au diocèse de Bâle. Le village reste dans le diocèse de Bâle jusqu'au date à laquelle il sera rattaché à l'archevêché de Besançon.

La formation et le peuplement des villages ont été fortement contrariés par les invasions qui ont déferlé dans la région. C'est ainsi que vers 1636, le village a été entièrement ruiné par les troupes protestantes suédoises qui ont envahi l'Alsace. Jusqu'au règne de Louis XIV, Vauthiermont faisait partie de la sphère de dépendance germanique d'abord au sein du Saint empire germanique puis sous domination des Habsbourg d'Autriche puis d'Espagne. C'est seulement avec le traité de Wesphalie en 1648 qui met fin à la guerre de 30 ans que Vauthiermont ainsi qu'une bonne part de l'Alsace devient une terre attachée au royaume de France. C'est aussi à cette époque que se reconstruit le village mais un petit peu plus au nord que son emplacement initial. Vauthiermont, à partir de ce moment, fait partie de la province d'Alsace. C'est donc tout naturellement qu'à partir de la Révolution française Vauthiermont est une commune du département du Haut-Rhin.

Depuis 1870

La guerre franco-prussienne de 1870 marque un tournant dans l'histoire de Vauthiermont. En effet, pendant cette guerre qui vit la défaite des armées françaises par les armées prussiennes, la ville-fort de Belfort a tenu tête à l'armée prussienne, puisque malgré un siège très dur Belfort ne s'est jamais rendue. Ainsi, lors de l'armistice qui donnait "l'Alsace et la Lorraine" au nouvel Empire allemand, les Français purent conserver la partie du Haut-Rhin qui se trouvait aux alentours de Belfort. Dans un premier temps Vauthiermont devait rester avec le reste de l'Alsace et devenir allemand, mais grâce à une ultime concession arrachée à Bismarck et qui fait l'objet d'un article additionnel (le ), l'Allemagne laisse au Territoire de Belfort (qui deviendra un département en 1922], de nombreux villages se trouvant sur la zone frontière, dont le village de Vauthiermont. Vauthiermont deviendra alors un village frontalier de l'Allemagne ce qui va complètement changer la destinée du village. Le nom de certaines rues comme la rue de l'Ancienne-Frontière attestent encore aujourd'hui de l'ancien statut de village frontalier de Vauthiermont.

La première conséquence du caractère frontalier de Vauthiermont est l'implantation d'un poste de douane à la sortie est du village, le long de l'actuelle rue de la Dragonnade. Ce poste de douane apporte un dynamisme certain à ce petit village qui comptait alors à peine plus de 350 habitants. L'annexion de l'Alsace-Lorraine a eu pour conséquence un fort exode d'Alsaciens vers le Territoire de Belfort et en particulier vers les villages frontaliers comme Vauthiermont. Pendant la Première Guerre mondiale, Vauthiermont fut relativement épargné par les conflits. En effet, à la suite de l'attaque française de 1914 vers Mulhouse, le front se stabilisa plus à l'est. Cependant, plusieurs tirs d'artillerie lourde touchèrent le village, du fait d'erreurs d'ajustement de l'artillerie allemande qui visait la ligne de chemin de fer militaire qui passait dans la forêt derrière Vauthiermont. Du fait de la persistance de ces bombardements, on construisit des abris de bombardements qui seront achevés en 1917 et que l'on peut toujours voir aujourd'hui. Après le , le village va perdre son caractère frontalier. Vauthiermont va subir de plein fouet l'exode rural et la population va tomber de 350 habitants à moins de 150 habitants en 1936. En 1940 Vauthiermont est épargnée par les combats. Le village est occupé à partir de par les nazis et est libéré en par la Première Armée française.

Vauthiermont comme tous les villages de France paya un lourd tribut aux deux guerres mondiales.

L'église de Vauthiermont.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Armes de Vauthiermont

Les armes peuvent se blasonner ainsi :

de sable aux deux lions affrontés d'argent.


Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mars 1983 mars 1989 Robert Koenig    
mars 1989 mars 1991 Jacques Romain    
mars 1991 mars 2001 Philippe Girardin DVG  
mars 2001 mars 2008 Jean-Luc Mathey    
mars 2008 mai 2020 Philippe Girardin DVG  
25 mai 2020 En cours Alexandre Mançanet[10]    

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[11]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[12].

En 2018, la commune comptait 204 habitants[Note 3], en diminution de 11,3 % par rapport à 2013 (Territoire de Belfort : −1,71 %, France hors Mayotte : +1,78 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
274308358360394383403339346
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
305315313326334299296313301
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
264234204241170169145160172
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2012
127127146174183203232236233
2017 2018 - - - - - - -
210204-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[13] puis Insee à partir de 2006[14].)
Histogramme de l'évolution démographique

Enseignement[modifier | modifier le code]

Santé[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Économie[modifier | modifier le code]

  • Vauthiermont compte une auberge, « La petite charrue »[15].

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  2. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  3. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  4. « Liste des communes composant l'aire d'attraction de Belfort », sur insee.fr (consulté le ).
  5. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le ).
  6. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  7. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  8. Toponymie générale de la France: Tome 2, Formations non-romanes-Ernest Nègre.
  9. Dictionnaire topographique du département du Haut-Rhin - Georges Stoffel (1868)
  10. élu le 25 mai 2020 selon l'Est Républicain du 27 mai 2020 et celui du 25 juin 2020.
  11. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  12. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  13. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  14. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.
  15. Site de l'auberge.