Échenans-sous-Mont-Vaudois

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Ne doit pas être confondu avec Échenans.
Échenans-sous-Mont-Vaudois
Échenans-sous-Mont-Vaudois
La mairie et le temple protestant.
Blason de Échenans-sous-Mont-Vaudois
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bourgogne-Franche-Comté
Département Haute-Saône
Arrondissement Lure
Canton Héricourt-1
Intercommunalité Communauté de communes du pays d'Héricourt
Maire
Mandat
Dominique Chaudey (PS)
2014-2020
Code postal 70400
Code commune 70206
Démographie
Gentilé Échenanais
Population
municipale
499 hab. (2015 en diminution de 1,19 % par rapport à 2010)
Densité 92 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 36′ 11″ nord, 6° 46′ 21″ est
Altitude Min. 344 m
Max. 530 m
Superficie 5,44 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Haute-Saône

Voir sur la carte administrative de Haute-Saône
City locator 14.svg
Échenans-sous-Mont-Vaudois

Géolocalisation sur la carte : Haute-Saône

Voir sur la carte topographique de Haute-Saône
City locator 14.svg
Échenans-sous-Mont-Vaudois

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Échenans-sous-Mont-Vaudois

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Échenans-sous-Mont-Vaudois

Échenans-sous-Mont-Vaudois (Etchenans en patois) est une commune française située dans le département de la Haute-Saône, en région Bourgogne-Franche-Comté.

Géographie[modifier | modifier le code]

Vue générale.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Chagey Mandrevillars Buc (Territoire de Belfort) Rose des vents
Luze N Urcerey (Territoire de Belfort)
Banvillars (Territoire de Belfort)
O    Échenans-sous-Mont-Vaudois    E
S
Héricourt Brevilliers

Géologie[modifier | modifier le code]

Le territoire communal repose sur le gisement de schiste bitumineux de Haute-Saône daté du Toarcien[1].

Histoire[modifier | modifier le code]

Le site d'Échenans-sous-Mont-Vaudois est très tôt habité, comme en témoignaient les vestiges d'une enceinte préhistorique datant du néolithique au sommet du Mont-Vaudois, détruite pendant la construction du fort du même nom en 1874.

Cette enceinte faisait 400 m de long et formait un triangle. Sa hauteur allait de 2,50 à 3,30 m et sa base variait de 22 à 32 m d'épaisseur. Ce genre d'enceinte, appelée vallum, est ici particulière, si l'on en croit Félix Vaulot qui y mena des fouilles avant la construction du fort. Il s'agirait d'un « vallum funéraire », puisqu'il y a découvert des squelettes inhumés à l'extérieur, à l'intérieur et au sein même de l'enceinte. Sur ces squelettes, F. Vaulot n'a trouvé aucune blessure violente, ce qui laisse donc supposer que le vallum avait un dessein funéraire. Des traces de rituels ont été découvertes, notamment l'incinération partielle d'une femme de 17−21 ans sur le corps de laquelle on aurait sacrifié un sanglier[2].

Pendant l'époque celtique, Échenans appartient au territoire des Séquanes qui couvrait approximativement l'actuelle Franche-Comté, puis tombe sous domination romaine après la guerre des Gaules. Notons à proximité l'existence d'une voie romaine d'importance mineure entre Échenans et Chagey.

Arrive la chute de l'Empire romain. Si l'on s'attache à la toponymie, notamment au suffixe -ans, qui est la déformation du suffixe germanique -ing-en, on peut déduire que pendant les invasions barbares et le haut Moyen Âge, le site d'Échenans fut peuplé et/ou dirigé par des individus germaniques, probablement burgondes.

Toutefois, la première mention d'Échenans-sous-Mont-Vaudois apparaîtrait vers 1165, lorsqu'un certain Otton chevalier d'Achenans (Échenans-sous-Mont-Vaudois) « donna à l'abbaye de Belchamp tout ce qu'il possédait d'alleu en ce village, et de plus un meix à Tremoins »[3]. Le village dépend alors de la seigneurie d'Héricourt dont il suit l'histoire. À cette époque, la seigneurie dépendait du comté de Bourgogne.

Échenans-sous-Mont-Vaudois devient ensuite un village mi-parti - comme d'autres communautés du comté de Montbéliard -, c'est-à-dire qu'il est dirigé par deux seigneurs : le seigneur d'Héricourt et le comte de Montbéliard ; la moitié des foyers paie des impôts au seigneur, l'autre au comte. Selon Émilie Cardoni, « la partie non montbéliardaise de la population des villages mi-partis représentait en fait les sujets appartenant [autrefois] aux seigneurs de Neuchâtel[-Urtière], vassaux du comté de Bourgogne ainsi qu’une partie des terres des villages »[4]. Ces possessions entrèrent dans le domaine de la maison de Poitiers qui les céda juridiquement aux Wurtemberg à la suite d'un procès perdu en 1688. Mais comme la seigneurie d'Héricourt dépendait depuis 1561 du comté de Montbéliard dirigé par les Wurtemberg, ce particularisme administratif ne se fera pas sentir avant 1748.

Comme dans toute la principauté de Montbéliard, le luthéranisme s'impose à partir de 1565 et l'église du village devient temple.

À la suite de la conquête de la Franche-Comté par Louis XIV et de la tentative de réunion de la principauté de Montbéliard à la France, Échenans est occupée par les troupes françaises à la fin du XVIIe siècle. L'occupation durera jusqu'en 1748, quand, à Versailles, se tient une convention réunissant les autorités françaises et montbéliardaises. Ces autorités s'accordent sur le fait que, pour les Quatre Terres (seigneurie de Blamont, seigneurie du Châtelot, seigneurie de Clémont et seigneurie d'Héricourt), le prince reste leur seigneur tout en reconnaissant la suzeraineté du roi de France. Les Quatre Terres deviennent officiellement françaises. Cependant, nous avons vu qu'Échenans était un village « mi-parti ». Ce système médiéval est donc réactivé. Mais, une telle chose est loin d'être exécutable sur le terrain. On ignore quel foyer doit payer directement au roi ou au prince.

De ce fait, un accord est trouvé entre le prince et le roi en 1786. Un échange territorial sur l'ensemble des Quatre Terres est prévu entre les deux souverains. Échenans échoit officiellement au roi de France. Mais cet accord ne sera jamais appliqué et sera de facto annulé avec la Révolution française.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Carte départementale représentant en rouge la communauté de communes du Pays d'Héricourt.

Rattachements administratifs et électoraux[modifier | modifier le code]

Échenans-sous-Mont-Vaudois fait partie de l'arrondissement de Lure du département de la Haute-Saône, en région Bourgogne-Franche-Comté. Pour l'élection des députés, elle dépend de la deuxième circonscription de la Haute-Saône

La commune était historiquement rattachée depuis la Révolution française au canton d'Héricourt. Celui-ci a été scindé en 1985 et la commune rattachée au canton de Héricourt-Est[5]. Dans le cadre du redécoupage cantonal de 2014 en France, la commune fait désormais partie du Canton d'Héricourt-1.

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

La commune est membre de la communauté de communes du Pays d'Héricourt, intercommunalité créée au

Liste des maires[modifier | modifier le code]

La mairie.
Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1966 mars 1989 Claude Vuillemot[6]   Instituteur, directeur d'école
mars 1989 mars 2008 Jean-Claude Richard   Professeur de technologie
mars 2008 en cours
(au 13/7/2016)
M. Dominique Chaudey PS[7] Professeur des écoles
Vice-président de la CC Pays d'Héricourt (2014 → )
Réélu pour le mandat 2014-2020[8],[9]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[10]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[11].

En 2015, la commune comptait 499 habitants[Note 1], en diminution de 1,19 % par rapport à 2010 (Haute-Saône : -0,77 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
237 300 272 303 382 369 360 367 355
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
319 301 305 229 265 224 210 201 191
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
172 165 150 148 135 162 159 148 122
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2009 2014
127 110 308 413 412 505 511 501 491
2015 - - - - - - - -
499 - - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[5] puis Insee à partir de 2006[12].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Façade du temple.
  • Temple luthérien,
  • Stade de foot,
  • Place de la fin de la guerre d'Algérie,
  • Monument aux morts,
  • Ancien fort,
  • Écoles primaire et maternelle,
  • Cantine,
  • Cimetière,
  • Mairie,
  • Ferme,
  • Ancienne épicerie.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Échenans-sous-Mont-Vaudois Blason Parti: au 1er d'azur à quatre barres d'or, au 2e d'argent à trois demies ramures de cerf de sable posées en fasce et rangées en pal.
Détails
Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2018, millésimée 2015, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2017, date de référence statistique : 1er janvier 2015.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Marcel Lanoir, Carburants rhodaniens : les schistes bitumineux, notamment dans la Haute-Saône, vol. 7, coll. « Les Études rhodaniennes », (lire en ligne), p. 328.
  2. VAULOT F., Bulletins de la Société d'anthropologie de Paris, vol.11, 1876, p. 191 à 199
  3. Académie des sciences, belles-lettres et arts de Besançon, Séance publique du 30 janvier 1838, L. Sainte-Agathe l'Aîné, Imprimeur de l'Académie, 1838, p.81.
  4. CARDONI E., Voujeaucourt au dix-huitième siècle, Mémoire de Maîtrise d’Histoire moderne sous la direction de M. François Vion-Delphin, Université de Franche-Comté, octobre 2003, p.13.
  5. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  6. « Échenans-sous-Mont-Vaudois : Décès de Claude Vuillemot », L'Est républicain,‎ (lire en ligne).
  7. « Extrait de la fiche de M. Dominique Chaudey », sur http://www.lesbiographies.com, (consulté le 10 août 2016).
  8. « Échenans-sous-Mont-Vaudois : Dominique Chaudey candidat à sa succession », L'Est républicain,‎ (lire en ligne).
  9. « Échenans-sous-Mont-Vaudois : Dominique Chaudey réélu », L'Est républicain,‎ (lire en ligne).
  10. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  11. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  12. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014 et 2015.